AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Les combinaisons de médicaments pourraient être le futur.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15754
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Les combinaisons de médicaments pourraient être le futur.   Mer 13 Juil 2016 - 9:59

A drug combination designed to enhance the immune system's ability to zero in and attack cancer cells has shown a pronounced therapeutic effect against advanced and metastatic cancers in mice, according to a Mayo Clinic study, published in the July 12 edition of the online journal Oncotarget.

"Cancers can remain inconspicuous in the body for months to years before causing major problems, leading the immune system to coexist rather than to attack cancers," explains Mayo Clinic cancer immunotherapist Peter Cohen, M.D., who co-led the study with Mayo Clinic immunologist Sandra Gendler, Ph.D., and postdoctoral fellow Soraya Zorro Manrique, Ph.D.

"We tested Toll-like receptor (TLR) agonists -- drugs that mimic invasive bacteria -- as a strategy to trick the immune system into attacking cancer as if it were a life-threatening infection. Since chemotherapy can enhance immunotherapy, we also screened the pairing of TLR agonists with over 10 different chemotherapy agents," says Dr. Cohen, adding that the Mayo Clinic team targeted mouse models that included highly aggressive forms of breast cancer (known as 4T1) as well as pancreatic cancer (known as Panc02).

The investigative team observed that when the chemotherapy agent cyclophosphamide was combined with TLR agonists, advanced 4T1 and Panc02 cancers largely regressed within two cycles of treatment and did not recur if the mice completed five additional cycles of consolidating treatment. Only the combination of the TLR agonist and cyclophosphamide resulted in permanent cancer eradication, and no other tested chemotherapy came close to working as well as cyclophosphamide. The Mayo Clinic team also reported that the combined treatment was very well tolerated and actually less toxic than either TLR agonists or cyclophosphamide given individually.

Studies revealed that, even before treatment, the cancer-bearing mice had T-lymphocyte immune responses against their tumors, requiring only weekly injections of the TLR agonist and cyclophosphamide to become therapeutically effective. Importantly, the treatment agents did not need to be injected directly into tumors, and were fully effective against widespread metastases as well as the primary tumor sites.

The drug combination also revealed an additional benefit -- it activated monocytes (a type of white blood cell) to participate in the killing of cancer cells. Explains Dr. Gendler, "It appears very likely that each round of treatment stimulates the bone marrow to churn out freshly activated monocytes, which distribute throughout the body, spare normal cells, and find and kill cancer cells."

Dr. Cohen adds, "We were also able to identify TLR agonists that can similarly activate human monocytes to seek out and kill tumors."

Mayo Clinic is continuing its research, now studying within an FDA-approved clinical trial whether patients with advanced cancers, including pancreas, breast, colorectal, melanoma and others, respond similarly to mice when cyclophosphamide treatment is paired with the TLR agonist motolimod.

---

Une combinaison de médicaments conçus pour améliorer la capacité du système immunitaire à cibler les cellules cancéreuses et attaquer a montré un effet thérapeutique prononcé contre les cancers avancés et métastatiques chez les souris, selon une étude de la Mayo Clinic, publié dans l'édition Juillet 12 de la revue en ligne Oncotarget.

"Les cancers peuvent rester discrets dans le corps pendant des mois et des années avant de causer des problèmes majeurs, ce qui conduit le système immunitaire à coexister plutôt que d'attaquer les cancers», explique le cancer de la Mayo Clinic immunotherapist Peter Cohen, MD, qui a co-dirigé l'étude avec la Mayo Clinic immunologiste Sandra Gendler, Ph.D., et stagiaire postdoctoral Soraya Zorro Manrique, Ph.D.

«Nous avons testé des TLR, des agonistes de récepteurs Toll-like, des médicaments qui imitent une invasion de bactéries, comme stratégie pour tromper le système immunitaire pour attaquer le cancer comme si elle c'était une infection potentiellement mortelle Parce que la chimiothérapie peut améliorer l'immunothérapie, nous avons également projeté l'appariement des agonistes TLR avec plus de 10 différents agents de chimiothérapie », explique le Dr Cohen, ajoutant que l'équipe de la Clinique Mayo a ciblé des modèles de souris qui comprenait des formes très agressives de cancer du (connu sous le nom 4T1), ainsi que du cancer du (connu sous le nom Panc02) .

L'équipe d'enquête a observé que lorsque l'agent de chimiothérapie, la cyclophosphamide,  a été combiné avec des agonistes TLR, les cellules de cancer avancé 4T1 et Panc02 ont largement régressés dans les deux cycles de traitement et ne se reproduisent pas si la souris a terminé cinq cycles supplémentaires de consolidation de traitement. Seule la combinaison de l'agoniste TLR et cyclophosphamide a entraîné l'éradication du cancer permanent, et aucune autre chimiothérapie testé est venu près de travailler aussi bien que la cyclophosphamide. L'équipe de la Mayo Clinic a également signalé que le traitement combiné a été très bien toléré et effectivement moins toxiques que des agonistes TLR ou cyclophosphamide donnés individuellement.

Des études ont révélé que, même avant le traitement, les souris cancéreuses porteuses ont des réponses immunitaires des lymphocytes T contre leurs tumeurs, ne nécessitant que des injections hebdomadaires de l'agoniste TLR et cyclophosphamide pour devenir thérapeutiquement efficace. Fait important, les agents de traitement n'ont pas besoin d'être injectés directement dans les tumeurs, et ont été totalement efficaces contre les métastases étendues ainsi que les sites de la tumeur primaire.

La combinaison de médicaments a également révélé un avantage supplémentaire - il a activé les monocytes (un type de globules blancs) à participer à la mise à mort des cellules cancéreuses. Explique le Dr Gendler, «Il semble très probable que chaque cycle de traitement stimule la moelle osseuse à multiplier les monocytes fraîchement activés, qui distribuent dans tout le corps, les cellules normales de rechange, pour trouver et tuer les cellules cancéreuses."

Le Dr Cohen ajoute: «Nous avons également été en mesure d'identifier des agonistes TLR qui peuvent de même activer des monocytes humains à rechercher et tuer les tumeurs."

Mayo Clinic poursuit ses recherches, qui étudie actuellement dans un essai clinique approuvé par la FDA que les patients atteints de cancers avancés, y compris du , du , du , le mélanome et d'autres, réagissent de manière similaire aux souris lorsque le traitement de cyclophosphamide est jumelé avec l'agoniste motolimod TLR.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15754
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Les combinaisons de médicaments pourraient être le futur.   Jeu 22 Oct 2015 - 15:28

C'est un peu la suite de l'article précédent (plus bas), 2 ans plus tard la recherche a avancé au MIT


About half of all tumors are missing a gene called p53, which helps healthy cells prevent genetic mutations. Many of these tumors develop resistance to chemotherapy drugs that kill cells by damaging their DNA.

MIT cancer biologists have now discovered how this happens: A backup system that takes over when p53 is disabled encourages cancer cells to continue dividing even when they have suffered extensive DNA damage. The researchers also discovered that an RNA-binding protein called hnRNPA0 is a key player in this pathway.

"I would argue that this particular RNA-binding protein is really what makes tumor cells resistant to being killed by chemotherapy when p53 is not around," says Michael Yaffe, the David H. Koch Professor in Science, a member of the Koch Institute for Integrative Cancer Research, and the senior author of the study, which appears in the Oct. 22 issue of Cancer Cell.

The findings suggest that shutting off this backup system could make p53-deficient tumors much more susceptible to chemotherapy. It may also be possible to predict which patients are most likely to benefit from chemotherapy and which will not, by measuring how active this system is in patients' tumors.

Rewired for resistance

In healthy cells, p53 oversees the cell division process, halting division if necessary to repair damaged DNA. If the damage is too great, p53 induces the cell to undergo programmed cell death.

In many cancer cells, if p53 is lost, cells undergo a rewiring process in which a backup system, known as the MK2 pathway, takes over part of p53's function. The MK2 pathway allows cells to repair DNA damage and continue dividing, but does not force cells to undergo cell suicide if the damage is too great. This allows cancer cells to continue growing unchecked after chemotherapy treatment.

"It only rescues the bad parts of p53's function, but it doesn't rescue the part of p53's function that you would want, which is killing the tumor cells," says Yaffe, who first discovered this backup system in 2013.

In the new study, the researchers delved further into the pathway and found that the MK2 protein exerts control by activating the hnRNPA0 RNA-binding protein.

RNA-binding proteins are proteins that bind to RNA and help control many aspects of gene expression. For example, some RNA-binding proteins bind to messenger RNA (mRNA), which carries genetic information copied from DNA. This binding stabilizes the mRNA and helps it stick around longer so the protein it codes for will be produced in larger quantities.

"RNA-binding proteins, as a class, are becoming more appreciated as something that's important for response to cancer therapy. But the mechanistic details of how those function at the molecular level are not known at all, apart from this one," says Ian Cannell, a research scientist at the Koch Institute and the lead author of the Cancer Cell paper.

In this paper, Cannell found that hnRNPA0 takes charge at two different checkpoints in the cell division process. In healthy cells, these checkpoints allow the cell to pause to repair genetic abnormalities that may have been introduced during the copying of chromosomes.

One of these checkpoints, known as G2/M, is controlled by a protein called Gadd45, which is normally activated by p53. In lung cancer cells without p53, hnRNPA0 stabilizes mRNA coding for Gadd45. At another checkpoint called G1/S, p53 normally turns on a protein called p21. When p53 is missing, hnRNPA0 stabilizes mRNA for a protein called p27, a backup to p21. Together, Gadd45 and p27 help cancer cells to pause the cell cycle and repair DNA so they can continue dividing.

Personalized medicine

The researchers also found that measuring the levels of mRNA for Gadd45 and p27 could help predict patients' response to chemotherapy. In a clinical trial of patients with stage 2 lung tumors, they found that patients who responded best had low levels of both of those mRNAs. Those with high levels did not benefit from chemotherapy.

"You could measure the RNAs that this pathway controls, in patient samples, and use that as a surrogate for the presence or absence of this pathway," Yaffe says. "In this trial, it was very good at predicting which patients responded to chemotherapy and which patients didn't."

The MK2 pathway could also be a good target for new drugs that could make tumors more susceptible to DNA-damaging chemotherapy drugs. Yaffe's lab is now testing potential drugs in mice, including nanoparticle-based sponges that would soak up all of the RNA binding protein so it could no longer promote cell survival.

---

Environ la moitié de toutes les tumeurs manque d'un gène appelé p53, qui aide les cellules saines et empêchent mutations génétiques. Beaucoup de ces tumeurs développent une résistance aux médicaments de chimiothérapie qui tuent les cellules en endommageant leur ADN.

Les Biologistes du cancer du MIT ont maintenant découvert comment cela se passe: un système de sauvegarde qui prend le relais quand p53 est désactivé encourage les cellules cancéreuses pour qu'elles poursuivent leur division, même quand elles ont subi des dommages à l'ADN. Les chercheurs ont également découvert qu'une protéine de liaison à l'ARN appelé hnRNPA0 est un acteur clé dans cette voie.

"Je dirais que cette protéine de liaison à l'ARN est vraiment particulière et rend les cellules tumorales résistantes à être tuées par la chimiothérapie, lorsque p53 n'est pas là," dit Michael Yaffe, l'auteur principal de l'étude, qui paraît dans le Octobre numéro 22 de Cancer Cell.

Les résultats suggèrent que couper ce système de sauvegarde pourrait rendre les tumeurs déficientes en p53 beaucoup plus sensibles à la chimiothérapie. Cela peut être possible également de prédire quels patients sont les plus susceptibles de bénéficier de la chimiothérapie et lesquels ne le seront pas, par la mesure de la façon dont ce système est actif dans les tumeurs des patients.

recâblage de la Résistance

Dans les cellules saines, p53 supervise le processus de division cellulaire, il arrête la division si nécessaire pour réparer l'ADN endommagé. Si le dommage est trop grande, p53 induit la cellule de subir la mort cellulaire programmée.

Dans de nombreuses cellules cancéreuses, si p53 est perdue, les cellules subissent un processus de recâblage dans lequel un système de sauvegarde, connu sous le nom de la voie de MK2, prend en charge une partie de la fonction de p53. La voie de MK2 permet aux cellules de réparer les dommages de l'ADN et de continuer à se diviser, mais ne force pas les cellules à subir le suicide cellulaire si le dommage est trop grand. Ceci permet aux cellules cancéreuses de continuer à croître sans contrôle après un traitement de chimiothérapie.

"Mk2 sauve les mauvaises parties de la fonction de p53, mais il ne sauve pas la partie de la fonction de p53 que vous voudriez, qui tuerait les cellules tumorales," dit Yaffe, qui découvrit le premier de ce système de sauvegarde en 2013.

Dans la nouvelle étude, les chercheurs ont creusé plus loin dans la voie et ont découvert que la protéine MK2 exerce un contrôle en activant la protéine hnRNPA0 qui se lie aux ARNs.

Des protéines qui se lient à l'ARN sont des protéines qui se lient à l'ARN et aide à contrôler de nombreux aspects de l'expression génique. Par exemple, certaines protéines se liant l'ARN se lient à l'ARN messager (ARNm), qui porte l'information génétique de l'ADN copié. Cette liaison stabilise l'ARNm et l'aide à rester dans les parages plus longtemps si la protéine pour laquelle il code sont produites en grandes quantités.

" Ces protéines de liaison avec l'ArN, en tant que classe, sont de plus en plus apprécié comme quelque chose qui est important pour la réponse au traitement du cancer. Mais les détails mécanistiques de la façon dont les fonctions au niveau moléculaire ne sont pas connus du tout, en dehors de celui-ci," dit Ian Cannell, un chercheur à l'Institut Koch et l'auteur principal de l'article de Cancer Cell.

Dans cet article, Cannell a constaté que hnRNPA0 prend en charge à deux points de contrôle différents dans le processus de division cellulaire. Dans les cellules saines, ces points de contrôle permettent à la cellule de pause de réparer des anomalies génétiques qui pourraient avoir été introduites pendant la copie des chromosomes.

Un de ces points de contrôle, appelés G2 / M, est commandé par une protéine appelée Gadd45, qui est normalement activée par p53. Dans les cellules du cancer du , sans p53, hnRNPA0 stabilise l'ARNm codant pour Gadd45. A un autre point de contrôle appelé G1 / S, p53 tourne normalement sur une protéine appelée p21. Lorsque p53 est absent, hnRNPA0 stabilise l'ARNm d'une protéine appelée p27, une sauvegarde à la P21. Ensemble, Gadd45 et p27 aide les cellules cancéreuses à mettre en pause le cycle cellulaire et la réparation de l'ADN afin qu'elles puissent continuer à se diviser.

La médecine personnalisée

Les chercheurs ont également constaté que la mesure des niveaux d'ARNm de p27 et Gadd45 pourrait aider à prédire la réponse des patients à la chimiothérapie. Dans un essai clinique de patients atteints de tumeurs de stade 2 du poumon, ils ont constaté que les patients qui ont le mieux réagi avaient de faibles niveaux de ces deux ARNm. Ceux qui ont des niveaux élevés ne bénéficient pas de la chimiothérapie.

"Vous pourriez mesurer les ARN que cette voie contrôles, dans des échantillons de patients, et l'utiliser comme un substitut pour la présence ou l'absence de cette voie», explique Yaffe. "Dans ce test, il était très bon pour prédire quels patients ont répondu à la chimiothérapie et les patients qui ne l'ont pas fait."

La voie de MK2 pourrait également être une bonne cible pour de nouveaux médicaments qui pourraient rendre les tumeurs plus sensibles aux médicaments de chimiothérapie endommageant l'ADN. Le laboratoire de Yaffe est en train de tester des médicaments potentiels chez la souris, y compris les éponges à base de nanoparticules qui pourraient imprégner la totalité de la protéine de liaison à l'ARN de sorte qu'il ne pouvait plus favoriser la survie cellulaire.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15754
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Les combinaisons de médicaments pourraient être le futur.   Ven 15 Nov 2013 - 15:36

Nov. 14, 2013 — About half of all cancer patients have a mutation in a gene called p53, which allows tumors to survive and continue growing even after chemotherapy severely damages their DNA.

La moitié des cancers ont une mutation sur un gène appelé p53 ce qui permet aux tumeurs de survivre et de continuer de se développer même lorsque la chimio les endommage sévèrement.

A new study from MIT biologists has found that tumor cells with mutated p53 can be made much more vulnerable to chemotherapy by blocking another gene called MK2. In a study of mice, tumors lacking both p53 and MK2 shrank dramatically when treated with the drug cisplatin, while tumors with functional MK2 kept growing after treatment.

Une nouvelle étude du MIT a découvert que les cellules cancéreuses avec p53 muté peuvent être rendu beaucoup plus vulnérable à la chimio en bloquant un autre gène appelé MK2. Dans une étude sur des souris, les tumeurs manquant de p53 et de MK2 ont rétréci dramatiquement lorsque traitées avec de la cisplatine, alors que les tumerus avec un MK2 fonctionnelle reprenait leur croissance après le traitement.

The findings suggest that giving cancer patients a combination of a DNA-damaging drug and an MK2 inhibitor could be very effective, says Michael Yaffe, the David H. Koch Professor in Science and senior author of a paper describing the research in the Nov. 14 issue of the journal Cell Reports.

Les découvertes suggèrent que donner aux patients une combinaison d'inhibiteur de MK2 et un médicament qui endommage l'adn des cellules cancéreuses pourrait être efficace.

Several drugs that inhibit MK2 are now in clinical trials to treat inflammatory diseases such as arthritis and colitis, but the drugs have never been tested as possible cancer treatments.

Plusieurs médicaments qui inhibent MK2 sont en essais cliniques pour traiter l'inflammation de l'arthrite ou des coliques mais ces médicaments n'ont pas été testés contre le cancer.

"What our study really says is that these drugs could have an entirely new second life, in combination with chemotherapy," says Yaffe, who is a member of MIT's Koch Institute for Integrative Cancer Research. "We're very much hoping it will go into clinical trials" for cancer.

Sandra Morandell, a postdoc at the Koch Institute, is the paper's lead author.

To kill a tumor

P53 is a tumor-suppressor protein that controls cell division. Before cell division begins, p53 checks the cell's DNA and initiates repair, if necessary. If DNA damage is too extensive, p53 forces the cell to undergo programmed cell death, or apoptosis. Tumors that lack p53 can avoid this fate.

"Usually p53 is the main driver of cell death, and if cells lose this pathway they become very resistant to different treatments that cause cell death," Morandell says.

Several years ago, researchers in Yaffe's lab discovered that in cancer cells with mutated p53, the MK2 gene helps counteract the effects of chemotherapy. When cancer cells suffer DNA damage, MK2 puts the brakes on the cell division cycle, giving cells time to repair the damage before dividing.

"Our data suggested if you block the MK2 pathway, tumor cells wouldn't recognize that they had DNA damage and they would keep trying to divide despite having DNA damage, and they would end up committing suicide," Yaffe says.


nos données suggèrent que si vous bloquez MK2, les cellules cancéreuses ne reconnaitront pas qu'elles ont de l'adn emdommagé et vont continuer d'essayer de se diviser pour finir par se suicider.

In the new study, the researchers wanted to see if this would hold true in tumors in living animals, as well as cells grown in a lab dish. To do that, they used a strain of mice that are genetically programmed to develop non-small-cell lung tumors. The researchers further engineered the mice so they could reversibly turn the MK2 gene on or off, allowing them to study tumors with and without MK2 in the same animal.

This new approach allows them, for the first time, to compare different types of tumors in the same mice, where all genetic factors are identical except for MK2 expression.

Using these mice, the researchers found that before treatment, tumors lacking both MK2 and p53 grow faster than tumors that have MK2. This suggests that treating tumors with an MK2 inhibitor alone would actually do more harm than good, possibly increasing the tumor's growth rate by taking the brake off the cell cycle.

However, when these tumors are treated with cisplatin, the tumors lacking MK2 shrink dramatically, while those with MK2 continue growing.

toutefois lorsque traitées au cisplatine, les tumerus qui manquet de MK2 rétrécissent grandement pendant que celles avec MK2 continue à croitre.

'A nonobvious combination'

The potential combination of cisplatin and MK2 inhibitors is unlike other chemotherapy combinations that have been approved by the Food and Drug Administration, which consist of pairs of drugs that each show benefit on their own. "What we found is a combination that you would never have arrived at otherwise," Yaffe says. "It's a nonobvious combination."

While this study focused on non-small-cell lung tumors, the researchers have gotten similar results in cancer cells grown in the lab from bone, cervical, and ovarian tumors. They are now studying mouse models of colon and ovarian cancer.

Des résultats sur le cancer du des os et d'autres sont à l'étude etc.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15754
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Les combinaisons de médicaments pourraient être le futur.   Mer 24 Oct 2012 - 14:30



(Oct. 24, 2012) — An interdisciplinary team of researchers has dissected a case of synergy in drug-resistant chronic myeloid leukemia to understand the mechanism by which two drugs, danusertib and bosutinib, work together to overcome resistance in the BCR-ABL gatekeeper mutation-specific disease. The team includes a researcher at Moffitt Cancer Center and colleagues at the CeMM Research Center for Molecular Medicine of the Austrian Academy of Sciences in Austria and the Massachusetts Institute of Technology. The goal is to address an unmet medical need because this BCR-ABL mutation confers resistance to all currently approved kinase inhibitors for chronic myeloid leukemia.

[b]Une équipe de chercheur disséqué un cas de synergie de leucémie myéloîde chronique résistante pour comprendre le mécanisme par lequel 2 médicaments, danusertib et bosutinib, travaillaient ensemble pour vaincre la résistance dans la maladie avec la mutation spécifique BCR-ABL.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15754
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Les combinaisons de médicaments pourraient être le futur.   Mer 7 Déc 2011 - 15:05

La combinaison de deux médicaments accroît la survie des femmes atteintes du cancer du sein le plus fréquent, révèle une étude américaine publiée mercredi.

Ce cancer, dit cancer du à récepteur oestrogène positif parce que les oestrogènes poussent les cellules cancéreuses à se développer, représente plus de la moitié de tous les cancers du sein.

Cette étude, présentée à un colloque de spécialistes du cancer du sein à San Antonio (Texas, Sud des États-Unis), représente la première avancée dans le traitement de cette affection depuis dix ans, se félicitent ses auteurs.

En combinant deux molécules, l'anastrozole (médicament Arimidex du britannique AstraZeneca) et le
fulvestrant (Faslodex du même groupe), les chercheurs ont abouti à un allongement de six mois de la survie des femmes ménopausées atteintes de ce cancer, à 47,7 mois, contre 41,3 mois pour le groupe traité uniquement avec l'anastrozole.


L'étude, menée à partir de 2004, englobait au total 700 femmes ménopausées.

Les deux traitements sont habituellement utilisés séparément.

«Les patientes atteintes de ce cancer n'avaient pas eu de nouveau traitement leur apportant un bénéfice en termes de survie depuis plus d'une décennie», s'est félicitée Rita Mehda, coordinatrice de l'étude.

«Ce résultat devrait modifier la manière dont nous traitons ces patientes», a de son côté souligné Kathy Albain, une des co-auteurs de l'étude

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15754
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Les combinaisons de médicaments pourraient être le futur.   Mar 19 Juil 2011 - 11:55

Genentech, la filiale biotechnologique de Roche, annonce qu'une étude de phase III portant sur l'association du pertuzumab et de Herceptin a atteint son critère d'évaluation principal en rallongeant 'significativement' la durée de vie de patientes atteintes d'un cancer du métastatique de type HER2.

L'étude visait à comparer les résultats de l'association du pertuzumab et de Herceptin, un autre anticancéreux, en complément d'une chimiothérapie, par rapport à l'association seule de Herceptin et d'une chimiothérapie.

'Malgré des progrès significatifs, le cancer du sein métastatique positif HER2 reste une maladie incurable', rappelle Genentech dans un communiqué.

'Ces résultats (...) sont très encourageants et illustrent notre engagement à développer de nouvelles options personnalisées pour les personnes atteintes de cette maladie agressive', a souligné Hal Barron, responsable de la recherche chez Genentech.

Les résultats des tests devraient être soumis aux autorités dans le courant de l'année en vue d'un prochain enregistrement du pertuzumab.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15754
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Les combinaisons de médicaments pourraient être le futur.   Mer 13 Juil 2011 - 21:25

L'avastin quant à lui est aujourd'hui remis en doute parce qu'il ne livre pas les promesses auquelles ont se serait attendu logiquement. voici une explication du phénomène, en gros il faudrait combattre la présence des cellules T-regs en même temps que l'angiogenèse parce que ces cellules loins d'être une aide pour supprimer le cancer collabore avec celui-ci pour endormir le système immunitaire. Mais peut-être que la prochaine tentative de médication sera la bonne et que les résultats seront au rendez-vous cette fois-là.


(July 13, 2011) — Targeted therapies that are designed to suppress the formation of new blood vessels in tumors, such as Avastin (bevacizumab), have slowed cancer growth in some patients. However, they have not produced the dramatic responses researchers initially thought they might. Now, research from the Perelman School of Medicine at the University of Pennsylvania might help to explain the modest responses.

Les thérapies ciblées qui sont dessinées pour supprimer la formation des vaisseaux sanguins qui alimentent les tumeurs, comme Avastin (bevacizumab) ont ralenti la croissance du cancer dans certains patients. Toutefois, elles n'ont pas produit les réponses formidables dont les chercheurs avaient rêvé. Maintenant une recherche de l'école de médecine Perelman pourrait aider à expliquer ces modestes réponses.

The discovery, published in the July 14 issue of Nature, suggests novel treatment combinations that could boost the power of therapies based on slowing blood vessel growth (angiogenesis).

La découverte publiée le 14 juillet dans le numéro de "Nature", suggère de nouvelles combinaisons de traitements qui pourraient booster le pouvoir des thérapies qui veulent ralentir la croissance des vaisseaux sanguins (l'angiogenèse).


The Penn investigators, led by George Coukos, MD, PhD, Celso-Ramon Garcia Professor of Reproductive Biology, found that ovarian cancer cells grown under low oxygen conditions -- which promote blood vessel formation -- secrete chemical signals that suppress the patient's immune system, preventing it from killing off the abnormal cancer cells.

Les chercheurs ont découverts à partir des cellules de cancer ovarien cancéreuses qui ont fait leur croissance sous des conditions de rareté d'oxygène ce qui promeut la croissance des vaisseaux sanguins des signaux secrets chimiques qui suppriment le système immunitaire du patient, l'empêchant de détruire les cellules anormales du cancer.


"For the first time, we are realizing that the two programs -- angiogenesis and immune suppression -- are co-regulated and the two programs are mediated by the same cell types," Coukos says. "This creates new therapeutic opportunities, since the study reveals that in order to effectively suppress angiogenesis, one should also suppress a type of immune cell, called regulatory T cells.Thus, commonly used anti-angiogenesis therapies should be combined with therapeutic maneuvers that eliminate regulatory T cells."

Pour la première fois, nous réalisons que les deux programmes, l'angiogenèse et la suppression du système immunitaire sont co-régulés et les deux programmes répondent au même type de cellules. Ceci crée de nouvelles opportunités thérapeuthiques parce l'étude révèle que pour supprimer efficacement l'angiogenèse , on doit supprimer un type de cellule immunitaire, appelées cellules T régulatrices. Ainsi, les thérapies anti-angiogenèses pourraient être combinés avec des manoeuvres thérapeuthiques pour supprimer les cellules T.

Following hints that there might be cross-talk between the two systems, first author Andrea Facciabene, PhD, research assistant professor of Obstetrics and Gynecology, and colleagues grew ovarian cancer cells under normal oxygen conditions or low oxygen (hypoxic) conditions. When the team looked for differences in the proteins called chemokines secreted under the two growth conditions, they found that one signaling molecule, CCL28, was more abundant in low oxygen cultures. CCL28 was also commonly expressed in hypoxic areas of tumors in animal models.

Les chercheurs ont fait des expériences avec des cellules ovariennes cancéreuses croissant sous des conditions normales et anormales d'oxygénation. Ils ont découvert que dans les protéines dites chemokines secrétées sous les deux conditions, que la molécule CCL28 etait plus abondante dans les cultures avec peu d'oxygène . La CCL28 était aussi plus exprimée dans les régions des tumeurs avec peu d'oxygène dans les modèles animal.[/b]

The Penn investigators found that CCL28 recruited regulatory T cells (called T-regs) in experimental situations. Because T-regs suppress local immune responses, including immune cells that kill tumor cells, the researchers hypothesized that CCL28 signaling could induce immune tolerance. In fact, when they looked at tumors grown in animal models, they found that tumors engineered to express CCL28 grew significantly faster than tumors lacking CCL28 expression.

Les chercheurs ont découvert que cette molécule la CCL28 recrutait les cellules T-regs parce que les cellules T-regs suppriment la réponse immunitaire qui tue les cellules cancéreuses. Il sont fait l'hypothèse que la molécule ccl28 induisait en fait la tolérance du système immunitaire. Ils ont cherché à vérifier leur hypothèse avec des expériences sur des animaux et les tumeurs qu'ils ont voulu faite pour exprimées CCl28 croissaient significativement plus vite que les tumeurs manquant de CCl28.

Together the data suggest that hypoxic conditions suppress the immune reaction through T regulatory cells while promoting blood vessel formation. Therefore, to get the most out of anti-angiogenesis drugs, clinicians might need to combine them with drugs that block T-regs.

Mis ensemble, les données suggèrent que les conditions hypoxiques suppriment la réaction du système immunitaire au cancer par l'entremise des cellules T-regs tout en promouvant la formation de vaisseaux sanguins. À partir de ces constatations, les médecins pourraient combiner les médicaments anti-angiogenèse avec les régulteurs de T-regs.

"The tools to eliminate T-regs effectively are not presently available in the clinic, but the field is definitely advancing, with several candidate strategies currently being tested," Coukos said.

Les outils pour supprimer efficacement les T-regs ne sont pas encore disponibles dans les cliniques mais le secteur est en ébullition avec plusieurs statégies courramment testées.

"The other implication of this study is that if anti-angiogenesis therapy induces tumor hypoxia, that could create a rebound increase in regulatory T cells," he continued. "That rebound could account for some of the resistance that is commonly seen in the clinic after anti-angiogenesis therapy is instituted."

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
bernie



Nombre de messages : 3
Localisation : France
Date d'inscription : 03/12/2009

MessageSujet: Si cela pouvait permettre la guérison.   Jeu 7 Juil 2011 - 7:18

Bonjour Denis,

Effectivement la nouvelle est importante. l’Herceptin stimulerai la production d’interférons qui activent les lymphocytes du système immunitaire.
Cela peut ouvrir sur une autre thérapie encore plus efficace.
J'ai eu de l'herceptin, mais le nombre de mes globules blancs sont toujours limite ??
Je vais lors de ma prochaine analyse regarder la formule leucocytaire pour voir le nombre de mes lymphocytes.
Amitiés. !ouaf!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15754
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Les combinaisons de médicaments pourraient être le futur.   Jeu 30 Juin 2011 - 15:35

Des scientifiques du Centre de recherche du Centre hospitalier de l'Université de Montréal (CRCHUM) et du Peter MacCallum Cancer Centre en Australie ont identifié une nouvelle piste prometteuse pour le traitement du cancer du .

Chez 20 à 30% des patientes souffrant d’un cancer du sein, la protéine HER2 (Human Epidermal Growth Factor Receptor-2) est présente en trop grand nombre et constitue la cause principale de la prolifération des cellules cancéreuses. Pour ce type de cancer, le traitement à l’Herceptin (le trastuzumab), est la thérapie standard utilisée depuis quelques années.

Le médicament a pour effet de bloquer l’activité de cette protéine. Cependant, son mécanisme exact n'avait pas encore été entièrement élucidé. Les chercheurs ont découvert qu’en plus de contrer la prolifération cellulaire, l’Herceptin stimule la production d’interférons qui activent les lymphocytes du système immunitaire.

Dans divers types de cancers, on a constaté que la présence de lymphocytes dans la tumeur constitue un facteur de succès dans le traitement. Les chercheurs ont démontré que si l’on combine le traitement Herceptin avec une immunothérapie qui stimule l’activité des lymphocytes, on augmente considérablement l’efficacité du médicament, du moins chez la souris.

«Ces résultats apportent une autre avenue possible au traitement du cancer du sein pour près du tiers des patientes qui en souffrent», explique le professeur Stagg, du CRCHUM. Des études cliniques de phase I pourraient être menées à moyen terme, ouvrant ainsi la voie à une thérapie encore plus efficace.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15754
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Les combinaisons de médicaments pourraient être le futur.   Mer 25 Mai 2011 - 14:05

Le sorafénib, utilisé en complément de la capécitabine, permet une réduction de 40 % du risque de progression ou de décès par rapport au placebo en cas de cancer du triple négatif au stade avancé et une réduction de 43 % lorsqu'il est ajouté à l'association gemcitabine + capécitabine. Enfin, incorporé dans le schéma PAC, il permet une réduction complémentaire de 14 % du risque de progression ou de décès, avec une toxicité essentiellement cutanée (syndrome mains-pieds). De quoi proposer une étude de phase III spécifique car les résultats présentés sont issus de sous-groupes de 3 études de phase 2B.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15754
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Les combinaisons de médicaments pourraient être le futur.   Jeu 19 Mai 2011 - 20:22

Des chercheurs du Centre de recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue de produire et de développer les connaissances scientifiques. Par extension métonymique, la recherche scientifique désigne également...) du Centre hospitalier de l'Université de Montréal (Montréal est à la fois région administrative et métropole du Québec. Cette grande agglomération canadienne constitue un centre majeur du commerce, de l'industrie, de la culture, de la finance et des...) (CRCHUM) et du Peter MacCallum Cancer Centre d'Australie ont identifié une nouvelle piste pour le traitement du cancer du sein.

Chez 20 à 30 % des patientes souffrant d'un cancer du , la protéine HER2 (Human Epidermal Growth Factor Receptor-2) est surexprimée et constitue la cause principale de la prolifération des cellules cancéreuses. Pour ce type de cancer, le traitement à l'Herceptin® (trastuzumab) est la thérapie standard depuis quelques années, où l'action de ce médicament bloque l'activité de cette protéine. Cependant, son mécanisme d'action exact n'avait pas encore été entièrement élucidé.

Les professeurs John Stagg, chercheur au CRCHUM et Mark Smyth, du Peter McCallum Cancer Centre, ainsi que leurs collaborateurs ont découvert qu'en plus de contrer la prolifération cellulaire, l'Herceptin stimule la production d'interférons qui activent les lymphocytes du système immunitaire.

De plus en plus, dans divers types de cancers, on se rend compte que la présence de lymphocytes dans la tumeur constitue un facteur de succès dans le traitement. Les chercheurs ont démontré que si l'on combine le traitement Herceptin avec une immunothérapie qui stimule l'activité des lymphocytes, on augmente considérablement l'efficacité du médicament, du moins chez la souris.

"Ces résultats apportent une autre avenue possible au traitement du cancer du sein pour près du tiers des patientes qui en souffrent,", souligne le professeur Stagg, affilié à la Faculté de pharmacie de l'Université de Montréal et à l'Institut du Cancer de Montréal. Des études cliniques de phase (Le mot phase peut avoir plusieurs significations, il employé dans plusieurs domaines et principalement en physique Smile I pourraient être menées à moyen terme, ouvrant ainsi la voie à une thérapie encore plus ciblée dans l'avenir.

Cette étude a été réalisée en collaboration avec des chercheurs du Peter MacCallum Cancer Centre, East Melbourne, Australie; de l'Institut Jules Bordet, Bruxelles, Belgique; de l'Université de Melbourne, Australie; et de l'Université Juntendo, Tokyo, Japon;

Ces résultats ont été publiés dans la dernière version en ligne de Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America. Cette étude a été subventionnée par le National Health and Medical Research Council of Australia, le Susan Komen Breast Cancer Foundation et le Victoria Breast Cancer Research Consortium (Australie).

Le rôle des lymphocytes
Les lymphocytes sont des cellules normales du sang. Ils appartiennent au groupe des globules blancs et ont un rôle majeur dans la défense contre les infections et la mémoire (D'une manière générale, la mémoire est le stockage de l'information. C'est aussi le souvenir d'une information.) immunitaire.

Le rôle des interférons
Ces protéines sont notamment produites par les cellules du système immunitaire, et ont pour rôle de défendre l'organisme des agents pathogènes tels les virus, bactéries (Les bactéries (Bacteria) sont des organismes vivants unicellulaires procaryotes, caractérisées par une absence de noyau et d'organites. La plupart des bactéries possèdent une paroi cellulaire glucidique, le peptidoglycane. Les bactéries...), parasites et cellules tumorales. Ils portent ce nom d'interférons parce qu'ils "interfèrent" avec la réplication virale dans les cellules hôtes. Parmi d'autres fonctions, ils sont responsables de l'activation des lymphocytes.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15754
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Les combinaisons de médicaments pourraient être le futur.   Jeu 19 Mai 2011 - 14:34

Certain breast cancer patients may benefit from combined HER-2 targeted treatment without chemotherapy

Certaines patientes atteintes de cancer du pourrait bénéficier d'un traitement cibé qui ciblerait HER-2 sans la chimio.

HOUSTON -- (May 18, 2011) -- A subset of breast cancer patients who have tumors overexpressing a protein called the human epidermal growth factor receptor 2 (HER-2 positive) may benefit from a combination of targeted treatments and may not need chemotherapy, said researchers from the Lester and Sue Smith Breast Center at Baylor College of Medicine on behalf of the Translational Breast Cancer Research Consortium in an abstract released today by the American Society of Clinical Oncology.

Un sous-type de patientes avec un cancer du qui ont des tumeurs surexprimant une protéine humaine appelée "récepteur de facteur de croissance épidermique humaine" (HER-2) pourrait bénéficier d'une combinaison de thérapies de traitements ciblés sans avoir à recourir à la chimio.

Dr. Jenny Chang, previously with the Smith Breast Center and now director of the Methodist Cancer Center in Houston, will present the results of this clinical study (TBCRC 006) in an oral presentation at the annual ASCO meeting in Chicago in June.

Le docteur Jenny Chang présentera cette étude clinique dans une présentation orale à la réunion d'ASCO en juin à Chicago.

The clinical trial involved 64 women with large tumors that tested positive for HER-2 and some that were also estrogen-receptor positive. Using two drugs – lapatinib and trastuzumab – that target HER-2 in different ways, physicians were able to eradicate tumors in 38 percent of estrogen-receptor negative patients and 21 percent of estrogen receptor-positive patients, said Dr. C. Kent Osborne, director of the Smith Breast Center and a senior author of the report. Estrogen-receptor positive patients were also given an aromatase inhibitor to stop production of estrogen.

L'essai clinique comportait 64 femmes avec de grosses tumeurs qui testaient positif au HER-2 et quelques une qui étaient aussi positive au récepteur d'eoestrogène. En utlisant deux médicament Lapatinib et Trastumazumab - qui ciblent HER-2 de différentes manières, les docteurs ont été capables d'éradiquer les tumeurs dans 38% des patientes avec le récepteur d'oestrogène négatif et 21 % des patientes avec le récepteur d'oestrogène positif. Les patientes avec le récepteur d'oestrogène positif ont reçu aussi un inhibiteur d'aromatase pour stopper la production d'oestrogène.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
bernie



Nombre de messages : 3
Localisation : France
Date d'inscription : 03/12/2009

MessageSujet: Je connais hyper bien le Canada   Mar 8 Déc 2009 - 6:29

Bonjour Denis
Figurez-vous que je connais hyper bien le canada, car j'ai mon beau frère qui y a vécu et qui est malheureusement décèdé d'un cancer des poumons à l'age de 45 ans.
Il n'avait jamais fumé pourtant. Nous avons appris que la région de chicoutimi avait un taux élevé de cancer des poumons, ce qui explique que mon beau frère est eux cette maladie et jeune.
Il était un chercheur physicien, et climatologue aussi à l'université de Chicoutimi. Il a laissé 3 enfants en bas âge, car marié assez tard, avec qui ont à gardé des liens malgré que la maman c'est remariée. Ce qui paraît normal.
Vive l' Amitiés Franco-Canadienne
Bernie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15754
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Les combinaisons de médicaments pourraient être le futur.   Lun 7 Déc 2009 - 17:25

Merci bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
bernie



Nombre de messages : 3
Localisation : France
Date d'inscription : 03/12/2009

MessageSujet: Vous êtes formidal   Lun 7 Déc 2009 - 17:06

Bonsoir Denis,

Je vous trouve formidable de remonter le moral des gens comme vous le faites. Vous faites tous les jours le tour de tous les magazines ou news. Bravo pour votre action. Vous faites parti des gens rares
Bernie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15754
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Nexavar + Xeloda   Mar 24 Nov 2009 - 13:51

En associant deux produits anti-tumoraux déjà connus, une équipe espagnole est parvenue à des résultats encourageants pour le traitement du cancer du sein avancé.

Chaque année en France, 11.000 femmes meurent encore d’un cancer du sein et 50.000 nouveaux cas sont déclarés. Malgré des résultats spectaculaires au niveau thérapeutique depuis les années 1990 cette maladie reste la principale cause de mortalité par cancer chez la femme.

Des avancées thérapeutiques significatives continuent pourtant de se faire jour. C’est ce que montrent par exemple, les résultats d’une étude de phase II conduite à Barcelone en Espagne, et basée sur l’association de deux anticancéreux par voie orale. Chez 229 patientes atteintes d’un cancer du sein localement avancé ou métastatique, l’équipe du Pr Jose Baselga à l’Institut du cancer de Vall d’Hebron, a évalué le sorafénib (Nexavar de son nom commercial) – déjà reconnu dans le traitement des cancers du rein et du foie – en association avec la capécitabine (Xeloda).

Réalisé en double aveugle et contre placebo, ce travail montre que cette association pourrait constituer une option thérapeutique de choix. « Nos résultats (en termes d’amélioration de la survie) sont un signal positif quant au potentiel de cette association, explique le Pr Baselga. La tolérance a été conforme aux attentes, et aucune toxicité nouvelle ou inattendue n’est apparue. » Encore un peu de patience toutefois, ce duo doit désormais être évalué sur de plus larges cohortes avant d’envisager un recours à grande échelle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15754
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Les combinaisons de médicaments pourraient être le futur.   Mer 7 Oct 2009 - 4:22

(Oct. 7, 2009) — Think of a protective fence that blocks the neighbor's dog from charging into your backyard. The body, too, has fences -- physical and biochemical barriers that keep cells in their place.

Le corps a ses défenses aussi.

When breast cancer spreads or metastasizes, it crashes through the body's protective fences. The disease becomes fatal when it travels outside the mammary ducts, enters the bloodstream and spreads to the bones, liver or brain. Currently, there are only drugs that try to stem the uncontrolled division of cancer cells within the ducts. Until now, no drugs specifically targeted the invasion and spread of breast cancer to the organs.

Quand le cancer du se répand et métastase, il traverse les barrières protectrices du corps. Jusqu'à maintenant aucun médicament ciblait cette invasion.

A researcher from Northwestern University Feinberg School of Medicine has found a way to strengthen the breast's "fence" to prevent cancer from metastasizing. Researcher Seth Corey, M.D., has discovered that when a drug normally used to treat leukemia is added to a commonly used breast cancer drug, the potent new chemotherapy cocktail helps prevent breast cancer cells from invading.

Un chercheur a trouvé un moyen de renforcer les barrières naturelles du corps afin de prévenir les métastases. ce chercheur a découvert qu'un médicament habituellement employé contre la leucémie peut être ajouter à un autre médicament courant dans le traitement du cancer cela âide à empêcher le cancer de métastaser.

"This is an entirely new way of targeting a cancer cell," said Corey, the Sharon B. Murphy-Steven T. Rosen Research Professor of Cancer Biology and Chemotherapy at the Feinberg School and director of the pediatric oncology program at the Robert H. Lurie Comprehensive Cancer Center of Northwestern University.

C'est un moyen entièrement nouveau de cibler la cellule cancéreuse

Working in the lab with women's breast cancer cells, Corey found that when the leukemia drug dasatinib is combined with the breast cancer drug doxorubicin, the potent mix inhibits breast cancer cell invasion by half. Corey is the principal investigator of the study, which recently was reported in the British Journal of Cancer.

dasatinib + doxorubicinest une puissante combinaison pour traiter le cancer du
Dasatinib targets an enzyme called the Src kinase, which is believed to play a key role in breast cancer invasion and metastases.

"Perhaps this drug could be given to prevent invasion from happening in the first place," said Corey, who also is a pediatric oncologist at Children's Memorial Hospital. "This might keep the disease in check and prevent it from progressing."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15754
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Les combinaisons de médicaments pourraient être le futur.   Jeu 24 Sep 2009 - 5:56

BERLIN, Sept. 23 /PRNewswire-FirstCall/ -- Bayer HealthCare Pharmaceuticals and Onyx Pharmaceuticals, Inc. (Nasdaq: ONXX) today announced the full results from their first collaborative group-sponsored randomized, double-blind, placebo-controlled Phase 2 trial showing that Nexavar® (sorafenib) tablets in combination with the oral chemotherapeutic agent, capecitabine, significantly extended progression-free survival in patients with advanced breast cancer. The data were presented at the joint 15th European CanCer Organisation (ECCO) and 34th European Society for Medical Oncology (ESMO) Multidisciplinary Congress in Berlin.
L'agent orale capecitabine pris en combianison avec le Nexavar (sofarenib) prolonge significativement la survie des personnes avec un cancer du avancé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15754
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Les combinaisons de médicaments pourraient être le futur.   Mer 10 Jan 2007 - 14:55



Sprycel est un médicament oral récemment approuvé par la FDA. il marche en arrêtant la production des protéines impliqués dans la croissance du cancer.

La société américaine d'hématologie présente des résultats qui établissent que le traitement avec le Sprycel (dasatinib)fournit de meilleurs résultats comparé à ceux avec de plus grandes doses de Gleevec (imatinib)pour les patients atteints de leucémie chronique myéloïde (CML) qui ont cessé de répondre aux doses standards de Gleevec.



Les résultat ont indiqués que les patients qui ont eu la meilleur réponse avec la dose initial de glivec ont eu une réponse de 35% de réponse complète avec le Sprycel comparé à seulement 7 % à ceux traité avec seulement des doses accrues de glivec .


Les patients qui n'avaient pas reçu une grande réponse avec la dose initial de Gleevec ont eu 44% de réponses majeures avec le Sprycel comparé à seulement 7% également avec seulement les doses accrues de glivec.

Les chercheurs ont donc conclu que le Sprycel seul fournit une meilleur réponse parmi les patients avec le CML qui ont cessé de répondre à la thérapie du Glivec.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15754
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Les combinaisons de médicaments pourraient être le futur.   Lun 5 Juin 2006 - 15:36

Citation :
ATLANTA (Reuters) - Using combinations of "smart bomb" cancer drugs that target specific proteins and avoid the indiscriminate cell destruction of chemotherapy may be the wave of the future for cancer patients, experts say.
Early studies show that combining targeted treatments such as Genentech Inc.'s breast cancer drug Herceptin with GlaxoSmithKline Plc's experimental treatment Tykerb, may be helpful in patients who do not respond to Herceptin alone, said Dr. Jose Baselga, chief of medical oncology service at Vall d'Hebron University Hospital in Barcelona, Spain.
Targeted therapies act as smart bombs by crippling or knocking out deadly cancer cells while leaving healthy cells intact, unlike the scorched-earth approach of chemotherapy, which kills both healthy and unhealthy cells.
Using Herceptin and Tykerb together is just one of many drug combinations that could improve on results seen with existing targeted therapies such as ImClone Systems Inc.'s colon cancer drug Erbitux and OSI Pharmaceuticals Inc.'s lung cancer drug Tarceva.
"All the chemical models suggest that combinations will be superior, though the data still has to prove it," Baselga said at the annual meeting of the American Society of Clinical Oncology.
This past weekend, investigators at the meeting in Atlanta released data from a mid-stage trial on lung cancer patients of Pfizer Inc.'s kidney cancer drug Sutent. Now they are planning to test it in combination with Tarceva.
"Most of us feel that except for in very rare instances, tumors are driven by multiple pathways and therefore it makes sense that a multi-targeted approach makes most sense," said Mark Socinski, associate professor of medicine at the University of North Carolina at Chapel Hill.
Researchers say they now also plan to test combinations of Novartis AG's drug Gleevec with Bristol-Myers Squibb Co.'s Sprycel in chronic myelogenous leukemia. A U.S. advisory panel recently recommended that Sprycel be approved.
The first targeted therapies isolated single targets. Genentech's Avastin targets a protein known as vascular endothelial growth factor (VEGF), which cuts off the oxygen and nutrients tumors need to survive. Erbitux attacks the epidermal growth factor receptor (EGFR), which curtails tumor growth.
But drugs such as Sutent hit multiple targets, as does Bayer AG and Onyx Pharmaceuticals' kidney cancer drug Nexavar.
In the colorectal field, behind Avastin and Erbitux, comes Amgen Inc's. panitumumab, which also targets EGFR, but has not yet been approved.
As more is learned about drugs that are directed at single targets, evidence is emerging that they may hit more than initially thought.
"New research indicates that targeting EGFR can affect multiple growth factors as well, representing a sort of sideways approach to inhibiting other proteins like VEGF," said Dr. William Li, head of the Angiogenesis Foundation.
Utiliser des combinaisons de médicaments ou de "bombes intelligentes" pour cibler les protéines spécifiques et éviter la destruction des cellules saines peut être la mode dans le futur selon les experts.
Des études montrent que la combianison de traitements ciblés comme Le médicament Herceptin pour le cancer du :sein:avec tykerb pourrait aider les patients qui ne répondent pas à Herceptin seul.
Les thérapies ciblées agissent comme des bombes intelligentes en s'Attaquant seulement aux cellules cancéreuses et non aux cellules saines.
Utiliser l'herceptine et Tykerb ensemble n'est qu'une des combinaisons qui pourrait améliorer les résultats. Une autre pourrait être Erbitux et Tarceva.
Tous les modèles chimiques suggèrent que les combinaisons seront supérieur mais ils restent à le prouver par des données.
Ce week-end les chercheurs ont pris connaissance des résultats d'une étude du médicament Sutent pour le cancer du . Maintenant ils veulent essayer ce médicament avec Tarceva.
La plupart de nous pensons que, excepté pour de rares exemples, les tumeurs sont alimentés par de multiples sources et c'est plausible que des médicaments avec une approche à cibles multiples ait de meilleures résultats.  
Les chercheurs veulent ausi essayé le Gleevec avec le médicament Sprycelpour la leucémie qui vient d'être approuvé
Les premières thérapies ciblées ciblaient seulement une cible. L'Avastin cible une protéine connue comme VEGF (vascular endothelial growth factor) qui stoppe l'apport d'oxygène et de nutriments à la tumeur. Erbitux attaque le recepteur du facteur de croissance (EGFR) ce qui diminue la croissance de la tumeur.
Mais des médicaments comme Sutent s'attaque à de multiples cibles, comme fait Bayer AGet Nexavar de la pharmaceutique Onyx.
Pour le cancer du , après Avastin et Erbitux, vient le panitumumab de Amgen inc qui cible aussi le EGFR mais il n'a pas encore été approuvé.
Comme les connaissances s'accroissent au sujet des médicaments qui ont des cibles singulières, il y a des preuves qu'ils pourraient atteindre plus large que la cible initiale.
Des recherches nouvelles indiquent que cibler EGFR peut affecter de multiple facteurs de croissance représentant une sorte d'approche type pour inhiber d'autres protéines comme la VEGF.


Dernière édition par Denis le Mer 13 Juil 2016 - 10:01, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les combinaisons de médicaments pourraient être le futur.   Aujourd'hui à 14:09

Revenir en haut Aller en bas
 
Les combinaisons de médicaments pourraient être le futur.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les combinaisons de médicaments pourraient être le futur.
» Allergie aux médicaments
» La médecine et les médicaments
» la gélatine dans les médicaments
» Combinaisons Apollo : un mystère...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ESPOIRS :: Cancer :: recherche-
Sauter vers: