AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Nouveau traitement pour le cancer des ovaires

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15767
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Nouveau traitement pour le cancer des ovaires   Sam 22 Oct 2016 - 17:08

Research from Kumamoto University, Japan has found that a natural compound isolated from onions, onionin A (ONA), has several anti-ovarian cancer properties. This discovery is a result of research on the effects of ONA on a preclinical model of epithelial ovarian cancer (EOC) both in vivo and in vitro. This research comes from the same group that found ONA suppressed pro-tumor activation of host myeloid cells.

According to a 2014 review of cancer medicines from the World Health Organization, EOC is the most common type of ovarian cancer and has a 5-year survival rate of approximately 40%. It has a relatively low lifetime risk that is less than 1%, but that can increase up to 40% if there is a family history of the disease. A majority of patients (80%) experience a relapse after their initial treatment with chemotherapy, therefore a more effective line of treatment is needed.

Kumamoto University researchers found that ONA has several effects on EOC. The group's in vitro experiments showed that EOCs, which usually proliferate in the presence of pro-tumor M2 macrophages, showed inhibited growth after introduction of ONA. This was thought to be due to ONAs influence on STAT3, a transcription factor known to be involved in both M2 polarization and cancer cell proliferation. Furthermore, the team found that ONA inhibited the pro-tumor functions of myeloid derived suppressor cells (MDSC), which are closely associated with the suppression of the anti-tumor immune response of host lymphocytes, by using preclinical sarcoma model. ONA was also found to enhance the effects of anti-cancer drugs by strengthening their anti-proliferation capabilities. Moreover, experiments on an ovarian cancer murine model that investigated the effects of orally administered ONA resulted in longer lifespans and inhibited ovarian cancer tumor development. This was considered to be a result of ONA's suppression of M2 polarized macrophages.

The research shows that ONA reduces the progression of malignant ovarian cancer tumors by interfering with the pro-tumor function of myeloid cells. ONA appears to activate anti-tumor immune responses by nullifying the immunosuppressive function of myeloid cells. ONA has the potential to enhance existing anti-cancer drugs while also having little to no cytotoxic effects on normal cells. Additionally, side effects in animals have not been seen. With a little more testing, an oral ONA supplement should greatly benefit cancer patients.

---

La recherche de l'Université de Kumamoto, le Japon a découvert qu'un composé naturel isolé à partir d'oignons, onionin A (ONA), a plusieurs propriétés anti-cancer de l'ovaire. Cette découverte est le résultat de la recherche sur les effets de l'ONA sur un modèle préclinique de cancer ovarien épithélial (EOC) à la fois in vivo et in vitro. Cette recherche vient du même groupe qui a trouvé que ONA supprimait l'activation pro-tumorale des cellules myéloïdes hôte.

Selon une étude 2014 cancer médicaments de l'Organisation mondiale de la Santé, EOC est le type le plus commun de cancer de l'ovaire et a un taux de survie à 5 ans d'environ 40%. Il a un risque relativement faible dans la durée de la vie qui est inférieure à 1%, mais qui peut augmenter jusqu'à 40% en cas d'antécédents familiaux de la maladie. La majorité des patients (80%) font l'expérience d'une rechute après leur traitement initial avec la chimiothérapie, donc une ligne plus efficace de traitement est nécessaire.

Les chercheurs de l'Université de Kumamoto ont constaté que l'ONA a plusieurs effets sur EOC. in vitro, les expériences du groupe ont montré que les EOCs, qui prolifèrent habituellement en présence de pro-tumorales des macrophages M2, ont montré une croissance inhibée après l'introduction de l'ONA. Cela a été pensé pour être en raison de l'influence de l'ONA sur STAT3, un facteur de transcription connu pour être impliqué dans la polarisation de M2 et prolifération des cellules cancéreuses. En outre, l'équipe a constaté que l'ONA a inhibé les fonctions pro-tumorales de myéloïdes dérivées de cellules suppressives (MDSC), qui sont étroitement associés à la suppression de la réponse immunitaire anti-tumorale des lymphocytes hôtes, en utilisant le modèle du sarcome préclinique. ONA a également été trouvé pour améliorer les effets des médicaments anti-cancer en renforçant leurs capacités anti-prolifération. En outre, des expériences sur un modèle murin de cancer de l'ovaire, expériences qui cherchaient à comprendre les effets de l'administration par voie orale de l'ONA ont donné lieu à une durée de vie plus longue et le développement des tumeurs du cancer de l'ovaire a été inhibé. Cela a été considéré comme un résultat de la suppression par l'ONA des ​​macrophages polarisés par M2.

La recherche montre que l'ONA réduit la progression des tumeurs cancéreuses malignes de l'ovaire en interférant avec la fonction pro-tumorale des cellules myéloïdes. ONA semble activer des réponses immunitaires antitumorales en annulant la fonction immunosuppressive des cellules myéloïdes. ONA a le potentiel d'améliorer les médicaments anticancéreux existants tout en ayant peu ou pas d'effets cytotoxiques sur les cellules normales. En outre, aucun effet secondaire chez les animaux n'a été observé. Avec un peu plus de tests, un supplément oral ONA devrait grandement bénéficier aux patients atteints de cancer.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15767
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Nouveau traitement pour le cancer des ovaires   Mar 11 Oct 2016 - 15:49

ESMO 2016: Niraparib Significantly Improves Outcomes in Platinum-Sensitive Recurrent Ovarian Cancer

By The ASCO Post
Posted: 10/11/2016 9:44:40 AM
Last Updated: 10/11/2016 9:44:40 AM
Tweet this page
Key Points

   Median progression-free survival with niraparib compared to placebo was 21.0 vs 5.5 months in the germline BRCA mutation group, 9.3 months vs 3.9 months in the nongermline BRCA mutation group, and 12.9 vs 3.8 months in a subgroup of the nonmutation cohort who had homologous recombination DNA repair deficiencies.
   Compared to placebo, niraparib significantly prolonged the second progression-free survival, time to first subsequent treatment, and chemotherapy-free interval in the mutation and mutation-free groups, as well as in the HRD subgroup.
   More than 10% of patients had grade 3/4 adverse events following treatment with niraparib, of whom 28% had thrombocytopenia, 25% had anemia, and 11% had neutropenia. These were resolved with dose adjustments.

The PARP inhibitor niraparib significantly improves the outcome of platinum-sensitive recurrent ovarian cancer, according to full data from the ENGOT-OV16/NOVA trial presented by Mirza et al at the 2016 European Society for Medical Oncology (ESMO) Congress in Copenhagen (Abstract LBA3_PR), and published by Mirza et al in The New England Journal of Medicine. The trial met its primary endpoint, with niraparib considerably prolonging progression-free survival compared to placebo.

“There are limited treatment options in recurrent ovarian cancer,” said lead author Mansoor Raza Mirza, MD, Chief Oncologist at Rigshospitalet, Copenhagen University Hospital and Medical Director of the Nordic Society of Gynaecological Oncology. “Cumulative toxicity with platinum-based chemotherapy and lack of additional benefit limit its use. We then pause treatment until the next relapse and start combination chemotherapy.”

“The current options for maintenance therapy in the European Union (EU) are bevacizumab [Avastin]—which can only be given once and improves progression-free survival by just a few months—and the PARP inhibitor olaparib [Lynparza], which is only approved in patients with a germline BRCA mutation (about 10%–15% of ovarian cancer patients). No maintenance therapy is approved outside the EU,” he continued.

ENGOT-OV16/NOVA

This phase III trial was performed in collaboration with the European Network of Gynaecological Oncology Trial groups (ENGOT). The ENGOT-OV16/NOVA trial evaluated the efficacy and safety of the PARP inhibitor niraparib as maintenance therapy in patients with recurrent ovarian cancer who respond to platinum-based chemotherapy. Patients were assigned to cohorts by BRCA mutation status and randomized 2:1 to receive niraparib at 300 mg or placebo once daily.

The trial included 553 patients, of whom 203 had the germline BRCA mutation and 350 did not. Niraparib significantly improved the primary endpoint of progression-free survival compared to placebo in both cohorts, as well as in all subgroups.

Median progression-free survival with niraparib compared to placebo was 21.0 vs 5.5 months in the germline BRCA mutation group (hazard ratio


= 0.27, 95% confidence interval [CI] = 0.173–0.410, P < .0001); 9.3 vs 3.9 months in the nongermline BRCA mutation group (HR = 0.45, 95% CI = 0.338–0.607, P < .0001); and 12.9 vs 3.8 months in a subgroup of the nonmutation cohort who had homologous recombination DNA repair deficiencies, or HRD (HR = 0.38, 95% CI = 0.243–0.586, P < .0001).

---

ESMO 2016: Niraparib améliore de façon significative les résultats dans cancer de l'ovaire récurrent sensible au platine.

By The ASCO post
Publié: 11/10/2016 09:44:40


Points clés

   la survie sans progression médiane avec niraparib par rapport au placebo était 21,0 mois vs 5,5 mois dans le groupe de la mutation germline BRCA, 9,3 mois vs 3,9 mois dans le groupe de mutation BRCA nongermline et 12,9 vs 3,8 mois dans un sous-groupe de la cohorte de nonmutation qui avait une recombinaison homologue et des carences de réparation d'ADN.
   Par rapport au placebo, niraparib a prolongé de façon significative survie sans progression, après le temps du premier traitement, et l'intervalle sans chimiothérapie dans la mutation et les groupes sans mutation, ainsi que dans le sous-groupe de DRH. (recombinaison homologue de l'Adn.)
   Plus de 10% des patients avaient des événements indésirables de grade 3 et 4 après un traitement avec niraparib, dont 28% ont eu une thrombocytopénie, 25% avaient une anémie, et 11% avaient une neutropénie. Ceux-ci ont été résolus avec des ajustements posologiques.
---

L'inhibiteur de PARP niraparib améliore de manière significative le résultat de récidive du cancer de l'ovaire sensible au platine, selon les données complètes de l'essai ENGOT-OV16 / NOVA présenté par Mirza et al au Congrès à Copenhague de l'ESMO 2016 (Société européenne d'oncologie médicale 2016)  publié par Mirza et al dans le New England Journal of Medicine. L'essai a atteint son critère principal, avec niraparib  la survie sans progression par rapport au placebo a été considérablement augmentée.

"Il y a des options de traitement limitées dans le cancer ovarien récurrent», a déclaré le principal auteur Mansoor Raza Mirza, MD, chef-oncologue au Rigshospitalet, Hôpital Universitaire de Copenhague et directeur médical de la Société nordique oncologie gynécologique. «La toxicité cumulative avec la chimiothérapie et l'absence de bénéfice supplémentaire du platine limite son utilisation. Nous nous arrêtons ensuite le traitement jusqu'à la prochaine rechute et de commencons une chimiothérapie d'association. "

"Les options actuelles pour le traitement d'entretien dans l'Union européenne (UE) sont le bevacizumab [Avastin] -qui ne peut être donné une fois et améliore la survie sans progression de seulement quelques mois, et l'inhibiteur de PARP Olaparib [Lynparza], qui est seulement approuvé chez les patients présentant une mutation BRCA germinale (environ 10% -15% des patients atteints de cancer de l'ovaire). Aucun traitement d'entretien est approuvé en dehors de l'UE ", at-il poursuivi.

ENGOT-OV16 / NOVA

Cet essai de phase III a été réalisée en collaboration avec le Réseau européen des groupes d'oncologie gynécologique de première instance (ENGOT). Le procès ENGOT-OV16 / NOVA a évalué l'efficacité et l'innocuité du niraparib inhibiteur de PARP comme traitement d'entretien chez les patients atteints d'un cancer ovarien récurrent qui répondent à la chimiothérapie à base de platine. Les patients ont été assignés à des cohortes selon le statut BRCA de mutation et randomisés 2: 1 pour recevoir niraparib à 300 mg ou un placebo une fois par jour.

L'essai comprenait 553 patients, dont 203 avaient la mutation BRCA germinale et 350 ne l'avait pas. Niraparib a amélioré de manière significative le critère principal de survie sans progression par rapport au placebo dans les deux cohortes, ainsi que dans tous les sous-groupes.

la survie sans progression médiane avec niraparib par rapport au placebo était 21,0 vs 5,5 mois dans le groupe de mutation BRCA germinale (rapport risque


= 0,27, 95% intervalle de confiance [IC] = de 0,173 à 0,410, P <0,0001); 9.3 vs 3,9 mois dans le groupe de mutation BRCA nongermline (HR = 0,45, IC à 95% = 0,338 à 0,607, P <0,0001); et 12,9 vs 3,8 mois dans un sous-groupe de la cohorte de nonmutation qui avait homologues déficiences de réparation de l'ADN de recombinaison, ou HRD (HR = 0,38, IC à 95% = de 0,243 à 0,586, P <0,0001).

Voir aussi : http://espoirs.forumactif.com/t2432-combattre-les-cellules-cancereuses-circulantes-aussi

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15767
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Nouveau traitement pour le cancer des ovaires   Ven 23 Sep 2016 - 17:51

Sticky nanoparticles that deliver drugs precisely to their targets -- and then stay there -- could play a crucial role in fighting ovarian and uterine cancers.

A team of researchers at Yale found that a treatment using bioadhesive nanoparticles loaded with a potent chemotherapy drug proved more effective and less toxic than conventional treatments for gynecological cancer. The results of the work, led by professor Mark Saltzman at the Yale School of Engineering and Applied Science and professor Alessandro Santin at the Yale School of Medicine, appear Sept. 19 in the Proceedings of the National Academy of Sciences.

The nanoparticles are loaded with a drug known as epothilone B (EB) and injected into the peritoneal space, the fluid of the abdominal cavity. EB has been used in clinical trials to target tumor cells resistant to conventional chemotherapy agents. The drug proved effective in these trials, but severe side effects caused by the drug's high toxicity prevented further use.

The Yale Cancer Center researchers' treatment significantly reduces the drug's toxicity by encasing it in a nanoparticle that gradually releases the drug in high concentration at the cancer site. The problem with conventional nanoparticles, though, is that they are cleared from the target region too quickly to have much of an effect due to their small size, note the scientists.

"The challenge was to find a way to use that drug, which is very effective if you can keep it in the right place for a long enough period," said Saltzman, the Goizueta Foundation Professor of Biomedical and Chemical Engineering.

To that end, the Yale team developed nanoparticles covered with aldehyde groups, which chemically adhered to mesothelial cells in the abdominal cavity when injected into the peritoneum. Tested on mice with human tumors growing in their abdominal regions, the bioadhesive nanoparticles stayed in place for at least 24 hours. Non-adhesive nanoparticles injected into control mice began to leave the abdominal cavity after five minutes. Sixty percent of the mice receiving the treatment with the bioadhesive nanoparticles survived for four months -- a significant improvement over mice in the control groups, where 10% or fewer lived as long.

By localizing the delivery of the drug, Santin said, they both decreased the toxicity of the drug and increased its effectiveness. This treatment could be particularly beneficial to patients with later stages of ovarian and uterine cancer, which is extremely difficult to treat due to how the cancer spreads in the peritoneal region, he said.

"They've been treated with surgery and chemotherapy and are now resistant to any standard treatment, and we've shown that this agent can be effective," said Santin, professor of obstetrics, gynecology, and reproductive sciences, and research team leader of the Gynecologic Oncology Program at Smilow Cancer Hospital at Yale New Haven.

For future studies, Saltzman said, they may "tune" the nanoparticles' properties. For instance, they can adjust the adhesiveness of the particles, and how quickly the particles release the drugs at the target site.

---

Les nanoparticules collantes qui fournissent des médicaments précisément à leurs objectifs - et y restent - pourraient jouer un rôle crucial dans la lutte contre les cancers de l'ovaire et de l'utérus.

Une équipe de chercheurs de Yale a constaté qu'un traitement à l'aide de nanoparticules bioadhésifs chargées d'un médicament de chimiothérapie puissant s'est avérée plus efficace et moins toxique que les traitements conventionnels pour le cancer gynécologique. Les résultats des travaux, dirigés par le professeur Mark Saltzman à la Yale School of Engineering et sciences appliquées et professeur Alessandro Santin à la Yale School of Medicine, apparaissent le 19 septembre dans les Actes de l'Académie nationale des sciences. (la revue "Proceedings of the National Academy of Sciences.")

Les nanoparticules sont chargées d'un médicament connu sous le nom d'épothilone B (EB) et injecté dans l'espace péritonéal, dans le liquide de la cavité abdominale. EB a été utilisé dans des essais cliniques pour cibler les cellules tumorales résistantes aux agents de chimiothérapie classiques. Le médicament a prouvé son efficacité dans ces essais, mais des effets secondaires graves causés par la toxicité élevée du médicament a empêché une utilisation ultérieure.

Le traitement des chercheurs de Yale Cancer Center réduit considérablement la toxicité du médicament en l'enfermant dans une nanoparticule qui libère progressivement le médicament en forte concentration sur le site du cancer. Le problème avec des nanoparticules classiques, cependant, est qu'elles sont effacées de la région ciblée trop rapidement pour avoir beaucoup d'effet en raison de leur petite taille, notent les chercheurs.

«Le défi était de trouver un moyen d'utiliser ce médicament, qui est très efficace si vous pouvez le garder dans le bon endroit pour une période assez longue», a déclaré Saltzman, la Goizueta Fondation Professeur biomédical et de génie chimique.

A cette fin, l'équipe de Yale a développé des nanoparticules recouvertes de groupes aldéhyde, qui adhèrent chimiquement à des cellules mésothéliales dans la cavité abdominale lorsqu'elle est injectée dans le péritoine. Testé sur des souris avec des tumeurs humaines de plus en plus dans leurs régions abdominales, les nanoparticules bioadhésives sont restés en place pendant au moins 24 heures. des nanoparticules non adhésives injectées dans les souris témoins ont commencé à sortir de la cavité abdominale au bout de cinq minutes. Soixante pour cent des souris recevant le traitement avec les nanoparticules bioadhésifs a survécu pendant quatre mois - une amélioration significative par rapport aux souris dans les groupes de contrôle, où 10% ou moins vécu aussi longtemps.

En rendant plus locale la livraison du médicament, Santin dit que cela a diminué la toxicité du médicament et augmenter son efficacité. Ce traitement pourrait être particulièrement bénéfique pour les patients avec des stades ultérieurs de cancer de l'ovaire et de l'utérus, ce qui est extrêmement difficile à traiter en raison de la façon dont le cancer se propage dans la région péritonéale, at-il dit.

"Elles ont été traités avec la chirurgie et la chimiothérapie et sont maintenant résistantes à tout traitement standard, et nous avons montré que cet agent peut être efficace», a déclaré Santin, professeur d'obstétrique, gynécologie et sciences de la reproduction, et de l'équipe de recherche leader Programme d'oncologie gynécologique à l'hôpital Smilow cancer à Yale New Haven.

Pour les études futures, Saltzman dit, qu'ils peuvent ajuster les propriétés des nanoparticules. Par exemple, on peut ajuster l'adhésivité des particules et de la rapidité avec laquelle les particules libère les médicaments au niveau du site ciblé.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15767
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Nouveau traitement pour le cancer des ovaires   Mer 14 Sep 2016 - 10:48

Few effective treatments have been approved to treat ovarian cancer, the deadliest of all cancers affecting the female reproductive system. Now, new research from The Wistar Institute demonstrates how a drug already in clinical trials could be used to boost anti-tumor immunity and cause T-cells to target the cancer directly while minimizing side effects. The results were published in the journal Cell Reports.

There has been considerable interest in the programmed cell death-1 (PD-1) protein and its ligand (PD-L1) because the interaction between the two inhibits important T-cell activity aimed at stopping tumor growth. PD-L1 is expressed on the surface of both cancer cells and immune cells across many different cancer types. Antibody-based drugs that specifically halt this interaction have shown promising results, though patients have experienced immune-related side effects as a result.

"We wanted to explore anti-PD-L1 therapies specifically for ovarian cancer, but we also wanted to determine if other drugs that did not cause these negative anti-PD-L1 antibody-related side effects could be used to target this cancer-promoting pathway," said Rugang Zhang, Ph.D., professor and co-program leader in the Gene Expression and Regulation program at The Wistar Institute and lead author of the study.

Zhang and his team decided to screen for small molecule inhibitors that could be used as a treatment option. Small molecule inhibitors are a preferable form of cancer treatment because they block cancer progression by targeting cells that have proteins or mutations associated with cancer while sparing normal, healthy cells.

The researchers found that a class of drugs known as bromodomain and extraterminal domain (BET) inhibitors were particularly effective at suppressing PD-L1 activity when they studied the drug in epithelial ovarian cancer cell lines. Multiple BET inhibitors are in various stages of clinical trials for different types of cancer. They are able to suppress inflammatory responses, and they may be able to do so without affecting the anti-tumor immune response. In this study, they used an experimental BET inhibitor called JQ1.

Even though BET inhibitors do not specifically target PD-L1, the researchers were able to determine why this class of drugs is so effective. They showed that bromodomain-containing protein 4 (BRD4), one of the members of the BET family that is inhibited by these drugs, is a critical regulator of PD-L1 expression. The BRD4 gene is often amplified in ovarian cancer and may serve as a valuable biomarker to determine which ovarian cancer patients could benefit the most from receiving treatment with BET inhibitors.

"Targeting PD-L1 appears to be an effective strategy for combating a variety of human cancers," said Hengrui Zhu, Ph.D., a postdoctoral fellow in the Zhang lab and first author of the study. "With BET inhibitors, we believe we have found a powerful new addition to available therapeutic strategies for ovarian cancer."

---

Peu de traitements efficaces ont été approuvés pour traiter le cancer de l'ovaire, le plus meurtrier de tous les cancers qui affectent le système reproducteur féminin. Maintenant, une nouvelle étude de l'Institut Wistar montre comment un médicament déjà dans les essais cliniques pourraient être utilisés pour stimuler l'immunité anti-tumorale et causer des cellules T à cibler le cancer directement, tout en minimisant les effets secondaires. Les résultats ont été publiés dans les rapports Journal Cell.

Il y a eu un intérêt considérable dans le programme de mort de cellule-1 (PD-1) des protéines et de son ligand (PD-L1) en raison de l'interaction entre l'activité des cellules T importantes deux inhibiteurs visant à empêcher la croissance tumorale. PD-L1 est exprimé sur la surface des deux cellules cancéreuses et les cellules immunitaires dans de nombreux différents types de cancer.
Les médicaments à base d'anticorps qui arrêtent spécifiquement cette interaction ont montré des résultats prometteurs, bien que les patients ont subi des effets secondaires liés à l'immunité par la suite.

«Nous voulions explorer les thérapies anti-PD-L1 spécifiquement pour le cancer de l'ovaire, mais nous voulions également déterminer si d'autres médicaments qui ne causent pas ces effets secondaires liés aux anticorps anti-PD-L1 négatifs pourraient être utilisés pour cibler la promotion de cette voie pour le cancer", a déclaré Rugang Zhang, Ph.D., professeur et chef co-programme dans l'expression génique et le programme de règlement à l'Institut Wistar et auteur principal de l'étude.

Zhang et son équipe ont décidé de sélectionner des inhibiteurs de petites molécules qui pourraient être utilisés comme une option de traitement. Les inhibiteurs de petites molécules sont une forme préférable de traitement du cancer, car ils bloquent la progression du cancer en ciblant les cellules qui ont des protéines ou des mutations associées au cancer, tout en épargnant les cellules normales et saines.

Les chercheurs ont découvert qu'une classe de médicaments connus sous le nom d' inhibiteurs de  bromodomain et du domaine extraterminal (BET) étaient particulièrement efficaces pour supprimer l'activité PD-L1 quand ils ont étudié le médicament dans des lignées cellulaires du cancer ovarien épithélial. Les inhibiteurs multiples BET sont à différents stades d'essais cliniques pour différents types de cancer. Ils sont capables de supprimer les réponses inflammatoires, et ils peuvent être en mesure de le faire sans affecter la réponse immunitaire anti-tumorale. Dans cette étude, ils ont utilisé un inhibiteur expérimental BET appelé JQ1.

Même si les inhibiteurs de BET ne ciblent pas PD-L1, les chercheurs ont pu déterminer pourquoi cette classe de médicaments est si efficace. Ils ont montré que la protéine 4 (BRD4), l'un des membres de la famille BET qui est inhibée par ces médicaments, contenant bromodomain est un régulateur critique de l'expression de PD-L1. Le gène BRD4 est souvent amplifié dans le cancer de l'ovaire et peut servir de biomarqueur utile pour déterminer quels patients atteints de cancer de l'ovaire pourraient bénéficier le plus de recevoir un traitement par des inhibiteurs de BET.

«Cibler PD-L1 semble être une stratégie efficace pour lutter contre une variété de cancers humains", a déclaré Hengrui Zhu, Ph.D., un stagiaire postdoctoral dans le laboratoire Zhang et premier auteur de l'étude. "Avec les inhibiteurs de BET, nous pensons que nous avons trouvé une nouvelle  et puissante addition pour les stratégies thérapeutiques disponibles pour le cancer de l'ovaire."

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15767
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Nouveau traitement pour le cancer des ovaires   Sam 30 Juil 2016 - 18:20

Oxford University researchers have found a way to detect ovarian cancer early and identified an enzyme that is key in making ovarian cancer more deadly. Their results, published in two journals, provide new research routes for scientists trying to detect and beat the disease.

Ovarian cancer is the fifth most common cancer for women in the UK, with about 7100 new cases each year. However, it can be difficult to diagnose because it grows virtually unseen into the abdominal cavity. If detected early enough, ovarian cancer responds well to chemotherapy. However, once it metastasizes (spreads) it becomes resistant to chemotherapy and far more likely to kill.

In their first paper, in the online journal EBioMedicine, the Oxford team show that levels of a protein called SOX2 are much higher in the fallopian tubes of people with ovarian cancer and also in some people who are at high risk of developing ovarian cancer such as those with inherited mutations in BRCA1 and BRCA2 genes.

Professor Ahmed Ahmed, from the MRC Weatherall Institute of Molecular Medicine at Oxford University, said: 'Ovarian cancer can be undetectable for up to four years and only a third of people with the cancer get an early diagnosis. A test for SOX2 could not only help detect cancers early but in some cases would enable us to detect a tumour before it becomes cancerous. Early treatment hugely improves the odds for patients, so early detection is essential. However, there is still a lot of work to be done because detecting SOX2 in the fallopian tubes is not an easy task.'

In the second paper, in Cancer Cell, the team identified an enzyme that enables ovarian cancer to spread. When ovarian cancer spreads, it usually does so to the omentum, an apron of fatty tissue covering the small intestine. The most common cause of death in ovarian cancer patients is malnutrition as the growing cancer obstructs the intestines.

Professor Ahmed explained: 'The omentum is rich in adipocytes -- fat cells -- and previous research found that the free fatty acids produced by these cells increase the spread of cancer.

'However, we have found that ovarian cancer could only proliferate -- grow -- in the presence of an enzyme called SIK2, which has a role in 'burning' fat to produce energy that is needed by the cancer cells to survive in the omentum.

'We continued this study of SIK2 and found that levels of the enzyme were higher in secondary tumours in the omentum than in the related primary tumours in the ovaries.'

A series of experiments confirmed that SIK2 not only played a key role in growing ovarian tumours, but in the metastasis that spreads them to the omentum, where they become so much more deadly. Further experiments revealed the processes, know to medical researchers as 'pathways', involving SIK2 that support the development and spread of ovarian cancer.

Professor Ahmed said: 'SIK2 is an important target for future treatments because it provides cancer cells with energy and also drives their increase in number. Our experiments showed that suppressing SIK2 disrupted these pathways, which in the human body would reduce the possibility of cancer cells spreading and 'coming back'.'

Lord Maurice Saatchi, who campaigns for better access to cancer treatment, said: 'By explaining these very detailed processes, the Oxford team are providing maps for researchers working on ways to treat and defeat cancer. The more we understand, the closer we come to beating not just ovarian cancer, but all types of cancer.'

Katherine Taylor, Chief Executive at research charity Ovarian Cancer Action, one of the study's funders, said: 'We need to save the lives of more women by making ovarian cancer treatment more effective. There has been little progress in ovarian cancer treatment in the past 30 years so these findings are promising, and have provided two areas of focus for scientists working on ovarian cancer. Early detection and effective treatment are vital, and these discoveries will hopefully being us closer to both.'


---

Les chercheurs de l'Université d'Oxford ont trouvé un moyen pour détecter le cancer de l'ovaire précocément et identifié un enzyme qui est clé dans le cancer de l'ovaire plus mortel. Leurs résultats, publiés dans deux revues, fournissent de nouvelles voies de recherche pour les scientifiques qui tentent de détecter et de vaincre la maladie.

Le cancer de l'ovaire est le cinquième cancer le plus fréquent chez les femmes au Royaume-Uni, avec environ 7100 nouveaux cas chaque année. Cependant, il peut être difficile de le diagnostiquer car il pousse pratiquement invisible dans la cavité abdominale. S'il était détecté assez tôt, le cancer de l'ovaire répondrait bien à la chimiothérapie. Cependant, une fois qu'il se métastase (spreads), il devient résistant à la chimiothérapie et beaucoup plus susceptibles de tuer.

Dans leur premier document, dans la revue en ligne EBioMedicine, l'équipe montrent Oxford que les niveaux d'une protéine appelée SOX2 sont beaucoup plus élevés dans les trompes de Fallope des personnes atteintes de cancer de l'ovaire et aussi chez certaines personnes qui sont à risque élevé de développer un cancer de l'ovaire, comme ceux qui ont des mutations héréditaires dans les gènes BRCA1 et BRCA2.

Le professeur Ahmed Ahmed, de l'Institut Weatherall MRC de médecine moléculaire à l'Université d'Oxford, a déclaré: «Le cancer de l'ovaire peut être indétectable jusqu'à quatre ans et seulement un tiers des personnes atteintes du cancer obtiennent un diagnostic précoce. Un test pour SOX2 pourrait non seulement aider à détecter les cancers au début, mais dans certains cas, nous permettrait de détecter une tumeur avant qu'elle ne devienne cancéreuse. Un traitement précoce améliore grandement les chances pour les patients, alors la détection précoce est essentielle. Cependant, il y a encore beaucoup de travail à faire, car la détection de SOX2 dans les trompes de Fallope est pas une tâche facile.

Dans le second article, dans "Cancer Cell", l'équipe a identifié un enzyme qui permet au cancer de l'ovaire à se répandre. Lorsque les écarts de cancer de l'ovaire, il le fait généralement à l'épiploon, un tablier de tissu adipeux recouvrant l'intestin grêle. La cause la plus fréquente de décès chez les patients atteints de cancer de l'ovaire est la malnutrition parce que le cancer de plus en plus obstrue les intestins.

Professeur Ahmed a expliqué: «L'épiploon est riche en adipocytes - cellules graisseuses - et la recherche antérieure a révélé que les acides gras libres produits par ces cellules augmentent la propagation du cancer.

«Toutefois, nous avons constaté que le cancer des ovaires ne pouvait proliférer - se développer - en présence d'une enzyme appelée SIK2, qui a un rôle de 'brûler' la graisse pour produire de l'énergie qui est nécessaire pour les cellules cancéreuses pour survivre dans l'épiploon .

«Nous avons continué cette étude de SIK2 et avons constaté que les niveaux de l'enzyme étaient plus élevés dans les tumeurs secondaires dans l'épiploon que dans les tumeurs primaires connexes dans les ovaires.

Une série d'expériences a confirmé que SIK2 non seulement joue un rôle clé dans la croissance de tumeurs de l'ovaire, mais dans la métastase qui le propage à l'épiploon, où ils deviennent tellement plus mortels. D'autres expériences ont révélé les processus, connus par les chercheurs médicaux comme des «voies», impliquant SIK2 qui soutiennent le développement et la propagation du cancer de l'ovaire.

Le professeur Ahmed a déclaré: «SIK2 est une cible importante pour les futurs traitements, car il fournit des cellules cancéreuses en énergie et entraîne également l'augmentation de leur nombre. Nos expériences ont montré que la suppression de SIK2 perturbe ces voies, xw qui, dans le corps humain réduirait la possibilité que les cellules cancéreuses s'étendent et reviennent.

Lord Maurice Saatchi, qui milite pour un meilleur accès au traitement du cancer, a déclaré: «En expliquant ces processus très détaillés, l'équipe d'Oxford fournissent des cartes pour les chercheurs qui travaillent sur les moyens de traiter le cancer et le vaincre. Plus nous comprenons, plus nous arrivons à vaincre le non seulement le cancer de l'ovaire, mais tous les types de cancer.

Katherine Taylor, chef de la direction à la charité de recherche Ovarian Cancer Action, l'un des bailleurs de fonds de l'étude, a déclaré: «Nous devons sauver la vie de plus de femmes en rendant le traitement du cancer de l'ovaire plus efficace. Il y a eu peu de progrès dans le traitement du cancer de l'ovaire au cours des 30 dernières années, de sorte que ces résultats sont prometteurs, et ont fourni deux domaines d'intérêt pour les scientifiques travaillant sur le cancer de l'ovaire. La détection précoce et un traitement efficace sont essentiels, et ces découvertes, nous l'espérons nous rapproche de la victoire. ».


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15767
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Nouveau traitement pour le cancer des ovaires   Mer 15 Juin 2016 - 13:10

Metastatic ovarian cancer patients treated with chemotherapy prior to surgery had altered immune cells in their tumors, and specific alterations identified suggest that immunotherapy given after chemotherapy may help in preventing the cancer from coming back, reports Frances R. Balkwill, PhD, professor of cancer biology at Barts Cancer Institute in Queen Mary University of London, United Kingdom. The work is published in Clinical Cancer Research, a journal of the American Association for Cancer Research.

"We are studying a type of ovarian cancer called high-grade serous ovarian cancer (HGSC), which is quite difficult to treat for two main reasons: first, it is often detected after it has spread quite extensively in the body; and second, although the disease can respond well to the first chemotherapy treatments, it often relapses and becomes more difficult to treat. Therefore we need to find other treatment options after the initial treatment is given," said Balkwill.

Prior preclinical research in mice suggests that when chemotherapy destroys cancer cells, it also stimulates immune cells in the cancer that can kill cancer cells, she explained. "We wanted to study whether this was also true in cancer patients, and whether it occurred with the chemotherapy used to treat women with ovarian cancer," Balkwill added.

Balkwill and colleagues collected pre- and post-chemotherapy biopsies and blood samples from 54 patients with advanced-stage HGSC who underwent platinum-based neoadjuvant (given prior to surgery) chemotherapy, and from six patients who underwent surgery without prior chemotherapy.

The researchers analyzed the samples using immunohistochemistry and RNA sequencing to study the changes in the tumor immune microenvironment of patients who received and did not receive chemotherapy, and changes before and after chemotherapy. Patients were categorized into those who had a good response and those who had a poor response to chemotherapy, based on a recently approved chemotherapy response score that correlates with progression-free and overall survival.

They found that in patients who received chemotherapy, there was evidence of activation of certain types of T cells that can fight cancer cells, while the number of a type of T cell that suppresses the immune system decreased. The results were more pronounced in those who had a good response to chemotherapy, compared with those who had a poor response to chemotherapy.

The team also found that chemotherapy reduced the blood levels of certain cytokines--inflammatory molecules that promote cancer growth--often back to normal levels in the patients. "This could help immunotherapies work better," Balkwill noted.

"Our study showed that chemotherapy altered the immune cells called T cells that are found in metastatic ovarian cancer samples in a way that suggested they were better able to fight the cancer after the treatment. Our research provides evidence that immunotherapy may be more effective if given straight after chemotherapy," Balkwill said.

"Although we found that chemotherapy activated the T cells, the levels of the protein PD-L1 [to which the immune checkpoint molecule PD-1 binds to disable T cells and prevent them from recognizing and destroying the cancer cells] remained the same or increased. However, immune checkpoint blockade therapies [such as pembrolizumab and nivolumab] can stop this from happening, so we suggest that immune checkpoint blockade might be a suitable form of immunotherapy to give to ovarian cancer patients after chemotherapy," she added.

"The chemotherapies, carboplatin and paclitaxel, given in our study are also used to treat many different cancer types. It will, therefore, be very interesting and potentially promising if similar effects are seen in other cancer types, such as lung cancer," Balkwill noted.

---

Les patientes atteintes de cancer de l'ovaire métastatique traités par chimiothérapie avant la chirurgie ont modifié les cellules immunitaires dans leurs tumeurs, et des altérations spécifiques identifiées suggèrent que l'immunothérapie donnée après la chimiothérapie peut aider à empêcher le cancer de revenir.

«Nous étudions un type de cancer de l'ovaire (le HGSC) qui est assez difficile à traiter pour deux raisons principales: d'abord, il est souvent détecté après qu'il se soit propagé assez largement dans le corps; et, deuxièmement, bien que la maladie puisse bien répondre aux premiers traitements de chimiothérapie, il revient souvent et devient plus difficile à traiter. Par conséquent, nous devons trouver d'autres options de traitement après que le traitement initial soit donné ", a déclaré Balkwill.

la recherche préclinique chez des souris préalablement suggère que lorsque la chimiothérapie détruit les cellules cancéreuses, elle stimule également les cellules immunitaires dans le cancer qui peuvent tuer des cellules cancéreuses, a-t-elle expliqué. «Nous avons voulu étudier si cela était également vrai chez les patients cancéreux, et si elle a eu lieu avec la chimiothérapie utilisée pour traiter les femmes avec cancer de l'ovaire", a ajouté Balkwill.

Balkwill et ses collègues ont recueilli des biopsies pré et post-chimiothérapie et des échantillons de sang de 54 patientes atteintes de HGSC à un stade avancé qui ont subi une chimiothérapie néoadjuvante à base de platine (donnée avant la chirurgie) de six patientes ayant subi une chirurgie sans chimiothérapie préalable.

Les chercheurs ont analysé les échantillons en utilisant l'immunohistochimie et de l'ARN en séquence pour étudier les changements dans le microenvironnement tumoral immunitaire des patientes ayant reçu et n'a pas reçu de chimiothérapie, et les changements avant et après la chimiothérapie. Les patientes ont été classées en celles qui ont eu une bonne réponse et celles qui avaient une mauvaise réponse à la chimiothérapie, basé sur un score de réponse à la chimiothérapie récemment approuvé qui est en corrélation avec la survie sans progression et globale.

Ils ont constaté que chez les patientes ayant reçu une chimiothérapie, il y avait des preuves d'activation de certains types de cellules T qui peuvent lutter contre les cellules cancéreuses, tandis que le nombre d'un type de cellules T qui supprime le système immunitaire avait diminué. Les résultats ont été plus prononcés chez celles qui avaient une bonne réponse à la chimiothérapie, par rapport à ceux qui ont eu une mauvaise réponse à la chimiothérapie.

L'équipe a également constaté que la chimiothérapie a réduit les taux sanguins de certaines cytokines inflammatoires - des molécules qui favorisent la croissance du cancer - souvent à des niveaux normaux chez les patients. "Cela pourrait aider à ce que les  immunothérapies fonctionnent mieux», a noté Balkwill.

"Notre étude a montré que la chimiothérapie a modifié les cellules immunitaires appelées cellules T qui se trouvent dans des échantillons de cancer de l'ovaire métastatique d'une manière qui a suggéré qu'elles étaient mieux à même de lutter contre le cancer après le traitement. Notre recherche démontre que l'immunothérapie peut être plus efficace si elle est donnée tout de suite après la chimiothérapie ", a déclaré Balkwill.

"Même si nous ayons constaté que la chimiothérapie active les cellules T, les niveaux de la protéine PD-L1 [à laquelle la molécule de point de contrôle immunitaire PD-1 se lie pour désactiver les cellules T et les empêcher de reconnaître et de détruire les cellules cancéreuses] est resté le même ou a augmenté. Cependant, les thérapies immunitaires de blocus de chekpoint lambrolizumab et nivolumab peuvent empêcher cela, donc nous suggérons que le blocage immunitaire du checkpoint pourrait être une forme appropriée d'immunothérapie pour donner aux patients atteints du cancer de l'ovaire après la chimiothérapie, "at-elle ajouté.

"Les chimiothérapies, le carboplatine et le paclitaxel, compte tenu de notre étude sont également utilisés pour traiter de nombreux types de cancer différents. Il sera donc très intéressant et potentiellement prometteur si des effets similaires sont observés dans d'autres types de cancer, comme le cancer du », a noté Balkwill.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15767
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Nouveau traitement pour le cancer des ovaires   Jeu 7 Jan 2016 - 15:56

UCLA scientists have developed a promising novel method to treat gynecologic tumors. The approach focuses on a protein called p53, which is commonly mutated in women who have high-grade serous ovarian cancer, the deadliest form of reproductive cancer. In many women with the disease, the cancer is very advanced by the time it is diagnosed and is therefore difficult to treat.

The discovery was the result of a three-year study co-led by Drs. David Eisenberg and Sanaz Memarzadeh, members of the UCLA Jonsson Comprehensive Cancer Center. The findings, which were published online in the journal Cancer Cell, could ultimately lead to new targeted therapies for many other types of cancer carrying similar p53 mutations.

P53 is known as the "guardian of the genome." It prevents damaged cells from reproducing by stopping their growth until the damage is repaired or, if the damage cannot be reversed, promotes cell death.

But mutations, which are found in 96 percent of patients with high-grade serous ovarian tumors, can cause p53 to form clumps, or "aggregates," which impair the protein's normal function. As a result, the damaged cells are able to multiply uncontrollably, which can lead to cancer.

The UCLA scientists developed and tested a peptide called ReACp53, which penetrates cancer cells and prevents mutated p53 from clumping together. The technique restores normal p53 function, causing death of the ovarian cancer cells.

"Our lab has worked for 15 years on the protein aggregates that cause amyloid diseases such as Alzheimer's and Parkinson's disease," said Eisenberg, who also is a professor of biological chemistry and a member of UCLA-DOE Institute. "These aggregates are organized as fibers that are 500 times smaller than the width of a hair, which is quite a challenge."

"This approach was originally developed for neurodegenerative diseases and we are now applying it to cancer therapy," said Alice Soragni, a UCLA postdoctoral scholar in Eisenberg's lab and first author of the study. "We identified the sticky segments of p53 that cause the protein to clump by using a computer algorithm, determined their structure and then designed ReACp53 to block this process," Soragni added. "This can keep the protein from clumping so it can do its job and kill cancer cells."

The researchers isolated tumor cells from patients and grew them to reproduce small tumors in the lab dish. The "mini-tumors" are extremely useful for drug development because they faithfully replicate several features of the original cancer.

"The results were remarkable, with significant shrinkage in patient-derived tumors," said Memarzadeh, who also is an associate professor of obstetrics and gynecology and the director of the G.O. Discovery Laboratory at the Eli and Edythe Broad Center of Regenerative Medicine and Stem Cell Research and associate professor.

She added that the approach produced no obvious side effects in a physiological model and that ReACp53 was very well tolerated.

More than 80 percent of women with advanced stage high-grade serous ovarian cancer experience relapses even after repeated surgeries and multiple rounds of chemotherapy, and this effective new approach to treat the disease could be a major step forward in preventing cancer from returning. More than 15,000 women a year in the U.S. die from all types of ovarian cancer.


---


Les scientifiques de l'UCLA ont développé une nouvelle méthode prometteuse pour traiter les tumeurs gynécologiques. L'approche se concentre sur une protéine appelée p53, qui est communément muté chez les femmes qui ont un cancer de l'ovaire. Dans de nombreuses femmes atteintes de la maladie, le cancer est très avancé au moment où il est diagnostiqué et est donc difficile à traiter.

La découverte a été le résultat d'une étude de trois ans co-dirigée par les Drs. David Eisenberg et Sanaz Memarzadeh, membres de l'UCLA Jonsson Comprehensive Cancer Center. Les résultats, qui ont été publiés en ligne dans la revue Cancer Cell, pourraient finalement conduire à de nouvelles thérapies ciblées pour de nombreux autres types de cancer porteuses de mutations du gène p53 similaires.

P53 est connue comme la «gardienne du génome». Il empêche les cellules endommagées de se reproduire en arrêtant leur croissance jusqu'à ce que le dommage est réparé ou, si le dommage ne peut être inversée, favorise la mort cellulaire.

Mais les mutations, qui se trouvent dans 96 pour cent des patients atteints de cancer de l'ovaire peuvent causer des amas de p53, ou «agrégats», ce qui nuit à la fonction normale de la protéine. En conséquence, les cellules endommagées sont capables de se multiplier de manière incontrôlée, ce qui peut conduire au cancer.

Les scientifiques ont développé et testé un peptide appelé ReACp53, qui pénètre dans les cellules cancéreuses et empêche p53 muté de former des agrégats. La technique restaure la fonction normale du gène p53, ce qui provoque la mort des cellules de cancer de l' .

"Notre laboratoire a travaillé pendant 15 ans sur les agrégats de protéines qui provoquent des maladies amyloïdes telles que la maladie d'Alzheimer et la maladie de Parkinson», a déclaré Eisenberg, qui est aussi un professeur de chimie biologique et un membre de l'UCLA-DOE Institut. "Ces agrégats sont organisées sous forme de fibres qui sont 500 fois plus petits que la largeur d'un cheveu, ce qui est tout un défi."

"Cette approche a été développée à l'origine pour les maladies neurodégénératives et nous sommes maintenant de l'appliquer à la thérapie du cancer," a déclaré Alice Soragni, chercheur postdoctoral dans le laboratoire UCLA de Eisenberg et premier auteur de l'étude. "Nous avons identifié les segments collant du p53 qui causent la protéine à s'agglutiner en utilisant un algorithme informatique, déterminé leur structure et ensuite conçu ReACp53 pour bloquer ce processus", a ajouté Soragni. "Cela peut garder la protéine de l'agglutination de sorte qu'il puisse faire son travail et de tuer les cellules cancéreuses."

Les chercheurs ont isolé des cellules tumorales de patients et les ont faites se reproduire pour former de petites tumeurs dans le plat de laboratoire. Les «mini-tumeurs« sont extrêmement utiles pour le développement de médicaments parce qu'ils répliquent fidèlement plusieurs caractéristiques du cancer primitif.

"Les résultats ont été remarquables, avec un retrait significatif dans les tumeurs provenant de patients", a déclaré Memarzadeh, qui est également professeur associé d'obstétrique et de gynécologie et le directeur de la Découverte Laboratoire GO au Centre Eli et Edythe Broad de la médecine régénératrice et de cellules souches la recherche et professeur agrégé.

Elle a ajouté que l'approche ne produit pas d'effets secondaires évidents dans un modèle physiologique et que ReACp53 été très bien toléré.

Cette nouvelle approche efficace pour traiter la maladie pourrait être une avancée majeure pour empêcher le cancer de revenir. Plus de 15.000 femmes par an aux États-Unis meurent de tous les types de cancer de l'ovaire.

voir aussi http://espoirs.forumactif.com/t1431-les-microarns-ou-miarns


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15767
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Nouveau traitement pour le cancer des ovaires   Mar 1 Déc 2015 - 16:59

Ovarian cancer is the seventh most common cancer among women worldwide, and it often goes undetected until it has spread to other parts of the body. More than 70% of ovarian cancer patients experience relapse; when recurrent cancers become resistant to chemotherapy, they become extremely difficult to treat. But what if patients could make use of their own immune system?

Studies have shown that the body's immune system has the potential to fight many kinds of cancer. However, some cancers have several ways of evading attack from the immune system. The mechanism, called 'cancer immune escape', comes in the form of a pathway mediated by an immune checkpoint known as the PD-1 signal. The PD-1 signal originally has been known to regulate excessive autoimmune responses. This finding has sent many oncologists into an overdrive in their efforts to develop antibodies toward the PD-1 signal for a new cancer treatment.

Nivolumab, an inhibitory antibody for PD-1, has shown efficacy in several types of malignancies including melanoma, kidney cancer, and non-small cell lung cancer.

"Antibodies were already used to treat some other types of cancers, but nothing was effective against ovarian cancer," said lead author Junzo Hamanishi. "We found in a previous study that high expression of the PD-1 ligand, PD-L1, results in a worse disease outcome for ovarian cancer patients. So we thought nivolumab was promising for treating ovarian cancer that became resistant to platinum-based chemotherapy."

In a phase II clinical trial spanning three years, the team injected nivolumab into 20 patients with platinum-resistant ovarian cancer. The patients received treatment every two weeks up to a period of one year or until the disease progressed.

Most of the patients were able to complete the trial with a median overall survival of 20 months. Compared with a previous study on nivolumab, this study showed a much quicker antitumor effect.

This is the first time the safety and efficacy of nivolumab has been demonstrated in patients whose ovarian cancer was non-responsive to other treatments. This was also the first women-only study on the efficacy of PD-1/PD-L1 signal inhibitors, providing valuable insight on the side effects unique to middle-age women who take PD-1 antibodies.

"As a result of this study outcome, medical institutions -- especially in the US -- have become enthusiastic about running clinical trials for ovarian cancer using nivolumab," said senior author Ikuo Konishi. "We hope this treatment will become more accessible in Japan in the near future."


---

Le cancer des ovaires est le septième cancer le plus fréquent chez les femmes dans le monde entier, et il passe souvent inaperçue jusqu'à ce qu'il ait propagé à d'autres parties du corps. Plus de 70% des patients atteints de cancer de l'ovaire rechutent; quand les cancers récurrents deviennent résistantes à la chimiothérapie, ils deviennent extrêmement difficile à traiter. Et si les patients pouvaient faire usage de leur propre système immunitaire ?!

Des études ont montré que le système immunitaire du corps a la capacité de lutter contre de nombreux types de cancer. Cependant, certains cancers ont plusieurs façons d'échapper à l'attaque du système immunitaire. Le mécanisme, appelé 'échappement immunitaire contre le cancer », se présente sous la forme d'une voie médiée par un poste de contrôle immunitaire connu comme le signal PD-1. Le signal PD-1 à l'origine a été connu pour réguler les réponses auto-immunes excessives. Cette constatation a envoyé de nombreux oncologues dans un overdrive dans leurs efforts pour développer des anticorps vers le signal PD-1 pour un nouveau traitement contre le cancer.

Nivolumab, un anticorps inhibiteur de PD-1, a montré une efficacité dans plusieurs types de tumeurs malignes, y compris le mélanome , le cancer du , et cancer du non à petites cellules.

"Les anticorps ont été déjà utilisé pour traiter certains autres types de cancers, mais rien n'a été efficace contre le cancer de l' ", a déclaré le principal auteur Junzo Hamanishi. «Nous avons constaté dans une étude précédente que la forte expression de la PD-1 ligand, PD-L1, aboutit à une évolution de la maladie pire pour les patientes atteintes du cancer de l'ovaire. Donc, nous avons pensé que le nivolumab pourrait être prometteur pour le traitement du cancer de l'ovaire qui est devenu résistant à la chimiothérapie à base de platine ».

Dans un essai clinique de phase II couvrant trois ans, l'équipe a injecté nivolumab à 20 patientes atteintes de cancer de l'ovaire résistant au platine. Les patients ont reçu un traitement toutes les deux semaines pour une période d'un an ou jusqu'à ce que la maladie progressait.

La plupart des patients étaient en mesure de terminer le test avec une médiane de survie globale de 20 mois. En comparaison avec une étude précédente sur nivolumab, cette étude a montré un effet antitumoral beaucoup plus rapide.

Ceci est la première fois que la sécurité et l'efficacité ont été démontrée nivolumab chez les patients dont le cancer des ovaires était non-sensible à d'autres traitements. Ce fut aussi la première étude pour femmes seulement sur l'efficacité des inhibiteurs de signal / PD-L1 1 PD-, fournissant de précieuses informations sur les effets secondaires uniques aux femmes d'âge moyen qui prennent l'anticorps PD-1.

"À la suite de ce résultat de l'étude, les établissements médicaux - en particulier aux Etats-Unis - sont devenus enthousiastes sur l'exécution des essais cliniques pour le cancer de l'ovaire à l'aide de nivolumab", a déclaré l'auteur principal Ikuo Konishi. "Nous espérons que ce traitement va devenir plus accessible au Japon dans un avenir proche."





_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15767
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Nouveau traitement pour le cancer des ovaires   Dim 1 Nov 2015 - 17:08

Scientists are investigating a biodegradable nanomedicine that can selectively destroy ovarian cancer cells left behind after surgery. These findings are a step forward in the development of targeted therapies for hard-to-treat cancers. This work is being presented Oct. 29 at the 2015 American Association of Pharmaceutical Scientists (AAPS) Annual Meeting and Exposition, the world's largest pharmaceutical sciences meeting, in Orlando, Fla. Oct. 25-29.

The American Cancer Society estimates that in 2015, about 21,290 new cases of ovarian cancer will be diagnosed and 14,180 women will die in the U.S. The current standard of care for advanced ovarian cancer is limited to surgery, followed by chemotherapy. In the absence of additional treatment options, approaches like image guided surgery and intraoperative phototherapy are being explored to ensure better tumor removal.

Oleh Taratula, Ph.D., an assistant professor in the Oregon State University College of Pharmacy and colleagues are currently evaluating the potential of molecules called fluorophores to act as internal trackers -- injected into the bloodstream before surgery to guide surgeons to residual cancerous cells. Building on this previous work, Taratula is investigating a novel technology that has the ability to locate ovarian tumor cells in the body via a fluorescent signal and destroy them with heat.

The researchers constructed a silicon naphthalocyanine loaded biodegradable polymeric nanoparticle (SiNc-PNP) with near-infrared (NIR) optical properties required for imaging and treatment of deep-seated tumors. After successfully confirming its functionality, the SiNc-PNPs were administered intravenously into mice bearing ovarian cancer tumors. The SiNc-loaded nanoparticles were shown to accumulate predominantly in tumors after 24 hours. The team also demonstrated that the nanoparticles were cleared from the animal's body within 96 hours, an important characteristic for similar nanoplatforms in development, since the U.S. FDA requires all injected contrast agents to be completely vacant from the body in a reasonable time period. Under fluorescence imaging guidance, the tumors were exposed to NIR light for 10 minutes. Out of a total of five mice treated with phototherapy, 100 percent showed complete tumor eradication and no evidence of cancer recurrence after one month. During the course of the study none of the mice treated exhibited weight loss or changes in behavior, or died.

"Given the current barriers associated with existing image guided surgery and phototherapy methods, we set out to create a better nanoplatform that serves as useful tools for surgeons," said Taratula. "These challenges exist because certain compounds are not cancer-specific, demonstrate low fluorescence and phototherapeutic efficiency and gradually fade under light, leading to false negative results. Our nanoparticles are overcoming these issues, acting as an extra pair of eyes and scissors by providing real-time imaging and phototherapy treatment during surgery."

Taratula's team plans to perform image guided surgery in conjunction with their platform on mice using other types of tumor models before moving into large animals and human studies.

---



Les scientifiques enquêtent sur un nanomédecine biodégradables qui peuvent détruire sélectivement les cellules cancéreuses de l'ovaire laissées après la chirurgie. Ces résultats sont un pas en avant dans le développement de thérapies ciblées pour les cancers difficiles à traiter. Ce travail a été présenté le 29 octobre 2015 à la réunion de l'Association américaine of Pharmaceutical Scientists (AAPS), la plus grande réunion des sciences pharmaceutiques du monde, à Orlando, en Floride. qui s'est tenue du 25 à 29 octobre.

La norme actuelle de soins pour le cancer avancé de l'ovaire est limité à la chirurgie, suivie d'une chimiothérapie. En l'absence d'options de traitement supplémentaires, des approches comme la chirurgie guidée par l'image et la photothérapie peropératoire sont explorées pour assurer l'élimination au mieux de toute la tumeur.

Oleh Taratula, Ph.D., professeure adjointe au Collège Oregon State University of Pharmacy et ses collègues sont en train d'évaluer le potentiel des molécules appelées fluorophores à agir comme des trackers internes - injecté dans la circulation sanguine avant la chirurgie pour guider les chirurgiens vers des cellules cancéreuses résiduelles . Fort de ce travail précédent, Taratula enquête sur une nouvelle technologie qui a la capacité de localiser les cellules tumorales ovariennes dans le corps par l'intermédiaire d'un signal fluorescent et les détruire avec la chaleur.

Les chercheurs ont construit une naphtalocyanine de silicium chargé d'une nanoparticule de polymère biodégradable (SINC-PNP) avec des propriétés de proche infrarouge (NIR) requises pour l'imagerie et le traitement des tumeurs profondes. Après avoir confirmé avec succès sa fonctionnalité, le SINC-PCP ont été administrés par voie intraveineuse à des souris porteuses de tumeurs cancéreuses de l'ovaire. Les nanoparticules chargées ont démontrés qu'elles s'étaient accumulées principalement dans les tumeurs après 24 heures. L'équipe a également démontré que les nanoparticules ont été effacés du corps de l'animal dans les 96 heures, une caractéristique importante pour des nano plateforme similaires en développement, puisque la FDA américaine exige que tous les agents de contraste injectés doivent être complètement évacués du corps dans un délai raisonnable. Sous l'imagerie par guidage de fluorescence, les tumeurs ont été exposés à la lumière NIR pendant 10 minutes. Sur un total de cinq souris traitées avec la photothérapie, 100 pour cent ont montré l'éradication complète de la tumeur et aucune preuve de récidive du cancer après un mois. Au cours de l'étude aucune des souris traitées présenté une perte de poids ou des changements dans le comportement, ou sont mortes.

"Etant donné les obstacles actuels liés aux méthodes de guidage de chirurgie de la photothérapie existante, nous avons décidé de créer un meilleur nanoplatforme qui sert d'outils utiles pour les chirurgiens", a déclaré Taratula. "Ces défis existent parce que certains composés ne sont pas spécifiques au cancer, et démontrent une faible fluorescence et une faible efficacité photothérapeutique et disparaissent progressivement sous la lumière, conduisant à des résultats faussement négatifs. Nos nanoparticules surmontent ces questions, agissant comme une paire d'yeux et ce ciseaux supplémentaire en fournissant en temps réel une imagerie et un traitement de photothérapie pendant la chirurgie ".

L'équipe de Taratula prévoit d'effectuer la chirurgie guidée par l'image en conjonction avec leur plate-forme sur des souris en utilisant d'autres types de modèles de tumeurs avant d'emménager dans de grands animaux et des études humaines.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15767
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Nouveau traitement pour le cancer des ovaires   Mar 29 Sep 2015 - 16:12

A team of researchers at the MedUni Vienna has confirmed in a recent study its new concept for the targeted treatment of ovarian cancer. The concept is intended to better control the development of resistance and improve treatment outcomes. The strategy focuses on halting tumour growth by inhibiting two signal networks instead of just one. The results are extremely promising and were presented at the ECC2015, which was held from the 25th to the 29th of September in Vienna. The next stage involves the verification of the concept in in vivo studies.

Targeted cancer treatment is designed to block the signalling networks used by tumour cells. This stops the malignant cells from receiving signals which lead, for example, to cell growth or cell death. Usually the structures involved are proteins, known as receptors, which are found in abundant numbers on the surface of the tumour cells or inside it and which pick up these signals and pass them on, ultimately causing degeneration of the cell.

Until now, the primary focus for treatment was the cell division signalling pathways, i.e. the mechanisms that prompt the cell to divide and grow. Thomas Grunt from the University Department of Internal Medicine I, Head of the CCC Research Cluster Cell Signaling and Metabolism and leader of the new study, says: "Unfortunately, malignant cells are very flexible and develop resistances to the new, targeted therapeutic agents we use. This is the biggest problem in oncology. Our idea was therefore to block a second signalling system in order to improve the impact of the substance being used."

One such network involves metabolic pathways, for example. They are also responsible for the establishment of the cell structure, energy gain and cell nutrition. Since malignant cells have a hyperactive fatty acid metabolism, the team of researchers took a closer look at this in their current study. Says Grunt: "We investigated how the two signalling pathways interact with each other at molecular level and we were able to identify an enzyme known as PI3K-mTORC1 kinase as the central interface for both systems. Cell tests have shown that inhibiting this enzyme leads to cell death and reduces the rate of cell division."

The next step is to organise further studies designed to test which of the substances that are already available for inhibiting PI3K-mTORC1 also work in humans. The study is being presented at the ECC2015 as part of the translational research poster session.


---

Une équipe de chercheurs de l'Université de Vienne a confirmé dans une étude récente son nouveau concept pour le traitement ciblé du cancer de l'ovaire . Le concept est destiné à mieux contrôler le développement de la résistance et d'améliorer les résultats du traitement. La stratégie met l'accent sur la croissance tumorale en inhibant deux réseaux au lieu d'un seul signal. Les résultats sont extrêmement prometteurs et ont été présentés à la ECC2015, qui a eu lieu du 25 au 29 Septembre à Vienne. L'étape suivante consiste à la vérification du concept dans les études in vivo.

Le traitement du cancer ciblé est conçu pour bloquer les réseaux de signalisation utilisés par les cellules tumorales. Cela empêche les cellules malignes de recevoir des signaux qui conduisent, par exemple, à la croissance cellulaire ou la mort cellulaire. Habituellement, les structures impliquées sont des protéines, appelées récepteurs, qui se trouvent en nombre abondant sur la surface des cellules tumorales ou à l'intérieur et qui ramassent ces signaux et les transmetent, causant finalement la dégénérescence de la cellule.

Jusqu'à présent, l'objectif principal pour le traitement était la division cellulaire des voies de signalisation, à savoir les mécanismes qui poussent la cellule à se diviser et croître. Thomas Grunt de l'Université déclare: «Malheureusement, les cellules malignes sont très flexibles et développent des résistances aux nouveaux agents thérapeutiques que nous utilisons. Ceci est le plus gros problème en oncologie. Notre idée était donc de bloquer un deuxième système de signalisation afin d'améliorer l'impact de la substance utilisée ".

Un tel réseau comporte des voies métaboliques, par exemple. Ils sont également responsables de la mise en place de la structure de la cellule, le gain de l'énergie et de la nutrition cellulaire. Puisque les cellules malignes ont un métabolisme des acides gras hyperactif, l'équipe de chercheurs a pris un coup d'oeil de plus près dans leur étude. Dit Grunt: "Nous avons étudié la façon dont les deux voies de signalisation interagissent les uns avec les autres au niveau moléculaire et nous avons été en mesure d'identifier une enzyme appelée kinase PI3K-mTORC1 comme interface centrale pour les deux systèmes. Les tests cellulaires ont montré que l'inhibition de cette enzyme entraîne. la mort des cellules et réduit le taux de division cellulaire ».

La prochaine étape est d'organiser de nouvelles études visant à tester des substances qui sont déjà disponibles pour inhiber PI3K-mTORC1 fonctionne également chez l'homme. L'étude est présentée à la ECC2015.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15767
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Nouveau traitement pour le cancer des ovaires   Jeu 29 Jan 2015 - 17:37

In the battle against ovarian cancer, UNC School of Medicine researchers have created the first mouse model of the worst form of the disease and found a potential route to better treatments and much-needed diagnostic screens.

Led by Terry Magnuson, PhD, the Sarah Graham Kenan Professor and chair of the department of genetics, a team of UNC genetics researchers discovered how two genes interact to trigger cancer and then spur on its development.

"It's an extremely aggressive model of the disease, which is how this form of ovarian cancer presents in women," said Magnuson, who is also a member of the UNC Lineberger Comprehensive Cancer Center. Not all mouse models of human diseases provide accurate depictions of the human condition. Magnuson's mouse model, though, is based on genetic mutations found in human cancer samples.

Mutations in two genes -ARID1A and PIK3CA -- were previously unknown to cause cancer. "When ARID1A is less active than normal and PIK3CA is overactive," Magnuson said, "the result is ovarian clear cell carcinoma 100 percent of the time in our model."

The research also showed that a drug called BKM120, which suppresses PI3 kinases, directly inhibited tumor growth and significantly prolonged the lives of mice. The drug is currently being tested in human clinical trials for other forms of cancer.

The work, published in the journal Nature Communications, was spearheaded by Ron Chandler, PhD, a postdoctoral fellow in Magnuson's lab. Chandler had been studying the ARID1A gene -- which normally functions as a tumor suppressor in people -- when results from cancer genome sequencing projects showed that the ARID1A gene was highly mutated in several types of tumors, including ovarian clear cell carcinoma. Chandler began researching the gene's precise function in that disease and found that deleting it in mice did not cause tumor formation or tumor growth.

"We found that the mice needed an additional mutation in the PIK3CA gene, which acts like a catalyst of a cellular pathway important for cell growth," Chandler said. Proper cell cycle regulation is crucial for normal cell growth. When it goes awry, cells can turn cancerous.

"Our research shows why we see mutations of both ARID1A and PIK3CA in various cancers, such as endometrial and gastric cancers," Chandler said. "Too little expression of ARID1A and too much expression of PIK3CA is the perfect storm; the mice always get ovarian clear cell carcinoma. This pair of genes is really important for tumorigenesis."

Magnuson's team also found that ARID1A and PIC3CA mutations led to the overproduction of Interleukin-6, or IL-6, which is a cytokine -- a kind of protein crucial for cell signaling that triggers inflammation. "We don't know if inflammation causes ovarian clear cell carcinoma, but we do know it's important for tumor cell growth," Chandler said.

Magnuson added, "We think that IL-6 contributes to ovarian clear cell carcinoma and could lead to death. You really don't want this cytokine circulating in your body."

Magnuson added that treating tumor cells with an IL-6 antibody suppressed cell growth, which is why reducing IL-6 levels could help patients.

Although this research is necessary to find better cancer treatments, Magnuson and Chandler say that their finding could open the door to better screening tools.

"If we can find something measurable that's downstream of ARID1A -- such as a cell surface protein or something else we could tease apart -- then we could use it as a biomarker of disease," Chandler said. "We could create a way to screen women. Right now, by the time women find out they have ovarian clear cell carcinoma, it's usually too late. If we can find it earlier, we'll have much better luck successfully treating patients."

---


Dans la bataille contre le cancer de l'ovaire, des chercheurs ont créé le premier modèle murin de la pire forme de la maladie et a trouvé une voie potentielle à de meilleurs traitements et des tests dont on auraient grand besoin pour les diagnostics.

Dirigé par Terry Magnuson, PhD, Sarah Graham Kenan professeur et président du département de génétique, une équipe de chercheurs en génétique UNC a découvert que deux gènes interagissent pour déclencher le cancer et stimuler son développement.

«C'est un modèle extrêmement agressif de la maladie", a déclaré Magnuson. Ce n'est pas tous les modèles murins de maladies humaines qui fournissent des représentations précises de la condition humaine. Le modèle de la souris de Magnuson, cependant, est basée sur des mutations génétiques trouvées dans les échantillons de cancer humain.

Ces mutations dans deux gènes -ARID1A et PIK3CA - étaient jusqu'alors inconnue pour causer le cancer. «Quand ARID1A est moins active que la normale et PIK3CA est hyperactive,« Magnuson dit: "le résultat est un carcinome clair de l'ovaire 100 pour cent du temps dans notre modèle."

La recherche a également montré qu'un médicament appelé BKM120, qui supprime les kinases PI3, a inhibé la croissance tumorale directement et a significativement prolongé la vie des souris. Le médicament est actuellement testé dans des essais cliniques humains pour d'autres formes de cancer.

Les travaux, publiés dans la revue Nature Communications, ont été mené par Ron Chandler, Ph.D., un stagiaire postdoctoral dans le laboratoire de Magnuson. Chandler avait étudié le gène ARID1A - qui fonctionne normalement comme un suppresseur de tumeur dans les personnes - lorsque les résultats des projets de séquençage du génome du cancer ont montré que le gène ARID1A était très muté dans plusieurs types de tumeurs, y compris le carcinome à cellules claires de l'ovaire. Chandler a commencé à étudier la fonction précise du gène dans cette maladie et a constaté que le supprimer chez la souris n'a pas provoqué la formation de tumeurs ou de la croissance tumorale.

"Nous avons compris que les souris avait besoin d'une mutation supplémentaire dans le gène PIK3CA, qui agit comme un catalyseur d'une voie cellulaire importante pour la croissance des cellules", a déclaré Chandler. Une bonne régulation du cycle cellulaire est fondamentale pour la croissance cellulaire normale. Quand elle va mal, les cellules peuvent devenir cancéreuses.

«Notre recherche montre pourquoi nous voyons tant de mutations ARID1A et PIK3CA dans divers cancers, tels que cancers de l'endomètre et gastriques," dit Chandler. «Trop peu d'expression de ARID1A et trop d'expression de PIK3CA est la tempête parfaite; les souris obtiennent toujours le carcinome à cellules claires de l'ovaire Cette paire de gènes est vraiment importante pour la tumorigenèse.."

L'équipe de Magnuson a également constaté que des mutations PIC3CA et ARID1A conduisent à la surproduction d'interleukine-6 ou IL-6, qui est une cytokine - une sorte de protéine essentielle pour la signalisation cellulaire qui déclenche l'inflammation. "Nous ne savons pas si l'inflammation provoque le carcinome à cellules claires de l'ovaire, mais nous ne savons que ce est important pour la croissance des cellules tumorales," dit Chandler.

Magnuson a ajouté: «Nous pensons que l'IL-6 contribue au carcinome à cellules claires de l'ovaire et pourrait conduire à la mort. Vous ne voulez pas vraiment cette cytokine circule dans votre corps."

Magnuson a ajouté que le traitement des cellules tumorales avec un anticorps IL-6 supprime la croissance cellulaire, c'est pourquoi la réduction des niveaux d'IL-6 pourrait aider les patients.

Bien que cette recherche est nécessaire de trouver de meilleurs traitements contre le cancer, Magnuson et Chandler disent que leur découverte pourrait ouvrir la porte à de meilleurs outils de dépistage.

"Si nous pouvons trouver quelque chose de mesurable c'est en aval de ARID1A - comme une protéine de surface cellulaire ou quelque chose que nous pourrions démêler - alors nous pourrions utiliser comme un biomarqueur de la maladie», a déclaré Chandler. "Nous pourrions créer un moyen de dépister les femmes. En ce moment, par les temps que les femmes découvrent qu'ils ont carcinome à cellules claires de l'ovaire, il est généralement trop tard. Si nous pouvons trouver plus tôt, nous aurons beaucoup plus de chance traiter avec succès les patientes."


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15767
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Nouveau traitement pour le cancer des ovaires   Lun 9 Juin 2014 - 13:19

Le cancer de l'ovaire touche chaque année plus de 4 000 femmes en France et représente 3,2 % des cancers féminins. La mortalité due à cette maladie est de 4,6/100.000 femmes, sachant que l'incidence (nombre de femmes touchées) est de 8,1/100.000.

Le traitement de ce cancer consiste en une opération chirurgicale pour retirer l'appareil génital en entier et une chimiothérapie afin d'éliminer toutes les cellules cancéreuses. Les traitements contraceptifs oestro-progestatifs diminueraient considérablement les risques d'apparition de la maladie.

Une équipe de chercheurs israéliens, composés des professeur Dan Peer du Department of Cell Research and Immunology de l'Université de Tel Aviv, de Keren Cohen et Rafi Emmanuel du Peers' Laboratory of Nanomedicine ainsi qu'Einat Kisin-Finfer et Doron Shabbat, de la School of Chemistry de l'Université de Tel Aviv ont mis au point une nouvelle stratégie pour s'attaquer à un sous-type de cancer de l'ovaire particulièrement agressif. Cette stratégie repose sur un système de délivrance des médicaments à l'échelle du nanomètre afin de cibler des cellules cancéreuses de manière spécifique.

Cette approche utilise un amas de nanoparticules appelé gagomère, enrobé de polysaccharides. Une fois rempli avec des médicaments de chimiothérapie, cet amas s'accumule dans les tumeurs et libère les principes actifs. L'objectif de la recherche du groupe mené par le professeur Peer est double : fournir une cible spécifique pour les médicaments anti-cancer afin d'augmenter leurs effets thérapeutiques et diminuer les effets secondaires toxiques lors des thérapies anti-cancéreuses.

Selon cette étude, les traitements traditionnels n'ont pas une action thérapeutique suffisante à cause de l'incapacité du médicament à être absorbé et maintenu assez longtemps dans la tumeur pour la détruire. Dans la plupart des cas, le principe actif chimiothérapeutique est presque immédiatement rejeté par la cellule cancéreuse, endommageant sévèrement les organes sains qui l'entourent et laissant les cellules tumorales intactes.

Des essais de cette technique sur des souris ont montré une accumulation 25 fois plus importante des taux de médicaments dans les tumeurs et une diminution drastique de ces mêmes taux dans les organes sains. Les récepteurs présents sur les cellules tumorales reconnaissent les polysaccharides qui enrobent les gagomères et leur permettent de se lier à elles, autorisant ainsi l'entrée des particules de principe actif dans les cellules cancéreuses qui commencent à mourir après 24 à 48 heures de traitement.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15767
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Nouveau traitement pour le cancer des ovaires   Mer 19 Fév 2014 - 15:20

Researchers at Women & Infants Hospital of Rhode Island have developed a biologic drug that would prevent the production of a protein known to allow ovarian cancer cells to grow aggressively while being resistant to chemotherapy. This would improve treatment and survival rates for some women.

The work coming out of the molecular therapeutic laboratory directed by Richard G. Moore, MD, entitled "HE4 (WFDC2) gene overexpression promotes ovarian tumor growth" was recently published in the international science journal Scientific Reports, a Nature publishing group.

"We have known that the protein HE4 is present in women who have ovarian cancer," says Moore, who created the Risk of Ovarian Malignancy Algorithm (ROMA) to determine if a pelvic mass is cancerous based on the levels of HE4 and another protein. "What no one knew was why the protein is there or what activates it."

The WFCD2 gene produces a "messenger RNA" that encodes for the HE4 protein, not only imparting an aggressiveness to the tumor, enabling it to grow quickly, but also conveying a resistance to chemotherapy drugs used to treat the tumor.

"It plays a part in allowing the cancer to grow without restriction," Moore says. "We have determined that HE4 plays a part in allowing ovarian cells to become cancer cells, giving them the ability to grow and resist chemo."

Once they identified the function of the protein, Moore's research team was able to design a biologic drug that can prevent the messenger RNA gene from creating HE4. The novel biologic has been tested in cell and animal models, and the results are that the cancer does not grow as aggressively and responds to chemotherapy.

"We would give this biologic -- which has minimal side effects -- to any patient we identify through a blood test as producing HE4," he says, adding that oncologists have recognized that women with high levels of HE4 do not respond to treatment and their survival rates are lower. "This would be an individualized treatment that could increase survival rates of some women with ovarian cancer."

Moore and his team will continue testing the biologic drug, preparing for clinical trials in humans.

"This is a tremendous discovery and could mean the difference between life or death for some women with ovarian cancer," says Maureen G. Phipps, MD, MPH, chief of obstetrics and gynecology at Women & Infants. "Dr. Moore's research is ground-breaking in the area of ovarian cancer, and it's all happening in his laboratory in the Knowledge District of Providence."

---

Des chercheurs de Women & Infants Hospital de Rhode Island ont développé un médicament biologique qui empêche la production d'une protéine connue pour permettre aux cellules du cancer de l'ovaire de se développer agressivement tout en étant résistantes à la chimiothérapie. Cela permettrait d'améliorer le traitement et les taux de survie pour certaines femmes.

Les travaux sortant du laboratoire thérapeutique moléculaire dirigée par Richard G. Moore , MD, intitulé « HE4 ( WFDC2 ) la surexpression du gène favorise la croissance de la tumeur de l'ovaire " a été récemment publiée dans une revue scientifique internationale.

«Nous avons connu que le HE4 de protéine est présente chez les femmes qui ont un cancer de l'ovaire », dit Moore , qui a créé l'algorithme sur le risque de cancer de l'ovaire ( ROMA ) pour déterminer si une masse pelvienne est cancéreuse sur la base des niveaux de HE4 et une autre protéine. " Ce que personne ne savait c'est pourquoi cette protéine est là et ce qu'elle active. "

Le gène WFCD2 produit un " ARN messager " qui code pour la protéine HE4 et non seulement confére une agressivité à la tumeur, ce qui lui permet de croître rapidement, mais aussi transporte une résistance aux médicaments de chimiothérapie utilisés pour traiter la tumeur .

"Elle joue un rôle en permettant au cancer de se développer sans restriction », dit Moore . «Nous avons déterminé que HE4 joue un rôle en permettant aux cellules ovariennes de devenir des cellules cancéreuses et en leur donnant la capacité de croître et de résister à la chimiothérapie . "

Une fois qu'ils ont identifié la fonction de la protéine, l'équipe de recherche de Moore a été en mesure de concevoir un médicament biologique qui peut empêcher le gène d'envoyer l'ARN messager pour procéder à la création de HE4. La nouveauté biologique a été testée dans des modèles cellulaires et animaux, et les résultats sont que le cancer ne se développe pas de manière aussi agressive et répond à la chimiothérapie .

«Nous aimerions donner ce biologique - qui a des effets secondaires minimes - à toute patiente que nous identifirons à travers une analyse de sang qui produit la production de HE4 , " dit-il, ajoutant que les oncologues ont reconnu que les femmes avec des niveaux élevés de HE4 ne répondent pas au traitement et leur taux de survie sont plus faibles . " Ce serait un traitement individualisé qui pourrait augmenter les taux de survie de certaines femmes atteintes d'un cancer de l'ovaire. "

Moore et son équipe continueront de tester le médicament biologique , en préparation pour les essais cliniques.

" C'est une découverte incroyable et cela pourrait signifier la différence entre la vie ou la mort pour certaines femmes atteintes d'un cancer de l'ovaire », explique Maureen G. Phipps , MD, MPH , directeur de l'obstétrique et de gynécologie à Women & Infants . " La recherche du Dr Moore est révolutionnaire dans le domaine du cancer de l' , et ça se passe dans son laboratoire"


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15767
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Nouveau traitement pour le cancer des ovaires   Ven 14 Juin 2013 - 15:27

In a phase III trial, treatment with the investigational agent trebananib plus paclitaxel resulted in a statistically significant improvement in progression-free survival in patients with recurrent ovarian cancer, according to Amgen.



Dans la phase III d'un essai clinique, un traitement au trebananib + paclitaxel a résulté en une amélioration significative statistiquement pour les patientes avec un cancer récurent des ovaires.

Trebananib is an investigational peptibody designed to inhibit the angiopoietin axis, which is involved in angiogenesis.


Le trebananib est un peptibody fait pour inhiber l'angiogenèse qui est impliqué dans l'angiogenèse



TRINOVA-1 Trial


The TRINOVA-1 trial, a phase III global, multicenter, randomized, double-blind, placebo-controlled study, evaluated trebananib in over 900 women with recurrent partially platinum-sensitive or -resistant epithelial ovarian, primary peritoneal, or fallopian tube cancer. Patients were randomly assigned 1:1 to receive 15 mg/kg of intravenous trebananib weekly plus 80 mg/m2 of paclitaxel weekly (3 weeks on, 1 week off) or weekly intravenous placebo plus 80 mg/m2 of intravenous paclitaxel weekly. The primary endpoint of the study was progression-free survival.


On a évalué le trebabanib sur 900 femmes et + avec un cancer de l'ovaire de diverses conditions .Le but de l'étude était de vérifier la survie sans progression de la maladie.



Improvement in Progression-free Survival
A statistically significant difference was observed in progression-free survival with a 34% reduction in the risk of disease progression or death (HR = 0.66, 95% confidence interval [CI] = 0.57–0.77, P < .001). The median progression-free survival was 7.2 months in the trebananib arm vs 5.4 months in the control arm.
The primary analysis of overall survival, a key secondary endpoint, is expected to mature in 2014.

Il y a eu une diminution de 34% du risque de progression de la maladie ou de mort.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15767
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Nouveau traitement pour le cancer des ovaires   Sam 4 Mai 2013 - 19:40


12 avril 2013
BOSTON —A clinical drug trial at Dana Farber is showing great promise in the treatment of women with some of the most deadly cancers. Doctors have discovered a combination of drugs that could turn once fatal diseases into chronic illnesses.

Des médecins ont découverts une combinaison de médicaments qui transforme une maladie fatale en maladie chronique.

Gail Maloney was diagnosed with stage-three ovarian cancer at the end of 2009.

Gail Maloney a été dagnostiqué avec le cancer des au stage 3 à la fin de 2009.

"I've been on four types of chemotherapy regimens. The first were rather severe. I had a lot of side effects and the worst part of it is that they didn't work. The cancer would come back in six months," said Maloney.

J'ai été sur 4 sortes de régime de chimio. Le premier a été assez sévère. J'ai eu un paquets d'effets secondaires mais le pire c'est que ça ne marchait pas.Le cancer pouvait revenir dans 6 mois.

Then a year ago she joined a clinical trial at Dana Farber that combined two drugs, taken orally at home, and got results.

"The cancer is not progressing. The tumor itself has shrunk 40 percent. I feel good and I don't have any side effects," said Maloney.

Le cancer ne progrese plus et la tumeur a réduit de 40%, je vais bien et je n'ai pas d'effets secondaires.

Sixteen patients enrolled in the study carry an inherited BRCA gene mutation that makes women more susceptible to ovarian and breast cancer. But ironically, the best trial results were found in BRCA mutation carriers.

16 patientes ont été enrolées et avaient la mutation BRCA qui rend les femmes plus susceptibles d'avoir le cancer des ovaires ou du sein.Mais ironiquement ce sont elles qui ont eu les meilleurs résultats.

"When we give chemotherapy to patients, cancer cells figure out ways around it and they can repair themselves from those drugs. What's special about this combination is that cells that lack BRACA can't repair, and that's why the combination is so effective," said Dr. Geoffrey Shapiro, director of early drug development at Dana Farber.

In the study, about half of the patients with the BRACA mutation had marked shrinkage of the tumor or stabilization of the cancer.

"The goal is to try and prolong life as long as we can and make life better," said Shapiro.

Maloney no longer feels like her cancer carries a death sentence. She and her husband are enjoying every day more than ever.

voir aussi l'article plus bas sur sapacitabine + seliciclib, deux médicaments oraux.
http://espoirs.forumactif.com/t1856-la-calcycline


Read more: http://www.wcvb.com/health/Drug-trial-shows-promise-for-women-with-deadly-cancers/-/9848730/19716410/-/14axtyk/-/index.html#ixzz2SMxNa2k0

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15767
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Nouveau traitement pour le cancer des ovaires   Mar 19 Fév 2013 - 19:44

Des chercheurs américains de l'hôpital méthodiste de Houston, de l'Université du Texas et de l'Anderson Cancer Center, ont mis au point un nouveau traitement contre le cancer résistant de l'ovaire. Cette thérapie consiste à emprisonner des micro-ARN dans des nanoparticules de silicium qui vont servir de vecteurs pour amener ces ARN jusqu'à la tumeur à traiter.

Les premiers essais cliniques sur l'animal ont montré que cette thérapie pouvait réduire de 83 % la taille des tumeurs de l'ovaire et permettre de ralentir la croissance tumorale de cancers devenus réfractaires à la chimiothérapie.

"La résistance aux médicaments est un problème majeur en cancérologie", souligne le Professeur Mauro Ferrari, l'un des principaux auteurs de l'étude. "Notre travail montre que le transfert d'ARN vers les cellules cancéreuses permet non seulement une efficacité thérapeutique intrinsèque beaucoup plus grande mais rend à nouveau ces cellules malignes sensibles à la chimiothérapie classique."

Aux Etats-Unis, on estime qu'une femme sur 72 aura un cancer de l' au cours de sa vie. Ce cancer reste de mauvais pronostic à cause notamment de la résistance aux médicaments.

Les micro-ARN, ou siRNA, ont la capacité d'interférer avec l'expression des gènes. Dans le cas du cancer de l'ovaire, ils peuvent bloquer le gène EphA2, ce qui permet de stopper la prolifération cancéreuse.

Mais ces micro-ARN ne peuvent pas être injectés directement dans le sang du patient car ils seraient détruits avant d'atteindre leurs cibles tumorales. C'est pourquoi les chercheurs ont mis au point une "nanocapsule" lipidique, appelé nanoliposome, qui sert à la fois à protéger les micro-ARN et à les acheminer exactement jusqu'à la cible visée.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15767
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Nouveau traitement pour le cancer des ovaires   Jeu 4 Oct 2012 - 7:53

(Oct. 3, 2012) — Scientists at USC have discovered a new type of drug for the treatment of ovarian cancer that works in a way that should not only decrease the number of doses that patients need to take, but also may make it effective for patients whose cancer has become drug-resistant.

Les scientifiques ont découvert un nouveau type de médicament contre le cancer de l qui marche de manière qui devrait réduire le nombre de doses que la patiente doit prendre mais aussi en les rendant efficaces pour les cancers des patientes qui sont devenus résistants aux médicaments.

The drug, which so far has been tested in the lab on ovarian cancer cells and on mice tumors, was unveiled last month in the Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS).

Ce médicament a été testé jusqu'à maintenant sur des cellules en laboratoire et des souris.

"We need a new generation of drugs," said Shili Xu, a USC graduate student and lead author of the PNAS paper. "We need to overcome the drug-resistance issue."

The drug is a member of a new class of cytotoxic agents abbreviated as PACMA that was discovered by testing roughly 10,000 chemical compounds on cancer cells in the lab of Nouri Neamati, professor of pharmacology and pharmaceutical sciences at the USC School of Pharmacy, and a co-corresponding author of the paper.

These initial findings led to a collaboration with Nicos Petasis, co-corresponding author of the paper and professor of chemistry at the USC Dornsife College of Letters, Arts and Sciences, with appointments at the S

Le médicament fait partie de la classe d'Agents cytotoxiques appelée PASMA et a été découvert en testé à peu près 10,000 molécules chimiques sur les cellules cancéreuses en laboratoire.

chool of Pharmacy and the USC Norris Comprehensive Cancer Center of the Keck School of Medicine of USC. This joint effort led to a study of PACMA compounds that was reported last year in the Journal of Medicinal Chemistry.

In order to investigate and optimize the anticancer properties of PACMAs, co-author Alexey Butkevich, a graduate student in the Petasis lab, synthesized more than 80 newly designed compounds. One of these, called PACMA31, was eventually found to be very toxic to ovarian cancer cells and was shown to be a potentially effective drug.

On a synthétiser plus de 80 molécules désignées par le premier processus et l'une d'elle appelée PACMA31 a été très toxique pour les cellules du cancer de l'ovaire.


In the PNAS paper, Xu and his co-authors reported that PACMA31 is a potent and selective inhibitor of a protein called Protein Disulfide Isomerase (PDI) that is highly expressed in ovarian cancer.

PACMA31 est un puissant et sélectif inhibiteur d'une protéine appelée disulfide isomerase (PDI) qui est exprimée à un haut niveau dans le cancer de l'ovaire.


PACMA31 can be taken orally and accumulates in cancer cells, which means that it is less likely to cause harmful side effects in normal tissues. It is also what is known as an "irreversible" drug, meaning that it permanently latches on to its target, PDI, and refuses to wear off until the protein is degraded.

PACMA31 peut être pris par voie orale et s'accumule dans les cellules cancéreuses, ce qui signifie qu'il est moins susceptible de provoquer des effets secondaires néfastes dans les tissus normaux. C'est aussi ce que l'on appelle un médicament «irréversible», ce qui signifie qu'il se verrouille en permanence à sa cible et refuser de lâcher jusqu'à ce que la protéine soit dégradée.

That irreversibility may result in prolonged duration of drug action that could translate into giving the patients lower doses of drugs.

Cette irréversibilité peut résulter en une prolongation de l'action du médicament qui se traduit par de plus petites doses aux patientes.

"We are exploring combination studies in order to find synergy between our drug and first-line therapy for ovarian cancer," Neamati said.

nous cherchons les possibilités de combinaison avec les médicaments de première ligne.

Currently, there are two major types of drugs in the first-line treatment of ovarian cancer: paclitaxel, which hinders cancer cell division by inhibiting the disassembly of microtubules; and carboplatin, which binds to and causes crosslinking of DNA that results in the death of cancer cells.

Actuellement, il existe deux grands types de médicaments dans le traitement de première ligne du cancer de l'ovaire: le paclitaxel, ce qui empêche la division des cellules cancéreuses en inhibant le démontage des microtubules et le carboplatine, qui se lie à leur adn et provoque la mort de les cellules cancéreuses.

PACMA31 attacks cancer cells in yet a different way, targeting PDI and thus interrupting the folding process during which proteins assume the shapes that allow them to function properly. Accumulation of misfolded proteins in a cell causes cellular stress and eventually cancer cell death.

PACMA31 attaque les cellules cancéreuses d'une autre manière, en ciblant les PDI et interrompant ainsi le processus de façonnage des protéines au cours de laquelle elle assument les formes qui leur permettent de fonctionner correctement. L'accumulation de protéines mal formées dans une cellule provoque un stress cellulaire et la mort cellulaire éventuellement.


Because PACMA31's strategy is different than that of current anticancer drugs, it has the potential to help patients who do not respond to paclitaxel or cisplatin.

À cause de cela, le médicament pourrait aider les personnes sur qui les médicaments courants ne fonctionnent pas.

"When the patient has no other choice, we could potentially treat them with our drug," Neamati said.

"Quand les patientes n'ont pas d'autres choix, nous pourrions les traiter avec note médicament." dit Neamati.


Other co-authors of the PNAS paper included Roppei Yamada, Yu Zhou, Bikash Debnath and Professors Roger Duncan and Ebrahim Zandi. Additional contributors to the PACMA project and co-authors to the team's first paper included Xuefei Cao, Melissa Millard, Srinivas Odde, Nick Mordwinkin, Rambabu Gundla and Professor Stan Louie.

"The discovery of this new drug and its novel mechanism of action is a great example of the power of interdisciplinary collaborations between chemists, biologists, pharmacologists and other biomedical researchers," Petasis said.

The drug will still require additional testing, but so far it appears to be nontoxic and effective at halting tumor growth. It may also have potential for treating other types of cancer, Neamati noted.

"Obviously, we think that it will go beyond ovarian cancer," he said.

Le médicament a besoin de d'Autres tests mais il semble non toxique et efficace en arrêtant la croissance des tumeurs, il pourrait aussi traiter d'autres types de cancers.

Nous pensons qu'il soignera plus que le cancer de l'ovaire.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15767
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Nouveau traitement pour le cancer des ovaires   Dim 3 Juin 2012 - 9:42

3 juin 2012



Un cocktail d'anticancéreux double la période durant laquelle certains cancers avancés de l'ovaire cessent de progresser, selon un essai clinique présenté samedi à la conférence annuelle de l'American Society of Clinical Oncology (ASCO).

Cette étude a montré que le fait de combiner de l'avastin (groupe Roche), qui empêche la formation de vaisseaux sanguins nourriciers sur la tumeur, à une chimiothérapie standard, multipliait par deux, de 3,4 mois à 6,7 mois, la durée médiane moyenne sans progression du cancer ou décès, chez les femmes devenues résistantes à la chimiothérapie traditionnelle à base de platine.

«Ces résultats sont très importants, car le fait d'ajouter de l'avastin (bevacizumab) à la chimiothérapie standard offre une nouvelle option de traitement à 20% des femmes souffrant d'un cancer résistant à la chimiothérapie à base de platine», a souligné lors d'une conférence de presse vendredi le Dr Eric Pujade-Lauraine, professeur de médecine à l'Université de Paris Descartes et à la tête du «Groupe des Investigateurs nationaux pour l'Étude des Cancers ovariens», le GINECO.

Il est le principal auteur de cette étude dont il va présenter samedi les résultats détaillés à la Conférence annuelle de l'ASCO qui réunit plus de 30.000 chercheurs, cancérologues et représentants de laboratoires pharmaceutiques ce week-end à Chicago (Illinois, nord).


«C'est la première fois qu'on parvient à améliorer de façon significative la survie de patientes atteintes d'un cancer de l'ovaire avec une thérapie combinée», a-t-il dit.

Cet essai clinique international a testé l'avastin combiné à une chimiothérapie standard chez 361 patientes atteintes d'un cancer de l'ovaire ou des trompes de phallope avec une progression de la tumeur dans les six mois ayant suivi leur dernière dose de chimiothérapie à base de platine.

Quelque 230.000 femmes sont diagnostiquées chaque année dans le monde d'un cancer de l'ovaire dont pour une grande partie la tumeur s'est propagée dans d'autres organes.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15767
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Nouveau traitement pour le cancer des ovaires   Mar 17 Avr 2012 - 11:36

Merck et Endocyte ont annoncé avoir conclu un accord pour développer et commercialiser le nouveau candidat thérapeutique expérimental d'Endocyte, le vintafolide (EC145).

Le vintafolide est en cours d'évaluation dans le cadre d'un essai clinique de phase III portant sur le cancer des résistant au platine (essai PROCEED) et d'un essai de phase II portant sur le cancer du non à petites cellules (NSCLC) ; ces deux études utilisent également l'agent de diagnostic compagnon expérimental d'Endocyte, l'etarfolatide (EC20).

Selon les conditions de l'accord, Merck, par l'intermédiaire d'une filiale, obtiendra les droits mondiaux pour développer et commercialiser le vintafolide.

Endocyte recevra un paiement initial de 120 millions de dollars et peut prétendre à des paiements d'étapes pouvant aller jusqu'à 880 millions de dollars sur la base de la réussite du développement du vintafolide ainsi que de la réalisation des objectifs réglementaires et de commercialisation ad hoc pour six indications oncologiques au total.

De plus, si le vintafolide obtient l'approbation réglementaire, Endocyte percevra une part égal des recettes générées aux États-Unis, ainsi qu'un pourcentage de redevance à deux chiffres sur les ventes du produit dans le reste du monde.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15767
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Nouveau traitement pour le cancer des ovaires   Ven 7 Mai 2010 - 6:20

(May 7, 2010) — New research by scientists at The University of Texas Health Science Center at Houston (UTHealth) and The University of Texas M. D. Anderson Cancer Center could make it easier for patients to use a family of promising experimental cancer therapeutics known as small interfering RNA (siRNA).
siRNA is a part of an innovative strategy to disrupt the activity of cancer-related genes that has broad applications to other diseases.

Les petits ARN interferants font parrtie d'une stratégie innovatrice pour interrompre l'activité des gènes reliés au cancer qui ont une large applications aux autres maladies aussi.

In the May 1 issue of Cancer Research, the scientists reported that a multistage nanovector system for the delivery of siRNA significantly lengthened the therapeutic effects of the treatment in two independent mouse models of advanced ovarian cancer.

Dans le numéro du premier mai de Cancer research, les scientifiques ont rapporté qu'un système multistage de nanovecteurs pour livrer les petits interférants arn a allongé les effets thérapeuthiques du traitement de deux souris avec le cancer des ovaires.

The researchers reported that a single intravenous dose of siRNA targeting the EphA2 oncoprotein provided the same tumor shrinkage for three weeks as that now achieved by six doses over the same period.

Les chercheurs ont rapporté qu'un seul traitement par dose intraveineuse du piARN ciblant la protéine EphA2 a fournit la même réduction de tumeur sur trois semaines que celle déja accompli par 6 doses sur la même période.

"The multistage delivery system is revolutionary in that it allows the therapeutic payloads to cross the biological barriers in the body and reach their target. It further helps release agents over long periods of time directly into the bloodstream, which is unprecedented,"said Mauro Ferrari, Ph.D., chairman of the Department of NanoMedicine and Biomedical Engineering at The University of Texas Medical School at Houston, which is part of UTHealth. "We are very excited about the results of this paper, since it provides the first validation of the therapeutic advantages of the multistage delivery system in animal models of cancer."

The multistage nanovector system is composed of nanoporous silicon carrier particles that are about 100 times smaller than a strand of hair, which can be loaded with tiny bubbles of fat called nanoliposomes containing siRNA. The system provides for the release of the nanoliposomes and their contents.
"This is an exciting development because RNA interference has worked well in an animal model but has such a short half-life that it requires frequent delivery. A three-week dosing period is much closer to the sustained dosing needed to properly test this therapy in clinical trials," said Anil Sood, M.D., professor in M.D. Anderson's Departments of Gynecological Oncology and Cancer Biology.

C'est excitant parce que les petits interférants ARN ont bien marché dans un animal mais ont eu une demi-vie si courte que ça demandait de fréquentes piqures. Une période de 3 semaines est plus proche de la dose suffisante pour tester convenablement la thérapie sur des humains.

The multistage nanovector system was developed in Ferrari's laboratory and the liposomal siRNA was developed at M. D. Anderson.
"We have provided the first in vivo therapeutic validation of a novel, multistage siRNA delivery system for sustained gene silencing with broad applicability to pathologies," wrote Takemi Tanaka, Ph.D., a co-first author and a research assistant professor of nanomedicine and biomedical engineering at the UT Medical School at Houston, and the other investigators in the paper..
Gabriel Lopez-Berestein, M.D., professor of experimental therapeutics at M. D. Anderson, Sood, co-director of M. D. Anderson's Center for RNA Interference and Non-Coding RNA, and Ferrari are the senior authors.
"EphA2 is an important target because it's overexpressed in 70 percent of ovarian cancers and is strongly associated with poor survival and a higher likelihood of advanced or metastatic disease," said Lopez-Berestein. "It's also overexpressed in melanoma, breast and lung cancers with the same poor prospects for patients."

Epha2 est une cible importante parce que c'est surexprimée dans 70% des cancers ovariens et fortement associé avec moins de temps de survie et plus de chances d'avoir des métastases. C'est aussi surexprimée dans le mélanome avec le même mauvais pronostic.

The protein is not present in normal tissue and cannot be attacked using more traditional drug approaches.

Cette protéine ne peut être attaqué par les médicaments traditionels.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15767
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Un dérivé de l'aspirine pour la rechute (cancer de l'ovaire)   Mar 14 Fév 2006 - 15:04



Association favorable d'un dérivé de l'aspirine et de la chimiothérapie pour combattre le cancer de l'ovaire




Une nouvelle étude, utilisant des cellules ovariennes cancéreuses, montre des résultats prometteurs dans le traitement de ce cancer en combinant la chimiothérapie cisplatine avec un composé dérivé de l'aspirine qui rend les cellules cancéreuses récidivantes moins résistantes à la chimiothérapie. Cette étude est parue dans Proceedings of the National Academy of Sciences.

Selon le docteur Periannan Kuppusamy, professeur de médecine interne au centre du cancer de l'université d'état de l'Ohio, typiquement dans un premier temps le cancer de l'ovaire est traité par la chirurgie suivie par une chimiothérapie au cisplatine; cependant le cisplatine n'est plus un traitement efficace lorsqu'il y a récidive du cancer ovarien. Les cellules cancéreuses ovariennes s'adaptent et deviennent résistantes à ce médicament. Une fois traitées avec le cisplatine les cellules cancéreuses ovariennes développent une abondance de thiols, qui sont une sorte d'antioxidants cellulaires qui protègent le cancer contre la chimiothérapie.

L'étude montre que l'oxyde nitrique provenant d'un dérivé de l'aspirine, le NCX-4016, réagit avec les thiols cellulaires, ce qui a comme conséquence d'arrêter la prolifération des cellules cancéreuses. De plus l'oxyde nitrique réduit les thiols rendant les cellules cancéreuses plus sensibles à la chimiothérapie.

Le docteur Kuppusamy va poursuivre sa recherche avec des modèles d'animaux.

La présente recherche a été faite en collaboration avec le Dr. Louis Ignarro de l'école de médecine de l'université de Californie à Los-Angeles, qui avec deux de ses collègues a reçu en 1998 le prix Nobel de physiologie pour ses recherches sur la le rôle biologique de l'oxyde nitrique.



Publié le 16-02-2006
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15767
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Nouveau traitement pour le cancer des ovaires   Jeu 5 Jan 2006 - 13:44



Le mercredi 04 janvier 2006


Une étude fait progresser la lutte contre le cancer des ovaires


(AP) - L'injection de fortes doses de médicaments de chimiothérapie directement dans l'abdomen a permis de prolonger de 16 mois la survie de femmes atteintes d'un cancer avancé des ovaires. Il s'agit là, selon les experts, du premier grand pas en avant en plus d'une décennie de lutte contre l'un des cancers les plus mortels chez les femmes.

Mais le prix à payer est élevé: le traitement est si dur que près de six femmes sur dix ayant participé à l'étude n'ont pu le supporter et ont opté plutôt pour la traditionnelle chimiothérapie intraveineuse. La nouvelle méthode entraîne, entre autres effets secondaires, des douleurs abdominales dues aux ballonnements et des problèmes avec les cathéters utilisés pour administrer les médicaments.

Néanmoins, le National Cancer Institute aux Etats-Unis presse les médecins de commencer à appliquer la procédure. C'est la première fois que l'organisme appuie un traitement contre le cancer depuis 1999. Six organisations médicales se spécialisant dans le cancer des ovaires ont appuyé la recommandation.


L'étude fait l'objet d'une publication dans le New England Journal of Medicine.

Dans 80 pour cent des cas, quand les femmes reçoivent le diagnostic de cancer des ovaires, la maladie s'est déjà répandue, ses symptômes étant très bénins. Selon les données américaines, c'est le plus mortel des cancers gynécologiques. Moins de la moitié de ses victimes survivent cinq ans après le diagnostic.

Cependant, si la survie a été prolongée chez les femmes ayant reçu le traitement abdominal, leur qualité de vie a été sensiblement diminuée pendant plusieurs semaines après la fin du traitement.


Dernière édition par Denis le Sam 22 Oct 2016 - 17:09, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Nouveau traitement pour le cancer des ovaires   Aujourd'hui à 12:25

Revenir en haut Aller en bas
 
Nouveau traitement pour le cancer des ovaires
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un nouveau traitement pour les myélomes
» Un nouveau traitement pour les TOC
» nouveau traitement apnée
» Nouveau traitement à l'abilify... (Aripiprazole)
» Nouveau traitement de la Rosette

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ESPOIRS :: Cancer :: recherche-
Sauter vers: