AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 À Boulogne-sur-mer. En Bretagne. À L'Ille. Aux Sables de Vendée.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15764
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: À Boulogne-sur-mer. En Bretagne. À L'Ille. Aux Sables de Vendée.   Dim 2 Oct 2016 - 17:55



Pas facile de jouer les apprentis mannequins, même quand on est motivé par une bonne cause. Afin de récolter des fonds pour la ligue contre le cancer, 15 agricultrices du Perche n'ont pas hésité à se dévoiler, le temps de réaliser leur calendrier. Photographiées au milieu des champs, dans leur environnement, elles ont joué sur leur humour, leur charme et leur créativité pour que personne n'oublie que chaque année, 12 000 femmes meurent encore du cancer du sein

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15764
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: À Boulogne-sur-mer. En Bretagne. À L'Ille. Aux Sables de Vendée.   Jeu 15 Sep 2016 - 17:45



http://www.francelymphomeespoir.fr/

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15764
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: À Boulogne-sur-mer. En Bretagne. À L'Ille. Aux Sables de Vendée.   Mar 9 Aoû 2016 - 20:20



Halte aux idées reçues ! Pas besoin d’avoir une carte vermeil pour être frappée de plein fouet par cette maladie. A 36 ans, Chrystel Bertou a découvert qu’elle avait un cancer. Quatre ans plus tard, elle revient sur ce moment de sa vie, et raconte la façon dont elle n’a cessé de s’impliquer depuis, pour sensibiliser à l’intérêt du dépistage.

« Mon père a eu un cancer du côlon, ma grand-mère en est décédée. Pourtant, on pense toujours que ça n’arrive qu’aux autres »,

explique la jeune femme. Pendant sa seconde grossesse, on lui recommande de faire une coloscopie. Craignant pour le bébé, Chrystel décide de remettre à plus tard. Après un accouchement difficile, et plusieurs points de suture, les douleurs se précisent. Mais les médecins ne prennent pas ses troubles au sérieux. Diarrhées, vomissements, malaises vagals, pertes de poids se succèdent , mais elle n’obtient pour seule ordonnance que des antidiarrhéiques.

On me disait que j’étais trop stressée. Personne ne s’est affolé jusqu’à ce que mon mari tire la sonnette d’alarme. J’ai alors passé une coloscopie et on m’a découvert une tumeur de 14 cm »,

raconte-t-elle.
Chirurgie, chimio et récidives

Elle est alors dirigée à l’hôpital de la Timone, à Marseille. Elle est opérée sous coelioscopie, et on lui enlève une grande partie du rectum. Suite à quoi, elle enchaîne les chimio par voie orale. « A ce moment là, mon père et moi avons fondé France Côlon pour sensibiliser le grand public », précise Chrystel, qui en est la vice-présidente.

2008_09192014ag0029

Elle accompagne alors des patients, auxquels elle offre une écoute attentive et bienveillante, jusqu’à ce qu’on lui diagnostique une récidive. Un nodule de 2 mn s’est manifesté sur la cicatrice. Rebelote : elle passe à nouveau sur la table d’opération où son chirurgien pratique une laparotomie, autrement dit, une technique consistant en l’ouverture de l’abdomen par une incision laissant le passage à d’autres actes chirurgicaux sur les organes abdominaux et pelviens. Grâce à un système d’iléostomie, son transit intestinal est dérivé directement de l’iléon vers l’extérieur, si bien que les matières fécales sont récupérées dans une poche qu’elle gardera 16 mois. Remise en continuité en Octobre 2015. Depuis, tous les trois mois, Chrystel est suivie pour des contrôles.
Le dépistage, c’est essentiel

En parallèle de son activité au sein d’un centre pour handicapés, elle continue de prêcher la bonne parole pour sensibiliser aux vertus du dépistage.

Le test est désormais beaucoup plus simple. Pour faire tomber les tabous, nous mettons des affiches et des prospectus dans les salles d’attente, mais force est de reconnaître que peu de gens osent en parler »,

précise-t-elle. Dans « tumeur », certains entendent « tu meurs ». Pourtant, on en meurt de moins en moins, à la fois en raison de la qualité des traitements, mais aussi car le dépistage permet de prendre le mal à la racine. Encore faut-il que les gens en aient conscience ! « Les messages sont compliqués à faire passer, mais on y arrivera », conclut avec optimisme Chrystel Bertou.


http://www.france-colon.fr/fr/

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15764
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: À Boulogne-sur-mer. En Bretagne. À L'Ille. Aux Sables de Vendée.   Lun 4 Juil 2016 - 12:02



Après la mort de son mari d’un cancer de la peau, Béatrice Champenois, ne trouvant aucune association dédiée au mélanome, a été à l’initiative de l’association “Vaincre le mélanome”, créée en 2009, dont les objectifs, outre de collecter des dons pour la recherche sur cette maladie, sont d’informer, de soutenir et d’aider les patients atteints de cette maladie et leurs proches.




 Groupes de paroles pour les familles et patients souffrant de mélanome

Les groupes de parole s'adressent à l'entourage d'une personne adolescente ou adulte (parents, conjoints, frères et sœurs, enfants, grands-parents, amis,...) et aux sujets présentant un mélanome.

Ces groupes ont pour but d'aider les familles,les proches et les patients à réfléchir ensemble sur le meilleur accompagnement possible, et sur la façon dont la maladie interfère dans les relations interpersonnelles.

Ces séances sont plus particulièrement centrées sur les moyens d'aider les familles à se distancier des symptômes, à maintenir une communication de qualité au sein de la famille et de l'entourage, et à favoriser une meilleure autonomie de la personne malade.

Tous les groupes sont animés par 1 professionnel de santé et 1 membre de l'association.

L'intérêt de cet abord de groupe est de permettre aux proches de se sentir soutenus et de mieux faire face aux aléas de la maladie.

Il n'y a aucune obligation d'être présent à toutes les séances.

Pour une meilleure organisation, merci d'envoyer un mail à l'adresse de l'association pour nous prévenir de votre présence. (vaincrelemelanome@gmail.com)

NB: Ces groupes de parole ne sont pas prévus pour les familles endeuillées. Dans ce cas, il est préférable de se rapprocher des associations d'accompagnement des personnes endeuillées, mieux adaptées pour apporter un soutien.


Ces séances mensuelles sont proposées gratuitement, les LUNDI de 13h à 14h, à l'adresse et aux dates ci-dessous:


CMME
Bâtiment Levy Valensi
Centre hospitalier Ste Anne
1 rue Cabanis
75014 Paris

Salle de réunion HDJ
RDC
Se présenter à l'accueil

Métro Glacière
Bus 21 et 62

Prochaines réunions  : lundi 20 juin 2016
2nd semestre 2016: Lundi  12 septembre, 10 octobre, 14 novembre, 12 décembre
1er semestre 2017: Lundi 16 janvier, 13 février, 20 mars, 10 avril, 15 mai, 12 juin.

http://www.vaincrelemelanome.fr/

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15764
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: À Boulogne-sur-mer. En Bretagne. À L'Ille. Aux Sables de Vendée.   Sam 18 Juin 2016 - 11:41


La Thionvilloise une course de cœur contre le cancer

Dimanche 19 juin a lieu la 4ème édition de la Thionvilloise
 
L'an passé la course-marche avit permis de récolter quelques 80 000 euros, qui ont servi à financer de noubreux actions et ateliers dans la lutte contre le cancer du sein.

Quatre ans déjà ! 
Ce dimanche 19 juin la quatrième édition de la Thionvilloise devrait réunir plus de 6500 participantes

Retour sur une belle idée :
En 2012 une dizaine de femmes lancent l’idée d’une manifestation festive qui serait 100 % féminine au profit des victimes du cancer du sein dans le bassin thionvillois

Une manifestation dont l’intégralité des bénéfices sera destinée à être reversée aux structures qui luttent contre le cancer et dans des actions concrètes permettant aux malades de mieux traverser cette épreuve

Cette année la Thionvilloise aura une résonnance particulière après la disparition  d'Anne Grommerch, la maire de la ville, décédée des suites d'un cancer
Voir notre  article

Parmi toutes les actions financées par la manifestation ... Cet atelier où des femmes victimes de cancer du sein peuvent se retrouver, parler, créer...

Séverine Dangin et Yves Kreidl  les ont rencontrées pour France 3 Lorraine.

http://www.lesdamesdecoeur.fr/

_________________


Dernière édition par Denis le Ven 8 Juil 2016 - 9:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15764
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: À Boulogne-sur-mer. En Bretagne. À L'Ille. Aux Sables de Vendée.   Mar 26 Aoû 2014 - 16:49



Entre les mains de Laetitia Peyretout, socio-esthéticienne donnant des soins à l'Espace ligue contre le cancer à Pau (1), Laurence est souriante. Son traitement est fini, elle reprendra son travail en septembre. Depuis plusieurs mois, elle bénéficie de soins gratuits. En 2013 dans le département, 775 soins ont ainsi été réalisés au profit de patients, dans les espaces Ligue contre le cancer de Pau, Bayonne et Oloron, les hôpitaux ou encore à domicile.

"Mais notre aide à la personne est méconnue : au niveau national, la Ligue communique seulement sur la recherche. Seuls 20 % des comités départementaux proposent une aide directe aux malades et à leurs proches", précise Laurent Villeneuve, directeur du comité départemental.

Six à huit ateliers collectifs par semaine

"J'ai une collègue à Thèze, une autre à Oloron" précise Laetitia qui intervient une fois par semaine à la clinique Marzet et fait partie des socio-esthéticiennes salariées par l'Espace ligue de Pau. Un soutien psychologique avec une professionnelle salariée est également offert. 180 personnes par an bénéficient de ces soins. Au total l'antenne paloise accueille 500 à 1000 personnes par an.

On y vient pour un soin ou un atelier gratuit, mais aussi pour discuter ou boire un café. Pas seulement les patients : 30 % des personnes accompagnées sont des proches. "Un enfant dira par exemple : "Maman a un cancer, personne ne m'en parle. J'ai des questions.". Souvent, les proches encaissent beaucoup de choses et n'osent pas demander de l'aide", explique Laurent Villeneuve.

"Ici, c'est un lieu de détente et d'expression. Les gens retrouvent une liberté de parole qu'ils ne s'autorisent plus avec leurs proches, trop impliqués" analyse Anne-Marie Peene, bénévole à l'Espace de Pau depuis 2010. Une douzaine de bénévoles, formés à l'écoute, oeuvrent en Béarn, et rendent aussi visite aux malades dans les centres hospitaliers (Pau, Oloron) ou à la clinique Marzet. "Une fois, un patient a réagi en disant : "La Ligue ? J'ai déjà donné !" avant de comprendre que nous venions l'écouter", raconte Anne-Marie en souriant de l'anecdote. Selon qui, dans l'idéal, quatre ou cinq bénévoles supplémentaires ne seraient pas de trop à l'espace de Pau, où de nombreux ateliers collectifs -six à huit par semaine- sont animés par des intervenants bénévoles : activité physique adaptée, alimentation, arts créatifs, sophrologie ou encore refléxologie plantaire.

Des soins à domicile

Des soins à domicile coordonnés par une infirmière selon un programme personnalisé adapté au patient sont également proposés depuis deux ans. Dédié aux personnes à mobilité réduite, aux malades souffrant trop pour se déplacer ou résidant trop loin (en milieu rural béarnais ou souletin), ce dispositif a permis à 150 personnes de recevoir 6 à 10 soins en 2013.

Mais pourrait disparaître faute de moyens dans le scénario le plus pessimiste, la Ligue étant financée presque exclusivement par la générosité du public et des actions ponctuelles.

Parmi les soins offerts, la sophrologie est de plus en plus prisée. Selon Laurent Villeneuve. "L'acquisition d'une méthode pour gérer eux-mêmes leur stress les rassure les gens ; ils recherchent l'autonomie".

(1) Les personnes qui souhaiteraient participer aux permanences d'accueil et à l'accompagnement de malades peuvent dès maintenant prendre contact au 64 rue d'Etigny à Pau : 05 59 81 03 74.

==>> Ouverture d'un espace à Orthez fin 2014

_________________


Dernière édition par Denis le Ven 8 Juil 2016 - 9:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15764
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: À Boulogne-sur-mer. En Bretagne. À L'Ille. Aux Sables de Vendée.   Mar 1 Avr 2014 - 9:02



La délégation paimpolaise de la Ligue contre le cancer a organisé hier, samedi, une marche de sensibilisation à la lutte contre le cancer et à sa prévention.

L'événement était organisé dans le cadre de la semaine internationale contre le cancer et du « Mars bleu » : un mois de sensibilisation au dépistage du cancer colorectal dès 50 ans (il s'agit du 3e cas de cancer chez les hommes et du 2e chez les femmes). La délégation paimpolaise de la ligue avait mobilisé, pour faire entendre sa voix, les clubs de marche de Lézardrieux, Ploubazlanec, Plourivo et Paimpol, Bévan e Plounez, les bipèdes du Goëlo et les AVF. 280 personnes ont répondu à l'appel.

Financement de la recherche

Les participants à cette marche versaient une participation de 5 € dont Nicole Laurent, vice-présidente de la ligue costarmoricaine, atteste qu' « elle sera entièrement reversée à la ligue. Les financements obtenus par la ligue sont destinés pour les deux tiers à financer la recherche. La ligue est le premierfinanceur privé de la recherche. L'autre tiers aide au dépistage et surtout à l'aide financière aux malades ».

La nécessité d'aider les malades

Nicole Laurent témoigne : « actuellement, les gens malades se retrouvent vite dans la précarité : leurs ressources baissent et par ailleurs, les remboursements des soins d'accompagnement sont de moins en moins bien remboursés. En cas de besoin, la première démarche est de contacter une assistance sociale qui oriente les personnes vers les dispositifs existants. Nous, nous intervenons en dernier recours quand aucune autre solution n'existe. Notre commission sociale se réunit tous les 15 jours à Saint-Brieuc pour tout le département. Nous sommes amenés à aider au financement de perruques, de prothèses mammaires, de soins dentaires, d'aide à domicile... Il nous arrive de répondre à des besoins aussi essentiels pour les malades que de payer une note d'électricité ».

Permanence : tous les mercredis, de 14 à 17 h, au centre hospitalier de Paimpol. Tél. 06 86 30 82 99.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15764
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: À Boulogne-sur-mer. En Bretagne. À L'Ille. Aux Sables de Vendée.   Lun 31 Mar 2014 - 15:44



On ne peut pas oublier le cancer, en revanche, on peut l'apprivoiser et devenir acteur de sa guérison. C'est le message que l'association « Je jette mon cancer sur la toile » souhaite faire passer auprès des malades.


Comment est née l'association ?
« Je jette mon cancer sur la toile » est née en janvier 2013. J'ai eu envie de dépasser la maladie, de l'apprivoiser. Atteinte d'un cancer lourd, je me bats depuis deux ans et demi et les activités artistiques comme la peinture, la poésie, la broderie, la photo ou l'écriture m'aident beaucoup. L'objectif que nous poursuivons est d'ordre thérapeutique. Il faut prendre conscience que c'est important d'être acteur de sa guérison et que dans cet esprit, les activités artistiques sont très porteuses.

Depuis un an, comment a évolué l'association ?
L'an passé, nous étions une trentaine d'adhérents : les malades, bien sûr, mais aussi leurs proches, famille ou amis. On a l'impression que les malades sont réticents, qu'ils n'osent pas venir. Peut-être se méfient-ils, ont-ils peur de parler, de se livrer. Mais il faut arrêter de voir le cancer comme un tabou et devenir acteur de sa guérison, ne pas hésiter à en parler. Toutefois, ce qui est encourageant c'est qu'il y a beaucoup de sympathisants à s'investir avec nous.

Quelles actions préparez-vous ?
Nous allons accrocher une trentaine de toiles qui seront visibles dans le hall d'accueil de l'hôpital Chubert, à Vannes, du 31 mars au 30 avril, puis du 1er juin au 15 juillet à la clinique Océane à Vannes. Mais, la grosse manifestation aura lieu le 12 avril à La Ruche, à Locmariaquer. De 19 h à 1 h du matin, nous proposerons une soirée cabaret avec un orchestre de 25 violons/piano/guitare, de Sainte-Anne-d'Auray, la chorale de Crac'h et sept très bons petits groupes amateurs, ainsi qu'une restauration de qualité (entrée 5 €, menu 10 €). Durant la soirée, une peinture géante sera réalisée par les participants.

Quels sont vos projets ?
Nous ouvrons un atelier « yoga-peinture » et un autre d'« art-thérapie évolutive », à partir du mois de mai à l'espace Pompidou, à Vannes, dans les locaux de la Ligue contre le cancer.

Contact
www.jejettemoncancer.fr et 06.13.50.74.61 ou 02.97.57.30.74.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15764
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: À Boulogne-sur-mer. En Bretagne. À L'Ille. Aux Sables de Vendée.   Mer 5 Mar 2014 - 14:24



Les pompiers de vitrolles, d’Aix en Provence, d’Allauch, du CET de la Ciotat se sont réunis pour 2h30 de spectacle sous leur nom de scène ; les incombustibles, les Spaix, gill gabriel et bangers and marsh.

Le Capitaine Pierre Claude Pastor, a ouvert cette soirée en présence du Colonel Jorda et de Mr Loïc Gachon maire de Vitrolles en rappelant le projet de l’association des pompiers de l’espoir initié par Frédéric Attané à savoir la collecte de 250 000 € pour la recherche contre le cancer au près de l’Institut Paoli Calmette de Marseille.



Plus de 350 personnes sont venus soutenir cette action et écouter les groupes qui se sont succédés tout au long de la soirée, pour des reprises des plus grands classiques du rock (U2, muse, deep purple, ACDC, gun’s n roses, noir désir) mais aussi de Johnny Halliday.



Frédéric Attané n’a malheureusement pas pu être présent à cette soirée car hospitalisé suite à une lourde opération. Son fils Romain et sa fille Léa sont montés sur scène pour remercier toutes les personnes qui ont organisé ce concert mais aussi tous les pompiers qui sont venus pour le plaisir mais aussi pour la cause.



Michel Diaz dit Michou n’a pas pu s’empêcher d’allumer le feu au coté de Gill Gabriel qui l’a invité sur scène.



Le concert s’est déroulé dans un bon  esprit de solidarité et de convivialité  au son des guitares électriques. De manière unanime, le concert a été un succès et spectateurs comme musiciens attendent qu’une chose, c’est de renouveler cette expérience inédite l’année prochaine…



Les pompiers de l’espoir remercient tous les bénévoles sans qui ce concert n’aurait pas pu avoir lieu, mais aussi les amicales des centres de secours qui ont profité de l’occasion pour faire un don à l’association.



Les bénéfices de cette soirée s’élèvent à plus de 3000€ ce qui est satisfaisant pour une première.



Daniel Datti du service communication du SDIS est venu filmer l’intégralité du concert pour monter un DVD qui sera disponible.

_________________


Dernière édition par Denis le Sam 16 Juil 2016 - 23:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15764
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: À Boulogne-sur-mer. En Bretagne. À L'Ille. Aux Sables de Vendée.   Jeu 23 Jan 2014 - 19:51

Théâtre. Une pièce qui parle du cancer autrement à Saint-Hilaire




Trois femmes sont à l’origine de la création théâtrale Tu marches trop vite pour moi, inspirée des mots de Dominique Mériau, alors malade.

« Notre spectacle est un hymne à la vie. Notre envie, en portant les mots de Dominique Mériau sur scène est de revigorer le public, en lui transmettant l’appétit de vivre de l’auteur. » Nicole Turpin, metteur en scène, travaille sur le projet depuis deux ans. À partir des notes que Dominique Mériau a écrites, lorsqu’à l’hôpital « on lui a remis, comme à tous les malades, un classeur bleu avec des pages blanches, pour s’exprimer ». Atteinte d’un cancer, elle a livré un « texte dense, ciselé, un texte à la fois organique et poétique ».

Un texte qu’elle a transmis à la comédienne Odile Frèdeval. Avec Nicole Turpin, elles se sont engagées, corps et âme dans une expérience artistique inédite : parler du cancer autrement. Certes, ne pas éviter « les phases de découragement, de peur et de colère » mais exprimer « la douceur, l’émotion, l’humour, des sentiments de vie qui sont décuplés » grâce à l’épreuve.

Vendredi 7 février, à 20 h 30, salle de la Baritaudière. Gratuit. À partir de 12 ans.

_________________


Dernière édition par Denis le Sam 16 Juil 2016 - 23:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15764
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: À Boulogne-sur-mer. En Bretagne. À L'Ille. Aux Sables de Vendée.   Sam 4 Jan 2014 - 21:43




Depuis août 2013, le club d’aviron de mer de Cherbourg compte une section « sport et santé ».

À l’initiative de ce projet : les « Demoiselles de Cherbourg ». Elles sont cinq femmes, cinq copines, de 40 à 50 ans. Deux d’entre elles sont confrontées au cancer du sein. Les trois autres décident alors de les aider à soutenir le traitement ou l’après-maladie en ramant. Aujourd’hui, elles sont en rémission.
La Vogalonga

Quoi de mieux que de participer à un beau projet quand on sort d’une période difficile ? Les copines s’entraînent chaque semaine pour participer à la célèbre course vénitienne de bateaux à rames. Direction Venise le 8 juin prochain. En attendant, elles cherchent des financements.

Contact au 06 71 90 42 93, par mail à francoise.soria@hotmail.fr ou sur facebook

_________________


Dernière édition par Denis le Dim 17 Juil 2016 - 0:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15764
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: À Boulogne-sur-mer. En Bretagne. À L'Ille. Aux Sables de Vendée.   Ven 26 Avr 2013 - 7:13



Plus de malades suivis mais une recherche en expansion. C'est le constat de Gérard Hortala, président de la Ligue contre le cancer de l'Aveyron qui tenait son assemblée générale hier soir à la maison des associations.

Président de la Ligue contre le cancer de l'Aveyron depuis quinze ans, Gérard Hortala dresse le bilan des actions de l'association pour 2012, toujours en quête d'un local plus visible.

Que retenez-vous de l'année écoulée ?

Malgré la crise, on conserve la fidélité de nos ligueurs. Par ligueurs, comprenez les personnes effectuant un don direct. Soit 3400 cette année, un nombre légèrement inférieur à l'an passé. Proportionnellement à la population, la ligue rentre donc dans la moyenne nationale.

Au total, ce sont 573 000 euros qui ont été récoltés.

Comment est reversée cette somme ?

Comme nous sommes mieux à même d'évaluer les besoins locaux, 90 % est donné au niveau départemental, 10 % pour le national. L'action pour la recherche reste prioritaire pour nous. C'est grâce à elle que l'on progresse dans la connaissance de la maladie. Nous avons consacré 50 % de notre budget au programme avec 263 000 euros.

Comment cela se traduit-il ?

En fait, nous finançons 6 équipes labellisées par le conseil scientifique national : des chercheurs montpelliérains et toulousains surtout et nous contribuons aux actions «Adolescents et cancer» ou à la carte identité tumeurs qui permet de traiter spécifiquement les cancers. Il est estimé que dans moins de dix ans, on soignera deux cancers sur trois. Au départ, on considérait qu'il s'agissait d'une bataille perdue, c'est faux.

La recherche ciblée s'avère très chère mais cela vaut la peine.

La prévention et l'aide sociale sont aussi destinataires de ces dons…

Oui car le cancer reste facteur de précarité. En 2012, nous avons traité 180 dossiers de malades, un chiffre qui croit, malheureusement. 44 000 euros ont été attribués en aide ménagère, garde d'enfants, achats de prothèse ou pour ce qui relève de la simple subsistance. En ce qui concerne la prévention, ce sont 3000 élèves qui ont été informés dans les écoles, collèges et lycées par les bénévoles.

Comment voyez-vous l'année 2013 ?

Les temps sont durs, mais nous avons des projets. Nous allons reconduire le Côlon tour dans le cadre du dépistage du cancer colorectal. Un côlon géant sera installé place du Bourg à Rodez le 14 mai prochain et à Villefranche le lendemain pour se familiariser avec les différents stades de la maladie.

Onet-le-château s'intéresse aussi à l'opération la ville se ligue contre le cancer.

Infos :05 65 68 36 58

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15764
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: À Boulogne-sur-mer. En Bretagne. À L'Ille. Aux Sables de Vendée.   Dim 31 Mar 2013 - 17:27

Narbonne



Pour Renée Colin, animatrice de Gym'Après cancer, l'objectif des séances est clair : celui d'aider les élèves à "reprendre contact avec ce corps qui les a lâchés, les réconcilier avec". Actuellement, une vingtaine de personnes sont inscrites dans les cours, elles sont soit en rémission ou suivent encore des traitements. Ces séances de gymnastique n'ont rien à voir avec de la musculation intensive, du fitness ou autres exercices agressifs. C'est tout le contraire. Il s'agit d'apprendre malgré les conséquences et les effets de la maladie "à bien gérer et éduquer son corps", ajoute Ginette Jammes, la présidente de l'association.

"Évacuer sa rage"
Dans le programme, le renforcement musculaire dure une vingtaine de minutes, les exercices sont "adaptés en fonction des pathologies et du degré de fatigue. On travaille beaucoup sur la relaxation et le ressenti, également", précise Renée Colin. Le bien-être et le plaisir sont deux notions importantes de cette activité pour des élèves qui ont besoin d'aide afin de supporter les traitements et "évacuer les médicaments mais aussi la rage". La "rage", parce qu'accepter sa maladie est parfois ressenti comme une injustice. "Certains élèves n'acceptent pas. Ils se demandent pourquoi moi ?" L'activité physique permet "d'éliminer ce stress et de restaurer l'image que l'on a de son propre corps". Les cours deviennent alors des moments en suspension, qui échappent aux contraintes de la réalité où les élèves qui ont vécu la même épreuve se rencontrent, échangent : "Ils viennent avant le début du cours pour discuter entre eux, avec des gens qui ont connu les mêmes fatigues à cause des traitements. Ils s'encouragent les uns les autres et confrontent leurs expériences". Si le bienfait psychologique est indéniable pour Renée Colin et Ginette Jammes, elles n'hésitent pas à souligner que cette activité sportive-là est un atout "contre la récidive". "Les chercheurs ne savent pas exactement quels sont les marqueurs biologiques qui entrent en jeu, mais le sport fonctionne dans 50 à 60 % des cas pour éviter la récidive". D'ailleurs, elles rappellent le cas d'un oncologue qui préconise la pratique du karaté, une manière comme une autre pour son bien-être et "évacuer sa rage". Renée Colin, l'animatrice, et Ginette Jammes, la présidente ne veulent pas utiliser le terme de patient mais celui d'«élève».


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15764
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: À Boulogne-sur-mer. En Bretagne. À L'Ille. Aux Sables de Vendée.   Dim 20 Jan 2013 - 11:10




Ouest-France / Bretagne / Dinan / Les Champs-Géraux / Archives du vendredi 18-01-2013
Sophrologie et expression artistique contre le cancer - Lanvallay
vendredi 18 janvier 2013

Liliane Incrédule, coordinatrice de la délégation dinannaise de la Ligue contre le cancer, a fait le bilan des deux ateliers animés, l'an passé, et qui portent leurs fruits. Une douzaine de personnes y ont pris part.

L'année 2013 devrait offrir de nouvelles offres. « Nous mettons en place une activité qui sera une véritable première. Julie Quettier, professeur de sport spécialisée, organisera un atelier de gymnastique douce adaptée, qui aura lieu dans une des salles de la Source, maison des associations de Dinan. Cette activité sportive pérenne, dont les bénéficiaires seront les personnes atteintes du cancer, est très courante dans les autres villes. C'est la première fois qu'une activité de ce type, adaptée aux besoins des malades, est proposée sur Dinan. »

Ce dispositif complémentaire enrichit l'offre déjà fort efficace et appréciée, mise en place pour l'accompagnement des patients. C'est le cas pour la sophrologie. Dispensée par Marie-France Grandjean-Ropers, elle se déroule sous forme d'un cycle de 10 séances, à la salle des Chais de Lanvallay, mis gracieusement à disposition par la municipalité.

L'atelier « expression artistique », mis en place l'an passé, à raison d'une séance tous les 15 jours et animé par Marielle, animatrice bénévole de Lamballe, a permis aux patientes de réaliser un travail de fond sous la forme d'un journal ou de petits bijoux personnalisés.

Plus qu'une activité, ces ateliers ont permis aux participants d'oublier leur maladie, mais surtout de prouver que la vie ne s'arrête pas avec elle. La création dans une ambiance collective conviviale est un moteur social et moral primordial et salutaire.

Liliane Incrédule rappelle que « la Ligue contre le cancer est la seule association qui fait de l'aide aux personnes malades, directement sur le terrain, sous forme de service de proximité. Pour rompre l'isolement, échanger sur son vécu ou s'informer, nous proposons des rencontres, des interventions thématiques et des activités de détente. Cette année, l'atelier artistique sera prolongé. »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15764
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: À Boulogne-sur-mer. En Bretagne. À L'Ille. Aux Sables de Vendée.   Sam 29 Déc 2012 - 16:33



Récemment, c'est au cours d'une sympathique réception à la maison des associations, salle de l'atelier de couture, qu'Angéline Dross, présidente du foyer rural de Quarante, a remis à Valentine Sarrut, représentant par délégation la Ligue Contre le Cancer pour le département de l'Hérault, un chèque de 2000 , une manne destinée à la recherche, à la prévention et l'aide aux malades. Mme Sarrut remercia ces dames pour leur dévouement. Elles sacrifient un peu de leur temps à l'animation de cet atelier destiné à la confection des divers ouvrages, qui sont mis par la suite à la vente lors des expositions, kermesses, tombolas, et autres manifestations où est présent le foyer rural. Sont aussi comptabilisés pour la Ligue, les bénéfices réalisés au cours du traditionnel repas choucroute du début d'année. Pour 2013, il est d'ailleurs programmé au dimanche 3 février. .

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15764
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: À Boulogne-sur-mer. En Bretagne. À L'Ille. Aux Sables de Vendée.   Dim 7 Oct 2012 - 10:17



L'an dernier, elles étaient 1 200. Ce dimanche matin, elles étaient encore plus nombreuses à participer à cette manifestation qui s'incrit dans le cadre d'Octobre Rose, une campagne annuelle de prévention contre le cancer du sein.

1 250 participantes se sont retrouvées sur la ligne de départ ce matin. Des femmes, essentiellement, ainsi que des enfants de moins de 12 ans venus courir ou marcher à travers les rues de Chamalières.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15764
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: À Boulogne-sur-mer. En Bretagne. À L'Ille. Aux Sables de Vendée.   Sam 29 Sep 2012 - 17:26



Le centre régional de lutte contre le cancer Paul-Strauss, à Strasbourg, propose des stages pour aider les patientes à reprendre pied dans la vie après un traitement contre le cancer du sein.

Reprendre sa vie après avoir traversé l’épreuve d’un traitement contre un cancer du sein ne va pas de soi. Et beaucoup de patientes ressentent un sentiment d’abandon et de grande solitude quand elles doivent affronter les effets secondaires et les séquelles, ainsi qu’un entourage qui ne comprend pas qu’elles soient encore très fatigables.

Le Centre Paul-Strauss a imaginé un programme (lire encadré) qui se déroule sur trois mois et associe des groupes de parole mais aussi différents ateliers, une première en France selon les concepteurs du projet.

« Une femme sur dix va développer un cancer du sein, explique le Pr Thierry Petit, chef du département de médecine oncologique au Centre Paul-Strauss. Les traitements ont fait beaucoup de progrès et on obtient beaucoup plus de guérisons. Mais à l’issue du traitement, il fallait redonner confiance aux patientes et les aider à changer leur mode de vie pour diminuer le risque de récidive. D’où l’idée de créer ce programme « Post cancer du sein. »

Depuis sa mise en place en avril 2011, 44 patientes, d’une moyenne d’âge de 51,5 ans, ont participé au programme. Une centaine a refusé d’y prendre part pour des raisons matérielles, faute de prise en charge des frais de transport ou pour des problèmes de garde d’enfants. 25 patientes ont repris leur activité professionnelle.

Ghislaine a suivi ce programme parce qu’elle « avait très peur de se retrouver seule à la fin du traitement ». Elle a apprécié les échanges dans son groupe de dix femmes, jeunes et moins jeunes, « dont une avait l’âge de ma fille ». Elle souligne qu’en sortant du traitement, « on continue à se comporter en malade. Il faut réapprendre à vivre et les kinés qui nous entouraient à l’atelier sports nous ont montré qu’on pouvait faire un tas de choses ».

Elle qui n’était pas sportive va aujourd’hui trois fois par semaine à la piscine et a marché 10 km le week-end dernier ! Et elle est fière de montrer sa courbe de masse musculaire versus masse graisseuse : la première a crû alors que la seconde a fortement diminué. « C’est important de réduire sa masse graisseuse, explique-t-elle, car les adipocytes peuvent produire des œstrogènes qui contrent le traitement hormonal qu’on doit suivre pendant cinq ans. »

Christiane a été opérée d’un cancer du sein il y a deux ans. « Les ateliers permettent de discuter avec les autres femmes de nos problèmes que l’entourage ne peut pas comprendre. » Pour elle, qui a « mené la même vie pendant et après le traitement qu’avant », « sans un bon mental, on ne peut pas s’en sortir. » Treize ans auparavant, elle avait déjà été opérée d’un premier cancer du sein. « J’étais très bien entourée médicalement et, paradoxalement, j’en ai gardé un bon souvenir. Depuis, les progrès des traitements ont été énormes. »

Si elle n’a pas le temps de penser à la récidive, elle regrette que le cancer soit encore un tabou. « Quand je l’ai annoncé, on m’avait déjà enterrée. Et des gens pensent encore que le cancer est contagieux ! Il faut dédramatiser cette maladie. »

Monique, elle, était une fonçeuse dans son travail. « Le cancer m’a obligée à tout remettre à plat et m’a fait réfléchir à ma vie, à mes priorités. Ce programme, qui m’a permis de reprendre confiance, est vraiment génial. » Reste maintenant à trouver les moyens de permettre aux patientes qui habitent loin de Strasbourg d’avoir elles aussi accès à ce programme qui procède de la prévention de la récidive et de la réinsertion sociale et professionnelle. Un moyen serait de créer des antennes dans d’autres villes alsaciennes, à condition que les financements suivent. « Car, souligne le Pr Petit, un tel programme entraîne par la suite des économies de coût pour la société ».

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15764
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: À Boulogne-sur-mer. En Bretagne. À L'Ille. Aux Sables de Vendée.   Sam 22 Sep 2012 - 10:06



Harassé et le visage noyé de sueur, David Funnell, 50 ans, est arrivé à vélo jeudi en fin d'après-midi, sur la promenade du front de mer, devant le Palais des Congrès. Une simple rando ? Pas vraiment : David avait quitté Royan le matin : un parcours de 155 kilomètres. Ce citoyen britannique vivant dans le village de Saint-Clar, dans le Gers, a démarré à Menton, le 19 août, un tour de France à vélo prévu en 50 jours et 42 étapes au profit de la Recherche sur le Cancer de la Prostate. Il a décidé un parcours au plus près des côtes et des frontières.

"Je ne cherche pas à collecter des fonds", dit-il après avoir retrouvé son souffle, "mais à informer les gens sur le problème de ce cancer qui touche actuellement trois hommes sur dix et cause 10 000 décès par an". "C'est le cancer masculin le plus fréquent et cette fréquence augmente avec l'âge. Il y a des traitements, on évalue à 160 000 le nombre d'hommes traités chaque année".

Au Palais des Congrès, c'est Yves Herszfeld, maire adjoint aux sports qui a accueilli le héros du jour au nom de la municipalité. Il était accompagné du docteur Tibermont, administrateur pour le Sud-Bassin du comité girondin de la Ligue contre le cancer, de Jean-Michel Labèque et Jean Guédon, respectivement président et vice-président de l'Union Cycliste Arcachonnaise. L'élu a dit la fierté pour la ville que David Fummell ait pris Arcachon comme étape ; il l'a félicité pour son exploit à la fois sportif et humanitaire et l'a assuré des encouragements des arcachonnais pour la suite du tour de France qui se terminera à Menton le 7 octobre. Une collation a été offerte.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15764
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: À Boulogne-sur-mer. En Bretagne. À L'Ille. Aux Sables de Vendée.   Dim 2 Sep 2012 - 12:42



Foire de Châlons / Des légumes contre le cancer

Publié le dimanche 02 septembre 2012


L'institut Godinot et les Dames de Godinot mettent en vente jusqu'à ce soir une pyramide de légumes produits dans la région.

Pour un panier acheté à 10 euros, 5 euros seront consacrés à la recherche contre le cancer. Vous y trouverez du céleri, des concombres, des carottes, des poireaux ou encore des salades… Bref, des légumes de saison produits en Champagne-Ardenne.

« Je tiens à préciser que les sommes que nous allons recueillir seront directement consacrées à la recherche contre le cancer », explique le Dr Jacky Bernard, directeur de recherche à l'institut, « qui est à la fois un centre régional de lutte contre le cancer et un hôpital ».

L'institution est reconnue d'utilité publique, elle peut donc recevoir des dons.
C'est devant cette pyramide de légumes que le président de la République s'est entretenu vendredi avec le représentant des Légumes de France, et le président de la FRSEA, lors de l'inauguration de la foire.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15764
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: À Boulogne-sur-mer. En Bretagne. À L'Ille. Aux Sables de Vendée.   Mer 1 Aoû 2012 - 19:34




Le 14 juillet, le club local du Rotary a organisé une course de canards sur l'Aveyron. Chacun, en faisant son tiercé, a pu faire un don au profit de l'association Capucine, tout en attendant d'aller prendre son repas aux grillades du Stade villefranchois. Née en 1996, l'association Capucine est une association de soutien aux malades atteints de graves maladies du sang, notamment de leucémies, pour lesquels une greffe de moelle osseuse est l'une des alternatives thérapeutiques envisagées. L'association Capucine, qui a son siège à Dunkerque et compte six antennes, Dax, Dunkerque, Lille, Paris, Nantes et en Vendée, œuvre en trois directions : soutien moral aux malades en attente de greffe et à leur famille ; information sur le don de moelle osseuse pour susciter l'envie de devenir donneur volontaire lors de sa majorité, et sur la nécessité de devenir de manière régulière donneur de sang, de plaquettes, de plasma ; recueil de dons financiers pour soutenir la recherche médicale : l'association a versé 122 000 € à des projets de recherche médicale en 2010. C'est à ce titre que l'association Capucine viendra à nouveau à Villefranche, le 18 août, avec une sélection de basket des Landes face au BBV avant un repas animé par le groupe villefranchois Grenade, au gymnase Robert-Fabre, et dont les fonds recueillis lui seront entièrement reversés. Site web : www.capucine.org ; e-mail : capucine@capucine.org

La Dépêche du Midi

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15764
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: À Boulogne-sur-mer. En Bretagne. À L'Ille. Aux Sables de Vendée.   Sam 9 Juin 2012 - 8:20






Une nouvelle association départementale d'aide aux personnes atteintes de cancers vient de naître, quai Calabet. Elle a pour objet de combler les carences des structures officielles.

Le Comité de cancérologie de Lot-et-Garonne a été porté au «Journal officiel» au mois de février 2012. La semaine dernière s'est tenue la première réunion, dans les locaux de la clinique Calabet, en présence du docteur Olivier Bernard, oncologue au Centre de radiothérapie et d'oncologie de Moyenne Garonne (13, quai Calabet) et de quelques bénévoles désirant s'investir dans cette association.

Un pied-à-terre

Nous sommes en contact avec d'autres personnes malades désireuses de nous rejoindre » affirme Brigitte Biard, l'une des bénévoles. La clinique, ayant acheté des bâtiments à la Poste juste à côté, mettra un vaste local à disposition. « Nous allons, dans un premier temps le faire rénover mais, plus tard, nous aménagerons l'étage pour faire une salle de sport, où les malades pourront se retrouver et pratiquer des exercices, se détendre… » explique le praticien.

Il n'existe pas à Agen de structure de ce genre, comme il peut y en avoir dans de grands centres urbains. Déjà, en 2009, le docteur Bernard avait créé Action Cancéro Territoire 47 (ACT 47), une association qui pouvait collecter des fonds pour acquérir du matériel et le mettre gratuitement à la disposition de malades ou de médecins, assurer une prise en charge psychologique, financière des familles ou de malades en période de traitement actif et palliatif contre le cancer. « Malheureusement cette structure ne nous permettait pas de recevoir des subventions » explique le Dr Bernard. La nouvelle association le permettra et pourra collecter des fonds, privés ou publics, pour aider au fonctionnement de la nouvelle structure.

La Ligue contre le cancer départementale est égratignée au passage. Lui est reproché son manque de visibilité (rue de Belfort) et, en gros, son peu d'intérêt pour les actions et initiatives locales (voir ci-dessous).

Le comité de cancérologie de Lot-et-Garonne veut soulager et guider les familles au niveau des démarches, récupérer des perruques pour celles qui n'ont pas les moyens d'en acheter, créer un atelier de fabrication de foulards, écouter les malades, les soutenir et leur offrir un lieu de repos et de détente. Renseignements : 06 07 76 23 39.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15764
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: À Boulogne-sur-mer. En Bretagne. À L'Ille. Aux Sables de Vendée.   Jeu 17 Mai 2012 - 9:54

| GRAVELINES |
Samedi, devant une bonne quarantaine d'adhérents, Marie-Paule Hagneré ...

a présidé l'assemblée générale d'Espoir de vivre, vivre le cancer, une association qu'elle a créée il y a 7 ans dans le but d'aider les malades, moralement et financièrement.




Espoir de vivre, Vivre le cancer ; Marie-Paule Hagnéré, Tél : 03 28 23 95 04 ; Chantal Landy, Tél : 03 28 62 50 95.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15764
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: À Boulogne-sur-mer. En Bretagne. À L'Ille. Aux Sables de Vendée.   Lun 30 Avr 2012 - 8:46



Un bien fou

Le 10 mai, sur une chorégraphie de Tao Maury, elles défileront habillées par de vrais couturiers, coiffés et maquillés par des professionnels... Un exercice qu'elles connaissent puisqu'elles défilaient déjà à Sin-le-Noble, en septembre dernier, pour le Ruban de l'espoir devant plus de 400 personnes.

Les bénéfices de la soirée sinoise ont permis de financer des groupes de sophrologie au sein de l'ERC, ce qui fait de la manifestation une contribution pour les mannequins d'un jour, mais aussi pour les autres. Le défilé de Lueur &Élégance a vocation à soutenir la recherche contre le cancer. Qui plus est, un tel événement permet de « changer le regard des autres lance l'une d'entre elles. Lorsque les gens nous regardent, ils comprennent que ça n'arrive pas qu'aux autres », poursuit Christiane.

Si chaque cas est unique, elles n'ont pas besoin de se parler pour se comprendre. Les avis convergent, ce défilé de mode leur procure un bien fou. Le stress ? Elles ne connaissent pas, même si au moment de passer, lorsque le podium s'ouvre devant elle, Peggy avoue avoir un peu le trac. « Nous avons vécu tellement de choses graves... Que pourrait-il nous arriver de pire ? », demande Gérardine. Le plus beau se produit même parfois. Dany raconte : « Mon compagnon a été terriblement touché. Il ne m'avait jamais vue comme ça. Le jour du défilé à Sin-le-Noble et après 14 ans de vie commune, il m'a demandé en mariage. » • A. TOP.

Défilé Lueur &Élégance, le jeudi 10 mai à 20 heures, campus de l'EDHEC, 372, rue Verte à Croix.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15764
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: À Boulogne-sur-mer. En Bretagne. À L'Ille. Aux Sables de Vendée.   Mar 24 Avr 2012 - 12:53



À l'écoute des proches

Un soutien aux malades, mais aussi à leur famille. C'est l'un des objectifs de la Ligue contre le cancer, dont la présence sur le nouveau pôle santé prend plusieurs formes. D'abord, avec des permanences le deuxième jeudi du mois, de 14 h 30 à 16 h 30, au quatrième étage salle 4 080. Puis une écoute, assurée par des bénévoles ayant reçu une formation en psychologie. Celle-ci peut aussi se faire par téléphone. « Les gens sont souvent désarmés devant une situation toute nouvelle », constate Denyse Castel, responsable de l'antenne des Olonne. Et également, un soutien financier, d'information sur les droits... « La Ligue s'adapte aux besoins de chacun. »

Les visites dans les services

Des bénévoles visitent aussi les malades, les mardis ou mercredis matins. « En hôpital de jour, lorsque le besoin de parler se fait sentir, souvent, les infirmières sont un lien entre les patients et la ligue. »

Des ateliers bien-être

Tout au long de l'année, différentes séances sont aussi proposées : sophrologie, gym douce, relaxation, rire. Elles se déroulent à la salle Jean-de-La-Fontaine, à Olonne-sur-Mer.

Prochaine séance sur le rire et la relaxation, le 27 avril et le 4 mai avec Antoine Pénisson, thérapeute.

Colette Marsac, tél. 06 33 96 86 23.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15764
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: À Boulogne-sur-mer. En Bretagne. À L'Ille. Aux Sables de Vendée.   Ven 13 Avr 2012 - 10:17



La ligue jurassienne contre le cancer met en place un nouveau cours «mouvement et cancer» destiné aux personnes malades. Une monitrice professionnelle animera une leçon tous les vendredis à partir de la fin du mois d’avril.

L’objectif n’est pas de réaliser une performance sportive, mais d’offrir un accompagnement physique et moral aux personnes cancéreuses. « Il a été prouvé scientifiquement que le manque d’activité physique peut favoriser le développement d’un cancer, explique le président de la Ligue jurassienne contre le cancer, le Dr. Hans-Jürgen Fischer. Nous souhaitons donc proposer ce cours pour que les personnes malades aient l’opportunité de retrouver plaisir, satisfaction et assurance par le biais du mouvement et du jeu».

Le cours « mouvement et cancer » sera animé par Anita Joray-Pool et se déroulera tous les vendredis de 14h15 à 15h15 à Delémont. Pour d’avantage de renseignements et pour s’inscrire au cours, veuillez contacter Anita Joray-Pool au 032 476 71 21 ou la Ligue jurassienne contre le cancer au 032 422 20 30. /afa


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: À Boulogne-sur-mer. En Bretagne. À L'Ille. Aux Sables de Vendée.   Aujourd'hui à 15:56

Revenir en haut Aller en bas
 
À Boulogne-sur-mer. En Bretagne. À L'Ille. Aux Sables de Vendée.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» À Boulogne-sur-mer. En Bretagne. À L'Ille. Aux Sables de Vendée.
» Orpaillage dans le Rhin
» La confusion permanente entre Bretagne et Armorique
» Le Cairn de BARNENEZ (BRETAGNE)
» CALLAC-de-Bretagne / KALLAG

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ESPOIRS :: Cancer :: Société-
Sauter vers: