AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Nouvelles techniques.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15761
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Nouvelles techniques.   Mer 22 Juin 2016 - 10:02

Les équipes du CHU d’Angers ont réalisé la 1ère néphrectomie (ablation) partielle du avec occlusion hypersélective des vaisseaux irriguant la tumeur par voie endovasculaire.

L’intervention d’une durée d’environ une heure et demie au lieu des trois à quatre heures nécessaires habituellement, s’est déroulée dans la nouvelle salle hybride de l’établissement. Le patient qui a bénéficié de cette technique novatrice a pu sortir 2 jours après l’intervention sans aucune complication hémorragique et sa santé est tout à fait satisfaisante.

Cette technique a permis de réduire les pertes sanguines, les douleurs post-opératoires et la durée d’hospitalisation. Réalisée sous cœlioscopie, l’intervention consiste à introduire des « pinces » à travers de petites incisions cutanées, sans ouvrir la paroi abdominale afin de prélever une partie du rein (néphrectomie partielle). Pour limiter l’afflux de sang pendant cette incision, le chirurgien clampe l’artère reliée au rein en pinçant le principal vaisseau sanguin qui alimente l’organe.

Cette interruption momentanée peut faire souffrir le rein ; prolongée, elle peut provoquer des anomalies parfois définitives de la fonction rénale. Une fois la tumeur retirée, le chirurgien suture les petits vaisseaux qui irriguaient jusqu’alors les tissus. Cette étape complexe nécessite fréquemment de faire basculer la coelioscopie vers une chirurgie à ciel ouvert, avec une incision dans l’abdomen.

Pour contourner cet obstacle, les Docteur Pierre Bigot, de l’équipe du Professeur Abdel-Rahmene Azzouzi (chirurgie urologique) et Docteur Antoine Bouvier de l’équipe du Professeur Christophe Aubé (radiologie interventionnelle) du CHU d’Angers ont combiné leurs compétences et imaginé une solution thérapeutique inédite à l’échelle mondiale.

Cette technique s’effectue en deux temps au cours d’une seule et même intervention de néphrectomie rénale. Juste avant l’ablation de la tumeur, le radiologue interventionnel cathétérise l’artère rénale puis embolise, de l’intérieur, les vaisseaux sanguins alimentant la tumeur, tout en respectant les autres vaisseaux. Ainsi, seule la partie du rein à extraire sera dévascularisée. Le chirurgien ne touche pas à l’artère rénale. Le reste du rein continue d’être vascularisé, l’organe est préservé de façon optimale et le risque hémorragique est maîtrisé.

Cette technique a été rendue possible grâce à la salle hybride du CHU d’Angers et à sa très haute qualité d’imagerie. Pour ces gestes, un travail de fusion des images scanner est réalisé en amont, afin de repérer les vaisseaux à emprunter. Des images radiologiques 3D permettent au radiologue interventionnel d’effectuer une cartographie artérielle du rein et un repérage optimal de la tumeur.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15761
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Nouvelles techniques.   Mar 7 Juin 2016 - 12:11

Doctors have a powerful arsenal of cancer-fighting chemotherapy drugs to choose from, though a key challenge is to better target these drugs to kill tumors while limiting their potentially harmful side effects.

Now, researchers at the Department of Energy's Lawrence Berkeley National Laboratory (Berkeley Lab) are helping to develop and test materials for a new device that can be inserted via a tiny tube into a vein and soak up most of these drugs like a sponge. That's after a separate tube delivers a more concentrated dose to tumors -- and before the drugs can widely circulate in the bloodstream.

Researchers say the drug-capture system could also potentially be applied to antibiotic treatments in combating dangerous bacterial infections while limiting their side effects.

From Fuel Cell to Cancer Treatment

X. Chelsea Chen, a postdoctoral researcher working in the Soft Matter Electron Microscopy program in Berkeley Lab's Materials Sciences Division, had been investigating polymer membranes--which help current to flow in a fuel cell that converts hydrogen and oxygen into electricity -- when she learned about the concept for this new type of medical device.

She saw that the proposed drug-capture device could benefit from the same property in the fuel cell material, which allows it to attract and capture certain molecules by their electric charge while allowing other types of molecules to flow through.

"We used to use this material for transporting protons in a fuel cell," Chen said. "I was really excited when I found out this could be used for chemotherapy -- this was branching out in a totally different direction." The polymer material includes polyethylene, which is strong and flexible and is used for garbage bags, and another polymer containing sulfonic acid, which has a negative electric charge.

Certain types of chemotherapy drugs, such as doxorubicin, which is used to treat liver cancer, have a positive charge, so the polymer material attracts and binds the drug molecules. "In our lab experiments, the current design can absorb 90 percent of the drug in 25-30 minutes," Chen said.

That is important, since an increasingly popular liver-cancer treatment, known as TACE, can allow up to half of the chemotherapy dose to reach the rest of the body even though it is intended to reduce its circulation.

Removing a toxin after tumor treatment

"Doxorubicin has been around for decades. It is very well understood, and it is also very toxic," said Steven Hetts, an associate professor of radiology at UC San Francisco and an interventional neuroradiologist at the UCSF Medical Center who conceived of the new treatment system, called ChemoFilter. "If you get exposed to too much, when it goes through the heart you can go into heart failure." So doctors are very careful with the dose.

Hetts specializes in treating eye tumors by navigating a tube, called a catheter, from the femoral artery in the thigh to the opthalmic artery that supplies blood to the affected eye, and pumping chemotherapy medication through the catheter to the tumor.

"You can get very high concentrations of that chemotherapy in the eye and relatively low concentrations in the rest of the body, but some will wash through the eye and into the veins in the head," Hetts said, "so you can have side effects from that."

Hetts began to question, "Is there a way to drain, to remove that excess drug before it has side effects? If you can remove a lot of the drug, you could escalate the dose of the drug you can give, for better tumor control and potentially a cure -- and you could basically eliminate any side effects.

"It occurred to me that maybe we could navigate a separate catheter into the vein that drains the blood, and have a material that binds up any excess chemotherapy," he said.

While the eye cancers he treats are rare -- there are several hundred children per year in the U.S. who are affected by this kind of tumor--he saw a parallel need to improve the treatment options for liver cancer, which is far more pervasive: It is the third-leading cause of cancer deaths globally, with an estimated half a million new cases each year.

Bringing a medical device from drawing board to market

In 2013 his staff reached out to Nitash Balsara, a senior scientist at Berkeley Lab and a chemical engineering professor at UC Berkeley and lead-PI of the Soft Matter Electron Microscopy program in Berkeley Lab's Materials Sciences Division, to pursue the idea, and Chen began to work on materials based on Hetts' concept. The research team received a patent for a ChemoFilter system in April.

The patented device features a nickel-titanium metal frame in a collapsible flower-petal array, attached to a thin polymer membrane that can be expanded out from a catheter to absorb a drug. In a preclinical study, a ChemoFilter device was inserted into a pig and was found to reduce the peak concentration of the chemotherapy drug doxorubicin by about 85 percent.

The device will hopefully find use in human cancer treatment within a couple of years, Hetts said.

Next-gen drug-capture devices

Chen and other researchers are also working on next-generation ChemoFilter devices that use a different mix of materials and different methods to remove drugs from the body, though those will likely take longer to receive federal approval for use.

Researchers at Caltech in Pasadena, Calif., are working to coat the ChemoFilter membranes with DNA segments that can bind with specific drug molecules. "DNA could be great to remove a lot of different chemotherapy drugs," Hetts said.

The membranes could also be designed to capture antibiotics to treat potentially deadly infections from anthrax and other bacteria, and there are many applications in veterinary medicine, too, he said.

Chen uses facilities at Berkeley Lab's Molecular Foundry to develop specialized polymers for ChemoFilter devices.

She also uses the Foundry's National Center for Electron Microscopy and conducts X-ray experiments at the lab's Advanced Light Source and SLAC National Accelerator Laboratory's Stanford Synchrotron Radiation Lightsource to study the nanostructure of the polymer materials she develops, and to better understand the drug-capture mechanism at microscopic scales and inform new designs.

"Without these awesome images from the Foundry and ALS, we wouldn't know how to optimize the performance of the materials," Chen said.

"We are actively searching for new materials and mechanisms" for the polymer membranes, she added. Researchers are exploring the use of 3-D-printed materials, for example, that can be coated with charged particles to attract and bind drug molecules.

A growth trend

Stephen Solomon, chief of Interventional Radiology Service at Memorial Sloan Kettering Cancer Center in New York, said the application of the TACE procedure has been increasing since the late '90s, and it has been shown to extend patient survival for those with liver cancer.

Solomon said he was familiar with the general concept of the ChemoFilter system: "One of the goals of any procedure involving chemotherapy is to minimize toxicity outside of the targeted organ, and the hope of this technology is to limit such toxicity."

Hetts said he looks forward to the development of more "cutting-edge" versions of ChemoFilter devices that are tailored to a wide range of treatments.

"This project has moved forward nicely and I'm really impressed," he said. "It's been a great experience in coming together to create these devices, and I'm looking forward to continuing it."


---

Les médecins ont un puissant arsenal de médicaments de chimiothérapie anticancéreuses, mais un défi clé est de mieux cibler ces médicaments pour tuer les tumeurs tout en limitant leurs effets secondaires potentiellement dangereux.

Maintenant, les chercheurs du Département de Lawrence Berkeley National Laboratory de l'énergie (Berkeley Lab) aident à développer et test des materiau pour un nouveau dispositif qui peut être introduit par un petit tube dans une veine et vous imprégner de la plupart de ces médicaments comme une éponge. C'est après qu'un tube séparé ait délivré une dose plus concentrée à des tumeurs - et avant que les médicaments puissent largement circuler dans la circulation sanguine.

Les chercheurs disent que le système de saisi de médicaments  pourrait éventuellement être appliqué à des traitements antibiotiques dans la lutte contre les infections bactériennes dangereuses tout en limitant leurs effets secondaires.


X. Chelsea Chen, un chercheur postdoctoral travaillant dans le programme Matière Molle en Microscopie électronique dans la division Matériaux Sciences de Berkeley Lab, avait enquêté sur des membranes polymères - qui aident dans une pile à combustible qui convertit l'hydrogène et l'oxygène en électricité - quand elle appris sur le concept de ce nouveau type de dispositif médical.

Elle a vu que le dispositif de capture de médicament proposé pourrait bénéficier de la même propriété dans le matériau que la  pile à combustible, pour lui permettre d'attirer et de capturer certaines molécules par leur charge électrique tout en permettant à d'autres types de molécules à circuler à travers.

"Nous avons utilisé ce matériel pour le transport de protons dans une pile à combustible", a déclaré Chen. «Je suis vraiment excité quand j'ai découvert ce qui pourrait être utilisé pour la chimiothérapie - ceci a été ramification dans une direction totalement différente." Le matériau polymère comprend du polyéthylène, ce qui est fort et flexible et qui est utilisé pour sacs à ordures, et un autre polymère contenant de l'acide sulfonique, qui possède une charge électrique négative.

Certains types d'agents chimiothérapeutiques, tels que la doxorubicine, qui sont utilisés pour traiter le cancer du foie, ont une charge positive, de sorte que le matériau polymérique attire et lie les molécules du médicament. «Dans nos expériences de laboratoire, la conception actuelle peut absorber 90 pour cent de la médicament en 25-30 minutes", a déclaré Chen.

Cela est important, car un traitement du cancer du foie de plus en plus populaire, connu sous le nom TACE, peut permettre à la moitié de la dose de chimiothérapie d'atteindre le reste du corps, même si elle est destinée à réduire sa circulation.

Le retrait d'une toxine après le traitement de la tumeur

"La Doxorubicine a été dans le paysage depuis des décennies. Elle est très bien compris, et elle est également très toxique», a déclaré Steven Hetts, professeur agrégé de radiologie à l'UC San Francisco et une neuroradiologist interventionnelle au Centre Médical UCSF qui a conçu le nouveau traitement système, appelé ChemoFilter. "Si vous êtes exposé à trop, quand cela passe par le cœur, vous pouvez aller en insuffisance cardiaque." Donc, les médecins sont très prudents avec la dose.

Hetts est spécialisé dans le traitement des tumeurs oculaires en naviguant dans un tube appelé un cathéter de l'artère fémorale dans la cuisse à l'artère ophtalmique qui fournit le sang à l'oeil affecté, et le pompage de médicament de chimiothérapie à travers le cathéter à la tumeur.

"Vous pouvez obtenir des concentrations très élevées de cette chimiothérapie dans les yeux et des concentrations relativement faibles dans le reste du corps, mais des médicaments passeront à travers l'œil et dans les veines de la tête," Hetts dit, "de sorte que vous pouvez avoir des effets secondaires à partir de cela."

Hetts a commencé à poser des questions, "Est-il possible de drainer, de supprimer ce médicament en excès avant qu'il ait des effets secondaires? Si vous pouvez retirer beaucoup du médicament, vous pourriez augmenter la dose du médicament que vous pouvez donner, pour un meilleur contrôle de la tumeur et potentiellement l'éliminer - et vous pourriez essentiellement éliminer les effets secondaires.

"Il me semble que nous pourrions poser un cathéter séparé dans la veine qui draine le sang, et avoir un matériau qui se lie à toute chimiothérapie excès," dit-il.

Alors que les cancers de l'œil qu'il traite sont rares - il y a plusieurs centaines d'enfants par an aux États-Unis qui sont touchés par ce genre de tumeur - il a vu un besoin parallèle pour améliorer les options de traitement pour le cancer du foie, qui est beaucoup plus répandue: C'est la troisième principale cause de décès par cancer dans le monde, avec environ un demi-million de nouveaux cas chaque année.

Apporter un dispositif médical de planche à dessin au marché

En 2013 son personnel demanda à Nitash Balsara, le chercheur principal à Berkeley Lab et un professeur de génie chimique à l'Université de Berkeley de poursuivre l'idée, et Chen a commencé de travailler sur des matériaux à base sur le concept de Hetts. L'équipe de recherche a reçu un brevet pour un système de ChemoFilter en Avril.

Le dispositif breveté comporte une armature métallique de nickel-titane dans une matrice à pétales de fleur pliable, attaché à une membrane mince de polymère qui peut être étendu à partir d'un cathéter à absorber un médicament. Dans une étude préclinique, un dispositif de ChemoFilter a été inséré dans un porc et on a constaté pour réduire la concentration de pic du médicament de chimiothérapie doxorubicine d'environ 85 pour cent.

L'appareil espère trouver une utilisation dans le traitement du cancer humain d'ici d'un couple d'années, selon Hetts.

dispositifs de capture de médicaments Next-gen

Chen et d'autres chercheurs travaillent également sur des dispositifs de ChemoFilter de prochaine génération qui utilisent une combinaison différente de matériaux et des méthodes différentes pour éliminer les médicaments du corps, bien que ceux-ci qui prendront probablement plus de temps pour recevoir l'approbation fédérale d'utilisation.

Les chercheurs de Caltech à Pasadena, en Californie., Travaillent pour revêtir les membranes ChemoFilter avec des segments d'ADN qui peuvent se lier à des molécules spécifiques du médicament. «L'ADN pourrait être de grande utilité pour supprimer un grand nombre de différents médicaments de chimiothérapie», a déclaré Hetts.

Les membranes peuvent également être conçus pour capturer des antibiotiques pour traiter des infections potentiellement mortelles de la maladie du charbon et d'autres bactéries, et il existe de nombreuses applications en médecine vétérinaire, aussi, dit-il.

Chen utilise des installations de Berkeley Lab Molecular Foundry pour développer des polymères spécialisés pour les dispositifs de ChemoFilter.

Elle utilise également Centre National de microscopie électronique et mène des expériences de rayons X chez Advanced Light Source du laboratoire et du SLAC National Accelerator Laboratory Stanford Synchrotron Radiation Lightsource pour étudier la nanostructure des matériaux polymères qu'elle développe, pour mieux comprendre le mécanisme de capture de médicament à l'échelle microscopique et s'informer de nouveaux designs.

"Sans ces images impressionnantes de Foudry et la SLA, nous ne saurions pas comment optimiser la performance des matériaux", a déclaré Chen.

"Nous sommes activement à la recherche de nouveaux matériaux et mécanismes" pour les membranes polymères, at-elle ajouté. Les chercheurs étudient l'utilisation de matériaux imprimés en 3-D, par exemple, peut être revêtue avec des particules chargées pour attirer et se lier à des molécules de médicament.

Une tendance en croissance

Stephen Solomon, chef de interventionnelle service de radiologie au Memorial Sloan Kettering Cancer Center à New York, a déclaré que l'application de la procédure de TACE a augmenté depuis les fin des années 90, et il a été montré pour prolonger la survie des patients qui ont un cancer du .

Solomon a dit qu'il était familier avec le concept général du système ChemoFilter: «L'un des objectifs de toute procédure impliquant la chimiothérapie est de minimiser la toxicité à l'extérieur de l'organe ciblé, et l'espoir de cette technologie est de limiter cette toxicité."

Hetts a dit qu'il attend avec impatience le développement de plusieurs versions "de pointe" de dispositifs ChemoFilter qui sont adaptés à un large éventail de traitements.

«Ce projet a bien avancé et je suis vraiment impressionné," at-il dit. «Ça a été une grande expérience de venir ensemble pour créer ces dispositifs, et je suis impatient de poursuivre."


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15761
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Nouvelles techniques.   Mar 24 Mai 2016 - 11:03

Un groupe de chercheurs basé à Montréal a dévoilé, mardi, une technique qui permettrait d'approfondir les recherches sur le cancer et d'autres maladies.
Des scientifiques associés au Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de l'Est-de-l'Île-de-Montréal (CIUSSS-Est) ont élaboré une méthode unique pour procéder au marquage instantané et spécifique de cellules individuelles.
Les travaux font partie d'une «nouvelle génération de technologies qui pourrait transformer notre vision de maladies telles que le cancer, où des cellules uniques, cachées parmi des millions d'autres, jouent un rôle déterminant», a affirmé la Dre Claudia Kleinman par communiqué.
Pour marquer les cellules une à une, les chercheurs utilisent un laser en guise de pinceau. Après les avoir isolées, des technologies de pointe sont utilisées pour examiner à l'échelle moléculaire ce que les cellules choisies avaient de particulier.
Le marquage des cellules par photoblanchiment deviendra un allié précieux de la recherche scientifique, prédisent les chercheurs. Les résultats de leurs travaux sont d'ailleurs publiés dans la prestigieuse revue Nature Communications.
La technique a de nombreux avantages, étant non invasive, peu coûteuse et accessible à n'importe quel chercheur disposant d'un microscope standard.
Elle survient aussi à un moment où les études génétiques de cellules isolées sont possibles, précisent les scientifiques.
«Nous avons mis au point un outil qui nous permet, pour la première fois, d'associer ce que nous observons au microscope avec des signatures moléculaires détaillées de cellules individuelles», a ajouté le Dr Santiago Costantino, qui a dirigé les recherches.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15761
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Nouvelles techniques.   Ven 19 Fév 2016 - 11:37

For women with the most common type of breast cancer, a new way to analyze magnetic resonance images (MRI) data appears to reliably distinguish between patients who would need only hormonal treatment and those who also need chemotherapy, researchers from Case Western Reserve University report.

The analysis may provide women diagnosed with estrogen positive-receptor (ER-positive) breast cancer answers far faster than current tests and, due to its expected low cost, open the door to this kind of testing worldwide.

The research is published in the journal Nature Scientific Reports.

"In the United States, nearly 70 percent of all breast cancer patients are diagnosed with ER-positive, but the majority don't need chemotherapy," said Anant Madabhushi, biomedical engineering professor at Case Western Reserve and research leader.

"Until about 15 years ago, doctors had no way of telling aggressive cancer from non-aggressive, so the majority of women got chemotherapy, which can produce very harsh side effects," he said.

Since then, a genomic test for differentiating between aggressive and nonaggressive cancer was developed. The test requires doctors to send a biopsy sample to a company that analyzes it and assigns a risk score that the doctors then use to guide treatment.

"The test is used frequently in the United States, but it destroys tissue, requires shipping and costs about $4,000," said Madabhushi, who is a member of the Case Comprehensive Cancer Center. "The cost puts the test out of reach for people in middle- and low-income countries."

Data mining

Madabhushi's team, which employs big data to study disease, thought they might find useful signals to discern aggressive ER-positive from indolent by mining radiologic data from MRIs.

They analyzed images of 96 ER-positive cancer patients scanned at a hospital in Cleveland or Boston. Each woman had undergone what's called a "dynamic contrast enhanced MRI," which produces images of tissues as they take up a contrast agent. Each woman had also undergone the genomic test.

Because intensity values regularly used to analyze tissues vary by scanner, the researchers needed a different way to search for signals distinguishing the two categories of patients.

• They discovered differences in gene expression -- molecular changes that appeared as changes in textural patterns in the images.

• They converted the dynamic texture changes into quantitative measurements and used differences in the measurements to determine which patients needed chemotherapy and which did not.

In 85 percent of the cases, the conclusions matched those of the genomic test.

"We think the dynamic texture data is robust and reliable," Madabhushi said. "It allows us to compare apples to apples."

Potential advantages

He expects the test, if further trials validate it, would cost "pennies on the dollar, compared to the $4,000 test."

For the patient, the test requires an MRI scan, which many doctors already prescribe for those newly diagnosed with cancer. "So the test, for many, doesn't require the cost of a scan," Madabhushi said.

He said a computer and program are the tools needed. No tissue would be shipped. Instead of waiting a week or two for results, the wait would be minutes, reducing the stress on patients and allowing them to quickly start treatment, the researchers say.

"With cloud computing and data warehousing, we can analyze images coming in from anywhere in the world, "Madabhushi said. "It breaks down geographic boundaries because everything is electronically transmitted."

The researchers are seeking funding to evaluate the test further. They want to look at the outcomes for the 96 patients to try to determine how accurately this test and the genomic test predicted who needed chemotherapy and who didn't. They plan to test scans from more sites to see if the results hold up.

Madabhushi said even if the MRI test proves to make accurate predictions only for patients at extremely low or extremely high need for chemotherapy, the analysis would still serve 30 to 40 percent of patients.


---

Pour les femmes avec le type le plus commun de cancer du , une nouvelle façon d'analyser les données images de résonance magnétique (IRM) semble une distinction fiable entre les patients qui auraient besoin de seulement un traitement hormonal et ceux qui ont besoin également la chimiothérapie, les chercheurs du rapport de l'Université Case Western Reserve.

L'analyse peut fournir aux femmes diagnostiquées avec un cancer du sein positif aux récepteurs d'oestrogène des réponses beaucoup plus rapidement que les tests actuels (ER-positif) et, en raison de son faible coût prévu, ouvrir la porte à ce genre de tests dans le monde entier.

La recherche est publiée dans la revue Nature rapports scientifiques.

"Aux États-Unis, près de 70 pour cent de tous les patientes atteintes de cancer du sein sont diagnostiquées avec ER-positif, mais la majorité n'a pas besoin de chimiothérapie», a déclaré Anant Madabhushi, professeur de génie biomédical à la Case Western Reserve et le leader de la recherche.

"Jusqu'à il y a environ 15 ans, les médecins ont eu aucun moyen de distimguer entre les cancera agressifa des non-agressifs, de sorte que la majorité des femmes ont eu une chimiothérapie, ce qui peut produire des effets très secondaires sévères," at-il dit.

Depuis lors, un test génomique pour différencier entre le cancer agressif et non agressif a été développé. Le test exige médecins d'envoyer un échantillon de biopsie à une entreprise qui analyse et attribue un score de risque que les médecins utilisent ensuite pour guider le traitement.

"Le test est fréquemment utilisé aux États-Unis, mais il détruit les tissus, nécessite une expédition et coûte environ 4000 $», a déclaré Madabhushi, qui est membre de l'affaire Comprehensive Cancer Center. "Le coût du test le met hors de portée pour les personnes dans les pays à faible et moyen revenu."

L'exploration de données

L'équipe de Madabhushi, qui emploie de grandes données pour étudier la maladie, pensait qu'ils pourraient trouver des signaux utiles de discerner l'agressivité d'un ER-positif d'un indolent par l'exploration de données radiologiques de l'IRM.

Ils ont analysé des images de 96 patients atteints de cancer ER-positif numérisés dans un hôpital de Cleveland ou Boston. Chaque femme avait subi ce qu'on appelle un "contraste dynamique IRM», qui produit des images de tissus car ils prennent un agent de contraste. Chaque femme avait également subi le test génomique.

Parce que les valeurs d'intensité régulièrement utilisées pour analyser les tissus varient par scanner, les chercheurs ont besoin d'une manière différente à rechercher des signaux distinguant les deux catégories de patients.

• Ils ont découvert des différences dans l'expression des gènes - des changements moléculaires qui sont apparus comme des changements dans les modes de texture dans les images.

• Ils ont converti les changements de texture dynamiques dans des mesures quantitatives et utilisés différences dans les mesures pour déterminer quels patients nécissitait une chimiothérapie qui n'avait pas été faite.

Dans 85 pour cent des cas, les conclusions correspondaient à celles du test génomique.

"Nous pensons que les données dynamiques de la texture est robuste et fiable", a déclaré Madabhushi. "Il nous permet de comparer des pommes avec des pommes."

Les avantages potentiels

Il attend le test, si d'autres essais valider, coûterait "des sous sur le dollar, par rapport au test de 4000 $."

Pour le patient, le test nécessite une IRM, que de nombreux médecins prescrivent déjà pour celles nouvellement diagnostiqués avec le cancer. "Donc, le test, pour beaucoup, ne nécessite pas le coût d'une analyse", a déclaré Madabhushi.

Il a dit un ordinateur et le programme sont les outils nécessaires. Aucun tissu serait expédié. Au lieu d'attendre une semaine ou deux pour obtenir des résultats, l'attente serait question de minutes, ce qui réduit le stress sur les patients et de leur permettre de commencer rapidement le traitement, disent les chercheurs.

"Avec le cloud computing et l'entreposage de données, nous pouvons analyser les images venant de partout dans le monde", a déclaré Madabhushi. "Les frontières géographiques se défont parce que tout est transmis par voie électronique."

Les chercheurs sont à la recherche de financement pour évaluer le test encore plus. Ils veulent regarder les résultats pour les 96 patients pour tenter de déterminer la précision avec ce test et le test génomique prédit qui avait besoin d'une chimiothérapie et qui n' en avait pas besoin. Ils envisagent de tester les analyses de plusieurs sites pour voir si les résultats résistent.

Madabhushi a dit que même si le test IRM révèle faire des prédictions précises que pour les patients au besoin très faible ou très élevée pour la chimiothérapie, l'analyse serait encore servir 30 à 40 pour cent des patients.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15761
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Nouvelles techniques.   Lun 25 Jan 2016 - 21:55

Biomedical engineering researchers have developed a technique for creating microscopic "depots" for trapping drugs inside cancer tumors. In an animal model, these drug depots were 10 times more effective at shrinking tumors than the use of the same drugs without the depots.

Some anti-cancer drugs are most effective outside of cancer cells. For example, the anti-cancer drug TRAIL attacks a cancer cell's cell membrane, while another drug, cilengitide, inhibits the growth of blood vessels around a tumor, starving it of nutrients.

To improve the effectiveness of these drugs, scientists want to both prevent them from being absorbed into the cancer cells and prevent them from being washed away from the tumor site by the circulatory system.

"We have now found a way to do both, by creating micro-scale depots of these drugs inside a tumor," says Zhen Gu, corresponding author of a paper on the work and an assistant professor in the joint department of biomedical engineering at North Carolina State University and the University of North Carolina at Chapel Hill.

The researchers begin by creating a drug cocktail of TRAIL and cilengitide, then wrap the cocktail in a "nanocarrier" that is 100 nanometers (nm) in diameter. The nanocarrier is then studded with human serum albumin (HSA), an abundant protein in human blood.

The 100-nm nanocarrier is also studded with smaller nanocapsules -- only 10 nm in diameter -- that are made of a hyaluronic acid gel and contain an enzyme called transglutaminase (TG). The nanocarriers are then injected into the blood stream.

Some cancer tumors produce large quantities of an enzyme called hyaluronidase, which breaks up hyaluronic acid. So, when the nanocarriers enter a cancer tumor, the hyaluronidase dissolves the small hyaluronic acid gel nanocapsules on their surface. This releases the TG enzymes, which help to connect the HSA proteins studding the surface of other nanocarriers, creating a cross-linked drug depot inside the tumor.

The size of the cross-linked depot largely prevents it from being absorbed by individual cancer cells or from being quickly swept away in the bloodstream. In addition, the TG can also help nanocarriers bind to other proteins in the tumor, helping to hold the depot in place.

The environment inside the tumor is also more acidic than its surroundings, and this acidity slowly breaks down the nanocarriers.

"This ensures a gradual, sustained release of the TRAIL and cilengitide into the tumor environment, maximizing the effectiveness of the drugs," Gu says.

The researchers evaluated this technique using breast cancer tumors in mice.

"We found that the use of cross-linked depots to deliver TRAIL and cilengitide shrunk tumors tenfold more than the use of the same dose of those drugs using conventional techniques," says Quanyin Hu, lead author of the paper and a Ph.D. student in the joint biomedical engineering department at NC State and UNC-Chapel Hill.

"This is a proof-of-concept study and additional work needs to be done to develop the technique," Gu says. "But it is promising, and we think this strategy could also be used for cancer immunotherapy. We would need to do more work in an animal model before pursuing clinical trials."

Gu also notes that it is too early to estimate costs associated with the technique.

"We're in the early stages of developing this technique, and we're trying to make the process simpler and more effective -- which would drive down manufacturing costs," Gu says. "That makes it difficult to estimate what the potential cost might be.

"And while we don't foresee any significant health risks beyond those posed by whatever drugs are being delivered, one reason we do animal and clinical trials is to identify any unforeseen risks."

---

Les chercheurs en ingénierie biomédicale ont développé une technique pour créer des "dépôts" microscopiques pour piéger des médicaments à l'intérieur de tumeurs cancéreuses. Dans un modèle animal, ces dépôts de médicaments étaient 10 fois plus efficaces pour le rétrécissement des tumeurs que l'utilisation des mêmes médicaments sans ces dépôts.

Certains médicaments anti-cancéreux les plus efficaces à l'extérieur des cellules cancéreuses. Par exemple, le médicament anti-cancer TRAIL attaque la membrane cellulaire d'une cellule cancéreuse, tandis qu'un autre médicament, cilengitide, inhibe la croissance de vaisseaux sanguins autour d'une tumeur, la privant d'éléments nutritifs.

Pour améliorer l'efficacité de ces médicaments, les scientifiques veulent la fois les empêcher d'être absorbés dans les cellules cancéreuses et les empêcher d'être drainés en dehors du site de la tumeur par le système circulatoire.

"Nous avons maintenant trouvé une façon de faire à la fois, par la création de dépôts de micro-échelle de ces médicaments à l'intérieur de la tumeur», explique Zhen Gu, auteur correspondant d'un document sur le travail et un professeur assistant dans le département conjointe d'ingénierie biomédicale à Nord Carolina State University et de l'Université de Caroline du Nord à Chapel Hill.

Les chercheurs commencent par créer un cocktail de médicaments de TRAIL et Cilengitide, puis enveloppent le cocktail dans un "nanocarrier" qui est de 100 nanomètres (nm) de diamètre. Le nanocarrier est ensuite parsemé de sérum-albumine humaine (HSA), une protéine abondante dans le sang humain.

Le nanocarrier (nanoconvoyeur...) de 100 nm est également parsemée de petites nanocapsules - seulement 10 nm de diamètre - qui sont faites d'un gel d'acide hyaluronique et contiennent une enzyme appelée transglutaminase (TG). Les nanosupports sont ensuite injectés dans le flux sanguin.

Certaines tumeurs cancéreuses produisent de grandes quantités d'une enzyme appelée hyaluronidase, qui décompose l'acide hyaluronique. Donc, quand les nanosupports entrer une tumeur cancéreuse, l'hyaluronidase dissout les petites nanocapsules de gel d'acide hyaluronique sur leur surface. Cela libère les enzymes TG, qui aident à relier les protéines HSA à la surface d'autres nanosupports, la création d'un dépôt du médicament à l'intérieur de la tumeur.

La taille du dépôt réticulé l'empêche en grande partie d'être absorbé par les cellules cancéreuses individuelles ou d'être balayé rapidement dans la circulation sanguine. En outre, la TG peut aussi aider les nanosupports à se lier à d'autres protéines dans la tumeur, en aidant à maintenir le dépôt en place.

L'environnement à l'intérieur de la tumeur est également plus acide que ses environs, et cette acidité décompose lentement les nanosupports.

"Cela garantit, une libération progressive et soutenue de TRAIL et cilengitide dans l'environnement de la tumeur, maximisant l'efficacité des médicaments», dit Gu.

Les chercheurs ont évalué cette technique en utilisant des tumeurs du cancer du sein chez la souris.

"Nous avons constaté que l'utilisation des dépôts réticulés avec la livraison de TRAIL et de Cilengitide rétrécit les tumeurs dix fois plus que l'utilisation de la même dose de ces médicaments en utilisant des techniques classiques,» dit QuanYin Hu, auteur principal de l'article et d'un doctorat étudiant dans le département de génie biomédical conjointe à NC State et UNC-Chapel Hill.

"Ceci est une étude de preuve de concept et du travail supplémentaire doit être fait pour développer la technique», dit Gu. "Mais c'est prometteur, et nous pensons que cette stratégie pourrait également être utilisée pour l'immunothérapie du cancer. Nous aurions besoin de faire plus de travail dans un modèle animal avant de poursuivre les essais cliniques."

Gu note également qu'il est trop tôt pour estimer les coûts associés à la technique.

«Nous sommes dans les premiers stades de développement de cette technique, et nous essayons de rendre le processus plus simple et plus efficace - ce qui diminuerait les coûts de fabrication», dit Gu. "Cela rend difficile d'estimer ce que le coût potentiel pourrait être.

"Et tandis que nous ne prévoyons pas de risques importants pour la santé au-delà de ceux posés par tous les médicaments existants, l'une des raisons pourquoi nous faisons des essais cliniques et sur des animaux est justement d'identifier les risques imprévus."

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15761
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Nouvelles techniques.   Dim 18 Oct 2015 - 12:57

UK-funded scientists have developed a blood test that could help pair cancer patients with the most suitable therapy for their disease and then track the tumour's progress to see if the treatment is working, according to research published in Clinical Cancer Research.

Using the blood test throughout a patient's treatment gives a 'running commentary' of what is happening to tumours -- giving scientists the lowdown on how well the treatment is working, how the cancer is changing and whether it is becoming resistant to treatment. It is the first time a blood test has been used in this way during clinical trials of targeted drugs, proving that the technique can monitor cancer simply and quickly.

The scientists and clinicians, from The Institute of Cancer Research, London, and The Royal Marsden in London, looked at almost 160 blood samples from 39 cancer patients with different types of late-stage cancer.

The test filters out tumour DNA from a patient's blood to be analysed for genetic faults. Based on the results, researchers can match the faults to targeted cancer treatments which then home in on cancer cells carrying these mistakes.

Tumour samples, known as biopsies, are usually only taken at the beginning of treatment, meaning that doctors may be using out-of-date information about how the genetic makeup of a patient's disease is changing in response to treatment. But this approach could provide real-time updates, as well as helping doctors identify patients who are suitable for clinical trials of new drugs.

Study leader Professor Johann de Bono, from The Institute of Cancer Research, London, and The Royal Marsden, said: "Tumours and the gene faults that drive them are unique and constantly evolving. It's crucial that we understand these changes so doctors can choose the best treatments for each patient.

"We need to do more research, but this approach could have a huge impact on how we make treatment decisions, also potentially making diagnosis and treatment quicker, cheaper and less invasive."

Dr Kat Arney, Cancer Research UK's science information manager, said: "Blood tests like these are the future of cancer treatment and this study proves that they can work in practice -- helping us to diagnose, analyse and monitor tumours more easily.

"Thanks to research like this we're developing new ways to shake the genetic foundations that underpin cancer and save more lives."


---


Des scientifiques britanniques financés ont développé un test sanguin qui pourrait aider les patients atteints de cancer d'avoir le traitement le plus approprié pour leur maladie, puis de suivre les progrès de la tumeur pour voir si le traitement est efficace, selon une recherche publiée dans Clinical Cancer Research.

En utilisant le test sanguin dans le traitement d'un patient, cela donne un «commentaire courant» de ce qui se passe avec les tumeurs - donnant aux scientifiques la verité sur la façon dont le traitement est efficace, la façon dont le cancer est en train de changer et s'il est de plus en plus résistant aux traitements. C'est est la première fois qu'une analyse de sang a été utilisé de cette façon au cours des essais cliniques de médicaments ciblés, prouvant que la technique peut contrôler le cancer, simplement et rapidement.

Les scientifiques et les cliniciens, de l'Institut de recherche sur le cancer, Londres et Le Royal Marsden à Londres, ont regardé près de 160 échantillons de sang de 39 patients atteints de cancer avec différents types de cancer à un stade avancé.

Le test filtre la tumeur du sang d'un patient pour analyser les défauts génétiques. Basé sur les résultats, les chercheurs peuvent faire correspondre des failles à des traitements ciblés contre le cancer qui cible ensuite sur les cellules cancéreuses porteuses de ces erreurs.

Les échantillons tumoraux, connus comme les biopsies, ne sont généralement prises au début du traitement, ce qui signifie que les médecins peuvent utiliser des informations non-à-jour sur la façon dont la composition génétique de la maladie d'un patient est en train de changer en réponse au traitement. Mais cette approche pourrait fournir des mises à jour en temps réel, ainsi que d'aider les médecins à identifier les patients qui sont appropriés pour les essais cliniques de nouveaux médicaments.

Le chef de file de l'étude, le professeur Johann de Bono, de l'Institut de recherche sur le cancer, à Londres, et le Royal Marsden, a déclaré: "Les tumeurs et les défauts des gènes qui les animent sont uniques et en constante évolution Il est crucial que nous comprenions ces changements afin que les médecins puissent choisir les meilleurs traitements pour chaque patient.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15761
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Nouvelles techniques.   Mar 5 Mai 2015 - 16:50

Le géant informatique américain IBM a annoncé mardi un partenariat avec 14 cliniques et instituts américains spécialisés dans le traitement du cancer, qui vont utiliser son super-ordinateur Watson pour accélérer des analyses d'ADN et déterminer des soins personnalisés pour leurs patients.

Quand on utilise la médecine génomique pour traiter le cancer, «on prend un morceau de la tumeur et on la séquence» génétiquement, a expliqué lors d'une conférence de presse à New York Norman Sharpless, directeur du Lineberger Comprehensive Cancer Center de l'université de Caroline du Nord, qui participe au programme.

Le problème ensuite est de «tirer de la signification de ces données» en déterminant les mutations importantes, «c'est là que Watson nous aide», a-t-il ajouté.

Là où des médecins passeraient des semaines à étudier chaque mutation et la littérature scientifique existante, Watson est en effet capable d'arriver à des conclusions «en quelques minutes», assure IBM, faisant valoir que cela pourrait permettre de faire bénéficier davantage de patients de ces traitements accessibles pour l'instant seulement à quelques-uns.

IBM avait lancé Watson dans la médecine génomique il y a un peu plus d'un an, avec un programme impliquant au départ le New York Genome Center (NYGC) et une forme particulière de cancer du cerveau.

Le nombre d'instituts participant est désormais beaucoup plus élevé, et appelé à encore s'élargir à d'autres centres de traitement plus tard cette année. Ils vont en outre utiliser Watson pour tous types de cancer: lymphomes, mélanomes, cancer du pancréas, des ovaires, du cerveau, du poumon, du sein ou colorectal, énumère le groupe informatique.

L'annonce a été faite dans le cadre d'une conférence organisée mardi et mercredi par IBM à New York, «World of Watson» pour mettre en avant les capacités et opportunités offertes par son super-ordinateur.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15761
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Nouvelles techniques.   Sam 14 Fév 2015 - 16:05

Une équipe d’ingénieurs et de médecins américains a développé chez l'animal un dispositif qui permet au chirurgien de détecter, en temps réel, la présence de tissu cancéreux lors de l’ablation d’une tumeur. Comme le souligne le professeur Aaron Mohs, spécialiste en médecine régénérative à Wake Forest Baptist Medical Center et co-inventeur de la technique : "Au cours d'une intervention, l’un des buts du chirurgien est de s’assurer de ne laisser aucune cellule cancéreuse dans le tissu environnant afin de réduire le taux de récidive. Nous avons donc essayé d'imaginer un système qui puisse fournir en temps réel au chirurgien une information sur la présence de cellules cancéreuses résiduelles dans son champ opératoire."

Concrètement, ce système combine un colorant vert d’indocyanine fluorescent qui localise les tumeurs avec un système d’imagerie en temps réel. Le système d’imagerie est composé de trois caméras localisées au-dessus du champ opératoire. Les images enregistrées par les deux systèmes sont traitées pour afficher une image composite via un écran présent dans la salle d’opération.

Cette technique permet de distinguer très nettement les tissus sains et ceux qui contiennent des cellules cancéreuses. Il suffit au chirurgien de pointer son laser vers une zone précise pour vérifier instantanément la présence éventuelle de cellules tumorales.

"Les techniques actuellement utilisées lors d’une intervention chirurgicale peuvent prendre jusqu’à 20 minutes et se concentrent exclusivement sur la tumeur à enlever, non sur les tissus aux alentours", poursuit le Professeur Mohs. Ce système a déjà fait l'objet d'essais cliniques sur l'animal et la prochaine étape consistera à expérimenter ce dispositif sur le carcinome canalaire invasif humain.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15761
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Nouvelles techniques.   Mer 10 Déc 2014 - 10:48

Cancer therapy can be much more effective using a new way to customize nuclear medicine treatment, researchers say in the December 2014 issue of The Journal of Nuclear Medicine. The process could also be useful for other diseases that could benefit from targeted radiation.

Targeted therapy with radiopharmaceuticals--radioactive compounds used in nuclear medicine for diagnosis or treatment--has great potential for the treatment of cancer, especially for cancer cells that have migrated from primary tumors to lymph nodes and secondary organs such as bone marrow. These disseminated tumor cells can be difficult to treat with a single targeting agent because there are dramatic differences in the number of targetable receptors on each cell.

In the study, breast cancer cells were treated with different concentrations of a cocktail of four fluorochrome-conjugated monoclonal antibodies. The amount of each antibody bound to each cell was determined using flow cytometry. Formulas were developed to "arm" the antibodies with the desired radionuclide and activity, calculate the absorbed dose to each cell, and perform a simulation of the surviving fraction of cells after exposure to cocktails of different antibody combinations. Simulations were performed for three alpha-particle emitters.

"Our approach moves radiation treatment planning for cancer therapy from the tumor level to the molecular and cellular level, with nuclear medicine serving as the treatment engine," stated Roger Howell, Ph.D., lead researcher. "The concepts are not restricted to cancer therapy but can be applied more widely to other diseases that may benefit from a targeted approach with cocktails of radiopharmaceuticals. The approach can also be extended to cocktails consisting of radiopharmaceuticals and non-radioactive agents."

The effect of the radiopharmaceutical cocktails was compared to that of single antibodies. In certain activities, cocktails outperformed single antibodies by a factor of up to 244. These findings suggest that targeted alpha therapy can be improved with customized radiolabeled antibody cocktails. Depending on the antibody combination and specific activity of the radiolabeled antibodies, cocktails can provide a substantial advantage in tumor cell killing. The methodology used in this analysis provides a foundation for pretreatment prediction of tumor cell survival in the context of personalized cancer therapy.

"This method is preferable, as it accounts for behavior of the drugs in the patient's body," Howell continues. "The beauty of either approach for planning a treatment is that the patient is not subjected to any radiopharmaceutical injections during the planning phase, which uses only fluorescent-labeled drugs. The patient is not injected with radiopharmaceuticals until the treatment phase, whereupon only a cocktail specifically optimized for that individual is administered. This spares the patient from receiving ineffective cocktails that may damage normal tissues and prevent further treatment."

---

Le traitement du cancer peut être beaucoup plus efficace en utilisant une nouvelle façon de personnaliser le traitement de la médecine nucléaire, les chercheurs disent dans le numéro de Décembre 2014 Le Journal of Nuclear Medicine. Le procédé pourrait également être utile pour d'autres maladies qui pourraient bénéficier de rayonnement ciblé.

La thérapeutique ciblée avec des produits radiopharmaceutiques - i.e. des molécules radioactivess utilisées en médecine nucléaire pour le diagnostic ou le traitement - a un grand potentiel pour le traitement du cancer, en particulier pour les cellules cancéreuses qui ont migré à partir de tumeurs primaires vers les ganglions lymphatiques et les organes secondaires comme la moelle osseuse. Ces cellules tumorales disséminées peuvent être difficiles à traiter avec un agent de ciblage unique parce qu'il y a des différences spectaculaires dans le nombre de récepteurs qui peuvent être ciblés sur chaque cellule.

Dans l'étude, des cellules de cancer du sein ont été traitées avec différentes concentrations d'un cocktail de quatre anticorps monoclonaux conjugués à un fluorochrome. La quantité de chaque anticorps lié à chaque cellule est déterminée en utilisant la cytométrie en flux. Des formules ont été développées pour "armer" les anticorps avec les radionucléides désirés et leurs activités, on a calculé la dose absorbée par chaque cellule, et effectuer une simulation de la fraction survivante des cellules après une exposition à des cocktails de différentes combinaisons d'anticorps. Les simulations ont été effectuées pour trois émetteurs de particules alpha.

«Notre approche se déplace vers la planification de traitements de radiothérapie du traitement du cancer au niveau de la tumeur au niveau moléculaire et cellulaire, la médecine nucléaire servant du moteur de traitement», a déclaré Roger Howell, Ph.D., chercheur principal. "Les concepts ne sont pas limités à la thérapie du cancer, mais peuvent être appliqués plus largement à d'autres maladies qui peuvent bénéficier d'une approche ciblée avec des cocktails de produits radiopharmaceutiques. L'approche peut également être étendue à des cocktails composés de produits radiopharmaceutiques et les agents non radioactifs."

L'effet des cocktails de produits radiopharmaceutiques a été comparée à celle des anticorps simples. Dans certaines activités, les cocktails marchent mieux que les anticorps simples par un facteur allant jusqu'à 244. Ces résultats suggèrent que la thérapie alpha ciblée peut être améliorée avec des cocktails d'anticorps radiomarqués personnalisés. En fonction de la combinaison de l'anticorps et de l'activité spécifique des anticorps radiomarqués, des cocktails peuvent fournir un avantage substantiel dans la destruction des cellules tumorales. La méthodologie utilisée dans la présente analyse fournit une base pour la prédiction de la survie de pré-traitement des cellules tumorales dans le cadre de la thérapie du cancer personnalisé.

"Cette méthode est préférable, car il représente le comportement des médicaments dans le corps du patient», poursuit Howell. «L'avantage de ces deux approches pour la planification d'un traitement est que le patient n'est pas soumis à des injections de produits radiopharmaceutiques au cours de la phase de planification, ce qui le fait consommer des médicaments marqués par fluorescence. Le patient n'est pas injecté avec radiopharmaceutiques jusqu'à ce que la phase de traitement, après quoi seul un cocktail spécifiquement optimisé pour cette personne est administré. Celà épargne le patient de recevoir des cocktails inefficaces qui peuvent endommager les tissus normaux et demander un traitement supplémentaire ".


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15761
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Nouvelles techniques.   Sam 1 Nov 2014 - 14:23

MONTRÉAL – Des scientifiques à l’Université de Montréal (UdeM) ont mis au point un appareil miniature permettant d’assurer un meilleur suivi des traitements des cancéreux.

Le dispositif est capable de mesurer, en une minute, la concentration de méthotrexate dans le sang des patients grâce à des nanoparticules d’or situées à la surface d’une languette réceptrice.

La méthotrexate est un médicament fréquemment utilisé pour traiter différents cancers.

L’appareil, qualifié de «petite révolution» dans un communiqué de l’UdeM, permet d’établir très rapidement la dose optimale de méthotrexate dont le patient a besoin. Il optimisera ainsi l’effet du médicament tout en réduisant les effets indésirables que sa toxicité peut provoquer.

L’appareil met moins de 60 secondes à révéler les résultats comparativement à une trentaine de minutes pour les appareils actuels. Il pourrait aussi se détailler à un coût dix fois moins cher que l’appareil traditionnel, soit autour de 10 000 $.

«On peut penser que, dans un avenir proche, on pourrait le retrouver dans les cabinets de médecins et même au chevet des patients, qui recevront une dose personnalisée et optimale, tout en ayant un risque moins grand de complications», a indiqué Jean-François Masson, professeur au département de chimie de l’UdeM.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15761
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Nouvelles techniques.   Lun 28 Juil 2014 - 13:58

Un nouveau type de radiothérapie, effectuée en 30 min après l’intervention chirurgicale, pourrait permettre de soigner le cancer du sein, avec les mêmes garanties qu’une chimiothérapie de plusieurs semaines.

Pour des milliers de femmes atteintes du cancer du , cette découverte pourrait leur permettre d’éviter plusieurs semaines de chimiothérapie épuisante. Le nouveau traitement, une séance de radiothérapie, ne prendrait en effet que 30 min. il serait réalisé juste après l’intervention chirurgicale, alors que la patiente serait encore sous anesthésie générale. "Cela élimine la nécessité de nombreuses visites à l’hôpital", a déclaré le Pr Carole Longson, du National Institute for Health and Care Excellence (NICE).

Des résultats encourageants

Testée à l’international, cette technique a obtenu des résultats équivalents à ceux d’une radiothérapie conventionnelle, constituée de plusieurs séances répartis sur des semaines. "Bien que les données actuelles ne soient pas considérables, ce type de radiothérapie est plus pratique pour les patients et peut améliorer la qualité de vie d’une personne", a ajouté la scientifique.

Autorisé provisoirement par le NHS (le système de santé outre-Manche), de nouvelles consultations à ce sujet doivent avoir lieu avant une décision définitive en novembre prochain. Si l’approbation de cette radiothérapie en 30 min était confirmée, elle serait proposée aux patientes au début de l’année 2015. Mais les scientifiques alertent sur la nécessité de n’y avoir recours, au début, que d’une manière soigneusement contrôlée, le procédé étant nouveau. Les malades devront aussi être avertis avant des avantages et des inconvénients du traitement.

Selon des estimations britanniques, près de 36 000 femmes souffrant d’un cancer du sein précoce pourraient bénéficier de ce traitement. Selon le NHS, ce type de radiothérapie pourrait permettre d’économiser près de 19 millions d’euros par an.

Source : DailyMail

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15761
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Nouvelles techniques.   Lun 6 Jan 2014 - 11:12

Cancer : bientôt des radiothérapies plus précises et efficaces

06/01/2014

Utilisée par plus de la moitié des patients atteints d’un cancer, la radiothérapie utilise une large gamme d’énergie en irradiant les tissus biologiques cancéreux mais aussi malheureusement les cellules saines. Une étude internationale publiée dans la revue Nature ouvre une piste vers un ciblage plus fin et beaucoup plus efficace des radiothérapies.

Dans leur expérimentation, les chercheurs ont montré qu’il est possible de produire une quantité importante d’électrons de basse énergie dans l’environnement immédiat d’un atome cible. On parle alors de phénomène de résonance.

Dans un environnement vivant, ces électrons de basse énergie sont capables d’induire la rupture d’un double brin d’ADN voisin souligne les chercheurs du CNRS Or, les cellules vivantes, dont les cancéreuses, n’ont en général que la capacité de réparer les dommages causés sur un seul brin d’ADN, mais pas lorsque ces dommages touchent le double brin. Par ce processus, on peut donc envisager de cibler les cellules cancéreuses pour les détruire.

L’excitation résonante

L’irradiation de tissus biologiques en radiothérapie se faisant sur une large gamme d’énergie, l’avantage d’utiliser une radiation d’énergie finement choisie afin de provoquer une émission résonante des électrons est double : les rayons X pénètrent profondément dans les tissus mais seuls des atomes précis au sein de molécules choisies, administrées préalablement de façon à cibler les cellules cancéreuses sont ainsi excités, et les tissus sains plus éloignés ne sont pas affectés par l’irradiation.

De plus, l’excitation résonante est dix fois plus efficace que l’excitation non résonante produite par une irradiation moins spécifique. La dose totale d’irradiation peut ainsi être considérablement réduite.

Ces résultats ont pour l’instant été obtenus sur de petites molécules constituées de moins de cinq atomes. Les chercheurs proposent maintenant de tester ce processus de production d’électrons sur des molécules plus complexes, contenant plusieurs centaines, voire des milliers d’atomes comme les molécules constituant les cellules vivantes.

10 fois plus efficace

À terme, le but est de produire de tels électrons, toxiques pour l’ADN, au sein de cellules cancéreuses. Pour ce faire, les chercheurs envisagent d’irradier les tissus avec des rayons X ayant l’énergie adaptée, après marquage des cellules cancéreuses par un atome-cible.

Les résultats obtenus par des chercheurs français du Laboratoire de chimie physique – matière et rayonnement (CNRS/UPMC), en collaboration avec des scientifiques allemands et américains ouvrent des perspectives encourageantes pour de futurs traitements plus ciblés de radiothérapie. Grâce à l’excitation résonante, 10 fois plus efficace que l’excitation non résonante produite par une irradiation moins spécifique, la dose totale d’irradiation peut être considérablement réduite.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15761
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Nouvelles techniques.   Ven 20 Sep 2013 - 11:36



AFP - Une approche innovante consistant à traiter "en un jour" certains cancers du de petite taille et de bon pronostic, en combinant chirurgie et radiothérapie est expérimentée actuellement par plusieurs centres de lutte contre le cancer en France dans le cadre d'études cliniques.

"Les avantages du traitement en un jour du cancer du sein sont nombreux. Il permet par sa simplicité de dédramatiser la maladie, d'obtenir une meilleure observance et d'augmenter l'offre de soins", explique le Dr Claire Lemanski, oncologue radiothérapeute à l'Institut du cancer de Montpellier (ICM), l'un des centres possédant la plus ancienne expérience dans ce type de traitement.

La technique, précise-t-elle, "consiste à délivrer pendant l'intervention chirurgicale, après l'exérèse (ablation) de la tumeur, une irradiation très ciblée permettant d'épargner les tissus sains environnants".

Elle sera présentée lors des prochaines journées de la Société française de sénologie et de pathologie mammaire (SFSPM) qui se tiendront du 13 au 15 novembre à Montpellier.

L'intervention dure en moyenne une heure et demi et la patiente peut rentrer chez elle le soir. Une consultation post-opératoire est prévue dix jours plus tard pour faire le point et mettre en route, généralement, une hormonothérapie par voie orale.

10% de patientes concernées

Pas question toutefois de la proposer à n'importe quelle patiente: seuls les cancers infiltrants hormono-sensibles (sensibles à l'hormonothérapie) diagnostiqués à un stade précoce et de bon pronostic, chez des femmes ménopausées, sont concernés, soit environ 10% des 50.000 nouveaux cas de cancers du sein diagnostiqués chaque année en France, selon le Dr Lemanski.

Bien que 40% des nouveaux cancers soient désormais diagnostiqués à un stade précoce, ils continuent encore souvent à faire l'objet de traitements longs et complexes, associant la chirurgie à six à sept semaines de radiothérapie.

Mais si la chirurgie est progressivement devenue moins mutilante - la chirurgie conservatrice a remplacé la mastectomie (ou ablation du sein) dans le traitement chirurgical des petites tumeurs - , la radiothérapie est restée longtemps inchangée, reposant sur une trentaine de séances de rayons externes qui donnent lieu à des allers-retours entre l'hôpital et le domicile de la patiente pendant plusieurs semaines.

Pour y remédier, des radiologues ont mis au point de nouvelles techniques ces dernières années dont l'irradiation partielle accélérée du sein qui permet de traiter la glande en un nombre réduit de séances ou encore l'irradiation intra-opératoire qui consiste à délivrer une dose unique de radiothérapie pendant l'intervention chirurgicale.

Moins coûteuse que la radiothérapie standard, cette dernière technique s'est développée en Italie, puis en Allemagne et en Grande-Bretagne où elle a déjà été utilisée sur plusieurs milliers de patientes.

En France, neuf Centres de lutte contre le cancer ou hôpitaux se sont dotés de petits accélérateurs mobiles qui ont permis de traiter quelques centaines de femmes, mais leur activité reste limitée en attendant les résultats d'une étude médico-économique lancée en 2011 par l'Institut national du cancer (INCa) pour évaluer le bénéfice de la nouvelle technique en termes de coûts réels (équipement, personnel et transports).

Les résultats ne devraient pas être rendus publics avant l'an prochain, voire en 2015.

Deux essais internationaux évaluant l'intérêt de cette méthode sur la qualité de vie de patientes ont présenté des résultats prometteurs, mais "il convient de suivre la publications des résultats consolidés de ces essais", souligne le Dr Lemanski.

"Il faut être très prudent" et "être particulièrement sélectif" dans l'utilisation de cette méthode, souligne le cancérologue et radiothérapeute Bruno Cutuli, qui exclut notamment que le traitement "en un jour" puisse s'appliquer à des femmes jeunes "pour lesquels le risque de rechute locale est plus important".

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15761
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Nouvelles techniques.   Jeu 23 Mai 2013 - 9:34

Une spécialiste japonaise du cancer a indiqué avoir entamé le premier essai clinique mondial pour un traitement par radiothérapie de cancer du sein. Ce traitement est puissant mais ne nécessite pas le recours à la chirurgie.

L'Institut national des sciences radiologiques a démarré l'essai en utilisant "une radiothérapie par ions lourds" qui émet un faisceau minuscule pouvant être directement dirigé vers les cellules malignes, a expliqué mercredi Kumiko Karasawa, cancérologue spécialisée dans le cancer du sein.

Cette radiothérapie par ions lourds s'est révélée efficace pour combattre d'autres formes de cancer qui ne s'étaient pas étendus, a-t-elle ajouté.

"Nous menons cet essai car nous avons une meilleure compréhension des types de cancer du sein qui peuvent bénéficier d'un tel traitement", a ajouté la spécialiste.

Cancer du poumon et de la prostate

Selon l'agence de presse japonaise Kyodo, ce traitement a été efficace pour les traitements des cancers du poumon et de la prostate notamment, mais n'a jamais été testé pour le cancer du sein.

La radiothérapie classique recourt aux rayons X et aux rayons gamma, puissants à la surface du corps mais dont l'intensité décroit lorsque les rayons s'enfoncent dans les tissus. La radiothérapie par ions lourds maintient l'intensité des rayons lorsqu'ils s'enfoncent dans les tissus.

Les essais s'effectuent sur 20 patientes âgées d'au moins 60 ans, qui ont des tumeurs de taille réduite et qui ne se sont pas étendues. Le traitement dure une heure, pendant seulement quatre jours, soit bien moins longtemps qu'une radiothérapie classique. Les patientes seront ensuite suivies pendant cinq ans.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15761
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Nouvelles techniques.   Mer 23 Jan 2013 - 21:15

Aux Etats-Unis, en avril 2012, a commencé le premier essai clinique avec des nanoparticules conçues pour transporter jusqu’à la tumeur à détruire de grandes quantités de molécules anti-cancéreuses (Voir article MIT news et article Science).

Selon le Professeur Omid Farokhzad, de l'Université de Harvard, « Cette technique, testée pour la première fois chez l’homme, va bouleverser le traitement du cancer ».

Pour l’instant, une vingtaine de patients atteints de cancer généralisé ont bénéficié de cette nouvelle technique de soins et une majorité d’entre eux ont vu leur cancer se stabiliser ou régresser.

Cette nanothérapie permet, avec une quantité de médicament cinq à dix fois moins importante, d’obtenir les mêmes résultats que ceux observés par les chimiothérapies traditionnelles par voie orale ou en injections.

Cette nanoparticule, baptisée BIND-014, a été développée par la société américaine BIND Biosciences et elle a démontré pour la première fois chez l’homme qu’il était possible de concevoir et d’utiliser des nano-médicaments programmables qui amplifient considérablement l’efficacité des molécules employées contre les tumeurs visées.

Comme le souligne avec enthousiasme le Professeur Philip Kantoff, responsable de la recherche clinique au célèbre Institut du cancer Dana-Farber, « Ces premiers résultats cliniques sur le BIND-014 confirment l’immense potentiel thérapeutique de la nanomédecine dans la lutte contre le cancer ».

Il faut par ailleurs préciser qu’à l’occasion de ces essais cliniques, aucun effet indésirable sévère n’a été constaté et ce traitement est même mieux toléré que le traitement classique à des doses équivalentes.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15761
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Nouvelles techniques.   Mer 23 Jan 2013 - 21:08

En France, une jeune société, Nanobiotix, a mis au point une technologie très innovante du nom de « NanoXray ». Constatant que l’efficacité de la radiothérapie était limitée par sa nocivité pour les tissus situés autour de la tumeur, les chercheurs de Nanobiotix sont parvenus à mettre au point des nanoparticules spécifiques.

Celles-ci sont injectées dans la tumeur à traiter et permettent, grâce à leurs propriétés physiques, d’amplifier jusqu’à 9 fois les effets des rayons X, sans modifier cependant la dose réelle administrée au patient.

Ces nanoparticules viennent de faire l’objet d’une évaluation clinique favorable de la part des autorités médicales et ce traitement pourrait être disponible au niveau mondial d’ici 5 ans et bénéficier à plus d’un million de patients soignés par radiothérapie.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15761
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Nouvelles techniques.   Mar 16 Oct 2012 - 0:28

Finies les longues et pénibles séances de radiothérapie pour les malades cancéreux atteints de métastases aux vertèbres? L'opération, réalisée mercredi dernier au CHRU de Brest, est en tout cas, très prometteuse etouvre d'importantes perspectives dans le traitement de ce type de cancer. Pour la première fois en France, une équipe médicale, composée des professeurs Damhieu et Pradier et du DrBouchekoua, a procédé avec succès, au cours de la même intervention chez une patiente, à l'enlèvement d'une tumeur et au traitement par radiothérapie. Dans le jargon médical, il s'agit d'une «kyphosplatie associée à l'Intrabeam dans les métastases vertébrales».

Progrès considérables

Jusqu'à présent, sur ce genre de pathologie, les chirurgiens creusaient et grattaient pour enlever toute la tumeur, puis consolidaient la vertèbre en injectant un ciment. La nouveauté avec la technique initiée à Brest est que, dans le même temps où se déroule l'intervention, une radiothérapie de choc est effectuée. Lazone concernée est irradiée à haute dose dès l'opération d'ablation de la tumeur. «On est beaucoup plus précis et beaucoup plus efficace, la propagation cancéreuse est limitée le plus tôt possible», explique-t-on au CHRU de Brest. L'irradiation se fait au moyen d'un accélérateur mobile, posé à l'intérieur de la cavité au moyen d'un bras articulé. Les progrès de cette technique, par rapport à une prise en charge classique, sont considérables et multiples pour le patient. À commencer par «une diminution notable de la douleur».

Retour rapide à la vie quotidienne

Mais le plus important est sans doute la suppression des séances de radiothérapie qui suivaient l'intervention. Ces dernières sont désormais, en quelque sorte, concentrées pendant l'opération. Ce sont des déplacements épargnés au malade et du temps gagné pour tout le monde. Elle permet, notamment, «un retour rapide aux activités de la vie quotidienne». Ce n'est pas la première fois que le CHRU de Brest s'illustre dans le traitement des cancers. En mai dernier, cette technique, dite par «radiothérapie peropératoire Intrabeam», avait déjà été utilisée avec succès dans le traitement du cancer du sein. Il s'agissait là, également, d'une première française.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15761
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Nouvelles techniques.   Jeu 13 Sep 2012 - 14:57

Les bénéfices de la radiothérapie n'étant plus à prouver, les spécialistes ont désormais une obsession : limiter ses effets néfastes. Or, selon une étude américaine sur le sujet menée par Silvia Formenti et ses collègues de l'université de New York - et récemment publiée dans le Journal of the American Medical Association -, le fait de mettre les patientes souffrant d'un cancer du sein à plat ventre plutôt que sur le dos lors du traitement peut diviser par près de dix l'irradiation du poumon du même côté ainsi que celle du coeur. Ce n'est pas négligeable !

En pratique, divers travaux avaient déjà montré que la position à plat ventre - qui permet d'écarter le sein du corps, à condition évidemment que la patiente soit allongée sur un support adapté - réduisait l'irradiation des poumons et du coeur. Les spécialistes américains ont voulu vérifier et confirmer cette hypothèse, grâce à des images scanner. Ils ont comparé les champs d'irradiation de femmes selon leur position sur le dos ou sur le ventre. L'étude a été conduite sur 400 patientes : 200 ayant un cancer du sein droit et 200 du sein gauche.

Résultat : lors du traitement du sein droit, la position à plat ventre a entraîné une diminution de 86 % du volume pulmonaire concerné par le champ d'irradiation. Pour le sein gauche, la réduction était de 90 % et de près de 86 % pour le coeur. Les chercheurs précisent toutefois qu'il y avait au contraire une augmentation du volume cardiaque irradié chez environ 15 % des femmes traitées. Et que ces résultats étaient indépendants de la taille des seins. Selon les auteurs de cette étude, un changement de pratique pour adopter la position à plat ventre pourrait avoir un impact à long terme sur le risque de complications.

Irradiation partielle

Autre piste à prendre très au sérieux : celle de l'équipe du Pr Csaba Polgar de l'institut national d'oncologie à Budapest, présentée en mai dernier à Barcelone, au congrès de l'European Society for Radiotherapy and Oncology (Estro). Selon ces chercheurs hongrois, l'irradiation partielle accélérée du sein (IPAS ou ABPI en anglais, qui était réalisée sur 4 à 5 jours) serait aussi bénéfique, au bout de dix ans, que la radiothérapie conventionnelle (comprenant 5 séances par semaine pendant 5 semaines). Pour arriver à cette conclusion, ils ont comparé l'efficacité et la tolérance de l'irradiation partielle du sein à l'IPAS (par curiethérapie interstitielle ou électronthérapie) à son irradiation totale. Ils n'ont observé aucune différence sur la survie globale, la survie spécifique du cancer et la survie sans maladie entre les deux groupes. En revanche, côté évolution esthétique, les résultats sont bien différents : 81 % des patientes déclarent avoir eu des résultats "bons à excellents" après irradiation partielle, contre 63 % après irradiation totale.

Enfin, une étude française portant sur l'optimisation des doses de radiothérapie dans le cancer du sein est en cours. Lancée en octobre 2010 par la Fédération française des centres de lutte contre le cancer, elle doit inclure près de 2 800 patientes de plus de 50 ans ménopausées, présentant une tumeur de petite taille relevant d'une chirurgie conservatrice avec un risque de récidive locale estimé faible. Son objectif principal est de démontrer que, à la suite d'une chirurgie conservatrice, une irradiation partielle du sein pratiquée en cinq jours est aussi efficace qu'une radiothérapie standard sur 6,5 semaines ou qu'un autre traitement plus court (à l'étranger, sur trois semaines). Mais ce travail a pris du retard et il faudra encore attendre avant de connaître ses résultats.

Lepoint.fr

Jeudi 13 Septembre 2012 - 12:45


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15761
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Nouvelles techniques.   Mar 11 Sep 2012 - 10:50

En cancérologie, trois patients sur quatre suivent une radiothérapie. Comment en améliorer son efficacité, quels axes de recherche privilégier ? Jusqu'à ce soir, une centaine de chercheurs, oncologues, radiothérapeutes, sont réunis à l'Institut Claudius-Regaud (ICR) pour la quatrième édition du colloque international sur les médicaments de ciblage et la radiothérapie. Les Professeurs Elisabeth Moyal et Christine Toulas de l'ICR et du centre de recherche en cancérologie de Toulouse (Inserm) en sont les organisatrices.

Quels sont les défis de la radiothérapie aujourd'hui ?

En augmenter encore l'efficacité en étudiant les protéines et les gènes impliqués dans la résistance des tumeurs à la radiothérapie. Toutes les tumeurs n'ont pas la même radiosensibilité. Comme toute la cancérologie aujourd'hui, le but est de personnaliser les traitements, de trouver la vraie cible, de préserver les tissus sains. Le problème, ce sont toujours les petites cellules qu'on ne voit pas.

Quelles sont les pistes de travail ?

Nous étudions le rôle des nanoparticules. En imagerie, elles pourraient servir d'agent de contraste pour signaler les lésions difficilement décelables et elles pourraient également être un vecteur qui apporte le traitement par chimiothérapie. Le deuxième axe concerne les cellules souches tumorales. Depuis cinq ans, nous cherchons à comprendre pourquoi elles résistent à la radiothérapie et à la chimiothérapie, pourquoi elles régénèrent la tumeur.

Toulouse, un pôle prometteur ?

Nous sommes un des rares centres à développer tous les axes de recherche, de la cellule jusqu'au patient avec un réseau très opérationnel qui inclut la radiobiologie, l'imagerie… Nous travaillons autour des tumeurs comme sur un puzzle avec des morceaux qui s'imbriquent petit à petit.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15761
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Nouvelles techniques.   Lun 27 Aoû 2012 - 17:36



(Sherbrooke) Les traitements de radiothérapie pourraient bien connaître une nouvelle ère grâce à la découverte de chercheurs de l'Université de Sherbrooke.

En utilisant un « processus par filamentation », soit l'utilisation d'une technique de pulsion laser infrarouge, les chercheurs ont constaté que cette technique pourrait traiter les tumeurs cancéreuses sans irradier les tissus qui ne sont pas affectés par le cancer.

Actuellement, explique Daniel Houde, professeur titulaire à la faculté de médecine de l'UdeS, le but de la radiothérapie est de maximiser la dose à un endroit bien précis, et de la minimiser ailleurs. Le hic, c'est qu'elle affecte parfois les tissus sains.

« Dans certains cas, si vous irradiez les tissus sains, vous pouvez déclencher un processus aidant la migration de cellules cancéreuses », indique M. Houde. L'utilisation de cette approche dans les traitements apportera ainsi une « précision inégalée ».

L'étude a été menée par M. Houde, professeur au département de médecine nucléaire et radiobiologie et son équipe. Les travaux font l'objet d'une publication dans la revue Proceedings of the National Academy of Sciences.






_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15761
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Nouvelles techniques.   Mer 4 Avr 2012 - 15:17

USA: première étude prometteuse avec des nanoparticules contre le cancer

WASHINGTON - Le premier essai clinique avec des nanoparticules programmées pour acheminer un traitement anti-cancer plus concentré et moins risqué directement dans la tumeur est jugé prometteur, selon des résultats préliminaires publiés mercredi aux Etats-Unis.

Cette technique peut potentiellement bouleverser le traitement du cancer, a déclaré à l'AFP l'un des auteurs de l'étude, le Dr Omid Farokhzad.

L'étude, dite de phase 1, a été menée auprès d'un groupe de 17 patients souffrant de cancers avancés.

Elle s'est avérée sûre et a produit des effets chez virtuellement tous les participants, notamment six d'entre eux, indiquent les auteurs de cette recherche présentée lors de la conférence annuelle de l'American Association for Cancer Research réunie depuis samedi à Chicago, et publiée simultanément dans la version en ligne de la revue médicale Science Translational Medicine.

L'une des patientes a ainsi vu une réduction de sa tumeur du col de l'utérus tandis que cinq autres participants ont bénéficié d'une stabilisation de leur cancer du , de l'anus, du , du conduit biliaire et de la gorge.

Ce nano-traitement a produit des effets même avec des doses infimes d'anti-cancéreux, représentant seulement 20% de ce qui est normalement prescrit dans les chimiothérapies traditionnelles par voie orale ou en injections.

Ceci s'explique par le fait que les nanoparticules peuvent acheminer des doses de médicament anti-cancer dix fois plus concentrées. L'anti-cancéreux utilisé est le Docétaxel (commercialisé sous le nom de Taxotere).

La nanoparticule en question, baptisée BIND-014, a été mise au point par la firme BIND Biosciences basée dans le Massachusetts (nord-est des Etats-Unis).

Le BIND-014 a montré pour la première fois qu'il est possible de produire des nano-médicaments programmables capables de concentrer les effets thérapeutiques démultipliés directement au coeur de la maladie, explique le Dr Omid Farokhzad, de l'hôpital Brigham and Women à Boston et professeur adjoint de médecine à l'Université de Harvard, l'un des principaux co-auteurs de l'étude.


(©AFP / 04 avril 2012 20h48)



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15761
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Nouvelles techniques.   Lun 25 Avr 2011 - 20:10

Article daté du 18 février 2009

France - L’équipe de Marie Dutreix à l’Institut Curie vient de mettre au point des molécules capables d’inciter les cellules cancéreuses résistantes à la radiothérapie à s’autodétruire plutôt qu’à se diviser et se disperser.

Si la radiothérapie et la chimiothérapie visent à détruire les cellules cancéreuses en cassant leur matériel génétique, certaines sont capables d’activer leur propre système de réparation et deviennent ainsi résistantes aux traitements. Les cellules « faussaires » sont capables de faire croire aux cellules cancéreuses qu’elles sont en plus mauvais état qu’elles ne le pensent et ainsi les « pousser au suicide ».

Les molécules Dbait (bait signifiant "appât" en anglais) sont en fait de petits morceaux d’ADN qui vont faire semblant d’être endommagés et, ainsi, fausser le processus de réparation des cellules cancéreuses. Celles-ci n’ont alors plus d’autre choix que de s’autodétruire. Ces molécules ne sont par ailleurs pas toxiques pour les tissus sains.

Les essais réalisés sur les souris montrent des nécroses dues à la mort des cellules cancéreuses passant de 75 à 100 % quand la molécule est associée à la radiothérapie, contre 30 à 50 % pour la radiothérapie seule.

Les tests sur l’Homme devraient démarrer fin 2010 à début 2011, avec pour cibles les mélanomes (cancers de la ) et les glioblastomes (tumeurs invasives du ). Ces deux types de cancers sont connus pour résister aux traitements. Les molécules seraient injectées quelques heures avant la radiothérapie.

Marie Dutreix espère que ces molécules pourront permettre de diminuer les doses utilisées en radiothérapie, et que leur utilisation pourra un jour être couplée à la chimiothérapie.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15761
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Le séquençage du génome, puissant outil diagnostic pour les cancéreux.   Mar 19 Avr 2011 - 19:23

Le séquençage du génome, puissant outil diagnostic pour les cancéreux
De Jean-Louis SANTINI (AFP) – Il y a 5 heures

WASHINGTON — Le séquençage complet du génome des malades atteints d'un cancer, dont le coût diminue rapidement, est un outil diagnostic sans pareil pour trouver le meilleur traitement, montrent deux études publiées mardi aux Etats-Unis.

Les avancées considérables de la technologie permettent désormais aux médecins d'effectuer un séquençage complet d'un patient dans un temps et à un coût inimaginables il y a quelques années encore, soulignent les études parues dans le Journal of the American Medical Association (JAMA) daté du 20 avril.

Selon un des cas présentés dans ces recherches, le séquençage a permis chez une femme de 39 ans, souffrant d'une leucémie agressive, de détecter une nouvelle variation génétique qui a conduit les médecins à modifier le traitement.

Ainsi, au lieu de procéder à une greffe de moelle osseuse --où se forment les cellules sanguines--, le traitement le plus souvent recommandé chez les leucémiques dont les chances de survie sont faibles, cette malade a reçu une chimiothérapie ciblée. Elle est actuellement en rémission.

Un autre exemple présenté dans ces études montre que le séquençage du génome d'une femme décédée à 42 ans après avoir eu un cancer du sein, de l'ovaire et une leucémie, a révélé une nouvelle mutation d'un gène connu pour fortement accroître le risque de la maladie.

Les médecins ont informé les membres de sa famille de cette découverte et recommandé des tests génétiques à ses trois enfants qui auraient un très grand risque de développer un cancer à un jeune âge s'ils ont hérité de cette mutation, expliquent les auteurs de cette recherche.

"Nous commençons à voir comment le séquençage du génome peut changer la vie des cancéreux et celle de leurs familles", souligne le Dr Richard Wilson, directeur de l'Institut du Génome de l'Université Washington à St Louis (Missouri, centre), un des principaux auteurs d'une des recherches.

"Ces deux études confortent l'intérêt du séquençage complet du génome des patients comme outil diagnostic" sans lequel "nous n'aurions pas pu identifier ces mutations", a ajouté ce médecin, en pointe dans ce domaine de recherche.

A la différence des techniques de séquençage des gènes qui ne représentent qu'un pourcent du génome, le séquençage complet du génome donne une image exhaustive de toutes les altérations génétiques de l'ADN, explique le Docteur Timothy Ley, cancérologue à l'université de Washington, co-auteur d'une des études.

"Avec le séquençage du génome, plus puissant outil de diagnostic médical jamais inventé (...) nous n'avons plus à dépendre de techniques avec lesquelles nous tentions seulement de deviner la cause du problème", insiste-t-il.

"Ces deux cas de médecine génomique personnalisée sont parmi les tout premiers exemples de ce qui deviendra probablement une pratique courante dans un avenir proche", prédisent les Dr Boris Pasche de l'Université d'Alabama (sud des Etats-Unis) et Devin Absher du HudsonAlpha Institute for Biotechnology en Alabama, dans un éditorial conjoint des deux études.

Le Dr Pasche relève que les coûts du séquençage du génome, même s'ils restent élevés -- de 30.000 à 40.000 dollars-- ont diminué de plus de cent fois ces dernières années et continuent à descendre.

Selon lui, un séquençage coûtera moins de 10.000 dollars dans les dix ans et sera probablement un jour couvert par les assurances.

"Cette technique suscite un grand espoir pour prolonger la vie des cancéreux", conclut ce cancérologue.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15761
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Nouvelles techniques.   Mar 19 Avr 2011 - 12:04

Saint-Malo : deux nouvelles techniques pour traiter les cancers

Santé mardi 19 avril 2011 Le centre de radiothérapie est implanté à côté de la clinique de la Côte d’Emeraude depuis fin 2008. Il vient de se perfectionner pour offrir aux patients atteints d’un cancer, un traitement de très haute précision grâce à deux techniques innovantes.

Avec la première, l’arc thérapie dynamique, la machine tourne autour du patient et affine la zone à traiter. Le centre va commencer par traiter ainsi les cancers de la prostate et ORL. La deuxième technique est celle des grains d’or. Placés dans la prostate, ils permettront à partir de mai, d’assurer un traitement ciblé.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15761
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Nouvelles techniques.   Ven 13 Oct 2006 - 22:23

Des nouvelles techniques radiothérapeutiques et des systèmes de rayonnement améliorent le traitement du cancer du :poumon:par radiothérapie. Lors du 25e congrès annuel d'ESTO (European Society for Therapeutic Radiologie and Oncology), certains radio-oncologistes ont présenté, entre autres, des nouvelles techniques de respiration contrôlée pour la radiothérapie.

LEIPZIG, Allemagne, October 11 /PRNewswire/ -- Des nouvelles techniques radiothérapeutiques et des systèmes de rayonnement améliorent le traitement du cancer du poumon par radiothérapie. Lors du 25e congrès annuel d'ESTO (European Society for Therapeutic Radiologie and Oncology), certains radio-oncologistes ont présenté, entre autres, des nouvelles techniques de respiration contrôlée pour la radiothérapie.
Le carcinome du poumon est la seconde tumeur maligne la plus répandue chez les hommes après le carcinome de la prostate ; en Allemagne seulement, près de 27 000 hommes développent cette maladie chaque année. Néanmoins, on constate également une augmentation des tumeurs pulmonaires chez les femmes. Cependant et jusqu'à présent, seul 10 à 15 pour cent des patients souffrant du cancer du poumon peuvent être soignés définitivement. Plus de la moitié des patients ayant un cancer bronchique à petites cellules et près de 65 pour cent des patients ayant un cancer bronchique à grandes cellules sont traités par radiothérapie au cours de leur maladie.

La précision de la planification du rayonnement à trois dimensions est, cependant, limitée par la nature même du cancer bronchique : pendant la respiration, les tumeurs se déplacent de quelques centimètres. Par conséquent, la région ciblée << bouge >>, et on peut la rater si les limites du rayonnement choisies sont trop proches de la tumeur. Résultat, la tumeur cancéreuse continuera à croître. D'autre part, si les limites du champ de rayonnement déterminées par le radiothérapeute sont trop éloignées de la tumeur, un plus grand nombre des effets secondaires sur le poumon sain est à prévoir.


La technique de la radiothérapie assistée par l'image
Selon les experts présents au congrès d'ESTRO à Leipzig, la radiothérapie assistée par l'image (IGRT) est une solution à ce problème. Les nouveaux accélérateurs linéaires, équipés d'un dispositif à rayons X spécifique, dessinent la tumeur immédiatement avant la radiothérapie. Cela permet de cerner << le déplacement >> des régions affectées. Le dispositif compare si la zone déterminée correspond à la situation réelle. Si les résultats diffères, l'ordinateur calcule la déviation, et la table de rayonnement est réglée en conséquence.

La technique de respiration adaptée à la radiothérapie.
La technique de respiration adaptée à la radiothérapie est également prometteuse. Grâce à cette méthode, le rayonnement est activé et désactivé en fonction de la respiration. De cette façon, les rayons frappent toujours la tumeur au même endroit. Dans certains cas, on demande aux patients de retenir leur souffle ou de respirer rythmiquement, ce qui demande un bref apprentissage des malades au début de la thérapie. Si les mouvements anatomiques peuvent être volontairement contrôlés, ils peuvent, de la même façon, être compensés. En ce moment, cette méthode est systématiquement étudiée, puisque la plupart des médecins et des physiciens cherchent à réduire le volume de radiation en employant à cette technique.

La radiothérapie stéréotaxique remplace le bistouri
Le rayonnement stéréotaxique, demandant un effort important et étant dans la plupart des cas utilisé pour soigner les tumeurs cérébrales, est maintenant testé par les radiothérapeutes pour les petites tumeurs du corps dans des milieux particulièrement radiosensibles. Les coordonnés exactes à trois dimensions de la région affectée sont déterminées par le tomogramme et un système de planification spécifique. Afin d'assurer un transfert précis des données de rayonnement planifiées, le corps du patient est immobilisé sur un cadre pendant le traitement. Grâce à la tomographie assistée par ordinateur, les marques faites sur ce cadre sont utilisées pour irradier directement et précisément la tumeur. Dans la plupart des cas, le rayonnement réalisé frappe la région affectée après avoir calculé avec la plus grande précision les différents angles et directions.

Une équipe dirigée par Frank Zimmermann de la Klinikum rechts der Isar de Munich a présenté une étude portant sur 68 patients leipzigois, dont les petites tumeurs pulmonaires ne pouvaient pas être soignées pour des raisons de santé. La thérapie, entre 3 et 4 séances, consistait à administrer, pour chaque cas, une forte dose de rayonnement moyennant les méthodes stéréotaxiques. Trois ans après ce traitement, la tumeur a repris sa croissance dans seulement quatre cas (6 pour cent des patients). Aucun effet indésirable n'a été observé.


Dernière édition par Denis le Mer 22 Juin 2016 - 10:37, édité 12 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Nouvelles techniques.   Aujourd'hui à 14:37

Revenir en haut Aller en bas
 
Nouvelles techniques.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Nouvelles techniques.
» Nouvelles techniques de diagnostic de la leucémie chronique.
» Nouvelles techniques de visualisation en archéologie
» Ovni-ufo Nouvelles archives du MOD britannique
» Pourquoi si peu de films et de photos d'ovnis (évolution des moyens techniques)?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ESPOIRS :: Cancer :: recherche-
Sauter vers: