AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Un vaccin pour prévenir le cancer.

Aller en bas 
AuteurMessage
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 17039
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Un vaccin pour prévenir le cancer.   Dim 9 Avr 2017 - 13:09

Researchers have discovered a protein they believe would help make vaccinations more effective and provide protection from other diseases such as cancer.

The findings, which appear online in Scientific Reports, allows for greater understanding of how vaccine enhancers work and can best be used.

Researchers from Boston University School of Medicine (BUSM) purified a protein found on the exterior of bacteria (neisseria meningidis) and used it as an accessary to provide a better vaccination response. Typically, vaccines can either increase the amount of antibody production or they can stimulate cells (called cytotoxic T cells) to directly kill the offending agent. In this case, the protein, called PorB, is unique in that it can do both.

"This study has wide implications as it could not only be used to help the body identify and fight off bacterial infections, but it could also potentially help the body use its own machinery to fight off other diseases like cancer, HIV, and influenza before they have a chance to establish within the body," explained corresponding author Lee Wetzler, MD, professor of medicine and microbiology at BUSM.

In this study, the researchers used two experimental models. The first model was given a vaccination with antigen and mixed PorB, while the second model was given the antigen alone. The model that received the PorB had an increase in the response to the vaccine antigen, evidenced by an increased number of activated cells in the lymph nodes and a gain in the production of cytotoxic T cells, as compared to the vaccination with the antigen alone.

"Our study deepens the general understanding of how vaccine adjuvants modulate immune responses. The antigen formulation with PorB triggers a sequence of cellular events at the periphery and in lymphoid tissue that are critical for the establishment of protection to a broad array of infectious diseases, and maybe for other diseases like cancer," added Wetzler, a physician in Boston Medical Center's Department of Infectious Diseases.

---

Les chercheurs ont découvert une protéine qui, selon eux, contribuerait à rendre les vaccins plus efficaces et à protéger de d'autres maladies comme le cancer.

Les résultats, qui apparaissent en ligne dans les rapports scientifiques, permettent une meilleure compréhension de la façon dont les facteurs d'amélioration des vaccins fonctionnent et peuvent être utilisés.

Les chercheurs de l'École de médecine de l'Université de Boston (BUSM) ont purifié une protéine trouvée à l'extérieur des bactéries (neisseria meningidis) et l'ont utilisé comme accessoire pour fournir une meilleure réponse à la vaccination. Typiquement, les vaccins peuvent soit augmenter la quantité de production d'anticorps, soit stimuler les cellules (appelées cellules T cytotoxiques) pour tuer directement l'agent offensant. Dans ce cas, la protéine, appelée PorB, est unique en ce sens qu'elle peut faire les deux.

"Cette étude a de nombreuses implications, car elle pourrait non seulement être utilisée pour aider le corps à identifier et combattre les infections bactériennes, mais elle pourrait également aider le corps à utiliser son propre mécanisme pour lutter contre d'autres maladies comme le cancer, le VIH et la grippe avant qu'ils aient une chance de s'établir dans le corps ", a expliqué l'auteur correspondant, Lee Wetzler, MD, professeur de médecine et de microbiologie chez BUSM.

Dans cette étude, les chercheurs ont utilisé deux modèles expérimentaux. Le premier modèle a reçu une vaccination avec un antigène et un PorB mixte, tandis que le second modèle a été administré à l'antigène seul. Le modèle qui a reçu le PorB a eu une augmentation de la réponse à l'antigène du vaccin, mis en évidence par un nombre accru de cellules activées dans les ganglions lymphatiques et un gain dans la production de lymphocytes T cytotoxiques, par rapport à la vaccination avec l'antigène seul.

"Notre étude approfondit la compréhension générale de la façon dont les adjuvants de vaccins modulent les réponses immunitaires. La formulation d'antigène avec PorB déclenche une séquence d'événements cellulaires à la périphérie et dans un tissu lymphoïde qui sont essentiels à l'établissement d'une protection contre un large éventail de maladies infectieuses, et Peut-être pour d'autres maladies comme le cancer ", a ajouté Wetzler, un médecin du Département de maladies infectieuses du centre médical de Boston.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 17039
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Un vaccin pour prévenir le cancer.   Lun 19 Sep 2016 - 15:05

In a Perspective piece published this week in PNAS, cancer researchers from across the country, including faculty at University of California San Diego School of Medicine and Moores Cancer Center, write that a greater emphasis on immune-based prevention should be central to new efforts like the federal Cancer Moonshot program, headed by Vice President Joe Biden.

"Science has devoted tremendous amounts of energy and resources to the treatment of cancer, and in recent years, there has been significant progress. The cancer death rate has steadily declined for more than two decades," said Scott M. Lippman, MD, director of Moores Cancer Center and co-senior author of the PNAS paper. "But cancer still kills more than half a million Americans each year and afflicts many millions more. If we're ever to eradicate this scourge, we must work to prevent it from occurring altogether."

The authors, whose expertise encompasses immunology, genomics, epigenomics, computational biology, vaccines and medical genetics at institutions ranging from University of Washington and La Jolla Institute for Allergy and Immunology to the National Cancer Institute (NCI), Dana-Farber Cancer Institute and the Sidney Kimmel Comprehensive Cancer Center, say new research tools and other developments now make it possible to decipher in detail how different cancers begin, how benign or precancerous tissues turn malignant and deadly.

"Oncogenic transformation is a series of steps," said Elizabeth M. Jaffee, MD, co-senior author, co-chair of the Cancer Moonshot Blue Ribbon Panel and deputy director of the Kimmel Center at Johns Hopkins University School of Medicine. "The body's immune system is capable of intercepting pre-malignancies and preventing cancer. It does so countless times every day in all of us. That natural ability is what we want to leverage. Building upon our innate defenses against cancer is the foundation of new immunotherapies, which have shown great promise in a very short time."

But much more must be done, say the authors. Efforts like The Cancer Genome Atlas (TCGA) and genome-wide association studies (GWAS), which look for common genetic variants in different people to see if any variant is associated with a trait or, in this case, a cancer, have significantly advanced basic research in immune oncology and precision therapy. Both should be dramatically expanded to cancer prevention, the authors write.

Continued and new development of cancer vaccines will be critical, said Lippman, noting that the human papilloma virus (HPV) vaccine, co-developed by NCI Acting Director Douglas R. Lowy, MD, and co-author John Schiller, PhD, provides almost 100 percent protection against strains linked to several types of cancer.

Earlier this year, the Human Vaccines Project, a global public-private partnership of academic research centers, industry, non-profits and government agencies to accelerate development of next-generation vaccines and immunotherapies, announced that UC San Diego, with The Scripps Research Institute, J. Craig Venter Institute and La Jolla Institute for Allergy and Immunology, would serve as a hub for vaccine research.

The authors cited several cancers that were particularly ripe for immediate prevention efforts, including Lynch syndrome, an inherited condition that increases the risk of many cancers, including of the digestive and gynecologic tracts; clonal hematopoiesis, an age related precursor to leukemia; and cervical intraepithelial neoplasia, abnormal growth of cervix tissue caused by HPV that can progress to cervical cancer.

"Prevention research has made strides, but progress has been anecdotal and isolated," said Lippman. "If the goal is eradication of cancer, we need a radically new focus, investment and approach to premalignant diseases and cancer prevention, one that is supported and sustained by broad, deep efforts like the Cancer Moonshot and Human Vaccines Project."

---

Dans un article Perspective publiée cette semaine dans PNAS, les chercheurs du cancer à travers le pays, y compris les professeurs à l'Université de Californie à San Diego School of Medicine et Moores Cancer Center, écrivent que mettre davantage l'accent sur la prévention à base immunitaire devrait être au cœur de nouveaux efforts comme le programme du cancer Moonshot fédéral, dirigé par le vice-président Joe Biden.

«La science a consacré d'énormes quantités d'énergie et de ressources pour le traitement du cancer, et ces dernières années, il y a eu des progrès significatifs. Le taux de mortalité par cancer a diminué de façon constante depuis plus de deux décennies», a déclaré Scott M. Lippman, MD, directeur du Moores Cancer Center et co-auteur principal du document de PNAS. "Mais le cancer tue encore plus d'un demi-million d'Américains chaque année et touche plusieurs millions d'autres. Si on pourra jamais éradiquer ce fléau, nous devons travailler pour le diminuer et le prévenir."

Les auteurs, dont l'expertise englobe l'immunologie, la génomique, épigénomique, biologie computationnelle, les vaccins et la génétique médicale dans les établissements allant de l'Université de Washington et de La Jolla Institute for Allergy and Immunology à l'Institut national du cancer (NCI), l'Institut du cancer Dana-Farber et Sidney Kimmel Comprehensive Cancer Center, dire de nouveaux outils de recherche et d'autres développements, il est maintenant possible de déchiffrer en détail comment les différents cancers commencent, comment les tissus bénins ou précancéreux tournent en cancers malins et mortels.

"La transformation oncogénique est une série d'étapes», a déclaré Elizabeth M. Jaffee, MD, co-auteur principal, co-président du Groupe d'experts Moonshot Cancer Bleu et directeur adjoint du Centre Kimmel à l'École de médecine de l'Université Johns Hopkins. "Le système immunitaire du corps est capable d'intercepter les cellules pré-malignes et de prévenir du cancer. Il le fait d'innombrables fois chaque jour en chacun de nous. C'est de cette capacité naturelle dont nous voulons tirer parti. S'appuyer sur nos défenses innées contre le cancer est le fondement des nouvelles immunothérapies, qui ont montré de grandes promesses dans un très court laps de temps ".

Mais beaucoup plus doit être fait, disent les auteurs. Des efforts comme The Cancer Genome Atlas (TCGA) et des études d'association pangénomique (GWAS), qui cherchent des variantes génétiques communes à différentes personnes pour voir si une variante est associée à une caractéristique, ou dans ce cas, à un cancer, ont considérablement avancé la recherche fondamentale en l'oncologie immunitaire et la thérapie de précision. Les deux devraient être considérablement élargies pour faire la prévention du cancer, écrivent les auteurs.

Le développement continu de nouveaux vaccins contre le cancer sera critique, dit Lippman, qui note que le vaccin contre le virus du papillome humain (VPH), co-développé par le NCI directeur par intérim Douglas R. Lowy, MD, et co-auteur John Schiller, PhD, fournit presque une protection à 100 pour cent contre les souches liées à plusieurs types de cancer.

Plus tôt cette année, le Projet Vaccins humains, un partenariat public-privé mondial de centres de recherche universitaires, de l'industrie, à but non lucratif et des organismes gouvernementaux pour accélérer le développement de la prochaine génération de vaccins et d'immunothérapies, a annoncé que l'UC San Diego, The Scripps Research Institute , J. Craig Venter Institute et la Jolla Institute pour l'allergie et d'immunologie, serviront de plaque tournante pour la recherche de vaccins.

Les auteurs ont cité plusieurs cancers qui étaient particulièrement mûrs pour les efforts de prévention immédiates, y compris le syndrome de Lynch, une maladie héréditaire qui augmente le risque de nombreux cancers, y compris des cancers digestifs et gynécologiques; l'hématopoïèse clonale, une maladie liée à l'âge et précurseure de la leucémie; et la néoplasie intraépithéliale cervicale, la croissance anormale de tissu du col utérin causé par le VPH qui peut évoluer vers un cancer du col utérin.

«La recherche sur la prévention a fait des progrès, mais les progrès ont été anecdotiques et isolées", a déclaré Lippman. "Si l'objectif est l'éradication du cancer, nous avons besoin d'une approche avec un focus radicalement nouveau sur un  investissement et une approche des maladies précancéreuses et sur la prévention du cancer, qui est soutenu par de larges efforts profonds comme le Projet Moonshot de vaccins contre les cancers humains."

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 17039
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Un vaccin pour prévenir le cancer.   Mar 21 Juin 2011 - 10:47

Cancer du col de l’utérus : un bon point pour le vaccin

Il faudra encore attendre des années avant d’affirmer avec une certitude absolue que le vaccin contre les papillomavirus permet bien de diminuer le nombre de cancers du col de l’utérus. Toutefois, de premiers résultats favorables nous viennent d’Australie, premier pays à avoir mis en place la vaccination systématique des jeunes filles.

Les lésions précancéreuses ont diminué de moitié en 3 ans

En Australie, la vaccination des jeunes filles a débuté dès 2007. En 2009, la couverture vaccinale a été évaluée à 79% chez les collégiennes de classe de 6e et à 71% chez les lycéennes de terminale. Afin d’évaluer l’efficacité du vaccin à contrer le cancer du col de l’utérus, les chercheurs ont comparé le nombre et la sévérité des lésions précancéreuses avant et 3 ans après l’introduction du vaccin. Ils constatent ainsi une réduction de 50% du nombre de lésions précancéreuses chez les jeunes filles vaccinées. On peut donc s’attendre à une réelle réduction du nombre de cancers du col de l’utérus. C’est aussi courant 2007 que la France a mis en place la généralisation de la vaccination contre les papillomavirus. Deux vaccins sont aujourd’hui disponibles, le Gardasil® et le Cervarix®. La vaccination est gratuite pour les jeunes filles de 14 ans. Elle l’est aussi, en rattrapage, pour les jeunes femmes de 15 à 23 ans qui n’auraient pas eu de rapports sexuels ou au plus tard dans l’année suivant le début de leur vie sexuelle.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 17039
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Un vaccin pour prévenir le cancer.   Mer 2 Juin 2010 - 9:43

Voici sans doute un des plus grands espoirs pour la lutte contre le cancer du sein. Des chercheurs américains ont testé un vaccin contre la maladie sur des souris et les résultats sont spectaculaires.

Selon la revue Nature Medicine, les chercheurs du Cleveland Clinic Lerner Research Institute affirment que des doses uniques données à des souris ont montré que, pour la très grande majorité, les résultats étaient favorables dans la prévention de la maladie. De plus, cela permettait également de freiner la croissance des tumeurs existantes.

«Nous croyons que ce vaccin pourra un jour être utilisé pour prévenir le cancer du sein chez les femmes adultes de la même manière que les vaccins empêchent de nombreuses maladies infantiles. Si cela marche aussi bien sur les humains que cela fonctionne sur les souris, ce sera monumental. Nous pourrions éliminer le cancer du sein», mentionne l'immunologue Vincent Tuohy.

Le médicament injecté permet au système immunitaire d’attaquer une protéine particulière des cellules cancéreuses du sein et des tissus mammaires. Des tests sur les humains pourraient se faire dès l’année prochaine.

Si le tout s’avère concluant, le vaccin serait éventuellement donné aux femmes de 40 ans et plus. Pour les plus jeunes qui sont à risque, cela pourrait aussi être une option.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 17039
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Un vaccin pour prévenir le cancer.   Lun 31 Mai 2010 - 21:18

De prudents espoirs. L'équipe du Cleveland Clinic Learner Research Institute, emmenée par le professeur Vincent Tuohy, a obtenu des résultats prometteurs, publiés dans la revue Nature Medecine. Mais les scientifiques préviennent: plusieurs années pourraient être nécessaires avant une disponibilité chez l'être humain.
Le vaccin a été testé chez des souris génétiquement modifiées. 100% des animaux non vaccinés ont développé des tumeurs mammaires. En revanche, aucun cancer n'a été enregistré chez ceux ayant reçu une injection d'un vaccin ciblant la protéine alpha-lactalbumin.

Une cible complexe


La vaccination préventive cible en général un virus, facilement reconnu comme un agent étranger. C'est le cas des vaccins déjà approuvés (comme pour le cancer du col de l'utérus avec le papillomavirus). En revanche, empêcher la multiplication folle des cellules cancéreuses est complexe car les vaccins jusqu'ici testés détruisent également des cellules saines.
«Si cela marche aussi bien chez l'humain que chez la souris, cela serait monumental. Nous pourrions éliminer le cancer du sein», estime Vincent Tuohy. Malgré des progrès dans les traitements et le dépistage, le cancer du sein reste le plus fréquent chez la femme: 52.600 nouveaux cas par an (soit un tiers des cancers), et 11.300 décès (20% des décès).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 17039
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Un vaccin pour prévenir le cancer.   Sam 25 Fév 2006 - 19:23

Les chercheurs du centre Fred Hutchinson sur le cancer travaillent à un vaccin pour prévenir le cancer. Aussi simple que ça : un vaccin qui prévient le cancer. Les patients à hauts risques de faire une rechute de cancer du sein sont présentemetn en train de tester de vaccin expérimental. Traditionnellement, le courant principal de la médecine a abandonné le secteur de l'immuno-thérapie, toutefois, avec le temps, le vaccin se révèle de plus en plus être la réponse. Un vaccin sur le cancer du col de l'utérus sera disponible aussi tôt que cet été et cette semaine les chercheurs ont annoncé la découverte d'un virus dans des cas de cancer de la prostate. Dans les années 1990, le Docteur Mary Disis et ses collègues qui sont impliqués dans l'étude des vaccins ont été parmi les premiers à reconnaitre que le cancer du sein stimule une réponse immunitaure. La médecine traditionnelle consodérait le vaccin en ce temps-là comme une forme de charlatanisme. Merci mon Dieu ! pour les esprits indépendants qui se tiennent loin des sentiers battus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un vaccin pour prévenir le cancer.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un vaccin pour prévenir le cancer.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Qui as fait un vaccin pour la gastro?
» VIH un vaccin pour 2017
» VACCIN CONTRE LA GASTRO
» Pour prévenir les vergetures...
» probleme pour les vaccins et delais

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ESPOIRS :: Cancer :: Prévention-
Sauter vers: