AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Le poivre, le piment, manger épicé.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16282
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Le poivre, le piment, manger épicé.   Jeu 5 Jan 2017 - 15:40

UT Southwestern Medical Center scientists have uncovered the chemical process behind anti-cancer properties of a spicy Indian pepper plant called the long pepper, whose suspected medicinal properties date back thousands of years.

The secret lies in a chemical called Piperlongumine (PL), which has shown activity against many cancers including prostate, breast, lung, colon, lymphoma, leukemia, primary brain tumors, and gastric cancer.

Using x-ray crystallography, researchers were able to create molecular structures that show how the chemical is transformed after being ingested. PL converts to hPL, an active drug that silences a gene called GSTP1. The GSTP1 gene produces a detoxification enzyme that is often overly abundant in tumors.

"We are hopeful that our structure will enable additional drug development efforts to improve the potency of PL for use in a wide range of cancer therapies," said Dr. Kenneth Westover, Assistant Professor of Biochemistry and Radiation Oncology. "This research is a spectacular demonstration of the power of x-ray crystallography."

The long pepper, a plant native to India, is found in southern India and southeast Asia. Although rare in European fare, it is commonly found in Indian stores and used as a spice or seasoning in stews and other dishes. It dates back thousands of years in the Indian subcontinent tied to Ayurveda, one of the world's oldest medical systems, and was referred to by Hippocrates, the ancient Greek physician known as the father of medicine.

"This study illustrates the importance of examining and re-examining our theories. In this case we learned something fundamentally new about a 3,000-year-old medical claim using modern science," said Dr. Westover."

Dr. Westover, a member of the Harold C. Simmons Comprehensive Cancer Center, used cutting edge technologies in UT Southwestern's Structural Biology Core (SBC) -- the University's facility for X-ray crystallography, to better understand the anticancer properties of PL. X-ray crystallography allows scientists to determine molecular structures that reveal how molecules interact with targets -- in this case how PL interacts with GSTP1. Viewing the structures helps in developing drugs for those targets.

The study is published in the Journal of Biological Chemistry.

---

UT Southwestern Medical Center scientifiques ont découvert le processus chimique derrière les propriétés anti-cancer d'une plante de poivre indienne épicée appelée le poivre long, dont les propriétés médicinales suspectées remontent à des milliers d'années.

Le secret se trouve dans un produit chimique appelé Piperlongumine (PL), qui a montré l'activité contre de nombreux cancers, y compris la , le , le , le , le lymphome, la leucémie , les tumeurs cérébrales primaires et le cancer gastrique.

En utilisant la cristallographie aux rayons X, les chercheurs ont pu créer des structures moléculaires qui montrent comment le produit chimique est transformé après avoir été ingéré. PL se convertit en hPL, un médicament actif qui silencie un gène appelé GSTP1. Le gène GSTP1 produit une enzyme de détoxification qui est souvent trop abondante dans les tumeurs.

«Nous espérons que notre structure permettra d'autres efforts de développement de médicaments pour améliorer la puissance de la PL pour une large gamme de traitements contre le cancer», a déclaré le Dr Kenneth Westover, professeur adjoint de biochimie et de radiothérapie. "Cette recherche est une démonstration spectaculaire de la puissance de la cristallographie des rayons X".

Le poivre long, une plante originaire de l'Inde, se trouve dans le sud de l'Inde et en Asie du Sud-Est. Bien que rare dans le continent européen, il est couramment trouvé dans les magasins indiens et utilisé comme épice ou assaisonnement dans les ragoûts et autres plats. Il remonte à des milliers d'années dans le sous-continent indien lié à l'Ayurveda, l'un des plus anciens systèmes médicaux du monde, et a été mentionné par Hippocrate, le médecin grec ancien connu comme le père de la médecine.

«Cette étude illustre l'importance d'examiner et de réexaminer nos théories. Dans ce cas, nous avons appris quelque chose de fondamentalement nouveau sur une réclamation médicale de 3 000 ans utilisant la science moderne», a déclaré le Dr Westover.

Le Dr Westover, membre du Centre complet de cancérologie Harold C. Simmons, a utilisé des technologies de pointe dans le centre de biologie structurale de l'UT Southwestern (SBC), l'unité de cristallographie aux rayons X de l'Université pour mieux comprendre les propriétés anticancéreuses de la PL. La cristallographie aux rayons X permet aux scientifiques de déterminer les structures moléculaires qui révèlent comment les molécules interagissent avec les cibles - dans ce cas comment PL interagit avec GSTP1. Visualiser les structures aide à développer des médicaments pour ces cibles.

L'étude est publiée dans le Journal of Biological Chemistry.







_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16282
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Le poivre, le piment, manger épicé.   Mer 21 Déc 2016 - 23:29

Capsaicin, an active ingredient of pungent substances such as chilli or pepper, inhibits the growth of breast cancer cells. This was reported by a team headed by the Bochum-based scent researcher Prof Dr Dr Dr habil Hanns Hatt and Dr Lea Weber, following experiments in cultivated tumour cells. In the journal "Breast Cancer -- Targets and Therapy," the researchers from Ruhr-Universität Bochum presented their findings together with colleagues from the Augusta clinics in Bochum, the hospital Herz-Jesu-Krankenhaus Dernbach and the Centre of Genomics in Cologne.

The experiments were carried out with the SUM149PT cell culture, a model system for a particularly aggressive type of breast cancer, i.e. the triple-negative type. Chemotherapy is currently the only available treatment for this type of cancer.

Frequently occurring receptor

In the cultivated cells, the team detected a number of typical olfactory receptors. One receptor occurred very frequently; it is usually found in the fifth cranial nerve, i.e. the trigeminal nerve. It belongs to the so-called Transient Receptor Potential Channels and is named TRPV1. That receptor is activated by the spicy molecule capsaicin as well as by helional -- a scent of fresh sea breeze.

In collaboration with Dr Gabriele Bonatz from the Augusta clinics in Bochum (Brustzentrum), Hatt's team confirmed the existence of TRPV1 in tumour cells in nine different samples from patients suffering from breast cancer.

Cancer cells die

The researchers activated the TRPV1 receptor in the cell culture with capsaicin or helional, by adding the substances to the culture for a period of several hours or days. As a result, the cancer cells divided more slowly. Moreover, the treatment caused tumour cells to die in larger numbers. The surviving cells were no longer able to move as quickly as heretofore; this implies that their ability to form metastases in the body was impeded.

"If we could switch on the TRPV1 receptor with specific drugs, this might constitute a new treatment approach for this type of cancer," says Hanns Hatt. An intake via food or inhalation is insufficient for this purpose.

Effective in mice

Earlier studies had demonstrated that the chemical arvanil -- with a chemical make-up similar to that of the spicy molecule capsaicin -- was effective against brain tumours in mice; it reduces tumour growth in the animals. Due to its side effects, however, this substance is not approved for humans. In addition to capsaicin and helional, the endovanilloids, produced naturally in the body, also activate the TRPV1 receptor.

---

La capsaïcine, un ingrédient actif de substances piquantes comme le piment ou le piment, inhibe la croissance des cellules cancéreuses du . Cela a été rapporté par une équipe dirigée par Bochum à base de parfum chercheur Prof Dr Dr Dr habil Hanns Hatt et Dr Lea Weber, à la suite des expériences dans les cellules tumorales cultivées. Les chercheurs de la Ruhr-Universität Bochum ont présenté leurs résultats avec des collègues des cliniques d'Augusta à Bochum, de l'hôpital Herz-Jesu-Krankenhaus Dernbach et du Centre de génomique de Cologne, dans la revue «Breast Cancer - Targets and Therapy».

Les expériences ont été réalisées avec la culture cellulaire SUM149PT, un système modèle pour un type de cancer du sein particulièrement agressif, c'est-à-dire le type triple négatif. La chimiothérapie est actuellement le seul traitement disponible pour ce type de cancer.

Récepteur fréquent

Dans les cellules cultivées, l'équipe a détecté un certain nombre de récepteurs olfactifs typiques. Un récepteur s'est produit très fréquemment; Il se trouve habituellement dans le cinquième nerf crânien, c'est-à-dire le nerf trijumeau. Il appartient aux canaux potentiels de récepteur transitoire et est nommé TRPV1. Ce récepteur est activé par la molécule épicée de la capsaïcine ainsi que par l'hélion, un parfum de brise de mer fraîche.

En collaboration avec le Dr Gabriele Bonatz des cliniques d'Augusta à Bochum (Brustzentrum), l'équipe de Hatt a confirmé l'existence de TRPV1 dans des cellules tumorales dans neuf échantillons différents de patients atteints de cancer du sein.

Les cellules cancéreuses meurent

Les chercheurs ont activé le récepteur TRPV1 dans la culture cellulaire avec de la capsaïcine ou de l'hélion, en ajoutant les substances à la culture pendant une période de plusieurs heures ou jours. En conséquence, les cellules cancéreuses se divisent plus lentement. De plus, le traitement a provoqué la mort des cellules tumorales en plus grand nombre. Les cellules survivantes ne pouvaient plus se déplacer aussi rapidement que précédemment; Cela implique que leur capacité à former des métastases dans le corps a été entravée.

«Si nous pouvions allumer le récepteur TRPV1 avec des médicaments spécifiques, cela pourrait constituer une nouvelle approche de traitement pour ce type de cancer», dit Hanns Hatt. Un apport alimentaire ou par inhalation est insuffisant à cette fin.

Efficace chez la souris

Des études antérieures avaient démontré que l'arvanil chimique - avec un maquillage chimique similaire à celui de la molécule de l'épice capsicine - était efficace contre les tumeurs cérébrales chez la souris; Il réduit la croissance tumorale chez les animaux. En raison de ses effets secondaires, cependant, cette substance n'est pas approuvée pour les humains. En plus de la capsaïcine et de l'hélation, les endovanilloïdes, produits naturellement dans le corps, activent également le récepteur TRPV1.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16282
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Le poivre, le piment, manger épicé.   Mer 5 Aoû 2015 - 18:31

This is an observational study so no definitive conclusions can be drawn about cause and effect, but the authors call for more research that may "lead to updated dietary recommendations and development of functional foods."

Previous research has suggested that beneficial effects of spices and their bioactive ingredient, capsaicin, include anti-obesity, antioxidant, anti-inflammation and anticancer properties.

So an international team led by researchers at the Chinese Academy of Medical Sciences examined the association between consumption of spicy foods as part of a daily diet and the total risk and causes of death.

They undertook a prospective study of 487,375 participants, aged 30-79 years, from the China Kadoorie Biobank. Participants were enrolled between 2004-2008 and followed up for morbidities and mortality.

All participants completed a questionnaire about their general health, physical measurements, and consumption of spicy foods, and red meat, vegetable and alcohol.

Participants with a history of cancer, heart disease, and stroke were excluded from the study, and factors such as age, marital status, level of education, and physical activity were accounted for.

During a median follow-up of 7.2 years, there were 20,224 deaths.

Compared with participants who ate spicy foods less than once a week, those who consumed spicy foods 1 or 2 days a week were at a 10% reduced risk of death (hazard ratios for death was 0.90). And those who ate spicy foods 3 to 5 and 6 or 7 days a week were at a 14% reduced risk of death (hazard ratios for death 0.86, and 0.86 respectively).*

In other words, participants who ate spicy foods almost every day had a relative 14% lower risk of death compared to those who consumed spicy foods less than once a week.

The association was similar in both men and women, and was stronger in those who did not consume alcohol.

Frequent consumption of spicy foods was also linked to a lower risk of death from cancer, and ischaemic heart and respiratory system diseases, and this was more evident in women than men.

Fresh and dried chilli peppers were the most commonly used spices in those who reported eating spicy foods weekly, and further analysis showed those who consumed fresh chilli tended to have a lower risk of death from cancer, ischaemic heart disease, and diabetes.

Some of the bioactive ingredients are likely to drive this association, the authors explain, adding that fresh chilli is richer in capsaicin, vitamin C, and other nutrients. But they caution against linking any of these with lowering the risk of death.

Should people eat spicy food to improve health? In an accompanying editorial, Nita Forouhi from the University of Cambridge says it is too early to tell, and calls for more research to test whether these associations are the direct result of spicy food intake or whether this is a marker for other dietary or lifestyle factors.

* A hazard ratio is a measure of how often a particular event happens in one group compared to how often it happens in another group, over time.

---

Ceci est une étude observationnelle donc pas de conclusions définitives puissent être tirées sur la cause et l'effet, mais les auteurs appellent à davantage de recherches qui peuvent "conduire à des recommandations diététiques mises à jour et le développement d'aliments fonctionnels."

Des recherches antérieures ont suggéré que les effets bénéfiques d'épices et de leur ingrédient bioactif, la capsaïcine, notamment anti-obésité, anti-oxydant, anti-inflammatoire et des propriétés anticancéreuses.

Donc, une équipe internationale dirigée par des chercheurs de l'Académie chinoise des sciences médicales a examiné l'association entre la consommation d'aliments épicés dans le cadre d'un régime alimentaire quotidien et le risque total et les causes de la mort.

Ils ont entrepris une étude prospective de 487 375 participants, âgés de 30-79 ans, . Les participants ont été inscrits entre 2004-2008 et suivis pour les morbidités et la mortalité.

Tous les participants ont rempli un questionnaire sur leur état de santé général, mesures physiques, et la consommation d'aliments épicés, et la viande rouge, des légumes et de l'alcool.

Les participants ayant des antécédents de cancer, les maladies cardiaques et les AVC ont été exclus de l'étude, et des facteurs tels que l'âge, l'état matrimonial, le niveau d'éducation, et l'activité physique ont été comptabilisées.

Au cours d'un suivi médian de 7,2 ans, on comptait 20 224 décès.

Par rapport aux participants qui mangeaient des aliments épicés moins une fois par semaine, ceux qui ont consommé les aliments épicés 1 ou 2 jours par semaine étaient à une réduction du risque de mortalité de 10% (hazard ratios de décès était de 0,90). Et ceux qui ont mangé des aliments épicés 3 à 5 et 6 ou 7 jours par semaine étaient à une réduction du risque de décès de 14% (hazard ratios pour la mort de 0,86 et 0,86 respectivement). *

En d'autres termes, les participants qui ont mangé des aliments épicés presque chaque jour avaient un risque relatif de 14% plus faible de décès par rapport à ceux qui ont consommé les aliments épicés moins une fois par semaine.

L'association a été similaire chez les hommes et les femmes, et a été plus forte chez ceux qui ne consomment pas d'alcool.

La consommation fréquente d'aliments épicés a également été liée à un risque plus faible de décès par cancer et les cardiopathies ischémiques et les maladies du système respiratoire, ce qui était plus évidente chez les femmes que chez les hommes.

Les Piments frais et secs sont les épices les plus couramment utilisés dans ceux qui ont déclaré manger des aliments épicés hebdomadaire, et d'autres analyses ont montré que ceux qui ont consommé piment frais ont tendance à avoir un plus faible risque de décès par cancer, cardiopathie ischémique, et le diabète.

Certains des ingrédients bioactifs sont susceptibles de conduire cette association, expliquent les auteurs, ajoutant que le piment frais est plus riche en capsaïcine,  vitamine C et d'autres nutriments. Mais ils mettent en garde contre toute liaison de ces derniers avec la réduction du risque de décès.

Les gens devraient manger des aliments épicés pour améliorer la santé? Dans un éditorial d'accompagnement, Nita Forouhi de l'Université de Cambridge dit qu'il est trop tôt pour le dire, et appelle à plus de recherche pour vérifier si ces associations sont le résultat direct de la consommation d'aliments épicés ou si cela est un marqueur pour d'autres facteurs alimentaires ou de mode de vie .

* Un rapport de risque est une mesure de combien de fois un événement particulier  se passe dans un groupe par rapport à sa fréquence dans un autre groupe.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16282
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Le poivre, le piment, manger épicé.   Mer 13 Juil 2011 - 17:43



Fruit of pepper plant. The plant-based compound piperlongumine (PL), derived from the fruit of a pepper plant found in southern India and southeast Asia, appears to kill cancer cells by jamming the machinery that dissipates high oxidative stress.

Le fruit du plant de poivre. La molécule qui vient du plant de poivre la piperlongumine (PL) dérivé de plants de poivre trouvé en Inde et en Asie du sud semble tuer les cellules cancéreuses en enrayant la machinerie qui dissipe la très nocive oxide de stress, appelée ROS (reactive oxygene stress)

Les cellules normales ont de bas niveaus de ROS qui est en équilibre avec leur modeste métabolisme. La Piperlongumine s'attaque donc à quelque chose de spécifique à la celllule cancéreuse.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Denis
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 16282
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Le poivre, le piment, manger épicé.   Mar 27 Mar 2007 - 11:32

Le poivre est devenu tellement omniprésent dans notre vie de tous les jours qu'on oublie à quel point cette épice a été pendant longtemps la plus appréciée et la plus recherchée du monde.

Cette importance accordée au poivre est d'autant plus méritée que la recherche des dernières années a permis de montrer que cette épice joue un rôle central dans la prévention du cancer en favorisant l'absorption de plusieurs molécules anticancéreuses.
Une même plante, trois poivres différents

Le poivre est le fruit du poivrier (Piper nigrum), une liane grimpante qui est principalement cultivée en Inde et dans le Sud-Est asiatique. Les trois principaux types de poivre utilisés en cuisine (noir, vert et blanc) sont en réalité le même fruit, mais récolté à divers degrés de maturité :
Poivre noir : Le plus consommé à l'échelle mondiale, le poivre noir est récolté lorsque les baies de poivre deviennent rouges. En séchant, l'enveloppe des baies se ride et acquiert leur couleur noire caractéristique. C'est le plus piquant de tous les poivres.
Poivre vert : Le poivre vert est récolté bien avant la maturité du fruit. Moins piquant que le poivre noir, le poivre vert est cependant très aromatique et a un goût fruité.
Poivre blanc : Le poivre blanc est produit en enlevant l'écorce des grains de poivre très mûrs. C'est un poivre peu piquant mais au goût subtil.
La pipérine, une molécule «en feu»
La saveur piquante si caractéristique du poivre provient de son contenu élevé en pipérine, une molécule complexe qui peut représenter jusqu'à 10 % du poids total des grains. Cette sensation de brûlure est due à l'interaction de la pipérine avec une protéine nommée TRPV1 (transcient receptor activated vanilloid-1), un récepteur qui est également impliqué dans la sensibilité à diverses molécules «chaudes» comme la capsaïcine des piments de Chili, le gingérol du gingembre ou encore à l'eugénol des clous de girofle et des noix de muscade.
Mais beaucoup plus qu'une molécule qui rehausse le goût, la pipérine joue également un rôle très important dans la prévention du cancer en influant de façon spectaculaire sur l'absorption de certaines molécules anticancéreuses présentes dans l'alimentation.
Poivre et curcuma, une combinaison gagnante
Le meilleur exemple de l'effet remarquable de la pipérine sur l'absorption de substances d'origine nutritionnelle est sans doute son influence sur la biodisponibilité de la curcumine, une puissante molécule anticancéreuse et anti-inflammatoire présente dans l'épice indienne curcuma.
Notre organisme possède plusieurs systèmes qui participent à l'élimination des substances étrangères, que ce soit des médicaments ou encore des molécules associées à la nourriture quotidienne. Si ces systèmes sont essentiels pour nous préserver des effets néfastes de plusieurs substances, il reste que dans certains cas, cette activité d'élimination a des effets négatifs, car elle empêche certaines molécules d'atteindre des concentrations suffisantes pour exercer leurs effets bénéfiques.
Dans le cas de la curcumine, c'est exactement ce qui se produit : dès son arrivée dans l'intestin, la molécule est rapidement modifiée par une enzyme appelée UDP-glucuronosyl transférase, ce qui provoque son élimination avant d'avoir pu exercer ses nombreux effets anticancéreux et anti-inflammatoires.
Cependant, en présence de poivre (et donc de pipérine), l'activité de la UDP-glucuronosyl transférase est bloquée, ce qui permet à la curcumine d'être mieux absorbée. Cet effet de la pipérine est tout à fait remarquable, car elle augmente de près de 2 000 % la quantité de curcumine dans le sang, permettant à celle-ci d'atteindre du même coup une concentration suffisante pour produire ses effets.
Cet heureux mariage de la pipérine et de la curcumine n'est pas un cas isolé : en effet, la pipérine améliore l'absorption de plusieurs autres molécules présentes dans notre alimentation, notamment la b-carotène (essentielle à la fabrication de la vitamine A), le sélénium ainsi que l'EGCG, la principale molécule anticancéreuse du thé vert.
La pipérine est donc un bon exemple de molécule qui, sans avoir d'activité anticancéreuse par elle-même, peut néanmoins exercer une influence déterminante sur le potentiel anticancéreux d'autres molécules de notre alimentation.
Conseils
Préférez le poivre en grains que vous pourrez moudre fraîchement, vous pourrez ainsi profiter au maximum de son goût unique et des propriétés de la pipérine. Le poivre moulu s'évente rapidement et perd la majeure partie de ses caractéristiques après seulement 2-3 mois d'entreposage.
Poivrez au dernier moment avant de servir, car le poivre perd beaucoup de saveur à la cuisson prolongée.
Préférez le poivre en grains.


Dernière édition par Denis le Jeu 5 Jan 2017 - 15:41, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le poivre, le piment, manger épicé.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le poivre, le piment, manger épicé.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le poivre, le piment, manger épicé.
» Une t'ite question aux sleevées please...
» Manger à sa faim et pas plus
» Anorexie comportementale et peur de manger
» qui as peur de ne plus savoir manger ou maigrir

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ESPOIRS :: Cancer :: Alimentation-
Sauter vers: