AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Relation entre cancer et cholestérol.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15761
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Relation entre cancer et cholestérol.   Dim 10 Juil 2016 - 10:56

A diagnosis of high cholesterol is associated with reduced mortality and improved survival in the four most common cancers, according to research presented today at Frontiers in CardioVascular Biology (FCVB) 2016.1 The 14 year study from nearly one million patients found that a high cholesterol diagnosis was associated with lower risk of death in lung, breast, prostate and bowel cancers.

"The discovery of a link between obesity and high cholesterol as risk factors for cancer has been exciting for researchers and the public," said lead author Dr Paul Carter from the ACALM Study Unit at Aston Medical School, Aston University in Birmingham, UK. "Even trendier is the idea that if high cholesterol can cause cancer, then cholesterol lowering interventions such as statins could reduce this risk."

He continued: "We previously found an association between having high cholesterol and developing breast cancer.2 Animal studies show that giving statins for high cholesterol can reduce the risk of breast cancer. We wanted to see if there was any effect of high cholesterol on mortality amongst cancer patients."

The current study investigated the association between high cholesterol and mortality in patients with lung, breast, prostate and bowel cancer, the four most common cancers in the UK. Patients admitted to UK hospitals with these cancers between 1 January 2000 and 31 March 2013 were recruited from the Algorithm for Comorbidities, Associations, Length of stay and Mortality (ACALM) clinical database, which also had information on co-existing conditions such as high cholesterol. Mortality data was obtained from the Office for National Statistics.

Out of a total of 929 552 patients in the ACALM study, 7997 had lung cancer, 5481 had breast cancer, 4629 had prostate cancer, and 4570 had bowel cancer.

After adjusting for factors which might influence mortality, including age, gender, ethnicity, and the ten most common causes of death in the UK, the researchers found that patients with cancer were less likely to die if they had a diagnosis of high cholesterol than if they did not. Having a diagnosis of high cholesterol was associated with a 22% lower risk of death in patients with lung cancer, 43% lower risk of death in breast cancer, 47% lower risk of death in prostate cancer, and 30% lower risk of death in bowel cancer.

Dr Carter said: "Our research suggests that there's something about having a high cholesterol diagnosis that improves survival and the extent to which it did that was quite striking in the four cancers studied. Based on previous research we think there's a very strong possibility that statins are producing this effect."

He continued: "Because we saw the association amongst all four cancers we studied, we think this effect is caused by medications used for high cholesterol such as statins. These findings are likely to be seen in other cancers as well but this is only speculation and would need to be confirmed by studies in different types of cancer."

Dr Rahul Potluri, senior author and founder of the ACALM Study Unit, said: "Statins have some of the best mortality evidence amongst all cardiovascular medications and statin use in patients with a diagnosis of high cholesterol is possibly the main reason that this diagnosis appears to be protective against death in patients with lung, breast, prostate and bowel cancer. Other cardiovascular medications may also be protective and explain the varying levels of risk reduction in the four cancer types. For example, prostate cancer is associated with heart disease and these patients tend to take ACE inhibitors and beta-blockers."

He added: "The results of this study strengthen the argument for a clinical trial evaluating the possible protective effect of statins and other routinely used cardiovascular medications such as aspirin, blood pressure medications, beta-blockers and ACE inhibitors in patients with cancer. Whether it is statins and/or other cardiovascular drugs in combination that have an effect on mortality remains to be seen."

Dr Potluri concluded: "Patients with cancer who are at high risk or have established cardiovascular disease should be given statins as per current guidelines. I don't think at the moment we can give statins for cancer per se. But this could change if there was a positive result in the clinical trial."


---

Un diagnostic de cholestérol élevé est associé à une mortalité réduite et amélioration de la survie dans les quatre cancers les plus courants, selon une étude présentée aujourd'hui à Frontiers in Biology Cardiovasculaire (FCVB) 2.016,1 L'étude de 14 ans de près d'un million de patients a révélé que le diagnostic de cholestérol élevé était associée à un risque plus faible de décès dans les cancers du poumon, du sein, de la prostate et de l'intestin.

"La découverte d'un lien entre l'obésité et le cholestérol élevé comme facteur de risque pour le cancer a été passionnant pour les chercheurs et le public», a déclaré l'auteur principal Dr Paul Carter de l'unité d'étude ACALM à l'école médicale Aston, Université d'Aston à Birmingham, Royaume-Uni. «Même si l'idée est répandu que le cholestérol élevé peut causer le cancer,  les interventions pour baisser le cholestérol telles que les statines pourraient réduire ce risque."

Il a continué:. "Nous avons déjà trouvé une association entre avoir le cholestérol élevé et le développement cancer du sein Les études animales montrent que donnant des statines pour le cholestérol élevé peuvent réduire le risque de cancer du sein Nous voulions voir s'il y avait un effet de taux de cholestérol élevé sur la mortalité chez les patients atteints de cancer. "

L'étude actuelle a étudié l'association entre taux de cholestérol élevé et de la mortalité chez les patients atteints du poumon, du sein, de la prostate et le cancer de l'intestin, les quatre cancers les plus fréquents au Royaume-Uni. Les patients admis dans les hôpitaux du Royaume-Uni avec ces cancers entre le 1er Janvier 2000 et le 31 Mars 2013 ont été recrutés dans l'algorithme de comorbidités, associations, durée du séjour et de la mortalité (ACALM) base de données cliniques, qui avait également des informations sur les conditions co-existantes telles que le cholestérol élevé . Les données de mortalité ont été obtenues auprès de l'Office for National Statistics.

Sur un total de 929 552 patients dans l'étude de l'ACALM, 7997 avait un cancer du poumon, 5481 avaient un cancer du sein, 4629 avaient un cancer de la prostate, et 4570 avaient un cancer de l'intestin.

Après ajustement pour les facteurs qui pourraient influer sur la mortalité, y compris l'âge, le sexe, l'origine ethnique, et les dix principales causes de décès au Royaume-Uni, les chercheurs ont constaté que les patients atteints de cancer étaient moins susceptibles de mourir si ils avaient un diagnostic de cholestérol élevé que si ils n'en avaient pas. Avoir un diagnostic de cholestérol élevé a été associé à un risque inférieur de 22% des décès chez les patients atteints d'un cancer du , le risque 43% plus faible de décès dans le cancer du , le risque de 47% plus faible de décès dans le cancer de la , et le risque inférieur de 30% de décès dans cancer de l'intestin.

Dr Carter a déclaré: "Notre recherche suggère que d'avoir un diagnostic de cholestérol élevé améliore la survie et la mesure dans laquelle le diagnostic a été posé est tout à fait frappant dans les quatre cancers étudiés. Basé sur des recherches antérieures, nous pensons qu'il y a une très forte possibilité que les statines. produisent cet effet. "

Il a continué:. «Parce que nous avons vu l'association parmi les quatre cancers que nous avons étudiés, nous pensons que cet effet est causé par des médicaments utilisés pour le cholestérol élevé comme les statines Ces résultats sont susceptibles d'être vu dans d'autres cancers aussi bien, mais ce n'est que spéculation et cela aurait besoin d'être confirmée par des études dans différents types de cancer. "

Dr Rahul Potluri, auteur principal et fondateur de l'Unité d'étude ACALM, a déclaré: "Les statines ont une des meilleures preuves de mortalité parmi tous les médicaments cardio-vasculaires et l'utilisation des statines chez les patients ayant un diagnostic de cholestérol élevé est peut-être la principale raison pour que ce diagnostic semble être protecteur contre la mort chez les patients atteints du cancer du , du , de la et le cancer de l'intestin. d'autres médicaments cardiovasculaires peuvent également avoir un effet protecteur et expliquer les différents niveaux de réduction des risques dans les quatre types de cancer. par exemple, le cancer de la prostate est associé aux maladies du cœur et ces patients ont tendance à prendre des inhibiteurs de l'ECA et des bêta-bloquants ".

Il a ajouté: "Les résultats de cette étude renforcent l'argument en faveur d'un essai clinique évaluant l'effet protecteur possible des statines et d'autres médicaments cardiovasculaires couramment utilisés, tels que l'aspirine, les médicaments de la pression artérielle, les bêta-bloquants et les inhibiteurs de l'ECA chez les patients atteints de cancer Que ce soient ces statines et / ou d'autres médicaments cardiovasculaires en combinaison qui ont un effet sur la mortalité reste à voir ".

Dr Potluri a conclu:.. "Les patients atteints de cancer qui sont à risque élevé ou ont établi des maladies cardiovasculaires devraient recevoir des statines selon les lignes directrices actuelles, je ne pense pas à l'heure actuelle que nous puissions donner des statines pour le cancer en soi, mais cela pourrait changer si était un résultat positif à l'essai clinique ».

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15761
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Relation entre cancer et cholestérol.   Dim 10 Avr 2016 - 8:22

Several studies have recognized a link between obesity and cancer. Richard Lehner, professor of Pediatrics and investigator at the University of Alberta's Faculty of Medicine & Dentistry, has taken his research further to understand how tumour cells grow through scavenging very low-density lipoproteins (VLDL) and low-density lipoproteins (LDL), commonly known as the "bad cholesterol," and what mechanisms can be used to reduce the malignant cells' growth.

The innovative study, an effort of over 2 years by Lehner's group in collaboration with Gerald Hoefler and his team (Medical University of Graz, Austria), was published in scientific journal Cell Reports. The data gathered from their experiments suggest a feed-forward loop, in which tumours not only use lipids as "building blocks" to grow, but they can regulate their host's lipid metabolism to increase production of these lipids.

The "bad cholesterol" binds to LDL receptors in the liver, the organ in charge of degrading it and excreting it from the organism as bile. "Cancer cells need lipids to grow. They can make their own lipids or get more from the host because these cells grow so fast," explains Lehner. "The tumour signals to the liver: 'I need more cholesterol for growth' and the liver is reprogrammed to secrete those lipids."

One of the key factors for this process are proteins we all have that, in larger quantities, may cause a decrease in the amount of LDL receptors to excrete the cholesterol. The tumour affects these proteins to reduce clearance of cholesterol from the blood, leaving the LDL for cancer to feed off of it.

These findings led Lehner and Hoefler to an interesting hypothesis: minimizing the liver's production of LDL would deprive a tumour from its constant supply and therefore reduce its possibility of growth. Their experiments in pre-clinical models proved to be successful, confirming lower tumour development with the regulation of the proteins that affect production of VLDL (precursors of LDL) and uptake of LDL by receptors from the liver.

This research received the support of grants from the Canadian Institutes of Health Research (CIHR) and Austrian Science Fund (FWF) and its DK Programme. It was also possible through the Faculty of Medicine & Dentistry's Lipid Analysis Core Facility, the Women and Children Health Research Institute (WCHRI) and the Canada Foundation for Innovation (CFI).

The next step for Lehner and his team will be to test existing medications that would help in limiting the production of cholesterol on patients undergoing cancer treatment -- adding them to their current therapies.

"There are medications approved that we can test," says Lehner. "They were not developed for cancer, they were manufactured for people with hypercholesterolemia [chronic condition where patients have very high level of cholesterol in their blood], but it will be interesting for us to test them with cancer patients and see if there is improvement."

Lehner intends to expand the support received and develop these tests locally, including technology and facilities from the institutes and clinics related to the University of Alberta. "The collaboration with Austria was to set the concept of the investigation," he explains. "We have a great group here, great cancer researchers. We are in good hands to continue."

Should these potential clinical trials prove to be effective, we could be facing an improved way to help cancer patients: eliminating the tumour, while preventing it from growing at the same time.


---

Plusieurs études ont reconnu un lien entre l'obésité et le cancer. Richard Lehner, professeur de pédiatrie et chercheur à l'Université de la Faculté de médecine et de dentisterie de l'Alberta, a pris ses recherches plus loin pour comprendre comment les cellules tumorales se développent grâce à la récupération des lipoprotéines de très faible densité (VLDL) et les lipoprotéines de basse densité (LDL), communément connu comme le «mauvais cholestérol», et quels mécanismes peuvent être utilisés pour réduire la croissance des cellules malignes.

Cette étude novatrice, un effort de plus de 2 ans par le groupe Lehner en collaboration avec Gerald Hoefler et son équipe (Université médicale de Graz, Autriche), a été publié dans la revue scientifique "Cells Reports". Les données recueillies à partir de leurs expériences suggèrent une boucle de feed-forward, dans lequel les tumeurs non seulement utilisent les lipides comme des «blocs de construction» pour se développer, mais elles peuvent réguler le métabolisme des lipides de leur hôte pour augmenter la production de ces lipides.

Le «mauvais cholestérol» se lie aux récepteurs de LDL dans le foie, l'organe chargé de la dégrader et de l'excréter de l'organisme comme la bile. "Les cellules cancéreuses ont besoin de lipides pour se développer. Elles peuvent faire leurs propres lipides ou en obtenir plus de l'hôte parce que ces cellules se développent si vite», explique Lehner. "La tumeur envoie des signaux au foie:« Je besoin de plus de cholestérol pour la croissance »et le foie est reprogrammée pour sécréter ces lipides."

L'un des facteurs clés de ce processus sont des protéines que nous avons tous et qui, dans de plus grandes quantités, qui peuvent entraîner une diminution de la quantité de récepteurs de LDL pour excréter le cholestérol. La tumeur affecte ces protéines pour réduire la clairance du cholestérol dans le sang, laissant le LDL pour le cancer pour qu'il se nourrisse de lui.

Ces résultats ont conduit Lehner et Hoefler à une hypothèse intéressante: réduire au minimum la production de LDL du foie priverait une tumeur de son approvisionnement constant et donc réduierait sa possibilité de croissance. Leurs expériences dans des modèles pré-cliniques ont réussies, ce qui confirme le développement de la tumeur inférieure par la régulation des protéines qui affectent la production de VLDL (précurseurs des LDL) et de l'absorption des LDL par les récepteurs du foie.

Cette recherche a reçu le soutien des subventions des Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC) et le Fonds autrichien pour la science (FWF) et son programme DK canadienn. Il a également été possible grâce à la Faculté de médecine et Lipid analyse Core Facility de dentisterie, les femmes et de l'Institut de recherche en santé des enfants (WCHRI) et la Fondation canadienne pour l'innovation (FCI).

La prochaine étape pour Lehner et son équipe sera de tester les médicaments existants qui pourraient aider à limiter la production de cholestérol chez les patients subissant un traitement du cancer - les ajoutant à leurs traitements actuels.

"Il existe des médicaments approuvés que nous pouvons tester», dit Lehner. "Ils ne sont pas développés pour le cancer, ils ont été fabriqués pour les personnes souffrant d'hypercholestérolémie [maladie chronique où les patients ont un niveau très élevé de cholestérol dans le sang], mais il sera intéressant pour nous de les tester avec des patients atteints de cancer et de voir s'il y a une amélioration ».

Lehner a l'intention d'élargir le soutien reçu et développer ces tests au niveau local, y compris la technologie et les installations des instituts et cliniques liées à l'Université de l'Alberta. «La collaboration avec l'Autriche était de définir le concept de l'enquête", explique t-il. «Nous avons un excellent groupe ici, de grands chercheurs sur le cancer. Nous sommes dans de bonnes mains pour continuer."

Si ces essais cliniques potentiels se révèlent être efficaces, nous pourrions être confrontés à une manière améliorée pour aider les patients atteints de cancer: l'élimination de la tumeur, tout en l'empêchant de se développer en même temps.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15761
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Relation entre cancer et cholestérol.   Mer 15 Mai 2013 - 19:51

Des chercheurs de l'Inserm ont découvert une nouvelle molécule issue du cholestérol - la dendrogénine A (DDA) - capable d'entraîner la mort de cellules cancéreuses.

Publiée dans la revue Nature Communications, cette découverte pourrait être utilisée pour le traitement de certains cancers.

En étudiant le métabolisme du cholestérol, l'équipe de chercheurs a découvert que le produit de la réaction chimique d'un dérivé du cholestérol avec l'histamine générait une molécule spécifique nouvelle appelée dendrogénine A.

Les scientifiques ont ensuite remarqué que la DDA était répandue dans les tissus et cellules saines alors qu'elle n'était pas détectable dans les cellules tumorales chez l'homme.

«Nos résultats suggèrent que la DDA protège les cellules des processus de cancérisation», indique l'un des principaux auteurs de l'étude.

À terme, cette molécule pourrait servir dans le traitement de plusieurs cancers.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15761
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Relation entre cancer et cholestérol.   Ven 9 Nov 2012 - 13:00

Cancer : des médicaments anti cholestérol augmenteraient les chances de survie
Mis à jour le Vendredi 9 Novembre 2012

Les patients atteints d’un cancer et qui prennent des statines auraient 15 % de risque en moins de mourir que les autres, selon une étude danoise.

Les statines, un nouveau traitement dans la lutte contre le cancer ? C’est ce qu’a cherché à démontrer une équipe scientifique au Danemark.

Les chercheurs ont étudié 18 721 malades du cancer de plus de 40 ans et qui ont été diagnostiqués entre 1995 et 2007 au Danemark. Tous prenaient régulièrement des statines, un traitement contre le cholestérol, avant que leur cancer ne soit découvert. Les chercheurs ont comparé leur taux de survie avec celui de 277 204 malades du cancer qui ne prenaient pas ce médicament.

Moins 15 % de décès avec les statines

Il en résulte que le taux de décès par cancer des consommateurs de statines est 15 % moins élevé que celui des patients qui n’en prennent pas. L'effet des statines sur le taux de survie a été plus flagrant pour 13 types de cancer, allant de 11 % pour les patients atteints d’un cancer du pancréas, jusqu’à 36 % pour ceux victimes d’un cancer du col de l’utérus.

Le Dr Stig Bojesen de l'Université de Copenhague qui a dirigé l’étude explique que la baisse du risque de mortalité grâce aux statines peut sembler faible mais que « la chimiothérapie n’offre également qu’une réduction de 15 à 20 % des risques de mourir »...

Pour 14 autres types de tumeurs, les résultats sont moins tranchés. Mais la tendance s'est maintenue indépendamment de l'âge du patient, du type de cancer et si le cancer s’est propagé ou non.

Pas d’effet en cas de chimiothérapie

Seuls les patients ayant reçu une chimiothérapie n'ont montré aucun avantage apparent à la prise de statines.

Le fait que l'effet bénéfique des statines n’a pas été observé chez les personnes suivant une chimiothérapie ne signifie pas, pour le Dr Bojesen, qu’il faille que les malades privilégient les statines au détriment de la chimiothérapie. Au contraire, il pense que l'utilisation thérapeutique de ces médicaments anti cholestérol pourrait être envisagée lorsqu’aucune chimiothérapie n’est possible pour certains types de cancers.

Les chercheurs danois n'ont pas encore vérifié si les statines permettaient aussi de prévenir le cancer.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15761
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Relation entre cancer et cholestérol.   Jeu 25 Oct 2012 - 12:29

Cancer: le cholestérol en accusation

Par Vincent Olivier, publié le 25/10/2012 à 17:14

Réduire l'apport de cholestérol au niveau d'une tumeur: une piste prometteuse pour le cancer de la

Pourra-t-on éviter un jour le cancer de la prostate, le plus fréquent et la 3ème cause de décès par cancer chez l'homme? La piste choisie par l'équipe du Pr Jean-Marc Lobaccaro, de l'Unité CNRS/Inserm à l'Unversité de Clermont-Ferrand, et par Julie Dufour, jeune chercheuse, semble prometteuse. Cette dernière a d'ailleurs reçu le 25 octobre le Prix Kerner, décerné par un jury de journalistes, pour ces travaux.

Parmi les facteurs de risques associés au cancer de la prostate, on trouve en effet l'âge, les prédispositions génétiques, mais aussi le mode de vie et l'alimentation. Le cholestérol, en particulier, semble être un des facteurs clés d'apparition de la maladie car il aide les cellules cancéreuses à survivre et à se développer. D'où l'idée, séduisante, de réduire l'apport de cholestérol au niveau de la tumeur.

Vers de nouveaux médicaments?

Pour y parvenir, les scientifiques ont travaillé sur des protéines spécifiques, appelés LXRs, qui contrôlent la quantité de cholestérol dans l'ensemble de l'organisme. Et ils ont observé, chez les souris, le phénomène suivant : celles qui ne possèdent pas ces LXRs et qui sont nourries avec un régime riche en cholestérol développent les premières étapes du cancer de la prostate. En revanche, chez les autres souris, lorsqu'on leur donne certaines molécules particulières qui activent l'action des LXRs, on constate une réduction, voire un arrêt de la prolifération des cellules cancéreuses.

La prochaine étape consistera à valider ces hypothèses chez l'homme, ce qui devrait prendre encore quelques années. Si tel est le cas, si cette piste se confirme, elle pourrait déboucher sur de nouveaux traitements médicamenteux.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Marie



Nombre de messages : 398
Age : 57
Localisation : Picardie France
Date d'inscription : 22/05/2006

MessageSujet: Re: Relation entre cancer et cholestérol.   Lun 26 Juin 2006 - 17:40

j'avais bien compris ,denis ce qui venait du web et de toi,merçi,,,marie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15761
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Relation entre cancer et cholestérol.   Lun 26 Juin 2006 - 17:35

Je ne pense pas toujours à écrire que c'est un article pris sur le web. Ma convention c'est que lorsque j'écris en bleu dans cette section c'est que c'est moi qui parle -autrement ça vient d'un article pris sur le web quelque part...

Lorsque je met en rouge c'est que c'est un médicament...il faudrait que j'écrive ces petites conventions quelque part peut-être, je tourne les coins ronds parfois...

Denis
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Marie



Nombre de messages : 398
Age : 57
Localisation : Picardie France
Date d'inscription : 22/05/2006

MessageSujet: Re: Relation entre cancer et cholestérol.   Lun 26 Juin 2006 - 17:27

denis,

je crois que les médeçins sont plus préocupés par nos traitements que par des conseils diététiques,mais ce que tu dis sur le cholestérol je n'en avait jamais entendu parler,peut-etre méme que nos médecins ne le savent pas,ils font de la médeçine général et n'ont pas le temps de s'informer sur autre chose que les nouveaux médicaments,marie bec
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15761
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Relation entre cancer et cholestérol.   Lun 26 Juin 2006 - 15:47

La plupart des gens pensent que le cholestérol est associé avec la pression sanguine mais la recherche montre maintenant qu'il peut y avoir une relation entre le cholestérolet le cancer. Spécialement le cancer de la et celui du . réduire votre cholestérol pourrait réduire votre risque de cancer.


Les chercheurs ont montré que le cholestérol s'accumules sur la membrane extérieure des cellules cancéreuses. Ça ne cause la formation de nouvelles cellules mais le taux de croissance des cellules existantes devient plus rapide. Les chercheurs disent aussi que les médicaments qui diminuent le cholestérol peuvent inhiber la croissance des cellules cancéreuses.

article pris sur le web et traduit

Encore une fois, je suis surpris que le médécin qui s'occupe de moi pour le cancer, ne me parle jamais de diète ou de faire attention au cholestérol.
Je prends des pilules contre le cholestérol mais j'aurais pu commencer plus tôt. Je me souviens avant mon cancer que j'avais été voir une diététiste en bougonnant car je pensais que le médecin aurait pu me prescrire ces pilules sans m'obliger à aller dire à cette femme quelle sorte de margarine j'achetais. Et puis comme j'ai déménagé dans cette période, je ne suis pas retourné chez le médecin pour donner suite et je n'ai pas eu les pilules...

D'une façon générale, les médecins voient chacun un bout de la maladie. Le mien est chirurgien quand il a coupé et enlevé ce qu'il y avait à couper, pour lui le problème est réglé, il sait que ça va revenir mais ce n'est pas tellement son problème rendu là...


Dernière édition par Denis le Dim 10 Juil 2016 - 10:57, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Relation entre cancer et cholestérol.   Aujourd'hui à 22:20

Revenir en haut Aller en bas
 
Relation entre cancer et cholestérol.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Relation entre le Vatican et la Russie
» relation entre musulman et parent non musulman
» Il y a bien une forte relation entre le coeur et les émotions !
» relation entre chute de tension et pertes techniques dans le réseau électrique
» Relation entre le corps et l'esprit

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ESPOIRS :: Cancer :: recherche-
Sauter vers: