AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 La protonthérapie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15754
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: La protonthérapie   Mar 20 Oct 2015 - 14:47

The search for evidence to support the growing use of proton therapy for more cancers at Penn Medicine continues to uncover valuable findings. New data from clinical trials conducted at the Robert Proton Therapy Center demonstrate the technology's potential advantages over conventional radiation, including less side effects and survival in some cases, for several harder-to-treat tumors: pancreatic, late-stage, non-small cell lung and chordoma and chondrosarcoma, two rare cancers found in bone or soft tissue.

The research is being presented at the 57th American Society for Radiating Oncology (ASTRO) annual meeting, along with over 20 other abstracts from faculty and researchers in Penn's department of Radiation Oncology.

The first study, presented by Pamela J. Boimel, MD, a resident in the department of Radiation Oncology, and co-authored by John P. Plastaras, MD, PhD, an associate professor of Radiation Oncology and James Metz, MD, chair of the department of Radiation Oncology, investigated the use of proton therapy in pancreatic cancer patients whose cancer returned. Local recurrence happens in nearly 25 percent of these patients following other treatments, such as chemotherapy, surgery and radiation, and is associated with a very high morbidity.

Researchers looked at 15 patients with locally recurrent pancreatic cancer who were re-irradiated with proton therapy, 10 of whom were also on chemotherapy (5-fluorouracil or capecitabine-based). The median time since the original conventional radiation was 26.7 months. Most of the patients tolerated the radiation well, with minimal side effects. The median survival was 15 months and overall survival at one year was 71.5 percent. The local-regional progression-free survival and distant-metastatic-free survival at one year was 72 and 63.8 percent, respectively.

This more than doubles the median survival for reirradiation with stereotactic body radiation therapy (SBRT), which is six to eight months. The median survival in the study also far exceeds the historical survival of patients with unresectable disease treated with chemo alone (about nine months), which is the main treatment modality offered to patients with recurrent pancreatic cancer, the authors report.

"Our data suggests that pursuing proton reirradiation may benefit these patients who have no other good treatment choices, and does so with minimal side effects," said Plastaras. "While these results are promising, larger, follow -up studies are needed to establish which people with recurrent pancreatic cancer stand to benefit most from this therapy."

Another study, presented by Jill Remick, MD, a resident in the department of Radiation Oncology, and co-authored Charles Simone, MD, an assistant professor of Radiation Oncology, and Abigail Berman, MD, an instructor in the department of Radiation Oncology, provides the first clinical report of proton therapy versus intensity modulated radiation therapy (IMRT) in the post-operative setting for late-stage, non-small cell lung cancer.

Radiation is typically given to these patients after surgery to remove a tumor; however, studies have shown that the toxicity of conventional radiation can outweigh its benefits. Proton therapy appears to be well-tolerated, while maintaining the positive clinical outcomes witnessed with IMRT, the authors report.

A total of 34 patients were part of the clinical trial: 17 underwent IMRT, while 17 underwent proton.

Patients who underwent proton and IMRT had similar, excellent short-term outcomes: One year overall survival and local recurrence-free survival were 85.7 and 94.1 percent for proton and IMRT, respectively. Side effects occurred (two patients had radiation pneumonitis and esophagitis in both sets of patients), but were less severe in the proton group.

A team from Penn Medicine also presented results from a prospective clinical of proton therapy for chordoma and chondrosarcoma. Chordoma is part of the sarcoma family, and occurs in the bones of skull and spine, while chondrosarcoma is a type of bone cancer that begins in cartilaginous tissue. Both are rare, difficult cancers to treat.

Proton therapy, with its ability to deliver high doses of radiation while sparing healthy organs, has emerged as a preferred treatment for these patients. The standard of care is surgery followed by conventional radiation, but that treatment can fail.

For the study, presented by Brian Baumann, MD, a resident in the department of Radiation Oncology, and co-authored by Michelle Alonso-Basanta, MD, PhD, an assistant professor of Radiation Oncology at Penn, the team studied 20 patients with non-metastatic chordoma and chondrosarcoma who underwent proton therapy between 2010 and 2014. Of the patients, 10 had skull base chorodomas, five had sacral chordomas, three has cervical spinal chordomas, and two had skull base chondrosarcomas.

The study yielded positive survival outcomes for the patients: local recurrence-free survival, distant metastases-free survival, and disease-free survival at two years were 92 percent, 95 percent and 87 percent, respectively. All patients were alive at last follow up in February 2015. Some toxicities were reported in the patients, including fatigue, epistaxis and gastrointestinal issues. That toxicity data is encouraging compared with historical results using conventional radiotherapy, the authors reported.

The researchers also report that further follow-up is warranted to confirm long-term efficacy and morbidity.

"When the Roberts Proton Therapy Center opened in late 2009, we called for an increase capacity for harder-to-treat cancers, and to open new clinical trials that help pinpoint the best uses of the technology," Metz said. "These studies are prime examples of that mission, providing the field with more data to help establish the effectiveness and clinical benefits of proton therapy in more cancers."

---

La recherche de preuves pour soutenir l'utilisation croissante de protonthérapie pour plus de cancers à Penn médecine continue à découvrir des résultats précieux. De nouvelles données provenant d'essais cliniques menés au Centre de Thérapie Robert Proton démontrent les avantages potentiels de la technologie sur le rayonnement classique, dont moins d'effets secondaires et de la survie dans certains cas, pour plusieurs tumeurs plus difficiles à traiter : , à un stade avancé, cancer du non à petites cellules, chordome et chondrosarcome, deux cancers rares trouvés dans l'os ou des :mous: .

La recherche est présentée à la Société américaine pour la 57e réunion annuel de l'oncologie par rayonnement(ASTRO), avec plus de 20 autres résumés de professeurs et chercheurs dans le département de Penn de radio-oncologie.

La première étude, présentée par Pamela J. Boimel, MD, un résident dans le département de radio-oncologie, et co-écrit par John P. Plastaras, MD, PhD, professeur agrégé de radio-oncologie et James Metz, MD, président du le département de radio-oncologie, a étudié l'utilisation de la thérapie de protons chez les patients du cancer du dont le cancer est de retour. La récidive locale se produit dans presque 25 pour cent de ces patients après d'autres traitements, tels que la chimiothérapie, la chirurgie et la radiothérapie, et est associée à une morbidité très élevée.

Les chercheurs ont étudié 15 patients atteints de cancer du pancréas localement récidivant qui ont été re-irradié par protonthérapie, dont 10 étaient également sur la chimiothérapie (5-fluorouracile ou à base de capécitabine). Le délai médian depuis le rayonnement classique originale était de 26,7 mois. La plupart des patients ont bien toléré le rayonnement, avec des effets secondaires minimes. La médiane de survie était de 15 mois et la survie globale à un an était de 71,5 pour cent. La survie sans progression locorégionale et la survie sans métastastase était à un an était de 72 et 63,8 pour cent, respectivement.

Ça fait plus que doubler la survie médiane pour irradiation avec la radiothérapie stéréotaxique (SBRT), qui est de six à huit mois. La médiane de survie dans l'étude dépasse également de loin la survie historique de patients atteints de maladie non résécable traités avec la chimiothérapie seule (environ neuf mois), qui est la principale modalité de traitement offert aux patients atteints de cancer du pancréas récurrente.

"Nos données suggèrent que la poursuite des irradiation aux protons peut bénéficier aux patients qui ont pas d'autres bons choix de traitement, et le fait avec un minimum d'effets secondaires", a déclaré Plastaras. "Bien que ces résultats soient prometteurs, de plus grandes études sont nécessaires pour établir quelles personnes atteintes de cancer du pancréas récurrente devraient bénéficier le plus de cette thérapie."

Une autre étude, présenté par Jill Remick, MD, un résident dans le département de radio-oncologie, et co-auteur de Charles Simone, MD, professeur adjoint de radio-oncologie, et Abigail Berman, MD, instructeur dans le département de radio-oncologie, fournit le premier rapport clinique de protonthérapie contre radiothérapie à intensité modulée (IMRT) dans le cadre post-opératoire pour un stade avancé, cancer du non à petites cellules.

Le rayonnement est généralement administré à ces patients après une chirurgie pour enlever une tumeur; Cependant, des études ont montré que la toxicité de rayonnement classique peut l'emporter sur ses avantages. La protonthérapie semble être bien toléré, tout en conservant les résultats cliniques positifs témoins avec IMRT, selon les auteurs du rapport.

Un total de 34 patients faisaient partie de l'essai clinique: 17 ont subi IMRT, tandis que 17 ont subi une proton thérapie.

LEs patients qui ont subi la proton thérapie et la IMRT ont eu d'excellents résultats, similaires à court terme: La survie à un an globale et la survie sans récidive locale étaient de 85,7 et de 94,1 pour cent pour les protons et IMRT, respectivement. Les effets secondaires se sont produits (deux patients avaient une pneumonie et une oesophagite de rayonnement dans les deux ensembles de patients), mais sont moins sévères dans le groupe de protons.

Une équipe de Penn Medicine a également présenté les résultats d'une étude prospective clinique de protonthérapie pour le chordome et le chondrosarcome. Le chordome fait partie de la famille des sarcomes, et se produit dans les os du crâne et de la colonne vertébrale, tandis que chondrosarcome est un type de cancer des os qui commence dans le tissu cartilagineux. Les deux sont rares et difficiles à traiter.

La protonthérapie, avec sa capacité à livrer des doses élevées de rayonnement tout en épargnant les organes sains, a émergé comme un traitement de choix pour ces patients. La norme de diligence est une chirurgie suivie d'une radiothérapie conventionnelle, mais le traitement peut échouer.

Pour l'étude, présentée par Brian Baumann, MD, l'équipe a étudié 20 patients avec un chordome non-metastatique et un chondrosarcome qui ont subi une protonthérapie entre 2010 et 2014. Parmi les patients, 10 avaient des chorodomes de base du crêne, cinq avaient des chordomes sacrés, trois a chordomes de la colonne cervicale, et deux avaient crâne chondrosarcomes de base.

L'étude a donné des résultats positifs de survie pour les patients: la survie sans récidive locale, distante survie sans métastases et la survie sans maladie à deux ans étaient de 92 pour cent, 95 pour cent et 87 pour cent, respectivement. Tous les patients étaient en vie au dernier suivi en Février 2015. Certaines toxicités ont été signalés chez les patients, y compris la fatigue, l'épistaxis et des problèmes gastro-intestinaux. Les données de toxicité sont encourageantes comparées aux résultats historiques en utilisant la radiothérapie conventionnelle, selon ce que les auteurs ont rapporté.

Les chercheurs signalent également qu'un suivi supplémentaire est justifié pour confirmer l'efficacité et la morbidité à long terme.

"Lorsque le Centre de Protonthérapie Roberts a ouvert à la fin de 2009, nous avons appelé à une capacité d'augmentation des cancers plus difficiles à traiter, et d'ouvrir de nouveaux essais cliniques qui aident à identifier les meilleures utilisations de la technologie», a déclaré Metz. «Ces études sont d'excellents exemples de cette mission, en fournissant le terrain avec plus de données pour aider à établir l'efficacité et les avantages des cliniques de protonthérapie à plus de cancers."




_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15754
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: La protonthérapie   Jeu 3 Fév 2011 - 11:29

« La protonthérapie, une arme plus précise contre les cancers »
A la veille de la Journée mondiale contre le cancer, Les Echos s'interresse au « nouveau centre de protonthérapie de l'Institut Curie, [qui vient d’être inauguré à Orsay] après une rénovation de près de 4 ans et 50 millions d'euros d'investissement. Ses équipements de dernière génération en font l'un des établissements les plus adaptés dans le monde pour traiter des cancers rares, comme ceux de l'œil ou du cerveau ».


« Contrairement aux radiothérapies classiques, qui utilisent des particules de lumière (photon) pour bombarder la tumeur, la prontothérapie fait appel à des protons, autrement dit des noyaux d'hydrogène. Ces particules présentent l'avantage de délivrer une dose d'irradiation de façon homogène et à une profondeur extrêmement précise ».

Rémi Dendale, oncologue radiothérapeute et chef de service du nouvel établissement, souligne que « pour rester dans la course des radiothérapies innovantes, nous devions absolument financer des travaux de grande ampleur ».

Le quotidien indique que « les enfants sont les principaux bénéficiaires de ce nouveau centre. Parce qu'elle protège mieux les organes sains situés à proximité de la tumeur, diminue les séquelles et réduit le risque de deuxième cancer, la protonthérapie est particulièrement adaptée aux jeunes patients, dont les cancers restent dans les pays développés la deuxième cause de mortalité entre 1 et 15 ans ».

« Désormais, au moins 120 enfants, sur les 750 qui ont besoin d'une radiothérapie chaque année en France, vont pouvoir être pris en charge en protonthérapie, portant ainsi le nombre de patients traités à 550 par an, soit 200 de plus »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15754
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: La protonthérapie   Ven 20 Fév 2009 - 14:41



Le Cyclotron de Varian Medical System

C'est bien de cacher un peu la machine, ça fait peur.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15754
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: La protonthérapie   Sam 30 Déc 2006 - 10:59

Le Ministère de la Santé, le CSIC (Conseil Supérieur de Recherches Scientifiques), l'Université de Valence et la Generalitat Valenciana collaborent à la construction d'un centre de Médecine Physique à Valence. Cet institut, le 1er du genre en Espagne, fera des recherches sur la protonthérapie et accueillera les patients atteints de cancer.

L'utilisation de protons dans les thérapies est une nouvelle technique peu pratiquée. Elle permet d'accéder à des tumeurs qui, de par leur localisation dans des zones comme les yeux et le cerveau, ne peuvent pas être traitées par une radiothérapie conventionnelle. Juan Fuster, directeur du Centre de Physique Corpusculaire de Valence et qui collabore dans la construction du Centre, explique que les protons sont lancés à grande vitesse grâce à un accélérateur de haute énergie. Ils agissent alors comme un bistouri très aiguisé qui permet de détruire les cellules malignes et de laisser intacts les tissus et les cellules saines.

La protonthérapie se révèle être très intéressante pour soigner les enfants qui sont plus sensibles que les adultes aux radiations des thérapies conventionnelles. Mais cette technique est très coûteuse, quinze fois plus qu'un traitement ordinaire. La protonthérapie nécessite d'importantes installations (accélérateur d'énergie). Ces agencements ne sont rentables que dans des centres de référence nationale et peu d'instituts en sont donc équipés. Cependant, les centres possédant des accélérateurs d'énergie obtiennent des résultats très prometteurs. C'est par exemple le cas aux USA, en France, en Allemagne et en Suisse.

Le Centre de Médecine Physique atteindra une superficie de 10.000 m² et sera construit au sein du Parc Scientifique de l'Université de Valence. L'investissement prévu est de 120 millions d'euros. Le centre travaillera avec l'Institut de Physique Corpusculaire. Il aura aussi des contacts avec l'Institut d'Oncologie de Valence et divers hôpitaux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15754
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: La proton-thérapie et le cancer du sein.   Ven 3 Nov 2006 - 13:38



...Avec la traditionnelle radio-thérapie, les patients peuvent s'attendre à des traitements journaliers pour une période de 6 ou 6 semaines et demie. Les docteurs dans cette étude ont voulu étudié une technologie émergente, la proton thérapie, en traitement accéléré pour voir si ce serait bien toléré. Cette approche dans le traitemetn du cancer du sein raccoucirait la période des traitements à moins de 1 semaine en plus de ne soigner que la partie cancéreuse sans attaquer la partie saine du sein.



L'étude a été conduite au centre de proton thérapie Francis Burr au Massachusset avec 20 participantes. Les femmes ont reçu les radiations de proton thérapie 2 fois/jour pendant 4 jours. Il n'y avait pas de limite sur les traitements additionnels que les participantes pouvaient recevoir. Conséquemment, des patientes ont été traité aussi avec l'hormono-thérapie ou de la chimio à la discrétion de leur oncologiste. La majorité des femmes dans cette étude ont reçu de l'hormono-thérapie et quelques patientes de la chimio thérapie.

Les patientes ont été évaluées à différent stage, à 3ou 4 semaine, 6 ou 8 semaines, 6 mois et chaque 6 mois additionnel. Les patientes devaient subir une mamographie annuelle aprè la période de traitement et les patientes ont rempli un questionnaire sur ec qu'elles pensaient de l'apparence de leur sein.


Les patientes ont jugé leur propre sein selon des critères donnés et le dcoteur supervisait cette étude et a jugé aussi la condition du sein. On a demandé aux patientes de s'exprimer également sur leur degré de satisfaction global face à la proton thérapie.


Les résultats ont montré qu'aucune des 20 femmes n'a eu de réapparition du cancer. La réponse à l'apaprence du sein n'était pas idéal cependant. Les patientes et les docteurs ont rapportés des conditons de pauvre à bonne pour l'apparence du sein mais cette apparence s'est amélioré dans les 6 mois suivant l'expérience. Selon l'étude, 95% des patientes ont rapporté une totale satisfaction pour le traitement au proton à leur dernière visite.

Il y avait aussi un article qui parlait de thérapie anti-proton qui serait 4 fois plus performante que la thérapie avec les protons. Mais cet article parlait d'anti-matière, du centre CERN et finissait par dire que des applications pratiques ne verraient pas le jour avant 10 ans...aussi c'est moins intéressant mais entk ils y travaillent...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Marie



Nombre de messages : 398
Age : 57
Localisation : Picardie France
Date d'inscription : 22/05/2006

MessageSujet: Re: La protonthérapie   Dim 27 Aoû 2006 - 9:08

Denis a écrit:



La proton thérapie peut produire de plus haut niveau de radiation en ciblant précisément la tumeur. Le traitement traditionnel de radiation peut aussi cibler la tumeur mais il le fait avec moins d'intensité. Ce qui est prometteur au sujet de la prton thérapie c'est que ça cible le cancer et épargne les tissus sains qui entourent la tumeur. La proton thérapie peut aussi faire décroitre les effets secondaires comme la perte d'appétit, la diarrhée et les mots de têtes.

La proton thérapie coute cher cependant. C'est à peu près 3 fois le prix de la radiation traditionnelle. Les docteurs au MD Anderson utilisent le traitement au Proton pour les patients qui ont un cancer à ses débuts.
En ce moment, d'autres études doivent être fait pour savoir si la proton thérapie est meilleur et vaut le coût plus élevé. La radiation traditionnelle a fait un long chemin à travers les années et de récents développements l'ont rendu plus sécuritaire.


trés utile pour les chordomes mais ne peuvent en bénéficier que les personnes ayant une large exéréses,,
merci denis
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15754
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: La protonthérapie   Jeu 24 Aoû 2006 - 11:53




La proton thérapie peut produire de plus haut niveau de radiation en ciblant précisément la tumeur. Le traitement traditionnel de radiation peut aussi cibler la tumeur mais il le fait avec moins d'intensité. Ce qui est prometteur au sujet de la prton thérapie c'est que ça cible le cancer et épargne les tissus sains qui entourent la tumeur. La proton thérapie peut aussi faire décroitre les effets secondaires comme la perte d'appétit, la diarrhée et les mots de têtes.

La proton thérapie coute cher cependant. C'est à peu près 3 fois le prix de la radiation traditionnelle. Les docteurs au MD Anderson utilisent le traitement au Proton pour les patients qui ont un cancer à ses débuts.
En ce moment, d'autres études doivent être fait pour savoir si la proton thérapie est meilleur et vaut le coût plus élevé. La radiation traditionnelle a fait un long chemin à travers les années et de récents développements l'ont rendu plus sécuritaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15754
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: La protonthérapie   Jeu 25 Mai 2006 - 9:05

Des avancées dans la radiothérapie permettent d'appliquer des plus grandes doses de radiation avec moins de dommages pour les tissus sains comme le cerveau et la colonne vertébrale.

Différents types de radiation (incluant la protonthérapie, la thérapie opérant de l'intérieur (intraoperative qui vaut 10 à 20 traitements de chimio ordinaires) la bracythérapie (petits grains radioactifs) peuvent être offert pour le traitement de ces tumeurs. Ces thérapies peuvent être combinées avec de la chirurgie plus limitée dans le futur. De nouveaux médicaments, incluant un médicament appelé imatarib (glivec) qui pourrait ralentir la croissance des tumeurs qui ne peuvent être enlevées.
June 2005

source
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La protonthérapie   Aujourd'hui à 13:08

Revenir en haut Aller en bas
 
La protonthérapie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La protonthérapie
» La Colorthérapie
» Thérapie comportementale
» L'art-thérapie
» L'EMDR - La thérapie par mouvements oculaires

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ESPOIRS :: Cancer :: recherche-
Sauter vers: