AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Vaccinia :Un nouveau traitement qui semble prometteur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15763
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Vaccinia :Un nouveau traitement qui semble prometteur   Mer 30 Nov 2016 - 21:41

Genelux is an oncolytic virus company that was formed in 2001 and has been conducting clinical trials since 2009. The company completed four Phase 1 studies which have enabled it to design what CEO Thomas Zindrick describes as an advanced clinical program. “We now have two ongoing Phase 1B studies which have us on a path to registration,” he says.

One of those studies, being conducted at Florida Adventist Hospital in Orlando, is treating recurrent ovarian cancer patients with its lead oncolytic virus therapy, termed GL-ONC1. The other study, at the University of California, San Diego, involves an intravenous route of administration of GL-ONC1 to treat a variety of solid tumors. Eventually the company will focus on a specific tumor type and advance the treatment into a Phase 2 trial.

Oncolytic viruses have a natural affinity for tumor cells. They have been in development for well over a decade and are emerging as promising therapeutics with their unique capacity for selective self-amplification. As a result of the advancement in genetic engineering and sequencing of the viral genomes, researchers were able to modify the viruses. This manipulation allows the virus to infect, replicate, and colonize tumor tissues over healthy tissues.

“With the ability to genetically engineer viruses, specificity and, in some instances, potency could be enhanced to make them more suitable clinical candidates,” says Zindrick. “Initially, oncolytic viruses were thought to work primarily through the viral mechanism of infecting, replicating in and then bursting tumor cells. With that bursting, a progeny virus would then infect nearby tumor cells, and that process would be repeated. This thinking was based on early, pre-clinical studies in cell cultures and in immuno-deficient mice. As the field advanced, we recognized there is a second dual-mechanism of action for oncolytic viral therapy, which is immunotherapy.”

The way the virus works within the immunotherapy step is that, with bursting of the tumor cell, the tumor debris is released within the tumor microenvironment, causing inflammation. Both inflammation and circulation of tumor antigens call immune system cells to the tumor and effectively educates the immune system about unique targets of that particular cancer. With that recognition, the immune system creates T-cells or killer immune system cells that are able to attack tumor cells, generate immune memory, and thus create a long-term therapeutic benefit for patients.

Approvals Bring Hope

Zindrick says recent advancements make this an exciting time to be involved in oncolytic virus development. Prior to taking the helm at Genelux in 2014, he was a long-time executive at Amgen, which bought an oncolytic virus firm called Biovex, which had been developing a herpes virus for melanoma. Amgen has since obtained regulatory authorization from both the FDA and European regulators to market that virus for melanoma.

“Getting that validation was a significant advancement for the oncolytic virus community,” he says. “It is a significant milestone in terms of proving the concept and setting regulatory precedence. Of equal importance is informing and educating both the public and medical professionals on the potential benefits of viral therapy and, more broadly, immunotherapy.”

Although that success brought optimism, Zindrick notes there is still a lot of room for advancement within the oncolytic viral space. For example, the herpes virus that Amgen developed has been limited in its development to intra-tumoral injections. This means the virus has to be injected directly into a cancerous lesion with the hope that it can attack untreated cancerous lesions elsewhere in the body.

Genelux is developing a powerful oncolytic vaccinia virus, a type of vaccine virus that was successfully developed as part of the smallpox eradication campaign. For that reason, Zindrick believes potential patients and healthcare professionals will have to be educated on it. Vaccinia is not a smallpox virus and it does not carry the smallpox disease. It is simply able to generate antibodies against it. However, since it had already been dosed in millions of patients, the safety profile enabled Genelux to develop the virus in clinical trials.

In two of the previous studies, vaccinia was administered intravenously, which is a preferred route of administration for most medical oncologists. One study, conducted in London at the Royal Marsden Hospital, was a dose-finding study for patients with a variety of solid tumors. Those patients had tumors that were growing and had failed at least one, and oftentimes multiple rounds of treatment. The second intravenous study was conducted at the University of California, San Diego (UCSD). UCSD is now running its second study. The first UCSD study involved intravenous administration of the virus in combination with chemotherapy and radiation, the standard of care for the patients with head and neck cancer.

“We were able to demonstrate the virus could be successfully administered with certain chemotherapies and radiation,” says Zindrick. “It was not compromised with the combination therapies. Based on our pre-clinical studies and our preliminary data from the trial, it appears there is at least an additive benefit by adding the virus to the existing standard of care.”

In the two additional studies, the virus was administered regionally. One was an intraperitoneal route of administration at the University of Tuebingen, in Germany. It involved a catheter delivery of the virus into the abdominal cavity to treat a variety of cancers in which there is a secondary growth or growth within the abdominal wall. Cancers treated in that study included ovarian, colorectal, mesothelioma, and gastric cancer. The final study was a catheter delivery of the virus into the lung cavity to treat patients that were primarily mesothelioma patients. That study was conducted at the Memorial Sloan-Kettering Cancer Center in New York City and also had promising results.

“All were Phase 1 studies to demonstrate the safety of the virus through administration in humans,” adds Zindrick. “We clearly demonstrated the virus is safe. Typical side effects of viral administration are what you would expect from a viral infection. They’re flu-like symptoms, like fever spike and shaking, which are all transient and can be clinically managed without long-term adverse events.”

Two Early Learnings Lead To Positive Results

Early in the studies, anti-inflammatories and other drugs were administered to dampen the fevers which occurred in patients. However, as the program developed, it became clear that by not treating the fever, the body is allowed to mount a favorable immune response against the active agent. This created a more robust effect.

Researchers also looked at mechanism of action, hoping to discover if the virus behaved similarly in humans as it did in pre-clinical (primarily mouse) studies. In the first four trials Genelux was able to demonstrate the virus could be delivered either systemically or regionally, travel to tumor sites, and colonize the tumor. The virus carries several marker genes, allowing Genelux to study viral entry and infection of tumor tissues. One of these marker genes is the green fluorescent protein that is encoded on the virus. Several other marker genes enabled the company to further analyze viral replication and colonization through highly sensitive assays.

The two ongoing studies in Florida and San Diego were also designed with a condensed dosing schedule and increasing doses. The safety profile allows researchers to push the dose and still have it be well-tolerated by patients. Zindrick also notes there is always a concern with viral therapy about whether or not the virus could be released into the environment, exposing family members or healthcare professionals. Since vaccinia virus is not a natural pathogen, the risk of some sort of outbreak is nonexistent. Data from the previous four human clinical trials showed that there is minimal to no viral shedding. If the virus is released, it breaks down quickly within 24 hours. As a result of extensive knowledge built over the years and data from these previous trials, current patients are being treated on an outpatient basis.

The Future Looks Bright

Moving forward, Zindrick likes the oncolytic vaccinia virus immunotherapy approach for several reasons. First, he believes the safety profile is viable in many instances and is more advantageous than some targeted therapies that were specifically designed to minimize the side effects of chemo and radiation. He notes vaccinia has the safety profile of a targeted therapy but does not work through any particular type of receptor. As a result, Genelux was able to show the ability to safely and effectively treat and eradicate all the different major tumor types (more than 20 in all) that were tested extensively in animal models in its labs.

Multiple factors cause cancer and the biological complexities of cancer make it difficult to treat. As people have come to better understand the tumor microenvironment and its complexities at a genomic level, it’s increasingly accepted that there is not going to be a single magic bullet for the treatment of cancer. Researchers are looking at the idea that combination therapies will ultimately be what are required to have a consistent efficacy against cancer.

A second reason is that vaccinia-based immunotherapy is an ideal partner for combining with different types of cancer therapies. At the forefront of cancer drug development is immuno-oncology (IO), which exploits the complexity of tumor biology to educate the immune system to mount a powerful and prolonged attack against the cancer, offering the promise of longer-term survival.

Checkpoint inhibitors and T cell therapies are leading treatments in IO. Zindrick pointed out that while these modalities have demonstrated exciting results, the effects of each have been limited by the tumor microenvironment.

The inflammation created by GL-ONC1 infection converts the tumor into an immunological “hot spot”, thereby reducing cancer tissue-associated immune suppression that otherwise permits the tumor to evade the immune system. Thus, in addition to its own anti-tumoral effects, by altering the tumor microenvironment vaccinia can facilitate a stronger and broader response of these other modalities.

“Vaccinia will supercharge the engine to maximize performance of the other therapies,” says Zindrick. “That is a perfect combination product. Genelux is ideally positioned to have the best of both worlds. We have the safety profile of the targeted therapies, but we have the potential for the broad spectrum of activity of the general cytotoxics. We are excited to be part of the immunotherapeutic frontier against cancer.”

---

Genelux est une société de virus oncolytique qui a été formé en 2001 et mène des essais cliniques depuis 2009. La société a terminé quatre études de phase 1 qui lui ont permis de concevoir ce que Thomas Zindrick décrit comme un programme clinique avancé. «Nous avons maintenant deux études en cours sur la Phase 1B qui nous conduisent à l'enregistrement», dit-il.

Une de ces études, menée à Florida Adventist Hospital à Orlando, est le traitement des patients récidivants de cancer de l' avec son traitement oncolytic de virus, appelé GL-ONC1. L'autre étude, à l'Université de Californie, San Diego, implique une voie d'administration intraveineuse de GL-ONC1 pour traiter une variété de tumeurs solides. Finalement, la société se concentrera sur un type de tumeur spécifique et fera avancer le traitement dans un essai de phase 2.

Les virus oncolytiques ont une affinité naturelle pour les cellules tumorales. Ils sont en développement depuis plus d'une décennie et émergent comme des thérapeutiques prometteuses avec leur capacité unique d'auto-amplification sélective. En raison de l'avancement du génie génétique et du séquençage des génomes viraux, les chercheurs ont pu modifier les virus. Cette manipulation permet au virus d'infecter, de reproduire et de coloniser les tissus tumoraux sur les tissus sains.

«Avec la capacité de génétiquement ingénierie des virus, la spécificité et, dans certains cas, la puissance pourrait être améliorée pour les rendre candidats cliniques plus appropriés», dit Zindrick. «Au départ, on pensait que les virus oncolytiques fonctionnaient principalement à travers le mécanisme viral d'infection, de réplication et d'éclatement des cellules tumorales. Avec cet éclatement, un virus de la descendance infecterait alors les cellules tumorales voisines, et ce processus serait répété. Cette réflexion était basée sur des études précoces précliniques dans des cultures cellulaires et dans des souris immunodéficientes. À mesure que le champ avançait, nous avons reconnu qu'il y a un deuxième mécanisme d'action double pour la thérapie virale oncolytique, qui est l'immunothérapie.

La façon dont le virus fonctionne dans l'étape d'immunothérapie est que, avec l'éclatement de la cellule tumorale, les débris de la tumeur est libéré dans le microenvironnement de la tumeur, provoquant une inflammation. L'inflammation et la circulation des antigènes tumoraux appelent les cellules du système immunitaire à la tumeur et éduquent efficacement le système immunitaire sur les cibles uniques de ce cancer en particulier. Grâce à cette reconnaissance, le système immunitaire crée des cellules T ou cellules du système immunitaire tueur qui sont capables d'attaquer les cellules tumorales, de générer la mémoire immunitaire, et ainsi créer un avantage thérapeutique à long terme pour les patients.

Les approbations apportent l'espoir

Zindrick dit que les progrès récents font que c'est un moment passionnant d'être impliqué dans le développement de virus oncolytic. Avant de prendre la barre à Genelux en 2014, il était un dirigeant de longue date chez Amgen, qui a acheté une entreprise de virus oncolytique appelée Biovex, qui développait un virus de l'herpès pour le mélanome. Amgen a depuis obtenu l'autorisation réglementaire de la FDA et des régulateurs européens pour commercialiser ce virus pour le mélanome.

"Obtenir cette validation a été un avancement significatif pour la communauté de virus oncolytique", dit-il. «C'est une étape importante en termes de prouver le concept et de fixer la priorité de la réglementation. Il est également important d'informer et d'éduquer le public et les professionnels de la santé sur les avantages potentiels de la thérapie virale et, plus largement, de l'immunothérapie.

Bien que ce succès a apporté l'optimisme, Zindrick note qu'il y a encore beaucoup de place pour l'avancement dans l'espace viral oncolytic. Par exemple, le virus de l'herpès développé par Amgen a été limité dans son développement à des injections intra-tumorales. Cela signifie que le virus doit être injecté directement dans une lésion cancéreuse avec l'espoir qu'elle peut attaquer les lésions cancéreuses non traitées ailleurs dans le corps.

Genelux développe un puissant virus vaccinia oncolytique, un type de virus vaccinal qui a été développé avec succès dans le cadre de la campagne d'éradication de la variole. Pour cette raison, Zindrick croit que les patients potentiels et les professionnels de la santé devront être éduqués sur celle-ci. Le Vaccinia n'est pas un virus de la variole et il ne porte pas la maladie de la variole. Il est tout simplement capable de générer des anticorps contre elle. Cependant, comme il avait déjà été administré à des millions de patients, le profil de sécurité a permis Genelux de développer le virus dans les essais cliniques.

Dans deux des études précédentes, la vaccine a été administrée par voie intraveineuse, qui est une voie d'administration préférée pour la plupart des oncologues médicaux. Une étude, menée à Londres au Royal Marsden Hospital, était une étude de recherche de dose pour les patients avec une variété de tumeurs solides. Ces patients avaient des tumeurs qui se développaient et avaient échoué au moins un, et souvent plusieurs cycles de traitement. La deuxième étude intraveineuse a été menée à l'Université de Californie, à San Diego (UCSD). UCSD est en cours d'exécution de sa deuxième étude. La première étude de UCSD a impliqué l'administration intraveineuse du virus en combinaison avec la chimiothérapie et le rayonnement, la norme de soin pour les patients avec le cancer de la tête et du cou.

«Nous avons pu démontrer que le virus pouvait être administré avec succès avec certaines chimiothérapies et radiothérapie», explique Zindrick. "Il n'a pas été compromis avec les thérapies de combinaison. D'après nos études précliniques et nos données préliminaires de l'essai, il semble qu'il y ait au moins un avantage additif en ajoutant le virus à la norme de soins existante.

Dans les deux études supplémentaires, le virus a été administré à l'échelle régionale. L'une était une voie d'administration intrapéritonéale à l'Université de Tuebingen, en Allemagne. Il s'agissait d'un cathéter de livraison du virus dans la cavité abdominale pour traiter une variété de cancers dans lequel il ya une croissance secondaire ou de croissance dans la paroi abdominale. Les cancers traités dans cette étude comprenaient le cancer ovarien, colorectal, mésothéliome et gastrique. L'étude finale a été une livraison du cathéter du virus dans la cavité pulmonaire pour traiter les patients qui étaient principalement des patients avec un mésothéliome. Cette étude a été menée au Memorial Sloan-Kettering Cancer Center à New York et a également eu des résultats prometteurs.

«Toutes étaient des études de phase 1 pour démontrer la sécurité du virus par l'administration chez l'homme», ajoute Zindrick. "Nous avons clairement démontré que le virus est sûr. Les effets secondaires typiques de l'administration virale sont ce que vous attendez d'une infection virale. Ce sont des symptômes semblables à ceux de la grippe, comme le pic de fièvre et les secousses, qui sont tous transitoires et peuvent être gérés cliniquement sans effets indésirables à long terme.

Deux premiers apprentissages mènent à des résultats positifs

Au début des études, des anti-inflammatoires et d'autres médicaments ont été administrés pour amortir les fièvres qui se sont produites chez les patients. Cependant, à mesure que le programme se développait, il est devenu évident qu'en ne traitant pas la fièvre, le corps est autorisé à monter une réponse immunitaire favorable contre l'agent actif. Cela a créé un effet plus robuste.


Les chercheurs ont également examiné le mécanisme d'action, dans l'espoir de découvrir si le virus se comportait de façon similaire chez l'homme comme il le faisait dans les études pré-cliniques (principalement la souris). Au cours des quatre premiers essais, Genelux a pu démontrer que le virus pouvait être administré systémiquement ou régionalement, se déplacer vers des sites tumoraux et coloniser la tumeur. Le virus porte plusieurs gènes marqueurs, permettant à Genelux d'étudier l'entrée virale et l'infection des tissus tumoraux. L'un de ces gènes marqueurs est la protéine fluorescente verte codée sur le virus. Plusieurs autres gènes marqueurs ont permis à l'entreprise d'analyser davantage la replication virale et la colonisation par des tests hautement sensibles.

Les deux études en cours en Floride et à San Diego ont également été conçus avec un calendrier de dosage condensé et doses croissantes. Le profil de sécurité permet aux chercheurs de pousser la dose et de toujours être bien toléré par les patients. Zindrick note également qu'il ya toujours un souci avec la thérapie virale au sujet de savoir si le virus pourrait être libéré dans l'environnement, exposant des membres de la famille ou des professionnels de santé. Puisque le virus de la vaccine n'est pas un pathogène naturel, le risque d'une sorte de flambée est inexistant. Les données des quatre essais cliniques humains précédents ont montré qu'il n'y avait pas de déversement viral. Si le virus est libéré, il se décompose rapidement dans les 24 heures. À la suite d'une connaissance approfondie construite au fil des ans et des données de ces essais précédents, les patients actuels sont traités en ambulatoire.

L'avenir semble lumineux

Pour aller de l'avant, Zindrick aime l'approche oncolytique d' immunothérapie du virus vaccinia pour plusieurs raisons. Tout d'abord, il croit que le profil de sécurité est viable dans de nombreux cas et est plus avantageux que certaines thérapies ciblées qui ont été spécifiquement conçus pour minimiser les effets secondaires de la chimiothérapie et le rayonnement. Il note que vaccinia a le profil de sécurité d'une thérapie ciblée, mais ne fonctionne pas à travers un type particulier de récepteur. En conséquence, Genelux a été capable de démontrer la capacité de traiter et d'éradiquer en toute sécurité et efficacement tous les différents types de tumeurs majeures (plus de 20 en tout) qui ont été testés en profondeur dans des modèles animaux dans ses laboratoires.

De multiples facteurs causent le cancer et les complexités biologiques du cancer le rendent difficile à traiter. Comme les gens en sont venus pour mieux comprendre le microenvironnement de la tumeur et de ses complexités au niveau génomique, il est de plus en plus admis qu'il n'y aura pas une seule balle magique pour le traitement du cancer. Les chercheurs se penchent sur l'idée que les thérapies combinées seront finalement ce qui sera nécessaire pour avoir une efficacité constante contre le cancer.

Une deuxième raison est que l'immunothérapie à base de vaccinia est un partenaire idéal pour la combinaison avec différents types de thérapies contre le cancer. À l'avant-garde du développement du médicament contre le cancer, l'immuno-oncologie (IO), qui exploite la complexité de la biologie tumorale pour éduquer le système immunitaire à monter une attaque puissante et prolongée contre le cancer, promettant une survie à plus long terme.

Les inhibiteurs des points de contrôle et les thérapies par les lymphocytes T sont des traitements de pointe en IO. Zindrick a souligné que bien que ces modalités aient démontré des résultats passionnants, les effets de chacun ont été limités par le microenvironnement de la tumeur.

GL-ONC1 convertit l'infection de la tumeur en un «point chaud» immunologique, réduisant ainsi la suppression immunitaire associée aux tissus cancéreux qui permet par ailleurs à la tumeur d'échapper au système immunitaire. Ainsi, en plus de ses propres effets anti-tumoraux, en modifiant le microenvironnement tumoral vaccinia peut faciliter une réponse plus forte et plus large de ces autres modalités.

«Vaccinia va suralimenter le moteur pour maximiser la performance des autres thérapies», explique Zindrick. "C'est un produit de combinaison parfaite. Genelux est idéalement placé pour avoir le meilleur des deux mondes. Nous avons le profil de sécurité des thérapies ciblées, mais nous avons le potentiel pour le large spectre d'activité des cytotoxiques généraux. Nous sommes ravis de faire partie de la frontière immunothérapeutique contre le cancer. "



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15763
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Vaccinia :Un nouveau traitement qui semble prometteur   Mer 24 Fév 2016 - 13:55


Targeted oncolytic vaccinia viruses are being developed as a novel strategy in cancer therapy. Arming vaccinia viruses with immunostimulatory cytokines can enhance antitumor efficacy. Such engineered oncolytic viruses, like JX-594, a Wyeth strain vaccinia virus modified with human granulocyte-macrophage colony-stimulating factor (GM-CSF), have shown promising results and have proceeded rapidly in clinical trials. However, the oncolytic potential of the Chinese vaccine strain Tian Tan (VTT) has not been explored. In this study, we constructed a targeted oncolytic vaccinia virus of Tian Tan strain Guang9 (VG9) expressing murine GM-CSF (VG9-GMCSF) and evaluated the antitumor effect of this recombinant vaccinia virus in a murine melanoma model. In vitro, viral replication and cytotoxicity of VG9-GMCSF was as potent as VG9; in vivo, VG9-GMCSF significantly inhibited the growth of subcutaneously implanted melanoma tumors, prolonged the survival of tumor-bearing mice, and produced an antitumor cytotoxic response. Such antitumor effect may be due to the lytic nature of virus as well as the stimulation of immune activity by GM-CSF production. Our results indicate that VG9-GMCSF induces strong tumoricidal activity, providing a potential therapeutic strategy for combating cancer.

---

Les virus oncolytique vaccinia sont en cours de développement comme nouvelle stratégie dans la thérapie du cancer. Armer les virus vaccinia avec des cytokines immunostimulantes peut améliorer l'efficacité antitumorale. De tels virus oncolytiques modifiés, comme JX-594, un virus de la souche Wyeth modifié avec un facteur de stimulation des colonies de granulocytes et de macrophages (GM-CSF) humain, ont montré des résultats prometteurs et ont progressé rapidement et dans des essais cliniques. Cependant, le potentiel oncolytique de la souche vaccinale chinoise Tian Tan (VTT) n'a pas été explorée. Dans cette étude, nous avons construit un virus ciblé oncolytique de vaccinia de la souche Tian Tan Guang 9 (VG9) exprimant GM-CSF murin (LCR VG9-GM) et évalué l'effet antitumoral de ce virus recombinant le virus vaccinia dans un modèle de mélanome murin. In vitro, la réplication virale et la cytotoxicité des VG9-GMCSF était aussi puissant que VG9; in vivo, VG9-GMCSF a inhibé significativement la croissance de tumeurs implantées en sous-cutané de mélanome , a prolongé la survie des souris porteuses de tumeurs , et a produit une réponse cytotoxique antitumorale. Cet effet antitumoral peut être dû à la nature lytique du virus ainsi que la stimulation de l'activité immunitaire par la production de GM-CSF. Nos résultats indiquent que VG9-GMCSF induit une forte activité tumoricide, fournissant une stratégie thérapeutique potentielle pour la lutte contre le cancer.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15763
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Vaccinia :Un nouveau traitement qui semble prometteur   Ven 18 Fév 2011 - 12:42

Deakin University medical scientists have created the world's first cancer stem cell-targeting chemical missile, placing them a step closer to creating a medical 'smart bomb' that would seek out and eradicate the root of cancer cells.

Les scientifiques ont créé le premier missile qui cible les cellules souches cancéreuses. ce qui les place un pas plus près de créer la bombe intelligente qui éradiquerait le cancer.

The Deakin researchers have worked with scientists in India and Australia to create the world's first RNA aptamer, a chemical antibody that acts like a guided missile to seek out and bind only to cancer stem cells. The aptamer has the potential to deliver drugs directly to the stem cells (the root of cancer cells) and also to be used to develop a more effective cancer imaging system for early detection of the disease. Their discoveries have been published recently in an international cancer research journal, Cancer Science.

Ils ont créé le premier ARN aptamère, un anticorps chimique qui agit comme un missile guidé et se lie seulement aux cellules souches cancéreuses. Laptamère a le potentiel de délivrer le médicament directement aux cellules souches (la racine des cellules souches cancéreuses) et peut être employé pour développer un système d'imagerie plus performant.

The Director of Deakin Medical School's Nanomedicine Program, Professor Wei Duan, said the development of the aptamer had huge implications for the way cancer is detected and treated.

"Despite technological and medical advances, the survival rates for many cancers remain poor, due partly to the inability to detect cancer early and then provide targeted treatment," Professor Duan said.

En dépit de la technologie avancée, les taux de survie pour plusieurs cancers restent pauvres et c'est du en partie à l'incapacité de détecter le cancer tôt et de le fournir un traitement ciblé.

"Current cancer treatments destroy the cells that form the bulk of the tumour, but are largely ineffective against the root of the cancer, the cancer stem cells. This suggests that in order to provide a cure for cancer we must accurately detect and eliminate the cancer stem cells."

The aptamer is the first part of the 'medical smart bomb' the researchers have been developing.

"What we have created is the 'guided missile' part of the 'smart bomb'," Professor Duan explained.

Ce que nous avons créé est le missile guidé une partie de la bombe intelligente.

"The aptamer acts like a guided missile, targeting the tumour and binding to the root of the cancer.

"The aim now is to combine the aptamer with the 'bomb' (a microscopic fat particle) that can carry anti-cancer drugs or diagnostic imaging agents directly to the cancer stem cells, creating the ultimate medical smart bomb."

Le but maintenant est d'accoupler le système de missile guidé avec une bombe (faite de particules microscopiques) pour apporter les médicaments anti-cancer jusqu'au cellules souches cancéreuses.

Professor Duan said the medical smart bomb opened up exciting possibilities for detection and treatment of cancer.

"The cancer stem cell-targeting missile and the smart bomb could revolutionise the way cancer is diagnosed," he explained.

"The minute size of the aptamer means it could locate cancer cells in their very early stages. Attaching radioactive compounds to the aptamer could lead to the development of sensitive diagnostic scans for earlier detection, more accurate pinpointing of the location of cancer, better prediction of the chance of cure and improved monitoring of the response to treatment.

Lier des molécules radioactives aux aptamer pourrait conduire à des scans plus performant pour des détections plus précoces, des relevés plus précis de l'endroit ou se trouve le cancer, de meilleures chances de guérison et une suivi amélioré des traitements.

"More accurate identification of the type of cancer present would lead to more personalised treatment that is more successful and cost-effective.

"This could ultimately lead to better cancer survival rates and greatly improved quality of life for patients."

Cela pourrait conduire à de meilleur taux de survie pour le cancer et améliorer grandement la qualité de vie des patients.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15763
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Vaccinia :Un nouveau traitement qui semble prometteur   Mar 9 Oct 2007 - 13:56

Aout 2007

United States Patent 7256037
Link to this page:
http://www.freepatentsonline.com/7256037.html
Abstract:


Mutations to the tumor suppressor protein p53 have been observed in 40-60% of all human cancers. These mutations are often associated with high nuclear and cytoplasmic concentrations of p53. Since many tumors exhibit highly elevated p53 levels, the protein is an attractive target for cancer immunotherapy. Unfortunately, p53 is an autoantigen that is likely to be tolerated as a self-protein by the immune system.

Les mutations de la protéine qui normalement supprime les tumeurs ont été observé dans 40 à 60% de tous les cancers. Ces mutation sont souvent associées avec de hauts degrés de concentrations de p53. À cause de ces hauts degrés de p53, la protéine est une cible attrayante pour l'immunothérapie. AMlheureusement p53 est un autoantigène qui est bien toléré par le système immunitaire.

The present invention is based on the discovery that this self-tolerance can be overcome by administration of recombinant modified vaccinia Ankara (MVA) containing a nucleic acid that encodes p53 (rMVAp53). The invention discloses a method of generating a p53-specific CTL-response to tumor cells expressing mutated p53 by administering a composition comprising rMVAp53. Administration of rMVAp53 decreases tumor development, tumor growth, and mortality in a variety of malignant cell types. These effects are enhanced by administration of CTLA-4 blocker and/or CpG oligodeoxynucleotide immunomodulators.

La présente invention est basée sur le fait que cette auto-tolérance peut être vaincue par l'administration du vaccinia ankara (MVA) qui contient un acide qui encode le p53 en rMVAp53. L'invention fournit une méthode pour s'occuper des cellules cancéreuses ayant le p53 muté. L'administration de rMVAp53 fait décroitre la tumeur et la mortalité dans une variété de cancers. Les effets sont augmentées par l'Administration de bloqueurs de CTLA-4 et/ou CpG.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15763
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Vaccinia :Un nouveau traitement qui semble prometteur   Ven 24 Mar 2006 - 1:10

03.23.06, 12:00 AM ET

Une thérapie anti-cancer dite de "bombe intelligente" semble prometteuse.

Jeudi 23 mars 2006 Les scientifiques disent qu'ils sont près de fignoler une bombe intelligente à deux barils qui pourrait un jour tuer les plus endurcis des cancers sans endommager les tissus sains environnants.


La technique qui utilise des virus cachés dans des cellules immunitaires pour détruire les tumeurs a réussi seulement sur des souris jusqu'à date et on ne sait pas s'il elle réussirait sur des humains.

Toutefois le traitement a le potentiel de devenir une percée importante dit clodagh O'shea, un chercheur spécialiste du cancer à l'université de Californie

Les scientifiques savent que certains virus sont capables de s'introduire dans les cellules cancéreuses, et ils savent que le système immunitaire entre en action lorsqu'il détecte une tumeur. En mélageant ces deux armes potentiels, les chercheurs de l'université Stanford ont pris les cellules immunitaires les ont chargés avec un virus tueur de cellules cancéreuses et les ont envoyés avec la mission de détruire les tumeurs.

Comme c'est rapporté dans le numéro du 24 mars de "Science", les auteurs de l'étude disent que la nouvelle approche a tué les tumeurs dans une souris infecté par des cellules cancéreuses ovariennes.

La recherche a déja démontré que c'est sécuritaire de traiter les humains séparément avec les cellules immunitaire ou avec les virus. La question est maintenant de savoir si cela marchera lorsque combiné ensemble.

Les chances sont assez bonnes que ce sera sécuraitaire et bien toléré par les patients mais ce n'est pas encore sûr.

Il y a des problèmes potentiels : Le virus, connu sous le nom de vaccinia, pourrait rendre les gens malades même si ces gens pourraient être traité pour cette maladie.

Il est important aussi de s'assurer qu'il y a assez de virus pour tuer la tumeur et de les tuer en assez grand nombre

O'shea, le spécialiste du cancer, dit que la stratégie dans cette étude est nouvelle et créatrice. Selon lui, caché le virus dans les cellules immunitaires est très prometteur, parce que ça peut aider le virus à survivre tout le voyage dans le sang du patient.

Il a toutefois ajouté que les virus caché dans les cellules immunitaires étaient un traitement hautement expérimental.


Dernière édition par le Mer 7 Nov 2007 - 15:49, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Vaccinia :Un nouveau traitement qui semble prometteur   Aujourd'hui à 8:12

Revenir en haut Aller en bas
 
Vaccinia :Un nouveau traitement qui semble prometteur
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» nouveau traitement apnée
» Nouveau traitement à l'abilify... (Aripiprazole)
» Un nouveau traitement expérimental prometteur contre l'asthme
» M81 et M82 : nouveau traitement
» Nouveau traitement

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ESPOIRS :: Cancer :: recherche-
Sauter vers: