AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Cancers: nouveaux traitements

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15772
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Cancers: nouveaux traitements    Jeu 23 Juin 2011 - 11:21

(June 22, 2011) — Imagine dropping dish soap into a sink full of greasy water. What happens? As soon as the soap hits the water, the grease recoils -- and retreats to the edges of the sink.

Imaginer laisser tromber du liquide à vaisselle dans un évier rempli d'eau graisseuse. Qu'est-ce qui arrive ? Aussitôt que le liquide à vaiselle touche l'eau, la graisse se regroupe et retraite vers les bords de l'évier.

Now, what if the sink was a cancer cell, the globs of grease were cancer-promoting proteins and the dish soap was a potential drug? According to new research from the University of Toronto Mississauga, such a drug could force the proteins to the cell's membrane (a.k.a., the edge of the sink) -- and make the cancer cell more vulnerable to chemotherapy.

Maintenant qu'arrive-t-il si l'évier est une cellule cancéreuse, les ronds de graisse des protéines qui promeuvent le cancer et le liquide à vaisselle un médicament potentiel ? Selon une nouvelle recherche de l'université de Mississauga, un tel médicament pourrait forcer les protéines à retraiter vers la membrane de la cellule et rendre les cellules cancéreuses plus vulnérable à la chimothérapie.

"This is a totally new approach to cancer therapy," says Professor Patrick Gunning of the Department of Chemical and Physical Sciences. "Everything prior to this has targeted functionally relevant binding sites. Our approach inhibits the mobility of cancer-promoting proteins within cells -- essentially, it's like molecularly targeted glue."

"C'est une toute nouvelle approche au cancer." dit le professeur Patrick Gunning du département des sciences de physique et de chimie. "Avant on a ciblé les sites qui pouvait recevoir le médicament. Notre approche inhibe la mobilité des protéines qui promeuvent le cancer à l'intérieur des cellules. Essentiellement c'est comme une colle moléculaire."

The "glue" is shaped like a dumbbell: at one end is an anchor that sticks to the membrane, and at the other is a molecule that binds to the cancer-promoting proteins. The anchor is a cholesterol molecule that is well known to chemists for sticking to cell membranes. The protein recognition molecule is fairly picky about what it will bind to, reducing the risk of drug-related side effects.

La colle a la forme d'une haltère: à un bout il y a une ancre qui colle à la membrane et à l'autre bout il y a une molécule qui se lie aux protéines qui aident le cancer. L'ancre est une molécule de cholestérol qui est bien connue pour sa propriété de coller aux membranes. La protéine de reconnaissance est une molécule qui travaille sélectivement pour se lier aux cellules cancéreuses auquelles elle doit se lier pour éviter les effets secondaires .

Gunning says that by sticking the target proteins to the cell membrane, the glue-like substance interferes with how they cause cancer cells to multiply out of control. However, on a normal cell, the new therapy should have little effect.

Gunning a dit qu'en collant les protéines aux membranes des cellules, la substance interfère avec la façon de ces protéines de se multiplier et de devenir hors de contrôle. Sur une cellule normale cette nouvelle thérapie devrait avoir peu d'effet.

"We are really excited about the potential for this type of drug," says Gunning, who developed the concept along with Professor Claudiu Gradinaru at U of T Mississauga and Professor James Turkson at the University of Central Florida. "This is ready to move to preclinical studies, and this treatment could slow or stop the explosive growth of cancerous tumours. And for patients, this might reduce the need for really powerful chemotherapy, which can be very hard to tolerate."

"Nous sommes très excité par le potentiel de ce nouveau médicament." a dit Gunning . C'est prêt à être essayé dans des études pré-cliniques et ce traitement pourrait arrêter ou ralentir la croissance explosive des tumeurs cancéreuses. et pour les patients cela pourrait réduire le besoin de chimios puissantes qui sont si dures à tolérer.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Brigitte33



Nombre de messages : 453
Localisation : Bordeaux France
Date d'inscription : 28/03/2011

MessageSujet: Re: Cancers: nouveaux traitements    Lun 30 Mai 2011 - 5:45

Oui, on sent les chercheurs très actifs, si actifs qu'on a du mal à suivre les nouveautés. L'espoir revient devant ce mal du siècle. Bon, je culpabilise moins alors de ne pas avoir poursuivi mes rêves d'enfant "trouver le vaccin contre le cancer". C'est ce que j'écrivais sur les fiches en début d'année scolaire que nous faisaient remplir les profs en répondant à la question: "que veux-tu faire plus tard?" ok
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15772
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Cancers: nouveaux traitements    Dim 29 Mai 2011 - 22:08

Non conventionnel :

Stéphanie Arboit | 30.05.2011 | 00:01


«Si cela fonctionne, on pourra l’utiliser pour d’autres cancers que celui du cerveau! Nous avons déjà un projet pour les s.» Le professeur Roger Stupp, spécialiste du cancer du cerveau, a fait un pari. Quitte à ce que certains le prennent pour un illuminé.

Il expérimente un nouveau traitement sur les glioblastomes, ces tumeurs du meurtrières, avec un pronostic de seulement 6 à 9 mois de survie en cas de rechute. Parfois la chirurgie ne peut rien, parce qu’elles s’infiltrent à travers les lobes comme les doigts d’une main.

Roger Stupp met alors à l’épreuve des électrodes qui envoient des champs magnétiques à la tête du patient (Novo TTF) (lire ci-dessous). «Il y a des sceptiques. Je les comprends: moi aussi au départ je n’y croyais pas!» s’exclame l’oncologue.

Résultats prometteurs

Mais les résultats – qu’il a présentés l’an dernier au plus grand Congrès mondial sur le cancer à Chicago – sont encourageants. L’étude menée dans 28 centres en Europe, aux Etats-Unis et en Israël montre que les malades soignés par les électrodes survivent davantage que ceux traités par chimio.

Les médecins qui doutent estiment que la différence de résultat entre le Novo TTF et la chimio est trop faible pour être significative. «Néanmoins, avec les électrodes, les patients endurent moins d’insomnies, de nausées ou de problèmes intestinaux. Et sans augmentation des crises d’épilepsie», rétorque Roger Stupp.

A Chicago, les oncologues venus l’écouter savent qu’il n’est pas n’importe qui, eux qui parlent du «schéma Stupp» ou «schéma du CHUV». Pour les spécialistes, cela fait référence à une manière de traiter le cancer du cerveau, en combinant une chimio (la Temozolomide) et la radiothérapie.

Ce procédé a eu pour effet de doubler le nombre de patients encore en vie après deux ans de traitement. Et a fait de Roger Stupp une sommité à la une de l’actualité médicale mondiale en 2005.

Roger Stupp passe la majorité de son temps à l’Hôpital Riviera à la Providence, à Vevey. «Les glioblastomes ne représentent que 2% des cancers, soit environ 300 à 500 cas par an en Suisse, 20 000 en Europe. Mais ce n’est pas rare pour moi puisque j’examine des patients du monde entier.»

Le patient le plus célèbre du professeur? Robert Dill-Bundi. L’ex-champion olympique de cyclisme se croit condamné en 2007 à ne survivre que deux ou trois mois. Roger Stupp lui propose le Novo TTF.

Après avoir porté ces électrodes nuit et jour pendant trois ans, la tumeur a tellement diminué qu’elle est devenue opérable. Elle a été enlevée il y a un an.

«En oncologie, la recherche est permanente.»

«Derrière un traitement, il y a un médecin, constate Robert Dill-Bundi. Roger Stupp a la capacité de rentrer dans la psychologie de son patient. Je n’ai jamais été traité comme un légume. J’ai rencontré peu de médecins comme lui dans ma carrière, tant au niveau de sa personnalité que de la confiance qu’il sait instaurer.»

Roger Stupp est né à Bâle en 1959, a été formé à Zurich et à Chicago avant de rejoindre en 1996 le CHUV, où il enseigne et travaille à 40%. Médecin chaleureux, là où certains s’endurcissent au contact de la mort, il est humble.

Aussi bien devant les prix reçus – «Ils concernent le passé. Moi je vais de l’avant.» – que devant la maladie: «Il faut faire attention à ne pas trop donner d’espoir aux patients avec le Novo TTF. Beaucoup risquent d’être déçus. Il ne faut pas se reposer: en oncologie, la recherche est permanente.»



--------------------------------------------------------------------------------


Au moment de la division cellulaire

«Pour se reproduire, les cellules (y compris cancéreuses) se divisent. A ce moment-là, leur membrane – en quelque sorte leur peau – est affaiblie. Le champ électrique peut alors les attaquer», explique Roger Stupp.

Ainsi fonctionne le Novo TTF: il envoie des champs électriques alternatifs de faible intensité vers la tumeur. Via des électrodes placées sur le crâne du patient et reliées à une boîte de 3 kilos qui produit l’électricité.

Inventé par un Israélien, le dispositif vient d’être approuvé par l’autorité américaine de la santé. Une grande étude, en combinaison avec la chimio, est en cours. Roger Stupp est responsable des tests pour l’Europe.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15772
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Cancers: nouveaux traitements    Mar 5 Avr 2011 - 10:20

Apr. 4, 2011) — Scientists from the School of Pharmacy at Queen's University Belfast and Almac Discovery Ltd have developed a new treatment for cancer which rather than attacking tumours directly, prevents the growth of new blood vessels in tumours, starving them of oxygen and nutrients, thereby preventing their growth.

Les scientifiques ont développé un nouveau traitement contre le cancer qui, au lieu d'attaquer les tumeurs directements, prévient la formation de vaisseaux sanguins dans les tumeurs les faisant mourir par manque d'oxygène et de nutriements.

Targeting tumour blood vessels is not a new concept, however, this drug attacks the blood vessels using an entirely different pathway and therefore could be useful for treating tumours which don't respond to or which are resistant to current therapies of this type.

Cibler ces vaisseaux saguins n'est pas un nouveau concept, toutefois, ce médicament attaque les vaisseaux sanguins en utilisant un chemin différent et dès lors peut être utile pour traiter les tumeurs qui ne répondent pas ou qui sont résistantes aux thérapies courantes.

Professor Tracy Robson and her research team at Queen's, in collaboration with researchers at Almac Discovery, developed a new drug to disrupt the tumour blood supply. They have demonstrated that this leads to highly effective inhibition of tumour growth in a number of models as reported this month in Clinical Cancer Research, a journal of the American Association for Cancer Research. Almac Discovery is developing the drug candidate and expects to start clinical trials within the next year.

Ils ont démontré que c'était hautement efficace pour inhiber la croissance des tumeurs dans plusieurs sortes de cancers. Le médicament est candidat à des essais cliniques au cours de l'année prochaine.

Professor Tracy Robson from the School of Pharmacy at Queen's explains: "By understanding the anti-angiogenic potential of the natural protein, FKBPL, we have been able to develop small peptide-based drugs that could be delivered to prevent tumour growth by cutting off their blood supply. This is highly effective in models of prostate and breast cancer.

En développant le potentiel de la protéine naturelle FKBPL, nous avons été capable de développer des médicaments basés sur de petits peptides qui pourraient servir à prévenir la croissance de la tumeur en la privant de nutriements. C'est très efficace dans les modèles de cancer du et de la

"However, this also has the potential for the treatment of any solid tumour and we're excited about continuing to work with Almac Discovery as this drug enters clinical trials."

Toutefois celà a aussi le potentiel pour le traitement de n'importe quelle tumeur solide et les chercheurs se réjouissent de pouvoir continuer à trravailler avec Almac discovery à ce médicament qui va aller en essais clinique.


Dernière édition par Denis le Jeu 23 Juin 2011 - 15:11, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Marie



Nombre de messages : 398
Age : 57
Localisation : Picardie France
Date d'inscription : 22/05/2006

MessageSujet: cancer nouveaux traitements   Mer 7 Juin 2006 - 16:07

bonsoir denis,

C'est ce que j'ai entendu aux infos il y à 2 jours,la recherche avance à grands pas ,"ça faisait longtemps",des médicaments trés ciblés pour certaines formes de cancer,l'ESPOIR revient et c'est tant mieux pour tous,bisous @#@
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15772
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Cancers: nouveaux traitements    Mer 7 Juin 2006 - 8:22

Cancers: nouveaux traitements (06/06/2006)

Une palette de molécules à l'étude

ATLANTA Plusieurs agents moléculaires expérimentaux prometteurs pour traiter des cancers avancés du sein, des poumons, des reins et de la prostate, ont été présentés au 42e congrès annuel de la société américaine d'oncologie clinique.


Cancer du sein: Le TyKerb (lapatinib) du groupe GlaxoSmithKline en combinaison avec une chimiothérapie Xeloda (capecitabine), a permis de stabiliser chez un groupe de femmes près de deux fois plus longtemps la prolifération de leur tumeur cancéreuse comparativement à celles traitées seulement avec Xeloda. Ces patientes ne répondaient plus à l'Herceptine (trastuzumab).


Cancer des reins: le Tykerb a freiné la tumeur en agissant contre la production élevée d'EGFR, une protéine jouant un rôle clé dans la croissance et la prolifération des cellules cancéreuses. Le TyKerb était comparé à une thérapie hormonale (megestrol acetate ou tamoxifen), considérée comme le traitement standard dans ce cas.


Cancer du poumon: Le Sutent a réduit ou bloqué la croissance d'une certaine forme de cancer du poumon (non-petits cellules) dans près de 51% des malades comparativement à ceux soignés avec des thérapies standard dont les tumeurs ont continué leur croissance.


Cancer de la prostate et du système lymphatique (non-Hodgkin) : L'agent YM 155 de la firme pharmaceutique japonaise Astellas est le premier traitement cellulaire programmé pour neutraliser la protéine survivin qui détruit le processus naturel de la mort cellulaire chez les cellules cancéreuses.


Cancer du pancréas et autres tumeurs cancéreuses: L'Apo2L, un agent développé par la firme américaine de biotechnologie Genentech, qui provoque l'autodestruction des cellules cancéreuses, a arrêté la croissance des cancers chez plus de 50% des patients.


Enfin, une nouvelle étude montre que d'autres bio marqueurs liés au gène HER 2 pourraient être utilisés pour prédire si des femmes atteintes d'un cancer ovarien avancé répondront favorablement au pertuzumab (Omnitag), une thérapie cellulaire ciblée développée par Genentech.


© La Dernière Heure 2006


Dernière édition par Denis le Lun 30 Mai 2011 - 10:16, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Cancers: nouveaux traitements    Aujourd'hui à 15:15

Revenir en haut Aller en bas
 
Cancers: nouveaux traitements
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» nouveaux traitements
» A t-on découvert de nouveaux traitements pour soigner la BPCO ?
» Recherche sur les Sarcomes.
» Des bonnes nouvelles pour Saku.
» La thyroïde ou glande thyroïde!!glande mdr

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ESPOIRS :: Cancer :: recherche-
Sauter vers: