AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Inhiber la clusterine.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15775
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Inhiber la clusterine.   Mar 3 Jan 2012 - 15:01

Parmi les traitements ciblés disponibles pour les patients atteints de cancer de la prostate, un traitement ciblant la clusterine, une protéine en partie responsable de la résistance des cellules cancéreuses à l'hormonothérapie et à la chimiothérapie, l'OGX-011, est également prometteur.

Ainsi l'OGX-011 s’est avéré efficace dans une première étude portant sur une centaine de patients atteints de métastases et en échec du traitement hormonal. L'OGX-011 est actuellement disponible à l’Institut Gustave Roussy à la fois pour les patients relevant d'une chimiothérapie par docetaxel ou par cabazitaxel. Le traitement est administré sous forme de perfusion et est habituellement bien toléré.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15775
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Inhiber la clusterine.   Mer 20 Juil 2011 - 13:33

ATL1101 for Cancer Exclusive Option to License
05 Jul 2011


VICTORIA, AUSTRALIA | July 5, 2011 | Antisense Therapeutics Limited (ASX:ANP) is pleased to announce that it has executed an agreement for an exclusive Option to License the Company’s second generation antisense compound ATL1101 with privately-owned Australian biotechnology firm, Afandin Pty. Ltd. (Afandin), founded by Dr Ian Nisbet, PhD, MAICD and Dr Anthony Filippis, PhD, MBA, both highly experienced biotechnology usiness executives with a strong track record in cancer drug development and commercialisation.

Under the terms of the Agreement, Afandin has been granted an option to license ATL1101 to further develop and commercialise the compound for cancer applications subject to Afandin securing an agreed amount of development funding which it is to source over the next 6 months. This funding will be applied to moving ATL1101 into a Phase I/II clinical trial in prostate cancer patients.

ATL1101, which targets the insulin-like growth factor I receptor (IGF-IR), has been shown in animal studies previously conducted by ANP to suppress human prostate tumour growth. IGF-IR inhibition is known to suppress the growth of a variety of tumours, positioning ATL1101 as a potential treatment for a range of different cancer types.

Based on successfully raising the required funds and exercising its Option to License ATL1101, a new corporate entity will be created that will be co-owned and managed by Afandin. Upon execution of a License Agreement, the new entity will hold the license to develop and commercialise ATL1101.

In return for the license to ATL1101, ANP will receive a significant equity stake in the new entity and will also receive a significant percentage of the commercialisation benefits including a percentage of any future licensing income received and a percentage of the royalties on ATL1101 sales. Importantly for ANP, this arrangement allows for the further development of ATL1101 by a team experienced in oncology clinical drug development while providing non-dilutive funding for the project. “The blocking of IGF-1R is an exciting approach for the treatment of cancer. The team at Antisense Therapeutics has developed a high quality pre-clinical data package for ATL1101 and we look forward to the opportunity of progressing the drug into the clinic”, said Dr Anthony Filippis from Afandin.

Antisense Therapeutics CEO and Managing Director, Mark Diamond added ”The team at Afandin are well credentialed to undertake the further development of ATL1101 and we are pleased to have continued exposure to the success of the drug through an ownership stake and on the back of any potential licensing or M&A deals struck in the future. This arrangement allows ANP to focus its development activities and resources on its growth hormone receptor targeting drug ATL1103 which has moved into clinical development, while providing the potential to derive value from the ATL1101 asset”.

ATL1101 is a second generation antisense inhibitor of IGF-IR, which has shown potent activity in laboratory studies, including in human cancer cells. Drugs targeting IGF-IR are designed to slow down tumour growth and make tumour cells more susceptible to cell death. Inhibition of IGF-IR is also designed to make tumour cells more susceptible to killing by cytotoxic treatments like radiation therapy and chemotherapy. Such therapeutic approaches are under investigation by several large pharmaceutical companies, lending support to our own antisense-based strategy against the same target. Designed to block IGF-IR synthesis, ATL1101 offers potential advantages over other therapies targeting IGF-IR due to its highly differentiated pharmacokinetics and unique antisense mode of action. Several antisense drugs with the same chemical modifications and design as ATL1101 are advancing in cancer clinical trials, strengthening support for second-generation drugs as targeted cancer therapeutics. For example OGX-011 (Custirsen), developed by OncoGenex and Isis, has demonstrated significant clinical benefit when combined with chemotherapy (increased survival time compared to patients receiving chemotherapy alone) in Phase II clinical studies in CRPC and non-small cell lung cancer (NSCLC) and is now undergoing Phase III clinical trials.

ATL1101 est un inbiteur antisense de seconde génération de IGF-IR qui a montré une puissante activité dans des études de laboratoire, incluant sur des cellules humaines de cancer. Les médicaments qui ciblent IGF-IR sont fait pour ralentir la croissance de la tumeur et rendre les cellules cancéreuses plus susceptibles d'être tuées par les les traitements cytotoxiques comme la thérapie par radiation et la chimiothérapie.

Une telle approche thérapeuthique est sous investigation par plusieurs grandes compagnies pharmaceutiques ce qui donne de la crédibilité à notre approche contre la même cible. Fait pour bloquer la syntèse de IGF-IR, ATL1101 offre des avantages potentiels sur d'autres thérapies ciblant IGF-IR du à son mode d'action . Plusieurs médicaments antisens avec les mêmes modifications chimiques et design que ATL1101 avancent dans les essais cliniques, ce qui est un support fort pour des médicaments de seconde génération comme ceux pour les thérapies ciblées pour le cancer. Par exemple OGX-011 (Custirsen) a démontré des bénifices cliniques significatifs quand combiné avec de la chimiothérapie ( il a accru le temps de survie comparé è la chimio seul) en phase II d'essais cliniques dans le cancer de la et le cancer du et il est mainteant en phase III des essais cliniques.


Afandin Pty Ltd (www.afandin.com) is a private consulting company that provides corporate, strategic and business development advice and services to life science companies and institutions. Through its advisory activities and international network of contacts Afandin has identified several available product candidates and has decided to establish its own development company as a vehicle for in-licensing and developing selected oncology drug candidates

Antisense Therapeutics Limited (ASX:ANP) is an Australian publicly listed biopharmaceutical drug discovery and development company. Its mission is to create, develop and commercialise antisense pharmaceuticals for large unmet markets. ANP has two drugs in development and two drugs in pre-clinical research. ATL1102 (injection) has successfully completed a Phase II efficacy and safety trial, significantly reducing the number of MRI lesions in patients with multiple sclerosis. ATL1103 is a second-generation antisense drug designed to lower blood IGF-I levels and is entering clinical development as a potential treatment for growth and vision disorders. ATL1102 (inhaled) is at the pre-clinical research stage as a potential treatment for asthma. ATL1101 is a second-generation antisense drug at the pre-clinical stage being investigated as a potential treatment for prostate cancer.

SOURCE: Antisense Therapeutics Limited

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15775
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Inhiber la clusterine.   Lun 7 Fév 2011 - 13:41

(Feb. 1, 2011) — Scientists discovered a new way breast cancer cells dodge the immune system and promote tumor growth, providing a fresh treatment target in the fight against the disease. While comparable mechanisms to avoid the immune system have been identified in mice with breast and other cancers, the study tested human breast tumor cells, putting researchers closer to understanding how the disease progresses in real patients.

The study, published in the journal Cancer Research, found high levels of the protein Hsp27 (heat shock protein 27) are released from human breast cancer cells and may not only render immune cells unresponsive to the tumor, but increase blood flow to the tumor as well, both of which fuel tumor growth.

"Our study is very unique because we used human breast cancer cells, which are extremely difficult to get," said Asit De, Ph.D., lead author and research associate professor in the Department of Surgery at the University of Rochester Medical Center, who worked closely with physicians at the Wilmot Cancer Center. "The way tumor cells operate in mice is not identical to humans, so we need to do more of these types of human studies to confirm or reject cancer-related discoveries in mice."

Past research reports Hsp27 is present in high levels inside breast tumor cells and is associated with resistance to chemo and radiation therapy. De and his team discovered Hsp27 is also released, or pushed out of breast tumor cells, into the area surrounding the tumor, known as the breast tumor microenvironment.

Once outside the cells, Hsp27 may transform circulating white blood cells called monocytes that enter the tumor into cells known as macrophages, which do the opposite of what they are meant to do. Usually, macrophages work to wipe out tumor cells, but in this case they help, rather than hurt, tumor cells. These particular macrophages may make human T cells -- the main immune cells that attack and kill foreign invaders, like tumors -- totally indifferent to the tumor and the body's call to destroy it.

In addition to suppressing the immune response to the tumor, these macrophages encourage rapid formation of extra blood vessels that can help in supplying blood to the tumor -- a process known as angiogenesis -- essentially feeding the tumor so it can continue to grow.

Elevated levels of Hsp27 have been found in the blood of cancer patients with other solid tumors, such as liver and pancreatic cancer tumors, leading study authors to believe the protein may play a role in tumor progression beyond breast cancer.

"Our finding that Hsp27 aids tumor progression is just the start -- we know there are several other molecules that help breast tumor cells suppress the immune system and we hope to identify more of them in future research," noted De.

Hsp27 is a ubiquitous protein that is important in all the body's cells. When it remains inside cells at normal levels it acts as a chaperone, protecting cells from stress, such as exposure to high heat or chemicals. Only when the protein is let loose outside cells does it appear to have a detrimental effect on the immune system.

To carry out the study, De worked closely with clinicians in surgical oncology and plastic surgery at the Medical Center to obtain and analyze tumor-containing breast tissue samples from breast cancer patients undergoing surgery and normal breast tissue samples from healthy volunteers undergoing breast reduction. He also collected and tested blood samples from untreated breast cancer patients and age-matched healthy women.

Besides skin cancer, breast cancer is the most commonly diagnosed cancer among women in the United States. It is also the second leading cause of cancer-related death in American women, behind lung cancer. The development of treatment strategies that stop a tumor's ability to silence or circumvent the immune system require a better understanding of tumors' various avoidance mechanisms, such as the one identified by De.

De plans to continue research on Hsp27 in breast cancer, studying whether blocking Hsp27 slows tumor growth.

----------------------



(1 février 2011) - Les scientifiques ont découvert une nouvelle manière pour les cellules du cancer du d'esquiver le système immunitaire et de favoriser la croissance tumorale, offrant ainsi une cible thérapeutique nouvelle dans la lutte contre la maladie. Alors que des mécanismes comparables pour éviter le système immunitaire ont été identifiés chez des souris atteintes d'un cancer du sein et autres, l'étude a testé des cellules de tumeur du , amenant les chercheurs à comprendre comment la maladie progresse chez les patients réels.

L'étude, publiée dans la revue Cancer Research, a trouvé que des niveaux élevés de la protéine Hsp27 (heat shock protein 27) sont libérés par des cellules humaines de cancer du sein et peuvent faire que non seulement la tumeur ne réponds plus au cellules immunitaires, mais qu'elle augmente le flux sanguin à la tumeur également.

«Notre étude est unique parce que nous avons utilisé des cellules humaines de cancer du sein, qui sont extrêmement difficiles à obtenir», a déclaré le Dr Asit, Ph.D. : «La façon dont fonctionnent les cellules tumorales chez la souris n'est pas identique à la façon dont elle fonctionne chez l'homme, nous devons donc faire plus de ces types d'études sur l'homme afin de confirmer ou de rejeter ces découvertes liées au cancer chez la souris."

Des recherches antérieures rapportent que Hsp27 est présente en grande quantité dans les cellules de tumeur du sein et est associée à une résistance à la chimiothérapie et la radiothérapie. Le chercheur a découvert que Hsp27 est également libéré, ou poussé hors des cellules de tumeur du sein, dans la zone entourant la tumeur, connue sous le nom microenvironnement de la tumeur du sein.

Une fois à l'extérieur des cellules, le Hsp27 peut transformer les globules blancs en circulation en cellules appelées macrophages qui pénètrent dans les cellules de la tumeur. Ces macrophages font le contraire de ce qu'elles sont censées faire. Habituellement, les macrophages travail à détruire les cellules tumorales, mais dans ce cas elles travaillent pour la tumeur, plutôt que de mettre à mal les cellules tumorales. Ces cellules macrophages particulières peuvent rendre les cellules T - les principales cellules immunitaires qui attaquent et tuent les envahisseurs étrangers, totalement indifférentes à la tumeur.

En plus de la suppression de la réponse immunitaire à la tumeur, ces macrophages encouragent la formation rapide des vaisseaux sanguins supplémentaires qui peuvent aider à fournir du sang à la tumeur - un processus connu sous le nom angiogenèse - afin qu'elle puisse continuer à croître.

Des niveaux élevés de Hsp27 ont été trouvés dans le sang de patients atteints de cancer avec d'autres tumeurs solides, tels que le et les tumeurs du cancer du , conduisant auteurs de l'étude de croire que la protéine peut jouer un rôle dans la progression tumorale au-delà du cancer du .

"Notre conclusion est que Hsp27 aide la progression tumorale mais ce n'est que le début - nous savons qu'il y a plusieurs autres molécules qui aident les cellules tumorales du sein et suppriment le système immunitaire. Nous espérons identifier plusieurs d'entre elles dans les recherches futures».

Hsp27 est une protéine ubiquitaire qui est importante dans toutes les cellules du corps. Quand il reste l'intérieur des cellules à des niveaux normaux il agit comme un chaperon, protégeant les cellules contre le stress, tels que l'exposition à une forte chaleur ou de produits chimiques. Ce n'est que lorsque la protéine est lâché à l'extérieur des celllules qu'elle semble avoir un effet néfaste sur le système immunitaire.

Pour mener à bien l'étude, le chercheur a travaillé en étroite collaboration avec les cliniciens en oncologie chirurgicale et de la chirurgie plastique au Centre Médical pour obtenir et analyser les tumeurs contenant des échantillons de tissu mammaire chez les patients subissant une chirurgie du cancer du sein et des échantillons de tissus normaux du sein chez des volontaires sains soumis à une réduction mammaire. Il a également collecté et analysé des échantillons de sang provenant de patients non traités cancer du sein et appariés pour l'âge des femmes en bonne santé.

C'est aussi la deuxième cause de décès par cancer chez les femmes américaines, derrière le cancer du poumon. Le développement de stratégies de traitement qui arrêtent la capacité d'une tumeur de contourner le système immunitaire nécessite une meilleure compréhension des mécanismes de tumeurs.

Le chercheur planifie de poursuivre les recherches sur le Hsp27 dans le cancer du sein.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15775
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Inhiber la clusterine.   Lun 31 Jan 2011 - 11:30

Importante avancée dans l'élaboration d'un nouveau traitement pour le cancer de la prostate. Il y a quelques mois, des chercheurs spécialisés dans l'identification de nouvelles cibles thérapeutiques pour le cancer de la prostate annonçaient le succès en phase clinique I et II de deux molécules inhibitrices: OGX-011 et OGX-427. Depuis la fin de l'année 2010, les recherches se poursuivent en phase clinique III. Une Marocaine, Amina Zoubeidi en fait partie. La scientifique est à la tête d'une équipe du Prostate center de Vancouver. Elle fait également partie de l'équipe de chercheurs ayant identifié les nouvelles cibles thérapeutiques actuellement en phase clinique III. « En 2010, le Dr Amina Zoubeidi s'est vu remettre deux prix prestigieux, le « Prostate Cancer Foundation Award, USA » et « The Terry Fox Award, (Canada) » pour être une grande chercheuse à l'avenir très prometteur.

La molécule OGX-011 (curtisen) permet de resensibilier le cancer au traitement en freinant la production d'une protéine appelée clustérine. Dans un essai de phase II, 81 patients atteints d'un CPRC (cancer de la prostate métastatique résistant à la castration) et qui n'avaient jamais fait de chimio ont reçu soit le duo docétaxel (substance active anticancéreuse efficace dans de nombreuses tumeurs)-custirsen, soit le docétaxel seul. La formule duo a prolongé la survie moyenne de sept mois et retranché environ 40 % du taux de décès.

L'OGX-427 quant à lui, est un agent conçu pour abaisser les niveaux de Hsp27 (protéine du même ordre que la clustérine). Là encore, les résultats préliminaires s'annoncent bons. Rappelons que la prostate est une glande volumineuse à sécrétion interne et externe appartenant à l'appareil génital masculin, située sous la vessie, entre les voies génitales et urinaires. La prostate est le siège de trois affections principales : le cancer de la prostate, l'adénome de la prostate et l'infection de la prostate dite prostatite. Le cancer de la prostate est, comme tous les cancers glandulaires, un « adénocarcinome » et, dans la majorité des cas, il est influencé par les hormones.

Véritable fléau, le cancer de la prostate est le plus fréquent des cancers de l'homme de plus de 50 ans et représente, après le cancer du poumon, la deuxième cause de décès par cancer chez l'homme dans les milieux développés. Son incidence augmente avec l'âge et touche en moyenne les hommes aux alentours de 70 ans bien que certains hommes soient atteints à un âge plus précoce. Ces 20 dernières années, la mortalité liée au cancer prostatique a augmenté de 23%.

Outre l'âge, les principaux facteurs de risques du cancer de la prostate sont l'hérédité (le risque de développer la maladie est 2 à 5 fois plus élevé chez un homme ayant des antécédents familiaux), les antécédents de vasectomie, les régimes alimentaires riches en graisses ou encore la masse corporelle et le taux d'hormones sexuelles.

Le cancer de la prostate se développe à partir de cellules de la prostate, il se développe très lentement et peut s'étendre en dehors de la prostate par envahissement direct des tissus et des organes proches de celle-ci (os, ganglions).

Il existe plusieurs stades qui indiquent le degré d'extension du cancer; le système TNM permet de décrire l'extension de la maladie avec T pour «tumeur primitive», N pour absence ou présence de métastases ganglionnaires et M pour absence ou présence de métastases à distance.
La meilleure façon de guérir ce cancer est de le détecter à un stade précoce, quand il est encore localisé à la prostate, sans extension en dehors d'elle.

Pour le détecter dans les meilleurs délais, il est important de ne pas négliger certains symptômes comme l'envie d'uriner trop fréquente, notamment la nuit, un véritable blocage des urines et des douleurs osseuses. Ces symptômes doivent automatiquement entraîner une consultation qui permettra de détecter, ou non, la maladie. Pour ce faire, le médecin pourra utiliser plusieurs méthodes, de la simple interrogation du patient aux échographies et scanners, en passant par la palpation de la glande par l'anus et des tests sanguins vérifiant le bon fonctionnement rénal.
Outre le potentiel traitement encore en phase expérimentale que l'on évoquait plus haut, le cancer de la prostate compte déjà plusieurs traitements relatifs aux différents stades de la maladie et à sa résistance. Parmi eux, la prostatectomie totale qui consiste à retirer toute la prostate et les glandes suspendues à celle-ci, une opération utile à condition que le cancer ne se soit pas propagé en dehors de la prostate. La radiothérapie, la chimiothérapie ou les traitements hormonaux sont également des traitements courants. Dans certains cas, les médecins préconisent une surveillance des patients ou le traitement de la douleur. A l'heure actuelle, divers traitements expérimentaux comme la cryochirurgie doivent encore démontrer leur efficacité.

Qui dit traitements dit forcément effets secondaires. Comme dans toutes maladies, c'est souvent l'étape la plus redoutée par les patients. En ce qui concerne le cancer de la prostate, les effets secondaires sont assez fréquents et dépendent du stade de la maladie. Les malades peuvent souffrir d'incontinence urinaire, de difficultés respiratoires, de troubles visuels et intestinaux, d'une fragilisation osseuse ou encore d'impuissance. Le combat contre cette maladie peut sembler lourd et contraignant, mais il peut conduire à la guérison et permettre aux malades de retrouver la santé, et cela n'a pas de prix.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15775
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Inhiber la clusterine.   Mer 6 Mai 2009 - 10:32

Alethia Biothérapeutiques exerce une option de licence avec l'Institut de recherche en biotechnologie du Conseil national de recherches Canada (IRB-CNRC)...
...pour des anticorps anti-clusterineutilisés pour le traitement et le diagnostic du cancer

MONTREAL, QUEBEC--(Marketwire - 6 mai 2009) - Alethia Biothérapeutiques annonce aujourd'hui la signature d'une entente de licence avec l'Institut de recherche en biotechnologie du CNRC (IRB-CNRC) pour les droits pour usage thérapeutique et diagnostique exclusifs et mondiaux pour des anticorps anti-Clusterine. Selon les termes de l'entente, Alethia obtient une famille d'anticorps de haute affinité qui bloquent la fonction de la clusterine sécrétée (sCLU).

"Alethia est fière d'ajouter un nouveau produit dans son portfolio d'anticorps monoclonaux thérapeutiques" a mentionné Yves Cornellier, président et chef de la direction. "Cet ajout important à notre pipeline de produits rapproche la Compagnie vers le développement clinique et consolide notre position en tant que nouveau joueur dans le domaine des anticorps monoclonaux thérapeutiques."

Une complication fréquente associée aux cancers récurrents est l'invasion métastatique, la dispersion de cellules cancéreuses dans d'autres organes. Il y a de plus en plus d'évidence indiquant que la transition épithéliale-mésenchymateuse (TEM) contribue au processus menant à l'invasion métastatique. De plus, les cellules épithéliales cancéreuses soumises à la TEM montrent des caractéristiques semblables aux cellules souches cancéreuses telles la résistance aux agents chimiothérapeutiques et à la radiothérapie. Ainsi, l'identification de protéines contribuant à la TEM pourrait permettre l'identification de nouvelles cibles thérapeutiques pour améliorer la réponse tumorale aux agents thérapeutiques et prévenir l'invasion métastatique.

"Nous avons maintenant plusieurs évidences indiquant que la protéine sCLU est régulateur en aval de la TEM. De plus, la littérature scientifique récente a permis l'identification de plusieurs stimulateurs de la TEM tels que la réponse à la chimiothérapie, l'hypoxie, l'infiltration de cellules du système immunitaire dans les tumeurs de même que plusieurs cytokines. Tous ces résultats appuient le développement d'une stratégie thérapeutique visant la neutralisation de la fonction de la sCLU associée aux tumeurs au moyen d'anticorps monoclonaux thérapeutiques" a commenté le Dr Mario Filion, vice-président exécutif et chef de la direction scientifique.

La molécule 16B5, un anticorps monoclonal humanisé, est actuellement en phase de développement préclinique dans des modèles animaux de cancers métastatiques. Ceux-ci comprennent les cancers de la prostate hormono-indépendants, les cancers du sein invasifs et le cancer pancréatique. Alethia est près du démarrage la production à grande échelle de l'anticorps 16B5 pour mener des études de toxicologie au cours de l'année 2009 en vue d'une requête pour initier des études cliniques au Canada et aux Etats-Unis.

A propos de Alethia Biothérapeutiques

Alethia est une compagnie de biotechnologie basée à Montréal et créée en 2002 dont la mission est la découverte de cibles thérapeutiques tissu-spécifiques et le développement d'anticorps monoclonaux pour des thérapies ciblées dans des champs thérapeutiques où les besoins sont immenses. Grâce à la conclusion d'ententes de partenariats stratégiques, Alethia a accès à des technologies de génération d'anticorps monoclonaux et de développements de procédés qui contribuent à l'accélération du développement d'agents thérapeutiques visant les cibles les plus prometteuses de la compagnie.



Renseignements :

Alethia Biothérapeutiques inc.
Yves Cornellier
Président et chef de la direction
514-858-7666 poste 206
514-858-5333 (FAX)
ycornellier@alethiabio.com

ou

Alethia Biothérapeutiques inc.
Mario Filion, Ph.D.
VP exécutif et chef de la direction scientifique
514-858-7666 poste 207
514-858-5333 (FAX)
mariof@alethiabio.com
www.alethiabio.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15775
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Inhiber la clusterine.   Sam 29 Déc 2007 - 5:54

NEW YORK (Reuters Health) - Combining antisense clusterin oligonucleotides or antibodies to clusterin with commonly used anticancer drugs appears to increase the latter's toxicity in breast cancer cells, according to an in vitro study by Spanish and Canadian researchers.

Combiner des oligonucleotides antisens ou des anticorps avec des médicaments couramment utiliser contre le cancer semble accroitre la toxicité pour les cellules cancéreuses du selon une étude in vitro par les Espagnols et les Canadiens.

The anticlusterin approach also increases chemotherapy-induced cytotoxicity, even in the presence of glucocorticoids such as dexamethasone, which have been shown to inhibit such cytotoxicity, Dr. Maximino Redondo and colleagues report in Breast Cancer Research, published online on December 13.

Cette approche anti clustérine accroit aussi la citotixicité induite par la chimiothérapie, même en présence de glucocortisol comme le dexamethasone qui inhibe cette toxicité comme cela a déja été démontré.

Several recent reports suggest that clusterin expression is a prominent factor in the resistance of cancer cells to chemotherapy, Dr. Redondo, of the Hospital Costa del Sol in Málaga, Spain, and his colleagues point out. Another study, they add, indicates that glucocorticoids, commonly given to cancer patients to combat the adverse effects of chemotherapy, could in fact inhibit the effectiveness of chemotherapy.

Plusieurs rapport récent suggèrent que la clustérine est un facteur important dans la résistance des cellules cancéreuses. une autre étude montre que les glucocorticoides donné comunément aux patients cancéreux pour combattre les effets secondaires de la chimio pourrait nuire à l'efficacité de la chimio.

Hypothesizing that clusterin might be among the genes responsible for the anti-apoptotic effect of glucocorticoids, the researchers explored the potential of inhibiting clusterin by analyzing the cytotoxic interactions between antisense clusterin oligonucleotides or antibodies to clusterin and such common breast cancer drugs as doxorubicin, paclitaxel, and tamoxifen. These drug combinations were studied in vitro using breast carcinoma cell lines MCF-7 and MDA-MB-231.

En faisant l'hypothèse que la clustérine pourrait être parmi les gènes responsables pour l'effet anti-apoptique des glucocorticoids, les chercheurs ont exploré le potentiel inhibiteur de la clustérine en analysant les interactions entre les oligonucléotides antisens de clustérine et les anticorps de clutérine et des médicaments couramment utilisés pour le cancer du sein comme le doxorubicine, le paclitaxel et le tamoxifen. Ces médicaments ont été étudié in vitro avec des lignes de cellules cancéreuses.

In both cell lines, antisense clusterin treatment inhibited clusterin expression and caused significant decreases in cancer cell viability, and the same treatment significantly increased the cytotoxicity of paclitaxel and doxorubicin. A "significant additive cytotoxic effect" also resulted from combining antisense clusterin oligonucleotides or antibodies to clusterin with tamoxifen.

Dans les deux lignes de cellules, l'antisen de clustérine a inhibé l,expression de clustérine et causé un déclin significatif dans la viabilité des cellules canécreuses et le même traitement a augmenté significativement la cytotoxicité du paclitaxel et du doxorubicine. Un même effet cytotoxique a résulté de la combinaison des oligonucléotides antisens de clustérine ou des anticorps de clutérine avec le tamoxifen.
Their research showed that pretreatment with dexamethasone significantly decreased the effects of doxorubicin and paclitaxel. However, the antisense oligonucleotides countered this protective effect, increasing chemotherapy-induced cytotoxicity even in the presence of the glucocorticoid.

Clinical trials using antisense oligonucleotides to clusterin have already begun, Dr. Redondo told Reuters Health. These trials use OGX-011, an antisense oligonucleotide developed in the laboratory of co-author Dr. Martin Gleave and currently produced by Oncogene X Technologies in Vancouver, Canada.

Des essais cliniques ont déja commencé en utilisant les oligonucléotides antisens. Ces essais utilisent OGX-011 et un oligonucléotide antisens développé par le docteur MArtin Gleave et produit par Oncogene X technologies de Vancouver Canada.

Dr. Redondo added that prostate cancer patients tolerated this intravenous oligonucleotide well during the first phase 1 clinical trial. The therapy is currently in phase 2 clinical trials investigating the potential to improve treatment outcomes for patients with prostate cancer, non-small-cell lung cancer and breast cancer.

Le docteur Redondo a ajouté des patients du cancer de la prostate tolérant bien cet oligonucléotide en intraveineuse durant la phase 1 des essais cliniques . La thérapie est présentement en phase 2 des essais et étudie l'am;lioration des résultats pour les patients avec le cancer de la ceux qui ont le cancer du et le cancer du
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15775
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Inhiber la clusterine.   Lun 29 Oct 2007 - 15:39

Mise à jour 2007 :


OGX-011 is a second generation antisense drug that is completing evaluation in five Phase 2 clinical trials in prostate, lung, and breast cancers. Encouraging preliminary data from four of the Phase 2 studies have been reported in 2007.

OGX-011 est un médicament de deuxièeme génération antisens qui est en phase d'évaluation pour le cancer de la : prostate: du et celui du Des résultats encourageants sont ressortis de nos études de phase II en 2007.




Based on these and other study results, OncoGenex plans to initiate a pivotal Phase III clinical trial evaluating OGX-011 in combination with docetaxel for the treatment of hormone refractory prostate cancer.

Oncogenex veut initier des études de phases III pour l'évaluation de OGX-011 pour l'emploi de OGX-011 avec le doceraxel pour le traitement du cancer de la prostate réfractaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15775
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Inhiber la clusterine.   Ven 11 Nov 2005 - 15:42

Bénéficiant de l'appui de la Société canadienne du cancer, le docteur Kim Chi tente de résoudre une des plus grandes difficultés liées au traitement du cancer de la prostate.

Il entreprendra sous peu un essai clinique sur un médicament ciblé avec lequel il espère résoudre le problème de résistance aux traitements du cancer de la prostate. Malgré le fait que le cancer de la prostate soit plus facile à traiter qu'auparavant, environ 25 % des hommes diagnostiqués décéderont de cette maladie. " Au début, le traitement fonctionne très bien, mais dans certains cas, le cancer récidive et le traitement devient plus difficile ", affirme le docteur Chi.

Le docteur Chi cible une des protéines responsables de la résistance aux traitements : la clusterine. Les cellules cancéreuses utilisent la clusterine comme mécanisme de défense pour combattre les thérapies anticancéreuses. En plus d'avoir été découverte dans les cellules de sujets atteints du cancer de la prostate, la clusterine a été trouvée dans les cellules d'autres cancers, comme le cancer du sein, le cancer colorectal et celui du poumon, et elle est associée à de moins bons pronostics.  Le docteur Chi supervise le développement clinique du médicament OGX-011, qui neutralise le gène producteur de la clusterine. Les résultats de deux essais cliniques de phase I de petite envergure se sont avérés encourageants.  " Les essais de phase I consistent à déterminer la dose optimale, examiner les effets secondaires et vérifier si le médicament réagit comme nous le souhaitons ", affirme-t-il. " Ajoutons que les résultats de ces trois analyses se sont avérés une réussite. "

La prochaine étape est l'essai clinique aléatoire de phase II, mené auprès de 90 patients atteints d'un cancer de la prostate résistant aux traitements. La moitié de ces patients recevra un traitement de chimiothérapie standard, tandis que l'autre moitié recevra le traitement OGX-011. Le recrutement des patients débutera cet automne partout au Canada. Cet essai est coordonné par le Groupe des essais cliniques de l'Institut national du cancer du Canada qui est financé par la Société canadienne du cancer. Le docteur Chi, oncologue au service de la BC Cancer Agency et du Prostate Centre du Vancouver General Hospital, a également reçu une subvention de recherches de 4 ans de la Société pour mener ses travaux sur la clusterine.

Les bienfaits de cet essai clinique pourraient être énormes.  " Si nous parvenons à démontrer hors de doute que ce médicament fonctionne, une toute nouvelle voie s'ouvrira à la lutte contre le cancer. Cette même approche pourrait être utilisée pour de nombreux gènes et avec de nombreux types de médicaments utilisés en chimiothérapie. " (Le Groupe des essais cliniques coordonne également une étude de phase II de ce même médicament chez des patientes atteintes de cancer du sein.) Le cancer de la prostate est le cancer le plus répandu chez les Canadiens. En 2005, environ 20 500 hommes recevront un diagnostic de cancer de la prostate au Canada.Mise à jour le: 23 septembre 2005


Dernière édition par Denis le Mer 22 Juin 2016 - 14:10, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Inhiber la clusterine.   Aujourd'hui à 4:08

Revenir en haut Aller en bas
 
Inhiber la clusterine.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Inhiber la clusterine.
» Le Gymnema sylvestris inhibe le goût sucré
» Armement forcé Paradox Evo
» inhiber l'autoprotection de la centrale sur une cd 34

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ESPOIRS :: Cancer :: recherche-
Sauter vers: