AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 panitumumab

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15767
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: panitumumab   Jeu 10 Jan 2013 - 10:15

J'ai lu ceci sur un site internet :

Citation :
Cancers du sein triple négatifs: des résultats très encourageants

Le 4 Décembre 2012, au San Antonio Breast Cancer Symposium, le professeur Nabholtz a présenté des résultats très encourageants concernant des marqueurs candidats de réponse thérapeutique au panitinumab de patientes atteintes de cancer du sein triple négatif. Ce travail a été réalisé en collaboration avec Quinten, membre du pôle
.


Je n'ai pas trouvé pour l'instant de site en français pour expliquer mieux mais le panitumumab pourrait être donné en adjuvant avec la chimio habituelle pour cette maladie pour améliorer les réponses cliniques de 47% d'après ce que j'en comprend...

Background: Panitumumab is an antiboby targeting the epidermal growth factor receptor (EGFR) to which a role has been suggested in TNBC. Consequently, we evaluated the combination of a standard chemotherapy (FEC100 followed by T) with panitumumab as neoadjuvant therapy of operable TNBC. Methods: 58 patients with stage II-IIIA disease were prospectively included in this multicentre pilot study. Systemic therapy (ST) consisted of 4 cycles of FEC100 (500/100/500 mg/m2) q.3 weeks followed by 4 cycles of T (100 mg/m2) q.3 weeks, in combination with panitumumab (9mg/kg) for 8 cycles q.3 weeks. All patients underwent surgery at completion of ST. Complete pathologic response (pCR) was the primary endpoint (Sataloff : J Am Coll Surg 1995 ; Chevallier : Am J Clin Oncol 1993), with toxicity and biologic ancillary studies as secondary endpoints. Results: Patients characterisctics are as follows : mean age 50 [38-64] ; T2 : 81%, T3 : 19% (mean tumor size : 42 mm [25-80]) ; N0 : 73% and N1 : 27%; invasive ductal carcinoma : 87%; Scarff-Bloom-Richardson Grade III : 56%, grade II : 44%. The median number of cycles was : FEC 100 : 4 [4-4], T : 4 [2-4], Panitumumab : 8 [4-8]. Preliminary results on 17 patients showed a pCR of 65% (Sataloff) and 53% (Chevallier) with an overall clinical response rate of 80% (47% CR). Conservative surgery was performed in 87% of cases. Skin toxicity was the main side-effect : grade II : 69%, grade III : 19%. Neutropenia grade IV : 27%, febrile neutropenia : 7%, infection : 0%. Hand-foot syndrome grade III : 12%. Ungueal toxicity grade III : 6%, grade II : 12%. Conclusions: These preliminary results suggest that panitumumab in combination with FEC100 followed by T appears efficacious with acceptable toxicity in the neoadjuvant therapy of operable TNBC. Updated results on 40 patients will be presented at the meeting.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
frederic



Nombre de messages : 1088
Localisation : Canada/Mascouche
Date d'inscription : 08/04/2005

MessageSujet: Re: panitumumab   Lun 5 Juin 2006 - 10:44

On est vraiment branché car je viens juste de parler à mon ancienne infirmière de ce médicament. Il y a eu une conférence à Atlanta jeudi dernier et ce médicament à fait l'objet d'une présentation. Il semble que c'est aussi bon que avastin.

-------------
1 août 2012

Saint Denis-France — En accord avec l'Agence Nationale de Sécurité des Médicaments et des Produits de Santé (ANSM) et l'Agence Européenne des Médicaments (EMA), les laboratoires Amgen ont envoyé une lettre aux professionnels de santé pour les alerter des graves problèmes de tolérance observés avec l'utilisation de leur anticancéreux Vectibix® (panitumumab) [1].

L'utilisation de cet anticorps monoclonal dans le cancer colorectal métastatique a été associée à des complications infectieuses de réactions dermatologiques sévères, engageant le pronostic vital ou d'issue fatale, dont des cas de fasciite nécrosante.

La lettre indique que :

des réactions dermatologiques sévères (grade 3) ont été rapportées très fréquemment chez des patients traités par Vectibix®. Ces réactions comprennent de rares nécroses de la peau (mentionné dans le Résumé des Caractéristiques des Produits/RCP). Et, dans certains cas, ces complications ont induit des infections de type cellulite, septicémie et fasciite nécrosante.
Une revue des essais cliniques et des notifications après commercialisation a identifié 5 cas de fasciite nécrosante associés au traitement par Vectibix®. Trois des 5 cas de fasciite nécrosante ont été d'issue fatale et deux ont engagé le pronostic vital.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.tousensemble.qc.ca
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15767
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: panitumumab   Lun 5 Juin 2006 - 10:28

Nos messages se sont croisés, je te disais de jeter un coup d'oeil là-dessus dans le forum pour jaser.

Tu devrais noter le nom et le refiler à ton doc pour voir ce qu'il en pense...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
frederic



Nombre de messages : 1088
Localisation : Canada/Mascouche
Date d'inscription : 08/04/2005

MessageSujet: Re: panitumumab   Lun 5 Juin 2006 - 10:22

Bein ça c'est une nouvelle assez encourageante je dois dire. Ça me fait presque dire qu'après avastin, il y a d'autre chose.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.tousensemble.qc.ca
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15767
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: panitumumab   Lun 5 Juin 2006 - 10:17

Un essai randomisé de phase 3 indique que le panitumumab améliore de manière significative la survie sans progression et le contrôle de la maladie chez des patients atteints de cancer colorectal métastatique
Le 03/04/2006


Amgen (Nasdaq : AMGN), le plus grand laboratoire de
biotechnologie au monde, a annoncé aujourd'hui les résultats d'une
étude essentielle de phase 3, qui démontrent que le panitumumab a
amélioré de façon significative la survie sans progression et le
contrôle de la maladie (taux de réponse et de stabilisation de la
maladie) comparativement à des soins palliatifs dans le traitement du
cancer colorectal métastatique chez des patients qui n'avaient pas
répondu à une chimiothérapie classique. Les résultats ont été
présentés pendant une séance clinique plénière lors de la 97e
conférence annuelle de l'American Association for Cancer Research
(Abstract #CP-1).

« Le panitumumab a réduit le taux de progression de la maladie de
50 % environ comparativement aux soins palliatifs seuls chez des
patients qui avaient déjà subi un traitement lourd » a déclaré le Pr
Marc Peeters, chef du service d'oncologie digestive du CHU de Gand, et
investigateur principal de l'étude. « D'autre part, la différence
entre le panitumumab et les soins palliatifs seuls, en termes de taux
de réponses objectives et de pourcentage de patients dont la maladie
s'est stabilisée, démontre l'action significative de cet agent. »

Dans cette étude ouverte, internationale, de phase 3, 463 patients
atteints de cancer colorectal métastatique qui n'avaient pas répondu à
une chimiothérapie classique, y compris l'oxaliplatine et
l'irinotécan, ont été randomisés pour recevoir soit une administration
de 6 mg/kg de panitumumab plus des soins palliatifs (n=231) toutes les
deux semaines soit des soins palliatifs seulement (n=232). Un comité
d'examen radiologique centralisé et indépendant a évalué la
progression de la maladie et la réduction tumorale.

Les patients qui ont reçu du panitumumab toutes les deux semaines
avaient un taux de diminution de 46 % de la progression tumorale, par
rapport à ceux qui recevaient seulement des soins palliatifs (p <
0.000 000 001). Une proportion nettement plus importante de patients
avaient survécu et ne présentaient pas de progression de la maladie
dans le bras panitumumab, à tous les points de contrôle programmés,
jusqu'à la semaine 32. Par exemple, après six mois (semaine 24) quatre
fois plus de patients traités au panitumumab environ avaient survécu,
et ne présentaient pas de progression tumorale (18 %, contre 5 % avec
les soins palliatifs seuls). Deux fois plus de patients traités au
panitumumab avaient survécu et ne présentaient pas de progression
tumorale à la semaine 32 (10 %, contre 4 % avec les soins palliatifs
seuls).

Les investigateurs ont également rapporté que le panitumumab avait
amélioré d'une manière significative le contrôle de la maladie par
rapport aux soins palliatifs seuls (36 % contre 10 %, respectivement),
mesuré par les taux de réponse et de stabilisation de la maladie. Le
taux de réponse objectif, évalué séparément, était de 8 % avec le
panitumumab, contre 0 avec les soins palliatifs seuls, et la durée
médiane de la réponse était de 17 semaines. Le taux de maladies
stabilisées était de 28 % avec le panitumumab, contre 10 % avec les
soins palliatifs seuls.

75 % environ des patients recevant les soins palliatifs ont été
permutés sur le bras panitumumab après que leur maladie ait progressé
(n=174). Le traitement au panitumumab a également donné des bénéfices
cliniques chez les patients permutés qui avaient reçu les soins
palliatifs jusque là, en dépit de la progression de leur maladie. Chez
ces patients, le traitement au panitumumab a donné une réponse
partielle de neuf pour cent et de trente-deux pour cent de
stabilisation de la maladie, ainsi qu'une réponse complète.

Une analyse intermédiaire de la survie globale entre les deux
groupes a donné des résultats similaires. Le taux (75 %) et le moment
(médiane à 7.0 semaines) de la permutation du bras soins palliatifs
seuls au bras panitumumab, et l'activité anti-tumorale observée après
la permutation, ont probablement été des facteurs parasites qui ont
limité les possibilités de démonstration d'un effet du traitement sur
la survie globale (rapport des taux d'incidence = 0.93).

Le panitumumab a amélioré le taux de survie sans progression et le
taux de réponse indépendamment du niveau mesuré ou de l'intensité de
la coloration du récepteur EGFr. Des améliorations des taux de survie
sans progression tumorale et des taux de contrôle de la maladie ont
également été observées indépendamment de l'âge, du sexe, du site
primaire de la tumeur (colon ou rectum), et de son activité.

Aux termes du protocole, l'administration de panitumumab ne devait
pas être précédée obligatoirement d'une prémédication ou d'une dose de
charge, et la fréquence des réactions à la perfusion, toutes sévérités
confondues, a été basse (1 %). Aucune réaction de grade 3 ou 4 à la
perfusion n'a été observée. Un plus grand nombre de patients dans le
bras panitumumab ont rapporté des toxicités cutanées, de la fatigue,
des douleurs abdominales, des nausées et des diarrhées. Une
hypomagnésémie a été observée chez 38 % des patients recevant du
panitumumab (dont 3 % de grade 3/4). Aucune formation de novo
d'anticorps humains anti-anticorps (HAHA) ou d'anticorps
anti-panitumumab n'a été observée. Chez les patients porteurs
d'anticorps anti-panitumumab, aucun effet n'a été observé sur
l'efficacité, la sécurité ou la pharmacocinétique.

Pour obtenir des informations sur les essais cliniques en cours
sur le panitumumab, les patients et les médecins sont invités à
consulter www.amgentrials.com.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15767
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: panitumumab   Sam 3 Juin 2006 - 10:56

Nouvelle thérapie prometteuse dans le traitement du cancer colo rectal




Les résultats d'une étude en phase III d'un nouveau médicament sont très prometteurs pour les patients souffrant d'un cancer colo rectal qui s'est propagé à d'autres parties du corps, selon une étude présentée lors du 97e congrès annuel de l'association américaine de recherche du cancer.

Ce nouveau médicament, le panitumumab, améliore la survie sans récidive chez les patients souffrant d'un cancer colorectal métastasié, qui n'avaient pu être traités par la chimiothérapie standard. Lors de l'étude randomisée, concernant 463 patients, ceux ayant reçu ce médicament ont montré une réduction du taux de progression de la tumeur de 46 %. Après 24 semaines le nombre de patients encore en vie et sans récidive parmi ceux ayant reçu ce médicament fut de quatre fois celui des patients non traités par cette substance. A 32 semaines deux fois plus de patients traités étaient en vie, sans récidive avec le panitumumab.

Selon le Dr Marc Peeters, M.D., Ph.D., coordinateur de l'unité oncologique digestive de l'hôpital universitaire de Ghent en Belgique, ces résultats sont encourageants en particulier parce que ce médicament est bien toléré chez les patients ayant un cancer métastasié. Il y eut très peu d'effets secondaires.

Le Panitumumab est le premier anticorps monoclonal humain complet qui cible l'epidermal growth factor receptor (EGFr), une protéine qui joue un important rôle dans le cancer. Des études utilisant cette substance seule ou en combinaison avec d'autres traitements pour divers cancers confirme que l'utilisation d'anticorps humains monoclonaux est un grand pas en avant pour traiter effectivement le cancer.


Dernière édition par le Jeu 29 Mar 2007 - 15:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: panitumumab   Aujourd'hui à 12:26

Revenir en haut Aller en bas
 
panitumumab
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» panitumumab

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ESPOIRS :: Cancer :: recherche-
Sauter vers: