AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Explications sur la thérapie génique.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15775
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Explications sur la thérapie génique.   Lun 14 Mai 2012 - 7:59

Des cellules souches génétiquement modifiées ont protégé trois patients atteints d’une tumeur au des effets secondaires graves d’une chimiothérapie et ont augmenté leurs chances de survie. L’un d’entre eux est toujours vivant trois ans après. Cette technique, novatrice, promet de belles perspectives si son efficacité se confirme à plus grande échelle.

C’est tout le paradoxe. La chimiothérapie sauve des vies en détruisant les cellules cancéreuses, mais entraîne de lourds désagréments. Ces médicaments manquent parfois de spécificité et s’attaquent aussi à des tissus sains de l’organisme. Un dilemme dramatique qui pose problème.

Prenons le cas du glioblastome, une tumeur au cerveau (la glie étant le tissu de soutien de l’encéphale). Ce cancer est très agressif et bien souvent fatal. Les traitements chimiothérapiques qu’on lui oppose ne suffisent pas, car souvent, un gène, appelé Mgmt, est surexprimé par les cellules tumorales et code pour une enzyme qui va réparer les dégâts causés par le médicament. Pour compenser, les thérapies ajoutent un composé, la benzylguanine, qui inhibe Mgmt.

Mais cette fois, on crée un autre problème. Les cellules de la moelle osseuse, celles qui vont se transformer en globules rouges (transport de l’oxygène dans le sang) et en globules blancs (système immunitaire), ne survivent pas au traitement à base de benzylguanine. S’ensuit inéluctablement un affaiblissement général de la santé du patient : plus grande susceptibilité aux infections et fatigue importante. Les médecins doivent alors arrêter la médication, mais la chimiothérapie n’a pas éliminé la tumeur. Face à cette impasse, les patients ont peu de chances de s’en sortir.

Des cellules souches génétiquement modifiées

Les scientifiques cherchent donc à contourner ce problème. Et des chercheurs du Centre de recherche contre le cancer Fred Hutchinson à Seattle (États-Unis) viennent d’apporter dans Science Translational Medicine une solution convaincante : des cellules souches génétiquement modifiées en guise de bouclier.

Il existe une version mutée du gène Mgmt, appelée P140K. Ce variant confère aux cellules une protection contre le principe actif de la chimiothérapie et contre la benzylguanine. Les auteurs ont prélevé des cellules souches sanguines dans la moelle osseuse de trois individus diagnostiqués avec un glioblastome. À l’aide d’un virus, le génome de ces cellules a été complété par P140K. Une chimiothérapie plus tard, ces cellules génétiquement modifiées ont été réinjectées dans chacun des patients.

Une chimiothérapie sans effet secondaire

Hans-Peter Kiem, qui a supervisé le travail, se réjouit du résultat. « Nous avons découvert que les malades toléraient mieux la chimiothérapie [...] que les patients qui dans des études précédentes n’avaient pas reçu une telle transplantation. »

Au fur et à mesure, les cellules souches se sont transformées en globules rouges ou blancs matures, et entre 40 et 60 % d’entre eux étaient porteurs de P140K. Les cellules sanguines étaient donc protégées de la chimiothérapie, mais pas les cellules tumorales.

Cela ne les a malheureusement pas sauvés de leur terrible maladie. Les patients ont survécu vingt-deux mois en moyenne après la transplantation, alors que la moitié des victimes ne dépassent pas treize mois. L’un d’eux est cependant toujours vivant et se porte même bien, alors que la thérapie a eu lieu trente-quatre mois plus tôt.

Maintenant que le procédé a été établi pour la première fois, il reste à s’assurer de l’efficacité chez un plus grand nombre de malades, en menant une étude à large échelle. Si l’efficacité est avérée, d’autres cancers impliquant un gène Mgmt trop réactif, comme certaines tumeurs au ou au , pourraient se traiter selon ce principe. Et de faire des survivants du cancer des êtres humains génétiquement modifiés !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15775
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Explications sur la thérapie génique.   Mar 10 Jan 2012 - 15:53

Recherche médicale
Une nouvelle option de traitement contre le cancer

http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/68728.htm

Selon Hao Xishan, Président de l'Université médicale Institut contre le cancer et Hôpital de Tianjin (UMICHT) et également membre de l'Académie des Ingénieurs de Chine, une nouvelle piste de traitement contre le cancer est en train d'être développée a déclaré. Il s'agit de la biothérapie moléculaire ciblée qui pourrait alors être une autre option aux traitements lourds que sont la chimiothérapie et la radiothérapie.

L'UMICHT qui est l'un des centres les plus importants dans le domaine de la biothérapie, a récemment signé un accord avec la société japonaise Takara Bio Inc pour un projet sur les thérapies géniques à l'aide des récepteurs des cellules T (TCR) pour lutter contre les cancers pour lesquels la chirurgie est inutile et qui ne répondent pas non plus à la chimiothérapie où la radiothérapie.

La transduction des lymphocytes d'un patient est réalisée in vitro avec le vecteur du retrovirus ayant le gène TCR qui reconnait les cellules tumorales. Ce lymphocyte avec un gène modifié est ensuite cultivé in vitro et réintroduit chez le patient. Ces lymphocytes adaptés vont ensuite reconnaitre et attaquer la tumeur du patient. Ce traitement est utilisé contre le cancer du poumon, de l'oesophage ainsi que les mélanomes malins.

En combinant la biothérapie aux approches cliniques conventionnelles, la vie de patients a été grandement augmentée a déclaré M Hao. Cette méthode permet ainsi de détruire les cellules cancéreuses et en même temps de renforcer les cellules normales. Comparée à la chimiothérapie et la radiothérapie qui causent des dommages sévères au système immunitaire, la biothérapie est un traitement prometteur dans la lutte contre le cancer.

Selon M Hao, il s'agit là d'un des premiers et des plus importants projet national dans le domaine de la thérapie génique.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15775
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Explications sur la thérapie génique.   Sam 29 Mai 2010 - 0:31

(May 28, 2010) — In a major cancer-research breakthrough, researchers at the McGill University, Department of Biochemistry have discovered that a small segment of a protein that interacts with RNA can control the normal expression of genes -- including those that are active in cancer.

Des chercheurs ont découvert qu'un petit morceau de protéine qui interagit avec l'ARN peut contrôler l'expression normale des gènes incluant ceux qui sont actifs dans le cancer.

The research, published online on May 26, 2010 by the journal Nature, has important immediate applications for laboratory research and is another step toward the kind of individualized cancer therapies researchers are pursuing vigorously around the world.

Human cells need to produce the correct proteins at the right time and in the appropriate quantities to stay healthy. One of the key means by which cells achieve this control is by "RNA interference," a form of gene silencing where small pieces of RNA, called micro RNAs, obstruct the production of specific proteins by interacting with their genetic code. However, not any piece of RNA can do this. Dr. Bhushan Nagar and graduate student Filipp Frank, in collaboration with Dr. Nahum Sonenberg at McGill's new Life Sciences Complex, used structural biology to unravel how a small segment in the Argonaute proteins, the key molecules of RNA interference, can select the correct micro RNAs.

Les cellules humaines ont besoin de produire les bonnes protéines au bon moment et dans un temps approprié pour rester en santé. Un des moyens par lesquels les cellules parviennent à ce contrôle est l'interférence ARN, une forme de mise hors fonction d'un gène par de petites pièces d'ARN, appelés micro ARN, qui obstruent la production de protéines en interagissant avec le code génétique. toutefois, ce n'est pas n'importe quel morceau d'ARN qui peut faire cela. Les chercheurs de McGill révèlent comment un petit moreau des protéines Argonautes peut sélectionner le bon micro ARN.

In doing so, the team has discovered that Argonaute proteins can potentially be exploited to enhance gene silencing. "RNA interference could be used as a viable therapeutic approach for inhibiting specific genes that are aberrantly active in diseases such as cancer," Nagar said. "We now have a handle on being able to rationally modify micro RNAs to make them more efficient and possibly into therapeutic drugs."
While therapeutic applications are many years away, this new insight provides an avenue to specifically control the production of proteins, which in cancer cells for example, are abnormal.

Les applications thérapeuthiques vont prendre encore des années avant d'arriver mais cette découverte fournit un avenue pour contrôler spécifiquement les protéines qui dans les cellules cancéreuses sont anormales.

"This is fantastic news," said Dr. David Thomas, Chair of McGill's Department of Biochemistry. "You've seen stories lately about how we may see the end of chemotherapy? Well, this is part of that path in developing genetically based therapies that can be tailored to individual patients' particular illnesses. It's a great step forward."

Ce sont des nouvelles fantastiques. vous avez-vu ces histoires sur la fin de la chimiothérapie et bien ceci en est une partie. Une thérapie basée sur les gènes pour chaque patient individuellement sera un grand pas en avant

The research received funding from the Canadian Institutes of Health Research, the Human Frontier's Science Program and supported by the FRSQ Groupe de Recherche Axé sur la Structure des Protéines (GRASP).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15775
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Explications sur la thérapie génique.   Ven 2 Jan 2009 - 4:46

Après la phase de l'expérimentation animale, les chercheurs français on été autorisés à débuter un programme expérimental de thérapie génique sur des malades cancéreux. -

Interviewes de deux malades : "On a tout à gagner, rien à perdre" ; "Je ne pense pas être un cobaye, plutôt un pionnier qui a la chance de bénéficier d'une thérapie toute nouvelle".

Interview d'Olivier RIXE (La Pitié Salpétrière) : "Il s'agit d'un gène suicide qu'on introduit dans les cellules et qui entraîne la mort des cellules cancéreuses. Ce n'est pas un vaccin, c'est l'ouverture vers de nouvelles thérapeutiques en cancérologie, mais cela nécessitera encore de nombreuses heures de travail pour nous chercheurs. C'est une première génération de traitement local mais qui nécessitera d'être utilisé sur le plan général pour une maladie qui est diffuse". Intreview d'un malade : "La thérapie génique ne me terrifie pas du tout, car le coeur de la maladie est probablement génétique. Par conséquent, la solution est de réparer le défaut génétique qui a permis à la maladie de se développer".

vidéo à cet endroit :
http://www.ina.fr/archivespourtous/index.php?vue=notice&id_notice=CAC94022603

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15775
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Explications sur la thérapie génique.   Lun 4 Sep 2006 - 11:29

Autre article sur le même sujet :

L'espoir de la thérapie génique contre le cancer

Washington (AP) - Des scientifiques américains de l'Institut national du cancer annoncent avoir sauvé deux hommes atteints d'un mélanome à un stade très avancé en manipulant génétiquement leurs propres globules blancs pour qu'ils s'attaquent à la tumeur. Une étape qualifiée de premier grand succès de la thérapie génique dans la bataille contre le cancer.

Ces travaux publiés jeudi dans la revue Science sont considérés comme une avancée importante dans le traitement des cancers métastasés en phase terminale. L'Institut national du cancer espère d'ailleurs mettre en place des essais pour d'autres types de cancer, notamment le cancer du ou celui du

Les médecins ne peuvent prédire l'évolution à long terme de leurs patients. Le mélanome, le plus grave des cancers de la qui tue près de 8000 Américains chaque année, est réputé pour rechuter des années plus tard, alors que les patients se croient guéris.

La nouvelle technique reste très expérimentale, réclamant des années de recherches complémentaires. «Manifestement, il s'agit d'une première étape, nous devons être prudents pour ne pas donner trop d'espoir», a confessé le Dr Len Lichtenfeld, de la Société américaine du cancer. «Mais c'est très excitant», a-t-il ajouté. «Et c'est certainement la preuve que cette approche va marcher.»

Les globules blancs, appelés lymphocytes T, détruisent les germes et autres tissus étrangers à l'organisme. Malheureusement, les cellules cancéreuses ressemblent à s'y méprendre à des cellules en bonne santé, rendant difficile leur différenciation par ces lymphocytes.

En 2002, le Dr Rosenberg a réussi une percée en découvrant un petit nombre de lymphocytes T anticancer dans l'organisme de quelques personnes atteintes de mélanome avancé. Il a littéralement retiré ces cellules du sang des patients et les a fait pousser en laboratoire, en nombre suffisant pour avoir une chance de détruire la tumeur. En supprimant le système immunitaire normal des patients pour faire de la place à celui cultivé en laboratoire, il a observé que la moitié des malades environ voyaient leur s'améliorer.

Mais l'organisme ne fabrique pas naturellement assez de ces cellules anticancéreuses. Les scientifiques ont donc décidé d'en fabriquer à partir de rien. Pour cela, ils ont prélevé des lymphocytes normaux, ceux qui ne reconnaissent pas les cellules cancéreuses, chez 17 patients atteints de mélanome avancé sans plus de possibilité de recours thérapeutique. Ces cellules ont été infectées en laboratoire.

«On peut prendre n'importe quelle cellule normale chez vous ou chez moi ou chez n'importe qui, et la transformer en une cellule capable de reconnaitre le cancer», explique le Dr Rosenberg.

Chez 15 des 17 patients, ceux qui ont été réinjectés, des cellules nouvellement tueuses ont pris racine et ont poussé en petite quantité pendant quelque mois. Mais chez deux d'entre eux, les cellules ont poussé en grande quantité pendant plus d'un an, tandis que la tumeur fondait progressivement.

«Ce n'est pas comme la chimio ou la radiothérapie où quand c'est fait, c'est fait», souligne Rosenberg. «Là, nous donnons des cellules vivantes qui continuent à pousser et à fonctionner dans l'organisme.»

Par Lauran Neergaard
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15775
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Explications sur la thérapie génique.   Sam 2 Sep 2006 - 8:13

Je mets aussi cet article du Nouvel Observateur qui amène au moins un nouvel élément à savoir qu'introduire un nouveau gène dans des cellules peut avoir des effets qu'on ne soupçonne pas. Ces personnes servent de cobaye donc...mais si on regarde ça d'un autre coté, ils étaient condamnés de toute façcon et deux d'entre eux ont survécu grâce à cette manipulation génétique. Les États-unis sont surprenant au niveau de l'éthique sur les recherches, Georges Bush vient de mettre son droit de veto sur la question des cellules souches et ici on autorise des expériences, des manipulations qui pourraient être vu comme un peu curieuses. On s'alame bien de manipulations génétiques sur de simples plantes...


Deux patients souffrant d’un mélanome à un stade avancé ont pu être guéris grâce à des lymphocytes T génétiquement modifiés capables de reconnaître les cellules cancéreuses, annoncent aujourd’hui des chercheurs dans la revue Science. Plus d’un an après ce traitement expérimental, la rémission durait toujours. Administrés à 17 patients pour lesquels les traitements habituels –chirurgie et chimiothérapie- n’avaient pas permis de vaincre le mélanome, ces lymphocytes modifiés n’ont cependant été efficaces que sur deux personnes. Steven Rosenberg (National Cancer Institute) et ses collègues souhaitent donc poursuivre leurs recherches pour améliorer ces résultats.

Les lymphocytes T sont des cellules du système immunitaire qui peuvent reconnaître et attaquer des cellules étrangères à l’organisme. Encore faut-il que les lymphocytes puissent détecter l’antigène à la surface de ces cellules. Rosenberg et son équipe avaient déjà remarqué que chez certains patients atteints de mélanome une catégorie particulière de lymphocytes T s’attaquaient aux cellules tumorales.




Les chercheurs ont donc identifié sur ces lymphocytes les récepteurs leur permettant d’identifier les cellules cancéreuses. Tous les patients n’ayant pas ces lymphocytes dans le sang, ils ont voulu les fabriquer. Pour cela Rosenberg et ses collègues ont inséré le gène produisant la protéine –le récepteur- dans les lymphocytes des patients grâce à un rétrovirus. Ils ont ensuite réinjecté les lymphocytes dans le sang des patients. Chez deux d’entre eux, les tumeurs ont régressé.

Pour l’instant aucun effet indésirable n’est apparu chez ces deux patients. L’introduction d’un gène supplémentaire dans une cellule peut cependant perturber son fonctionnement, déclencher ou à l’inverse bloquer l’expression d’un autre gène et entraîner une prolifération cellulaire anormale. Il est donc encore trop tôt pour conclure à l’innocuité de ce traitement. Il a cependant permis à deux personnes n’ayant plus que quelques mois à vivre de bénéficier d’une rémission. Ce qui encourage les chercheurs à poursuivre leurs recherches et à les étendre à d’autres types de cancer pour lesquels ils ont déjà identifié les récepteurs sur les lymphocytes.

Cécile Dumas
(01/09/06)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15775
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Explications sur la thérapie génique.   Ven 1 Sep 2006 - 15:20

A team of researchers at the National Cancer Institute (NCI), part of the National Institutes of Health, has demonstrated sustained regression of advanced melanoma in a study of 17 patients by genetically engineering patients' own white blood cells to recognize and attack cancer cells. The study appears in the online edition of the journal Science on August 31, 2006*.

"These results represent the first time gene therapy has been used successfully to treat cancer. Moreover, we hope it will be applicable not only to melanoma, but also for a broad range of common cancers, such as breast and lung cancer," said NIH Director Elias A. Zerhouni, M.D.

Autologous lymphocytes -- a person's own white blood cells -- have previously been used to treat metastatic melanoma. In a process called adoptive cell transfer, lymphocytes are first removed from patients with advanced melanoma. Next, the most aggressive tumor-killing cells are isolated, multiplied in the lab, and then reintroduced to patients who have been depleted of all remaining lymphocytes. While reasonably successful, this method can only be used for melanoma patients and only for those who already have a population of specialized lymphocytes that recognize tumors as abnormal cells.

Thus, NCI researchers, led by Steven A. Rosenberg, M.D., Ph.D., sought an effective way to convert normal lymphocytes in the lab into cancer-fighting cells. To do this, they drew a small sample of blood that contained normal lymphocytes from individual patients and infected the cells with a retrovirus in the laboratory. The retrovirus acts like a carrier pigeon to deliver genes that encode specific proteins, called T cell receptors (TCRs), into cells. When the genes are turned on, TCRs are made and these receptor proteins decorate the outer surface of the lymphocytes. The TCRs act as homing devices in that they recognize and bind to certain molecules found on the surface of tumor cells. The TCRs then activate the lymphocytes to destroy the cancer cells.

In this study, newly engineered lymphocytes were infused into 17 patients with advanced metastatic melanoma. There were three groups of patients in this study. The first group consisted of three patients who showed no delay in the progression of their disease. As the study evolved, the researchers improved the treatment of lymphocytes in the lab so that the cells could be administered in their most active growth phase. In the remaining two groups, patients received the improved treatments. Two patients experienced cancer regression, had sustained high levels of genetically altered lymphocytes, and remained disease-free over one year. One month after receiving gene therapy, all patients in the last two groups still had 9 percent to 56 percent of their TCR-expressing lymphocytes. There were no toxic side effects attributed to the genetically modified cells in any patient.

Approaches to increase the function of the engineered TCRs -- including the development of TCRs that can bind to tumor cells more tightly -- and to further optimize delivery methods using retroviruses are under investigation. In addition, the researchers believe it may be beneficial to further modify lymphocytes by inserting molecules that assist in directing lymphocytes to cancerous tissues. Clinical trials are being conducted to enhance treatment effectiveness using total body radiation therapy to deplete a patient's supply of non-altered lymphocytes before replacing them with purely engineered cells. The researchers also have isolated TCRs that recognize common cancers other than melanoma.

"We are currently treating advanced melanoma patients using adoptive transfer of genetically altered lymphocytes, and we have now expressed other lymphocyte receptors that recognize breast, lung, and other cancers," said Rosenberg.

"These very exciting successes in treating advanced melanoma bring hope that this type of gene therapy, altering lymphocytes, could be used in many types of common cancers and could be achievable in the near future," said Acting NCI Director John E. Niederhuber, M.D. He acknowledged Rosenberg for his persistent and visionary study of the role of the immune system in the treatment of cancer. "He is one of the leaders we all look to for moving us forward," Niederhuber said.

"Ces succès très excitants dans le traitement du mélanome avancé apporte l'espoir que ce type de thérapie génétique, l'altération des lymphocytes, pourrait être utilisé dans plusieurs types communs de cancers dans un futur proche" dit John E. Niederhuber. Il remercie Rosenberg pour son travail persistent et visonnaire sur le rôle du système immunitaire dans le traitement du cancer "Il est un des leaders que nous recherchons pour nous faire progresser" dit Niederhuber.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15775
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Explications sur la thérapie génique.   Ven 1 Sep 2006 - 13:55



Notre système immunitaire ne tue pas les tumeurs. Les cellules cancéreuses sont nos propres cellules qui ont changé et sont devenus malignes mais le système immunitaire les reconnait encore comme nos propres cellules.

Les scientifiques travaillent sur un moyen de faire que notre système immunitaire combatte le cancer. Un moyen pour faire ça est de prendre les cellules T du patient, les cellules blanches qui peuvent reconnaitre et attaquer des envahisseurs étrangers et les modifier génétiquement.
Après avoir modifier les cellules T du patient, ils les lui remettent pour voir si les celllules modifiés T vont chercher les cellules cancéreuses et tuer les tumeurs. Une étude a été faite sur 17 patients avec le mélanome avancé . Tous les traitements conventionnels pour cette maladie avaient déja échoué pour ces patients.

Dans le cas de 2 des 17 patients, le traitement a marché et le cancer a disparu. Les autres 15 toutefois n'ont eu aucun bénéfice dans le traitement. La découverte toutefois excite les experts et leur donne de l'espoir.

Les scientifiques sont confiants que la thérapie génique pourrait être la clé pour guérir un grand nombre de maladies majeures.

Je me demande pourquoi seulement 2 des patients. Pourquoi pas les autres 15 ? Un des chanceux qui a répondu au traitement était Mark Origer de Watertown, Wisconsin. Mark pensait qu'il allait mourrir de son mélanome avancé avant que sa fille soit mariée. Il a vu son rêve se réaliser lorsqu'il a pu descendre l'allée avec sa fille au bras.


Dernière édition par Denis le Mar 10 Jan 2012 - 16:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15775
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: La lutte contre le cancer entre dans une nouvelle ère.   Ven 1 Sep 2006 - 13:07

La lutte contre le cancer entre dans une nouvelle ère.

Des chercheurs américains sont parvenus à stopper le développement et même à faire régresser des tumeurs cancéreuses chez 17 personnes atteintes d'un cancer de la .

En effet, une équipe de l'institut national du cancer des États-Unis a créé cellules immunitaires génétiquement modifiées qui identifient et attaquent les cellules cancéreuses.

Deux hommes atteints de ce cancer à un stade avancé sont même en complète rémission à la suite de ce traitement qui utilise leurs propres globules blancs.

Les quinze autres n'ont pas obtenu des résultats aussi significatifs, les mélanomes étant toujours présents malgré la présence des cellules modifiées.

Ces résultats sont les premiers à montrer que la thérapie génique peut être utilisée avec succès pour traiter le cancer. Nous espérons maintenant qu'elle pourra être utilisée pour traiter d'autres cancers communs, comme celui du sein et du poumon. — Elias A. Zerhouni

Les chercheurs espèrent maintenant qu'ils pourront ajuster leur traitement afin de mieux l'adapter aux cancers du sein, du foie et des poumons.

Les cancers de la peau sont communs. En 2005, près de 85 000 nouveaux cas ont été diagnostiqués au Canada.


Dernière édition par Denis le Mar 10 Jan 2012 - 16:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15775
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Explications sur la thérapie génique.   Jeu 31 Mar 2005 - 13:41

P our progresser dans la lutte contre le cancer, un groupe de scientifiques américains de premier plan propose un projet dont l’ampleur dépasse celle du séquençage du génome humain. Il s’agirait de créer une banque de données des mutations qui induisent les cancers via le séquençage de l’ADN de milliers de tumeurs cancéreuses.
reste de l'article
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15775
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Explications sur la thérapie génique.   Jeu 31 Mar 2005 - 9:34

Définition d'un gène : "unité élémentaire de l'information génétique, contenue dans l'ADN des chromosomes".

Méthode d'introduction d'un gène étranger (transfection) : pour qu'un gène puisse pénétrer dans une cellule étrangère, il faut le transporter par l'intermédiaire d'un vecteur qui, lui, peut rentrer dans une cellule. Le vecteur capable de pénétrer dans la cellule est le plus souvent (mais non exclusivement) un virus. Ce sont des micro-organismes, qui à l'inverse d'une bactérie, ne sont constitués que d'un fragment de la cellule. Les virus ont besoin de parasiter une cellule pour se reproduire. Ils ont donc la faculté d'entrer dans certaines cellules, en se fixant sur des récepteurs spécifiques. Dans la thérapie génique, on utilise un virus inactivé, donc inoffensif, porteur du gène que l'on veut introduire.


Plusieurs techniques sont en cours d'étude
Stimulation des réactions de défense normales :
• Injection dans les lymphocytes d'un gène exprimant une substance qui détruira les cellules cancéreuses, appelée cytokine.
• La cytokine la plus souvent utilisée est l'Interleukine II.
• Des essais sont en cours dans des récidives locales, tel le cancer des bronches.
• Injection dans la cellule tumorale d'un gène augmentant l'antigénicité de la cellule afin d'augmenter les réactions de défense immunitaire : le résultat en est une approche de la vaccination active.
• Des essais sont en cours dans le mélanome.

Injection dans la cellule tumorale d'une enzyme la rendant sensible à un agent toxique : technique du gène "suicide".
Exemple : transfection dans les cellules tumorales d'un gène pour une partie d'un virus de l'herpès, ce virus rendra sensible la cellule à un médicament antiviral, le Gancyclovir. On administre ensuite le Gancyclovir, qui détruira les cellules transfectées et celles-ci infecteront à leur tour les cellules tumorales voisines. Plusieurs essais dans le monde sont en cours, en particulier dans des tumeurs cérébrales inopérables et déjà irradiées.

Injection dans les cellules tumorales d'un gène suppresseur p53 : Le gène suppresseur p53 est un gène existant dans les cellules normales, mais qui a subi une "mutation" (ou modification) dans un grand nombre de cancers humains. Le gène p53 normal est un véritable gardien du génome qui intervient dans la régulation du cycle de la cellule. En cas de mutation de ce gène, une prolifération cellulaire incontrôlée se déclenche, provoquant un cancer. L'introduction d'un gène p53 " sauvage " ou naturel, a donc un effet antiprolifératif. Les premiers essais de thérapie génique par la p53 dans des cancers bronchiques sont encourageants.


Dernière édition par Denis le Lun 14 Mai 2012 - 8:01, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Explications sur la thérapie génique.   Aujourd'hui à 4:07

Revenir en haut Aller en bas
 
Explications sur la thérapie génique.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une nouvelle thérapie génique basée sur un virus.
» thérapie génique pour lutter contre le VIH
» Explications sur la thérapie génique.
» Chiens aveugles recouvrant la vue par la thérapie génique
» Utilisation du Sida pour soigner une leucémie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ESPOIRS :: Cancer :: recherche-
Sauter vers: