AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Chordomes, ▶️carcinosarcomes, rétinoblastomes et cancers plus rares

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15769
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Chordomes, ▶️carcinosarcomes, rétinoblastomes et cancers plus rares   Ven 14 Oct 2016 - 16:52

In a major breakthrough for ovarian and uterine cancers, Yale researchers have defined the genetic landscape of rare, highly aggressive tumors called carcinosarcomas (CSs), pointing the way to possible new treatments.

The findings are published in the Oct. 10 online early edition of Proceedings of the National Academy of Sciences.

Endometrial and ovarian cancers are the most prevalent gynecologic tumors in women, with over 76,160 newly diagnosed cases and about 14,270 deaths in 2015 in the United States alone. Although CSs comprise only 2%-5% of all uterine malignancies and 1%-2% of all ovarian tumors, they are responsible for a disproportionate number of deaths due to their high biologic aggressiveness and resistance to standard treatments, such as radiation and chemotherapy.

The collaborative research team -- which included experts in gynecological cancer, genomics, pathology and computational biology -- performed a comprehensive genetic analysis of ovarian and endometrial CSs. The team collected tumors from 68 women affected with ovarian and uterine CSs to try to determine the molecular basis of the tumor's aggressive behavior. They sequenced all the genes from the tumors and identified mutations that are crucial for these tumors to grow. The team also studied the copy number variations -- genes that are not mutated but are amplified in the tumors to give them a growth advantage over normal tissues.

"We identified a number of new genes that are frequently mutated in CS," said senior author Alessandro Santin, M.D., professor of obstetrics, gynecology and reproductive sciences at Yale School of Medicine, and program leader of the gynecological cancers research program at Smilow Cancer Hospital at Yale-New Haven and a member of Yale Cancer Center.

"In addition to mutations in cancer genes previously identified in uterine and ovarian carcinomas, we found an excess of mutations in genes encoding specific groups of proteins, which may potentially explain their mixed tissue characteristics," said Santin.

"We've established unequivocally the common genetic origin of these tumors as epithelial tumors," he added. "Importantly, by studying the genetics of both the carcinomatous and sarcomatous elements of these tumors, we demonstrated that the transition from carcinoma to sarcoma, which represents one of the main characteristics of these tumors, may happen at different times during the evolution of these cancers."

---

Dans une percée majeure pour les cancers de l'ovaire et de l'utérus, les chercheurs de Yale ont défini le paysage génétique des tumeurs rares, très agressives appelés carcinosarcomes (CS), montrant la voie à de nouveaux traitements possibles.

Les résultats sont publiés dans l'édition du 10 octobre édition tôt en ligne des Actes de l'Académie nationale des sciences.

les cancers de l'endomètre et de l'ovaire sont les tumeurs les plus fréquentes gynécologiques chez les femmes, avec plus de 76.160 nouveaux cas diagnostiqués et environ 14.270 décès en 2015 aux États-Unis seulement. Bien que CSs ne représentent que de 2% à 5% de tous les cancers de l'utérus et de 1% à 2% de toutes les tumeurs ovariennes, ils sont responsables d'un nombre disproportionné de décès dus à leur agressivité biologique élevée et une résistance aux traitements standards, comme la radiothérapie et la chimiothérapie .

L'équipe de recherche collaborative - qui comprenait des experts dans le cancer gynécologique, la génomique, la pathologie et biologie computationnelle - a effectué une analyse génétique complète de l'ovaire et de l'endomètre des CSs. L'équipe a recueilli des tumeurs de 68 femmes atteintes de CS de l'ovaire et de l'utérus pour tenter de déterminer la base moléculaire du comportement agressif de la tumeur. Ils séquencées tous les gènes des tumeurs et des mutations identifiées qui sont cruciaux pour ces tumeurs de croître. L'équipe a également étudié les variations du nombre de copies - des gènes qui ne sont pas mutés, mais sont amplifiés dans les tumeurs pour leur donner un avantage de croissance sur les tissus normaux.

«Nous avons identifié un certain nombre de nouveaux gènes qui sont fréquemment mutés dans les CS», a déclaré l'auteur principal Alessandro Santin, MD, professeur d'obstétrique, gynécologie et sciences de la reproduction à la Yale School of Medicine et chef de programme du programme de recherche sur les cancers gynécologiques au cancer Smilow Hôpital à Yale-New Haven et membre du Yale Cancer Center.

"En plus des mutations dans les gènes du cancer identifiés précédemment dans l'utérus et carcinomes ovariens, nous avons trouvé un excès de mutations dans les gènes codant pour des groupes spécifiques de protéines, ce qui peut potentiellement expliquer leurs caractéristiques de tissus mixtes», a déclaré Santin.

"Nous avons établi sans équivoque l'origine génétique commune de ces tumeurs comme des tumeurs épithéliales," at-il ajouté. "C'est important, par l'étude de la génétique des deux éléments carcinomateux et sarcomateux de ces tumeurs, nous avons démontré que la transition d'un carcinome en sarcome, qui constitue l'une des principales caractéristiques de ces tumeurs peut se produire à différents moments pendant l'évolution de ces cancers ».

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15769
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Chordomes, ▶️carcinosarcomes, rétinoblastomes et cancers plus rares   Jeu 1 Sep 2016 - 15:48



Cette vidéo c'est une personne qui explique les avancées dans la science pour vaincre le chordome. J'ai traduit quelques phrases prises à la volée :

-2001 nous commençons à comprendre ces 22,000 gènes.
-une altération génétique fait une croissance incontrolées.
-brachury n'est pas supposéé dans les cellules aduttes.
-Pour quelques raisons le brachury n'a pas été fermé après la période foetus.
-Nous avons pris un marqueur pour savoir si notre hypothèse était correcte.
-En arrêtant le gène brachury, les cellules arrêtent de croitre.
-Nous avons injecté un anti-brachury dans un virus et nous avons injecté dans la tumeur. Et vous voyez le reste très petit ici.
-Je pense que nous avons fait du progrès.
-Il y a un vaccin pour le bachury.
-frapper egfr peut être une bonne idée (2008) avec des inhibiteurs de EGFR. tout ça revient au brachury encore. Cela (l'inhibiteur de EGFR) inhibe la croissance assez bien.
-Des personnes nus ont aider pour tester plus de 1000 molécules.
-Ils ont essayé les molécules trouvées en laboratoire.
-nous avons les outils pour aller de l'avant. Nous avons un pas pour que les pharma s'engagent.
-Dans quelques personnes, qu'est-ce qui fait que le gène brachury ne se ferme pas.
-Les tumeurs peuvent restées sans changement pour des année, alors comment les compagnies pharmaceutiques peuvent
savoir si les médicaments ont un effet ?
-Il y a une thérapie pour savoir si les inhibiteurs de EGFR font effet.
-Un énorme centre d'intérêt est l'immuno-thérapie, c'est une ère de recherche qui se transforme rapidement.

---

C'est une maladie rare mais j'ai pensé que la personne aux prises avec cette maladie serait contente de voir que quelqu'un s'occupait de faire des recherches et que les choses avançaient au moins dans la compréhension de la maladie et dans la recherche de solution.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15769
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Chordomes, ▶️carcinosarcomes, rétinoblastomes et cancers plus rares   Sam 20 Aoû 2016 - 11:17

New research links specific inherited genetic differences (alterations) to an increased risk for eye (uveal) melanoma, a rare form of melanoma that arises from pigment cells that determine eye color.

Roughly 2,500 people are diagnosed with uveal melanoma in the United States annually. Previous clinical data suggests uveal melanoma is more common in Caucasians and individuals with light eye coloration; however, the genetic mechanisms underlying this cancer's development were largely unknown.

In this new study -- co-authored by ophthalmologic pathologist and cancer geneticist Mohamed Abdel-Rahman, MD, PhD, of The Ohio State University Comprehensive Cancer Center -- Arthur G. James Cancer Hospital and Richard J. Solove Research Institute and cancer geneticist Tomas Kirchhoff, PhD, of the Perlmutter Cancer Center of NYU School of Medicine -- scientists report the first evidence of a strong association between genes linked to eye color and development of uveal melanoma.

Reported data suggests that inherited genetic factors associated with eye and skin pigmentation could increase a person's risk for uveal melanoma.

Abdel-Rahman, Kirchhoff and team report their findings in the medical journal Scientific Reports.

"This is a very important discovery that will guide future research efforts to explore the interactions of these pigmentary genes with other genetic and environmental risk factors in cancers not linked to sun exposure, such as eye melanoma. This could provide a paradigm shift in the field. Our study suggests that in eye melanoma the pigmentation difference may play a direct cancer-driving role, not related to sunlight protection," says Abdel-Rahman.

Unlike other solid tumors, there has been limited progress in understanding the contribution of genetic risk factors to the development of uveal melanoma, researchers say, primarily due to the absence of comprehensive genetic data from patients as the large sample cohorts for this rare cancer type have not been available for research.

To overcome these limitations, researchers analyzed samples from more than 270 patients with uveal melanoma, most of whom were treated at Ohio State.

Because there is a known clinical connection between eye melanoma and skin cancer, in this study researchers sought to determine whether there were commonly shared genetic factors between both diseases, as the inherited genetic risk of skin melanoma has been more extensively explored in previous medical literature.

The team analyzed 29 inherited genetic mutations previously linked with skin melanoma to determine if there was an associated risk of uveal melanoma.

This analysis revealed that five genetic mutations were significantly associated with uveal melanoma risk. The three most significant genetic associations occurred in a genetic region that determines eye color.

"Genetic susceptibility to uveal melanoma has been traditionally thought to be restricted only to a small groups of patients with family history. Now our strong data shows the presence of novel genetic risk factors associated with this disease in a general population of uveal melanoma patients," says Kirchhoff. "But this data is also important because it indicates -- for the first time -- that there is a shared genetic susceptibility to both skin and uveal melanoma mediated by genetic determination of eye color. This knowledge may have direct implications in the deeper molecular understanding of both diseases," adds Kirchhoff.

Researchers expect the data presented in this study to fuel the formation of large national and international research consortiums to conduct comprehensive, systematic analysis of inherited (germline) genome data in large cohorts of uveal melanoma patients.

"This type of collaboration is critically needed to dissect additional modifying genetic risk factors that may be uveal melanoma specific. This has important consequences not only for the prevention or early diagnosis of the disease but potentially for more improved therapies for at-risk patients," says Kirchhoff.

"Federal funding will be crucial to support research of rare cancers such as eye melanoma as it is likely, as shown in this study, that the impact of such research will extend across the different cancer types," adds Abdel-Rahman.

---

De nouveaux liens de recherche des différences spécifiques héritées génétiques (altérations) à un risque accru pour les yeux (uvée) mélanome, une forme rare de mélanome qui provient de cellules pigmentaires qui déterminent la couleur des yeux.

Environ 2.500 personnes sont diagnostiquées avec un mélanome de l'uvée aux États-Unis chaque année. Les précédentes données cliniques suggèrent uvée mélanome est plus fréquent chez les Caucasiens et les individus avec la coloration des yeux de la lumière; Cependant, les mécanismes génétiques sous-jacentes au développement de ce cancer ont été en grande partie inconnus.

Dans cette nouvelle étude les scientifiques rapportent la première preuve d'une forte association entre les gènes liés à la couleur et le développement du mélanome de l'uvée oeil.

Les données rapportées suggèrent que des facteurs génétiques héréditaires associés à l'œil et pigmentation de la peau pourraient augmenter le risque d'une personne pour le mélanome de l'uvée.

Abdel-Rahman, Kirchhoff et son équipe rapportent leurs résultats dans la revue médicale rapports scientifiques.

"Ceci est une découverte très importante qui guidera les futurs efforts de recherche pour explorer les interactions de ces gènes pigmentaires avec d'autres facteurs de risque génétiques et environnementaux dans les cancers non liés à l'exposition au soleil, comme le mélanome oculaire. Cela pourrait fournir un changement de paradigme dans le domaine . Notre étude suggère que dans le mélanome de l'œil la différence de pigmentation peut jouer un rôle de conduite directe du cancer, et ces cancers ne sont pas liées à la protection de la lumière du soleil ", dit Abdel-Rahman.

Contrairement à d'autres tumeurs solides, il y a eu peu de progrès dans la compréhension de la contribution des facteurs de risque génétiques pour le développement du mélanome de l'uvée, affirment les chercheurs, principalement en raison de l'absence de données génétiques complets des patients et que les grandes cohortes d'échantillons pour ce type de cancer rare n'ont pas été disponible pour la recherche.

Pour surmonter ces limitations, les chercheurs ont analysé des échantillons provenant de plus de 270 patients atteints de mélanome de l'uvée, dont la plupart ont été traités à l'Ohio State.

Parce qu'il ya une connexion clinique connue entre le mélanome de l'oeil et cancer de la peau, dans cette étude, les chercheurs ont cherché à déterminer s'il y avait souvent des facteurs génétiques partagés entre les deux maladies, parce que le risque génétique héréditaire du mélanome de la peau a été plus largement explorée dans la littérature médicale précédente.

L'équipe a analysé 29 des mutations génétiques liés précédemment au mélanome de la peau afin de déterminer s'il y avait un risque associé au mélanome de l'uvée.

Cette analyse a révélé que cinq mutations génétiques ont été significativement associés à un risque de mélanome de l'uvée. Les trois associations génétiques les plus importantes se sont produites dans une région génétique qui détermine la couleur des yeux.

"La susceptibilité génétique au mélanome de l'uvée a été pensé traditionnellement se limiter seulement à un petit groupe de patients ayant des antécédents familiaux. Maintenant, nos données montre la présence forte de nouveaux facteurs génétiques de risque associés à cette maladie dans une population générale de patients atteints de mélanome de l'uvée," dit Kirchhoff. "Mais ces données sont également importantes car elle indique - pour la première fois -. Qu'il existe une susceptibilité génétique commune à la fois au cancer de la peau et au mélanome de l'uvée médiée par la détermination génétique de la couleur des yeux Cette connaissance peut avoir des implications directes dans la compréhension moléculaire plus profonde des deux maladies ", ajoute Kirchhoff.

Les chercheurs espèrent que les données présentées dans cette étude pour alimenter la formation de grands consortiums de recherche nationaux et internationaux pour mener analyse systématique des données héritées du génome dans les grandes cohortes de patients atteints de mélanome de l'uvée.

"Ce type de collaboration est critique nécessaire pour disséquer la modification des facteurs de risque génétiques supplémentaires qui peuvent être spécifiques pour mélanome de l'uvée. Cela a des conséquences importantes non seulement pour la prévention ou le diagnostic précoce de la maladie, mais potentiellement pour des traitements améliorés pour les patients à risque," dit Kirchhoff.

«Le financement fédéral sera crucial pour soutenir la recherche de cancers rares tels que le mélanome de l'oeil comme il est probable, comme le montre cette étude, que l'impact de ces recherches s'étendre à travers les différents types de cancer», ajoute Abdel-Rahman.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15769
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Chordomes, ▶️carcinosarcomes, rétinoblastomes et cancers plus rares   Lun 1 Aoû 2016 - 16:22

On July 14-15, 115 researchers from 11 countries and 56 institutions came together in Boston for the Fifth International Chordoma Research Workshop. By far our best attended and most constructive research meeting yet, it featured presentations and perspectives from 32 of the world’s foremost experts in chordoma treatment and research, as well as scientists from a breadth of fields in academia and industry. Sessions focused on topics ranging from the state of the art in chordoma care to the latest on pathogenesis of the disease to therapy development and beyond. Moreover, vibrant group discussions throughout the two-day meeting provided an opportunity to advance our collective understanding of the disease, and to identify important new questions, hypotheses and lines of research to pursue.

Beyond providing a forum for exchanging the latest findings and ideas, this workshop served as an entry point to the chordoma research community for nearly 70 first time participants, and helped to strengthen ties among a growing network of collaborating labs across the world. Examples of collaborations resulting from relationships forged at prior workshops were borne out in presentation after presentation, and numerous new collaborations were sparked in hallway and dinner conversations between participants.

From this gathering of the world’s foremost chordoma experts, along with bright minds from a variety of related fields, emerged a number of important themes and imperatives that will shape the future of chordoma research and guide the Foundation’s upcoming research plans. Here are the top 10 takeaways that emerged from this year’s workshop:

    Surgery and radiation techniques are improving, but their use needs to be optimized.

Surgery and radiation continue to be the mainstays of chordoma treatment, and, when applied by experienced treatment teams, can be curative for many patients, but not all. Traditionally, radiation has been performed following a surgical resection; however, recent findings have raised questions about the optimal sequence of treatment, with some groups advocating for radiation both pre- and post-surgery. Moreover, evidence suggests that for certain patients with sacral tumors, radiation alone may be equally effective as surgery with less morbidity, but this has never been demonstrated through a controlled study and thus remains an open question. To address this question, the SACRO trial, a randomized prospective study comparing radiation vs. surgery for treating sacral chordomas, is getting underway in Europe later this year, designed to establish conclusively the optimal treatment for sacral chordoma patients. Importantly, the SACRO study will not only seek to determine the treatment approach for controlling the disease, but which gives patients the best quality of life. This reflects a theme which ran throughout the workshop that we need to better understand the effects of existing treatment modalities on patient quality of life and do more to minimize their impact. For example, by providing a portion of radiation preoperatively, a lower total radiation dose may be suitable, thereby potentially reducing radiation-associated morbidity; however, further data is needed to support this hypothesis.

    New genes linked to chordoma susceptibility.

Through their ongoing Chordoma Genetics Study, Rose Yang and colleagues at the National Cancer Institute Genetic Epidemiology Branch have identified germline alterations in several patients with sporadic chordoma in two genes not previously associated with chordoma: BRCA2 and PALB2. Though only in small numbers of patients, these findings are interesting because BRCA2 and PALB2 are known to interact and both are associated with predisposition to other cancers, namely breast cancer, suggesting that they may be a part of the cellular process involved in chordoma pathogenesis. Remarkably, Ernest Radovani from Jack Greenblatt’s Lab at the University of Toronto also reported for the first time that BRCA2 is one of only a handful of proteins that bind to brachyury, raising the question of whether BRCA2 (and possibly PALB2) could somehow be involved in mediating brachyury function in chordoma. Further research is needed to determine the role of BRCA2 and PABL2 in chordoma, and whether this could point to a vulnerability that could be exploited for therapeutic benefit.

    The genomic landscape of chordoma is becoming more clear and it appears to be quiet but heterogeneous.

Whole exome and whole genome sequencing conducted by several groups have not revealed any highly recurrent driving mutations. What’s more, Patrick Tarpey from the Sanger Institute reported that most, but not all, chordomas appear to have a low mutation rate relative to most other cancers, and the pattern of mutations appears to be consistent with cancers due to age rather than external mutagenesis or DNA repair defects. Tarpey’s group and others found low frequency alterations in genes involved in histone modification, the PI3-kinase pathway, CDKN2a, and brachyury, indicating there may be a number of distinct genetic paths to develop chordoma. The one commonality across all cases of chordoma thus far appears to be overexpression of the brachyury protein. This, combined with mutations in multiple histone modifiers and few other obvious driver mutations, raises questions about the role of epigenetic events in chordoma pathogenesis, and demands further research into the epigenetic landscape of chordoma.

    Rapid progress in new model development is accelerating the pace of discovery.

Since the last research workshop, major progress has been made in the creation of disease models. The number of validated cell lines has increased from three to 12, with over 20 more in development. Five of these lines are now available through the Chordoma Foundation’s cell line collection ATCC and have been shared with over 100 labs across the world, enabling many of the research projects presented at the workshop. Additionally, at least five patient derived xenograft models now exist, up from just one in 2013, with 22 more currently in varying stages of development. The Chordoma Foundation has recently established a panel of chordoma xenograft models at the contract lab START and is making them available for in-vivo experiments through its new Drug Screening Pipeline. With these new models now available, there was agreement that they need to be rigorously characterized to determine which molecular subsets of the disease they represent. Meanwhile, encouraging progress is also being made towards developing genetically engineered mouse and zebrafish models of chordoma, which could be useful for understanding the process of chordoma development, and as tools for drug screening. Notably, Mike Kelley and colleagues at Duke University have succeeded in developing what appears to be the first genetically engineered mouse model of chordoma, but further characterization and optimization of this model is needed.

    Immunotherapy may be promising if resistance mechanisms can be overcome.

Immunotherapy is showing tremendous promise in other cancers, but its potential utility for chordoma remains unclear. Chris Heery from the NCI presented data from clinical trials with two therapeutic vaccines targeting brachyury, both of which induced an immune response to brachyury in chordoma patients, and demonstrated promising signals of potential antitumor activity in some patients. Mike Lim from Johns Hopkins showed that chordomas commonly express the checkpoint molecule PD-L1, indicating the presence of a T cell response in many chordoma tumors, and suggesting that checkpoint blockade may enable therapeutic antitumor immunity. However, data presented by Soldano Ferrone from MGH indicates that many chordomas have defects in the antigen processing machinery required for T cell recognition, suggesting a possible mechanism of resistance to T cell killing. What’s more, because of the low mutation rate identified in chordoma, there may be few neoantigens present on chordoma cells that could trigger a T cell response. These obstacles may be overcome with radiation, which has been shown in other tumor types to enhance antigen presentation and immunogenicity. Supporting this hypothesis, Jim Hodge from the NCI showed that radiation significantly increases T cell mediated lysis of chordoma cells in-vitro. Moreover, preliminary data from the NCI suggests that methods to recruit natural killer cells may well induce antitumor immunity even in the presence of antigen presentation defects. Further research is needed to understand the chordoma-immune interaction and harness powerful new immunotherapy approaches.

    Multiple layers of evidence continue to converge on brachyury as the key driver and a prime vulnerability of chordoma

Tanaz Sharifnia from Stuart Schreiber’s lab at the Broad Institute presented data from a genome-wide CRISPR loss of function screen, which identified brachyury to be the most essential gene for chordoma cell survival. Dr. Sharifnia also shared results from her collaboration with Charles Lin at Baylor College of Medicine mapping super-enhancer associated genes in chordoma cells, which revealed that chordomas consistently form a strong super-enhancer at the brachyury locus. Taken together, the results from these two unbiased approaches provide the strongest evidence yet that brachyury is central to the identity and survival of chordoma cells, confirming and building upon prior evidence generated in other labs. Additionally, more germline and somatic alterations in brachyury were reported by Patrick Tarpey from the Sanger Institute and Rose Yang from the NCI. Finally, the Kelley lab’s new genetically engineered mouse model generated by over-expressing brachyury in the mouse notochord provides proof positive that brachyury can drive chordoma pathogenesis.

    The search is on for approaches to target brachyury, and this is starting to become more feasible.

Given the essentiality of brachyury for chordoma cell survival, there is broad agreement in the research community that finding therapeutic interventions that can target brachyury is of utmost importance. What’s more, Duane Hamilton from the NCI laid out a compelling case for brachyury as a promising therapeutic target for many epithelial tumors in which it is believed to mediate metastasis and confer resistance both to cytotoxic therapies and T cell killing. As a transcription factor, conventional wisdom dictates that brachyury is a challenging drug target. But participants at the research workshop are not deterred and are tackling this challenge head on. For example, Nathanael Gray of Dana Farber laid out an innovative approach to suppress super-enhancer driven master transcription factors like brachyury by targeting components of the transcriptional machinery needed for their production, namely transcriptional cyclin dependent kinases (CDK’s). Testing this approach, Dr. Sharifnia demonstrated that indeed inhibiting transcriptional CDK’s with a small molecule developed by Dr. Gray dramatically reduces brachyury protein levels and is highly potent to chordoma cells. Meanwhile, Dr. Radovani identified several brachyury binding proteins which could potentially be targeted to disrupt brachyury activity, either by preventing its nuclear localization or by inhibiting the function of its transcriptional coregulators. Another idea proposed was to develop a small molecule “degronimid” that would bind both to brachyury and ubiquitin ligase thereby causing ubiquitination of brachyury and subsequent proteosomal degradation. In short, there are many technologies and approaches that could be employed to target brachyury which deserve further research and development.

    More new clinical trials are coming.

Significant advances in chordoma research over the past 9 years combined with newly developed classes of drugs and an increasingly energized and focused chordoma research community are culminating in a wave of new clinical trials. Well-justified plans for five forthcoming trials were presented at the workshop, including trials testing the EGFR inhibitor afatinib, the CDK4/6 inhibitor palbociclib, the PD-1 inhibitor nivolumab in combination with hypofractionated radiation, the hypoxia dependent oncolytic bacteria C. Novyi, as well as a randomized study comparing the effectiveness of surgery vs radiation for primary sacral chordomas (to learn about currently open clinical trials visit our clinical trials page, or contact our patient navigator at support@chordoma.org). These trials are being designed not only to look for signals of antitumor activity, but also to learn much more about the disease; for example, to identify biological predictors of response and to assess how the therapies affect patient quality of life. The Chordoma Foundation is partnering with the investigators running each trial to raise awareness among patients and treating physicians, and is planning to provide financial support for two of them in the coming year (see here). Looking ahead, as more promising therapeutic approaches are identified in the lab, the number of clinical trial opportunities is sure to continue growing in the years ahead. Various ideas were proposed to lower the barriers to starting these trials and increase their speed and efficiency. In particular, multiple participants called for a clinical research consortium through which active trial sites could work together to run multiple trials under common protocols and with shared infrastructure. This is an idea that has previously been endorsed by the Foundation’s Medical Advisory Board, but requires a sustained investment of capital which has not yet been available.

    New technologies could transform how chordoma is treated.

The workshop was capped by two fascinating talks exploring new frontiers in chordoma research. Kim Luddy from the Integrated Mathematical Oncology group at Moffitt Cancer Center demonstrated how competition among subpopulations of drug sensitive and drug resistant cells within various tumor types could be modeled mathematically, thereby enabling drug dose and schedule to be optimized to enhance and prolong tumor control. Counterintuitively, the models revealed that lower, intermittent dosing would produce far more sustained responses compared with higher continuous dosing, and this was indeed the case in mouse models. These findings are a reminder that dosing optimization is an important consideration in forthcoming in-vivo experiments and clinical trials for chordoma. Additionally, Chetan Bettegowda from Johns Hopkins showed that circulating tumor DNA could be detected in the blood of most chordoma patients, demonstrating the possibility of liquid biopsy technology to one day be used to monitor disease progression. Both approaches hold potential to change the way chordoma is treated and are examples of the value of the workshop for bringing new ideas into the field.

    Vibrant, interconnected research community continues to grow.

Since our last workshop three years ago, the community of researchers working on chordoma has expanded dramatically. More and more research teams are entering the field, evidenced by the nearly 70 first time participants representing institutions from San Francisco to Beijing to Zurich. And, notably, representatives from five pharmaceutical companies were present, reflecting increasing opportunity to bring effective therapies to market for chordoma patients. But beyond simply growing in size, the research community has grown closer and more collaborative. Throughout the workshop, we heard example after example of researchers teaming up to accomplish what none could do alone: MGH and the Broad Institute working together to identify chordoma’s vulnerabilities, UCL and UNC working together to screen libraries of novel kinase inhibitors, Johns Hopkins and Sloan Kettering working together to launch a new clinical trial. And, with each subsequent workshop new relationships form, which seed future collaborations and fuel continued momentum in the field. We feel confident that the bonds forged this year in Boston will continue to bear fruit over the coming years, and we appreciate the openness and constructive and contributions of all who participated. Stay tuned for more exciting progress from this vibrant community.

---

Les 14 et 15 Juillet, 115 chercheurs de 11 pays et 56 institutions se sont réunis à Boston pour le cinquième atelier International sur la recherche sur le chordome. De loin notre meilleur réunion et la recherche la plus constructive, il a présenté des exposés et des perspectives de 32 des plus grands experts mondiaux dans le traitement de chordome et de la recherche, ainsi que des scientifiques à partir d'une largeur de champs dans le milieu universitaire et l'industrie. Les Sessions axées sur des sujets allant de l'état de l'art dans les soins de chordome au plus tard à la pathogenèse de la maladie au développement de la thérapie et au-delà. En outre, des discussions de groupe dynamiques en la réunion de deux jours ont été l'occasion de faire progresser notre compréhension collective de la maladie, d'identifier de nouvelles questions importantes, des hypothèses et des lignes de recherche à poursuivre.

En plus de fournir un forum pour échanger les dernières découvertes et des idées, cet atelier a servi à la communauté de recherche sur le chordome de point d'entrée pour près de 70 premiers participants, et a contribué à renforcer les liens entre un réseau croissant de collaboration des laboratoires à travers le monde. Des exemples de collaborations résultant de relations forgées à des ateliers antérieurs ont été confirmées dans la présentation après la présentation, et de nombreuses nouvelles collaborations ont été déclenchées dans le couloir et les  conversations de diner entre les participants.

De ce rassemblement d'experts sur le chordome, ainsi que des esprits brillants d'une variété de domaines connexes, a émergé un certain nombre de thèmes et des impératifs importants qui détermineront l'avenir de la recherche sur le chordome et de guide pour les plans de recherche à venir de la Fondation. Voici le top 10 des plats à emporter qui ont émergé de l'atelier de cette année:

    les techniques de chirurgie et la radiothérapie sont en amélioration, mais leur utilisation doit être optimisée.

La chirurgie et la radiothérapie continuent d'être les piliers du traitement chordome, et, lorsqu'elle est appliquée par des équipes de traitement expérimentés, peuvent être curative pour de nombreux patients, mais pas tous. Traditionnellement, le rayonnement a été réalisé en suivant une résection chirurgicale; Cependant, des résultats récents ont soulevé des questions au sujet de la séquence optimale du traitement, certains groupes militent pour un rayonnement à la fois avant et après la chirurgie. Par ailleurs, il semble que pour certains patients atteints de tumeurs du sacrum, la radiothérapie seule peut être tout aussi efficace que la chirurgie avec moins de morbidité, mais cela n'a jamais été démontré par une étude contrôlée et reste donc une question ouverte. Pour répondre à cette question, le test SACRO, une étude comparant prospective randomisée vs rayonnement chirurgie pour le traitement de chordomes sacrum, est à se mettre en place en Europe plus tard cette année, conçu pour établir de manière concluante le traitement optimal pour les patients du chordome sacré. Fait important, l'étude SACRO ne cherchera pas seulement à déterminer l'approche de traitement pour lutter contre la maladie, mais celle qui donne aux patients la meilleure qualité de vie. Cela reflète un thème qui a duré tout au long de l'atelier que nous avons besoin de mieux comprendre les effets des modalités de traitement existantes sur la qualité de vie des patients et de faire plus pour minimiser leurs impacts. Par exemple, en fournissant une partie du rayonnement pré-opératoire, une dose totale plus faible de rayonnement peut être approprié, ce qui pourrait réduire la morbidité associée aux rayonnements; toutefois, d'autres données sont nécessaires pour étayer cette hypothèse.

    De nouveaux gènes liés à la susceptibilité du chordome.

Grâce à leur étude en cours Génétique Chordome, Rose Yang et ses collègues de la Direction de l'épidémiologie génétique Institut national du cancer ont identifié des altérations de la lignée germinale chez plusieurs patients avec chordome sporadique dans deux gènes pas précédemment associés au chordome: BRCA2 et PALB2. Bien que dans un petit nombre de patients, ces résultats sont intéressants car BRCA2 et PALB2 sont connus pour interagir et les deux sont associés à une prédisposition à d'autres cancers, à savoir le cancer du sein, ce qui suggère qu'ils peuvent être une partie du processus cellulaire impliqué dans la pathogenèse du chordome. Remarquablement, laboratoire d'Ernest Radovani de Jack Greenblatt à l'Université de Toronto a également signalé pour la première fois que BRCA2 est l'une des seules d'une poignée de protéines qui se lient à brachyury, soulevant la question de savoir si BRCA2 (et éventuellement PALB2) pourraient en quelque sorte être impliqués dans la médiation de la fonction de brachyury dans le chordome. D'autres recherches sont nécessaires pour déterminer le rôle de BRCA2 et PABL2 dans le chordome, et si cela pourrait pointer vers une vulnérabilité qui pourrait être exploitée pour un bénéfice thérapeutique.

    Le paysage génomique de chordome est de plus en plus clair et il semble être calme mais hétérogène.

L'ensemble du séquençage du génome mené par plusieurs groupes n'ont pas révélé de mutations de conduite très récurrentes. De plus, Patrick Tarpey de l'Institut Sanger a rapporté que la plupart, mais pas tous les chordomes semblent avoir un faible taux de mutation par rapport à la plupart des autres cancers, et le motif de mutations semble être compatible avec les cancers dus à l'âge plutôt que la mutagenèse externe ou tout défaut de réparation d'ADN. Le groupe de Tarpey et d'autres ont trouvé des altérations basse fréquence dans les gènes impliqués dans la modification des histones, la voie PI3-kinase, CDKN2A et brachyury, ce qui indique qu'il peut y avoir un certain nombre de voies génétiques distinctes pour développer le chordome. L'un point commun dans tous les cas de chordome apparaît donc de loin être une surexpression de la protéine brachyury. Ceci, combiné avec des mutations dans plusieurs modificateurs de histones et quelques autres mutations directrices évidentes, soulève des questions sur le rôle des événements épigénétiques dans la pathogenèse du chordome, et exige de nouvelles recherches dans le paysage épigénétique du chordome.

    Des progrès rapides dans le développement de nouveaux modèles accélère le rythme des découvertes.

Depuis le dernier atelier de recherche, de grands progrès ont été réalisés dans la création de modèles de maladies. Le nombre de lignées de cellules validées a augmenté de trois à 12, et plus de 20 autres en développement. Cinq de ces lignes sont maintenant disponibles à travers la collecte lignée cellulaire ATCC de la Fondation chordome et ont été partagés avec plus de 100 laboratoires à travers le monde, ce qui permet un grand nombre de projets de recherche présentés lors de l'atelier. En outre, au moins cinq modèles de xénogreffes dérivées de patients existent maintenant, contre un seul en 2013, avec 22 autres actuellement dans divers stades de développement. La Fondation chordome a récemment mis en place un panel de modèles de xénogreffes de chordome et les a rendu disponibles pour des expériences in vivo grâce à son nouveau pipeline de dépistage de médicaments. Avec ces nouveaux modèles qui sont maintenant disponibles, il a été convenu qu'ils doivent être caractérisés rigoureusement pour déterminer les sous-ensembles moléculaires de la maladie qu'ils représentent. Pendant ce temps, des progrès encourageants ont également été accomplis vers le développement de modèles de souris et de poisson zèbre génétiquement avec le chordome, qui pourraient être utiles pour comprendre le processus de développement du chordome, et comme outils pour le dépistage des médicaments. Notamment, Mike Kelley et ses collègues de l'Université Duke ont réussi à développer ce qui semble être le premier modèle de souris génétiquement modifiée de chordome, mais une caractérisation plus poussée et l'optimisation de ce modèle est nécessaire.

    L'immunothérapie peut être prometteuse si les mécanismes de résistance peuvent être surmontés.

L'immunothérapie se montre très prometteuse dans d'autres cancers, mais son utilité potentielle pour le chordome reste incertaine. Chris Heery du NCI a présenté des données issues des essais cliniques avec deux vaccins thérapeutiques ciblant brachyury, les deux ont induit une réponse immunitaire à brachyury chez les patients avec le chordome, et ont démontré des signaux prometteurs de l'activité antitumorale potentielle chez certains patients. Mike Lim de la Johns Hopkins a montré que les chordomes expriment habituellement la molécule de point de reprise PD-L1, ce qui indique la présence d'une réponse des lymphocytes T dans de nombreuses tumeurs de chordome, ce qui suggère que le blocage et le point de contrôle peuvent activer l'immunité anti-tumorale thérapeutique. Toutefois, les données présentées par Soldano Ferrone de MGH indique que de nombreux chordomes ont des défauts dans les machines de traitement de l'antigène nécessaire pour la reconnaissance des cellules T, ce qui suggère un mécanisme possible de la résistance à la destruction des cellules T. De plus, en raison du faible taux de mutation identifiée dans le chordome, il peut y avoir quelques néoantigènes présents sur les cellules du chordome qui pourraient déclencher une réponse des cellules T. Ces obstacles peuvent être surmontés par un rayonnement, qui a été démontré dans d'autres types de tumeurs pour améliorer la présentation de l'antigène et de l'immunogénicité. L'appui de cette hypothèse, Jim Hodge du NCI a montré que le rayonnement augmente de manière significative la lyse des lymphocytes T des cellules chordome in vitro. De plus, les données préliminaires du NCI suggère que les méthodes pour recruter des cellules tueuses naturelles peuvent ainsi induire une immunité antitumorale, même en présence de défauts de présentation de l'antigène. De plus amples recherches sont nécessaires pour comprendre l'interaction chordome-immunité  et pour exploiter de puissantes nouvelles approches d'immunothérapie.

    Plusieurs couches de preuves continuent de converger sur brachyury comme le principal moteur et une vulnérabilité principale de chordome

Tanaz Sharifnia du laboratoire de Stuart Schreiber au Broad Institute a présenté des données à partir d'un test CRISPR sur la perte de fonction sur le génome entier, qui a identifié brachyury comme le gène le plus essentiel pour la survie des cellules du chordome. Dr. Sharifnia a également partagé les résultats de sa collaboration avec Charles Lin au Baylor College of Medicine sur la cartographie des gènes associés super-activateurs dans les cellules du chordome, qui a révélé que les chordomes forment toujours une forte super-activaté au niveau du locus brachyury. Pris ensemble, les résultats de ces deux approches impartiales fournissent la preuve la plus solide encore que brachyury est au cœur de l'identité et la survie des cellules du chordome, confirmant et la construction sur des preuves avant des preuves générées dans d'autres laboratoires. En outre, les plus germinales et somatiques altérations de brachyury ont été rapportés par Patrick Tarpey de l'Institut Sanger et Rose Yang du NCI. Enfin, le nouveau modèle de souris génétiquement modifiées du laboratoire Kelley généré par surexpression brachyury dans le notocorde de la souris fournit la preuve que brachyury peut conduire la pathogenèse du chordome.

    La recherche est sur des approches pour cibler brachyury, et cela commence à devenir plus réalisable.

Compte tenu de l'essentialité de brachyury pour la survie des cellules chordome, il existe un large consensus dans la communauté scientifique que la recherche d'interventions thérapeutiques qui peuvent cibler brachyury est d'une importance capitale. De plus, Duane Hamilton du NCI a exposé un argument convaincant pour brachyury comme cible thérapeutique prometteuse pour de nombreuses tumeurs épithéliales dans lesquelles on croit à sa médiation dans les métastases et qu'il confère une résistance à la fois à des thérapies cytotoxiques et à la destruction des cellules T. En tant que facteur de transcription, la sagesse conventionnelle dicte que brachyury soit une cible de médicament stimulante. Mais les participants à l'atelier de recherche ne sont pas dissuadés et abordent ce défi. Par exemple, Nathanael Gray Dana Farber a aménagé une approche novatrice pour supprimer le super-enhancer entraînés par des facteurs de transcription comme brachyury en ciblant des composants de la machinerie transcriptionnelle nécessaire à leur production, à savoir kinases cycline-dépendantes de la transcription (CDK). Testant  cette approche, le Dr Sharifnia a démontré qu'en effet inhiber CDK de la transcription avec une petite molécule développée par le Dr Gray réduit considérablement les niveaux de protéines de brachyury et est très puissant pour les cellules chordome. Pendant ce temps, le Dr Radovani a identifié plusieurs protéines qui pourraient être ciblés pour perturber l'activité de brachyury, soit en empêchant sa localisation nucléaire ou en inhibant la fonction de ses corégulateurs de transcription. Une autre idée proposée était de développer une petite molécule "degronimid" qui lierait les deux  brachyury et ubiquitine ligase provoquant ainsi l'ubiquitination de brachyury et la dégradation des protéosomale ultérieure. En bref, il existe de nombreuses technologies et approches qui pourraient être utilisées pour cibler les brachyury qui méritent davantage de recherche et développement.

    Plus de nouveaux essais cliniques sont à venir.

Des avancées significatives dans la recherche chordome au cours des 9 dernières années combinées avec des classes de médicaments nouvellement mis au point et une communauté de recherche sur le chordome de plus en plus énergique et ciblée  aboutissent à une vague de nouveaux essais cliniques. Des plans bien justifiés pour les cinq prochains essais ont été présentés lors de l'atelier, y compris les essais testant l'EGFR inhibiteur afatinib, l'inhibiteur palbociclib CDK4 / 6, le PD-1 inhibiteur nivolumab en combinaison avec un rayonnement hypofractionnée, les hypoxie dépendantes des bactéries oncolytiques C. NOVYI, ainsi que d'une étude randomisée comparant l'efficacité de la chirurgie vs le rayonnement pour chordomes sacraux primaires (pour en apprendre davantage sur les essais cliniques actuellement ouverts, visitez notre page d'essais cliniques, ou contactez notre navigateur patient à support@chordoma.org). Ces essais sont conçus non seulement pour rechercher des signaux d'activité antitumorale, mais aussi d'apprendre beaucoup plus sur la maladie; par exemple, pour identifier les prédicteurs biologiques de réponse et d'évaluer la façon dont les thérapies affectent la qualité de vie des patients. La Fondation chordome est en partenariat avec les chercheurs exécutant chaque essai afin de sensibiliser les patients et les médecins traitants, et prévoit de fournir un soutien financier pour deux d'entre eux dans l'année à venir (voir ici). À l'avenir, que les approches thérapeutiques les plus prometteuses sont identifiées dans le laboratoire, le nombre de possibilités d'essais cliniques est sûr de continuer à croître dans les années à venir. Diverses idées ont été proposées pour réduire les obstacles à partir de ces essais et d'accroître leur rapidité et l'efficacité. En particulier, plusieurs participants ont appelé à un consortium de recherche clinique à travers laquelle les sites d'essais actifs pourraient travailler ensemble pour exécuter plusieurs essais dans des protocoles communs et avec une infrastructure partagée. Ceci est une idée qui a déjà été approuvé par le Conseil consultatif médical de la Fondation, mais nécessite un investissement soutenu du capital qui n'a pas encore été disponible.

    Les nouvelles technologies pourraient transformer la façon dont chordome est traité.

L'atelier a été couvert par deux entretiens fascinants à explorer de nouvelles frontières dans la recherche sur le chordome. Kim Luddy du groupe d'oncologie intégré mathématique au Moffitt Cancer Center a montré comment la concurrence entre les sous-populations de cellules résistantes aux médicaments sensibles au sein de divers types de tumeurs pourrait être modélisé mathématiquement, permettant ainsi une optiisation de la dose de médicament et un calendrier pour améliorer et prolonger le contrôle de la tumeur. Contre toute attente intuitive, les modèles ont révélé que un dosage plus faible et intermittent produirait des réponses beaucoup plus soutenue par rapport à un dosage continu et plus élevé, et ce fut effectivement le cas dans les modèles de souris. Ces résultats sont un rappel que le dosage d'optimisation est une considération importante dans les prochaines expériences in vivo et des essais cliniques pour chordome. En outre, Chetan Bettegowda de la Johns Hopkins a montré que l'ADN tumoral circulant n'a pu être détectée dans le sang de la plupart des patients chordome, ce qui démontre la possibilité d'une technologie de biopsie liquide pourrait être utilisée un jour pour surveiller la progression de la maladie. Les deux approches ont un potentiel de changer la façon chordome est traitée et sont des exemples de la valeur de l'atelier pour apporter de nouvelles idées dans le domaine.

    communauté de recherche dynamique, interconnecté continue de croître.

Depuis notre dernier atelier il y a trois ans, la communauté des chercheurs travaillant sur chordome a élargi de façon spectaculaire. De plus en plus d'équipes de recherche pénètrent sur le terrain, en témoignent les près de 70 nouveaux participants représentant des institutions de San Francisco à Pékin à Zurich. Et, notamment, des représentants de cinq sociétés pharmaceutiques étaient présents, ce qui reflète l'augmentation opportunité d'apporter des thérapies efficaces sur le marché pour les patients du chordome. Mais au-delà simplement de plus en plus dans la taille, la communauté de recherche a augmenté de plus en plus de collaboration. Tout au long de l'atelier, nous avons entendu exemple après exemple de chercheurs équipe pour accomplir ce que personne ne pouvait faire seul: MGH et le Broad Institute travaillent ensemble pour identifier les vulnérabilités de chordome, UCL et UNC travaillent ensemble pour cribler des bibliothèques de nouveaux inhibiteurs de kinase, Johns Hopkins et Sloan Kettering travaillent ensemble pour lancer un nouvel essai clinique. Et, avec atelier se forme subséquemment de nouvelles relations, qui génèrent des collaborations futures qui sont le carburant pour continuer l'élan dans le domaine. Nous sommes convaincus que les liens forgés cette année à Boston continueront à porter leurs fruits au cours des années à venir, et nous apprécions l'ouverture et constructive et les contributions de tous ceux qui ont participé. Restez à l'écoute de cette communauté dynamique.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15769
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Chordomes, ▶️carcinosarcomes, rétinoblastomes et cancers plus rares   Sam 18 Juin 2016 - 20:05

Chordomas are tumors that arise at vertebral bodies and the base of the skull. Although rare in incidence, they are deadly owing to slow growth and a lack of effective therapeutic options. In this study, we addressed the need for chordoma cell systems that can be used to identify therapeutic targets and empower testing of candidate pharmacologic drugs. Eight human chordoma cell lines that we established exhibited cytology, genomics, mRNA, and protein profiles that were characteristic of primary chordomas. Candidate responder profiles were identified through an immunohistochemical analysis of a chordoma tissue bank of 43 patients. Genomic, mRNA, and protein expression analyses confirmed that the new cell systems were highly representative of chordoma tissues. Notably, all cells exhibited a loss of CDKN2A and p16, resulting in universal activation of the CDK4/6 and Rb pathways. Therefore, we investigated the CDK4/6 pathway and responses to the CDK4/6–specific inhibitor palbociclib. In the newly validated system, palbociclib treatment efficiently inhibited tumor cell growth in vitro and a drug responder versus nonresponder molecular signature was defined on the basis of immunohistochemical expression of CDK4/6/pRb (S780). Overall, our work offers a valuable new tool for chordoma studies including the development of novel biomarkers and molecular targeting strategies. Cancer Res; 75(18); 1–9. ©2015 AACR.

---

Les chordomes sont des tumeurs qui surviennent aux vertébres de la base de la colonne et à la base du crâne. Dans cette étude, nous avons abordé la nécessité pour de systèmes cellulaires du chordome qui peuvent être utilisés pour identifier des cibles thérapeutiques et l'autonomisation des tests de médicaments pharmacologiques candidat. Huit lignées cellulaires de chordomes humains que nous avons établi montrent des profils de cytologie, de génomique, d'ARNm et de protéines qui étaient caractéristiques de chordomes primaires. Des profils de candidats répondeurs ont été identifiés par une analyse immunohistochimique d'une banque de tissus chordome de 43 patients. La genomique, l'ARNm et l'expression des protéines analyses ont confirmé que les nouveaux systèmes cellulaires étaient très représentatifs des tissus du chordome. Notamment, toutes les cellules ont présenté une perte de CDKN2A et de p16, ce qui entraîne l'activation universelle de la voie CDK4 / 6 et celle de Rb. Par conséquent, nous avons étudié la voie CDK4 / 6 et les réponses à l'inhibiteur palbociclib spécifique à CDK4 / 6. Dans le système nouvellement validé, un traitement au palbociclib inhibe efficacement la croissance des cellules tumorales in vitro et la signature moléculaire qui répond au médicament a été établi par rapport à la signature moléculaire qui ne réponds pas, elle a été définie sur la base de l'expression immunohistochimique de CDK4 / 6 / pRb (S780). Dans l'ensemble, notre travail offre un outil précieux pour les études du chordome, y compris le développement de nouveaux biomarqueurs et des stratégies de ciblage moléculaire. Cancer Res; 75 (18); 1-9. © 2015 AACR.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15769
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Chordomes, ▶️carcinosarcomes, rétinoblastomes et cancers plus rares   Mar 3 Mai 2016 - 16:29

C'est un essai sur un vaccin contre le chordome, il y a plus d'information à l'adresse mentionnée :

ABOUT THE VACCINE GI-6301 is a therapeutic vaccine being developed through a Collaborative Research and Development Agreement (CRADA) between the National Cancer Institute and the biopharmaceutical company, GlobeImmune. Designed to stimulate the human immune system to fight cancer. GI-6301 is composed of heat-inactivated S. cerevisiae yeast that expresses human brachyury protein. This product candidate is the fifth of a novel class of yeast-based immunotherapeutics designed to stimulate immune responses to eliminate diseased cells. Spanning cancer and infectious diseases, these products have been evaluated in 10 different Phase 1 and Phase 2 clinical trials. They have shown a good tolerability profile in clinical programs to date. Over 600 subjects have been treated thus far, including some who have received monthly dosing for over 5 years.  Expected adverse events from these products are limited to redness, swelling and tenderness at the injection site, and mild, brief flu-like symptoms. For eligibility criteria and more information about this trial visit:

https://clinicaltrials.gov/ct2/show/NCT02383498

---


A PROPOS DU VACCIN GI-6301 c'est un vaccin thérapeutique en cours de développement par le biais d'un accord de collaboration de recherche et développement (CRADA) entre l'Institut national du cancer et de la société biopharmaceutique, GlobeImmune. Conçu pour stimuler le système immunitaire humain pour combattre le cancer. GI-6301 se compose de S.cerevisiae inactivé par la chaleur, qui exprime la protéine brachyury humaine. Ce produit candidat est la cinquième d'une nouvelle classe d'immunothérapies à base de levure destinées à stimuler des réponses immunitaires à éliminer les cellules malades. Couvrant le cancer et les maladies infectieuses, ces produits ont été évalués dans 10 essais cliniques différents de la phase 1 et de phase 2. Ils ont montré un bon profil de tolérabilité dans les programmes cliniques à ce jour. Plus de 600 sujets ont été traités à ce jour, y compris certains qui ont reçu l'administration mensuelle depuis plus de 5 ans. Les événements indésirables attendus de ces produits sont limités à une rougeur, un gonflement et une sensibilité au site d'injection, et de brefs symptômes légers, semblables à la grippe. Pour les critères d'admissibilité et plus d'informations sur cette visite d'essai:

https://clinicaltrials.gov/ct2/show/NCT02383498

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15769
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Chordomes, ▶️carcinosarcomes, rétinoblastomes et cancers plus rares   Ven 15 Avr 2016 - 14:24

Researchers at The Saban Research Institute of Children's Hospital Los Angeles (CHLA) have demonstrated that targeting survivin -- a protein that inhibits apoptosis or cell death -- enhances the effectiveness of chemotherapy in cells and mouse models of retinoblastoma (Rb), the most common malignant tumor of the eye in children.



The study -- led by Charles Gomer, PhD, of the Children's Center for Cancer and Blood Diseases at CHLA and Jonathan Kim, MD, director of the retinoblastoma program at The Vision Center at CHLA -- demonstrates for the first time that the combination of a survivin inhibitor called YM155 and chemotherapy provides a therapeutic advantage for Rb cells and tumors. The results were recently published online in PLOS One.

While treatments for retinoblastoma vary depending on size and location of the lesions, most therapy includes chemotherapy agents such as carboplatin and topotecan. The CHLA researchers examined whether such agents induced a pro-survival phenotype associated with increased expression of survivin in Rb cells and Rb tumors growing in mouse models.

They found that exposure to chemotherapy resulted in elevated levels of survivin in two human Rb cell lines, but not in normal ocular retinal pigmented epithelial (RPE) cells. They also documented that cellular levels of survivin were significantly decreased in Rb cells, but not in RPE cells, when exposed to YM155. The combination of YM155 and chemotherapy agents was also most effective in enhancing Rb cell death when compared to either alone.

The investigators next evaluated the combined modality approach using Rb tumors growing in mouse eyes. Their study demonstrated the same positive results using YM155 combined with carboplatin, increasing long term Rb tumor responsiveness when compared to single agents.

"Our study shows proof of concept, that we can enhance chemotherapeutic approaches to retinoblastoma while using the same dosage," said Gomer, who is also a professor in the Departments of Pediatrics and Radiation Oncology at Keck School of Medicine of the University of Southern California. "We're hopeful that following additional preclinical studies that this combination therapy will offer better outcomes to children with retinoblastoma and perhaps the possibility of reduced chemotherapy, reducing long-term adverse effects."

---


Des chercheurs de l'Institut de recherche Saban de l'hôpital de Los Angeles pour les enfants (CHLA) ont démontré que le ciblage survivine - une protéine qui inhibe l'apoptose ou mort cellulaire - améliore l'efficacité de la chimiothérapie dans les cellules et les modèles de souris de rétinoblastome (Rb), le plus commun une tumeur maligne de l'oeil chez les enfants.



L'étude - menée par Charles Gomer, PhD et Jonathan Kim, MD, du Centre pour enfants de Los Angeles (CHLA)  pour le cancer et les maladies du sang , directeur du programme de rétinoblastome au Centre Vision au CHLA - démontre pour la première fois que la combinaison d'un inhibiteur de la survivine appelé YM155 et de la chimiothérapie offre un avantage thérapeutique pour les cellules et les tumeurs Rb. Les résultats ont été récemment publiés en ligne dans PLOS One.

Bien que les traitements pour le rétinoblastome varient selon la taille et l'emplacement des lésions, la plupart des thérapies comprennent des agents de chimiothérapie tels que le carboplatine et  top
otécan. Les chercheurs de CHLA ont examiné si ces agents ont induit un phénotype pro-survie associée à l'expression accrue de la survivine dans les cellules et les tumeurs Rb en croissance dans les modèles de souris.

Ils ont découvert que l'exposition à la chimiothérapie a donné lieu à des taux élevés de survivine dans les deux lignées cellulaires humaines Rb, mais pas dans des cellules normales de l'épithélium oculaire pigmentaire de la rétine (RPE). Ils ont aussi documenté que les niveaux cellulaires de la survivine ont été significativement diminués dans des cellules Rb, mais pas dans les cellules RPE, lorsqu'elles sont exposés à YM155. La combinaison de YM155 et des agents de chimiothérapie a également été le plus efficace dans l'amélioration la mort cellulaire de Rb par rapport à l'un ou l'autre seul.

Les enquêteurs ont évalué ensuite l'approche de la modalité combinée en utilisant des tumeurs Rb qui poussent dans les yeux de souris. Leur étude a démontré les mêmes résultats positifs en utilisant YM155 combinée avec le carboplatine, augmentant la réactivité de la tumeur Rb à long terme par rapport aux agents simples.

«Notre étude démontre la preuve de concept, que nous pouvons améliorer les approches chimiothérapeutiques au rétinoblastome tout en utilisant la même posologie," dit Gomer, qui est également professeur aux départements de pédiatrie et de radio-oncologie à Keck School of Medicine de l'Université de Californie du Sud . "Nous espérons que la suite d'études précliniques supplémentaires que cette thérapie combinée offrira de meilleurs résultats pour les enfants atteints de rétinoblastome et peut-être la possibilité de  chimiothérapie réduite, ce qui réduit les effets néfastes à long terme."

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15769
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Chordomes, ▶️carcinosarcomes, rétinoblastomes et cancers plus rares   Dim 13 Mar 2016 - 19:24


L'article date du 25 février 2016

Un chirurgien australien a réussi à remplacer deux vertèbres cancéreuses par des implants en titane conçus sur-mesure grâce à la fabrication additive. Une première mondiale.

Le chordome est une tumeur rare et délicate à soigner. C’est atteint de cette grave pathologie que Drage Josevski, un homme d’une soixantaine d’années, se présente à l’hôpital Prince of Wales de Sydney fin 2015. Deux de ses vertèbres cervicales sont touchées, le condamnant à une lente paralysie de ses bras et de ses jambes avant une mort certaine.

En théorie, il aurait procéder à une ablation des vertèbres malades et les remplacer par deux implants fabriqués à partir d’un autre bout d’os prélevé sur le corps même du malade. Mais il est impossible d’arriver de cette manière à aligner correctement les organes, ce qui condamne le patient à souffrir de problèmes de motricité.

Le neurochirurgien Ralph Mobbs a fait un tout autre choix : imprimer sur-mesure de nouvelles vertèbres en 3D qui viennent parfaitement s’intégrer dans le corps du malade. Une première mondiale, qui s'est déroulée avec succès il y a deux mois et à laquelle la télévision nationale australienne (ABC) vient de consacrer un reportage complet.


Ralph Mobbs a fait appel à la société Anatomics, qui a modélisé la prothèse pour qu'elle s'adapte à l'anatomie de Drage Josevski, puis l'a imprimée en 3D en utilisant du  titane comme matériau. Le neurochirurgien a par ailleurs pu s'entraîner sur son ordinateur grâce à des modélisations avant la véritable et délicate opération qui a duré... plus de 15 heures.

Il a fallu détacher la tête du cou du patient, entrer dans sa bouche pour enlever la tumeur et les vertèbres cancéreuses, les remplacer par les implants et rattacher enfin la tête au cou. Aujourd'hui, Drage Josevski a encore du mal à manger et parler parce qu’il est resté de très longues heures avec la bouche grande ouverte. Mais il a quasiment totalement récupéré la flexion et la rotation de sa tête.

Pour Ralph Mobbs, l'impression 3D est promise à un très bel avenir. "Le Saint-Graal de la médecine, c'est la fabrication à la demande des os, des articulations et des organes pour restaurer des fonctions et sauver des vies", a-t-il déclaré à la chaîne ABC.
Par Amélie Charnay


http://www.numerama.com/sciences/148299-des-vertebres-en-impression-3d-implantees-avec-succes-sur-un-malade.html

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15769
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Chordomes, ▶️carcinosarcomes, rétinoblastomes et cancers plus rares   Lun 25 Jan 2016 - 17:56

Je viens de traduire un article sur la béta-caténine qui me semble encourageant et dans cet article ça disait que cela concernait les cancers qui ont cette voie d'impliquer et comme je cherchais plus précisément quels cancers c'étaient, je tombe sur la page de la fondation sur le chordome dont je mets l'adresse plus bas et que je me risque à traduire. Il s'agit peut-être de bonnes nouvelles pour les gens atteints de ce cancer, mais évidemment mes connaissances ne sont pas assez étendues pour l'affirmer complètement. Je soumets le tout à votre jugement :


Wnt
Wnt/β-catenin is an essential signaling pathway that functions in embryonic development. Signaling by proteins of the WNT family leads to an accumulation of β-catenin (produced by the gene CTNNB1) in the cytoplasm. This β-catenin is translocated to the nucleus and activates the transcription of other genes.

Location: CTNNB1, Chromosome 3p21

Aside from their role in early development, WNTs and their downstream effectors are involved various processes that can be important for cancer cell progression, including tumor initiation, tumor growth, cell senescence, cell death, differentiation, and metastasis. Overexpression of constitutively activated β-catenin can lead to tumorigenesis.[1]
The Wnt/β-catenin Pathway in Chordoma

Brachyury, known to be important in chordoma, is a direct target of Wnt in mouse, so the possibility that the Wnt/β-catenin signaling pathway plays a role in regulating brachyury has drawn the attention of chordoma researchers.[2] Activation of Wnt/beta-catenin signaling is shown to contribute to the initiation and progression of other cancers, and inhibiting this signaling is being explored to treat them.[3][4] While researchers have shown that members of the Wnt/β-catenin signaling pathway are expressed in many chordomas, they have yet to fully elucidate the role of the pathway or to explore the consequences of administering drugs that inhibit Wnt/beta-catenin signaling to chordoma model systems or to chordoma patients. This page contains a summary of published research that has explored Wnt signaling in chordoma.

---

Wnt

Wnt / β-caténine est une voie de signalisation qui fonctionne essentiel dans le développement embryonnaire. La signalisation par les protéines de la famille Wnt conduit à une accumulation de β-caténine (produite par le gène de CTNNB1) dans le cytoplasme. Cette β-caténine subit une translocation vers le noyau et active la transcription d'autres gènes.

Lieu: CTNNB1, Chromosome 3p21
En plus de leur rôle dans le développement précoce, les désirs et les effecteurs en aval sont impliqués divers procédés qui peuvent être importantes pour la progression des cellules cancéreuses, y compris l'initiation de la tumeur, la croissance tumorale, la sénescence cellulaire, la mort cellulaire, la différenciation et la métastase. La surexpression de β-caténine constitutivement activé peut conduire à la tumorigenèse. [1]

La voie Wnt / β-caténine dans le Chordome

Brachyury qui est connu pour être important dans chordome, est une cible directe de Wnt chez la souris, de sorte que la possibilité que la voie de signalisation / β-caténine joue un rôle dans la régulation brachyury a attiré l'attention des chercheurs sur le chordome. L'activation de la signalisation Wnt/beta-caténine a été démontré comme contribuant à l'initiation et la progression de d'autres cancers, et des études sont faites pour inhiber cette signalisation. Bien que les chercheurs ont montré que les membres de la voie de signalisation Wnt/β-caténine sont exprimés dans de nombreux chordomes, ils ont encore à élucider pleinement le rôle de la voie ou à explorer les conséquences de l'administration de médicaments qui inhibent la signalisation Wnt/beta-caténine sur des modèles chordome ou sur des patients avec le chordome. Cette page contient un résumé des recherches publiées qui a exploré la signalisation Wnt dans chordome.



Molecular Evidence
Copy Number Variation

Chromosomal Aberrations: Loss of a region of chromosome 3 harboring CTNNB1 was observed in more than half of chordoma samples analyzed.[5]
Somatic Mutation

Le et al. detected no common point mutations in CTNNB1 mutation hotspots in 21 sporadic chordomas.[6] Choy et al. later detected a mutation in CTNNB1 in one of 45 chordomas.[7]
Protein Expression

CTNNB1 has been detected in more than half of chordoma analyzed by immunohistochemistry.[8][9][10]
Pathway Activation

Analysis of the gene networks amplified in skull base chordomas revealed that five overlapping networks had a major node of interaction with CTNNB1.[11] The Wnt signaling pathway was also implicated by analysis of the pathways corresponding to significantly upregulated, intersecting genes identified by miRNA analysis.[12]
Gene loci that were found to be hypermethylated in cancer samples versus controls fell into a number of cancer-related pathways, including the Wnt/β-catenin pathway.[13]

---

Preuve moléculaire
Nombre de copies/variations

Aberrations chromosomiques: Une perte d'une région du chromosome 3 hébergeant CTNNB1 a été observée dans plus de la moitié des échantillons analysés chordome .

Mutation somatique

Le et al. n'ont détecté aucune mutation avec un point commun de mutation CTNNB1 dans 21 chordomes sporadiques. Choy et al. ont plus tard détecté une mutation dans CTNNB1 dans l'un des 45 chordomes.

Expression de la protéine

CTNNB1 a été détecté dans plus de la moitié des chordomes analysés par immunohistochimie.

Activation de la voie

L'analyse des réseaux de gènes amplifiés dans crâne chordomes de base a révélé que cinq réseaux qui se chevauchent ont un noeud principal d'interaction avec CTNNB1. [11] La voie de signalisation Wnt a été également impliquée par l'analyse des voies correspondant à une régulation positive significative, coupant gènes identifiés par analyse des miARN .

Les gènes qui ont été trouvés pour être hyperméthylés dans des échantillons de cancer par rapport aux témoins sont tombés dans un certain nombre de voies liées au cancer, y compris la voie / β-caténine Wnt.


http://www.chordomafoundation.org/targets/wnt/?lang=fr



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15769
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Chordomes, ▶️carcinosarcomes, rétinoblastomes et cancers plus rares   Jeu 31 Déc 2015 - 17:55

La traduction de ce texte n'est peut-être pas excellente (C'était difficile le texte ne se suit pas dans un ordre logique comme les autres...) mais le texte original en anglais est là avec l'adresse de la page. Il n'y a pas de médicament miracle mais c'est encourageant de savoir qu'il y a des commencements de réponses et des essais de médicaments pour le chordome.


Molecular Evidence
Copy Number Variation

Chromosomal Aberrations: Chromosome 7 gains and partial polysomies are among the most common chromosomal aberrations observed in chordomas.[1][2][3][4][5][6][7][8][9]

EGFR Gene Copy Number Variation: EGFR gene polysomies have been detected in a number of chordomas tested, and focal amplification has been reported in a small fraction; however, the EGFR gene has not been found to be amplified consistently.[10][11][9][#]
[*]
Germline Genetic Variant

44/62 chordoma samples demonstrated a SNP (ID: rs1050171) in exon 20 of the tyrosine kinase domain of EGFR that involved a silent mutation of G to A in glutamine (number 787, cDNA position 2607).[6]
Somatic Mutation

No activating mutations have been found within the sequence of the EGFR gene.[10][6][3]
[*]
Gene Expression

EGFR and EGFR ligands are highly expressed at the gene level in chordoma samples[10] and expression is upregulated in chordoma samples versus controls.[12]
Protein Expression

EGFR is detected in the majority of chordoma samples tested (including primary and advanced cases as well as pediatric and adult) and in the chordoma cell line UCH-1.[13][6][3][14][10][15][5][11][9][16][17][18][#]
[*]
Protein Activation

p-EGFR, the phosphorylated/active form of the EGFR protein, is detected in UCH-1 and in virtually all chordomas studied by immunohistochemistry and RTK antibody arrays.[13][6][10][3][10][6]
[*]

Preclinical Evidence
In-vitro Efficacy

   Tyrphostin: Treatment of the chordoma cell line UCH-1 with the EGFR tyrosine kinase inhibitor typhostin (AG1478) led to cell spindling, reduced cell size, and decreased cell density. Tyrphostin inhibited growth in a reversible, dose-dependent manner and progressively reduced cell number over the course of 7 days, leading to reduced phosphorylation of EGFR.
[*]
   Gefitinib: Treatment of U-CH1 inhibited cellular proliferation in a dose-dependent fashion.[19]
   Erlotinib: Treatment of U-CH1 inhibited cellular proliferation in a dose-dependent fashion.[19]

In-vivo Efficacy

   Erlotinib: Treatment of a patient-derived xenograft with erlotinib resulted in a significantly lower tumor volume than was observed in controls (411.3 mm3 versus 1433 mm3), and molecular analyses revealed reduced phosphorylation of the Tyr845 residue of EGFR.[19]
   Lapatinib: Treatment of an EGFR-expressing xenograft induced low-level, heterogeneous switching-off of EGFR and its downstream signaling effectors.[20]

Clinical Evidence
Case Reports

There have been a number of case reports detailing the results of treating chordoma patients with therapeutic agents that target EGFR.

   Cetuximab/Gefitinib: One case reported that treatment with these EGFR inhibitors had invoked a partial response of lung metastases in a patient with sacral chordoma.[21] Another reported that it had reduced spinal compression and led to tumor shrinkage in a patient with cervical chordoma.[22]
   Cetuximab/Gefitinib or Erlotinib: In eight patients with neurological symptoms caused by chordoma, four of the six evaluable experienced some level of neurological improvement. Three also experienced improvements in mobility.[%]
   Erlotinib: In one report, a patient with advanced, EGFR-expressing chordoma who had advanced on Imatinib (a PDGFR inhibitor) responded to Erlotinib during 12 months of treatment.[23] In another report, a patient with sacral chordoma experienced a reduction in tumor bulk over 3 months of treatment.[24]
   Erlotinib: A patient’s clival tumor progressed after 5 months treatment with Imatinib (a PDGFR inhibitor). Subsequent treatment with Erlotinib led to partial response of the tumor, which had been sustained for 28+ months as of July 2014.[25]
   Erlotinib + Cetuximab, followed by Erlotinib + Bevacizumab: A patient was treated with an unresected skull-based tumor was treated with Erlotinib and Cetuximab. When PET scan indicated no reduction in tumor methionine uptake, Cetuximab was replaced with Bevacizumab (a VEGF inhibitor). Methionine uptake decreased and MRI revealed a clear reduction in contrast enhancement and a slight decrease in tumor size.[26] Patient remains stable 4.5 years after Erlotinib/Bevacizumab treatment began. Another patient was treated with erlotinib and briefly with cetuximab. Her clival tumor was stable for 2 years stable on erlotinib alone. After the patient progressed, bevacizumab was added to her treatment regimen for 2 months and brought instant relief of neurological pain. Erlotinib treatment continued, and the disease has remained stable disease for 2 years.[27]
   Erlotinib + Bevacizumab: A patient whose sacral tumor was proliferative was treated for 5 months until she developed a therapy-related infection. Tests revealed that tumor proliferation had stopped. The disease remains stable 2.5 years after treatment.[27]

Phase II Trials

   Lapatinib: A phase II study in 18 patients with advanced, EGFR-expressing chordoma assessed the efficacy of Lapatinib, an EGFR and HER2/neu inhibitor, in treating chordoma. Six patients showed partial response to treatment, seven maintained stable disease, and five progressed. Overall Response Rate (ORR), the primary endpoint, was 33.3% (6 of 18 patients).[28]


http://www.chordomafoundation.org/targets/egfr/

---


[b]Preuve moléculaire
Copie Nombre Variation

Les aberrations chromosomiques: chromosome 7 gains et polysomies partielles sont parmi les aberrations chromosomiques les plus fréquemment observés dans les chordomes

La variation du nombre de copies du gène EGFR: La polysomie de gènes EGFR a été détectés dans un certain nombre de chordomes testés, et l'amplification focale a été signalé dans une petite fraction; Toutefois, le gène de l'EGFR n'a pas été trouvé à être amplifié de manière cohérente.

Variante génétique de la lignée germinale

44/62 échantillons ont démontré un chordome SNP (ID: rs1050171). Dans l'exon 20 du domaine tyrosine kinase de l'EGFR qui implique une mutation silencieuse de G à A en glutamine (n ° 787, la position d'ADNc 2607)

Mutation somatique

Aucune des mutations activatrices ont été trouvées dans la séquence du gène d'EGFR.

L'expression du gène

Le EGFR et les ligands EGFR sont fortement exprimés au niveau du gène dans les échantillons de chordome  et l'expression est régulée positivement dans des échantillons de chordome par rapport aux témoins.
Expression de la protéine

EGFR est détectée dans la majorité des échantillons chordome testées (y compris les cas primaires et de pointe ainsi que pédiatrique et adulte) et dans la lignée de cellules de chordome UCH-1.

L'activation de la protéine

p-EGFR est la forme phosphorylée et active de la protéine EGFR, est détectée dans UCH-1 et dans pratiquement tous les chordomes étudiés par immunohistochimie

Preuves précliniques
L'efficacité in vitro

   Tyrphostine: Le Traitement avec l'inhibiteur de tyrosine kinase EGFR typhostin (AG1478) de la lignée cellulaire de chordome UCH-1  a conduit au "spindling" ? des cellules, a réduit la taille des cellules, et une diminution de la densité cellulaire. Le Tyrphostin a inhibé la croissance de manière réversible, dépendante de la dose et le nombre de cellules a été progressivement réduit au cours des 7 jours, entraînant une réduction de la phosphorylation de l'EGFR.
[*]
   
Géfitinib: Traitement de l'U-CH1 inhibé la prolifération cellulaire d'une manière dépendante de la dose [19].
   Erlotinib: Traitement  a inhibé la prolifération cellulaire des cellules U-CH1 d'une manière dépendante de la dose.

L'efficacité in vivo

   Erlotinib: Le traitement d'une xénogreffe dérivé d'un patient avec l'erlotinib a entraîné un volume tumoral significativement plus faible que ce qui était observé chez les témoins (411,3 mm 3 par rapport à 1433 mm3), et les analyses moléculaires ont révélé la phosphorylation réduite du résidu Tyr845 de l'EGFR.
   Le lapatinib:. Le traitement d'une xénogreffe induit exprimant l'EGFR à un faible niveau a entrainé la fermeture de la voie EGFR et des divers voies en aval.

Clinical Evidence
Rapports de cas

Il y a eu un certain nombre de rapports de cas détaillant les résultats de traitement des patients chordome avec des agents thérapeutiques qui ciblent EGFR.

   Cetuximab / Gefitinib: Un cas rapporte que le traitement avec ces inhibiteurs de l'EGFR avait provoqué une réponse partielle de métastases pulmonaires chez un patient avec chordome du sacrum  Un autre a signalé qu'elle avait réduit la compression de la colonne vertébrale et a conduit au retrait de la tumeur chez un patient avec chordome du cou.
   Cetuximab / gefitinib ou erlotinib: Dans huit patients présentant des symptômes neurologiques causés par le chordome, quatre des six évaluables ont connu un certain niveau d'amélioration neurologique. Trois améliorations ont également connu dans la mobilité.
   L'erlotinib: Dans un rapport, d'un patient à un stade avancé d'un chordome exprimant l'EGFR qui avait reçu de l'Imatinib (un inhibiteur de PDGFR)sans amélioration  a répondu à l'erlotinib au cours de 12 mois de traitement. Dans un autre rapport, un patient avec chordome sacrée a connu une réduction de masse de la tumeur pour plus de 3 mois de traitement.
   Erlotinib: Le clivage d'une tumeur d'un patient a progressé après 5 mois de traitement avec l'imatinib (un inhibiteur de PDGFR). Un traitement ultérieur avec erlotinib a conduit à une réponse partielle de la tumeur dont la croissance avait été soutenue pour + de 28 mois à compter de Juillet 2014.
   
L'erlotinib + cétuximab, suivie de l'erlotinib + bevacizumab: Un patient avec une tumeur sur la base du crâne a été traitée avec de l'erlotinib et du cétuximab. Lorsque le PET scan a indiqué aucune réduction de l'absorption de methionine par la tumeur, Le Cetuximab a été remplacé par du  Bevacizumab (un inhibiteur de VEGF). L'absorption de Méthionine a diminué et l'IRM a révélé une nette diminution de l'amélioration du contraste et une légère diminution de la taille de la tumeur. Le patient reste stable 4,5 ans après le commencement du traitement erlotinib / bevacizumab. Un autre patient a été traité avec de l'erlotinib et brièvement avec du cetuximab. Sa tumeur était stable pendant 2 ans  sur l'erlotinib seul. Après que le patient a progressé, du bevacizumab a été ajouté à son régime de traitement pendant 2 mois et a apporté un soulagement instantané de la douleur neurologique. Le traitement erlotinib a continué, et la maladie est restée une maladie stable pendant 2 ans.
   L'erlotinib + bevacizumab: Un patient dont la tumeur sacrale était proliférative a été traité pendant 5 mois jusqu'à ce qu'elle développe une infection liée au traitement. Des tests ont révélé que la prolifération de la tumeur avait cessé. La maladie reste stable à 2,5 ans après le traitement.

Essais de phase II

   Le lapatinib: Une étude de phase II chez 18 patients à un stade avancé a évalué l'efficacité du lapatinib sur le chordome exprimant. Le lapatinib est un inhibiteur de l'EGFR et de HER2 / neu, dans le traitement de chordome. Six patients ont montré une réponse partielle au traitement, sept ont maintenu une maladie stable, et cinq ont progressé. Taux de réponse global (ORR), le critère d'évaluation principal, était de 33,3% (6 patients sur 18).

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15769
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Chordomes, ▶️carcinosarcomes, rétinoblastomes et cancers plus rares   Jeu 31 Déc 2015 - 14:29

Il s'agit d'un courriel que je reçois parce que je me suis abonné à un moment au groupe mentionné pour alimenter un peu mes informations sur ce qui se fait pour vaincre ce cancer. On a eu plusieurs personnes qui avaient ce cancer qui sont venues sur "Espoirs". voici donc vers où la recherche s'oriente pour ce cancer :


Nouvelles options de traitement qui pourraient avoir un impact réel dans la vie des patients chordome. En ce moment, nous sommes prêts à tester ces traitements dans deux essais cliniques prévus pour 2016.


Inhibiteur Checkpoint + rayonnement

Dirigée par des équipes de l'Université Johns Hopkins et le Memorial Sloan Kettering, permettra de tester un type de thérapie immunitaire appelée un inhibiteur de point de contrôle, destiné à briser un mécanisme de défense que les chordomes utilisent pour échapper au système immunitaire. Lors de la livraison avec un rayonnement, ce qui stimule une réponse immunitaire accrue à la tumeur, cette combinaison est susceptible de libérer la capacité naturelle du corps à détruire les cellules cancéreuses.

Inhibiteur de l'EGFR de deuxième génération

Une collaboration entre les hôpitaux au Royaume-Uni, les Pays-Bas, et l'Italie, permettra de tester un médicament qui bloque une protéine appelée Epidermal Growth Factor Receptor qui pousse la multiplication des cellules du chordome d'une façon incontrôlée. Des tests dans des modèles précliniques ont montré que les chordomes sont très sensibles à certains inhibiteurs de l'EGFR, et il y a des rapports de patients ayant des réponses prolongées grâce aux inhibiteurs EGFR.


Josh Sommer, Chordoma Foundation
2015-12-30

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15769
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Chordomes, ▶️carcinosarcomes, rétinoblastomes et cancers plus rares   Jeu 19 Nov 2015 - 18:39

Cancer researchers at the University of Cincinnati (UC) have found a new target that could lead to therapies for a rare type of tumor.

These findings are being reported in the Nov. 9 advance online edition of the journal Cancer Cell.

"Angiosarcoma or lymphangiosarcoma, a rare malignant tumor of the blood or lymphatic vessels, has no cure," says principal investigator Jun-Lin Guan, PhD, chair of the Department of Cancer Biology and a member of both the Cincinnati Cancer Center and UC Cancer Institute, adding that a multidisciplinary team including scientists at Cincinnati Children's Hospital Medical Center and the University of Michigan was involved in the study. "In addition to spontaneous cases, angiosarcomas have been reported to develop in breast cancer patients undergoing radiation treatment. The mechanism of angiosarcoma development is largely unknown, and there is no animal model for the disease to help researchers molecularly define its development.

"In this study, we did develop an animal model for the disease by controlling the activity of mTORC1--a multiprotein complex enzyme that coordinates many important cellular processes such as protein formation--which resulted in lymphangiosarcoma development and progression and mimicked features of human tumors including invasion of cells and spread."

Guan says that to stop activities of mTORC1 causing angiosarcoma development and progression in the animal model, scientists found that blocking a number of its key targets, including the vascular endothelial growth factor, a protein that restores the oxygen supply to tissues when blood circulation is inadequate, effectively halted tumor development and growth.

"In addition to the animal model, we prepared tissue collections of multiple human angiosarcoma samples and checked signaling changes; mTORC1 signaling was highly active in human angiosarcomas. The majority of angiosarcoma samples--71 percent--showed strong staining for phosphorylated S6, a protein marker for mTORC1 activity, whereas few inactive blood vessels in normal tissues were positive--around 12 percent. This data shows a correlation between mTORC1 signaling and the development of human angiosarcomas.

"Results from this study provide significant insight into potential future therapies for a previously poorly characterized but deadly cancer. The spontaneous and varied nature of the vascular tumors in our animal model also provide an opportunity for further investigation into the molecular and genetic mechanisms of vascular tumors as well as a powerful tool for testing therapeutic methods."


---


Les chercheurs sur le cancer à l'Université de Cincinnati (UC) ont trouvé une nouvelle cible qui pourrait mener à des thérapies pour un type rare de tumeur.

Ces résultats sont rapportés dans le 9 novembre avance édition en ligne de la revue Cancer Cell.

"L'angiosarcome ou le lymphangiosarcome, des tumeurs malignes rares du sang ou des vaisseaux lymphatiques, n'ont pas de remède," dit le chercheur principal Jun-Lin Guan, Ph.D., président du Département de biologie du cancer et un membre à la fois du Cancer Center de Cincinnati et Cancer UC Institut, ajoutant qu'une équipe multidisciplinaire dont des scientifiques de l'Hospital Medical Center de Cincinnati Children et l'Université du Michigan a été impliqué dans l'étude. "En plus de cas spontanés, des angiosarcomes ont été signalés se développer chez les patientes atteintes de cancer du sein qui subissent des traitements de radiothérapie. Le mécanisme du développement d'angiosarcome est largement inconnue, et il n'y a pas de modèle animal de la maladie pour aider les chercheurs moléculaire à définir son développement.

«Dans cette étude, nous avons fait développer un modèle animal de la maladie en contrôlant l'activité de mTORC1 - une enzyme complexe multiprotéique qui coordonne de nombreux processus cellulaires importants tels que la formation des protéines - qui a résulté dans le développement d'un lymphangiosarcome et la progression qui a imité les caractéristiques des tumeurs humaines, y compris l'invasion des cellules et leur propagation ".

Guan dit que pour arrêter les activités de mTORC1 provoquant le développement de angiosarcome et la progression dans le modèle animal, les scientifiques ont constaté que le blocage d'un certain nombre de ses objectifs clés, y compris le facteur de croissance endothélial vasculaire, une protéine qui restaure l'apport d'oxygène aux tissus lorsque la circulation sanguine est insuffisante , a effectivement arrêté le développement tumoral et la croissance.

"En plus du modèle animal, nous avons préparé collections de tissus de plusieurs échantillons de angiosarcome humaine et vérifié les changements de signalisation;. La signalisation mTORC1 était très actif dans les angiosarcomes humaines La majorité des échantillons d'angiosarcome - 71 pour cent - a montré une forte coloration pour phosphorylée S6, un marqueur de l'activité de protéine mTORC1, alors que quelques vaisseaux sanguins inactifs dans les tissus normaux ont été positifs -. environ 12 pour cent Ces données montrent une corrélation entre la signalisation de mTORC1 et le développement des angiosarcomes humaines.

"Les résultats de cette étude donnent un aperçu significatif de futures thérapies potentielles pour un cancer auparavant mal caractérisé, mais mortel. La nature spontanée et variée des tumeurs vasculaires dans notre modèle animal aussi fournit une occasion pour complément d'enquête sur les mécanismes moléculaires et génétiques des tumeurs vasculaires ainsi qu'un outil puissant pour tester des méthodes thérapeutiques ".

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15769
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Chordomes, ▶️carcinosarcomes, rétinoblastomes et cancers plus rares   Dim 8 Mar 2015 - 15:52

Je trouve ce texte aujourd'hui sur le chordome. Ça fait quelques jours que je faisais un peu de recherche après avoirt lu les nouvelles de Nicolas en fait. Et aujourd'hui, il y a encore une nouvelle personen aux prises avec ce cancer qu'on dit rare pourtant mais pas autant que ça sur "Espoirs" entk.

C'est rare que je trouve quelque chose qui peut être intéressant. Les recherches semble rare et d'habitude ça se limite à une fondation privée aux États-unis qui à part demandé de l'argent pour de nouvelles recherches offre peut d'spoir concret. Ici cEst une source plus sérieuse et bien que je ne comprenne pas tout ce qui se dit, ça m'apparait bien s'ils montrent du doigt un coupable parce que ça dit que peut-être ils peuvent agir sur ce coupable. Je vais continuer à essyer de comprendre en même temps que vulgariser les termes de cette recherche.



Mol Med Rep. 2015 Feb 12. doi: 10.3892/mmr.2015.3341.
Overexpression of adenosine deaminase acting on RNA 1 in chordoma tissues is associated with chordoma pathogenesis by reducing miR‑125a and miR‑10a expression.


Chordoma is a rare, slow‑growing primary malignant neoplasm of the axial skeleton, which arises from the remnants of the notochord. Emerging evidence suggests that microRNAs (miRs) are dysregulated in chordoma tissues and crucially involved in chordoma pathogenesis. In the present study, the expression of 11 candidate miRs were analyzed in chordoma tissues and miR‑10a and miR‑125a were found to be significantly downregulated compared with controls. Notably, the expression of the primary transcripts, pri‑miR‑125a and pri‑miR‑10a was unaltered, suggesting that disturbed microRNA expression may be induced by altered pri‑miRNA processing. Previous studies have indicated that disturbed adenosine deaminase acting on RNA (ADAR) expression is able to alter mRNA and miRNA adenosine to inosine (A‑to‑I) levels associated with cancer pathogenesis. Therefore, the expression of ADAR1 and ADAR2 was analyzed in chordoma tissues. It was found that ADAR1 was significantly overexpressed, which was accompanied by enhanced pre‑miR‑10a and pri‑miR‑125a A‑to‑I editing. These findings suggest that ADAR2 overexpression causes enhanced pre‑miR‑10a and pri‑miR‑125a A‑to‑I editing, which alters mature miR‑10a and miR‑125a expression and may contribute to chordoma pathogenesis.


---


Le Chordome est une maladie rare, à croissance lente. C'est une tumeur maligne primaire du squelette axial, qui survient à partir des restes de la notochorde. De nouvelles preuves suggèrent que des microARN (MIRS) sont dérégulée dans les tissus du chordome et, surtout impliqué dans la pathogenèse du chordome. Dans la présente étude, l'expression de 11 Mirs candidats ont été analysés dans les tissus chordome et miR-10a et miR-125a ont été significativement régulée à la baisse par rapport aux témoins. Notamment, l'expression des transcrits primaires, pri-miR-125a et pri-miR-10a n'a pas été modifiée, ce qui suggère que l'expression de microARN perturbé peut être induite par une altération de traitement pri-miARN. Des études antérieures ont indiqué que l'adénosine désaminase perturbé agissant sur l'ARN (ADAR) expression est capable de modifier l'ARNm et des miRNA adénosine en inosine (A à I) les niveaux associés à la pathogenèse du cancer. Par conséquent, l'expression de ADAR1 ADAR2 et a été analysé dans les tissus du chordome. Il a été constaté que ADAR1 était significativement surexprimé, qui était accompagné par un renforcement de pré-miR-10a et pri-miR-125a  édition A-to-I . Ces résultats suggèrent que la surexpression de ADAR2 rehausse le pré-miR-10a et le pri-miR-125a édition A-to-i, qui modifie l'expression de miR-10a mature et miR-125a et peut contribuer à la pathogenèse du chordome.


Des bouts de définition pour espérer éclairer le texte ci-haut :


ADAR2 is a nuclear enzyme, ADAR2 est donc un enzyme dans le noyau de la cellule.

---
ADAR1 forms a complex with Dicer to promote microRNA processing and RNA-induced gene silencing.

ADAR1 forme un complexe avec Dicer pour promouvoir la transformation de micro-ARN et l'inactivation de gène induit par l'ARN.
---
Dfinition de ADAR : Adenosine deaminases acting on RNA (ADARs)

---

Adenosine deaminase (also known as adenosine aminhydrolase, or ADA) is an enzyme (EC 3.5.4.4) involved in purine metabolism. It is needed for the breakdown of adenosine from food and for the turnover of nucleic acids in tissues.

---

Dicer est une enzyme impliquée dans le processus d'ARN interférence. Elle compte 4 domaines protéiques.

Dans ce processus, elle intervient dans la formation de microARN et de siRNA chez les eucaryotes supérieurs, en coupant respectivement un pre-microRNA (pre-miRNA) ou un ARNm double brin.

La coupure est asymétrique (bouts libres de 2 nucléotides). Les fragments obtenus sont d'environ 20-25 paires de bases.

La suite du processus fait intervenir un complexe RISC.
----
La chorde (ou notochorde) correspond à une structure cartilagineuse retrouvée au moins à l'état embryonnaire chez les animaux de l’embranchement des

La chorde (ou notochorde) chez les vertébrés
mis à part(...) la chorde se retrouve uniquement à l’état embryonnaire chez le reste des vertébrés. Chez l’Homme, la chorde devient pleine au 18e jour du développement embryonnaire.

---

Ladenosine deaminase étant dont un enzyme qui est impliqué dans la dégradation du métabolisme de la purine
---

Purine : Les purines désignent un ensemble de molécules qui se trouvent dans les organismes vivants. Elles jouent un rôle important dans certaines réactions de l'organisme. Par exemple, elles apportent des éléments essentiels à l'ADN et l'ARN. Il existe plusieurs purines telles que la xanthine, l'hypoxanthine, la théobromine (présente dans le cacao), la caféine, l'acide urique, l'adénine et la guanine. Les purines sont très présentes dans la viande, notamment dans le foie et dans les reins.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15769
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Chordomes, ▶️carcinosarcomes, rétinoblastomes et cancers plus rares   Mer 25 Fév 2015 - 16:17

Des scientifiques de l'Université d'Erlangen (Bavière) ont développé un vaccin qui stimule la réponse immunitaire des patients atteints d'un cancer de l'oeil. Une étude clinique devrait permettre d'évaluer l'efficacité de ce vaccin. Le projet est financé par la Ligue allemande contre le cancer (Deutsche Krebshilfe) à hauteur de 2,4 millions d'euros.

Le mélanome de la choroïde est la tumeur maligne de l'oeil la plus fréquente. S'il n'est pas traité assez tôt, il donne lieu dans la plupart des cas à des métastases, même si la tumeur est retirée ou irradiée. Les métastases se répandent rapidement et entraînent la mort en quelques mois. D'après Beatrice Schuler-Thurner, directrice du département Immunothérapies expérimentales de l'Hôpital universitaire d'Erlangen, l'objectif du projet était d'empêcher tout développement de métastases. Pour cela, il est nécessaire de déclencher une réponse immunitaire ciblée contre la tumeur.

Les chercheurs se sont ainsi intéressés aux cellules dendritiques, un type spécifique de cellules immunitaires. Les cellules dendritiques permettent de déclencher la réponse immunitaire en activant les lymphocytes T, après reconnaissance d'une menace.

Cependant, chez la plupart des patients atteints d'un cancer, la réponse immunitaire est bloquée par la tumeur. Le vaccin développé par les chercheurs permet d'initier la réponse immunitaire : il contient des cellules dendritiques chargées de signes distinctifs de la tumeur du patient.

Ce vaccin personnalisé active les lymphocytes T du patient et retarde ainsi l'apparition de métastases. 200 patients, issus de neuf cliniques ophtalmologiques allemandes participent à l'étude clinique, qui va se poursuivre jusqu'en 2020.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15769
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Chordomes, ▶️carcinosarcomes, rétinoblastomes et cancers plus rares   Mar 13 Jan 2015 - 18:30

Bile duct cancers are amongst the most aggressive tumour-related diseases and, so far, the medical treatment options available have been limited. Clinical oncologists at the Comprehensive Cancer Center at the MedUni Vienna and Vienna General Hospital have now demonstrated that the substance nab-paclitaxel, a biochemically modified ingredient that occurs in the bark of the Pacific yew tree, could be highly effective against bile duct cancers. Nab-paclitaxel could therefore be used in the treatment of bile duct cancers and therefore prolong the lives of patients with the condition.

In Austria, just under 800 people develop bile duct cancer (cholangiocellular carcinoma) every year. The mean survival period is around one year. Standard therapy includes surgical removal of the tumour or, if it is inoperable, chemotherapy with gemcitabine and cisplatin. Once this line of treatment has been exhausted, there have until now been no other standard therapy options available.

Effective second-line therapy The team of oncologists led by Gerald Prager from the University Department of Internal Medicine I at the MedUni Vienna, Vienna General Hospital and the Colorectal Cancer Unit at the Vienna Comprehensive Cancer Center (CCC), has demonstrated initial effectiveness of the nab-paclitaxel substance in the treatment of bile duct carcinoma. This medication involves the ingredient paclitaxel, which is found in the bark of the Pacific yew tree, and it is linked to a protein molecule in order to make it more tolerated and effective. This means the body is able to transport it more easily into tumour cells.

Nab-paclitaxel has already recently been approved for the treatment of breast and pancreatic cancer. Its effectiveness against bile duct cancers has been presented to the world for the first time with this study. Says Prager: "The primary objective with an aggressive disease such as bile duct cancer is to control the disease while maintaining or improving the patient's quality of life. We want to stabilise the disease and ideally make the condition a chronic one. Initial data confirms that nab-paclitaxel is likely to have a high degree of biological effectiveness with few side effects."

Presentation of initial data at the San Francisco Cancer Congress Prager will be presenting the initial data at the Gastrointestinal Cancer Symposium being held by the American Society of Oncology (ASCO) on 15th to 17th January 2015 in San Francisco. The congress is one of the largest and most important events to deal with cancers of the digestive tract. Says Prager: "We'll be presenting the initial data in San Francisco, but we are already able to proudly state that our idea is finding acceptance. Our efforts have enabled us to kick off a major study aimed at introducing the substance into routine clinical practice. We will of course be actively involved in this international, multi-centre, prospective, randomised study."

---

Les cancers des canaux biliaires sont parmi les maladies liées à des tumeurs les plus agressives et, jusqu'à présent, les options de traitement médical disponibles ont été limités. Les oncologues cliniques au Comprehensive Cancer Center à l'unité médical de Vienne et de l'Hôpital général de Vienne ont démontré que la substance nab-paclitaxel, un ingrédient biochimiquement modifiée d'un produit qui vient de l'écorce de l'if du Pacifique, pourrait être très efficace contre les cancers des voies biliaires. Nab-paclitaxel peut donc être utilisé dans le traitement des cancers des voies biliaires et donc prolonger la vie des patients avec la maladie.

En Autriche, un peu moins de 800 personnes développent cancer des voies biliaires (carcinome cholangiocellulaires) chaque année. La période de survie moyenne est d'environ un an. Le traitement standard comprend l'ablation chirurgicale de la tumeur ou, si elle est inopérante, la chimiothérapie par gemcitabine et cisplatine. Une fois cette ligne de traitement a été épuisé, il ont jusqu'à présent pas eu d'autres options de traitement standard.

La thérapie de deuxième ligne efficace L'équipe d'oncologues dirigé par Gerald Prager du ministère de l'Université de médecine interne I à la MedUni Vienne, l'Hôpital général de Vienne et de l'Unité du cancer colorectal au Comprehensive Cancer Center de Vienne (CCC), a démontré l'efficacité initiale de la nab-paclitaxel substance dans le traitement du carcinome de la voie biliaire. Ce médicament implique l'ingrédient de paclitaxel, qui se trouve dans l'écorce de l'if du Pacifique, et elle est liée à une molécule de protéine dans le but de le rendre plus efficace et tolérée. Cela signifie que le corps est capable de la transporter plus facilement dans les cellules tumorales.

Le Nab-paclitaxel a déjà été récemment approuvé pour le traitement du cancer du sein et du cancer du pancréas. Son efficacité contre les cancers de conduits biliaires a été présenté au monde pour la première fois à cette étude. Dit Prager:. "L'objectif principal d'une maladie agressive comme le cancer des voies biliaires est de contrôler la maladie tout en maintenant ou en améliorant la qualité de vie du patient Nous voulons stabiliser la maladie et, idéalement, faire de cette condition une condition chronique. Les données initiales confirme que nab-paclitaxel est susceptible d'avoir un degré élevé d'efficacité biologique avec peu d'effets secondaires ".

La présentation des données initiales au congrès de San Francisco présentera les données initiales au Symposium sur le cancer gastro-intestinal de la Société américaine d'oncologie (ASCO) le 15 Janvier to 17th 2015 à San Francisco. Le congrès est l'un des plus grands et des plus importants événements à traiter les cancers de l'appareil digestif. Prager dit: «Nous allons présenter les données initiales à San Francisco, mais nous sommes déjà en mesure d'affirmer avec fierté que notre idée est d'avoir l'acceptation. Nos efforts nous ont permis de lancer une étude de grande envergure visant à introduire la substance dans la routine clinique. pratique. Nous allons bien sûr être impliqué activement dans ce domaine.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15769
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Chordomes, ▶️carcinosarcomes, rétinoblastomes et cancers plus rares   Mer 31 Déc 2014 - 15:51

An international research team, including four Simon Fraser University scientists, has identified the "mutational landscape" of intrahepatic cholangiocarcinoma (ICC), a rare, highly fatal form of liver cancer that disproportionately affects people in Asian countries.

SFU molecular biology and biochemistry professor Jack (Nansheng) Chen and three of his lab members collaborated with Chinese researchers to identify how these mutations affect genes and signalling pathways that might drive the formation of tumours in ICC. The researchers' findings, published Dec.15 in the journal Nature Communications, could potentially lead to earlier and more accurate diagnosis and increased survival rates for patients with the disease, also known as intrahepatic bile duct cancer.

ICC accounts for approximately 10 percent of primary liver malignancies worldwide, but its incidence and mortality rates have been increasing
rapidly in recent years. It currently strikes about one in 100,000 people annually in North America but 96 per 100,000 in Thailand.

The prognosis for ICC patients is usually poor, as early tumours are undetectable during routine examinations because the bile ducts are deep inside the body, leading to diagnosis only after symptoms develop and the disease has advanced.

There are no effective therapies for ICC and the median survival duration is less than six to nine months after diagnosis,according to a recent study in the Canadian Journal of Gastroenterology.

"Our research is by far the most comprehensive sequencing effort to identify mutations associated with ICC and will be an important resource for
scientists working to improve understanding and therapy for the disease," says Chen, who specializes in genomics and bioinformatics.

His SFU collaborators included postdoctoral fellow Jiarui Li, doctoral graduate Christian Frech (currently a bioinformatician at the Children's Cancer
Research Institute in Vienna, Austria), and M.Sc. student Xinyin Zhao.

The study is also the first and only large-scale effort to target ICC patients in China and the largest of all such projects worldwide. It revealed that Chinese ICC patients show substantial important differences in mutation profile when compared with patients from other countries, which could have important implications for Chinese Canadians with the disease.

Chen says the collaborative nature of this international research project represents a standard for the study of rare cancers in Canada. "Some cancer types, including ICC, are uncommon in Canada, which has a relatively small population but a large diversity of ethnic origins," he says.

"To get insight into the formation of tumors in these rare cancer types, we have to establish international collaborations like ours to gain access
to large sample cohorts. "Results from this study could help us understand the driver mutations in Chinese Canadians with intrahepatic bile
duct cancer. And our work illustrates that this is a real opportunity and sets up a model for working on rare disease conditions."

---


Une équipe de recherche internationale, y compris quatre scientifiques de l'Université Simon Fraser, a identifié le «paysage mutation" du cholangiocarcinome intrahépatique (ICC), une forme rare, hautement mortelle de cancer du qui affecte de manière disproportionnée les populations des pays asiatiques.

La biologie moléculaire et de la biochimie professeur Jack SFU (Nansheng) Chen et trois de ses membres du laboratoire ont collaboré avec des chercheurs chinois à identifier comment ces mutations affectent les gènes et les voies de signalisation qui pourraient conduire à la formation de tumeurs.

Les conclusions des chercheurs, publiés le 15 décembre dans la revue Nature Communications, pourraient conduire à un diagnostic plus précoce et plus précis et une augmentation des taux de survie des patients atteints de la maladie, aussi connu comme cancer des voies biliaires intra-hépatique.

Le CPI représente environ 10 pour cent des cancers primitifs du foie dans le monde entier, mais ses taux d'incidence et de mortalité ont augmenté rapidement ces dernières années. Il frappe actuellement environ une personne sur 100 000 par an en Amérique du Nord, mais 96 pour 100 000 en Thaïlande.

Le pronostic pour les patients de la CPI est généralement médiocre, comme les tumeurs précoces sont indétectables lors des examens de routine parce que les voies biliaires sont profondément à l'intérieur du corps, conduisant à un diagnostic seulement après l'apparition des symptômes lorsque la maladie a progressé. Il n'y a pas de traitements efficaces pour la CPI et la durée médiane de survie est inférieur à six à neuf mois après le diagnostic, selon une étude récente dans le Journal canadien de gastroentérologie.

«Notre recherche est de loin l'effort de séquençage plus complet pour identifier les mutations associées à la CPI et sera une ressource importante pour les scientifiques travaillant à améliorer la compréhension et le traitement de la maladie», dit Chen, qui se spécialise dans la génomique et de la bioinformatique.

Ses collaborateurs SFU inclus stagiaire postdoctoral Jiarui Li, diplômé de doctorat Christian Frech (actuellement, un bio-informaticien à l'Institut de recherche sur le cancer des enfants à Vienne, en Autriche), et une maîtrise étudiant Xinyin Zhao.

L'étude est également le premier et le seul à grande échelle afin de cibler les patients de la CPI en Chine et le plus grand de tous les projets dans le monde entier. Il a révélé que les patients de la CPI chinois montrent d'importantes différences substantielles dans le profil de mutation par rapport aux patients d'autres pays, ce qui pourrait avoir des implications importantes pour les Canadiens chinois avec la maladie.

Chen dit que la nature collaborative de ce projet de recherche représente une norme internationale pour l'étude des cancers rares au Canada. "Certains types de cancer, y compris la CPI, sont rares au Canada, qui a une population relativement faible mais une grande diversité des origines ethniques," dit-il.

"Pour obtenir un aperçu de la formation de tumeurs dans ces types de cancers rares, nous devons établir des collaborations internationales comme la nôtre pour avoir accès à de grandes cohortes de l'échantillon.

"Les résultats de cette étude pourraient nous aider à comprendre les mutations des "drivers" chez les Canadiens chinois avec cancer des voies biliaires intra-hépatique. Et notre travail illustre que c'est une réelle opportunité et met en place un modèle pour travailler sur les conditions de maladies rares."

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15769
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Chordomes, ▶️carcinosarcomes, rétinoblastomes et cancers plus rares   Mar 14 Jan 2014 - 22:22

Breakthrough Findings Allow Scientists to Use the Immune System Against Cancer, Including Chordoma
Oct 15 2013 by deirdre

De nouvelles découvertes permettent aux scientifiques d'utiliser le système immunitaire contre le chordome

As the body’s first line of defense against disease, the immune system should be an important factor in protection from cancer. In laboratories, scientists watch white blood cells attack cancer cells; yet for more than a century, scientists were unable to explain why the same was not true within the body.  On October 15, 2013, the New York Times described a breakthrough in this mystery, leading to a new type of treatment using the body’s own immune cells to fight certain cancers.

La première ligne de défense du corps contre les maladies, le système immunitaire, devrait être un important moyen de se protéger du cancer. En laboratoire, les scientifiques surveillent les cellules blanches attaquer les cellules cancéreuses depuis longtemps, depuis déjà plus d'un siècle et ils n'étaient pas capables d'expliquer pourquoi ça n'était pas pareil dans le corps humain. Le 15 octobre 2013, le New-York times a décrit uen avancée de la compréhension dans le mystère, conduisant à un nouveau type de traitement utilisant les propres cellules de défense du corps pour combattre certains cancers.

Scientists found that cancer evades our natural defenses by commandeering a protective mechanism: the body’s own brakes on the immune system. Once activated, the immune system’s relentless attack on foreign cells will continue, to the point of damage, if not turned off. Researchers found that some cancers cloak themselves in these brakes, allowing unchecked growth. Now, knowing how cancer evades the immune system, researchers are developing new treatments to break down this protection.

Les scientifiques ont découvert que le cancer échappe aux défenses anturelles en commandant à un mécanisme de protection: les propres freins du système immunitaire du corps. Une fois activé, le système immunitaire attaquerait sans relâche les cellules étrangères si rien ne venait le fermer. Les chercheurs ont découvert que quelques cancers se piégeaient dans ces freins, allouant la croissance sans contrôle. Maintenant que les chercheurs développent de nouveaux traitements pour faire baisser cette protection.

Chordoma scientists have already started investigating the possibilities that this new discovery has presented. In 2011, Dr. Michael Lim, a neurosurgeon at Johns Hopkins University, approached the Chordoma Foundation with a proposal to test an immune system brake (PD-1) inhibitor in chordoma. With funding from the Foundation, Dr. Lim studied the effects of a PD-1-suppressing drug in combination with radiation therapy, producing promising results. Encouraged, we plan to invest additional resources in exploring immunotherapy as a treatment for chordoma.

Les scientifiques qui étudient le chordome ont déjà commencé à investiger la possibilité que cette nouvelle découverte comme présenté. En 2011 le Docteur Michael Lim, un neurochirurgien de l'université john Hopkins a approché la fondation du chordome pour tester un inhibiteur d'un frein du système immunitaire dans le chordome : l'anti-PD-1 Le docteur Lim a étudié les effets d'un médciament supprimant PD-1 en combinaison avec une thérapie de radiation avec des résultats prometteurs. Encouragés, nous avons planifier d'investir des ressources additionnelles pour explorer l'immunothérapie comme traitement possible du chordome.

We’re excited about the potential for new treatments that may result from Dr. Lim’s research, as well as the interest it generates from companies working to develop those treatments. Your financial support allows us to ensure that the latest research advances will continue to be applied to chordoma, moving us closer to more effective treatments and, ultimately, a cure.

Nous sommes excités au sujet du potentiel pour de nouveaux traitements qui résulte de la recherche du docteur Lim aussi bien que de l'intérêt qui résulte des compagnies qui veulent travailler pour développer ces traitements.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15769
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Chordomes, ▶️carcinosarcomes, rétinoblastomes et cancers plus rares   Jeu 2 Jan 2014 - 13:29

Johns Hopkins researchers say that a drug approved to treat lung cancer substantially shrank tumors in mice that were caused by a rare form of bone cancer called chordoma.

Reporting in the journal PLOS ONE, the researchers say the finding offers hope to chordoma patients, who have no treatment options once surgery and radiation have been exhausted. There are no U.S. Food and Drug Administration-approved medications for the disease and, because its incidence is only one in 1 million, there is little financial incentive for pharmaceutical companies to develop or test drugs to treat them.

"The encouraging news is that this drug is already used in humans to treat lung cancer," says study leader Gary L. Gallia, M.D., Ph.D., an assistant professor of neurosurgery and oncology at the Johns Hopkins University School of Medicine.

Chordoma occurs at the base of the skull and in the bones of the spine. This cancer is thought to arise from remnants of the cartilage-like structure that serves as a scaffold for the formation of the spinal column. These so-called notochord cells normally persist after birth and are lodged inside the spine and skull. In rare cases, they become malignant tumors. The tumors are generally slow-growing but tend to recur, and their proximity to critical structures such as the spinal cord, cranial nerves and brain stem make them difficult to treat. Median survival time is seven years after diagnosis.

Since chordoma is so rare, few models have existed to even study it outside cells in a petri dish, says Gallia, who together with colleagues last year developed a mouse model of the disorder. The model was created by implanting human tumor tissue into a mouse.

The researchers began their drug studies by first examining the makeup of the tumor cells in their mouse model to determine what might be causing the cells to grow and divide uncontrolled. They saw that the epidermal growth factor receptor (EGFR) pathway was active and suspected that it played a critical role in the malignancy. Gallia and his colleagues tested two FDA-approved drugs known to inhibit EGFR and found that erlotinib was able to better slow the growth of chordoma than gefitinib.

They then tested erlotinib in mice transplanted with human chordoma tumors. After 37 days of treatment, the average tumor volume in the control group was more than three times larger than in those animals that were treated with erlotinib. Further research indicated that EGFR activation was significantly reduced.

"We hit our target," Gallia says. "It drastically reduced the growth of the tumors."

Gallia says he hopes his findings will lead to testing in chordoma patients. Although a controlled clinical trial would be ideal, he says it may be difficult to get funding to test treatments for such a rare disease.

Alternatively, he says he hopes erlotinib might be used in selected patients whose tumors are shown to have active EGFRs and who have run out of other treatment options.

Source: Johns Hopkins Medicine


---


Les chercheurs de Johns Hopkins disent qu'un médicament approuvé pour traiter le cancer du poumon a sensiblement diminué tumeurs de souris qui ont été causés par une forme rare de cancer des os appelée chordome .

Les chercheurs disent que la découverte offre de l'espoir aux patients atteints de chordome , qui n'ont plus d'options de traitement une fois que la chirurgie et la radiothérapie ont été faites. Il n'existe pas de médicaments approuvés FDA pour la maladie, parce que son incidence est de un sur 1 million , il y a peu d'incitations financières pour les sociétés pharmaceutiques à développer ou tester des médicaments pour les traiter.

"La nouvelle encourageante est que ce médicament est déjà utilisé chez l'homme pour traiter le cancer du poumon», explique le chef de l'étude Gary L. Gallia , MD, Ph.D., professeur adjoint de neurochirurgie et de l'oncologie à l'École de médecine de l'Université Johns Hopkins .

Le chordome se produit à la base du crâne et des os de la colonne vertébrale . Ce cancer est considéré comme provenant de restes de la structure de type cartilage qui sert de structure pour la formation de la colonne vertébrale. Ces cellules dites notochorde persistent normalement après la naissance et sont logés à l'intérieur de la colonne vertébrale et le crâne . Dans de rares cas , ils deviennent des tumeurs malignes . Les tumeurs sont généralement à croissance lente , mais ont tendance à se reproduire , et leur proximité avec les structures critiques telles que la moelle épinière , les nerfs crâniens et le tronc cérébral le rendent difficiles à traiter.

Puisque chordome est si rare, quelques modèles ont existé pour l'étudier en dehors des cellules dans une boîte de Pétri , dit Gallia, qui, avec ses collègues l'année dernière a développé un modèle de souris de la maladie. Le modèle a été réalisé par implantation d' un tissu tumoral humain dans une souris .

Les chercheurs ont commencé leurs études sur les médicaments en examinant d'abord la composition de cellules tumorales dans leur modèle de souris pour déterminer ce qui pourrait être à l'origine des cellules croissent et se divisent incontrôlée . Ils ont vu que le récepteur épidermique de facteur de croissance épidermique (EGFR ) de la voie était actif et soupçonnés qu'elle a joué un rôle essentiel dans la malignité . Gallia et ses collègues ont testé deux médicaments approuvés par la FDA connus pour inhiber l'EGFR et a constaté que l'erlotinib (tarceva) a été en mesure de mieux ralentir la croissance de chordome que le gefitinib (iressa) .

Ils ont ensuite testé l'erlotinib chez les souris transplantées avec des tumeurs de chordome humaines. Après 37 jours de traitement , le volume moyen de la tumeur dans le groupe témoin était plus de trois fois plus grande que chez les animaux qui ont été traités avec l'erlotinib . Autres recherches ont indiqué que l'activation de l'EGFR a été considérablement réduite .

" Nous avons atteint notre objectif », dit- Gallia . " Il a considérablement réduit la croissance des tumeurs . "

Gallia dit qu'il espère que ses résultats permettront à l'essai chez les patients chordome . Bien que d'un essai clinique contrôlé serait idéal , dit-il , il peut être difficile d'obtenir du financement pour tester des traitements pour une maladie rare .

Sinon , il dit qu'il espère qu'erlotinib peut être utilisé chez les patients dont les tumeurs sont sélectionnés parmi les tumeurs avec EGFR actif et qui ont épuisé les autres options de traitement .

Source : Johns Hopkins Medicine

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15769
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Chordomes, ▶️carcinosarcomes, rétinoblastomes et cancers plus rares   Mer 11 Sep 2013 - 11:55

Sep. 10, 2013 — A new targeted therapy for asbestos-related tumours has shown promise in an animal model. The results, reported in the open access journal BMC Cancer, raise hopes of a new therapy for this currently incurable cancer.
Share This:

Malignant mesothelioma (MMs) is a rare form of cancer, most commonly caused by exposure to asbestos. It tends to be diagnosed decades after exposure occurs, so is rarely caught early. Current treatments, including surgery and chemotherapy, have limited efficacy and unpleasant side effects.

Traditional chemotherapeutic drugs work by destroying cells that divide quickly. As such, they're indiscriminate killers, destroying healthy dividing cells such as those in the bone marrow, digestive tract and hair follicles, as well as cancer cells. The result is an unwelcome mix of side-effects including a weakened immune system, gastrointestinal problems and hair loss. Targeted therapies, which are designed to kill cancer cells and leave healthy tissue unharmed, are highly sought after.

The new targeted therapy is a silica microparticle, coated in antibodies that recognise a protein produced by the tumour cells in large amounts. When the microparticles are injected into a mouse model of the cancer, the antibody helps the microparticles bind to the tumour cells, where they are then able to release their hidden inner cargo -- the chemotherapy drug doxorubicin.

The new therapy is more effective and less toxic than doxorubicin alone, Brooke T. Mossman and colleagues report. Tumours shrank, the cancer cells proliferated less, and the animals were able more or less to maintain their weight and health throughout the treatment. Overall, the data suggest that targeted therapy may prove better than chemotherapy alone.

Using this targeting approach, the authors were able to reduce the dose of doxorubicin used four-fold thus almost eliminating side effects and toxicity. And because the treatment appears to reduce the number of proliferating tumour cells, it may prove useful early on, when pre-malignant or malignant MM cells are first observed, but before disease has been confirmed by histology.



10 septembre 2013 - Une nouvelle thérapie ciblée pour les tumeurs liées à l'amiante a montré des résultats prometteurs dans un modèle animal. Les résultats , publiés dans la revue à accès libre BMC Cancer, soulèvent l'espoir d'un nouveau traitement pour ce cancer incurable pour le moment .

Le mésothéliome malin (MMS ) est une forme rare de cancer , le plus souvent causée par l'exposition à l'amiante. Il a tendance à être diagnostiqué des décennies après l'exposition à ce produit, alors il est rarement pris en charge précocement. Les traitements actuels, y compris la chirurgie et la chimiothérapie, ont une efficacité limitée et des effets secondaires désagréables .

Les médicaments chimiothérapeutiques classiques fonctionnent sur les cellules qui se divisent rapidement. Comme tels, ils sont des tueurs aveugles, détruisant les cellules en division saines tels que ceux dans la moelle osseuse , du tube digestif et les follicules pileux , ainsi que les cellules cancéreuses. Le résultat est un mélange indésirable des effets secondaires, y compris un système immunitaire affaibli , troubles gastro-intestinaux et une perte de cheveux. Les thérapies ciblées, qui sont conçus pour tuer les cellules cancéreuses et laisser les tissus sains intacts, sont très recherchés.

La nouvelle thérapie ciblée est une microparticule de silice , enrobée dans des anticorps qui reconnaissent une protéine produite par des cellules tumorales en grandes quantités. Lorsque les microparticules sont injectés dans un modèle murin de cancer, l'anticorps permet aux microparticules de se lier aux cellules tumorales, où il est alors en mesure de libérer sa cargaison intérieure cachée - la doxorubicine, un médicament de chimiothérapie.

La nouvelle thérapie est plus efficace et moins toxique que la doxorubicine seule, Brooke T. Mossman et ses collègues rapportent que les tumeurs ont diminué , les cellules cancéreuses prolifèrent moins, et les animaux pouvaient plus ou moins maintenir leur poids et la santé tout au long du traitement . Globalement, les données suggèrent que la thérapie ciblée peut s'avérer meilleure que la chimiothérapie seule .

En utilisant cette approche ciblée, les auteurs ont réussi à diviser la dose par 4, éliminant ainsi les effets secondaires du doxorubicine et sa toxicité. Et parce que le traitement semble réduire le nombre de prolifération des cellules tumorales, il peut s'avérer utile au début, quand les cellules de MM précancéreuses ou malignes sont d'abord observées, mais avant que la maladie ait été confirmée par l'histologie.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15769
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Chordomes, ▶️carcinosarcomes, rétinoblastomes et cancers plus rares   Mer 14 Aoû 2013 - 9:38

L'oeil est composé de plusieurs structures : la cornée à la surface, l'iris, le cristallin, le vitré qui remplit le globe oculaire et la rétine, qui tapisse le fond de l'œil. La rétine reçoit les informations visuelles et les envoie au nerf optique. Avec une partie cruciale pour la vision précise : la macula.

Le rétinoblastome touche majoritairement les enfants. Il est en général diagnostiqué avant cinq ans et peut être désormais guéri dans près de 95% des cas. Quatre fois sur dix, les deux yeux sont touchés. On parle alors de rétinoblastome bilatéral, qui est toujours génétique même si il n'est pas toujours héréditaire. Quand la maladie ne touche qu'un oeil, elle est génétique dans 15% des cas.

Deux signes doivent alerter tous les parents de bébés et de très jeunes enfants. La présence d'une tache dans l'œil sur une photo prise au flash ou son apparition avec certains éclairages. La masse formée par la tumeur renvoie la lumière au lieu de la laisser passer. C'est une sorte d'effet miroir. Un autre symptôme est un strabisme persistant. La tumeur alors au centre de la rétine empêche en effet l'œil de "fixer" correctement les objets et provoque donc ce strabisme.

Face à ces deux symptômes, il faut consulter un ophtalmologiste sans attendre même si le médecin traitant ou le pédiatre est rassurant.

http://www.allodocteurs.fr/actualite-sante-retinoblastome-un-cancer-de-la-retine-10857.asp?1=1

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15769
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Chordomes, ▶️carcinosarcomes, rétinoblastomes et cancers plus rares   Jeu 2 Mai 2013 - 1:25

There are no drugs currently approved to treat chordoma, however a clinical trial conducted in Italy using the PDGFR inhibitor Imatinib demonstrated a modest response in some chordoma patients. The same group in Italy found that the combination of imatinib and sirolimus caused a response in several patients whose tumors progressed on imatinib alone

Il n'y a pas de médicaments approuvés pour traiter le chordome, toutefois un traitement clinique conduit en Italie et utilisant l'imitanib, un inhibiteur de PDGFR a démontré une modeste réponse chez quelques patients. La même recherche en Italie a trouvé que la combinaison d'Imitanib avec le siroilmus avait montré une réponse chez plusieurs patients dont les tumeurs avaient progressé sur Imitanib seul.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15769
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Chordomes, ▶️carcinosarcomes, rétinoblastomes et cancers plus rares   Sam 9 Mar 2013 - 13:44

Mar. 7, 2013 — Researchers in the University of Delaware's Department of Biological Sciences are investigating a new drug that has shown positive results in early tests of its ability to fight a rare and aggressive form of breast cancer

Des chercheurs font des recherches sur un nouveau médicament qui a montré des résultats positifs dans des tests pré-cliniques pour combattre une forme rare de cancer, celui du cancer du inflammatoire.

A small, pilot study of the drug found that inflammatory breast cancer (IBC) tumors in mice -- which grew to four times their original size in a 10-day period if untreated -- remained stable in size when treated with the drug. When a small amount of a traditional chemotherapy drug, which has limited effectiveness in IBC, was combined with the new drug, the number of tumor cells was cut in half.

[b]Quand un petit montant d'un médicament traditionnel contre le cancer qui a des effets limités dans le cancer du sein inflammatoire est combiné avec le nouveua médicament, le nombre de cellules cancéreuses est divisépar deux.



"It's a nontoxic drug, it's inexpensive, and it's easy to administer," said Kenneth L. van Golen, associate professor of biological sciences and a senior research scientist with the Helen F. Graham Cancer Center at Christiana Care. "To me, it looks like a home run."

C'est non-toxique, pas cher et facile à administrer.

Van Golen specializes in IBC research, and the new drug was first brought to his attention by doctoral student Madhura Joglekar. She had read about a small pharmaceutical company in Texas that had developed it to treat gastrointestinal cancer. But she realized that it was designed to target those tumors in the same kind of way that might be effective with IBC tumors. Specifically, the novel drug targets the platelet-derived growth factor receptor.

IBC is relatively rare, uses a different pathway in which it spreads, or metastasizes, and is much more deadly than the common form of breast cancer. Receptors in the typical form of the disease are on the outside of the cell, but in IBC they are on the inside, making them harder to target for treatment.

"This new drug targets receptor molecules and we already knew that's a good approach for IBC," Joglekar said. She brought the studies to van Golen, who contacted manufacturer Arog Pharmaceuticals, and was given the go-ahead to work with the drug, which already is in clinical trials with gastrointestinal cancer patients.

In Joglekar's studies with mice, she and van Golen were especially encouraged by the way the drug seems to significantly increase the effectiveness of the usual chemotherapy. This compound effect, van Golen said, might mean that IBC patients could undergo less extensive chemotherapy, with resulting fewer side effects, than they do now.

Because IBC is highly aggressive, current treatments of surgery, chemotherapy and radiation are generally intensive and harsh. The disease is systemic, spreading rapidly through the lymphatic system, and is often misdiagnosed at first because it resembles an infection more than a traditional form of breast cancer.

That's another reason to be optimistic about the new drug, van Golen said: Because it appears to be so nontoxic, it could be given to a patient, along with an antibiotic, even before the diagnosis is certain, with no harm done if the condition turns out to be merely an infection. But if IBC were later diagnosed, the crucial early cancer treatment would have started without delay.

Lemédicament est si peu toxique qu'il peut être donné à une patiente, même celle à qui on donne déjà un antibiotique, avant que le diagnostic soit certain.

Joglekar presented the results of the research at an international IBC conference in December, where it received a great deal of positive notice, van Golen said. If preclinical studies continue to produce promising results, he estimated that the drug could be used in Phase 3 clinical trials (the final phase before a drug is usually approved for general use) in two to three years.

Joglekar a présenté les résultats de la recherche à une conférence internationale en décembre, ou elle a reçu beaucoup de remarques positives. Si les études pré-cliniques continuent à avoir des résultats prometteurs, il estime que le médicament pourrait être utilisé en phase 3 dans 2 ou 3 ans.

Meanwhile, Joglekar said she hopes to conduct longer-term studies on the drug's effects on IBC tumors and on the way it seems to sensitize cells in those tumors to chemotherapy, making that treatment more effective, and also to explore exactly how the drug works at the molecular level.

In addition to investigating its interaction with chemotherapy drugs, van Golen plans to study whether it could also augment the effects of radiation treatment.

"I think this drug is a real winner," he said. "We just need to learn more about how to use it."

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15769
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Chordomes, ▶️carcinosarcomes, rétinoblastomes et cancers plus rares   Jeu 31 Jan 2013 - 11:18

Janvier 2013

Today, scientists made a major step in cancer research; they identified the underlying genetic cause behind a rare form of carcinoma cancer, chordoma.

Aujourd'hui, les scientifiques ont fait un pas important dans la recherche contre le cancer; ils ont identifié la cause génétique cachée d'une forme rare de cancer, le chordome.

This discovery puts the emerging field of genomics on the map, may speed up the drug approval process, and reduces the risks associated with groundbreaking research for venture-funded biotech companies. For genetics researchers, it adds credence to the theory that studying rare cancers may reveal more fundamental aspects of cancer biology that are relevant across all types.

Cette découverte met le champs émergent de la science, la génomique, sur la carte. Cette génomique peut accélérer l'approbation de médicaments et diminuer les risques associés avec la méthode habituelle de trouver des médicaments. Pour les chercheurs en génétique, cela ajoute à la croyance qu'étudier un cancer rare peut révéler beaucoup sur des aspects fondamentaux de la biologie, ce qui peuvent servir à tous les types de cancers par la suite.

“There is a school of thought that rare cancers tend to be more genetically similar and easier puzzles to solve than more common cancers,” said Josh Ellman, executive director of the Chordoma Foundation.

"il y a une école de pensée qui veut que les cancers rares sont plus génétiquement similaires et plus facile à résoudre comme casse-tête que des cancers plus communs."

The Chordoma Foundation, a Durham North California-based nonprofit, identified a specific genetic risk factor that increases the chances that an individual will develop chordoma. With a team of scientists at University College London, Royal National Orthopedic Hospital, and the Sanger Institute, they found that over 95 percent of Caucasian chordoma patients have a variation in the DNA sequence at a site on the T gene.

La fondation du chordome à but non lucratif a identifié un facteur génétique spécifique qui augmente les "chances" qu'un individu soit atteint et développe un chordome. Les scientifiques ont trouvé que 95% des patients avec un chordome ont une variation dans la séquence ADN sur le gène T.

“Our finding that this variation is associated with a five-fold increase in the risk of developing chordoma is remarkable in cancer genetics,” said Dr. Adrienne Flanagan of UCL, who led the study. “It is a major step forward in our understanding of how chordoma develops and can open the door to the development of an effective, targeted treatment.”

Notre découverte c'est que cette variation est associée avec une augmentation de 5 fois des risques de développer un chordome, c'est significatif... C'est uen grande avancée dans la compréhension de comment le chordome se développe et cela peut ouvrir la porte d'un traitement ciblé efficace.

This discovery has only been made possible by recent technological developments in Silicon Valley. As we reported, the cost of sequencing the human genome continues to fall, in part due to a microchip and machine designed by genetics company Life Technologies Corp.

Cette découverte arrive à cause des avancées dans la technologie des ordinateurs et puces informatiques.

“It’s a repeatable and scaleable model that can rapidly push forward early-stage cancer research for pennies on the dollar,” said Greg Piesco Putnam, cofounder of Aktana, an analytics technology used by large pharmaceutical companies.

“25 percent of everyone who dies from cancer dies from a rare form of it. Traditionally, these forms of cancer have not been economically feasible to find treatments for. This is a huge step forward in that battle,” Putnam explained.

Already, the foundation that uncovered the genetic risk factor has partnered with 23andme. With a spit sample, they provide you with a genetic profile and can determine your risk for developing a common genetic disease. 23andme will provide free kits to chordoma patients as part of an ongoing research study into sarcomas.

On peut déterminer le risque d'avoir ce cancer avec votre profil génétique

Finding a genetic variation that is so strongly associated with chordoma raises important questions and creates a number of opportunities to further advance the understanding and treatment of chordoma

trouver une variation génétique qui est si fortement associé avec le chordome pose des questions importantes et crée des opportunités pour de futures avancées pour comprendre et traité le chordome.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15769
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Chordomes, ▶️carcinosarcomes, rétinoblastomes et cancers plus rares   Sam 12 Jan 2013 - 16:02

À Vancouver, le Dr Torsten Nielsen et son équipe de recherche ont réussi à comprendre la genèse du sarcome synovial : en cause, une mutation génétique interagissant avec de nombreuses protéines dans la cellule. Le sarcome synovial est une forme de cancer rare qui se développe le plus souvent dans les bras ou les jambes de jeunes adultes. Les chercheurs ont observé qu’en réprimant ces protéines par des médicaments et des inhibiteurs génétiques on tuait les cellules tumorales; cela aidera les chercheurs à développer des traitements mieux ciblés.

ici


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15769
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Chordomes, ▶️carcinosarcomes, rétinoblastomes et cancers plus rares   Mar 24 Jan 2012 - 14:53




Dr Johann (Hans) Hitzler

À la recherche de remèdes pour la leucémie

Les enfants atteints du syndrome de Down (trizomie 21) ont un risque 500 fois plus élevé que les autres de développer un type de leucémie appelé leucémie à mégacaryocytes aiguë. Grâce à une subvention de 381 000 $ de la Société canadienne du cancer échelonnée sur trois ans, le Dr Johann Hitzler espère déjouer les cotes.

Pour les enfants atteints du syndrome de Down, la menace de la leucémie débute dès la naissance. Les nouveau-nés atteints du syndrome de Down développent parfois des cellules sanguines anormales appelées leucémie transitoire (LT). Celle-ci disparaît généralement sans traitement, mais jusqu’à un nouveau-né sur cinq ayant eu la LT développe une leucémie à mégacaryocytes aiguë plus tard au cours de sa vie.

La recherche du Dr Hitzler s’attarde surtout sur un gène appelé GATA1. On a découvert des modifications dans ce gène chez les personnes ayant un syndrome de Down atteintes de leucémie à mégacaryocytes aiguë et chez les nouveau-nés ayant la LT. Normalement, le GATA1 réglemente la façon dont plusieurs types de cellules sanguines sont formées dans la moelle osseuse. On croit que les changements dans ce gène sont une des étapes qui transforment une cellule sanguine normale en une cellule cancéreuse de leucémie à mégacaryocytes aiguë. Le Dr Hitzler désire découvrir exactement quelles cellules de la moelle osseuse sont ciblées par ce gène GATA1 dysfonctionnel. Il vise également à déterminer s’il existe des différences dans la manière dont les cellules sanguines sont formées dans la moelle osseuse des enfants atteints du syndrome de Down et qui pourraient expliquer leur risque plus élevé de développer une leucémie à mégacaryocytes aiguë.

« Une meilleure compréhension de ce processus pourrait un jour permettre aux médecins de prévenir la leucémie à mégacaryocytes aiguë grâce à un traitement précoce des nouveau-nés présentant des cellules sanguines anormales », dit le Dr Hitzler. « Finalement, nous pourrions en apprendre encore davantage sur le développement de la leucémie. Ces connaissances seront avantageuses non seulement pour les personnes atteintes du syndrome de Down mais pour tous les patients atteints de leucémie. »

voir ici aussi

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Chordomes, ▶️carcinosarcomes, rétinoblastomes et cancers plus rares   Aujourd'hui à 2:03

Revenir en haut Aller en bas
 
Chordomes, ▶️carcinosarcomes, rétinoblastomes et cancers plus rares
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Les miRs (▶️miR-17,▶️ miR-19 mir-31, miR-221, miR-193b, miR-155, miR-21...etc.)
» Le miracle du Glivec
» mon dernier compte rendu...
» ORPHANEWS: bulletin d'Orphanet du 3 juin 2010
» A propos des ermites

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ESPOIRS :: Cancer :: recherche-
Sauter vers: