AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Le cancer, la vitamine "D" et le soleil

Aller en bas 
AuteurMessage
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 17039
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Le cancer, la vitamine "D" et le soleil   Jeu 10 Nov 2016 - 14:42

Key Points

Researchers reviewed 7 studies with 112 to 1,125 participants each. Five out of the seven studies linked low vitamin D levels to an increased risk of bladder cancer.
The investigators found that transitional epithelial cells that line the bladder are able to activate and respond to vitamin D, which in turn can stimulate an immune response.

Vitamin D deficiency may be associated with an increased risk of developing bladder cancer, according to a systematic review of seven studies presented at the Society for Endocrinology Annual Conference in Brighton, United Kingdom. Though further clinical studies are needed to confirm the findings, the study adds to a growing body of evidence on the importance of maintaining adequate vitamin D levels.

Previous studies have linked vitamin D deficiency with a host of health problems including cardiovascular disease, cognitive impairment, autoimmune conditions, and cancer. In countries with low levels of sunlight, it is difficult to obtain enough vitamin D from food alone. In the UK, 1 in 5 adults are vitamin D–deficient and 3 in 5 have low levels. This is especially prevalent in people with darker skin: In winter, 75% of dark-skinned people in the UK are vitamin D–deficient.

----

Points clés

-Les chercheurs ont examiné 7 études avec 112 à 1 125 participants chacun. Cinq des sept études ont lié les faibles niveaux de vitamine D à un risque accru de cancer de la .
-Les chercheurs ont constaté que les cellules épithéliales transitoires qui bordent la vessie sont capables d'activer et de répondre à la vitamine D, qui à son tour peut stimuler une réponse immunitaire.

La carence en vitamine D peut être associée à un risque accru de développer un cancer de la vessie, selon une revue systématique de sept études présentées à la Society for Endocrinology Annual Conference à Brighton, au Royaume-Uni. Bien que d'autres études cliniques sont nécessaires pour confirmer les résultats, l'étude ajoute à un nombre croissant de preuves sur l'importance de maintenir des niveaux adéquats de vitamine D.

Des études antérieures ont associé la carence en vitamine D à une multitude de problèmes de santé, y compris les maladies cardiovasculaires, les troubles cognitifs, les affections auto-immunes et le cancer. Dans les pays où le rayonnement solaire est faible, il est difficile d'obtenir suffisamment de vitamine D à partir de la seule nourriture. Au Royaume-Uni, 1 adulte sur 5 est déficient en vitamine D et 3 sur 5 ont de faibles niveaux. Cela est particulièrement répandu chez les personnes ayant une peau plus foncée: en hiver, 75% des personnes à peau foncée au Royaume-Uni sont déficients en vitamine D.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 17039
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Le cancer, la vitamine "D" et le soleil   Mer 6 Jan 2016 - 15:52

Epidemiologists at University of California, San Diego School of Medicine report that persons residing at higher latitudes, with lower sunlight/ultraviolet B (UVB) exposure and greater prevalence of vitamin D deficiency, are at least two times at greater risk of developing leukemia than equatorial populations.


Les épidémiologistes de l'Université de Californie, de l'école de médewcine de San Diego, signalent que les personnes qui résident à des latitudes plus élevées, avec moins de rayons ultraviolets B (UVB), d'exposition au soleil, et avec une plus grande carence en vitamine D, sont au moins deux fois plus à risque de développer une leucémie que les populations équatoriales.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 17039
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Le cancer, la vitamine "D" et le soleil   Jeu 13 Mai 2010 - 11:14

«Il est vital de s'exposer au soleil», «ne fuyez plus le soleil, il vous protège du cancer». Non, vous n'avez pas la berlue. C'est bel et bien là un extrait de la couverture d'un ouvrage très sérieux. Et si le soleil n'était pas si méchant qu'on le croit?
Soleil, mensonges et propagande, publié aux Éditions Thierry Souccar (à qui l'on doit déjà Vaccins, Lait, et Cholestérol, mensonges et propagande, dans le même veine), semble, de prime abord, aller à l'encontre du message de santé public martelé depuis des années.

Quoi, le soleil ne tue pas? Oui, mais non, pas toujours, ni de la même manière pour tout le monde, nuance l'auteure, Brigitte Houssin, médecin spécialiste en réadaptation, à Paris.
«Le soleil dont on abuse favorise les cancers de la peau. Le soleil en quantité raisonnable protège du cancer en général», précise-t-elle.


Mieux, ou pire: «Une recommandation collective peut faire du bien à certains et du mal à d'autres. C'est tout le paradoxe des recommandations sur l'exposition solaire.»
Mais encore? «Ce que je dis, explique-t-elle, c'est qu'il faut s'exposer au soleil, oui, mais très peu, et tous les jours. Je respecte en ce sens le message de santé public, qui est très bien fait, mais qui oublie de dire quelque chose de très important: il faut quand même aller un peu au soleil!»

Un peu, pour pouvoir bénéficier d'un précieux apport en vitamine D (le sujet de maîtrise de l'auteure), dont on ne soupçonne pas tous les bienfaits. Son livre en répertorie d'ailleurs plusieurs, certains logiques, d'autres plus surprenants: réduction des risques de cancer (en inhibant notamment la prolifération des cellules), amélioration de la santé des os (en permettant aux minéraux d'être absorbés par les os), augmentation de la force musculaire, réduction des risques d'asthme, des douleurs menstruelles, des troubles d'humeur, etc.

Même la calvitie serait due, en partie, à un apport insuffisant en vitamine D! «Depuis la parution de mon livre, il y a encore une étude, danoise cette fois, qui conclut que toute la machinerie immunitaire se mettrait en route que s'il y a une quantité suffisante de vitamine D dans le corps. Je dis souvent que le seul défaut de la vitamine D, c'est qu'elle ne coûte rien!» Du coup, il existe en effet bien peu de campagnes publicitaires en sa faveur, signale-t-elle, cynique.

À chacun sa prescription
Mais quelle quantité faut-il exactement pour bénéficier de ces précieux pouvoirs? C'est là que repose en fait le noeud du problème. Car il est impossible de donner une prescription générale. «Cela dépend du type de peau, de la qualité de la peau, de l'alimentation de chaque individu.» Ainsi, cela peut aller de moins de cinq minutes sur l'heure du midi, pour quelqu'un à la peau blanche très sensible, à une bonne vingtaine de minutes pour les peaux plus mates. Seul mot d'ordre: «Il ne faut pas que la peau rougisse.»
Elle recommande aussi d'exposer la plus grande partie du corps possible, un petit peu, donc, et ce tous les jours. L'hiver, un supplément s'avère nécessaire.

Et la crème solaire, dans tout cela? «Moi je prône plutôt l'ombre ou des vêtements couvrants», dit-elle, signalant par ailleurs ne jamais crémer sa fille. Car ne l'oublions pas, la crème solaire créée une protection «illusoire», ne protégeant que de «5 à 20% du rayonnement solaire». Le reste, notamment les infrarouges et la lumière visible, «tout aussi mauvais pour la peau», passant au travers. Si vous ne pouvez pas faire autrement, au ski ou en bateau par exemple, «vous pouvez en mettre, mais il faut savoir que la protection n'est que partielle».

Et surprise! Au pays, tant l'Association canadienne de dermatologie que la Société canadienne du cancer préconisent la même chose, à quelques nuances près: une courte exposition au soleil au quotidien (dans le cadre des «activités quotidiennes» seulement, précisent les dermatologues) et des suppléments l'hiver.

Alors pourquoi n'entend-on parler que de protection, et rarement de l'importance de l'exposition? «Parce que pour les gens, l'exposition signifie: je m'étends au soleil, déplore André Beaulieu, porte-parole de la division Québec de la Société canadienne du cancer. Nous on dit: une exposition minimale suffit! Je ne pense pas qu'on sous-estime la vitamine D, mais on a encore du mal à convaincre les gens que le soleil est dangereux!»

Rappelons que le cancer de la peau est le cancer le plus fréquent au pays. L'an dernier, 75 000 nouveaux cas ont été décelés, dont 20 000 au Québec. Conclusion? Entre ultra protection et surexposition «il faut trouver un équilibre», conclut le porte-parole.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 17039
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Le cancer, la vitamine "D" et le soleil   Ven 22 Mai 2009 - 14:49

May 22, 2009— In studying the preventive effects of vitamin D, researchers at the Moores Cancer Center at the University of California, San Diego, have proposed a new model of cancer development that hinges on a loss of cancer cells' ability to stick together. The model, dubbed DINOMIT, differs substantially from the current model of cancer development, which suggests genetic mutations as the earliest driving forces behind cancer.

En étudiant les effets préventifs de la vitamine D, les chercheurs ont proposé un nouveau modèle de développement du cancer qui tiendrait à une perte de la capacité des cellules de tenir ensemble . Le modèle appelé DINOMIT diffère substancielement du modèle courant du développement du cancer qui tient à des mutations génétiques au début du cancer.


"The first event in cancer is loss of communication among cells due to, among other things, low vitamin D and calcium levels," said epidemiologist Cedric Garland, DrPH, professor of family and preventive medicine at the UC San Diego School of Medicine, who led the work. "In this new model, we propose that this loss may play a key role in cancer by disrupting the communication between cells that is essential to healthy cell turnover, allowing more aggressive cancer cells to take over."

Le premier évênement dans le cancer serait une perte de communication entre les cellules du entre autres choses à de bas niveaux de vitamine D et de calcium selon Cedric Garland. Selon ce modèle cette perte pourrait jouer un rôle central dans le cancer en interrompant la communication entre les cellules qui est essentiel, cela permettrait aux cellules plus agressives du cancer de prendre le dessus.

Reporting online May 22, 2009 in the Annals of Epidemiology, Garland suggests that such cellular disruption could account for the earliest stages of many cancers. He said that previous theories linking vitamin D to certain cancers have been tested and confirmed in more than 200 epidemiological studies, and understanding of its physiological basis stems from more than 2,500 laboratory studies.

"Competition and natural selection among disjoined cells within a tissue compartment, such as might occur in the breast's terminal ductal lobular unit, for example, are the engine of cancer," Garland said. "The DINOMIT model provides new avenues for preventing and improving the success of cancer treatment."

Garland went on to explain that each letter in DINOMIT stands for a different phase of cancer development. "D" stands for disjunction, or loss of intercellular communication; "I," for initiation, where genetic mutations begin to play a role; "N" for natural selection of the fastest-reproducing cancer cells; "O" for overgrowth of cells; "M" for metastasis, when cancer cells migrate to other tissues, where cancer can kill; "I" refers to involution, and "T" for transition, both dormant states that may occur in cancer and potentially be driven by replacing vitamin D.

While there is not yet definitive scientific proof, Garland suggests that much of the evolutionary process in cancer could be arrested at the outset by maintaining vitamin D adequacy. "Vitamin D may halt the first stage of the cancer process by re-establishing intercellular junctions in malignancies having an intact vitamin D receptor," he said.

According to Garland, other scientists have found that the cells adhere to one another in tissue with adequate vitamin D, acting as mature epithelial cells. Without enough vitamin D, they may lose this stickiness along with their identity as differentiated cells, and revert to a stem cell-like state.

Garland said that diet and supplements can restore appropriate vitamin D levels, and perhaps help in preventing cancer development. "Vitamin D levels can be increased by modest supplementation with vitamin D3 in the range of 2000 IU/day," he noted.

des suppléments peuvent restaurer le niveau approprié de vitamine D et pourrait aider à prevenir le développement du cancer.

The researchers noted that many studies show an apparent beneficial effect of vitamin D and calcium on cancer risk and survival of patients with breast, colorectal and cancer. However, there are some studies that have not found such benefit, especially when taking smoking, alcohol and viruses into account. While more research needs to be done, Garland recommends that individuals should have their vitamin D level tested during an annual check up.

Garland and his colleagues have published epidemiological studies about the potential preventive effects of vitamin D for some two decades. Last year, his team showed an association between deficiency in sunlight exposure, low vitamin D and breast cancer . In previous work, they showed associations between increased levels of vitamin D3 or markers of vitamin D and a lower risk for breast, , and cancers.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 17039
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Le cancer, la vitamine "D" et le soleil   Jeu 14 Mai 2009 - 1:31

La Société canadienne du cancer rappelle aux Canadiens à risque élevé de
songer à prendre de la vitamine D toute l'année

TORONTO, le 13 mai /CNW/ - Le long congé de la fête de la Reine - la
Journée nationale des Patriotes au Québec - (du 16 au 18 mai) est le bon
moment pour les Canadiens de songer à consulter leur professionnel de la santé
quant à leur consommation de vitamine D.
Selon la Société canadienne du cancer, à cette période de l'année, les
Canadiens doivent se rappeler les deux facteurs suivants :

- Les adultes qui présentent un risque accru d'avoir un niveau de
vitamine D trop bas devraient songer à prendre un supplément
quotidien de vitamine D de 1 000 UI tout au long de l'année, ce qui
signifie de continuer la supplémentation pendant les mois du
printemps et de l'été. Ce groupe comprend les personnes :

- de 50 ans et plus;
- au teint foncé;
- qui ne vont pas souvent à l'extérieur;
- qui portent des vêtements qui couvrent la plupart de leur peau.

- Bien que l'exposition aux rayons du soleil soit une façon d'obtenir
de la vitamine D, la Société met en garde les Canadiens des dangers
d'une trop grande exposition au soleil sans protection.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 17039
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Le cancer, la vitamine "D" et le soleil   Mer 25 Mar 2009 - 13:46

La vitamine D pour prévenir le cancer



Les chercheurs l'ont prouvé: consommer de la vitamine D favorise la prévention du cancer. Prochainement, les besoins minimums recommandés pour les adultes et les femmes enceintes ou allaitant quintupleront!

Par Annie Marquez, nutritionniste (servicevie.com)


Santé Canada procède actuellement à la révision à la hausse, signe des temps, de ses recommandations en vitamine D - et pas pour des raisons mercantiles: de nouvelles données tendent effectivement à démontrer qu'un apport supérieur aux recommandations en vigueur pourrait être bénéfique, non seulement pour continuer de lutter contre le rachitisme, mais également comme facteur de protection contre le cancer et certaines maladies dégénératives.


La vitamine D complémentaire au calcium
La vitamine D et le calcium font un heureux mariage. La vitamine D agit comme une hormone pour permettre entre autres l'absorption du calcium. La vitamine D favorise aussi le dépôt calcique dans les os, ce qui assure la croissance de l'enfant et la solidité de ses os à l'âge adulte. Voilà maintenant un demi-siècle que cette complémentarité est à la base de l'enrichissement en vitamine D du lait, principale source de calcium dans l'alimentation nord-américaine. Une tasse de lait (250 ml) procure jusqu'à 120 UI de vitamine D, donc avec deux tasses (500 ml), les besoins de l'adulte sont comblés. Du moins pour l'instant.


La vitamine soleil... contre le cancer?
La vitamine D ne se retrouve pas que dans le litre de lait: elle peut être produite par la peau au contact des rayons ultraviolets (UV), d'où son appellation de «vitamine soleil». La migration des populations vers le nord, les crèmes solaires partout et tout le temps, les heures passées au bureau et à la maison sont autant de facteurs qui ont entraîné la diminution de l'exposition au soleil.


Sans l'astre du jour, ni l'enrichissement alimentaire ni la supplémentation (ajout de nutriments à un mélange d'aliments protidiques) actuellement encouragée en Amérique du Nord ne pourraient permettre à la population de satisfaire ses besoins en vitamine D. Des études ont par ailleurs prouvé que les femmes des populations nordiques présentaient un risque plus élevé de cancer du sein.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 17039
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Le cancer, la vitamine "D" et le soleil   Mar 25 Juil 2006 - 19:03



Des études ont mis en évidence ses effets supposés contre le cancer colorectal et celui de la prostate. Une étude américaine, conduite
chez 47 800 hommes suivis pendant 14 ans, semble confirmer cette hypothèse.

Cette étude multicentrique a impliqué l'université de Harvard, le Dana Farber Cancer Institute et l'université de Caroline du Sud.
La forme active de la vitamine D, le calcitriol, permet de maintenir des taux de calcium et de phosphate normaux dans le sang, ce qui est nécessaire à une bonne minéralisation.

Il existe plusieurs sortes de vitamine D :
1 - Celle formée dans la peau qui est activée par la lumière du soleil

2 - Celle apportée naturellement par certains aliments.

3 - Celle fournie par des aliments artificiellement enrichis en vitamine D... Dans l'organisme, toutes ces vitamines convergent vers une seule forme : la "25-hydroxy-vitamine D" (25-O.h.-D).

Au cours de ces 14 ans de suivi, l'étude américaine a "comptabilisé" la survenue de 4 286 cancers et 2 025 décès. L'incidence de la mortalité par cancer a été, en valeur absolue, de 674 pour 100 000 chez les sujets ayant les meilleurs taux de "25-O.h.-D" et de 758 pour 100 000 chez ceux ayant les moins bons taux.

La réduction du nombre de cancers (quand les taux de vitamine D ont été augmentés) a été de 25 % tous cancers confondus, et de 45 % pour les cancers digestifs.Les auteurs de l'étude encouragent la recherche du dosage en "25-O.h.-D" et la prévention en cas de valeur faible par tous les moyens disponibles.


Article fourni par Le Cerf
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 17039
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Le cancer, la vitamine "D" et le soleil   Ven 9 Juin 2006 - 14:53



Les chercheurs du Mount Sinaï Hospital, à Toronto viennent de présenter les résultats d'une étude menée auprès de 576 femmes atteintes du cancer du sein et 813 femmes qui n'en souffraient pas.
Les résultats ont montré que le risque de contracter le cancer du sein diminue lorsque croît l'exposition aux rayons solaires. Les femmes qui travaillaient à l'extérieur et celles qui y ont passé beaucoup de temps de l'âge de 10 ans à 19 ans, avaient nettement moins de risques de souffrir de ce type de cancer par la suite.

L'organisme synthétise la vitamine D sous l'action des rayons solaires sur la peau. Un apport accru en vitamine D chez les personnes s'exposant aux rayons du soleil expliquerait la prévention face au cancer du sein. Les résultats de l'étude ont été présentés dans le cadre du 97e congrès annuel de l'Association américaine pour la recherche sur le cancer, qui se tenu en avril 2006 à Washington, aux Etats-Unis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 17039
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Le cancer, la vitamine "D" et le soleil   Sam 29 Avr 2006 - 17:17



Ce que le soleil peut nous enseigner à propos du cancer c'est qu'il faut éviter les excès. Les travailleurs exposés au soleil sont plus à risque de développer le cancer comme les personnes qui par style de vie ou choix ne vont pas au soleil.

According to the Australasian College of Dermatologists and the Cancer Council Australia, UVB exposure in small amounts is essential to good health, as UVB exposure is how the body manufactures vitamin D. In the summer as little as five minutes a day exposure to face, arms, and hands (5 minutes d'exposition au soleil par jour suffit ) will provide the necessary sun exposure needed. In winter, when UVB rays are weakest, an accumulated exposure of two to three hours a week is needed. Even with that, we need to keep in mind that as we age our body loses the ability to synthesize vitamin D the way it did when we were younger, and vitamin D supplementation in capsule form is recommended. (La vitamine D en capsule est recommandée )Other sources of Vitamin D include fish-liver oils, egg yolk, fortified milk, bread and cereals. The Australasian College of Dermatologists and the Cancer Council Australia Risks and Benefits of Sun Exposure report is available as a PDF document. So, do what your mother told you to do when you were young -- go out and get some fresh air and sunshine -- just not as much when UVB rays are the strongest.


Dernière édition par le Ven 9 Juin 2006 - 14:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 17039
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Le cancer, la vitamine "D" et le soleil   Lun 16 Jan 2006 - 11:05



Recently a study was conducted in good ol' sunny California, which determined that men who received a good dose of sunshine were half as likely to develop prostate cancer. Of course the danger of skin cancer was also explained and fish oil rich in vitamin D was recommened as a sort of back-up plan for those who can't get out into the sun as much as needed to lessen the risk of prostate cancer. It takes only a few minutes of sun exposure to make a large amount of vitamin D. The research stated the more sun exposure the less risk of prostate cancer.

Une récente étude en Californie a déterminé que les hommes qui recoivent chaque jour une bonne dose de soleil ont presque 2 fois moins de chance d'être atteint du cancer de la prostate que ceux qui ne vont jamais au soleil. LA vitamine "D" contenu dans l'huile de poisson tient lieu de plan de rechange. Ça prend seulement quelques minutes d'exposition pour diminuer le risque du cancer de la prostate. L'étude révèle que le plus vous vous exposez au soleil, le mooins vous êtes susceptible d'avoir le cancer de la prostate.


Dernière édition par le Sam 25 Aoû 2007 - 13:59, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le cancer, la vitamine "D" et le soleil   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le cancer, la vitamine "D" et le soleil
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Vitamine "A"
» La vitamine "D".
» Des doses de vitamines "C" prolongent la vie.
» Complément alimentaire "maternité"
» Etes-vous aussi "laxophobes" (diarrhée)?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ESPOIRS :: Cancer :: Prévention-
Sauter vers: