AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Pour le cancer du foie, vers un nouveau traitement.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15767
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Pour le cancer du foie, vers un nouveau traitement.   Sam 26 Mar 2016 - 12:01

Scientists at the Children's Medical Center Research Institute at UT Southwestern (CRI) report that inactivating a certain protein-coding gene promotes liver tissue regeneration in mammals.

"This research gives us ideas about new ways to treat liver damage or chronic liver disease," said senior author Dr. Hao Zhu, an Assistant Professor at CRI with joint appointments in Internal Medicine and Pediatrics at UT Southwestern Medical Center. The study was published this week in the journal Cell Stem Cell.

Tails in lizards and arms in starfish show an astounding ability to regrow, but mammals have partially lost the capacity to extensively regenerate body parts, Dr. Zhu said. The liver is unique among human solid organs in its robust regenerative capability. A healthy liver can regenerate up to 70 percent of its tissue after injury, he explained.

However, when the liver has been repeatedly damaged -- by chemical toxins or chronic disease -- it loses its ability to regenerate. Following repeated injuries, cirrhosis or scar tissue forms, greatly increasing the risk of cancer, said Dr. Zhu, who also treats liver cancer patients at Parkland Memorial Hospital. The Zhu laboratory studies both regeneration, when cells proliferate to repair an organ, and cancer, when cells proliferate out of control.

The National Cancer Institute (NCI) reports that liver cancer deaths increased at the highest rate of all common cancers from 2003-2012. In addition to cirrhosis, risk factors for liver cancer include infections caused by the hepatitis C virus (HCV), liver damage from alcohol or other toxins, chronic liver disease, and certain rare genetic disorders.

Dr. Zhu began his investigation by studying a mouse that lacked Arid1a, the mouse version of a gene associated with some human cancers.

"In humans, the gene ARID1A is mutated in several cancers, including liver cancer, pancreatic cancer, breast cancer, endometrial cancer, lung cancer, the list goes on," Dr. Zhu said. "It is not mutated in every type of cancer, but in a significant number. Those mutations are found in 10 to 20 percent of all cancers, and the mutations render the gene inactive."

Based on this association, the researchers hypothesized that mice lacking Arid1a would develop liver damage and, eventually, liver cancer. They were surprised when the opposite proved to be the case -- no liver damage occurred. In fact, livers of the mice regenerated faster and appeared to function better, he added.

"The livers were resistant to tissue damage and healed better, which are two good things -- like playing offense and defense at the same time," he said. "These results opened up a whole new avenue of investigation for us, and through that investigation we found a new function for this gene."

On observation, livers in the mice without the gene appeared healthier. Blood tests confirmed improved liver function. When researchers deleted the gene in mice with various liver injuries, they found that the livers replaced tissue mass quicker and showed reduced fibrosis in response to chemical injury. Also, other tissues such as wounded skin healed faster in Arid1a-deficient mice.

No drugs are currently available to mimic a lack of this protein, although the researchers are using a grant from the Cancer Prevention and Research Institute of Texas (CPRIT) to search for one.

"We want to identify small molecules that mimic the effect of these genetic findings. The ideal drug would be one that helps the liver heal while inhibiting the development of cancer. That would be the perfect drug for my patients," said Dr. Zhu, a CPRIT Scholar in Cancer Research.

Dr. Zhu said loss of the gene and the protein it expresses may accelerate regeneration by reorganizing how genes are packaged in the genome so that the cells can more easily switch back and forth toward a more regenerative state, sort of like a toggle switch.

"Somehow, loss of this gene seems to make it easier for the cell to go back and forth," he said. "This study opens up new areas to investigate how to rejuvenate tissues without necessarily increasing cancer risk, although many more tests will have to be done to determine how the risk of all types of liver cancers are altered."

---

Les scientifiques du Centre médical de l'Institut de recherche de l'enfance à l'UT Southwestern (CRI) rapportent que d'inactiver un certain gène codant pour la protéine favorise la régénération des tissus du foie chez les mammifères.

«Cette recherche nous donne des idées sur de nouvelles façons de traiter des lésions du foie ou d'une maladie chronique du foie", a déclaré l'auteur principal, le Dr Hao Zhu, professeur adjoint au CRI avec des nominations conjointes en médecine interne et de pédiatrie à l'UT Southwestern Medical Center. L'étude a été publiée cette semaine dans la revue Cell Stem Cell.

Les queues des lézards et les bras des étoiles de mer montrent une étonnante capacité à repousser, mais les mammifères ont partiellement perdu la capacité de régénérer abondamment les parties du corps, le Dr Zhu a dit. Le foie est unique parmi les organes solides humains dans sa capacité de régénération robuste. Un foie sain peut régénérer jusqu'à 70 pour cent de son tissu après une blessure, at-il expliqué.

Toutefois, lorsque le foie a été endommagé à plusieurs reprises - par des toxines chimiques, ou d'une maladie chronique - il perd sa capacité à se régénérer. Après des formes répétées blessures, de cirrhose ou de tissu cicatriciel, ce qui augmente considérablement le risque de cancer, a déclaré le Dr Zhu, qui traite également les patients atteints de cancer du foie à l'hôpital Parkland Memorial. Les études de laboratoire Zhu tant de régénération, lorsque les cellules prolifèrent pour réparer un organe, et le cancer, lorsque les cellules prolifèrent hors de contrôle.

Le National Cancer Institute (NCI) rapporte que les décès par cancer du foie ont augmenté au taux le plus élevé de tous les cancers communs de 2003 à 2012. En plus de la cirrhose, les facteurs de risque du cancer du foie incluent les infections causées par le virus de l'hépatite C (VHC), des lésions du foie à partir de l'alcool ou d'autres toxines, les maladies hépatiques chroniques et de certaines maladies génétiques rares.

Dr Zhu a commencé sa recherche en étudiant une souris qui manquait Arid1a, la version de la souris d'un gène associé à certains cancers humains.

«Chez l'homme, le ARID1A de gène est muté dans plusieurs cancers, dont le cancer du , le cancer du , le cancer du , cancer de l'endomètre, cancer du , la liste continue», a déclaré le Dr Zhu. «Il n'a pas été muté dans tous les types de cancer, mais dans un nombre significatif. Ces mutations sont trouvées dans 10 à 20 pour cent de tous les cancers et les mutations rendent le gène inactif».

Sur la base de cette association, les chercheurs ont émis l'hypothèse que les souris dépourvues Arid1a élaboreraient des dommages au foie et, éventuellement, le cancer du foie. Ils ont été surpris quand le contraire s'est avéré être le cas - Il n'y a pas eu de dommages au foie. En fait, le foie des souris s'est régénéré plus rapidement et semblaient fonctionner mieux, at-il ajouté.

"Les foies sont résistants à des lésions tissulaires et guérissent  mieux, qui sont deux bonnes choses - c'est comme jouer pour attaque et la défense dans le même temps," at-il dit. "Ces résultats ont ouvert une nouvelle avenue de l'enquête pour nous, et à travers cette enquête, nous avons trouvé une nouvelle fonction pour ce gène."

Sur l'observation, le foie chez les souris sans le gène est apparu plus sain. Des tests sanguins ont confirmé l'amélioration de la fonction hépatique. Lorsque les chercheurs ont supprimé le gène chez la souris avec diverses blessures du foie, ils ont constaté que le foie a remplacé la masse de tissu plus rapidement et a montré une réduction de la fibrose en réponse à une lésion chimique. En outre, d'autres tissus tels que la peau blessée guéries plus rapidement chez les souris déficientes en Arid1a.

Aucun médicament n'est actuellement disponible pour imiter un manque de cette protéine, bien que les chercheurs utilisent une subvention de la prévention du cancer et de l'Institut de recherche du Texas (CPRIT) pour en rechercher un.

"Nous voulons identifier de petites molécules qui imitent l'effet de ces résultats génétiques. Le médicament idéal serait celui qui aide le foie à guérir tout en inhibant le développement du cancer. Ce serait le médicament parfait pour mes patients», a déclaré le Dr Zhu, un CPRIT Scholar dans Cancer Research.

Dr Zhu a déclaré que la perte du gène et de la protéine qu'il exprime peut accélérer la régénération en réorganisant comment les gènes sont emballés dans le génome de telle sorte que les cellules peuvent plus facilement basculer vers un état plus régénératif, un peu comme un interrupteur à bascule.

«D'une certaine manière, la perte de ce gène semble rendre plus facile pour la cellule d'aller et venir," at-il dit. «Cette étude ouvre de nouvelles zones pour enquêter sur la façon de rajeunir les tissus sans nécessairement augmenter le risque de cancer, bien que beaucoup d'autres tests devront être effectuées pour déterminer comment le risque de tous les types de cancers du foie sont modifiés."


voir aussi http://espoirs.forumactif.com/t2177-inhibiteurs-de-lhr-1

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15767
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Pour le cancer du foie, vers un nouveau traitement.   Jeu 3 Mai 2012 - 13:58

(May 2, 2012) — The combination of two inhibitors of protein mTOR stops the growth of primary liver cancer and destroys tumour cells, according to a study by researchers of the Group of Metabolism and Cancer at Bellvitge Biomedical Research Institute (IDIBELL). The study results are been published on the online edition of the journal Science Translational Medicine.

La combinaison de deux inhibiteurs de mTOR arrête la croissance des tumeurs du cancer du et détruit les cellules cancéreuses, selon une étude

(...)

The study led by IDIBELL researchers compared the effects in mice of two inhibitors of mTOR. The first was a derivative of rapamycin, called everolimus (RAD001), which is already used as an immunosuppressant and to treat specific cancers. The second is a new generation drug that inhibits mTOR called BEZ235.

L'étude conduite par les chercheurs d'IDIBELL compare les effets chez les souris de deux inhibiteurs de mTOR. Le premier a été dérivé de la rapamacine et s'appelle everolimus (RAD001) et est déja en usage comme immunosupresseur pour traiter divers cancers. Le second est un médicament de nouvelle génération d'inhibiteur de mTOR appelé BEZ235.

During the study, researchers found unexpectedly that the combination of the two drugs had a more potent effect than any of the two drugs separately. Coadministration of BEZ235 and RAD001 limits the development of tumour and causes the self-destruction of tumour cells.

Les chercheurs ont découvert par hasard que la combinaison des deux médicaments avait plus de potentiel que chacun pris séparément.

Based on these results a clinical trial, funded by Novartis, has started in the United States to evaluate the efficacy of the combination of these two inhibitors of mTOR in humans. The study coordinator, Sara Kozma, noted that "because rapamycin and its derivatives are already approved for the treatment of other diseases, their combination to BEZ235, would be a rapid strategy to test the efficacy of this drug and fast track its approval for clinical use."

Basé sur ces résultats, un essai clinique fait par Novartis a débuté aux États-unis pour évaluer l'efficacité de la combinaison de ces médicaments. Parce que la rapamycine et ses dérivés sont déja approuvés pour le traitement d'autres maladies, la combinaison avec BEZ235 sera plus rapide et le fast track appliqué.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15767
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Pour le cancer du foie, vers un nouveau traitement.   Ven 9 Mar 2012 - 16:58

Le mécanisme par lequel l’alcool augmente le risque de cancer est de mieux en mieux compris.

Une étude américaine révèle comment l’alcool peut induire la transformation de cellules saines du ou du en cellules cancéreuses. Ces travaux montrent en effet que, dans ces cellules, l’alcool conduit à la formation de lésions du matériel génétique potentiellement cancérigènes.

Les cellules du sein et du foie produisent un enzyme nommé « alcool déshydrogénase 1B ». Cet enzyme est impliqué dans la dégradation de l’alcool (ou plus exactement dans celle de l’éthanol) : il conduit à la synthèse de molécules d’acétaldéhyde à partir des molécules d’éthanol qui pénètre dans les cellules. Or, les acétaldéhydes peuvent endommager l’ADN cellulaire.

Les chercheurs américains ont reproduit ce phénomène in vitro, en exposant des cellules humaines à des quantités d’alcool correspondant à celles auxquelles nos cellules sont exposées après une consommation « modérée » de boissons alcoolisées. Ils ont pu observer la formation d’acétaldéhyde, celles de lésions de l’ADN ainsi que la mise en route d’un système de réparation de ces lésions.

Les cellules sont en effet équipées de « systèmes de sécurité » qui détectent et réparent toute atteinte à l’intégrité de leur matériel génétique. Mais il arrive que ces systèmes se dérèglent ou ne fonctionnent plus. Dans de telles situations, les lésions de l’ADN induites par des substances comme l’acétaldéhyde peuvent conduire à la transformation des cellules saines en cellules cancéreuses.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15767
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Pour le cancer du foie, vers un nouveau traitement.   Mar 4 Avr 2006 - 18:03

Selon les chercheurs du centre médical de l'université Duke et de l'école de médecine de l'université John Hopkins, l'activité de cellules importantes dans le développement embryonnaire et dans la réponse du foie à des atteintes de celui-ci, conduit au cancer du foie.

Cette découverte, selon le Dr Jason Sicklick, M.D auteur principal de l'étude, fait espérer qu'un traitement ciblé pourra traiter le cancer du foie. Des travaux de laboratoires expérimentaux montrent qu'en bloquant ce mécanisme de réparation on tue les cellules cancéreuses tout en laissant intactes les cellules normales saines.

Selon cet auteur, il n'y a actuellement pas de bonne chimiothérapie du cancer du foie et une grande partie des personnes atteintes de la maladie sont trop atteintes pour que la chirurgie puisse enlever les tumeurs. Il y a donc un souhait désespéré de trouver des traitements effectifs anti cancer pour ces patients atteints de cette maladie.

Les résultats de cette étude seront publiés le 4 avril 2006 dans la revue médicale Carcinogenesis. La recherche a été sponsorisée par l'institut national de la santé. Le même mécanisme a été également relié à certains cancers du , des muscles et de la et a été récemment impliqué dans les cancers du , de l'oesophage, des et de la .

Ce mécanisme de réparation peut conduire au cancer du foie et à d'autres cancers à cause sa sur activation. Habituellement ce procédé est très régulé mais apparemment dans certains cas il se dérègle et conduit au cancer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Pour le cancer du foie, vers un nouveau traitement.   Aujourd'hui à 12:25

Revenir en haut Aller en bas
 
Pour le cancer du foie, vers un nouveau traitement.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» vers un nouveau traitement contre le paludisme ?
» nouveau traitement apnée
» Nouveau traitement à l'abilify... (Aripiprazole)
» Un nouveau traitement pour les myélomes
» Un nouveau traitement pour les TOC

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ESPOIRS :: Cancer :: recherche-
Sauter vers: