AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Espoir pour traiter le cancer de la peau

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
diane2



Nombre de messages : 2424
Age : 71
Localisation : L'île Val D'Or à Champlain QC.
Date d'inscription : 27/09/2009

MessageSujet: Re: Espoir pour traiter le cancer de la peau   Jeu 22 Sep 2011 - 17:43

ok

Je suis si contente de lire ça. Grâce à toi Denis on trouve tellement de support ici...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15763
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Espoir pour traiter le cancer de la peau   Mer 21 Sep 2011 - 23:55

(Sep. 20, 2011) — Beta-blocker drugs, commonly used to treat high blood pressure, may also play a major role in slowing the progression of certain serious cancers, based on a new study.

Les béta-bloquants utilisés couramment pour traiter la haute pression peuvent aussi jouer un rôle majeur en ralentissant la progression de certains cancers.

A review of thousands of medical records in the Danish Cancer Registry showed that patients with the skin cancer melanoma, and who also were taking a specific beta-blocker, had much lower mortality rates than did patients not taking the drug.

Une réétude de milliers de dossiers médicaux dans le registre danois a montré que les patients avec le mélanome et qui prenait un béta-bloquant spécifique avait mois de mortalité que les patients qui ne le prenait pas.

The report, published in the current issue of the journal Cancer Epidemiology, Biomarkers & Prevention, summarized the work of a team of researchers at Ohio State University's Institute for Behavioral Medicine Research (IBMR) and the Comprehensive Cancer Center.

Le rapport a été publié dans le numéro courrant du journal Cancer Epidemiology

If the results are confirmed in a planned clinical trial, this might be an additional adjunct treatment for cancer patients facing a poor prognosis.

Si les résultats sont confirmés par un essai clinique qui est planifié, cela pourrait être un ajout aux traitements pour ces patients.

At the center of this research is the fact that certain molecules that play important roles in the immune system also appear to promote both tumor growth and metastasis, the shedding and spreading of tumor tissue to other parts of the body.

Au centre de cette recherche il y a le fait que certaines molécules joue un rôle important dans le système immunitaire en promouvant la croissance et les métastases.

"The work started with some earlier studies where we discovered that certain tumor cells had receptors to two specific catecholamine stress hormones -- epinephrine and norepinephrine," explained Ron Glaser, professor of molecular virology, immunology and medical genetics and director of the IBMR.

Le travail a démarré avec quelques études préliminaires ou on a découvert que certaines cellules cancéreuses avaient des récepteurs pour des hormones de stres appelées epinephrine et norepinephrine

"When either of these hormones bind to the tumor cell receptors, it stimulates the production of vascular endothelial growth factor (VEGF), interleukin-8 (IL-8), interleukin-6 (IL-6) and certain matrix metalloproteins -- all molecules known to stimulate blood flow to tumors, enhancing their growth, and promoting metastasis."

Quand l'une ou l'autre de ces hormones se lie avec les récepteurs de la cellules cancéreuse, cela stimule la production de VEGF, d'interleukin 8, d'interleukin 6 et de certaines metaloprotéines qui sont toutes des molécules connues pour stimuler le sang dans la tumeur, de faire profiter la tumeur et de promouvoir les métastases.

The earlier studies first used tissue from a nasopharyngeal carcinoma cell line, and later from both multiple myeloma and melanoma cell lines. When treated with the beta-blocker propranol, all cells stopped producing the tumor-enhancing molecules. Similar work by other scientists showed similar results with ovarian cancer tissues.

Les premières études ont été faites sur un tissu d'un cancer nasopharyngal et plus tard sur des tissu du myélom et du mélanome. Quand traité avec le béta-bloquant propranol, toutes les cellules ont arrêté de produire les molécules qui augmentaient la tuneur. Un travail similaire par d'autres scientifiques a montré des résultats similaires dans le cancer de l'ovaire.

Then the team turned to Stanley Lemeshow, a professor and dean of the College of Public Health at Ohio State. Lemeshow had previously partnered with colleagues in Denmark and knew that country had a vast database of patient information, including records of all Danish cancer patients for decades, as well as pharmacy records of all drugs prescribed for those patients.

Un professeur savait que le Danemark avait une vaste base de données avec des informations sur des patients.

"These databases can be linked together and by doing so, you have the ability to find patients with melanoma who had previously been prescribed beta-blockers," Lemeshow said.

Ces données pouvaient être croisées pour trouver les patients avec u n mélanome qui avaient pris des béta-bloquants.

The researchers looked at melanoma patients who had taken beta-blockers and at those who hadn't to determine whether the former group exhibited longer survival.

"Among patients diagnosed with melanoma, those who were taking beta-blockers when their cancer was diagnosed experienced longer survival than those patients who weren't taking the drug," Lemeshow said.

Parmi les patient avec un mélanome ceux qui avaient pris des beta bloquants vivaient plus longtemps.

"Their chance of surviving for a specified number of years improved by 13 percent."

Leur chance de survivre pour un nombre spécifique d'années augmentait de 13 %.

When the researcher looked at all causes of death among melanoma patients -- not just melanoma -- their chances of survival were improved by 19 percent.

Quand les chercheurs ont regardé pour toutes les causes de mort et non seulement le mélanome, leurs chances augmentaient de 19 %

"We're talking about survival time, here. They simply lived longer."

Nous parlons de temps de survie ici, Ils vivent simplement plus longtemps.

Eric Yang, an associate member of the IBMR and assistant research professor of internal medicine, said that epinephrine and norepinephrine may stimulate, or induce, the production of these tumor-promoting molecules.

epinephrine et norepinephrine peuvent stimuler et induire la production de ces molécules qui promeuvent le cancer.

"The idea is that if you treat a patient with beta-blockers, then you can counteract 'epi' and 'norepi' and lower the amounts of those molecules that induce tumor progression, perhaps halting it," Yang said.

L'idée est que si vous traiter un patient avec les beta bloquants, alors vous contrecarrer "epi" et Norepi" et abaisser le montant des molécules qui servent la progression de la tumeur et peut-être vous pouvez même l'arrêter.

That's the idea behind the clinical trial the researchers hope to begin soon.

C'est cette idée qui est derrière l'essai clinique que les chercheurs espèrent voir commencer bientôt.

"That's what has us so excited," Glaser explained. "This drug is relatively inexpensive. It isn't chemotherapy so you don't lose your hair or get sick. It doesn't kill the cancer cells, but it may slow the disease.

Ça nous a tellement excité, explique Glaser, ce médicament n'est pas cher et ce n,est pas de la chimio donc vous ne perdez pas vos cheveux et vous ne devenez pas malade. Ça ne tue peut-être pas les cellules cancéreuses mais ça ralentit la maladie.

"This would be adjunct therapy that could be provided in addition to the normal chemotherapy patients receive."

comme ajout à la chimio ce serait bien.

"So far, we've found an association between beta-blocker use and survival time for melanoma patients," Lemeshow said. "The clinical trial should give us even stronger evidence."

L'essai clinique devrait nous donner des preuves encore plus fortes.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15763
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Espoir pour traiter le cancer de la peau   Mer 17 Aoû 2011 - 11:27

Roche: la FDA homologue Vemurafenib (cancer de la )

2e développement (5 derniers para)


Bâle (awp/afp) - Le groupe pharma bâlois Roche a obtenu de la FDA américaine l'autorisation de commercialiser son médicament Vemurafenib destiné au traitement du cancer de la peau. Le produit, Zelboraf (Vemurafenib) est autorisé pour traiter des mélanomes métastasiques à gène BRAF muté, une forme mortelle de ce cancer, a précisé Roche dans un communiqué publié mercredi après-midi.


Le groupe pharma précise qu'il s'agit du premier et seul traitement dont il est démontré qu'il permet de prolonger la vie de patients atteints du mélanome métastasique BRAF V600E-positif, forme que l'on trouve chez la moitié des patients souffrant d'un mélanome.


La FDA a également homologué le cocas 4800 BRAF V600 Mutation Test, développé par Roche pour identifier les patients éligibles au traitement. Roche relève encore que Zelboraf est le premier et seul traitement personnalisé homologué par la FDA et qui a fait la preuve d'une amélioration de la survie des patients atteint du type de mélanome mentionné. Zelboraf est conçu pour cibler et inhiber des formes mutées de la protéine BRAF.


Cité dans le communiqué, Hal Barron, Chief Medical Officer et responsable Global Product Development a déclaré que "l'homologation de Zelboraf par la FDA marque une avancée majeure dans la personnalisation du traitement du mélanome métastatique, terrible maladie contre laquelle il n'existait jusqu'à cette année que peu d'options thérapeutiques agréées. Nous allons poursuivre l'étude de ce médicament afin d'améliorer davantage encore le résultat thérapeutique chez les personnes atteintes de mélanome ou d'autres cancers caractérisés par des mutations du gène BRAF."


Un essai clinique international de phase 3, dont les résultats avaient été présentés à la 47e conférence annuelle de l'American Society of Clinical Oncology (ASCO) à Chicago début juin, montrait que le vemurafenib réduisait de 63% le risque de décéder des patients ayant pris du Zelboraf par rapport à ceux soumis à la chimiothérapie.


Le vemurafenib a aussi permis une réduction de 74% du risque de progression de la maladie par rapport à la dacarbazine, agent anti-cancéreux utilisé en chimiothérapie pour ce cancer.


Ainsi, la durée médiane de survie des patients soumis à ce traitement n'a pas encore pu être arrêtée puisque 77% d'entre eux sont encore en vie. Les patients traités avec la dacarbazine ont montré une durée médiane de survie de huit mois, précise la FDA dans un communiqué.


Pour cet essai clinique, 675 malades souffrant d'un mélanome métastasé n'ayant jamais été soigné, et étant tous porteurs des mutations du gène BRAF, ont été sélectionnés. La moitié a été traitée avec du vemurafenib et l'autre moitié avec la chimiothérapie conventionnelle.


Moins de 10% des participants traités avec du vemurafenib ont souffert d'effets secondaires dont des irritations de la peau et des douleurs articulaires.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15763
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Espoir pour traiter le cancer de la peau   Mar 12 Juil 2011 - 11:31

Deux nouveaux traitements pour ces cas métastasés se sont enfin révélés efficaces, quelle est leur action ?

C.R. Avec la première molécule, l’ipilimumab, il s’agit d’un traitement d’immunothérapie qui ­stimule le système des défenses immunitaires (les lymphocytes “tueurs”). Ce médicament bloque un récepteur (CTLA-4) qui habituellement régule l’attaque des cellules immunitaires pour les empêcher de s’emballer (d’où un risque de problèmes auto-immuns). En freinant l’action de ce récepteur, l’ipilimumab augmente l’efficacité des “combattants” du système de défense.

Et comment agit la molécule du second traitement ?

C.R. Cette seconde molécule, le vemurafenib, attaque directement les cellules cancéreuses. Il faut savoir qu’environ 50 % des mélanomes sont porteurs d’une anomalie d’un gène dit “BRAF”. Ce dernier fabrique (code) une protéine devenue très dangereuse car elle entraîne une prolifération anarchique des cellules cancéreuses. Le vemurafenib agit en bloquant efficacement cette protéine néfaste.



Paris Match

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15763
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Espoir pour traiter le cancer de la peau   Ven 13 Juil 2007 - 12:00

NEWS 2007


En étudiant une maladie héréditaire rare de la peau, des chercheurs américains ont identifié une protéine, le collagène VII, essentielle pour préserver la peau mais qui semble également impliquée dans la propagation des cellules cancéreuses. L'étude montre en effet qu'en bloquant l'expression d'un fragment de cette protéine par un anticorps chez la souris, le cancer ne peut pas s'étendre. En revanche, l'activité normale de la protéine ne semblait pas affectée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15763
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Espoir pour traiter le cancer de la peau   Sam 19 Mar 2005 - 10:30

Identification d'une protéine jouant un rôle clé dans le cancer de la

Agence France-Presse

Washington

Des chercheurs américains ont identifié une protéine qui permet à des cellules cancéreuses de la peau de s'étendre, selon une étude publiée aux États-Unis.


Cette protéine, la collagène VII, qui joue normalement un rôle essentiel pour préserver la peau, est également utilisée par les tumeurs cancéreuses pour se propager, ont expliqué ces scientifiques de l'école de médecine de l'Université de Stanford dont les travaux sont publiés dans le revue Science datée du 18 mars. Cette découverte ouvre la porte à des traitements potentiels du cancer de la peau.

Ces chercheurs ont étudié 12 enfants souffrant d'une épidermolyse bulleuse acquise, une maladie rare de la peau touchant la couche profonde de l'épiderme et provoquant des cloques et des lésions.

Les deux-tiers des enfants ayant cette maladie développent des épithélioma spinocellulaire, la deuxième forme de cancer de la peau la plus courante avec plus de 200 000 nouveaux cas annuellement aux États-Unis.

Une analyse des tissus des douze enfants observés par les chercheurs de Stanford a montré que les échantillons de quatre d'entre eux ne sont pas devenus cancéreux même avec l'activation des mécanismes moléculaires provoquant un cancer.

Une étude de ces quatre échantillons a révélé qu'une mutation génétique a privé ces enfants de collagène VII, ont expliqué ces chercheurs.

Les échantillons des huit autres enfants, qui ont développé des cellules cancéreuses, ont connu d'autres mutations génétiques ayant produit un fragment de collagène VII.

Les scientifiques ont ensuite transplanté ces cellules cancéreuses à des souris qu'ils ont traitées avec un anti-corps bloquant le collagène VII, empêchant ainsi le cancer de s'étendre.


Dernière édition par le Sam 25 Aoû 2007 - 13:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Espoir pour traiter le cancer de la peau   Aujourd'hui à 8:13

Revenir en haut Aller en bas
 
Espoir pour traiter le cancer de la peau
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» espoir pour les Malades enfants de la Lune
» JE CROIS EN TOI !!PAROLES D'ESPOIR POUR TOUS !!
» Un espoir pour le SIDA
» Histoire, hystérie et espoir pour l'avenir...
» Centres experts en bipolarité: un espoir pour nous!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ESPOIRS :: Cancer :: recherche-
Sauter vers: