AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Le cancer de la glande thyroïde

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15761
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Le cancer de la glande thyroïde   Jeu 2 Juin 2016 - 13:03

According to the American Cancer Society, the chance of being diagnosed with thyroid cancer has risen rapidly in the United States in recent years. This appears to be due to increased use of technology to detect thyroid nodules that may not otherwise been found previously. Most thyroid cancers can be treated successfully, but advanced cases can be difficult to treat, especially if they do not respond to radioactive iodine (RAI) therapy. New treatments called 'immunotherapies' are being explored. They target a certain protein that has the ability to shut down T cells -- a part of white blood cells that help the body fight infection and disease naturally. In blocking this activity, these new immunotherapy drugs help T cells get back to work in protecting the body.

Janice M. Mehnert, MD, director of the Phase I and Developmental Therapeutics Program at Rutgers Cancer Institute of New Jersey, is the lead author of research highlighting the immunotherapy drug pembrolizumab and its effect on advanced thyroid cancer. The work is being presented at the American Society of Clinical Oncology (ASCO) Annual Meeting which begins tomorrow in Chicago. Dr. Mehnert, who is also a medical oncologist in the Melanoma and Soft Tissue Oncology Program at Rutgers Cancer Institute, shares more about the research:

Q: How was the study structured?

A: At the time our abstract was submitted, 22 patients with a diagnosis of advanced or metastatic papillary or follicular thyroid cancer who failed prior standard therapy were accrued from multiple international sites. Participants received 10 mg of pembrolizumab every two weeks for up to 24 months or until confirmed progression or unacceptable toxicity. Safety, tolerability and response were assessed every eight weeks for the first six months and every 12 weeks thereafter.

Q: What did you find?

A: At the time we reported our results, six of the 22 patients remained on treatment. Of those who completed therapy, two patients had a partial response for an overall response rate of 9.1 percent, and there was a stable disease rate of 54.5 percent. The six-month overall survival rate was 100 percent and the six month progression free survival rate was 58.7 percent. Updated results will be announced at the annual meeting. There were no treatment-related deaths or therapy discontinuations due to drug-related adverse effects. Overall, pembrolizumab shows promising antitumor activity in advanced cases of follicular or papillary thyroid cancer which progressed on standard treatment. The clinical benefit of pembrolizumab in advanced thyroid cancer will be further studied in a follow-up phase II clinical trial that is now ongoing to try to discover biomarkers which predict response to treatment with pembrolizumab.

Q: How are immunotherapy drugs changing the landscape of cancer treatment?

A: Although many patients treated do not respond, when immunotherapy does induce responses in patients with advanced cancers, these responses may be very long lasting in terms of disease control. As well, at least when used as single agents, these agents tend to confer side effects that patients find much more tolerable than those associated with chemotherapy. It's an exciting time in early phase drug development when we are observing these results in so many different types of cancer.

---

Selon l'American Cancer Society, la chance d'être diagnostiqué avec un cancer de la thyroïde a augmenté rapidement aux Etats-Unis ces dernières années. Cela semble être dû à une utilisation accrue de la technologie pour détecter les nodules thyroïdiens qui ne pouvaient pas autrement les trouver précédemment. La plupart des cancers de la thyroïde peuvent être traités avec succès, mais les cas avancés peuvent être difficiles à traiter, surtout si elles ne répondent pas à l'iode radioactif (RAI) la thérapie. De nouveaux traitements appelés «immunothérapies» sont explorées. Ils ciblent une certaine protéine qui a la capacité d'arrêter les cellules T - une partie des globules blancs qui aident à combattre les infections du corps et de la maladie naturellement. En bloquant cette activité, ces nouveaux médicaments d'immunothérapie aident les cellules T à retourner au travail dans la protection du corps.

Janice M. Mehnert, MD, directeur de la Phase I et Developmental Therapeutics Program à l'université Rutgers Cancer Institute du New Jersey, est l'auteur principal de la recherche mettant en évidence le lambrolizumab et ses effets sur le cancer de la thyroïde avancé. Le travail est présenté à l'American Society of Clinical Oncology (ASCO) réunion annuelle qui commence demain à Chicago. Dr. Mehnert, qui est aussi un oncologue médical dans le mélanome et des tissus mous Programme d'oncologie au Cancer Institute Rutgers, partage plus sur la recherche:

Q: Comment a été l'étude structurée?

A: Au moment ou notre résumé a été soumis, 22 patients avec un diagnostic de papillaire avancé ou métastatique ou d'un cancer de la thyroïde folliculaire qui ont échoué la thérapie standard avant ont été sollcités à partir de plusieurs sites. Les participants ont reçu 10 mg de lambrolizumab toutes les deux semaines jusqu'à 24 mois ou jusqu'à progression confirmée ou une toxicité inacceptable. La sécurité, la tolérabilité et la réponse ont été évalués toutes les huit semaines pour les six premiers mois et toutes les 12 semaines.

Q: Qu'avez-vous trouvé?

R: A l'époque, nous avons signalé nos résultats, six des 22 patients sont restés sur le traitement. Parmi ceux qui ont terminé la thérapie, deux patients ont présenté une réponse partielle pour un taux de réponse global de 9,1 pour cent, et il y avait un taux de stabilisation de la maladie de 54,5 pour cent. Le taux de survie globale de six mois a été de 100 pour cent et le taux de survie de six mois sans progression était de 58,7 pour cent. Les résultats actualisés seront annoncés lors de la réunion annuelle. Il n'y avait aucun décès lié au traitement ou arrêts de traitement en raison d'effets indésirables liés au médicament. Dans l'ensemble, le lambrolizumab montre une activité antitumorale prometteuse dans les cas avancés de cancer de la thyroïde folliculaire ou papillaire qui ont progressé sur le traitement standard. Le bénéfice clinique de lambrolizumab dans le cancer de la thyroïde avancée sera encore étudié dans un essai clinique de phase de suivi II qui est maintenant en cours pour tenter de découvrir des biomarqueurs qui prédisent la réponse au traitement avec lambrolizumab.

Q: Comment des médicaments d'immunothérapie changent le paysage du traitement du cancer?

R: Bien que de nombreux patients traités ne répondent pas, lorsque l'immunothérapie fait induire des réponses chez les patients atteints de cancers avancés, ces réponses peuvent être de très longue durée en termes de contrôle de la maladie. En outre, au moins lorsqu'il est utilisé comme agents uniques, ces agents ont tendance à conférer des effets secondaires que les patients trouvent beaucoup plus tolérables que ceux associés à la chimiothérapie. C'est un moment passionnant dans le développement de médicaments en phase précoce lorsque nous observons ces résultats dans tant de différents types de cancer.

Le nom du médicament change de l'anglais au français ?! c'est curieux mais il s'agit peut-être du même...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15761
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Le cancer de la glande thyroïde   Mer 1 Juin 2016 - 16:31

Earlier this month, AstraZeneca announced that the U.S. Food and Drug Administration (FDA) has granted Orphan Drug designation for the investigational MEK1/2 inhibitor selumetinib for adjuvant treatment of patients with stage III or IV differentiated thyroid cancer.

Selumetinib inhibits the MEK pathway in cancer cells to prevent tumor growth. It is being tested in the phase III ASTRA trial in patients with differentiated thyroid cancer who are at high risk of recurrence. In a phase II investigation of selumetinib in patients with advanced thyroid cancer, clinically meaningful increases in iodine uptake and retention were seen in patients with thyroid cancer that was refractory to radioactive iodine.

Underlying Mechanism

Selumetinib is being tested for its ability to increase expression of sodium/iodine symporter, which is important for radioactive iodine uptake into thyroid cells, with the potential to add a treatment option for patients who do not respond well to radioactive iodine.

Sean Bohen, Executive Vice President of Global Medicines Development and Chief Medical Officer at AstraZeneca, said: “Uptake of radioactive iodine is crucial for patients with thyroid cancer where no other therapies have proven beneficial. Selumetinib could significantly enhance currently available treatment options for these patients. The Orphan Drug designation is an important achievement as we advance our development plans for this potential treatment in differentiated thyroid cancer.”

Orphan Drug Designation Program

The Orphan Drug designation program provides orphan status to drugs and biologics, which are defined as those intended for the safe and effective treatment, diagnosis, or prevention of rare diseases or disorders that affect fewer than 200,000 people in the United States.

Differentiated thyroid cancer is diagnosed in approximately 60,000 people in the United States each year, and radioactive iodine therapy is recommended for those with known or suspected metastases at diagnosis as well as for those at high risk of ­recurrence.

---

Plus tôt ce mois-ci, AstraZeneca a annoncé que la US Food and Drug Administration (FDA) a accordé la désignation de médicament orphelin pour le médicament expérimental inhibiteur de MEK1 / 2  selumetinib pour le traitement adjuvant des patients atteints de stade III ou IV cancer de la thyroïde différencié.

Le Selumetinib inhibe la voie MEK dans des cellules cancéreuses afin de prévenir la croissance tumorale. Il est testé dans l'essai de phase III ASTRA chez les patients atteints d'un cancer différencié de la thyroïde qui sont à risque élevé de récidive. Dans un test de phase II de selumetinib chez les patients atteints d'un cancer de la thyroïde avancée, une augmentation cliniquement significative de l'absorption de l'iode et de rétention ont été observés chez les patients atteints de cancer de la thyroïde qui était réfractaire à l'iode radioactif.

Mécanisme sous-jacent

Le selumetinib est testé pour sa capacité à augmenter l'expression de sodium / iode symporteur, ce qui est important pour l'absorption d'iode radioactif dans les cellules de la thyroïde, avec la possibilité d'ajouter une option de traitement pour les patients qui ne répondent pas bien à l'iode radioactif.

Sean Bohen, vice-président exécutif du développement des médicaments mondial et Chief Medical Officer chez AstraZeneca, a déclaré: «L'absorption de l'iode radioactif est crucial pour les patients atteints de cancer de la thyroïde, où aucun d'autres thérapies ont prouvé bénéfique. Le selumetinib pourrait améliorer de manière significative les options actuellement disponibles pour ces patients. La désignation de médicament orphelin est une réalisation importante qui avance nos plans de développement pour ce traitement potentiel dans le cancer différencié de la thyroïde ".

Programme désignation de médicament orphelin

Le programme de désignation de médicament orphelin fournit le statut d'orphelin aux médicaments et aux produits biologiques, qui sont définis comme destinés au traitement sûr et efficace, le diagnostic ou la prévention des maladies rares ou des troubles qui affectent moins de 200.000 personnes aux Etats-Unis.

cancer de la thyroïde est Differentiated diagnostiqué chez environ 60 000 personnes aux États-Unis chaque année, et la thérapie par l'iode radioactif est recommandé pour ceux qui ont des métastases connues ou présumées au moment du diagnostic, ainsi que pour les personnes à risque élevé de récidive.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15761
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Le cancer de la glande thyroïde   Ven 30 Oct 2015 - 14:33

Cleveland Clinic researchers have discovered a new gene associated with Cowden syndrome, an inherited condition that carries high risks of thyroid, breast, and other cancers, and a subset of non-inherited thyroid cancers, as published today in the online version of the American Journal of Human Genetics.

Thyroid cancer, the most common cancer of the endocrine glands, is the fastest rising cancer in women and second fastest rising in men in the U.S. The new gene, SEC23B, discovered by Charis Eng, MD, PhD, Founding Chair of the Genomic Medicine Institute within Cleveland Clinic's Lerner Research Institute and Director of the Center for Personalized Genetic Healthcare, encodes a protein involved in the transport of all proteins within cells.

Dr. Eng and her team started their gene-hunting journey 3 years ago by examining a multi-generational family with early-onset thyroid cancers. They found that all affected family members had inherited a harmful mutation in this gene. The mutation was not found in any unaffected family members.

"This isn't the first time we discovered novel genetic mutations in Cowden syndrome," said Dr. Eng, "but what was truly remarkable is that the SEC23B gene had been identified back in 2009 as the cause of a very rare type of anemia, but not cancer."

In contrast to anemia, where SEC23B function is lost, Dr. Eng and her team discovered that normal thyroid cells expressing mutated SEC23B grew faster, formed larger colonies, invaded more aggressively, and were able to survive in a very stressful microenvironment--all major hallmarks of cancer.

"Our data not only identified a novel cancer-predisposing gene, particularly in thyroid cancer, but also highlighted how cellular stress responses can be hijacked by cancer cells to promote their survival," said Dr. Eng.

Further analyses uncovered that SEC23B mutations are present in up to 3 percent of unrelated Cowden syndrome patients and in 4 percent of patients with non-syndromic thyroid cancer. With up to 50 percent of Cowden syndrome patients testing negative for all known genetic mutations, the syndrome remains an under-diagnosed and difficult-to-recognize condition.

"The discovery of this new cancer-predisposing gene will facilitate predictive genetic testing, risk assessment, genetic counseling, and clinical management of the disease," said Dr. Eng.

Patients with Cowden syndrome develop noncancerous growths, called hamartomas, that can appear on the skin, in mucous membranes and in the intestinal tract. Cowden syndrome predisposes individuals to several types of cancers -- an 85 percent lifetime risk of breast cancer, a 35 percent risk for epithelial thyroid cancer, and increased risks of uterine, kidney and colon cancers as well. At least one in 200,000 people are affected by the disease.

Dr. Eng previously discovered that Cowden syndrome is caused by a faulty tumor suppressor gene called PTEN (phosphatase and tensin homolog). The gene has since been implicated in a number of other conditions, including a rare form of autism.

---

Les chercheurs Cleveland Clinic ont découvert un nouveau gène associé au syndrome de Cowden, une maladie héréditaire qui comporte des risques élevés de cancer de la thyroïde, du sein et de d'autres cancers, et un sous-ensemble des cancers de la thyroïde non héritées.

Le cancer de la thyroïde, le cancer le plus commun des glandes endocrines, est le cancer à la hausse la plus rapide chez les femmes et le deuxième en termes de croissance rapide chez les hommes aux États-Unis. Le nouveau gène, SEC23B, découvert par Charis Eng, MD, PhD, président-fondateur de l'Institut de médecine génomique au sein de la Cleveland Clinic Lerner Research Institute et directeur du Centre de soins de santé personnalisés génétique, code pour une protéine impliquée dans le transport de toutes les protéines dans les cellules.

Dr. Eng et son équipe ont commencé leur aventure il y a 3 ans par l'examen d'une famille multi-générationnelle avec cancers de la thyroïde à début précoce. Ils ont constaté que tous les membres de la famille touchés avaient hérité une mutation nuisible dans ce gène. La mutation a été trouvée dans aucun membres de la famille qui n'étaient pas touchés.

"Cela n'est pas la première fois que nous avons découvert des mutations génétiques dans le syndrome de Cowden." a déclaré le Dr Eng, "mais ce qui était vraiment remarquable est que le gène SEC23B avait été identifié en 2009 comme étant la cause d'un type très rare d'anémie, mais pas de cancer. "

Contrairement à l'anémie, où la fonction SEC23B est perdu, le Dr Eng et son équipe ont découvert que les cellules thyroïdiennes normales expriment les SEC23B mutés a augmenté plus rapidement, formé de plus grandes colonies, envahi de façon plus agressive, et étaient capables de survivre dans un microenvironnement très stressant - toutes de grandes caractéristiques du cancer.

"Nos données ont non seulement identifié un gène prédisposant au nouveau cancer, en particulier dans les cancers de la thyroïde, mais aussi mis en évidence la façon dont les réponses cellulaires au stress peuvent être détournées par les cellules cancéreuses pour promouvoir leur survie», a déclaré le Dr Eng.

D'autres analyses ont découvert que les mutations de SEC23B sont présentes dans jusqu'à 3 pour cent des patients indépendamment du syndrome de Cowden et 4 pour cent des patients atteints de cancer de la thyroïde non-syndromique. Avec jusqu'à 50 pour cent des patients atteints du syndrome de Cowden testant négatif pour toutes les mutations génétiques connues, le syndrome reste une condition sous-diagnostiquée et difficile à reconnaître.

"La découverte de ce nouveau gène de prédisposition au cancer va faciliter les tests génétiques prédictifs, l'évaluation des risques, le conseil génétique, et la gestion clinique de la maladie," a déclaré le Dr Eng.

Les Patients atteints du syndrome de Cowden développent des excroissances non cancéreuses, appelées hamartomes, qui peuvent apparaître sur la peau, dans les muqueuses et dans le tractus intestinal. Le Syndrome de Cowden prédispose les individus à plusieurs types de cancers - un risque de cancer du sein de la durée de vie de 85 pour cent, un risque 35 pour cent pour les cancers de la thyroïde épithéliale, et un risque accru de cancers du côlon utérus, du rein aussi. Au moins un de 200.000 personnes sont touchées par la maladie.

Le Dr. Eng a précédemment découvert que le syndrome de Cowden est causée par un gène suppresseur de tumeur PTEN (homologue de la phosphatase et de la tensine) défectueux. Le gène a depuis été impliqué dans un certain nombre d'autres conditions, y compris une forme rare de l'autisme.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15761
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Le cancer de la glande thyroïde   Jeu 22 Oct 2015 - 14:55

A discovery made by investigators from Beth Israel Deaconess Medical Center (BIDMC) and the Boston University School of Medicine (BUSM) may help lead to the development of a cell-based regenerative therapy to restore thyroid function in patients with cancer who have had their thyroids surgically removed and children born with congenital hypothyroidism. The new findings are described in the Oct. 22 issue of Cell Stem Cell.

"This research represents an important step toward the goal of being able to better treat thyroid diseases and being able to permanently rescue thyroid function through the transplantation of a patient's own engineered pluripotent stem cells," explained co-corresponding author Anthony N. Hollenberg, MD, Chief of the Division of Endocrinology, Diabetes and Metabolism at BIDMC and Professor of Medicine at Harvard Medical School.

"Until now, we haven't fully understood the natural process that underlies early thyroid development," said co-corresponding author Darrell N. Kotton, MD, Director of the Center for Regenerative Medicine (CReM) at BUSM and Boston Medical Center and Professor of Medicine and Pathology at BUSM. "With this paper, we've identified the signaling pathways in thyroid cells that regulate their differentiation, the process by which unspecialized stem cells give rise to specialized cells during early fetal development."

After deciphering this natural differentiation process, the investigators duplicated it in the laboratory dish by adding a sequence of proteins, called growth factors, to the fluid bathing the stem cells. The team then used murine pluripotent stem cells to regenerate thyroid function in a murine model of hypothyroidism. Next, they adapted this method using induced pluripotent stem cells (iPSCs) engineered from children with congenital hypothyroidism, who are born with genetic defects that prevent their thyroids from fully developing.

Hypothyroidism results when the thyroid gland produces too little thyroid hormone, which impairs metabolism and can result in slowed heart rate, weight gain and chronic symptoms of feeling cold and tired with decreased mental acuity. Although drugs are available to replace thyroid function, with this new discovery, "we can now envision that thyroid function could be restored by transplanting patients' own thyroid cells," said Hollenberg and Kotton.


---

Une découverte faite par des chercheurs peut aider à mener à l'élaboration d'une thérapie régénérative à base de cellules pour restaurer la fonction de la thyroïde chez les patients atteints de cancer qui ont eu leurs thyroïdes enlevés chirurgicalement et les enfants nés avec l'hypothyroïdie congénitale. Les nouveaux résultats sont décrits dans le Octobre numéro 22 de Cell Stem Cell.

"Cette recherche représente une étape importante vers l'objectif d'être en mesure de mieux traiter les maladies de la thyroïde et d'être en mesure de sauvegarder définitivement la fonction thyroïdienne par la transplantation de ses propres cellules souches pluripotentes modifiées d'un patient », a expliqué la co-correspondant auteur Anthony N. Hollenberg, MD , chef de la Division d'endocrinologie, diabète et du métabolisme au BIDMC et professeur de médecine à la Harvard Medical School.

«Jusqu'à présent, nous avions pas pleinement compris le processus naturel qui sous-tend le développement de la thyroïde", dit le co-auteur correspondant Darrell N. Kotton, MD, directeur du Centre pour la médecine régénérative (CREM) à BUSM et Boston Medical Center et professeur de médecine et de pathologie à BUSM. "Avec cet article, nous avons identifié les voies de signalisation dans les cellules de la glande thyroïde qui régissent leur différenciation, le processus par lequel les cellules souches non spécialisées de donner lieu à des cellules spécialisées au cours du développement précoce du fœtus."

Après avoir déchiffré ce processus de différenciation naturel, les enquêteurs l'ont dupliqué dans la coupelle de laboratoire en ajoutant une séquence de protéines, appelées facteurs de croissance, dans un bain fluide des cellules souches. L'équipe a ensuite utilisé des cellules souches pluripotentes murines de régénérer la fonction thyroïdienne dans un modèle murin de l'hypothyroïdie. Ensuite, ils ont adapté cette méthode en utilisant des cellules souches pluripotentes induites (CISP de génie) des enfants atteints d'hypothyroïdie congénitale, qui sont nés avec des défauts génétiques qui empêchent leurs thyroïdes de se développer pleinement.

L'hypothyroïdie se produit lorsque la glande thyroïde produit trop peu d'hormones thyroïdiennes, ce qui altère le métabolisme et peut entraîner un ralentissement de la fréquence cardiaque, le gain de poids et les symptômes chroniques de la sensation de froid et fatigue avec diminution de l'acuité mentale. Bien que les médicaments sont disponibles pour remplacer la fonction thyroïdienne, avec cette nouvelle découverte, "nous pouvons maintenant prévoyons que la fonction thyroïdienne pourrait être rétablie par la transplantation de cellules propres de la thyroïde des patients», a déclaré Hollenberg et Kotton.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15761
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Le cancer de la glande thyroïde   Dim 8 Mar 2015 - 14:59

In patients with advanced thyroid cancer, sunitinib, a drug approved for treatment of several other cancers, showed significant cancer-fighting activity t, a new phase 2 clinical trial has found. Results of the single-center study will be presented Sunday at the Endocrine Society's 97th annual meeting in San Diego.

"Sunitinib can potentially be used as an effective adjunctive treatment in patients with advanced differentiated thyroid cancer," said Principal Investigator Kenneth Burman, MD, Chief of Endocrine at MedStar Washington Hospital Center, Washington, D.C.

Differentiated thyroid cancer is the most common type of cancer of the thyroid, a gland in the neck. For patients with this type of cancer, surgery and treatment with radioactive iodine to destroy the cancer cells are very effective, but in some patients, the tumor will continue to progress.

Burman and his colleagues tested the treatment effect of sunitinib in 23 patients with advanced-stage differentiated thyroid cancer who had undergone at least one course of radioactive iodine treatment. Primarily, they measured progression-free survival, the length of time that the tumor did not progress. They also measured the response of tumor growth to sunitinib using the Response Evaluation Criteria in Solid Tumors (RECIST). Patients received a starting daily dose (37.5 milligrams) of oral Sunitinib

The median progression-free survival was 241 days, or about eight months, the researchers reported.

Because this was a Phase 2 clinical trial, there was no control group. The investigators compared their results against that of the control group from a recently published study in patients with the same type of cancer who received a placebo, or "dummy" pill. Compared with these controls, Burman and his group found that the progression-free survival (PFS) with Sunitinib treatment in their study was significantly longer than without it. Further, the PFS using Sunitinib was comparable to that previously reported for Sorafenib.

According to the study abstract, 83 percent of sunitinib-treated patients benefited from treatment, with either significant shrinkage of the tumors (partial response) or slowed disease progression (stable disease). Six patients (26 percent) had a partial response to Sunitinib, and 13 (57 percent) had stable disease.

"Sunitinib is not a cure but it appears from this study that it may slow the progression of disease," Burman said.

He added that, in general, their patients tolerated the medicine fairly well, with the most commonly reported adverse events being mild or moderate.

Sunitinib is currently available for the treatment of advanced renal cell cancer and two other types of cancer under the brand name Sutent, from Pfizer, which supported this study. A targeted therapy, sunitinib works by inhibiting multiple proteins in cancer cells, limiting cancer cell growth and division.

According to Burman, sunitinib merits a larger, controlled, phase 3 trial for treatment of advanced differentiated thyroid cancer.

---

Chez les patients atteints de cancer de la thyroïde avancé, sunitinib, un médicament approuvé pour le traitement de plusieurs autres cancers, a montré une activité significative dans la lutte contre le cancer de la thyroide, comme l'a montré un essai clinique de phase 2. Les résultats de l'étude monocentrique seront présentés dimanche à la réunion annuelle 97e de l'Endocrine Society à San Diego.

"Sunitinib peut potentiellement être utilisé comme traitement d'appoint efficace chez les patients atteints de cancer différencié de la thyroïde avancé», a déclaré le chercheur principal Kenneth Burman, MD, chef de Endocrine au Centre hospitalier MedStar Washington, Washington, DC

Le cancer différencié de la thyroïde est le type le plus commun de cancer de la thyroïde, une glande dans le cou. Pour les patients souffrant de ce type de cancer, la chirurgie et le traitement à l'iode radioactif pour détruire les cellules cancéreuses sont très efficaces, mais chez certains patients, la tumeur va continuer à progresser.

Burman et ses collègues ont testé l'effet du traitement de sunitinib chez 23 patients avec un stade avancé cancer de la thyroïde différencié qui avaient subi au moins un cours de traitement à l'iode radioactif. Principalement, ils ont mesuré la survie sans progression, la longueur de temps que la tumeur n'a pas progressé. Ils ont également mesuré la réponse de la croissance tumorale au sunitinib en utilisant les critères d'évaluation de réponse dans les tumeurs solides (RECIST). Les patients ont reçu une dose quotidienne de départ (37,5 milligrammes) de sunitinib par voie orale

La médiane de survie sans progression était de 241 jours, soit environ huit mois, les chercheurs ont signalé.

Parce que ce était un essai clinique de phase 2, il n'y avait pas de groupe témoin. Les chercheurs ont comparé leurs résultats par rapport à celle du groupe de contrôle à partir d'une étude récemment publiée dans les patients avec le même type de cancer qui ont reçu un placebo, ou "factice" pilule. Par rapport à ces contrôles, Burman et son groupe ont constaté que la survie sans progression (PFS) avec un traitement sunitinib dans leur étude était significativement plus longue que sans elle. En outre, en utilisant le PFS sunitinib était comparable à celle précédemment rapportée pour sorafénib.

Selon le résumé de l'étude, 83 pour cent des patients traités par sunitinib a bénéficié d'un traitement, soit un retrait important des tumeurs (réponse partielle) ou progression de la maladie ralentie (maladie stable). Six patients (26 pour cent) ont eu une réponse partielle au sunitinib, et 13 (57 pour cent) avaient une maladie stable.

"Le sunitinib n'est pas un remède, mais il ressort de cette étude qu'il peut ralentir la progression de la maladie», a déclaré Burman.

Il a ajouté que, en général, leurs patients ont toléré le médicament assez bien, avec les événements indésirables les plus fréquemment rapportés étant légèrs ou modérés.

Le sunitinib est actuellement disponible pour le traitement du cancer du rein avancé et deux autres types de cancer sous le nom de marque Sutent, de Pfizer, qui a soutenu cette étude. Une thérapie ciblée, sunitinib agit en inhibant de multiples protéines dans les cellules cancéreuses, ce qui limite la croissance et la division des cellules cancéreuses.

Selon Burman, sunitinib mérite une plus grande étude contrôlée, un essai de phase III pour le traitement du cancer différencié de la thyroïde avancé.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15761
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Le cancer de la glande thyroïde   Jeu 5 Sep 2013 - 10:33



Après le cancer de la prostate, c'est au tour du cancer de la thyroïde d'être mis sur la sellette. Une analyse parue la semaine dernière dans le British Medical Journal montre que dans le cas des cancers papillaires – qui représentent 85% des cas de cancers de la thyroïde- les médecins traiteraient beaucoup trop souvent les toutes petites tumeurs.

Ces tumeurs sont si petites, qu'elles ne mettraient pratiquement jamais en péril la vie du patient. Pas de symptômes, pratiquement pas d'évolution. En résumé, on dépiste et on traite des cancers dont, très certainement, le patient n'aurait jamais souffert.

Sachant que le traitement standard consiste en une ablation de la thyroïde – opération bien maitrisée mais qui n'est pas sans risque- et que le patient suivra un traitement hormonal toute sa vie.

Cette analyse est basée sur des données américaines mais aurait pu, tout aussi bien, être menée en France ou dans de nombreux pays occidentaux car un peu partout, on fait le même constat : depuis des décennies, on diagnostique toujours plus de nouveaux cas de cancer de la thyroïde mais pas plus de morts.

Rien qu'aux Etats-Unis, le nombre de malades a triplé en 30 ans, et malgré cela, le nombre de morts n'évolue pas. En France, la mortalité est même en baisse. Moins de quatre cents personnes sont décédées d'un cancer de la thyroïde l'an dernier contre presque cinq cents en 1999. Et dans le même temps - les nouveaux cas de cancers, eux, ont été multipliés par trois.

Sauf que l'analyse des experts américains montre bien que l'explication principale repose bien sur l'utilisation de techniques d'imagerie toujours plus performantes : appareils échographiques, IRM, scanner. Ces nouveaux outils permettent de voir ce que les plus anciens ne pouvaient pas détecter. Dans l'étude américaine, neuf fois sur dix, les tumeurs mesurent moins de 20 millimètres, et certaines d'entre elles dépassent à peine les deux millimètres.

Dans la majorité des cas, les chercheurs estiment qu'il vaut mieux ne pas traiter.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15761
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Le cancer de la glande thyroïde   Mer 12 Juin 2013 - 12:40

La médecine parvient aujourd'hui à guérir 85 % des cancers de la thyroïde mais malheureusement 15 % des patients restent résistants aux traitements habituels.
Des chercheurs du centre Aramson de recherche sur le cancer et de l'université de Pennsylvanie viennent de présenter, à l'occasion du grand congrès américain de cancérologie ASCO, les résultats de leurs essais cliniques de phase 3 concernant l'utilisation thérapeutique d'une nouvelle molécule, le sorafenib, pour les patients atteints d'un cancer de la thyroïde et étant en échec de traitement.
Cette étude réalisée sur 417 patients a confirmé que cette molécule pouvait bloquer la division des cellules cancéreuses ainsi que la formation des vaisseaux sanguins qui nourrissent la tumeur.
À l'issue de l'étude, les chercheurs ont constaté que les patients sous sorafenib avaient un temps de survie doublé et sans progression de leur cancer.
C'est la première fois qu'un traitement oral permet un tel progrès contre le cancer de la thyroïde résistant aux traitements conventionnels.
Cet article a été rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15761
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Le cancer de la glande thyroïde   Jeu 11 Avr 2013 - 9:30

De nouvelles molécules

En thérapeutique, la réduction des doses du traitement par iode radioactif améliore le confort des malades. «Nous avons démontré dans un essai avec 750 malades que le tissu thyroïdien résiduel après l'intervention était aussi bien détruit par une faible dose d'iode 131 (30mCi) que par une forte dose (100mCi) dans les cancers à faible risque. Mais le traitement par 100mCi (1) reste nécessaire après l'ablation de tumeurs à risque élevé ou métastatiques», indique le Pr Schlumberger. Les rechutes locales du cancer sont traitées par chirurgie, iode 131 et parfois radiothérapie externe. Dans les métastases à distance, le traitement par l'iode radioactif est efficace dans un tiers des cas. Les autres métastases peuvent être traitées par cryoablation ou radiothérapie externe.

Mais quand la maladie progresse, les traitements systémiques deviennent nécessaires. «Les chimiothérapies cytotoxiques sont peu efficaces. Depuis 2005, nous disposons de nouvelles molécules, les inhibiteurs de kinases, qui agissent sur des mutations génétiques des cellules cancéreuses et ont aussi un effet anti-angiogénique, inhibiteur des vaisseaux tumoraux. Trois molécules récentes ont des taux de réponse plus élevés, dont deux, le Sorafenib et le Vandetanib, augmentent la survie sans progression de la maladie. C'est un progrès majeur, souligne le Pr Schlumberger. Le Vandetanib donne aussi d'excellents résultats sur d'autres cancers de mauvais pronostics, les cancers médullaires de la thyroïde. Des malades condamnés sont en rémission depuis plusieurs années, retrouvent une vie normale, retravaillent…».

Les progrès reposent aussi sur la mise en commun des compétences, comme dans le réseau national InCA Tuthyref pour les tumeurs réfractaires de la thyroïde, créé autour du centre de référence qu'est l'IGR. «Il permet de discuter en commun des cas difficiles et de monter de nouveaux protocoles. C'est donc une nouvelle chance pour les malades qui sont de véritables partenaires», explique le Pr Schlumberger.

http://sante.lefigaro.fr/actualite/2013/04/03/20157-multiples-progres-contre-cancer-thyroide

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15761
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Le cancer de la glande thyroïde   Jeu 4 Avr 2013 - 15:58

Le 04/04/2013 à 9:36


(CercleFinance.com) - Roche a annoncé jeudi le lancement du marqueur Elecsys Calcitonin, un nouveau test pour le diagnostic et la surveillance du cancer de la thyroïde.

Le marqueur tumoral - destiné aux professionnels de santé - permet d'identifier le carcinome médullaire de la thyroïde à partir de concentrations élevées de calcitonine dans le sang.

Le nouveau test - réalisé en plus d'examens complémentaires - permet de traiter les patients à un stade plus précoce, lorsque les symptômes ne sont pas forcément spécifiques.

Le lancement annoncé aujourd'hui ne concerne pas les Etats-Unis.




_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15761
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Le cancer de la glande thyroïde   Jeu 3 Jan 2013 - 9:58

Bayer HealthCare et l'américain Onyx ont annoncé jeudi le résultat positif d'une étude de phase III sur un traitement du cancer de la thyroïde.

Bayer précise dans un communiqué que l'essai clinique, mené chez des patients atteints de la maladie et traités sans succès à l'iode radioactif (RAI), a atteint son critère d'évaluation principal, à savoir une amélioration 'statistiquement significative' de leur taux de survie.

L'étude a également montré que le profil d'efficacité et d'innocuité de Nexavar par rapport à un placebo étaient compatibles avec le profil connu du médicament, déjà approuvé dans le cancer du rein.

Bayer compte s'appuyer sur ces données pour déposer une demande d'enregistrement du médicament dans le cadre du traitement du cancer de la thyroïde.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15761
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Le cancer de la glande thyroïde   Jeu 3 Mai 2012 - 11:47

Cette étude menée par une équipe de l’Institut de cancérologie Gustave Roussy (IGR) de Villejuif sur 4 stratégies thérapeutiques de traitement par l’iode 131 après chirurgie complète de la thyroïde pour les patients atteints de cancers de la thyroïde à faible risque, montre qu’un des traitements est mieux toléré, avec une moindre dose d’irradiation pour l’organisme. Ces résultats publiés dans l’édition du 3 mai du New England Journal of Medicine précisent les meilleures modalités de traitement.

(...)

Après l’ablation chirurgicale de la thyroïde, la nouvelle modalité thérapeutique consiste à administrer l’hormone thyroïdienne (la thyroxine) pour compenser l’absence de thyroïde, puis en une injection intra-musculaire de TSH humaine recombinante deux jours de suite, puis l’administration de 30 millicuries d’iode 131 le lendemain de cette deuxième injection. Son efficacité est équivalente à celle du traitement utilisé jusqu’à présent, mais elle évite l’hypothyroïdie et est associée à une diminution importante de l’irradiation de l’organisme par l’iode 131

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15761
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Le cancer de la glande thyroïde   Sam 24 Déc 2011 - 13:49

Ce sont des chercheurs de la Cleveland Clinic qui viennent de découvrir la cause génétique du cancer de la thyroïde : 3 gènes identifiés augmentent le risque de cancer de la thyroïde, le cancer à plus forte augmentation d'incidence chez les hommes et les femmes. Les conclusions de cette recherche, publiées dans le Journal of Clinical Endocrinology & Metabolism vont certainement conduire à la révision des recommandations de traitement et permettre un dépistage plus précoce de ce cancer.

Les recherches ont été menées par le Dr. Charis Eng, président et directeur fondateur du Genomic Medicine Institute of Cleveland Clinic's Lerner Research Institute sur près de 3.000 patients atteints du syndrome de Cowden (CS) lié lui-même à un risque accru de cancer du sein et de la thyroïde.
Des mutations dans le gène PTEN sont le fondement –déjà connu- du syndrome de Cowden. PTEN est un gène suppresseur de tumeur, qui contribue à orienter la croissance et la division des cellules. Les mutations héritées de ce gène été identifiées chez 80% des patients atteints du CS.

Ces mutations empêchent la protéine PTEN de réglementer efficacement la survie cellulaire et la division, ce qui peut conduire à la formation de tumeurs. "Notre enquête sur la génétique des maladies thyroïdiennes soulève d'importants résultats pour le diagnostic et le traitement», explique le Dr Eng. "Nous espérons permettre avec cette étude un diagnostic précoce et un traitement plus ciblé." Les scientifiques insistent sur le fait que les enfants atteints de CS et avec mutation du gène PTEN bénéficient d’une surveillance accrue. Ce test du gène PTEN muté est déjà couramment pratiqué et s’avère un test significatif pour personnaliser le traitement.

Deux autres gènes mutés ont été identifiés (SDH et KLLN) mais, en revanche, les altérations de ces gènes chez les enfants n'ont pas été associées avec le cancer de la thyroïde. Mais des tests génétiques portant sur SDH et KLLN pourraient être mis en œuvre comme un test de routine clinique. Et surtout, ces trois gènes appartenant à différentes voies cellulaires spécifiques, les traitements peuvent ciblés selon le gène impliqué.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15761
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Le cancer de la glande thyroïde   Lun 19 Sep 2011 - 7:28

(June 20, 2011) — The parathyroid glands -- four small organs the size of grains of rice located at the back of the throat -- glow with a natural fluorescence in the near infrared region of the spectrum.

Les glandes parathyroîdes -4 petits organes de la taille d'un grain de riz- situés au fond de la gorge - luisent d'une flurorescence naturelle dans une certaine région du spectre lumineux.

This unique fluorescent signature was discovered by a team of biomedical engineers and endocrine surgeons at Vanderbilt University, who have used it as the basis of a simple and reliable optical detector that can positively identify the parathyroid glands during endocrine surgery.

Cette signature fluorescentes a été découverte par une équipe médicale de chirugiens endocrinaux et d'ingénieurs médicaux qui ont utilisé un détecteur simple pour les localiser.

The report of the discovery of parathyroid fluorescence and the design of the optical detector was published in the June issue of the Journal of Biomedical Optics.

Damage to these tiny organs can have deleterious, life-long effects on patients' health because they produce a hormone that controls critical calcium concentrations in bones, intestines and kidneys. However, the parathyroid glands are very difficult to identify with the naked eye. Not only are they small, but their location also varies widely from person to person and it takes a microscope to reliably tell the difference between parathyroid tissue and the thyroid and lymph tissue that surrounds it.

Les dommages à ces petits organes peuvent être délétères pour la santé à long terme d'un patient parce qu'ils produisent un hormone qui controle les concentrations de calcium dans le os, les intestins et les reins. toutefois, ces glandes parathyroîdiennes sont difficilles à identifier à l'oeil nu. Pas seulement parce qu'elles osont petites mais parce qu'elles sont localisé différemment d'une personne à l'autre et que ça prend un microscope pour dire de façon certaine la différence entre les tissus de la glande parathyroîdienne, de la thyroîde et de la lymphe qui entoure tout ça.

In 2004, more than 80,000 endocrine surgeries were performed in the United States and this number is projected to grow to more than 100,000 by 2020. Today, when a surgeon cuts into a patient's neck to remove a diseased thyroid, somewhere between 8 to 19 percent of the time the patient's parathyroid glands are also damaged or removed.

En 2004, plus 80000 chirugies endocriniennes ont été faite aux États-unis et de ce nombre dans entre 8% et 20% on a endomagé ces paraglandes ou enlevé.
http://www.sciencedaily.com/releases/2011/06/110620133140.htm


Je mesure certainement très mal, la fatigue, l'embarras qu'il y a à vivre avec ce cancer parce que le chiffre de 96% de survie malgré le cancer de la glande thyroîde m'éblouit. Ici on met en plus en exergue la difficulté des opérations qui peuvent portées atteinte à la santé à long terme. C'est un problème difficille et ça doit être difficille en effet de ne pas perdre patience. Je me rappelle de ce que Soso nous raccontait à propos de sa vie, elle se mariat et emménageait dans une nouvelle maison mais à tout bout de champs elle était hyper fatiguée...Il n'y a aucun cancer qui soir si sympathique que ça...je devrais le savoir parce que certaines remarques de certains médecins me font bondir intérieurement parfois à savoir que le cancer de la prostate c'est le cancer qu'il choisirait s'il avait à en choisir un...c'est choquant et insensible...mais je ne suis pas à l'abri moi-même d'une telle insensibilité.


--------------


Il y a aussi un article qui date du 31 aout 2011 qui rappelle que la iodine radioactive utilisée après l'ablation de la glande n'est pas sans danger même si elle est de plus en plus utilisée aux états-unis :

http://www.oncologynurseadvisor.com/radioactive-iodine-use-in-thyroid-cancer-on-the-rise-despite-its-risks/article/210574/

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15761
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Le cancer de la glande thyroïde   Mer 1 Juin 2011 - 13:58

- 2011 ASCO Annual Meeting - Résumé n: #5503

Les résultats préliminaires d'une étude de Phase II sur le point d'être présentés lors de la réunion annuelle de l'American Society of Clinical Oncology (ASCO, société américaine d'oncologie clinique) ont révélé que le E7080 (lenvatinib [USAN]) d'Eisai a démontré un taux de réponse objective (TRO) de 59% (34/58, 95% CI: 45-71)[2], chez les patients atteints d'un cancer de la thyroïde différencié (CTD) avancé réfractaire à l'iode 131 (131i)[1]. Ces résultats seront présentés dans le cadre d'une session orale de l'ASCO le 6 juin 2011.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15761
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Le cancer de la glande thyroïde   Jeu 7 Avr 2011 - 15:08

AstraZeneca indique que la FDA a approuvé son médicament vandetanib pour le traitement du cancer de la thyroïde médullaire qui ne peut être enlevé par opération chirurgicale et qui s'est développé dans d'autres parties du corps.

Cette approbation des autorités sanitaires américaines se fonde sur les résultats de l'étude de phase III ZETA, qui a indiqué une amélioration significative de l'espérance de vie sans progression de la maladie chez les patients traités avec le vandetanib par rapport à placebo.

Le médicament nécessite toutefois encore un programme de surveillance REMS (risk evaluation and mitigation strategy) et ne pourra donc être distribué que de façon restrictive par des prescripteurs certifiés dans le cadre de ce programme.

Le vandetanib est aussi en cours de revue réglementaire dans l'Union européenne et au Canada, précise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15761
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Le cancer de la thyroïde: de nouveaux espoirs.   Jeu 7 Juin 2007 - 14:28

Un cancer en augmentation, des décès en baisse

Située à la base du cou, la thyroïde secrète des hormones qui sont déversées dans le sang. On lui attribue bien souvent le rôle de chef d'orchestre tant ses troubles ont des répercussions sur l'ensemble de l'organisme. En constante augmentation, le cancer de la thyroïde touche chaque année 3 800 personnes. Mais parallèlement à cette augmentation, les traitements se sont amélioré permettent globalement de guérir 80 à 85 % des cas. Le traitement standard du cancer de la thyroïde est la chirurgie qui consiste le plus souvent à enlever la totalité de la glande. Ensuite, l'administration d'iode radioactif (ou radiothérapie métabolique) va détruire spécifiquement le tissu thyroïdien restant. Une hormonothérapie pourra compenser les déficits en hormone thyroïdienne. Mais pour ceux qui ne peuvent recourir à ces méthodes, peu d'options étaient jusqu'alors disponibles.

Un espoir pour les formes les plus évoluées

Une étude présentée dans le cadre du congrès 2007 de la société américaine d'oncologie clinique (ASCO) offre un nouvel espoir. Le composé expérimental baptisé axitinib permet de ralentir la croissance des tumeurs chez les patients atteints d'une forme avancée. Pris sous forme de comprimé, ce médicament bloque l'un des facteurs responsable de la formation des vaisseaux qui détournent normalement le flux sanguin au bénéfice de la tumeur. Administré à 60 patients atteints de cancer de la thyroïde qui évoluait malgré tous les traitements disponibles, l'axitinib a permis d'obtenir une réduction de la tumeur de 31 % à 68 % chez plus d'un patient sur 5 (22 %). Cette diminution a durée entre 1 et 16 mois. La tumeur a arrêté d'évoluer chez la moitié des patients. Les effets secondaires se sont révélés très rare en dehors de la fatigue (43 %).

« Il y a encore trois ans, nous n'avions que peu de traitement à offrir à ces patients, et maintenant nous disposons de taux de réponse que nous n'avons jamais constaté avec la chimiothérapie » s'enthousiasme Ezra Cohen de l'Université de Chicago et principal auteur de l'étude. De plus amples études sur des patients actuellement en échec de traitement sont en cours.

David Bême


Source : ASCO 2007 - Abstract 6008
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
soso



Nombre de messages : 483
Age : 32
Localisation : centre(36)
Date d'inscription : 01/09/2005

MessageSujet: Re: Le cancer de la glande thyroïde   Dim 11 Juin 2006 - 6:47

oui de toute facon on verra bien
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marie



Nombre de messages : 398
Age : 57
Localisation : Picardie France
Date d'inscription : 22/05/2006

MessageSujet: Re: Le cancer de la glande thyroïde   Sam 10 Juin 2006 - 15:35

Soso,

Tu ne dois pas penser comme ça,tout le monde ne le vis pas de la méme façon.
Bisous @#@
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
soso



Nombre de messages : 483
Age : 32
Localisation : centre(36)
Date d'inscription : 01/09/2005

MessageSujet: Re: Le cancer de la glande thyroïde   Sam 10 Juin 2006 - 15:19

voila certainement mon futur au moins je sais deja ce que j aurais c est vraiment triste quand meme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15761
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Le cancer de la glande thyroïde   Sam 10 Juin 2006 - 11:47

Je n'aime pas particulièrement parlé de statistiques pour une maladie puisque personne n'est exactement comme le voisin. Mais dans certains cas, peut-être que ça peut encourager les personnes. Enfin, c'et sûr que de ne pas avoir de cancer du tout c'est ça qui est l'idéal mais pour le cas du cancer de la thyroïde, il faut noter qu'un cancer de la glande thyroïde peut être comparé à une maladie chronique. Si on calcul de taux de survie de n'importe quel groupe de personnes après 5 ans, j'imagine qu'il ne sera pas de 100% dans le cas du cancer de la thyroïde non plus :

Le taux de survie des personnes atteintes d'un cancer de la thyroïde s'élève à 96 %, 5 ans après le diagnostic.

Même après 30 ans, seulement 8 % des malades meurent des suites d'un cancer de la thyroïde bien différencié.



http://www.genzyme.ca/thera/ty/ca_fr_p_tp_thera-ty.asp

Il importe toutefois de se rappeler qu'il est toujours possible que le cancer récidive de nombreuses années, voire des décennies après le traitement. Des études au long cours ont révélé :

que la tumeur réapparaît dans les 40 ans qui suivent le traitement initial chez une proportion pouvant atteindre 35 % des patients atteints d'un cancer de la thyroïde bien différencié;

qu'une fois sur trois, le cancer récidive 10 ans ou plus après le traitement.


Ces statistiques ne devraient pas vous alarmer, étant donné qu'on peut traiter le cancer de la thyroïde bien différencié dans bon nombre de cas de récidive. Le pronostic est encore meilleur si le cancer récidivant est décelé relativement tôt. Vous êtes donc à même de constater à quel point il est important pour vous de continuer à subir les épreuves que commande le suivi.


Dernière édition par Denis le Jeu 2 Juin 2016 - 13:04, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le cancer de la glande thyroïde   Aujourd'hui à 14:35

Revenir en haut Aller en bas
 
Le cancer de la glande thyroïde
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La thyroïde ou glande thyroïde!!glande mdr
» problème de thyroïde
» flp et problème de thyroïde
» propriété hyperglycémiante des hormones thyroïdiennes
» Thyroïde et potage

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ESPOIRS :: Cancer :: recherche-
Sauter vers: