AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Les dernières armes anti-cancers

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16834
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Les dernières armes anti-cancers   Mer 29 Avr 2015 - 15:38

Une équipe de recherche de l’Institut de génétique de biologie moléculaire et cellulaire (IGBMC) de Strasbourg, associée à l’INSERM et au CNRS et dirigée par Bruno Klaholz, vient de mettre en évidence la structure tridimensionnelle et les interactions à l’échelle atomique du ribosome humain, une structure qui combine protéines et ARN et joue un rôle-clé dans l’expression des gènes et la biosynthèse de protéines.

Cette avancée majeure dans la connaissance fondamentale de la cellule a été permise grâce à l’utilisation d’une technologie de pointe baptisée cryo-microscopie électronique. Une technique qui a permis à l’équipe de chercheurs de préserver les fonctions biologiques des ribosomes et de travailler sur des échantillons figés. Ils ont ensuite effectué une reconstruction 3D des clichés obtenus grâce au microscope.

Le modèle obtenu montre que le ribosome est constitué de deux sous-unités L et S, d’environ 220 000 atomes. « Les sous-unités interagissent ensemble et tournent légèrement sur elles-mêmes au cours du processus de biosynthèse des protéines, entraînant un fort remodelage de la configuration 3D de la structure », notent les auteurs de l’étude.

En explorant l’agencement de la structure du ribosome, les chercheurs ont également identifié la place des différents acides aminés et nucléotides constituant les deux sous-unités et leurs interactions moléculaires dans les différents sites de liaisons. Leurs travaux révèlent qu’après « avoir livré les acides aminés qu’ils transportent, les ARNt continuent à interagir avec le ribosome au sein du site de sortie des ARNt », écrivent les chercheurs.

Cette meilleure connaissance de la structure et de la dynamique du ribosome va permettre d’étudier par exemple les effets secondaires de certains antibiotiques, destinés à s’attaquer aux ribosomes bactériens et qui parfois s’attaquent « par erreur » au ribosome humain. La possibilité de cibler les ribosomes humains des cellules cancéreuses ouvre également une nouvelle voie thérapeutique contre le cancer.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16834
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Les dernières armes anti-cancers   Mar 11 Jan 2011 - 14:13

(Jan. 10, 2011) — A team of scientists has created particles that closely mirror some of the key properties of red blood cells, potentially helping pave the way for the development of synthetic blood.

Une équipe de scientifiques a créé des particules qui reflètent étroitement certaines des propriétés essentielles des globules rouges, ce qui pourrait ouvrir la voie pour le développement du sang synthétique.

The new discovery -- outlined in a study appearing in the online Early Edition of the Proceedings of the National Academy of Sciences during the week of Jan. 10, 2011 -- also could lead to more effective treatments for life threatening medical conditions such as cancer.

La nouvelle découverte - décrites dans une étude publiée dans l'édition en ligne tôt des démarches de la National Academy of Sciences durant la semaine du 10 janvier 2011 - pourrait aussi conduire à des traitements plus efficaces pour la vie de maladies graves comme le cancer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16834
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Les dernières armes anti-cancers   Ven 7 Jan 2011 - 15:50

Un pas de géant a peut-être été franchi dans la bataille contre le cancer. Des chercheurs de l’université de Harvard aux Etats-Unis ont en effet développé un test sanguin qui pourrait à terme révolutionner les méthodes actuelles de dépistage.

Détecter la moindre cellule cancéreuse pourrait désormais être réalisé par une simple prise de sang. La méthode pourrait également permettre aux médecins de mieux cibler les traitements pour les patients atteints de cancer du , de la , du ou du notamment.

«Nous avons tous conscience que les outils dont nous disposons manquent de précision et que malgré nos efforts, nous demeurons dans l’approximatif. Nous réclamons tous des outils qui nous permettraient d’adapter le traitement à chaque patient. Cela permettrait à certains de le terminer plus tôt, à d’autres, d’en recevoir un plus agressif. Un tel test sanguin pourrait aussi nous éviter de soumettre de nombreux patients à des scanners sous perfusion, explique le docteur Minetta Liu, spécialiste du cancer du sein à l’université de Georgetown.”

La détection se fait à l’aide d’une micropuce contenant des anticorps qui captent les cellules cancéreuses dans le sang du patient, permettant ainsi leur détection précoce.

Le seuil d’alerte est ainsi atteint si trois cellules cancéreuses ou plus sont dépistées dans 7 ml de sang.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16834
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Les dernières armes anti-cancers   Mer 5 Jan 2011 - 0:28

Une société pharmaceutique américaine a mis au point un test sanguin pour détecter les cellules qui seraient cancéreuses.

Nouveau procédé
C'est la société Johnson and Johnson qui a mis au point ce test sanguin. Selon, le géant pharmaceutique américain ce nouveau procédé de dépistage pourrait même être une alternative à des examens plus lourds comme les mammographies, les coloscopies ou encore les biopsies. 'Cette nouvelle technologie a le potentiel d'offrir un test facile à effectuer pour détecter et dénombrer les cellules cancéreuses et aussi pour en déterminer les caractéristiques biologiques', affirme Robert McCormack, de la filiale Veridex de Johnson and Johnson, qui a développé le produit.

Généralement, on détecte un cancer par trois cellules cancéreuses par échantillon de sang. Avec ce nouveau test, il sera possible de dépister la maladie, plus en amont, avant qu'elle commence à se développer. Une avancée considérable donc, selon la société.

Commercialiser
Ce nouveau procédé de dépistage devrait être rapidement sur le marché, aux États-Unis. L'hôpital général du Massachusetts a signé un accord avec la société pour le commercialiser. Le test se présentera sous la forme d'une micro-puce informatique qui mettra en lumière les cellules cancéreuses, facilitant leur détection. En France, les chercheurs travaillent également sur une puce permettant de détecter les cellules tumorales.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16834
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Les dernières armes anti-cancers   Ven 8 Mai 2009 - 13:16



CercleFinance.com) - Ipsogen a annoncé le lancement en Europe d'un nouveau test permettant de guider les prescriptions d'hormonothérapie dans le cancer du sein.

Le test MapQuant Dx Genomic HR, réalisé sur une plateforme de diagnostic à biopuces, doit permettre aux pathologistes de mieux identifier les tumeurs hormonodépendantes pouvant bénéficier d'une hormonothérapie.

Il s'agit de mesurer l'expression de gènes impliqués dans la biologie des oestrogènes et de la progestérone dans le cancer du sein.

Selon Ipsogen, cette technologie de puces à ADN permet d'établir un seuil de positivité des récepteurs objectif et biologiquement pertinent. Le groupe indique que le résultat est sans équivoque pour plus de 97% des tumeurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16834
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Les dernières armes anti-cancers   Sam 24 Juin 2006 - 22:58

Les dernières armes anti-cancers
En quelques années, certains cancers peuvent être guéris, selon les experts. Certaines d’entre eux (les cancers) pourront bénéficier de thérapies ciblées très efficaces. Le laboratoire pharmaceutique suisse Roche a présenté la semaine dernière, le 20 juin dernier, une gamme de produits anticancéreux aux résultats satisfaisants. Il est question surtout des cancers du , du et du .

Lors de la conférence de presse organisée, au siège du laboratoire pharmaceutique suisse à Bâle devant des journalistes de 22 pays, le responsable de la division pharmaceutique, William Burns, a mis l’accent sur la multiplication rapide des différents cancers en précisant que, selon les prévisions, l’incidence annuelle du cancer augmentera pour atteindre environ 15 millions en 2020. Avec les nouvelles avancées thérapeutiques, l’élaboration des programmes de dépistage et la baisse du nombre des fumeurs, le taux de mortalité est en diminution. Il a précisé qu’au moins un tiers des cancers peuvent être prévenus et un autre tiers peut être traité efficacement en raison du diagnostic précoce. « Il est alors constaté une augmentation d’un taux de survie de cinq ans dans la majorité des tumeurs durant la dernière décennie », a précisé William Burns en revenant sur les résultats des traitements des différents cancers de 1993 à 2005 et les taux de survie pour les différentes formes de la maladie. « Aujourd’hui, nous sommes numéro un en oncologie. Un succès grâce à des médicaments qui prolongent la vie. Les médicaments Roche deviennent une composante cruciale des standards de soins », a déclaré William Burns en rappelant que cinq produits témoignent de ce bénéfice, à savoir Avastin, Herceptin et Xeloda au traitement du cancer du évolué, Herceptin pour le traitement du cancer du sein au stade précoce, Mabthera pour le traitement du lymphome non hodgkinien, Avastin et Xeloda pour le traitement du cancer colorectal au stade avancé, Avastin et Tarceva pour le traitement du cancer du poumon évolué non à petites cellules, Arceva ainsi que Xeloda pour le traitement du cancer du . Il a souligné que plusieurs thérapies ciblées ont un très bon rapport coût-efficacité en comparaison avec d’autres produits. Il a signalé que les études cliniques présentées ont confirmé le fort potentiel d’expansion d’Avastin dans la lutte des différents cancers en citant la technique à la base de plusieurs autres anti-cancéreux du groupe, tels Mabthera (lymphome) ou Herceptin (cancer du sein). Le chiffre d’affaires réalisé en 2005 dans cette classe thérapeutique dépasse les 10 milliards de francs (40% du volume des ventes de médicaments du groupe), a rappelé le responsable de Roche. « Nous disposons aussi de 40% de la capacité mondiale de fabrication des anticorps monoclonaux » en citant la technique à la base de plusieurs autres anticancéreux du groupe, tels Mabthera (lymphome) ou Herceptin (cancer du sein).

Révolution dans le traitement du cancer du sein
Dr Peter Harper, de l’hôpital Guys de Londres, a souligné qu’avec les nouvelles thérapies, le malade bénéficie d’un prolongement de la durée de vie et une meilleure qualité de vie. C’est le cas, selon lui, du traitement du cancer du sein avec l’Herceptin dont les dernières données ont montré que ce médicament réduit significativement le risque de décès et de récidive. « Ce médicament entraîne un bénéficie constant, peu importe qu’il soit administré à un stade précoce ou évolué de la maladie, en monothérapie ou en association avec une chimiothérapie ou une hormonothérapie », a-t-il expliqué.

Autres molécules ciblées
A noter que 20 à 25% des cancers du sein sont particulièrement agressifs et ont plus de risques de se disséminer dans l’organisme (métastases). Ces cellules tumorales particulières possèdent à leur surface un nombre très important de récepteurs baptisés HER21. Des études ont montré que l’Herceptin, après une chimiothérapie standard pour des cancers du sein HER2 soignés à des stades précoces, diminue de moitié les risques de récidive. Une chimiothérapie orale qui s’attaque préférentiellement à la tumeur et non aux tissus sains est aussi d’un grand apport sur les cancers avancés en cas d’échec du traitement avec l’Herceptin. Associée à une chimiothérapie standard, la Capecatibine Xeloda® a entraîné un bénéfique significatif en termes de survie, ont précisé les spécialistes. Avastin, a ajouté Dr Peter Harper, qui a également entraîné des avantages cliniques pour le cancer du sein et du poumon, a fait preuve d’un bénéfice significatif en termes de survie dans le cas du cancer colo-rectal. « Avastin administré en association avec une large gamme de chimiothérapie ont confirmé qu’il permet aux patients atteint d’un cancer du colorectal évolué de vivre plus longtemps sans progression de la maladie. » Ce médicament approuvé dès 2004 contre le cancer colorectal ne guérit pas, mais prolonge la vie en ralentissant ou en stoppant l’évolution de la maladie. Il est actuellement utilisé, seul ou en association avec d’autres traitements, dans la lutte contre trois types de cancer (colorectal, sein, poumons). D’autres développements d’Avastin sont en cours. Ils engloberont 25 000 patients dans des études cliniques visant le cancer du pancréas, de l’ovaire ou de la prostate. Le médicament sera le numéro un du groupe dès 2008. A noter que Avastin est le premier et le seul traitement antiangiogénique, c’est-à-dire qui bloque le processus d’alimentation et de croissance des tumeurs par l’afflux de sang. Les patients souffrant de cancer du poumon peuvent actuellement bénéficier d’une chimiothérapie qui ne s’attaque qu’aux cellules tumorales, ménageant ainsi le reste de l’organisme. « La prise d’un comprimé de Tarceva par jour permet à de nombreux patients déjà traités de bénéficier d’avantages significatifs en termes de survie et de qualité de vie. » Une autre arme contre le cancer du lymphome non hodgkinien(LNH) a aussi fait ses preuves. Mabthera, administré en association avec une chimiothérapie, offre aux patients la meilleure chance de guérison, par rapport à une chimiothérapie utilisée seule, a-t-on expliqué en notant : « C’est la première fois en plus de 20 ans qu’une nouvelle association thérapeutique est en mesure d’aider les patients souffrant de LNH agressif à vivre mieux et plus longtemps ». La recherche est aussi intensifiée dans le domaine de nouveaux biomarqueurs destinés au contrôle de l’évolution de la maladie et à l’évaluation de la réponse thérapeutique. « La prochaine génération du système Roche diagnostic mesurera les combinaisons de marqueurs à l’aide de puces ADN et de puces à protéines », a-t-on signalé.


Dernière édition par Denis le Lun 12 Fév 2018 - 13:02, édité 13 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les dernières armes anti-cancers   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les dernières armes anti-cancers
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Armes utilisées.
» [Papier] Siège de Péronne 1536 :armes des intervenants
» Le salut et les fins dernières de nos 30 million d'amis
» Mes armes: explications
» des médias controlés par les marchands d'armes?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ESPOIRS :: Cancer :: recherche-
Sauter vers: