AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Le reolysin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15757
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Le reolysin   Jeu 9 Avr 2009 - 18:33

(Apr. 9, 2009) — Dalhousie Medical School cancer researcher Dr. Patrick Lee has proven that a common virus can infect and kill breast cancer stem cells. This breakthrough finding is published in the current issue of Molecular Therapy, the journal of the American Society of Gene Therapy.

Le docteur Patrick Lee a prouvé qu'un virus commun peut infecter et tuer les cellules cancéreuses de souche. Cette avancée est publiée dans Molecular therapy

It is only within the past few years that the scientific community has understood the full significance of cancer stem cells and the urgent need to find a means of eliminating them.

“Cancer stem cells are essentially mother cells,” explains Dr. Lee, Cameron Chair in Basic Cancer Research at Dalhousie Medical School. “They continuously produce new cancer cells, aggressively forming tumours even when there are only a few of them.”

Cancer stem cells are difficult to kill as they respond poorly to chemotherapy and radiation. As Dr. Lee notes, “You can kill all the regular cancer cells in a tumour, but as long as there are cancer stem cells present, disease will recur.”

Les cellules souches cancéreuses sont difficilles à tuer parce qu'elles répondent peu à la chimio et aux radiations. Vous pouvez tuer toutes cellules cancéreuses régulières dans une tumeurs, s'ils restent des cellules souches cancéreuses, la maladie va revenir.

Dr. Lee is optimistic that his team has found the key to destroying cancer stem cells. The researchers have recently shown that human reovirus, a common virus that does not cause disease, effectively targets and kills cancer stem cells in breast cancer tissue.

Le docteur Lee est optimiste sur le fait que l'équipe a trouvé le moyen de tuer les cellules souches cancéreuses. Les chercheurs ont récemment prouvé que le réovirus qui ne cause aucune maladie, cible efficacement et tue les cellules cancéreuses souches dans le tissu du

“We suspected that reovirus might be effective against cancer stem cells, because we have shown time and again how well it destroys regular cancer cells,” remarks Dr. Lee, who was the first in the world to discover that a benign and naturally occurring virus could selectively infect and kill cancer cells without harming healthy cells. A Calgary-based company, Oncolytics Biotech Inc., is testing reovirus in clinical trials to prove the treatments are safe and effective.

Nous suspections que le réovirus pourrait être efficace contre les cellules souches cancéreuses, parce que nous avons démontré encore et encore qu'il détruisait les cellules cancéreuses.

Unlike most cancer studies, which use cancer cell lines developed for laboratory use, this study used fresh breast cancer tissue. This cancer tissue was removed from a patient of Dr. Carman Giacomantonio, a Capital Health surgical oncologist who is working with Dr. Lee on the reovirus research, along with post-doctoral fellow Dr. Paola Marcato and research assistant Cheryl Dean.

In addition to its ability to kill cancer cells and cancer stem cells, reovirus stimulates the anti-cancer immune system. Since virus therapy also invokes an anti-virus response, Dr. Lee and post-doctoral fellow Dr. Shashi Gujar are working on a way to harness the immune system so it attacks cancer cells while allowing the virus to freely infect and destroy cancerous cells. “Refining this two-pronged approach to killing cancer is our next step,” says Dr. Lee. “We are taking advantage of the natural characteristics of reovirus and the immune system itself to create a powerful virus-based anti-cancer therapy."

En plus de sa capacité de tuer les cellules cancéreuses et les cellules souches cancéreuses, le réovirus stimule le système immunitaire. Parce que le virus appelle aussi une réponse anti-virus, le docteur Lee travaille sur un moyen de arnacher cette réponse pour qu'elle attaque les cellules cancéreuses

Dr. Lee’s discovery that reovirus effectively targets breast cancer stem cells has captured the attention of LeadDiscovery, a UK-based organization dedicated to promoting drug discovery and development. LeadDiscovery has identified the finding to be of particular interest to the drug development sector and will feature it in its next update to the global scientific community and pharmaceutical industry.

voir aussi

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15757
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Le reolysin et des essais au Texas.   Mer 25 Juil 2007 - 17:28

CTRC is one of only three sites in the United States, and the only in Texas, enrolling patients. The novel anti-cancer therapy, REOLYSIN®, is a living virus, not a chemotherapy drug, that is toxic to cancer cells but not harmful to normal cells. This novel therapy, using a living virus, is the first of its kind available at CTRC.

CTRC est un des 3 seuls sites aux États-unis qui prends des patients pour une nouvelle thérapie au Reolysin à base d'un virus vivant.

According to Monica Mita, MD, principal investigator at the CTRC Institute for Drug Development, REOLYSIN®’s name was derived from the human reovirus, a mild virus that occurs naturally in the environment.

“This novel therapy has shown success because the reovirus replicates in and destroys the cancer cells within the patient’s body,” said Mita. “Cancer cells have several molecular and genetic abnormalities. In normal, healthy cells, the reovirus is unable to reproduce because of an enzyme named PKR. The enzyme is suppressed in cancer cells, and therefore the reovirus can replicate in the cancer cell and kill it.”

Cette nouvelle thérapie a montré du succès parce que le reovirus réplique et détruit les cellulesw cancéreuses dans le corps du patient. Les cellules cancéreuses ont plusieurs molécules et anormalités génétiques. Chez les cellules normales, le reovirus est incapable de se multiplier à cause d'un enzyme appelé PKR. L'enzyme est supprimé dans les cellules cancéreuses et le reovirus peut se répliquer et les tuer.

“REOLYSIN® typifies the true targeted therapy approach that seeks to use fundamental differences between cancer and normal cells as the basis for effective anti-cancer approaches and we are thus very excited about the this study,” said Francis Giles, MD, director of the CTRC Institute for Drug Development.

Le Reolysin est le prototype des thérapies ciblées qui trouvent des différences fondamentales entre les cellules normales et cancéreuses.
Nous sommes très excités à propos de cette étude.


Eligible patients are those who have a bone or soft tissue sarcoma that has spread to the lung and who are deemed by their physician to be unresponsive to or untreatable by standard therapies. These include patients with osteosarcoma, Ewing sarcoma family tumors, malignant fibrous histiocytoma, synovial sarcoma, fibrosarcoma and leiomyosarcoma.

Les patients éligibles sont ceux qui ont un sarcome des tissus mous qui a métastasé aux poumons et qui sont intraitables par les thérapies standarts.

The second patient to enroll in the study was diagnosed with breast cancer in April 2005 and 11 months later received an additional diagnosis for a rare form of sarcoma. A specialist at the Dana-Farber Cancer Institute in Boston referred her to CTRC, where Mita suggested the REOLYSIN® study. After discussing it with her family and doctor, she decided it was the best treatment option for her.

“This new therapy gives me another option in the fight against my cancer,” said the 35-year-old mother of three who travels to San Antonio for treatment with her husband and children. “Before coming to CTRC, I had already been through one chemotherapy cycle for this disease, and I got the impression that no one really knew what to do with me or how to treat my cancer. REOLYSIN® was a less toxic option for me.”

"Cette nouvelle thérapie m'a donné une nouvelle option pour combattre mon cancer" a dit cette femme de 35 ans mère de 3 enfants. Avant ce traitement, j'ai déja eu une autre thérapie mais j'avais l'impression que personne ne savait vraiment qoui faire avec moi."

"We are delighted, but not surprised, with the rate of accrual at the CTRC Institute for Drug Development,” said Dr. Brad Thompson, President and CEO of Oncolytics Biotech Inc. “As an evolving oncology company, the placement of Oncolytics’ very innovative and sophisticated studies is of critical importance and we are delighted to have the CTRC Institute for Drug Development as our collaborator. This study is expected to yield information that will guide the late stage clinical development program for REOLYSIN®.”

REOLYSIN® demonstrated success against tumors during earlier phases of scientific testing. This study (REO 014) is a Phase II, open-label, single agent study with the primary objective of measuring tumor responses and the duration of those responses, and of describing any evidence of anti-tumor activity. REOLYSIN® will be given intravenously to patients for five consecutive days. Patients may receive additional five-day cycles of therapy every four weeks for a maximum of eight cycles. Up to 52 patients will be enrolled in the study.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15757
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Le reolysin   Sam 26 Mai 2007 - 14:07

reolysin


...Nous avons fait une étude humaine de la phase I en 2001, et avons annoncé des résultats finals en mars 2002. Nous avons inscrits 18 patients avec une variété de cancers avancés. Nous cherchions à vérifié la sécurité du processus et son efficacité. Il n'y a eu aucun événement défavorable remarquable. En outre, 11 de 18 patients (60%) ont bien eu de l'activité virale, avec la régression de tumeur s'étendant de 32% à 100%. Les patients étaient des patients pour qui tous autres traitements de cancer avaient échoué. Nous avons été tout excités au sujet de ces résultats évidemment.

En second lieu, il y eu une expérience avec des souris auquelles on a implanté le gliome humian et dans cette l'étude, 20 de 23 animaux ont fait régresser leurs tumeurs de 100%. En outre, les animaux ont gagné le poids et ont semblé sains à la fin de l'épreuve.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15757
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Le reolysin   Sam 19 Mai 2007 - 11:14

Je suis bien content qu'on puisse se soutenir mutuellement tout le monde de la petite famille "espoirs" et si tu glanes d'autres renseignements que je n'ai pas ici, n'hésites pas à les mettre, ça peut en aider un autre, si j'ai tout suivi correctement, je crois qu'il y a Christian ici qui pourrait bénéficier de renseignements sur le STS (?).

Denis
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Christine



Nombre de messages : 171
Localisation : (Bas-St-Laurent/ Canada)
Date d'inscription : 16/10/2006

MessageSujet: Merci!   Sam 19 Mai 2007 - 10:16

Bonjour Denis, je voulais te dire merci pour ce post. Grâce à celui-ci j'ai fait des recherches sur ce médicament et je suis tombé sur un forum canadien anglophone qui donne plein de renseignement et avec qui tu peux parler des sarcomes alvéolaires de tissus mous.

Merci,

Soleil26 @#@
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15757
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Le reolysin et le cancer de tissus mous.   Jeu 10 Mai 2007 - 14:24

Le Reovirus, un virus non pathogène en développement à Calgary, a montré une puisssante activité anti-cancer dans des cellules cancéreuses en laboratoire, chez des modèles animaux, et dans des essais cliniques sur des humians. Reolysin est un agent actif contre nombre de cancers incluant les sarcomes et les mélanomes. De récentes études indiquent aussi que le Reolysin travaille d'une façcon synergétique avec les médicaments standards anti-cancer, forunissant une réponse significativement plus forte que n'importe quel agent seul.

De plus, d'autres études complétées l'année passée ont montré que le Reolysin a la capacité de réveiller le système immunitaire du patient pour son cancer particulier conduisant à tuer des cellulles cancéreuses supplémentaires. C'est à travers ce second mécanisme "inflammatoire" que les chercheurs espèrent que le Reolysin apportera des rémissions à long terme de ce qui étaient des cancers intraitables.

À la quatrième conférence internationale sur les virus oncolytics comme thérapie ant-cancer en mars 2007 en Arizona, plusieurs présentations ont focussé sur l'efficacité du réovirus seul ou en combinaison avec les chimios standards.


Dans une étude, les chercheurs ont examiné la capacité de tuer des tumeurs du réovirus + Cisplatin, un agent courrant de chimio, dans un modèle de mélanome implanté chez une souris. L'étude incluait aussi des expériences sur des cellules en laboratoire. Les résultats de cette étude montrait que la combinaison du réovirus et de Ciaplatine était significativement plus eficace que le virus seul ou le Cisplatine seul. Les investigateurs veulent explorer le mécanisme de cette synergie prometteuse plus en détail dans des expériences ultérieures.


Une autre présentation à la conférence tenue en Arizona a rapporté l'utilisation de Reolysin + la cyclophosphamide dans un modèle animal du mélanome Quand traité avec les deux agents, les tests animaux ont expérimenté plus de régression de la tumeur comparé avec l'un ou l'autre des agents seul. Oncolytics a obtenu l'autorisation du Royaume-uni de procéder à des tests sur des humains du Reolysin en combinaison avec d'autres médicaments (gemcitabine, paclitaxel/carboplatine et docetaxel.)


Peut-être que les découvertes les plus excitantes du Reolysin en combinaison avec d'autres thérapies ont été rapporté au rendez-vous de l'association américaine de la recherche sur le cancer en Avril 2007. Le Reolysin + la gencitabine ont complètement éradiqué les tumeurs de 4 ou 5 souris dans des tests sur des animaux.
Dans des souris auquelles on a transplanté le cancer du le Reolysin plus la gemcitabine a complètement éradiqué les tumeurs pour 4 ou 5 animaux


"Le résultat de la combinaison des thérapies avec le réovirus chez les animaux est très encourageant parce qu'il suggère que le Reolysin peut augmenter l'activité ant-tumorale de la chimio standard chez les patients avec un cancer avancé sans causer de toxicité additionnelle" a dit le docteur Karl Mettinger, docteur en chef chez Oncolytics.

Physicians often prefer to treat cancer with multiple agents, but toxicity limits these approaches. Since reovirus typically is not pathogenic in humans nor associated with severe toxicity in clinical studies, its co-administration is not expected to increase a treatment's overall toxicity.
Dual Mechanism
Reovirus works by entering and replicating within cancer cells containing an activated ras pathway, a mutation present in about two-thirds of all human cancers. Reovirus enters a cancer cell, makes thousands of copies of itself, and then causes the cell to burst, which releases viruses that infect and kill adjacent cancer cells. Normal cells are not harmed.
In addition to killing cancer cells directly, reovirus is believed to activate an anti-tumor immune response through the body's natural killer cells and T cells. Through this mechanism, which persists for weeks or months, the body continues to fight off cancer long after the virus clears from the body.
Future directions
On April 11, 2007, Oncolytics announced it had initiated a Phase II trial to evaluate intravenous administration of Reolysin in patients with sarcomas that have metastasized to the lung. For patients with deadly soft tissue sarcoma, the lungs are the most common site of metastatic disease. To date, surgery has been the only effective therapy for metastatic sarcoma.

Le 11 avril 2007, Oncolytics a annoncé qu'elle a initié une phase II pour évaluer l'administration de Reolysin sur des patients avec des sarcomes qui ont métastaser aux poumons. Pour les patients aved le STS, le spoumons sont le site commun des métastases. À date seulement la chirugie est efficace pour ces cancers.

The multi-center, Phase II study follows successful completion of systemic administration trials with Reolysin in the U.K. and the U.S. This will be the second of several Phase II trials Oncolytics plans for 2007. The Company also has a collaborative agreement with the U.S. National Cancer Institute to conduct multiple clinical trials with Reolysin which are expected to begin in 2007, including a Phase II melanoma trial and a Phase I/II ovarian cancer trial.
"It is hoped that the trials will clearly show that Reolysin alone or in combination with either radiation or chemotherapy can stop or reverse the growth of advanced cancers without adding harmful side effects," said Dr. Mettinger.

"On espère que les essais montreront clairement que le Reolysin seul ou en combinaison avec la chimio ou la radiation peut arrêter ou renverser la croissance des cancers avancés sans effets secondaires handicapants" dit le docteur Mettinger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15757
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Le reolysin   Sam 5 Aoû 2006 - 14:18



Un médicament expérimental, le Reolysin(MD), pourrait donner espoir aux patients souffrant d'un cancer en stade avancé. Dans le cadre d'une première mondiale, 30 patients ont reçu divers dosages intraveineux de Reolysin lors d'un essai de phase I réalisé au Royaume-Uni. Les résultats ont démontré que Reolysin pourrait avoir stoppé la croissance de tumeurs chez certains patients, ou même fait diminuer les tumeurs sans les effets secondaires normalement associés aux traitements plus traditionnels du cancer.

"Il s'agit d'un concept réellement novateur dans le domaine de la thérapie contre le cancer," a déclaré le Dr Matt Coffey, scientifique en chef d'Oncolytics Biotech Inc (Calgary). "Des milliards de particules de Reolysin, dérivées d'un rétrovirus d'origine naturelle, ont été administrées quotidiennement à des patients cancéreux chez lesquels d'autres traitements avaient échoué, ou pour lesquels aucun traitement n'était disponible," a-t-il déclaré.

"Les résultats ont démontré une activité antitumorale chez les patients atteints d'un cancer colorectal, prostatique, pancréatique, de la vessie et du poumon non à petites cellules."

Deux patients atteints de cancer colorectal ont présenté une stabilisation de la tumeur à trois et six mois, et une réduction du CEA (un marqueur tumoral) de 27 % et 60 % respectivement. Un patient souffrant d'un cancer métastatique de la prostate a présenté une stabilisation de la maladie à quatre mois, une réduction de 50 % de l'antigène prostatique spécifique (PSA), et la mort importante d'un grand nombre de cellules tumorales.

Un patient atteint d'un cancer métastatique de la vessie a présenté une stabilisation de la maladie à quatre mois, et une réponse tumorale mineure dans une lésion métastatique du nœud lymphatique. Un patient ayant un cancer du poumon non à petites cellules a également présenté une stabilisation de la maladie à quatre mois.

L'étude a démontré que lorsque le virus envahissait une cellules cancéreuse avec un ras activé, il commençait à se répliquer jusqu'à ce qu'il détruise la cellule tumorale hôte. Lorsque la cellule cancéreuse meurt, des milliers de particules virales sont libérées, et commencent à infecter et à détruire les cellules cancéreuses adjacentes, tout en épargnant les cellules normales. http://www.oncolyticsbiotech.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15757
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Le reolysin   Mar 11 Juil 2006 - 10:09

Monday 10 July 2006, 12:25 GMT Monday 10 July 2006
HEALTH
Oncolytics Biotech Inc.


Oncolytics Biotech Inc. commence le recrutement des patients pour un essai clinique de phase Ib au Royaume-Uni


CALGARY, Canada, July 10 /PRNewswire/ --

- Essai clinique sur REOLYSIN(R) en association avec la radiothérapie

Oncolytics Biotech Inc. ("Oncolytics") (TSX : ONC, NASDAQ : ONCY) a annoncé ce jour qu'il avait commencé le recrutement des patients pour son essai clinique de phase Ib qui sera réalisé au Royaume-Uni et portera sur l'étude de REOLYSIN(R) en association avec la radiothérapie pour le traitement des patients atteints d'un cancer avancé. Dans le cadre de cet essai de phase Ib, les patients seront traités par une série de deux à six injections intratumorales de REOLYSIN(R) à la dose de 1x10(10) TCID 50 accompagnées d'une dose de rayonnement constante de 36 Gy administrée en douze fractions.

Le recrutement des patients pour l'essai clinique de phase Ia portant sur l'association REOLYSIN(R) / radiothérapie a pris fin en juin 2006. Cet essai clinique de phase Ia avait pour objectif d'évaluer un traitement consistant en deux injections intratumorales de REOLYSIN(R) à des doses de 1x10(8), 1x10(9), et 1x10(10) TCID 50, accompagnées d'une dose constante de rayonnement localisé de 20 Gy administrée en cinq fractions. La dose maximale tolérée (DMT) n'a pas été atteinte, et le traitement d'association semble avoir été bien toléré. Les résultats intermédiaires de l'essai clinique de phase Ia ont été présentés à l'occasion de la Conférence annuelle de l'American Association for Cancer Research (AACR, Association américaine de recherche sur le cancer) qui s'est tenue à Washington, D.C., en avril 2006. L'analyse préliminaire a également mis en évidence l'existence de réponses locale et systémique.

L'objectif principal de l'étude clinique de phase Ib est de déterminer la dose maximale tolérée (DMT), la toxicité limitant la dose (TLD) et le profil d'innocuité de REOLYSIN(R) administré par voie intratumorale à des patients traités par radiothérapie. L'un des objectifs secondaires de l'étude vise par ailleurs à examiner les éventuelles preuves d'activité anti-tumorale. Seront considérés comme admissibles à l'étude les patients ayant reçu un diagnostic de tumeurs solides avancées ou métastatiques, réfractaires (n'ayant pas répondu) au traitement de référence ou pour lesquels il n'existe pas de traitement curatif de référence. Il est par ailleurs prévu d'administrer à un groupe supplémentaire de patients la dose maximale atteinte dans l'essai de phase Ib.

Les chercheurs principaux de cette étude sont le Dr Kevin Harrington, du Targeted Therapy Laboratory, de l'Institute of Cancer Research, du Cancer Research UK Centre for Cell and Molecular Biology et Conseiller honoraire en Oncologie clinique au Royal Marsden NHS Foundation Trust, Londres, Royaume-Uni, et le Dr Alan Melcher, rattaché au Cancer Research U.K. Clinical Centre et exerçant au St. James's University Hospital de Leeds. Le recrutement des patients pour cette étude s'effectue dans les hôpitaux Royal Marsden et St James's, au Royaume-Uni.


Dernière édition par le Jeu 11 Oct 2007 - 7:22, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le reolysin   Aujourd'hui à 19:53

Revenir en haut Aller en bas
 
Le reolysin
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Reolysin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ESPOIRS :: Cancer :: recherche-
Sauter vers: