AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Les protéines hsp90 et hsp70

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16505
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Les protéines hsp90 et hsp70   Jeu 31 Aoû 2017 - 8:53

Using a combination of computational and experimental techniques, a research team at the University of Massachusetts Amherst led by molecular biologist Lila Gierasch has demystified the pathway of interdomain communication in a family of proteins known as Hsp70s - a top target of dozens of research laboratories trying to develop new anti-cancer drugs, antibiotics and treatments for Alzheimer's and Parkinson's diseases.

Gierasch says, "This one presented us with quite a scientific challenge, because all the techniques we usually use to look at communication between the different domains in proteins get stuck when the targets are flexible and not rigid, and the interdomain linker in Hsp70s is very flexible. We had to be clever in our approach." Details are in the Journal of Biological Chemistry.

As she explains, heat shock proteins in the Hsp70 family - molecular weight 70 - are "a really important class of molecular chaperones that have many important jobs in the cell, including binding to client proteins to assist their folding, or to keep them from pathologically aggregating, or to keep them unfolded so they can pass threadlike through a membrane."

She describes the three parts of a folded Hsp70 protein as a nucleotide-binding domain and substrate-binding domain linked by a "mysterious" interdomain linker, which becomes part of the structure when a small molecule, adenosine triphosphate (ATP), binds to the Hsp70. When ATP releases energy for the cell's use, it changes to adenosine diphosphate (ADP). "You can think of this molecular machine like a Rube Goldberg apparatus," she notes. "We've known for years that the little linker that connects the two domains is important, and when ATP is present it is a part of the two-domain collapsed structure. But with ADP present, the domains move independently. The linker's role in this case was unknown, and posed a puzzle that was very hard to figure out."

Faced with limited direct experimental methods to watch the linker's movements, Gierasch and postdoctoral researcher Charles English, collaborating with adjunct faculty member Woody Sherman, also CSO of Silicon Therapeutics, Boston, conducted a computational study to understand the range of possible linker positions. They used a technique called molecular dynamics, which uses Newton's equations of motion to simulate how atoms and molecules move. This was aided by the massive computing power of graphics processing units and the nearby multi-university Massachusetts Green High Performance Computing Center in Holyoke.

Gierasch says Wenli Meng, a master of nuclear magnetic resonance (NMR) techniques, obtained NMR data that validated the simulations. The linker is just 12 amino acids long, and Meng was able to directly extract linker information from among 636 amino acids. "That was a significant contribution to our work," she notes. "It gave us an experimental fingerprint to compare with what the computer simulation said, and we were delighted by the tight agreement. The combination of NMR data with our simulations made our findings much stronger. Integration of multiple disciplines is greatly advancing life sciences research like this."

She reports, "It turns out that when you look at this linker carefully, it's like a universal joint in a car." For Gierasch, who rebuilt an MG from parts as a graduate student, this analogy is not as unlikely as one might think. "In the driveshaft mechanism, there are rigid pieces connected by joints, and that's what this linker has, three rigid pieces connected by flexible hinges. The result is that the two domains tethered by the linker have restricted rotation with respect to each other. So this protein linker is not like a noodle or piece of yarn. It is rigid in some places yet flexible in others, and, to facilitate proper function of the chaperone, it can twist in ways that facilitate the chaperone's mechanism, but it can't go everywhere."

An "unanticipated bonus" she adds, is discovering that the linker made frequent pauses at a pocket on the substrate-binding domain, "that gives you a potential binding site to target with a drug. We didn't know about this little pocket before, but now we can imagine a way to stop the chaperone-assisted folding cycle by designing a little molecule that will bind at that site."

Gierasch acknowledges that this advance is, by itself, just one step in a long process, in fact one she has been working out for decades. "But that's how science works, one step at a time. With each piece of the puzzle you put in, it clarifies the larger picture." She and co-authors write that enhanced understanding of the interdomain linker's role they have now characterized "fills one more gap in comprehending how these molecular machines perform their myriad physiological functions." This work should be useful for research on Hsp70 targets for cancer, Alzheimer's and Parkinson's disease and developing new antibiotics, they add.

"In addition, seemingly flexible linkers are widespread in signaling molecules in biology, and our work illustrates the importance of studying the roles of these ostensibly flexible units in depth. Delineating their conformational landscapes will shed light on how they may relay information from one region of a molecule to another."

Gierasch adds, "It's said that cancer cells are absolutely addicted to Hsp70s because they are making many proteins in large quantity, and these chaperones are greeting every newly synthesized protein and facilitating their adoption of a proper structure, which is why people are so interested in them. If you inhibit them you would slow the growth of cancers. The problem is that you also would make some other cells sick." Also, new antibiotics might be developed from inhibiting specific bacterial Hsp70s, and because Hsp70s help to protect cells against protein aggregation, inhibiting or manipulating them might lead to new treatments for the rare diseases resulting from protein clumping.

---

À l'aide d'une combinaison de techniques de calcul et expérimentales, une équipe de recherche de l'Université du Massachusetts Amherst, dirigée par la biologiste moléculaire Lila Gierasch, a démystifié la voie de la communication interdomainale dans une famille de protéines connue sous le nom de Hsp70s - une cible majeure de dizaines de laboratoires de recherche essayant de développer de nouveaux médicaments anticancéreux, des antibiotiques et des traitements contre la maladie d'Alzheimer et les maladies de Parkinson.

Gierasch dit: «Ceci a présenté un défi tout à fait scientifique, car toutes les techniques que nous utilisons habituellement pour observer la communication entre les différents domaines dans les protéines restent bloquées lorsque les cibles sont flexibles et non rigides, et le linker interdomain dans Hsp70s est très flexible. Nous devions être intelligents dans notre approche. " Les détails sont dans le Journal of Biological Chemistry.

Comme elle l'explique, les protéines de choc thermique dans la famille Hsp70 - poids moléculaire 70 - sont "une classe vraiment importante de chaperons moléculaires qui ont de nombreux emplois importants dans la cellule, y compris la liaison aux protéines clientes pour faciliter leur pliage ou pour les protéger de l'agrégat pathologique ou les garder déployés afin qu'ils puissent passer à travers une membrane ".

Elle décrit les trois parties d'une protéine plieuse Hsp70 en tant que domaine de liaison aux nucléotides et un domaine de liaison au substrat lié par un lieur interministériel "mystérieux" qui devient une partie de la structure lorsqu'une petite molécule, un triphosphate d'adénosine (ATP), se lie à la Hsp70. Lorsque l'ATP libère de l'énergie pour l'utilisation de la cellule, elle évolue vers le diphosphate d'adénosine (ADP). "Vous pouvez penser à cette machine moléculaire comme un appareil Rube Goldberg", note-t-elle. "Nous savons depuis des années que le petit linker qui relie les deux domaines est important, et lorsque l'ATP est présent, deux domaines s'effondrent l'un sur l'autre. Mais avec ADP présent, les domaines se déplacent indépendamment. Le rôle du linker dans ce cas était inconnu et posait un casse-tête qui était très difficile à comprendre. "

Face à des méthodes expérimentales directes limitées pour surveiller les mouvements du linker, Gierasch et le chercheur post-docteur Charles English, en collaboration avec le membre adjoint du corps professoral Woody Sherman, également CSO de Silicon Therapeutics, Boston, ont mené une étude de calcul pour comprendre la gamme des positions de liaison possibles. Ils ont utilisé une technique appelée dynamique moléculaire, qui utilise les équations de mouvement de Newton pour simuler la façon dont les atomes et les molécules se déplacent. Cela a été aidé par le pouvoir de calcul massif des unités de traitement graphique et le centre de calcul à haute performance du Massachusetts Green High-University à Holyoke.

Gierasch dit que Wenli Meng, un maître des techniques de résonance magnétique nucléaire (RMN), a obtenu des données RMN qui ont validé les simulations. Le lieur n'a que 12 acides aminés de longueur, et Meng a pu extraire directement des informations du linker parmi 636 acides aminés. "Cela a été une contribution importante à notre travail", note-t-elle. "Cela nous a donné une empreinte expérimentale pour comparer avec ce que la simulation informatique a dit, et nous avons été ravis de l'accord serré. La combinaison des données RMN avec nos simulations a rendu nos résultats beaucoup plus forts. L'intégration de multiples disciplines favorise grandement la recherche en sciences de la vie."

Elle rapporte: "Il s'avère que lorsque vous regardez attentivement ce lien, c'est comme un joint universel dans une voiture". Pour Gierasch, qui a reconstruit une MG à partir de pièces en tant qu'étudiant diplômé, cette analogie n'est pas aussi peu probable qu'on pourrait penser. "Dans le mécanisme de l'arbre d'entraînement, il existe des pièces rigides reliées par des joints, et c'est ce que possède ce lien, trois pièces rigides reliées par des charnières flexibles. Il en résulte que les deux domaines attachés par le lieur ont une rotation restreinte l'un par rapport à l'autre. Ce linker de protéines n'est pas comme une nouille ou un morceau de fil. Il est rigide dans certains endroits et souple dans d'autres et, pour faciliter le bon fonctionnement du chaperon, il peut se tordre de manière à faciliter le mécanisme du chaperon, mais il ne peut pas aller partout ".

Un "bonus imprévu", ajoute-t-elle, découvre que le lieur a fait des pauses fréquentes à une poche sur le domaine de liaison au substrat ", qui vous donne un site de liaison potentiel pour cibler avec un médicament. Nous ne connaissions pas cette petite poche avant , Mais maintenant, nous pouvons imaginer un moyen d'arrêter le cycle de pliage assisté par chaperon en concevant une petite molécule qui se liera dans ce site ".

Gierasch reconnaît que cette avancée n'est, en soi, qu'une étape dans un long processus, en fait, elle travaille depuis des décennies. "Mais c'est ainsi que la science fonctionne, un pas à la fois. Avec chaque pièce du puzzle que vous avez mis, elle clarifie la plus grande image". Elle et ses co-auteurs écrivent qu'une meilleure compréhension du rôle du relieur interdomain qu'ils ont maintenant caractérisé " cela comble une autre lacune dans la compréhension de la façon dont ces machines moléculaires exercent leur myriade de fonctions physiologiques". Ce travail devrait être utile pour la recherche sur les cibles Hsp70 pour le cancer, la maladie d'Alzheimer et la maladie de Parkinson et le développement de nouveaux antibiotiques, ajoutent-ils.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16505
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Les protéines hsp90 et hsp70   Mer 22 Avr 2015 - 14:02

SANTÉ - Un nouveau traitement ciblant une protéine clé pour la formation de nombreuses protéines nécessaires à la croissance des tumeurs, a prolongé la vie de malades atteints d'un cancer avancé du , un progrès jugé prometteur par les chercheurs qui ont présenté cette étude lundi.

Bloquer cette protéine appelée Hsp90 permet de neutraliser simultanément un grand nombre de différentes protéines sans lesquelles une tumeur cancéreuse peut proliférer. L'essai clinique de phase 2 avec ce nouvel agent anticancéreux appelé Ganetespid a été mené avec 252 malades. La moitié de ces patients a été traitée avec du Ganetespid combiné à une chimiothérapie et l'autre moitié avec seulement de la chimiothérapie.

Augmentation des chances de survie

Ceux dans le groupe du Ganetespid ont eu une survie de 9,8 mois en moyenne comparativement à 7,4 mois dans l'autre groupe, une différence de deux mois et demi jugée significative pour ce type de cancer avancé. Si ces résultats sont confirmés par un essai clinique de phase 3 en cours, il s'agira du premier traitement permettant d'améliorer la survie de ces malades depuis une décennie.

Chez des malades dont le cancer avancé du poumon avait été diagnostiqué au moins six mois avant le début du traitement, le gain de survie avec le Ganetespid et une chimiothérapie a été de 67% comparativement au groupe témoin, soit 10,7 mois (valeur médiane) contre 6,4 mois.

En outre, cette thérapie pourrait agir chez des malades qui développent des mutations rendant leur cancer résistant au anticancéreux ciblés traditionnels. Ceci s'explique par le fait que la neutralisation de la protéine Hsp90 bloquerait également le fonctionnement des protéines mutantes.

Un progrès significatif

"C'est la première étude clinique qui démontre l'efficacité d'un inhibiteur de la protéine Hsp90 chez des patients atteints d'un cancer avancé du poumon", a souligné le docteur Suresh Ramalingam, professeur de cancérologie au Winship Cancer Institute à l'Université Emory à Atlanta (Georgie, États-Unis), qui a mené cet essai présenté à la conférence annuelle de l'American Society of Clinical Oncology (ASCO) réunie à Chicago (Illinois, nord).

"Nous espérons que l'essai clinique de phase 3 en cours va confirmer ces résultats car les malades atteints de cette forme de cancer à ce stade de développement ont, sans attendre, besoin de traitements plus efficaces", a-t-il ajouté.

L'Adénocarcinome est le type le plus fréquent de cancer du poumon et compte pour environ 45% des 170.000 cancers du poumon "non à petites cellules" diagnostiqués chaque année aux Etats-Unis.

Des progrès dans les thérapies de seconde intention contre le cancer avancé du poumon stagnent depuis dix ans. Ainsi l'allongement de la survie observée avec le Ganetespid est significatif, selon ces chercheurs. Le Ganetespid a été développé par le laboratoire américain Synta.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16505
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Les protéines hsp90 et hsp70   Mer 10 Avr 2013 - 9:22

Un étudiant de 16 ans de Calgary, dans l'ouest du Canada, a reçu mardi un prix pour ses recherches sur une thérapie utilisant des nanoparticules d'or qui, injectées à un cancéreux et chauffées, tuent les cellules malades, a annoncé le laboratoire français Sanofi, promoteur du prix.

Le lycéen d'origine indienne Arjun Nair, élève de l'Académie Webber à Calgary, a fait avancer cette thérapie par photothermie, en démontrant qu'un antibiotique (17-AAG) pouvait permettre de contrer les défenses des cellules cancéreuses contre les «nanoprojectiles» et rendre le traitement plus efficace.

L'un des problèmes réduisant l'efficacité de la photothermie dans la lutte contre les tumeurs est la défense de ces dernières, qui produisent des «protéines du stress» pour se protéger contre la chaleur.

Arjun Nair a reçu le premier prix de 5000 dollars de l'édition 2013 du concours baptisé Sanofi BioGENEius Challenge Canada, attribué par un comité de chercheurs réunis à Ottawa au siège du Conseil national de recherches du Canada (CNRC), sous la présidence du Dr Luis Barreto, ancien vice-président de Sanofi Pasteur.

Arjun Nair a reçu aussi un prix spécial pour le projet ayant le plus grand potentiel commercial.

Le jeune chercheur a passé deux années a travailler sur son idée. L'an dernier, il a pu utiliser les installations de deux laboratoires de l'université de Calgary et profiter de conseils de leurs dirigeants, Simon Trudel et David Cramb, une faveur rarissime pour un élève du secondaire.

Interrogé par l'AFP, il a dit s'être intéressé à son sujet après que sa grand-mère avait appris qu'elle souffrait d'un cancer. «Elle a beaucoup souffert pendant la thérapie, donc j'ai commencé à étudier les cancers en général et j'ai lu beaucoup de choses sur les traitements», a-t-il dit.

En même temps, il a remarqué que ces traitements occupaient une place importante dans les concours scientifiques au Canada et a décidé de relever le défi lui-même.

Au total, 208 élèves du secondaire travaillant sur 123 projets, tous développés avec des professionnels dans des laboratoires, ont participé à la compétition annuelle.

Arjun Nair a pu procéder à des tests pour démontrer la viabilité de la thérapie. Un modèle mathématique a également été développé pour évaluer le traitement synergique sur le plan théorique.

Il faudra encore des recherches pour que la méthode esquissée par Nair puisse atteindre l'étape de la commercialisation. Mais il affirme qu'il s'agit d'une perspective réaliste qu'il souhaite continuer à développer.

«C'est le départ d'une fantastique carrière de recherche pour ce jeune homme», a dit Jon Fairest, président de Sanofi Canada, après lui avoir remis son prix.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16505
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Les protéines hsp90 et hsp70   Mar 26 Fév 2008 - 22:42

Université McGill


Une certaine protéine doit être ciblée afin de combattre efficacement les tumeurs malignes du réseau vasculaire de l'oeil, affirme la Dre Dana Faingold, de l'Institut de recherche du Centre universitaire de santé McGill.

Le mélanome oculaire est rarement détecté avant qu'il ne soit suffisamment gros pour troubler la vision et générer des métastases.

De plus, la chimiothérapie est peu efficace pour combattre ce cancer, qui est ainsi considéré comme particulièrement redoutable.

Avoir l'oeil à l'oeil

Au cours de ses travaux de doctorat, la Dre Faingold a montré que, pour combattre efficacement les tumeurs malignes du réseau vasculaire de l'oeil, il fallait viser la protéine Heat-Shock 90 (HSP 90).

Cette protéine est déjà une cible thérapeutique dans plusieurs autres cancers, puisqu'elle permet de guider d'autres protéines dans leurs activités et qu'elle est au coeur d'un ensemble de réactions biochimiques.

Ainsi, en modifiant son fonctionnement, les oncologues affectent également les multiples métabolismes qui en dépendent.

La cellule est alors incapable de se reproduire, car plusieurs de ses fonctions vitales sont bloquées, et ainsi la tumeur régresse.

Des essais précliniques sont actuellement menés pour déterminer l'efficacité d'un des inhibiteurs de HSP 90, l'antibiotique 17/AAG, contre le mélanome oculaire.

Cette découverte fait l'objet d'un article dans le numéro de février de la revue Clinical Cancer Research.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16505
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Les protéines hsp90 et hsp70   Dim 15 Avr 2007 - 13:21

A drug under study to treat various cancers selectively kills cancer cells because of its affinity for a modified version of a critical heat shock protein they contain, researchers have found.

Un médicament sous étude pour traiter les différentes formes de cancer tue sélectivement les cellules cancéreuses à cause de son affinité avec une uneversion modifiée de la protéine "heat shock" qu'elles contiennent.

They found in cancer a modified version of heat shock protein 90, or hsp90, which like most heat shock proteins, promotes cell survival.
They then showed that in breast cancer and leukemia, this modification, called acetylation, confers a strong attraction to investigational drug 17-AAG, says Dr. Yonghua Yang, postdoctoral fellow in molecular oncology in the laboratory of Dr. Kapil Bhalla, director of the Medical College of Georgia Cancer Center.

Les chercheurs ont trouvé qu'une version modifié de la protéine heat shock 90(hsp 90). Cette protéine, comme toute protéine heat shock, promeut la survivance des cellules ( y compris le cellules cancéreuses).
Ils ont montré que dans le cancer du et du cette modification appelé acetylisation, confère une grande attraction pour le médicament 17-aag.

"17-AAG blocks the activity of hsp90, which normally binds with ATP, an energy source for cells," says Dr. Yang, who received a training award to present his research at the American Association for Cancer Research Annual Meeting April 14-18 in Los Angeles.

"17-aag bloque l'activité de hsp90 qui normalement se lie avec ATP, une énergie dont se servent les cellulles" dit le docteur Yang qui a reçu une récompense pour la présentationde sa recherche le 14 avril à Los-Angeles.


An unfortunate side effect is that 17-AAG also immediately induces hsp70, which can compensate for the cell-supporting activity of hsp90, says Dr. Yang, noting that like hsp90, hsp70 presents a modified form in cancer.
The net effect is that while the drug ably finds its target, to maximize effectiveness it may need to be modified or used in conjunction with another drug to also block hsp70, Dr. Yang says. MCG researchers are in discussions with Novartis and Kosan Pharmaceuticals about how to make one or the other happen.

Un effet secondaire malheureux est que le 17-aag induit immédiatement le hsp70 qui peut compenser la perte de hsp-90 selon le docteur Yang, rien comme le hsp90, mais le hsp70 présente une forme modifié du cancer. L'effet net est que même si le médicament est capable de trouver sa cible pour être plus efficace il faudrait le modifier ou lui adjoindre un autre médicament pour bloquer aussi le hsp-70. (Des discussions sont enclanchées avec la firme Novartis et Kosan)


17-AAG doesn't seem to care much for normal hsp90 or hsp70 in healthy individuals, he says. Modifications in cancer result from environmental triggers, including stress and eating a lot of oxidated foods, such as foods fried at high temperatures or stored for a long time -- more good reasons to relax and eat a well- balanced diet, Dr. Yang says.



The MCG researchers are now looking at the relationship between the modified hsp90 and breast cancer metastasis and developing antibodies that target hsp90.
Heat shock proteins are called molecular chaperones because of their caretaker role. They activate genes that ultimately make proteins, move proteins around cells and fold them into the proper shape so they'll have the proper function. Chaperones even help proteins group properly and discard old proteins.
Misfolding of proteins, for example, can cause cancer. Molecular chaperones are highly expressed in human cancer and seem resistant to radiation therapy and chemotherapy, according to Dr. Bhalla.


Citation :
Acetylation (or in IUPAC nomenclature ethanoylation) describes a reaction that introduces an acetyl functional group into an organic compound. Deacetylation is the removal of the acetyl group.

Moreover, it is that process of introducing an acetyl group into a compound, specifically, the substitution of an acetyl group for an active hydrogen atom. A reaction involving the replacement of the hydrogen atom of a hydroxyl group with an acetyl group (CH3 CO) yields a specific ester, the acetate. Acetic anhydride is commonly used as an acetylating agent reacting with free hydroxyl groups.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16505
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Le hsp90   Lun 26 Fév 2007 - 17:08

Une nouvelle famille de médicaments suscite de l'enthousiase dans l'industrie pharmaceutique alors que des données préliminaires des essais cliniques montrent des réponses prometteuses chez les patients, selon un article du 26 février de Chemical & Engineering News (C&EN).

Dans cet article Lisa Jarvis explique que les nouvelles molécules peuvent résoudre le problèeme de la résistance anti-médicament avec laquelle les médicaments perdent graduellement de leur efficacité.

Les médicaments cible une nouvelle thérapie dans la guerre contre le cancer - une substance appelée hsp90 (heat shock protein) . Les "protéines de choc termique" sont plus actives lorsque les cellules sont exposé à des températures élevées, L'infection, l'inflammation et les toxines sont d'autres causes qui peuvent causer la multiplication d'une protéine.Comme un garde, la protéine de choc termique aide ces protéines incluant les protéines mutées à retourner àa leur forme originale.

Quand les effets de hsp90 sont bloqués dans les cellules cancéreuses, ces protéines qui causent le cancer ne peuvent survivre et potentiellement ça arrête la maladie. Quand le hsp90 est bloqué dans les cellules, les protéines endommagées s'accumulent et la cellule meurt. Jarvis explique que les cellulles cancéreuses avec leurs horrible protéines mutées semblent être très dépendantes de hsp90, et plus vulnérable que les autres quand le hsp90 est bloqué.


L'article décrit comment ces nouvelles découvetrtes ont changé le hsp90 d'une curiosité de laboratoire dans la plus prometteuse des cibles pour développer u n médicament anti-cancer.


autre article parlant du hsp90
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16505
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Cancer de la prostate : la molécule Ack1   Jeu 6 Avr 2006 - 23:28



Une molécule identifié dans le cancer de la prostate.


Les scientifiques ont identifié une molécule qui stimule la croissance agressive du cancer de la prostate. La molécule Ack1, un membre de la famille des tyrosines kinase, stimules la formation de tumeurs, partiellement en ordonnant aux cellules de l aprostate de se libérer d'une protéine qui supprime les tumeurs. normalement, cette protéine qui supprime les tumeurs inhibe rapidement la croisance des cellules en ordonnant aux cellules de se détruire elle-même.

L'étude pointe aussi l'Ack1 comme une cible potentiel pour développer un nouveau médicament contre le cancer de la prostate. Les tests sur l'Ack1 démontre un grand effet sur la croissance des tumeurs dans un système expérimental.

Un autre découverte majeure de l'étude implique un médicament développé par l'institut national du cancer appelé geldanamycin. Dans les laboratoires, les chercheurs ont découvert que l'activité de Ack1 pouvait être inhibé par ce médicament qui agit sur les interactions entre les molécules offrant ainsi une cible pour un traitement.

Les chercheurs ont découverts que Ack1 se lie avec une protéine appelé Hsp90 (heat shock protein 90) qui est associé avec beaucoup de protéines qui causent le cancer. En plus, ils comparent l'activation de Ack1 dans les tissus de cancer avancé de la prostate avec ce qui se produit dans le cas de la prostatite, les niveaux de la protéine Ack1 en activité était beaucoup plus haut dans les tumeurs avancées.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16505
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Les protéines hsp90 et hsp70   Lun 20 Juin 2005 - 18:09

le 17 juin 2005

Selon les scientifiques de l'Institut du Cancer Research à Londres, un médicament, le 17AAG, a montré lors des premiers essais des effets prometteurs dans la lutte contre une gamme de cancers dont le cancer du , de l', de la et de la chez 30 patients ainsi qu'en laboratoire.

Le Journal of Clinical Oncology confirme les résultats du 17AAG , mais selon les experts plus de tests sont requis avant que le prototype ne devienne une option réelle de traitement.

Le médicament cible une molécule qui est importante pour la croissance de la tumeur. La molécule, Hsp 90, relaie des messages entre les cellules participant au contrôle de la structure et de la fonction d'un grand nombre d'autres molécules qui sont critiques pour la croissance de cancer. Sans ces molécules les cellules cancéreuses meurent. Les cellules saines ne sont pas concernées par cette perte.

Etant donné que le médicament cible tant de caractéristiques différentes de la machinerie du cancer, il devrait, selon le professeur Paul Workman auteur principal, être beaucoup plus difficile pour les tumeurs de développer une résistance au traitement. En effet en bloquant l'action d'Hsp90, le médicament a le potentiel d'attaquer le cancer en inhibant une gamme de systèmes dont les cellules cancéreuses se servent pour se propager et croître.

Au vu des bons résultats, ils planifient maintenant plus d'essais en testant des patients ayant un type différent de tumeur, pour établir l'action spécifique dans ces différents cancers.

Selon le professeur Peter Rigby, président de l'institut Cancer Research, bien que davantage d'essais soient requis, ces indications préliminaires suggèrent que ce traitement à multiple facettes d'attaque est prometteur dans le traitement d'une gamme de cancers.


Dernière édition par Denis le Jeu 31 Aoû 2017 - 8:53, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les protéines hsp90 et hsp70   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les protéines hsp90 et hsp70
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Manque de protéines? attention danger!
» protéines de soja structurées
» Vulgarisation 4 - Les protéines
» Protéines de soja (complément alimentaire)
» Protéines impliquées dans le processus de métastase

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ESPOIRS :: Cancer :: recherche-
Sauter vers: