AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 IBt (brachothérapie) se lance dans le traitement du cancer du sein

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15767
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: IBt (brachothérapie) se lance dans le traitement du cancer du sein   Mer 21 Jan 2015 - 19:13

Cette technique - la pose d'une bille radioactive avant la chirurgie - permet aux femmes d'avoir une préparation chirurgicale plus simple, sans douleur ainsi qu'une mastectomie partielle moins invasive, et de retirer moins de tissus sains.

Le CHUM avait démarré un projet pilote en 2010 avec trois chirurgiens oncologues pour tester cette nouvelle approche sur une cinquantaine de patientes. Depuis, la pratique s'est standardisée et c'est maintenant une vingtaine de patientes par mois qui bénéficient de cette technique chirurgicale effectuée par une équipe de cinq chirurgiens.


Traditionnellement, la chirurgie du cancer nécessite, quelques heures avant l'opération, la pose d'une tige métallique - appelée « harpon » en raison de sa forme courbe - directement dans la tumeur. Le harpon est inconfortable pour la patiente, car la tige sort à l'extérieur de sein et sert de guide pour que le chirurgien puisse se rendre à la tumeur durant l'opération.

Grâce à cette nouvelle technique, le harpon est remplacé par une petite bille très faiblement radioactive. Quelques jours avant l'opération, la patiente se fait injecter la bille directement dans la tumeur. « C'est une technique sans douleur pour la patiente et que je peux même réaliser en quelques minutes à l'aide de l'échographie », affirme la radiologiste interventionniste Isabelle Trop, du CHUM. Ce fut le cas de la patiente Lucie Piché, qui a été opérée avec cette technique.

Cette technique de mastectomie partielle est valable seulement pour les tumeurs de petite taille bien délimitées.

En salle d'opération, la Dre Patocskai fait une petite incision et utilise un détecteur de radioactivité pour localiser la tumeur. « Je me sers de mes oreilles pour opérer. Avec mon détecteur en forme de crayon, j'entre dans le sein à l'écoute du signal. Dès qu'il devient constant, je sais que je suis sur la tumeur », nous décrivait la chirurgienne lors de notre visite en salle d'opération.

Dès que la tumeur est retirée du sein, la Dre Patocskai utilise un instrument de radiographie pour examiner la tumeur en salle d'opération, puis elle referme le sein.

Et la technique ne coûte pas beaucoup plus cher que la technique habituelle du harpon. Une bille coûte environ 25 $, alors que le harpon coûte environ 14 $. Par contre, il faut mettre en place une équipe multidisciplinaire qui inclut l'expertise de la médecine nucléaire, de la radiologie interventionniste et de chirurgiens motivés.

Malgré cela, la chirurgienne du CHUM croit que d'autres centres hospitaliers pourraient embarquer dans l'aventure. « Je pense que c'est idéal, surtout pour des chirurgiens à l'extérieur des grandes villes, qui veulent opérer des patientes et qui n'ont pas accès à un harpon le matin de l'opération. Ce serait fantastique, les patientes pourraient rester près de chez elles. »


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15767
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Une radiothérapie plus intense et plus brève   Mar 23 Sep 2008 - 18:13

Une radiothérapie plus intense et plus brève est tout aussi efficace contre le cancer précoce du sein que les traitements actuels durant cinq à sept semaines, selon une étude clinique présentée cette semaine à Boston (Massachusetts).

Une radiothérapie plus intense et plus brève est tout aussi efficace contre le cancer précoce du sein que les traitements actuels durant cinq à sept semaines, selon une étude clinique présentée cette semaine à Boston (Massachusetts).

Ce nouveau traitement dure trois semaines avec une visite de 15 minutes par jour, comparativement à cinq ou sept semaines pour la radiothérapie standard, a indiqué une équipe médicale canadienne qui a présenté ses travaux à la conférence annuelle de l'American Society for Therapeutic Radiology and Oncology (ASTRO).

Les chercheurs canadiens ont testé cette nouvelle approche, appelée «irradiation accélérée» de 1993 à 1996 sur un groupe de 1.234 patientes prises au hasard dont la moitié a été soumise à cette technique et l'autre moitié à un traitement radiologique standard.


Après douze ans, le taux de récurrence du cancer du sein était similaire dans les deux groupes soit entre 6 et 7%.

«Nous avons été surpris de constater que le risque de réapparition de la tumeur et les effets secondaires aient été aussi bas même après douze ans chez les patientes traitées avec la radiothérapie accélérée», a souligné le docteur Timothy Whelan de l'Université McMaster à Hamilton en Ontario (Canada), principal auteur de cet étude clinique.

Cet essai clinique a confirmé les résultats d'une étude similaire conduite en Grande Bretagne et publiée en mars.

Une autre étude, diffusée aussi à Boston cette semaine, présente les travaux du Dr Peter Beitsch, du centre médical de Dallas (Texas). Celui-ci a eu recours à des grains d'iode radioactifs implantées à l'endroit où se trouvait la tumeur retirée chirurgicalement.

L'essai clinique de cette procédure appelée brachythérapie a été conduite sur un groupe de 400 femmes atteintes d'un cancer du sein dans les premiers stades de développement dont la moitié a été traitée avec une radiothérapie standard sur la totalité du sein atteint.

Après un suivi de près de quatre ans, les chercheurs n'ont pas constaté de différences dans le taux de récurrence du cancer entre les deux groupes de femmes.

«Non seulement ce traitement radiologique est plus pratique mais il devrait aussi éviter de conduire de nombreuses femmes à choisir une mastectomie car elles vivent trop loin des centres de soins et n'ont ni le temps ni les moyens financiers de suivre un traitement de cinq à sept semaines loin de chez-elles», explique le cancérologue et chirurgien Peter Beitsch.

Le cancer du sein est la première cause de mortalité parmi tous les cancers chez les femmes dans le monde avec quelque 465 000 décès en 2007, selon les estimations de l'American Cancer Society.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15767
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: IBt (brachothérapie) se lance dans le traitement du cancer du sein   Ven 10 Mar 2006 - 12:18




News 04-02-06

Spécialisé jusqu’à présent dans la production d’implants radioactifs utilisés pour traiter certains cancers de la prostate, IBt (International Brachytherapy) souhaite développer d’autres applications, notamment dans le domaine des cancers du sein.

En travaillant de concert avec le département de radiothérapie-oncologie du centre hospitalier universitaire de Liège, IBt démarrera au printemps prochain une nouvelle étude multicentrique. Celle-ci portera sur l’utilisation d’une nouvelle forme d’implants radioactifs appliqués dans le traitement du cancer du sein.

Sources : l’Echo, 02-02-06 ; De Tijd, 02-02-06

Commentaires de la Fondation contre le Cancer

IBt (International Brachytherapy) est une société « start-up » belge spécialisée dans la production et la commercialisation d’implants radioactifs utilisés en brachythérapie. La brachythérapie (encore appelée « curiethérapie ») est une technique qui consiste à placer des implants contenant une substance radioactive (radio-isotopes) au sein même de la tumeur ou à son contact direct. Le rayonnement émis par ces implants détruit les cellules cancéreuses dans leur voisinage immédiat. Une dose élevée de rayonnement peut ainsi être concentrée dans la tumeur avec une bonne tolérance au niveau des tissus sains.

Jusqu’il y a peu, les implants produits par IBt se limitaient au traitement de certains cancers de la prostate et utilisait des implants à base de titane.

Récemment, IBt a mis au point une nouvelle génération d’implants présentant une meilleure biocompatibilité et  un coût de production largement inférieur à celui des implants en titane.

Le CHU de Liège, en collaboration avec d’autres centres médicaux européens et canadiens, souhaite tester cette nouvelle application dans le cadre du traitement de  cancers du sein.

Un certain nombre de patientes atteintes d’un cancer du sein doivent suivre une radiothérapie après la tumorectomie (chirurgie limitée qui enlève la tumeur sans enlever tout le sein). Différentes alternatives existent pour délivrer la dose optimale de rayonnements mais les effets secondaires sont fréquents. Dans ce contexte, l’utilisation d’implants radioactifs pourrait apporter de considérables avantages. Le traitement pourrait se faire en une seule intervention en hôpital de jour, ce qui remplacerait plusieurs semaines de séances journalières de radiothérapie « classique ». D’autre part, la dose des implants sera délivrée plus localement, ce qui devrait aboutir à une meilleure protection des tissus sains environnants et à une diminution de la toxicité cardiaque.

Les résultats de cette étude seront donc attendus avec impatience car outre le fait qu’ils devraient améliorer le traitement radiothérapeutique, ils offriront également une meilleure qualité de vie aux patientes.


Dernière édition par Denis le Mer 21 Jan 2015 - 19:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: IBt (brachothérapie) se lance dans le traitement du cancer du sein   Aujourd'hui à 6:29

Revenir en haut Aller en bas
 
IBt (brachothérapie) se lance dans le traitement du cancer du sein
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Chronothérapie
» Help! Traitement de texte: comment avoir 25 lignes par page?
» Effets à long terme de la radiothérapie
» Implants cérébraux : un nouvel espoir dans le traitement de la dépression sévère entre autres
» L'immunothérapie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ESPOIRS :: Cancer :: recherche-
Sauter vers: