AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Prix et pénurie de médicaments ou de thérapies

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15754
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Prix et pénurie de médicaments ou de thérapies   Mer 29 Juin 2011 - 16:17

Derrière le mot cancer, il n’y a pas une maladie, mais plusieurs. Pendant longtemps, les cancérologues ont eu recours au même arsenal pour lutter contre des formes différentes de cancer : chirurgie, et radiothérapie ou chimiothérapie, qui tue autant de bonnes cellules que de mauvaises.

La recherche biomédicale est en train de transformer les protocoles. Les scientifiques s’attaquent maintenant à des mutations spécifiques qui aboutissent à des formes particulières de cancer. Une très grande avancée a été réalisée il y a plus de dix ans lorsque Genentech, une firme biomédicale Californienne, a lancé sur le marché un médicament s’attaquant spécifiquement aux cellules des tumeurs du sein caractérisées par un excès de protéine HER2, Herceptin. En 2001, Novartis, un groupe pharmaceutique suisse, a obtenu l’accord de mise sur le marché pour le Gleevec, qui traite les leucémies myéloïdes chroniques en s’attaquant à une autre protéine anormale. D’autres médicaments sont basés sur des stratégies différentes. Avastin, introduit aux Etats Unis par Genentech en 2004, dévitalise les tumeurs en s’attaquant aux vaisseaux sanguins qui les alimentent. (Genentech a depuis été racheté par le groupe pharmaceutique Roche en 2009).

Ces nouveaux médicaments rapportent des milliards de dollars de chiffres d’affaires, et sont peut-être la planche de salut des grands groupes pharmaceutiques dont les pertes des 3 prochaines années liées à l’arrivée à échéance des protections des brevets sont estimées à 50 milliards de dollars.

L’inconvénient, c’est qu’ils sont très chers, et rien que l’année dernière, les médicaments issus de ces biotechnologies ont été à l’origine de 70% de l’augmentation des coûts pharmaceutiques en Amérique. Cette tendance est appelée à se poursuivre, d’autant plus que la recherche s’est élargie à d’autres types de maladies, comme la sclérose en plaques, ou la polyarthrite rhumatoïde. Le cancer joue ainsi un rôle très important dans la montée des coûts des soins de santé.

De plus, certains estiment que ces médicaments aux prix exorbitants offrent des bénéfices très minces. Un traitement au Provenge coûte 93.000 dollars, alors qu’il ne permet de retarder l’échéance fatale que de quatre mois en moyenne. Yervoy coûte 120.000 dollars pour 3,5 mois de plus. Mais des patients vont bien au-delà de ces moyennes, ce qui alimente la demande.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
diane2



Nombre de messages : 2424
Age : 71
Localisation : L'île Val D'Or à Champlain QC.
Date d'inscription : 27/09/2009

MessageSujet: Re: Prix et pénurie de médicaments ou de thérapies   Mer 9 Mar 2011 - 13:51

RÉVOLTANT... révoltant, c'est enrageant... Shit affraid
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15754
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Prix et pénurie de médicaments ou de thérapies   Mer 9 Mar 2011 - 11:36

Une Torontoise atteinte du cancer du sein doit se battre contre le gouvernement de l'Ontario pour obtenir le traitement dont elle a besoin.

Jill Anzarut, 34 ans, a détecté elle-même une tumeur dans son sein droit. Les tests effectués ont confirmé la présence d'un cancer virulent, mais traitable. Son médecin lui prescrit de la chimiothérapie et un médicament, l'Herceptin.
Mais en Ontario, la province rembourse l'Herceptin seulement si la tumeur dépasse un centimètre de diamètre. Celle de Mme Anzarut est trop petite et la province refuse de payer.

D'autres provinces remboursent

La situation serait différente si Jill Anzarut vivait en Colombie-Britannique, en Alberta ou en Saskatchewan. Ces provinces paient pour le traitement pour des patientes qui ont des tumeurs comme celle de Mme Anzarut.
Ça ajoute l'injure à l'insulte. Je me sens prise au dépourvu parce que j'ai découvert ma tumeur trop tôt.




— Jill Anzarut


La ministre de la Santé, Deb Matthews, refuse d'intervenir: « Les décisions concernant la couverture de l'assurance-médicaments sont prises par un comité indépendant, ce serait illégal pour moi de m'ingérer dans le processus. »
Jill Anzarut peut demander une exception au comité, mais le traitement de sa demande prendra du temps. Elle a donc décidé de payer l'Herceptin de sa poche. Le traitement lui coûtera 50 000 $ et elle devra payer une clinique privée pour lui administrer le médicament.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15754
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Prix et pénurie de médicaments ou de thérapies   Ven 3 Sep 2010 - 12:43

Guinée Equatoriale
Appel à la réducton du prix des médicaments contre le cancer

Malabo - La directrice générale de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), Margaret Chan, a affirmé mercredi, à Malabo, en Guinée Equatoriale, a promis de prendre contacts avec les producteurs des médicaments pour réduire le prix pour le traîtement de cancer.



Margaret Chan a tenu ces propos à la discussion sur le cancre de l’utérus dans la région africaine de l’OMS, sa situation et perspectives où la plupart des intervenants ont pointé le principal défi dans le traîtement du cancer dans leurs respectifs pays, les prix élevés des médicaments.



Pour l’information des pays, a-t-elle dit, la situation est préoccupante, mais par manqué de données, la dimension du problème n’est pas bien connue.



Elle a, d’autre part, lancé un appel pour l’éducation et l’information, surtout aux jeunes, à partir de neuf ans, pour promulguer les formes de prévention, telles que la situation a plus à voir avec le style de vie.



Le cancer est une maladie très complexe et exige le soutien des parténaires parce que le coût de son traîtement est très élevé, a poursuivi la directrice de l'OMS, qui a cité, à titre d'exemple, le coût très élevé de vaccination de papiloma humaine, d’où la nécessité d’intervenir auprès des entreprises productrice de médicaments.



Au cours de ce mois de septembre, a indiqué la directrice de l’OMS, une rencontre est prévue en Ouganda visant à apprendre les méthodes de couverture, de prévention et de traîtement de cancer.



Les statistiques de l’OMS indiquent qu’en 2007, il y avait dans le monde plus de 500 mille nouveaux cas de cancer de l’utérus desquels plus de 90 pour cent avaient été signalés dans les pays en développement.



En Afrique sub-saharienne, sur 72 mille nouveaux cas enregistrés, 56 mille femmes en sont mortes.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15754
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Prix et pénurie de médicaments ou de thérapies   Lun 9 Aoû 2010 - 11:12

Le Canada s'est classé 13e sur une liste de 14 pays en ce qui a trait à l'accessibilité aux nouveaux médicaments contre le cancer, qui sont plus efficaces, selon un rapport élaboré par des chercheurs britanniques.
Cette étude donne des munitions aux groupes de défense des personnes atteintes de la maladie, qui en ont profité pour rappeler l'importance d'offrir à la population canadienne un meilleur accès aux médicaments lancés au cours des cinq dernières années.


La Coalition canadienne de défense du cancer a demandé au ministre fédéral de la Santé ainsi qu'à ses homologues des provinces et territoires de créer un plan d'urgence national.


Selon la coalition, l'étude britannique confirme que les Canadiens n'ont pas accès assez rapidement aux nouveaux médicaments contre le cancer et que les délais d'attente sont déraisonnables.

Selon le directeur adjoint des dossiers d'intérêt publics de la Société canadienne du cancer, Aaron Levo, les personnes atteintes de cancer devraient se préoccuper de leur état de santé et non pas se demander comment ils réussiront à payer leurs médicaments.


Des 14 pays étudiés, seule la Nouvelle-Zélande a fait pire que le Canada.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15754
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Prix et pénurie de médicaments ou de thérapies   Mer 30 Aoû 2006 - 16:20

T'as raison le site est en Français et c'est écrit a7.fr mais l'action doit se situer en Israël.

Denis
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Optimiste
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 4835
Date d'inscription : 27/02/2005

MessageSujet: Re: Prix et pénurie de médicaments ou de thérapies   Mer 30 Aoû 2006 - 15:27

Bin dis donc , je ne dis pas que cela se passe pas en France mais ce serait etonnant puisqu'en France la sante est pour le moment prise en charge quasi completement !
j'espere que ce n'est pas chez nous !!!!!!!!!!!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15754
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Prix et pénurie de médicaments ou de thérapies   Mer 30 Aoû 2006 - 7:32

Grève de la faim des malades du cancer du côlon

Ron Aroch, dont le père est atteint du cancer du côlon, a décidé de se joindre à la grève de la faim organisée par les malades depuis quelques jours. Les protestataires, qui réclament le remboursement de leur médicament, doivent rencontrer plusieurs ministres dans la journée. Ils ont indiqué que si l’Erbitex était inclus dans le "panier santé", ils interrompraient leur mouvement.


C'est un article pris sur un site français mais je ne sais pas si la grève de la faim se passe en France. Le médicamanet dont il est question doit être le Erbitux et non le Erbitex...

Denis
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
LE CERF



Nombre de messages : 184
Localisation : au fin fond de ma foret
Date d'inscription : 18/02/2006

MessageSujet: Re: Prix et pénurie de médicaments ou de thérapies   Ven 21 Juil 2006 - 22:08

frederic a écrit:
Maudit.....je vais dégueuler et je reviens.


Ben je t'accompagne aussi Fred, je vais dégueuler mon repas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
frederic



Nombre de messages : 1088
Localisation : Canada/Mascouche
Date d'inscription : 08/04/2005

MessageSujet: Re: Prix et pénurie de médicaments ou de thérapies   Ven 21 Juil 2006 - 14:41

Maudit.....je vais dégueuler et je reviens.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.tousensemble.qc.ca
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15754
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Prix et pénurie de médicaments ou de thérapies   Ven 21 Juil 2006 - 13:00

5/30/2006

Costly Colorectal Cancer Treatments Not Universally Available in Canada



The Colorectal Cancer Association of Canada (CCAC) is warning that Canada is facing a moral and potentially legal dilemma in the treatment of colorectal cancer patients. Patients across the country with metastatic colorectal cancer are being deprived of the life prolonging medication "Avastin" (bevacizumab) that is part of the standard of care in the treatment of the disease.

L'association du cancer clolorectal met en garde que le Canada fait face à un dilemme moral et éventuellement légal dans le traitement du cancer colorectal. Les patients à travers le pays sont privés de la médication "Avastin" qui est un traitement standard dans le traitement de la maladie.

While selected hospitals in some provinces such as British Columbia, Quebec and New Brunswick have made it available to patients free of charge, in other provinces such as Manitoba the medication is either not available, or in the case of Saskatchewan only available to patients who are prepared to pay for it (approximately $36,000 for a six month treatment) and have it infused in hospitals in the public health care system, or in the case of Ontario have it infused in a private clinic.

Alors que quelques hopitaux de quelques province comme la Colombie Britannique, le Québec et le Nouveau-Brunswick rendre le médicament disponible gratuitement, dans d'autres provinces come l eManitoba la médication est soit non-disponible ou, comme ne Saskatchewan disponible seulement aux patients prêts à payer pour (approximativement $36,000 pour 6 mois) et ces patients ont leur médicament dans un hopital public ou comme c'est le cas en Ontario dans une clinique privée.

Barry D. Stein, President of the Colorectal Cancer Association of Canada calls the practice "shameful" and adds, "This treatment, which was finally approved last year in Canada and which was long over due, is not reaching patients who are desperately in need of it. Worse yet, these very patients who are in the most vulnerable of positions are being held ransom for a treatment which is the standard of care in the treatment of the disease."

Barry D Stein, président de l'association canadienne du cancer colorectal dit que ces pratiques sont honteuses et ajoute : "ce traitement qui a été approuvé l'an passé par le Canada, approbation qui était dû depuis longtemps, n'est pas disponible pour les patients qui en ont désespérément besoin. Pire encore, des patients qui sont dans une position vulnérable sont tenus en otage pour un traitement standard de la maldie."

"What is the purpose of Medicare if not to guarantee the underpinnings of the Canada Health Act that the best possible care be universal across Canada and not be denied for financial, economic, social or geographic reasons?," says Stein. Yet that is exactly what some provinces such as Ontario are proposing. These are not experimental or exceptional therapies. They are part of the everyday treatment of the disease in cancer centres across the United States and elsewhere and clearly should be on the provincial formularies and covered. Patients should not be obliged to pay for the standard of care they are entitled to.

The problem does not stop here. Another medication, Erbitux (cetuximab) used in the treatment of metastatic colorectal cancer and which was approved at the same time as Avastin has not even been launched in Canada due to these problems and the inability to agree on a price with the Patented Medicine Prices Review Board. As the price of this therapy is expected to be even higher than Avastin, patients will likely also continue to be deprived of this medication.

Le problème ne s'arrête pas la. Un autre médicament l'erbitux utilisé dans le traitement du cancer colorectal et qui a été approuvé l'an passé en même temps que l'Avastin n'a pas été lancé au Canada à cause de ces problèmes et l'incapacité d'être d'Accord avec le prix avec le bureau des brevets. Comme le prix de ce médicament est supposé être plus grand encore que celui de l'Avastin, les patients continuent d'être privé de ce médicament.

Ontario and Alberta are also not paying for one of the most standard of treatments, Oxaliplatin (eloxatin). Patients are forced to rely in part on a compassionate care program that the manufacturer has set up to assist patients and pay the balance themselves. "When the provinces do not reimburse the cost of these treatments and patients are forced to pay for them (if they can afford it) it not only creates a two tiered system, but it actually deprives patients of the opportunity to prolong their life or even find a cure", says Stein.

This is not a problem only for colorectal cancer patients but for cancer patients in general. As new and novel therapies are introduced and become the standard of treatment they must be readily available for all patients. The trend for many of these new therapies is that they are not only used for one type of cancer, but they become excellent treatment options for other cancers as the clinical trials progress.

Ce n'est pas un problème qui concerne seulement le cancer colorectal mais ça concerne tous les patients du cancer. Quand un nouveau traitement est introduit et devient le standard, il devrait être disponible pour tous les patients. Ces médicaments ne sont pas seulement utilisé pour un cancer habituellement, ils deviennent d'excellents traitements pour tous les cancers.

Stein points out that it is unacceptable for Ottawa to approve the latest drugs only to see the provinces refuse to place those same drugs on their list of available medications simply because of the cost. To do so says Stein places medications considered standard treatment out of reach to the very patients who require them the most.

"If we want to have an up to date health care system in the treatment of cancer in Canada we must not let this happen. Not only will we have unequal access to our health care system, but patients will be deprived of the medications due to cost restraints or the non introduction of new and novel therapies for the very same reasons," said Stein.

"We have known for a long time in Canada that colorectal cancer is largely preventable and yet to date no province has as yet put into place a screening program which would at minimum reduce the number of cases required to be treated. Provinces are complaining that they can not afford to pay for treatments they knew they could have prevented at least in part in the first place."

The CCAC is once again calling on all provinces to immediately initiate colorectal cancer screening programs in their Provinces without further delay.

The Colorectal Cancer Association of Canada is a non-profit organization whose mission is to increase awareness and educate Canadians about colorectal cancer, support patients and their families, and advocate for a national screening policy and timely access to treatment and diagnostics. More information can be obtained by visiting www.ccac-accc.ca or calling the toll-free info line at 1-877-50COLON.


Dernière édition par le Sam 22 Juil 2006 - 6:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15754
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Prix et pénurie de médicaments ou de thérapies   Mar 11 Juil 2006 - 17:00

In USA Today, Prices soar for cancer drugs, are some disturbingly stunning and eye-opening facts regarding the current cost of cancer drugs and an examination of where the costs might be headed. For example, Avastin, a newer drug used to treat colorectal cancer, costs about $50,000 dollars a year in treatment. That price is expected to go to $100,000 dollars a year if Avastin is approved to treat breast and lung cancers. It would be an understatement to say cancer patients and insurance companies are concerned. It's an uneasy feeling.

Par exemple l'avastin un nouveau médicament pour soigner le cancer colorectal, coûte à peu près $50,000 par année de traitement. Ce prix est supposé monté à $100,000 par an si Avastin est approuvé pour traiter le cancer du sein et du poumon. Ce serait un euphémisme de dire que les patients et les assureurs sont concernés. C'est un sentiment pas facile

Some cancer drugs can cost $10,000 dollars a month for a single drug. The average monthly cost for a prescription cancer drug is estimated at $1,600 dollars. Without insurance, few could afford to buy life saving drugs and the consumer has to be sitting precariously perched at the mercy of insurance companies to keep funding the medicine. I think it would be safe to say that any cancer patient among the 45 million uninsured Americans is going without much-needed medications if they have to come up with the money to buy the drugs. At these prices it is not possible.

"These costs are out of control," says Fran Visco, president of the National Breast Cancer Coalition, which is planning a conference focused on drug costs in the fall. "We can't allow it to continue." Who is going to stop the drug companies from charging what they want?

"Les coûts sont hors contrôle" dit Fran Visco, président de la coalition pour le cancer du sein mais qui planifie une conférence à l'automne sur le coût des médicaments "Nous ne pouvons nous permettre de continuer ainsi" Qui va arrêter les compagnies de demander ce qu'ils veulent ?

"It's really exploiting the desperation of people with a life-threatening illness," says Marcia Angell, former editor of The New England Journal of Medicine. I just posted about quacks who exploit the desperation of cancer patients. Seems there are more bad guys than the obvious scoundrels who prey on vulnerability. I don't have the answers but I am pessimistic about how this turns out for the cancer patient. I have yet to see anything in our society fall in price. I don't begrudge a business of profit -- but this is starting to look like a free-for-all and forget who might be hurt along the way. What do you think?

"C'est vraiment une exploitation du désespoir des gens qui ont une maladie qui menace leurs vies."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
frederic



Nombre de messages : 1088
Localisation : Canada/Mascouche
Date d'inscription : 08/04/2005

MessageSujet: Re: Prix et pénurie de médicaments ou de thérapies   Dim 18 Juin 2006 - 21:01

Héhé...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.tousensemble.qc.ca
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15754
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Prix et pénurie de médicaments ou de thérapies   Dim 18 Juin 2006 - 12:32

Le Wall Street Journal Europe et le Financial Times s'intéressent tous deux au congrès annuel de l'American Society of Clinical Oncology (Asco) qui devrait placer aujourd'hui au centre de ses débats la question de l'analyse du rapport coût/efficacité des traitements du cancer.

Le quotidien britannique relève qu'il devrait notamment être question d'étudier un procédé essayant de mesurer coûts et bénéfices des traitements. Les thèmes abordés ici devraient concerner, selon le Financial Times, le nombre de mois supplémentaires de survie obtenus, l'utilisation d'un médicament dans une indication non encore autorisée ou encore l'intérêt du recours à un test pour évaluer la sensibilité du patient au traitement.

Le Wall Street Journal Europe récapitule quant à lui les principales études qui devraient être présentées à l'Asco soit sur des produits déjà commercialisés et visant des extensions d'indication soit sur des produits encore en développement. L'article fait un point en particulier sur les nouveaux rivaux auxquels pourraient être prochainement confrontés Herceptin® de Roche et Genentech, Erbitux® de BMS et Imclone ou encore Glivec® de Novartis.


Article pris sur le web

La bonne nouvelle que je note en passant c'est qu'il va y avoir des médicaments possiblements meilleurs qu'herceptin (cancer du ), Erbitux (cancer du ) et Glivec (possiblement cancer de la ) qui vont arriver "^prochainement"


Dernière édition par Denis le Ven 19 Aoû 2016 - 14:50, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Prix et pénurie de médicaments ou de thérapies   Aujourd'hui à 14:09

Revenir en haut Aller en bas
 
Prix et pénurie de médicaments ou de thérapies
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Prix et pénurie de médicaments
» Le prix des médicaments (l'exemple de la Belgique)
» Médicaments : variations du prix du simple au triple
» Famine et pénurie
» Genentech, un point de vue sur le prix des médicaments

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ESPOIRS :: Cancer :: Société-
Sauter vers: