AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Pour le cancer de l'endomètre, attention au Cadmium présents dans certains aliments.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16395
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Pour le cancer de l'endomètre, attention au Cadmium présents dans certains aliments.   Mer 9 Aoû 2017 - 21:03

More than 31,000 new cases of endometrial cancer are expected to be diagnosed in 2017. Through a five-year observational study recently published in PLOS One, researchers at the University of Missouri found that women with increased levels of cadmium -- a metal commonly found in foods such as kidneys, liver and shellfish as well as tobacco -- also had an increased risk of endometrial cancer. It's an observation the researchers hope could lead to new treatments or interventions to prevent the fourth most common cancer in women.

"Cadmium is an estrogen-mimicking chemical, meaning it imitates estrogen and its effects on the body," said lead author Jane McElroy, Ph.D., associate professor in the Department of Family and Community Medicine at the MU School of Medicine. "Endometrial cancer has been associated with estrogen exposure. Because cadmium mimics estrogen, it may lead to an increased growth of the endometrium, contributing to an increased risk of endometrial cancer."

The research team partnered with cancer registries in Missouri, Arkansas and Iowa to identify cases of endometrial cancer. The team enrolled 631 women with a history of endometrial cancer in the study and 879 women without a history of the cancer to serve as a control group. The participants were asked to complete a survey of more than 200 questions about risk factors potentially associated with endometrial cancer. Once they completed the questionnaire, participants were sent a kit to collect urine and saliva samples. Through tests conducted at the MU Research Reactor, the samples were analyzed for cadmium levels.

"When comparing the cadmium levels of the individuals with endometrial cancer to the control group, we found a statistically significant increased risk of the cancer associated with a woman's cadmium levels," McElroy said. "We found the rate of endometrial cancer incidence increased by 22 percent in individuals with increased cadmium levels."

While more research is needed to better understand the risks associated with cadmium, researchers say there are steps individuals can take to limit their cadmium-associated cancer risks.

"We all have cadmium present in our kidneys and livers, but smoking has been shown to more than double a person's cadmium exposure," McElroy said. "Also, we recommend being attentive to your diet, as certain foods such as shellfish, kidney and liver can contain high levels of cadmium. You don't necessarily need to cut these from your diet, but eat them in moderation. This is especially true if women have a predisposition to endometrial cancer, such as a family history, diabetes or obesity."

---

On s'attend à ce que plus de 31 000 nouveaux cas de cancer de l'endomètre soient diagnostiqués en 2017. Grâce à une étude d'observation de cinq ans récemment publiée dans le PLOS One, les chercheurs de l'Université du Missouri ont constaté que les femmes avec des taux accrus de cadmium - un métal couramment trouvé dans Les aliments tels que les reins, le foie et les crustacés ainsi que le tabac - ont également un risque accru de cancer de l'endomètre. C'est une observation que les chercheurs espèrent pourrait conduire à de nouveaux traitements ou interventions pour prévenir le quatrième cancer le plus fréquent chez les femmes.

"Le cadmium est un produit chimique imitant les œstrogènes, ce qui signifie qu'il imite les œstrogènes et ses effets sur le corps", a déclaré Jane McElroy, Ph.D., professeure agrégée au département de médecine familiale et communautaire de l'École de médecine de la MU. "Le cancer de l'endomètre a été associé à une exposition aux œstrogènes. Parce que le cadmium imite les œstrogènes, cela peut conduire à une croissance accrue de l'endomètre, contribuant ainsi à un risque accru de cancer de l'endomètre".

L'équipe de recherche s'est associée aux registres du cancer dans le Missouri, l'Arkansas et l'Iowa pour identifier les cas de cancer de l'endomètre. L'équipe a inscrit 631 femmes ayant des antécédents de cancer de l'endomètre dans l'étude et 879 femmes sans antécédents de cancer pour servir de groupe témoin. Les participants ont été invités à effectuer un sondage auprès de plus de 200 questions sur les facteurs de risque potentiellement associés au cancer de l'endomètre. Une fois qu'ils ont rempli le questionnaire, les participants ont reçu un kit pour recueillir des échantillons d'urine et de salive. Grâce aux tests effectués chez MU Research Reactor, les échantillons ont été analysés pour les niveaux de cadmium.

"Lors de la comparaison des taux de cadmium des individus avec le cancer de l'endomètre au groupe témoin, nous avons trouvé un risque augmenté statistiquement significatif du cancer associé aux niveaux de cadmium chez la femme", a déclaré McElroy. "Nous avons constaté que le taux d'incidence du cancer de l'endomètre a augmenté de 22% chez les personnes ayant un taux accru de cadmium".

Alors que d'autres recherches sont nécessaires pour mieux comprendre les risques associés au cadmium, les chercheurs disent qu'il existe des mesures que les individus peuvent prendre pour limiter leurs risques de cancer associés au cadmium.

"Nous avons tous du cadmium présent dans nos reins et nos foies, mais le tabagisme a montré que plus de deux fois l'exposition au cadmium", a déclaré McElroy. "De plus, nous vous recommandons d'être attentifs à votre alimentation, car certains aliments tels que les crustacés, les reins et le foie peuvent contenir des taux élevés de cadmium. Vous n'avez pas nécessairement besoin de couper ces aliments de votre alimentation, mais les manger avec modération. Surtout si les femmes ont une prédisposition au cancer de l'endomètre, comme des antécédents familiaux, le diabète ou l'obésité ".

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16395
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Pour le cancer de l'endomètre, attention au Cadmium présents dans certains aliments.   Jeu 8 Juin 2017 - 15:33

Des travaux pilotés par le Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC) de Lyon ont montré qu'une prévention alimentaire active du cancer du foie est belle et bien possible.

Pour arriver à cette conclusion, les chercheurs se sont appuyés sur les données de l'étude européenne EPIC. Cette vaste étude suit 500 000 Européens de 10 pays différents. L’objectif : mieux comprendre le lien entre alimentation et cancer. Les chercheurs ont donc sélectionné 121 patients atteints de cancer du foie, 140 souffrant d’un cancer de la vésicule biliaire ou des voies biliaires, et autant de personnes en bonne santé. Ils ont découvert que la consommation d'aliments riches en selenium, fruits de mer, oignons, œufs et noix, avait un effet bénéfique sur le système immunitaire.

Les participants qui possèdent de hauts niveaux de sélénium dans le sang sont moins à risque de développer une tumeur. Le risque de carcinome hépatocellulaire est particulièrement diminué, au vu des résultats. Pour chaque hausse de 20 μg de sélénium par litre de sang, le risque est réduit de 59 %.

De fortes concentrations de séléno-protéine P (SePP) s’avèrent également bénéfiques. Cette protéine est chargée de la distribution du sélénium dans le foie et le reste de l’organisme. Chaque hausse de 1,5 mg par litre de sang se traduit par un risque de carcinome hépatocellulaire réduit de 63 %. En revanche, aucune association n’émerge avec les cancers de la vésicule biliaire et des voies biliaires, situées en dessous du foie.

Les auteurs de cette étude soulignent que ces résultats sont encourageants. Augmenter ses apports en sélénium, lorsqu’ils sont insuffisants, pourrait agir en prévention, au même titre que l’arrêt du tabac, une faible consommation d’alcool et un IMC normal. « Mais ces résultats s’appuient sur une seule étude, avec un nombre réduit de cancers du foie, nos résultats doivent donc être validés par d’autres travaux avant que des recommandations de santé publique ne soient émises », souligne le Docteur David Hughes, du Collège Royal des Chirurgiens d’Irlande. Les concentrations en sélénium varient selon la région. Bétail et cultures d’Europe en contiennent moins, car le sol est pauvre en ce micronutriment. A l’inverse, les populations d’Amérique du Nord sont mieux loties.

Définir des stratégies préventives est important au vu du poids important du cancer du dans la mortalité mondiale. En 2012, il représentait 9 % des décès par cancer. « L’incidence des cancers du foie augmente dans les pays développés, rappelle le Docteur Mazda Jenab, du CIRC. Les cancers du foie sont souvent diagnostiqués à des stades tardifs et les options thérapeutiques sont limitées ».

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16395
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Pour le cancer de l'endomètre, attention au Cadmium présents dans certains aliments.   Mer 31 Aoû 2016 - 13:32

Selenium (Se) is found in foods like fish, shellfish, meat, milk and eggs; certain South American nuts, such as Brazil nuts, are also good sources of selenium. It is a trace element that occurs naturally in soil and plants, and enters the bodies of humans and animals via the food they ingest. European soil has a rather low selenium concentration, in comparison with other areas of the world, especially in comparison to North America. Deficiencies of varying degrees of severity are common among the general population, and are the reason why German livestock receive selenium supplements in their feed.

While in Europe, neither a selenium-rich diet nor adequate selenium supplementation is associated with adverse effects, selenium deficiency is identified as a risk factor for a range of diseases. "We have been able to show that selenium deficiency is a major risk factor for liver cancer," says Prof. Dr. Lutz Schomburg of the Institute of Experimental Endocrinology, adding: "According to our data, the third of the population with lowest selenium status have a five- to ten-fold increased risk of developing hepatocellular carcinoma -- also known as liver cancer."

In this case-control study, the team of European researchers investigated a cohort of 477,000 participants, and selected individuals who had developed hepatocellular carcinoma during a 10-year follow up. Blood samples were also chosen from healthy participants and subsequently analyzed to determine their selenium status. "Our study does not show that selenium supplementation has a direct protective effect against liver cancer. However, it does confirm the importance of a balanced diet, of which selenium forms an integral part," explains Prof. Schomburg. Previous studies had suggested a similar relationship between a person's selenium status and their risk of developing colon cancer, as well as their risk of developing autoimmune thyroid disease.

---

Le sélénium (Se) se trouve dans les aliments comme les poissons, les crustacés, la viande, le lait et les œufs; certaines noix d'Amérique du Sud, tels que les noix du Brésil, sont aussi de bonnes sources de sélénium. C'est un oligo-élément qui se produit naturellement dans le sol et les plantes, et pénètre dans le corps des humains et des animaux par l'intermédiaire de la nourriture qu'ils ingèrent. le sol européen a une concentration de sélénium plutôt faible, en comparaison avec d'autres régions du monde, en particulier par rapport à l'Amérique du Nord. Des carences de divers degrés de gravité sont fréquentes dans la population générale, et sont la raison pour laquelle les élevages allemands reçoivent des suppléments de sélénium dans leur alimentation.

Alors qu'en Europe, ni un régime alimentaire riche en sélénium, ni la supplémentation en sélénium adéquate est associée à des effets indésirables, la carence en sélénium est identifié comme un facteur de risque pour une gamme de maladies. "Nous avons été en mesure de démontrer que la carence en sélénium est un facteur de risque majeur pour le cancer du », explique Prof. Dr. Lutz Schomburg de l'Institut d'endocrinologie expérimentale, en ajoutant: "Selon nos données, le tiers de la population avec le taux le plus faible de sélénium ont de cinq à dix fois plus de risque de développer un carcinome hépatocellulaire - "également connu sous le nom de cancer du foie.

Dans cette étude de cas-témoins, l'équipe de chercheurs européens a étudié une cohorte de 477.000 participants, et des personnes choisies qui avaient développé un carcinome hépatocellulaire au cours d'une 10 ans de suivi. Des échantillons de sang ont également été choisis parmi les participants en bonne santé et ensuite analysés pour déterminer leur état de sélénium. «Notre étude ne montre pas que la supplémentation en sélénium a un effet protecteur direct contre le cancer du foie. Toutefois, elle confirme l'importance d'une alimentation équilibrée, dont le sélénium fait partie intégrante», explique le professeur Schomburg. Des études antérieures avaient suggéré une relation similaire entre le statut d'une personne de sélénium et leur risque de développer un cancer du , ainsi que le risque de développer une maladie auto-immune de la thyroïde.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16395
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Pour le cancer de l'endomètre, attention au Cadmium présents dans certains aliments.   Mer 27 Avr 2016 - 20:12

Le sélénium est un oligoélément antioxydant présent sous forme de traces dans l’alimentation. Il intervient dans différentes voies métaboliques importantes dont la protection antioxydante via l'activation d'enzymes spécialisées, les glutathion peroxydases. Il est incorporé dans des sélénoprotéines (grâce à l’acide aminé sélénocystéine). Les apports alimentaires en sélénium varient dans le monde ; ils dépendent du contenu du sol en sélénium. Les noix du Brésil sont particulièrement riches en sélénium, ainsi que certains produits de la mer (huîtres, thon...).

 Aliments les plus élevés en Sélénium
Pour 100g d'aliment     Sélénium
Noix de Brésil     1917 µg
Rognons de porc cuits     311.5 µg
Rognon d'agneau     218.8 µg
Moutarde jaune (graines)     208.1 µg
Rognons de porc crus     190 µg
Rognon de bœuf     168 µg
Morue salée     147.8 µg
Foie d'agneau     116.1 µg
Rognon de veau     100 µg


Les compléments de sélénium et de zinc bénéfiques contre l’hypothyroïdie

L’hypothyroïdie marque un déficit d’activité de la glande thyroïde, qui s’accompagne souvent de surpoids, frilosités, sécheresse de la peau, fatigue. Elle peut avoir des causes toxiques, infectieuses ou plus fréquemment encore être liée à des mécanismes d’auto-immunité (thyroïdite de Hashimoto). Le zinc et le sélénium ont un rôle important dans le fonctionnement de la thyroïde et de ses hormones (T3 et T4).

Dans une étude iranienne, 68 volontaires ont reçu pendant 8 semaines soit un supplément de zinc et sélénium (30 mg de gluconate de zinc et 200 microgrammes de levure riche en sélénium), soit le zinc avec un placebo, soit le sélénium avec un placebo, soit deux placebos. Résultats : le niveau d’hormone T3 libre, un indice de l’activité thyroïdienne, a augmenté significativement dans les groupes qui recevaient du zinc (avec ou sans sélénium). Le niveau de T4 libre (l’hormone convertie en T3) a augmenté significativement dans le groupe zinc + sélénium. Le niveau de TSH a diminué dans le groupe qui recevait l’association zinc-sélénium.

Les auteurs font remarquer que le niveau de sélénium dans le sang des volontaires au début de l’intervention était déjà élevé, probablement trop pour laisser entrevoir un effet plus net du sélénium. Ils concluent cependant que des suppléments de zinc ou de zinc plus sélénium sont susceptibles d’améliorer la fonction thyroïdienne chez les patients.


Les compléments de sélénium pourraient prévenir le cancer du col de l’utérus

Des chercheurs ont testé dans une petite étude les effets d'une complémentation en sélénium à long terme sur le tissu cervical et le profil métabolique de patientes atteintes d'une néoplasie intra-épithéliale cervicale (CIN). Cet essai clinique a inclus 58 femmes avec un diagnostic de CIN. Pendant six mois, 28 ont reçu un placebo et les 28 autres 200 µg de compléments de sélénium par jour. La néoplasie cervicale intra-épithéliale correspond à des changements touchant les cellules squameuses du col. Il s'agit d'une situation précancéreuse qui, non-traitée, peut progresser en carcinome dans 30 à 50 % des cas.

Après six mois de complémentation, 88 % des femmes avaient une régression de la néoplasie, contre 56 % dans le groupe placebo.Des effets métaboliques positifs ont été observés : la complémentation résultait en une diminution de 0,37 mmol/L de glucose à jeun (contre +0,07 dans le groupe placebo), et une diminution de 28,8 pmol/L d'insuline contre +13,2 dans le groupe placebo. La capacité antioxydante du sang augmentait aussi chez les personnes complémentées en sélénium. Il y avait également une diminution significative du malondialdéhyde, un marqueur du stress oxydatif.

Par conséquent, la complémentation en sélénium chez des patientes atteintes de néoplasie cervicale permet la régression de la néoplasie et améliore leur profil métabolique.

Cancers de la prostate : des résultats incertains

Le Danemark est une région à bas niveau de sélénium. Une étude danoise s’est donc intéressée au risque de cancer de la prostate et au niveau de sélénium dans une population danoise. Globalement, le sélénium est connu pour ses effets protecteurs contre le cancer de la prostate mais les résultats des études sont parfois contradictoires.

L’étude a identifié 784 cas de cancer de la prostate en 2007 dans la cohorte Diet, Cancer and Health qui comptait 27.179 hommes. Les deux tiers (525) des cas avaient une forme avancée de la maladie au moment du diagnostic et parmi eux 170 avaient une forme de cancer de haut grade (le plus agressif). 305 sont décédés dont 212 à cause du cancer de la prostate pendant le suivi jusqu’en 2012.

Les niveaux de sélénium plasmatique n’étaient pas associés au risque de cancer de la prostate total ou avancé, mais des niveaux plus élevés de sélénium étaient associés avec un risque réduit de maladie de haut grade (-23 %). Chez les patients il y avait aussi un risque légèrement plus bas de décès (-8 %) avec des niveaux de sélénium plus élevés avant le diagnostic.

Le rôle du sélénium dans ce type de cancer reste débattu. Par exemple dans l'étude américaine SELECT, les hommes qui ont pris un supplément de sélénium (200 mcg/j sous forme de L-sélénométhionine), seul ou avec de la vitamine E ont connu un risque plus élevé de cancer de la prostate, mais ce risque n'étatit pas significatif au plan statistique. Mais dans l'étude américaine NPC, publiée en 1996, un supplément de sélénium (200 mcg/j sous la forme de levure riche en sélénium) a conduit à une réduction sugnificative du risque de ce cancer. Ce bénéfice concerne essentiellement les hommes dont le niveau de sélénium au début de l'étude était faible.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16395
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Pour le cancer de l'endomètre, attention au Cadmium présents dans certains aliments.   Mar 29 Mar 2016 - 13:55

Les noix du Brésil pour mieux prévenir le cancer

Ces noix sont riches en sélénium, un oligo-élément qui porte les cellules cancéreuses à s'autodétruire et les autres cellules à réparer leur ADN. Une étude de Harvard sur plus de 1 000 hommes avec un cancer de la a démontré que ceux qui avaient les plus hauts taux sanguins de sélénium étaient 48 % moins susceptibles de développer la maladie à un stade avancé, sur une période de 13 ans, que les hommes présentant des taux plus faibles. Plus spectaculaire encore, une étude de cinq ans menée conjointement aux Université Cornell et de l'Arizona a démontré que 200 microgrammes de sélénium par jour ' l'équivalent de deux noix du Brésil ' mènent à une diminution de 63 % des tumeurs de la prostate, de 58 % des cancers colorectaux, de 46 % des tumeurs pulmonaires malignes et à une réduction globale de 39 % des décès dus au cancer.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16395
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Pour le cancer de l'endomètre, attention au Cadmium présents dans certains aliments.   Lun 24 Nov 2014 - 16:52

Cancer types such as melanoma, prostate cancer and certain types of leukemia weaken the body by over-activating the natural immune system. Researchers have now demonstrated that selenium -- naturally found in, e.g., garlic and broccoli -- slows down the immune over-response. In the long term, this may improve cancer treatment.

Certains types de cancers comme le mélanome , le cancer de la et certains types de leucémies affaiblissent le corps en faisant sur-réagir le système immunitaire. Les chercheurs ont démontré que le sélénium, trouvé dans l'ail et le brocoli, ralentit la sur-réponse du système immunitaire. À long terme cela peut améiorer le traitement contre ces cancers.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16395
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Pour le cancer de l'endomètre, attention au Cadmium présents dans certains aliments.   Mer 16 Mar 2011 - 15:03

ScienceDaily (Mar. 16, 2011) — Scientists are reporting that the controversy surrounding whether selenium can fight cancer in humans might come down to which form of the essential micronutrient people take. It turns out that not all "seleniums" are the same -- the researchers found that one type of selenium supplement may produce a possible cancer-preventing substance more efficiently than another form of selenium in human cancer cells.

Tous les seleniums ne se ressemblent pas, certains peuvent produire une protection contre le cancer plus efficace que d'autres.

Their study appears in the ACS' journal Biochemistry.

Hugh Harris and colleagues note that although the Nutritional Prevention of Cancer clinical trial showed that selenium reduced the risk of cancer, a later study called the Selenium and Vitamin E Cancer Prevention Trial did not show a benefit. A major difference between the trials was the form of selenium that was used. To find out whether different types of selenium have different chemopreventive properties, the researchers studied how two forms -- SeMet and MeSeCys -- are processed in human lung cancer cells.

The researchers found that MeSeCys killed more lung cancer cells than SeMet did. Also, lung cancer cells treated with MeSeCys processed the selenium differently than than cells treated with SeMet. They say that these findings could explain why studies on the health benefits of selenium sometimes have conflicting results.

The authors acknowledge funding from the Australian Research

Les chercheurs ont découvert que le selenium MESeCys a tué plus de cellules de cancers du :poumon que le selenium SeMet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16395
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Pour le cancer de l'endomètre, attention au Cadmium présents dans certains aliments.   Mar 14 Mar 2006 - 22:28

Fred Hutchinson Cancer Center researchers have announced study findings that suggest a higher intake of selenium may reduce the risk of advanced colorectal cancer. Selenium is a trace mineral that is essential to good health but required only in small amounts. The antioxidant properties of selenium prevents cellular damage from free radicals. Free radicals contribute to the development of cancer. Brazil nuts and tuna have the highest levels of selenium.

According to the NIH Office of Dietary Supplements, observational studies indicate that death from cancer, including lung, colorectal, and prostate cancers, is lower among people with higher blood levels or intake of selenium. In addition, the incidence of nonmelanoma skin cancer is significantly higher in areas of the United States with low soil selenium content. Selenium may also prevent or slow tumor growth. Certain breakdown products of selenium are believed to prevent tumor growth by enhancing immune cell activity and suppressing development of blood vessels to the tumor.

Les cancers du du et de la sont moins nombreux parmi les gens qui prennent du selenium ou qui en ont beaucoup dans le sang.


Dernière édition par Denis le Mer 9 Aoû 2017 - 21:03, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Pour le cancer de l'endomètre, attention au Cadmium présents dans certains aliments.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Pour le cancer de l'endomètre, attention au Cadmium présents dans certains aliments.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le sport pour lutter contre la phobie, le stress...
» 3ème : cherche texte simple pour identifier thèse, arguments et exemples
» Prières pour l'unité de l'Eglise
» Pour calculer son ascendant:
» Le Chamanisme pour débutants

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ESPOIRS :: Cancer :: Alimentation-
Sauter vers: