AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Le Cetuximab (erbitux)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15773
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Le Cetuximab (erbitux)   Mer 9 Nov 2016 - 16:04

Blocking a molecule could bypass bowel cancer's defence against the drug cetuximab, according to new research presented at the National Cancer Research Institute (NCRI) Cancer Conference in Liverpool.

Cetuximab is used to treat advanced bowel cancer, and just under half of bowel cancer patients are given the drug. While it helps many patients, there are some for whom it doesn't work at all and for others it loses effectiveness.

To understand why this happens, scientists at Queen's University Belfast treated bowel cancer cells in the lab with cetuximab. They found that some cells survived the treatment by increasing the activity of a protein called ADAM17.

But if they gave a drug that blocked the protein ADAM17 at the same time as cetuximab the cancer cells died.

For other cancer cells, cetuximab treatment alone stopped them growing initially, but over time they became resistant and started growing again. In these cases, the cancer cells were finding a different way to outmanoeuvre the treatment that didn't involve ADAM17.

Cetuximab works by blocking a molecule known as epidermal growth factor receptor (EGFR), which tells cells to grow.

There are around 41,000 cases of bowel cancer diagnosed in the UK each year. And each year around 16,000 die of the disease.

Dr Sandra Van Schaeybroeck, the lead researcher based at Queen's University Belfast, said: "While some bowel cancer patients respond well to cetuximab treatment, many will relapse, or not benefit from the drug. Our work shows that combining this treatment with an ADAM17 inhibitor could be a promising avenue of therapy for patients who don't respond to cetuximab by itself.

"More work is needed before we can safely test this combination in patients, but the prospect of cutting off cancer's path to resistance is very exciting."

Professor Peter Johnson, Cancer Research UK's chief clinician, said: "This work shows how some bowel cancer cells are able to avoid damage from a particular drug, and offers a way to prevent it. The next step is to find out whether this could work in patients."

Professor Richard Wilson, Chair of the NCRI's Colorectal Cancer Clinical Studies Group, said: "Bowel cancer is the fourth most common cancer in the UK, and it's the second biggest cancer killer -- so it's vital that we find ways to break through the disease's resistance to treatment."

"A big issue facing bowel cancer patients is the prospect of their cancer coming back. Understanding the mechanisms that bowel cancer cells use to evade treatment with cetuximab will help us find ways to delay or prevent it recurring. This will help more people with bowel cancer live longer and with better quality of life."

---

Le blocage d'une molécule pourrait contourner la défense du cancer de l'intestin contre le cetuximab, selon la nouvelle recherche présentée à la conférence de Cancer de l'Institut national de recherche de Cancer (NCRI) à Liverpool.

Cetuximab est utilisé pour traiter le cancer de l'intestin avancé, et un peu moins de la moitié des patients atteints de cancer de l'intestin reçoivent le médicament. Bien qu'il aide beaucoup de patients, il y en a certains pour qui il ne fonctionne pas du tout et pour d'autres, il perd de son efficacité.

Pour comprendre pourquoi cela se produit, les scientifiques de l'Université Queen's de Belfast ont traité les cellules cancéreuses de l'intestin en laboratoire avec du cetuximab. Ils ont constaté que certaines cellules ont survécu au traitement en augmentant l'activité d'une protéine appelée ADAM17.

Mais si on leurs donne un médicament qui bloque la protéine ADAM17 en même temps que le cetuximab les cellules cancéreuses meurent.

Pour d'autres cellules cancéreuses, le traitement par cetuximab seul les a empêchés de croître au départ, mais au fil du temps, elles sont devenus résistantes et les cellules ont recommencé à croître. Dans ces cas, les cellules cancéreuses trouvaient un moyen différent de surmonter le traitement qui n'impliquait pas l'ADAM17.

Cetuximab fonctionne en bloquant une molécule connue sous le nom de récepteur du facteur de croissance épidermique (EGFR), qui indique aux cellules de croître.

Le Dr Sandra Van Schaeybroeck, chercheur principal basé à l'Université Queen's Belfast, a déclaré: "Bien que certains patients atteints de cancer de l'intestin répondent bien au traitement par cetuximab, beaucoup rechutent, ou ne bénéficient pas du médicament. Notre travail montre que la combinaison de ce traitement avec un inhibiteur de ADAM17 pourrait être une avenue prometteuse de la thérapie pour les patients qui ne répondent pas à cetuximab par lui-même.

"Il faut encore travailler avant que nous puissions tester en toute sécurité cette combinaison chez les patients, mais la perspective de couper le chemin du cancer à la résistance est très excitante."

Le professeur Peter Johnson, clinicien en chef de Cancer Research UK, a déclaré: «Ce travail montre comment certaines cellules cancéreuses de l'intestin sont capables d'éviter les dommages causés par un médicament particulier, et offre une façon de l'empêcher.La prochaine étape consiste à savoir si cela pourrait fonctionner chez les patients. "

"Le cancer de l'intestin est le quatrième cancer le plus fréquent au Royaume-Uni, et c'est le deuxième plus grand tueur de cancer - il est donc vital que nous trouvions des moyens de briser la maladie", a déclaré Richard Wilson.

«Le fait de comprendre les mécanismes que les cellules cancéreuses intestinales utilisent pour échapper au traitement par le cetuximab nous aidera à trouver des moyens de retarder ou de prévenir la récurrence de ce cancer.» Cela aidera un plus grand nombre de personnes atteintes d'un cancer du à vivre plus longtemps et avec une meilleure qualité de vie. "



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15773
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Le Cetuximab (erbitux)   Jeu 1 Oct 2015 - 17:16

Using pieces of human tumors grafted into mice, a team led by Johns Hopkins Kimmel Cancer Center researchers and their colleagues from the University of Torino has identified new mutations in six genes related to drug resistance and sensitivity in late-stage colorectal cancer.

The study, summarized Sept. 30 in the journal Nature, is believed to be the first to identify changes in a gene called IRS2 that may explain why some patients have lasting responses to a class of anti-cancer drugs known as epidermal growth factor receptor (EGFR) inhibitors, the researchers say. The EGFR inhibitors cetuximab and panitumumab are among the most common targeted therapies now used to treat late-stage colorectal cancer.

Tumorgraft mice, dubbed "avatars" because they act as stand-ins for human experiments, have tiny pieces of human tumor tissue implanted in their bodies. They potentially give scientists an opportunity to study the genetics and response to therapy of individual tumors in an environment that more closely resembles human patients' tumors.

In their new analysis of 129 colorectal mouse avatars, along with 55 other human tumor samples, Victor Velculescu, M.D., Ph.D., and his colleagues identified all known genetic mutations linked to EGFR inhibitor resistance, they report, while also uncovering new mechanisms of response to this therapy.

The study's success in replicating earlier findings, while also uncovering new mechanisms of response to EGFR inhibition, suggests that avatars could someday play an important role in developing individualized treatments for patients, says Velculescu, a professor of oncology and pathology at the Johns Hopkins University School of Medicine and co-director of the Kimmel Cancer Center's Cancer Biology Program. They might also be useful in helping pharmaceutical companies more rapidly test new cancer therapies and combinations of therapies.

"This study demonstrates that avatars can provide a systematic way to evaluate targeted therapies in human cancer and to link these responses to the underlying genomics," says Velculescu. "Successful treatments in avatars may guide new therapies in individual patients and help drug development."

Kimmel Cancer Center research fellow Eniko Papp, Ph.D., an author on the study, says avatars provide a way for scientists to see how genetically different tumors respond to a specific treatment, without the complications of human trials. "The challenge with tumor samples from clinical trials is that oftentimes these patients are treated with multiple therapies," she explains. "Therefore, it's difficult to know whether a patient's response is directly related to the therapy being tested in the clinical trial or whether they are responding to another intervention."

The study by Velculescu, Papp and colleagues is believed to be one of the first comprehensive, large-scale genomic analyses of tumorgraft avatars, they say. After treating the avatars with the EGFR inhibitor cetuximab, the scientists discovered previously unknown mutations in the ERBB2 (four tumors), EGFR (one tumor), FGFR1 and PDGFRA (four tumors each), and MAP2K1 (one tumor) genes that appeared to make these tumors resistant to cetuximab from the start of treatment.

The research team says they found genetic changes in EGFR in two patients that helped the tumor acquire resistance after previous treatment with cetuximab.

The discovery of IRS2 mutations that make colorectal cancers more sensitive to cetuximab was a surprising one, says Papp. In seven of the tumors (10 percent), changes to the IRS2 gene were associated with stable or shrinking tumors when treated with cetuximab.

"Although there were many mechanisms of resistance known, before this study there weren't any known mechanisms of sensitivity," explains Papp. "It seems like there are only a small number of patients who have long-term responses to this kind of anti-EGFR therapy, and this gene is likely to be one of the main reasons why they do."

Papp adds that a large-scale clinical trial is needed to know whether IRS2 might be a good marker for determining whether a patient will respond well to cetuximab therapy.

More than two-thirds (77 percent) of the avatars had genetic mutations that could potentially be treated with existing drugs, the researchers found. They tested combinations of EGFR inhibitors and other drugs targeting the resistance genes on different tumor types and found in each case that the combination treatment worked better than a single drug at suppressing the tumors' growth.

Velculescu says this type of testing could guide clinicians as they look for specific drug combinations to treat their patients' unique cancers. "What's happening now is that there are so many potential drug combinations and so many of these genetic changes that it's hard to design traditional clinical trials to test all of them," he notes. "But eventually this could be the kind of information you'd want to be able to quickly look up, to compare the genomic profile of an individual patient with genetic data collected in sensitive or resistant cancers, and to use that information to help guide therapy."


---

Utilisant des morceaux de tumeurs humaines greffées à des souris, une équipe dirigée par des chercheurs de Johns Hopkins Kimmel Cancer Center et de leurs collègues de l'Université de Turin a identifié de nouvelles mutations dans six gènes associés à la résistance aux médicaments et de la sensibilité au cancer colorectal de stade tardif.

L'étude, résumée le 30 septembre dans la revue Nature, est considéré comme le premier à identifier les changements dans un gène appelé IRS2 qui peuvent expliquer pourquoi certains patients ont des réponses durables à une classe de médicaments anti-cancer appelé inhibiteurs de récepteur du facteur de croissance épidermique ( EGFR), disent les chercheurs. Les inhibiteurs de l'EGFR cetuximab et panitumumab sont parmi les thérapies ciblées les plus courantes actuellement utilisés pour traiter le cancer colorectal en fin de ligne.

Les Souris Tumorgraft, surnommé "avatars" parce qu'ils agissent comme remplaçants pour les expériences humaines, ont de petits morceaux de tissu tumoral humain implanté dans leur corps. Ils donnent potentiellement aux scientifiques l'occasion d'étudier la génétique et la réponse au traitement de tumeurs individuelles dans un environnement qui ressemble plus étroitement aux tumeurs de patients humains.

Dans leur nouvelle analyse des 129 avatars de souris colorectal, avec 55 autres échantillons humains tumorales, Victor Velculescu, MD, Ph.D., et ses collègues ont identifié toutes les mutations génétiques connues liées à la résistance aux inhibiteurs de l'EGFR, tout en découvrant de nouveaux mécanismes de réponse à cette thérapie.

L'étude a réussi la réplication des résultats antérieurs, tout en découvrant de nouveaux mécanismes de réponse à l'inhibition de l'EGFR, et suggère que les avatars pourraient un jour jouer un rôle important dans le développement de traitements individualisés pour les patients, dit Velculescu, professeur d'oncologie et pathologie à l'université Johns Hopkins School de médecine et co-directeur du programme de biologie du cancer du Kimmel Cancer Center. Ils pourraient également être utiles en aidant pour que les entreprises pharmaceutiques testent plus rapidement de nouvelles thérapies et des combinaisons de thérapies cancéreuses.

«Cette étude démontre que les avatars peuvent fournir un moyen systématique pour évaluer les thérapies ciblées dans le cancer humain et de lier ces réponses à la génomique sous-jacente», explique Velculescu. "Les traitements réussis dans avatars peuvent guider les nouvelles thérapies individuelles des patients et aide le développement de médicaments."

Eniko Papp, Ph.D., auteur de l'étude, dit que les avatars fournissent un moyen pour les scientifiques de voir comment des tumeurs génétiquement différentes répondent à un traitement spécifique, sans les complications des essais humains. «Le défi avec des échantillons tumoraux provenant d'essais cliniques est que, souvent ces patients sont traités avec des thérapies multiples," explique t-elle. "Par conséquent, il est difficile de savoir si la réponse d'un patient est directement liée à la thérapie à l'essai dans l'essai clinique ou si elles répondent à une autre intervention."

L'étude menée par Velculescu, Papp et ses collègues est censée être l'une des premiers globales, à grande échelle des analyses génomiques des avatars de tumorgraft, disent-ils. Après le traitement des avatars avec le cetuximab, inhibiteur de l'EGFR, les scientifiques ont découvert des mutations inconnues dans le ERBB2 (quatre tumeurs), EGFR (une tumeur), FGFR1 et PDGFRA (quatre tumeurs chacun), et MAP2K1 (une tumeur) des gènes qui semblaient rendre ces tumeurs résistantes au cetuximab dès le début du traitement.

L'équipe de recherche dit qu'ils ont constaté des changements génétiques dans EGFR chez deux patients des changements qui ont contribué à la résistance de la tumeur après un traitement antérieur avec le cetuximab.

La découverte de mutations de IRS2 qui rendent les cancers du plus sensible au cétuximab était une surprise, dit Papp. Dans sept des tumeurs (10 pour cent), des modifications au gène IRS2 ont été associés à des tumeurs stables ou à leur rétrécissement lorsqu'elles sont traités avec le cetuximab.

"Bien qu'il y ait de nombreux mécanismes de résistance connus, avant cette étude, il y avait pas de mécanismes connus de sensibilisation», explique Papp. "Il semble qu'il y ait seulement un petit nombre de patients qui ont des réponses à long terme à ce genre de traitement anti-EGFR, et ce gène est susceptible d'être une des principales raisons pour lesquelles ça se produit."

Papp ajoute que d'un essai clinique à grande échelle est nécessaire pour savoir si IRS2 pourrait être un bon marqueur pour déterminer si un patient répondra bien à la thérapie cetuximab.

Plus de deux tiers (77 pour cent) des avatars avaient des mutations génétiques qui pourraient être traitées avec des médicaments existants, les chercheurs ont constaté. Ils ont testé des combinaisons d'inhibiteurs d'EGFR et d'autres médicaments ciblant les gènes de résistance à différents types de tumeurs et trouvé dans chaque cas que le traitement combiné a fonctionné mieux que d'un seul médicament pour supprimer la croissance de tumeurs.

Velculescu dit ce genre de test pourrait guider les cliniciens dans leur recherche de combinaisons spécifiques de médicaments pour traiter les cancers uniques de leurs patients. "Ce qui se passe maintenant est qu'il y a tellement de combinaisons possibles entre les médicaments et aussi tellement de ces changements génétiques qui il est difficile de concevoir des essais cliniques traditionnels pour tester chacune d'elles," a-t-elle fait remarquer. "Mais finalement, cela pourrait être le genre d'information que vous voulez être capable de regarder rapidement, de comparer le profil génomique d'un patient avec les données génétiques recueillies dans les cancers sensibles ou résistantes, et d'utiliser cette information pour aider à la thérapie de guidage ».

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15773
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Le Cetuximab (erbitux)   Mar 15 Jan 2013 - 17:59

Jan. 14, 2013 — Shutting down a specific pathway in cancer cells appears to improve the ability of common drugs to wipe those cells out, according to new research from scientists at Fox Chase Cancer Center, published in the January issue of Cancer Discovery.

"Ideally, this research will eventually enable scientists to find drugs that disrupt this pathway and boost the impact of current therapies," says Igor Astsaturov, MD, PhD, Attending Physician in the Department of Medical Oncology at Fox Chase. "That's the long-term plan."

The new approach appears to enhance the tumor-killing ability of a commonly prescribed class of drugs that includes cetuximab (Erbitux), used to treat colorectal and head and neck cancers. These drugs work by blocking the activity of the epidermal growth factor receptor (EGFR), which sits on the cell surface and senses cues from the environment, telling cancer cells to grow and divide, says Astsaturov. "The whole mantra of modern day oncology is to suppress these inputs."

Although EGFR inhibitors succeed in killing cancer cells, some malignant cells still find ways to evade the drug, and become resistant to treatment. Consequently, many researchers are actively looking for ways to kill these surviving cancer cells, annihilating tumors completely.

In 2010, Astsaturov and his colleagues identified a pathway in the cell that, when blocked, completely suppressed EGFR activity. Interestingly, the pathway consists of a series of enzymes that, when working in concert, synthesize new molecules of cholesterol, an essential component of the cell wall. This pathway is particularly important to cancer cells, which are constantly dividing and therefore need to produce more cholesterol for the new cells.

Working with cancer cells in the lab, the researchers inactivated a key gene in the cholesterol synthesis pathway, and found the cells became more vulnerable to treatment with cetuximab. The same was true in mice that lacked this particular pathway, says Astsaturov. "Most tumors are only moderately sensitive to inhibitors of EGFR, but when these tumors lack an essential gene in the cholesterol pathway, they become exquisitely sensitive to the anti-EGFR drugs," he says. "The cancers literally melt away in mice."

The researchers then removed one of the cholesterol genes from the mouse genome, and saw that mice developed patchy, scaly skin. When they biopsied this affected skin, they saw no activity of the EGFR protein, reaffirming that shutting down cholesterol synthesis interrupts EGFR. They also observed the same pattern in normal cell lines.

When the cholesterol biosynthesis pathway is blocked, explains Astsaturov, the normal chain of events that creates a cholesterol molecule is interrupted, and cells accumulate intermediate products of cholesterol that block the normal movement of substances around the cell. This cellular traffic jam makes it difficult for the cell to transport important components, such as EGFR, which has to move between the inside of the cell and its surface to function properly. "If you disrupt this traffic, the cancer cells don't survive."

Eventually, says Astsaturov, researchers can design drugs or look for existing ones that block this cholesterol synthesis pathway. For now, his lab is trying to uncover more details of how the pathway works, the role of each protein that is involved -- and whether if, by blocking a protein, they can wipe out tumors in humans that evade current therapies. "These proteins represent targets for additional drugs, which could be combined with EGFR inhibitors," he says.

---------------


14 janvier 2013 - L'arrêt d'un chemin cellulaire spécifique dans les cellules cancéreuses semble améliorer la capacité des médicaments courants d'éliminer ces cellules, selon une nouvelle étude de chercheurs

«Idéalement, cette recherche permettra éventuellement aux scientifiques de trouver des médicaments qui perturberont cette voie et renforcera l'impact des thérapies actuelles», explique Igor Astsaturov, MD, PhD, médecin traitant au Département d'oncologie médicale au Fox Chase. "C'est le plan à long terme."

La nouvelle approche semble améliorer la capacité de tuer les cellules cancéreuses d'une classe de médicaments souvent prescrits qui comprend le cétuximab (Erbitux), utilisé pour traiter les cancers colorectaux et ceux de la tête et du cou. Ces médicaments agissent en bloquant l'activité du récepteur du facteur de croissance épidermique (EGFR), qui se trouve sur la surface des cellules et sens des indices de l'environnement, et dit aux cellules cancéreuses de croître et de se diviser. "Le mantra ensemble de l'oncologie moderne est de supprimer ces ordres-là."

Bien que les inhibiteurs de l'EGFR réussissent à tuer les cellules cancéreuses, certaines cellules malignes trouvent toujours des moyens d'échapper au médicament, et de devenir résistantes au traitement. Par conséquent, de nombreux chercheurs sont activement à la recherche de façons de tuer les cellules cancéreuses qui survivent, pour anéantir complètement les tumeurs.

En 2010, Astsaturov et ses collègues ont identifié une voie dans la cellule qui, lorsqu'elle est bloquée, supprime complètement l'activité EGFR. C'est intéressant, la voie est constituée d'une série d'enzymes qui, lorsqu'elle travaillent de concert, synthétisent de nouvelles molécules de cholestérol, un composant essentiel de la paroi cellulaire. Cette voie est particulièrement importante pour les cellules cancéreuses, qui sont constamment en division et doivent donc produire plus de cholestérol pour les nouvelles cellules.

En Travaillant avec les cellules cancéreuses en laboratoire, les chercheurs ont inactivé un gène clé dans la voie de synthèse du cholestérol, et ont trouvé que les cellules devenaient plus vulnérables au traitement par cetuximab. La même chose était vrai chez les souris qui manquaient de cette filière particulière, dit Astsaturov. «La plupart des tumeurs ne sont que modérément sensible aux inhibiteurs de l'EGFR, mais lorsque ces tumeurs n'ont pas un gène essentiel dans la voie du cholestérol, ils deviennent extrêmement sensibles aux médicaments anti-EGFR," dit-il. "Les cancers fondent littéralement chez la souris."

Les chercheurs ont ensuite supprimé l'un des gènes de cholestérol à partir du génome de la souris, et ont vu que les souris développaient une peau écailleuse. Quand ils ont fait biopsie de cette peau affectée, ils ne voyaient pas l'activité de la protéine EGFR, ce qui réaffirmait que la fermeture de la synthèse du cholestérol interrompt l'EGFR. Ils ont également observé la même tendance dans les lignées cellulaires normales.

Lorsque la voie de biosynthèse du cholestérol est bloquée, explique Astsaturov, la chaîne normale d'événements qui crée une molécule de cholestérol est interrompu, et les cellules accumulent des produits intermédiaires du cholestérol qui bloquent le mouvement normal de substances à travers la cellule. Cela embourbe le trafic cellulaire, il devient difficile pour la cellule de transporter des éléments importants, tels que l'EGFR, qui doit se déplacer entre l'intérieur de la cellule et sa surface pour fonctionner correctement. "Si vous interrompez ce trafic, les cellules cancéreuses ne survivent pas."

Finalement, dit Astsaturov, les chercheurs peuvent concevoir des médicaments, ou en trouver des déjà existants qui bloquent cette voie de synthèse du cholestérol. Pour l'instant, son laboratoire essaie de découvrir plus de détails sur la façon dont fonctionne la voie, le rôle de chaque protéine qui est impliquée - et si, en bloquant une protéine, ils peuvent éliminer des tumeurs chez les humains qui échappent aux traitements actuels. "Ces protéines représentent des cibles pour des médicaments supplémentaires, qui pourraient être combinés avec des inhibiteurs de l'EGFR," dit-il.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15773
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Le Cetuximab (erbitux)   Mer 9 Mai 2012 - 6:15

9 mai 2012

Merck a annoncé mercredi que des essais cliniques de phase III avaient montré que l'anticancéreux Erbitux n'avait aucun effet bénéfique sur le cancer du .

Les résultats intermédiaires des tests, qui portaient sur des patients ayant déjà subi une opération chirurgicale, montrent que l'Erbitux associé à une chimiothérapie n'a pas permis d'améliorer davantage la survie des patients qu'une chimiothérapie seule.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15773
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Le Cetuximab (erbitux)   Ven 4 Mai 2012 - 20:58

Comme c'était écrit dans l'article que j'ai mis en sept 2011, les bénéfices pour les patients sont soit temporaires soit inexistants. J'ai fait une petite recherche et en date du 4 avril 2012, il disait que ce médicament n'offrait pas non plus de survie sans la maladie.


Citation :
Source: Colorectal Cancer News From Medical News Today [2012.04.05]
A study published in the April 4 issue of JAMA reveals that patients who receive the drug cetuximab in addition to chemotherapy after undergoing surgery for stage III colon cancer do not have improved disease-free survival.

Pour les effets secondaires, je crois que ça doit être assez facile à trouver sur le net. Ce n'est pas un domaine qui m'intéresse beaucoup personnellement. Je me contente de souhaiter qu'il trouve un médicament et j'essais de regarder par dessus l'épaule des chercheurs en parcourant le net.

Je m'excuse de ne pouvoir vous aider plus que ça mais vous savez je ne suis spécialiste en rien, c'est juste que je collectionne les articles sur le cancer, ce qui ne me donne pas le droit pour autant de donner un avis sur l'efficacité d'un médicament. Surtout que j'ai une mémoire assez courte, j'ai dû m'intéresser à ce médicament puisque j'ai mis tous ces articles mais c'était un peu tombé en désuétude, je crois que je dois avoir lu que les autorités d'un pays (le Canada peut-être) hésitait à payer pour ce médicament parce qu'elles ne trouvaient pas que ça faisait beaucoup de bien...

Je vous invite à nous en dire un peu plus sur vous. Quand je connais plus les gens, je m'intéresse et parfois je fais des recherches parce que je pense à un tel ou une telle, ou quand je lis je copie plus les choses dont je sais que ça sera utile pour quelqu'un.

Et les gens sont bien gentils ici et ça peut être intéressant même sans de grandes découvertes sur le cancer.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
sandidu122



Nombre de messages : 1
Date d'inscription : 04/05/2012

MessageSujet: biothérapie   Ven 4 Mai 2012 - 19:06

Bonjour,
Excusez moi de remonter cette discussion mais j'aimerais savoir si ce traitement biothérapie est vraiment efficace. Quels en sont les effets secondaires?


Dernière édition par sandidu122 le Lun 7 Mai 2012 - 12:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15773
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Le Cetuximab (erbitux)   Mer 7 Sep 2011 - 20:12

(Sep. 7, 2011) — Scientists at Dana-Farber Cancer Institute and colleagues overseas have discovered a pair of backup circuits in cancer cells that enable the cells to dodge the effect of a widely used cancer drug. Jamming those circuits with targeted therapies may heighten or restore the drug's potency, according to a study published in the Sept. 7 issue of Science Translational Medicine.

Des scientifiques ont découvert que des circuits de relais dans les cellules cancéreuses permettent à ces cellules d'éviter l'effet d'un médicament anti-cancer grandement utilisé. Bloquer ces circuits pourrait rehausser ou restaurer la puissance du médicament.

The research focused on the drug cetuximab, an antibody that interferes with cancer cell growth by blocking a structure known as the epidermal growth factor receptor (EGFR). Cetuximab is effective in many patients with colorectal cancer or squamous cell cancer of the head and neck, but the benefits rarely last longer than a year, and some patients receive no benefit from the drug.

La recherche a mis le focus sur le médicament cetuximab, un anticorps qui interfere avec la croissance de la cellule cancéreuse en bloquant une structure appelé EGFR. Cetuximab est efficace pour plusieurs patients avec le cancer du ou avec des cellules squameuses de la mais ces bénifices durent rarement plus qu'un an et quelques patients ne recoivent pas de bénifices de ce médicament.

Until now, scientists haven't known why cancers that initially respond to cetuximab become resistant to it, or how to overcome such resistance.In the new study, researchers led by Pasi Janne, MD, PhD, of Dana-Farber and Kimio Yonesaka, MD, PhD, formerly of Dana-Farber and now at Kinki University School of Medicine, in Osaka, Japan, found that in some cetuximab-resistant cancer cells, a protein known as ERBB2 was actively sending "grow" signals, circumventing the "stop growing" signals triggered by cetuximab. The researchers discovered that ERBB2's activity sprang from an oversupply of the protein's parent gene, Her2/neu, or by a related protein, ERBB3, when prompted by high levels of the protein heregulin. In both cases, the new growth messages are unaffected by cetuximab.

On ne savait pas jusqu'à maintenant pourquoi les cancers qui répondaient initialement au cetuximab devenaient résistants ou comment vaincre cette résistance. Dans cette étude, les chercheurs ont découvert que dans quelques cellules cancéreuses résistantes au cetuximab, une protéine nommée ERBB2 envoyait un message de croissance ce qui maitrisait le signal d'arrêt de croissance initié par Cetuximab. Le schercherus ont découvert que l'activité de ERBB2 prenait sa source d'un surplus d'un gène parent Her2/neu ou par une protéine relié : ERBB3, quand mise en marche par de hauts niveaux de la protéine heregulin. Dans les deux cas, les nouveaux messages de croissance ne sont pas affectés par cetuximab.

"ERBB2 activates a critical signaling pathway that is not normally blocked by cetuximab, and in this way subverts cetuximab's function," says Janne, the study's co-senior author with Kazuhiko Nakagawa, MD, PhD, of Kinki University. "Because ERBB2 isn't affected by cetuximab, this is an easy way for cancers to become resistant to the drug."

Parce ERBB2 n'est pas affecté par cetuximab c'est facile pour le cancer de devenir résistant au médicament.

The findings suggest that combining cetuximab with ERBB2-inhibiting drugs could be an effective therapy for cancers that are cetuximab-resistant from the start or for those that become resistant over time, the study authors say. Several such inhibitors have already been approved, while others are undergoing clinical study.

Ces découvertes suggèrent donc que combiner cetuximab avec des médicaments inhibant ERBB2 pourrait être efficace pour vaincre la résistance. Plusieurs inhibiteurs de ERBB2 sont déja approuvé tandis que d'autres sont sous étude.

"We hope the findings of our study will inspire the development of clinical trials aimed at overcoming cetuximab resistance," Yonesaka remarks. "We've identified biomarkers that can be used to select cetuximab-resistant patients who may benefit from a combination of cetuximab and ERBB2 inhibitors."

"Nous espérons que nos découvertes inspireront le développement d'essais cliniques ayant pour but de vaincre la résistance au cetuximab. Nous avons identifié des marqueurs pour identifier les patients qui pourraient bénificier de l'addition d'inhibiteurs de ERBB2 avec le cituximab.2 a dit Yonesaka

Janne estimates that up to 40 percent of colorectal cancers are cetuximab-resistant when first diagnosed. He notes that although the ERBB2 pathway may be responsible for many cases of cetuximab resistance, there are undoubtedly other pathways, yet to be discovered, that play a similar role. Further research is needed to confirm ERBB2's role in cetuximab resistance and to develop strategies for testing ERBB2 inhibitors and cetuximab in clinical trials.

jusqu'à 40% des cancers du sont concernés

Funding for the study was provided by grants from the National Institutes of Health, the American Cancer Society, the William Randolph Hearst Foundation, and the Hazel and Samuel Bellin research fund.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
diane2



Nombre de messages : 2424
Age : 71
Localisation : L'île Val D'Or à Champlain QC.
Date d'inscription : 27/09/2009

MessageSujet: Re: Le Cetuximab (erbitux)   Dim 6 Mar 2011 - 8:17

Il y a beaucoup de points discutable Kary, il y a des plus dans les deux pays, par exemple les produits de beauté ici sont tellement remplis de chimique cancérigène... des produits qui sont défendus en grand nombre chez-vous.
On a intérêt à se procurer des cosmétiques faits en France si on veut se protéger.

Tu vois en France chez-vous les gens descendent dans la rue pour exiger l'étiquetage OGM sur les produits, ici on reste "larvés" à nos conversations de salon mais on ne fait rien pour plusieurs choses que vous ne laissez pas passer en France.


Alors le Canada n'est ni mieux, ni pire...nous avons chacun nos points forts. Ceci dit on se bat aussi, il y a quelques années avec quelques femmes de Champlain, nous avons formé un comité nommé: Zéro nucléaire et nous avons travaillé très fort pour avoir une audience au Bape, concernant le projet de modification des déchets radioactifs et réfection de Gentilly 11 par hydro-québec. C'était en 2003-2004 et ns avions l'appui de Hubert Reeves. Ça n'était pas facile tous les jours. J'ai mis fin aux entrevues télévisées et en revues... mon chant du cygne a été il y a deux ans avec Québec Science.
J'avais fait ma large part de protestation et je voulais prendre une retraite de ça aussi. Prendre le micro en assemblée ne me dérangeait pas mais les entrevues télévisées et journalistiques me rendaient les jambes molles et le coeur battait en chamade...

Ceci dit les mouvements qui continuent la lutte me sollicitent de temps en temps pour des représentations ou pour signer un article collectif, mais j'y vais si j'ai envie.


Mais ça semble toujours mieux ailleurs, chaque pays a ses forces et ses faiblesses...Vous avez une telle longueur d'avance concernant la protection animale aussi, nos lois ne sont que des embryons comparativement à chez-vous. Je sais il reste encore beaucoup de travail à faire chez-vous aussi sauf que vous êtes tellement en avance!!!!!!! Mais ici on fait davantage stériliser nos animaux, ce qui fait que nous avons moins de cas de sida animal (non transmissible à l'homme) que chez-vous...

Tu vois un pays a ses forces et l'autre aussi.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kary0615MC



Nombre de messages : 43
Age : 62
Localisation : France
Date d'inscription : 01/03/2011

MessageSujet: Re: Le Cetuximab (erbitux)   Sam 5 Mar 2011 - 17:50

J'aime beaucoup le Canada au niveau de la santé,

Ce pays est en avance et dénonce certaines substances que nous mangeons chaque jour comme étant cancéreuses.
En France, on l'apprend plusieurs mois, voire plusieurs années après, quand le mal est fait.

J'ai comme l'impression que nous sommes de bons pigeons, qui rapportons aux laboratoires de médicaments, car sans maladies... ...

Ils feraient peut être faillite. C'esst ce que je resens de la France

Par contre au Canada, (mon mari suit une chaîne, je ne sais laquelle) et me rapporte chaque jours leurs informations sur ce qu'on nous fait manger, et ça ne se sait que quelques mois après, en France.
Il y a déjà un moment que le Canada avait dit que l'aspartame était mauvais, en France on ne l'a su que plus tard

A présent nous en sommes au Stévia, je crois que ça s'écrit comme ça, hé bien en France, les yaourths de la marque taillefine sont écrits en tout gros "avec stévia"

ils font la pub du stévia à la télé, c'est mieux que l'aspartame !!!

allez y les Français mangez !!!!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
kary0615MC



Nombre de messages : 43
Age : 62
Localisation : France
Date d'inscription : 01/03/2011

MessageSujet: Re: Le Cetuximab (erbitux)   Sam 5 Mar 2011 - 17:43

Optimiste a écrit:
Sourires doux , le laches pas Fred , le laches pas cet espoir !!!!!!!!

je ne suis peut être pas très obtimiste, mais je dis souvent : l'espoir fait vivre et l'attente fait mourir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15773
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Le Cetuximab (erbitux)   Ven 4 Mar 2011 - 18:09

Un médicament déjà approuvé par Santé Canada contre le cancer colorectal et le cancer de la tête et du cou se montre également efficace contre le cancer de la .

Une étude réalisée chez la souris par la chercheuse Bushra Ateeq et ses collègues de l'Université du Michigan montre que le médicament commercialisé au Canada sous le nom d'Erbitux agit sur la sécrétion d'une protéine présente dans certains types de cancers de la prostate agressifs.

Selon les auteurs de cette étude publiée dans le magazine Science, cette nouvelle connaissance mènera à tester ce médicament sur les humains.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15773
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Le Cetuximab (erbitux)   Jeu 4 Déc 2008 - 4:22

Grand-Ouest : un « super essai clinique » dans le cancer colorectal
[3 décembre 2008 - 10:05]

Encourageant, le nouveau partenariat liant le Cancéropôle du Grand Ouest au laboratoire Merck Serono.

Les deux entités viennent en effet de s’associer pour une étude d’envergure - plus de 800 patients sont concernés - sur la prise en charge du cancer colorectal métastatique par le cetuximab, un anticorps monoclonal commercialisé sous le nom d’Erbitux. Ce médicament bloque le développement de la tumeur en inhibant un récepteur de croissance épidermique (EGFR), présent à la surface des cellules.
Comme l’explique le Dr Jean-Philipe Metges, oncologue au CHU de Brest, « l’objectif de l’étude est de déterminer le profil des patients susceptibles de tirer le plus grand bénéfice de ce traitement. Nous espérons pouvoir ainsi, mieux personnaliser les traitements. Il s’agit également de ne pas occulter l’intérêt économique de ce travail. Car il n’est pas non plus tolérable de donner un médicament onéreux, à un patient qui n’en tirera pas de bénéfice ».
L’intérêt de ce partenariat repose sur l’important réseau de cliniciens intégrés au Cancéropôle. « Dans ce domaine, il existe en effet un grand nombre de petites études, peu significatives sur le plan statistique », poursuit Jean-Philippe Metges. « Nous avons ici 800 patients, répartis dans 45 centres publics et privés du grand Ouest et qui vont recevoir exactement le même protocole ». Les résultats devraient être publiés dans 3 ans.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15773
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Le Cetuximab (erbitux)   Jeu 6 Nov 2008 - 1:31

Un nouveau médicament est désormais disponible* pour les patients souffrant d'un cancer colorectal à un stade métastatique. Plus précisément, il s'agit d'une thérapie ciblée qui concerne les malades qui ont le gène Kras non muté (60 à 65 % des patients).

Ce traitement qui correspond à une biothérapie, associée à une chimiothérapie, permet très souvent chez ces malades de réduire la taille des métastases du foie ou du poumon... et dans de nombreux cas d'opter pour une opération permettant d'extraire entièrement la ou les métastase(s).

Ce traitement - le cetuximab - est un anticorps monoclonal. Ses effets secondaires les plus courants ne sont pas très importants : des boutons ressemblant à de l'acné, parfois encore des sortes de fissures, de crevasses du bout des doigts...


Source : Communiqué de presse Merck Serono. 5 novembre 2008.

* Ce médicament est désormais indiqué en première intention en association avec la chimiothérapie, en cas de cancer colorectal métastatique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15773
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Le Cetuximab (erbitux)   Sam 26 Aoû 2006 - 10:00

Ainsi, une étude américaine présentée pendant le congrès propose une solution aux cancers du et du rectum ne répondant plus à la chimiothérapie. Un anticorps, le cétuximab (ou IMC-C225), améliore l’efficacité de la chimiothérapie classique pour ces cancers résistant. Le mécanisme en jeu diffère de celui du Glivec. Ce composé empêche le récepteur d’un facteur de croissance d’être activé à la surface de la cellule tumorale. Et, par voie de conséquence, la multiplication des cellules cancéreuses est ralentie.

Ce médicament semble d’autant plus prometteur que ce facteur de croissance est présent dans des cancers très courants comme ceux du du et du . Les cancérologues espèrent ainsi lui trouver bientôt d’autres applications. Des études sont actuellement en cours pour conclure sur son efficacité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15773
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Le Cetuximab (erbitux)   Mer 8 Mar 2006 - 8:34

Imclone Systems vient d'annoncer qu'il a achevé l'enrôlement de patients dans trois études de phase III (EPIC, EXTREME et FLEX) sur Erbitux® (cetuximab). La première porte sur l'utilisation de l'anticorps pour le traitement du cancer métastatique après échec d'une chimiothérapie à base d'oxaliplatine.

Les deux autres études, menée par Merck KGaA, étudie son utilisation pour le traitement en première intention de patients atteints d'un carcinome suqamous cell de récurrent ou métastatique. Enfin, la dernière cancer du poumon non à petites cellules à un stade avancé aussi en première intention . plus de 2 800 patients pour les trois études (Communiqué Imclone Systems)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15773
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Le Cetuximab (erbitux)   Sam 25 Fév 2006 - 20:30



14 février 2006

Le Cetuximab a controlé la maladie pour presque 10 mois de plus, améliorant la progression de la survie sans la maladie de 30% par rapport à la radio-thérapie seule. Après un suivi de 54 mois, les patients du cetuximab ont survécu une moyenne de 49 mois - près de 20 mois de plus que ceux qui ont eu seulement la radio-thérapie - Ce qui représente une réduction de 26% du taux de mortalité. Le seul aspect négatif parait être une forme de rash près de l'acné, les autres effets toxiques sont comparable à ce qui exiatait déja. L"essai multicentré a enrolé 424 patients aux États-unis et en Europe.


Cetuximab est un anticorps monoclonal qui diminue et et inhibe les récepteurs de la protéine de facteur de croissance surexprimé dasn les cancers epithelial, ce qui inc.ua la plupart des cancers de la tête et du cou. Le Docteur James Bonner de l'université d'Alabama à birmingham et ses collègues disent que c'est exceptionnel de trouver un si grand avantage de survie avec une molécule de la sorte.


Dans un article Le docteur Marshall Posner et Lori Wirth, de l'institut du cancer Dana-Farber et de l'université de Harvard disent qu'un gain de survie sans toxicité dans ce type de cancer attire immédiatement l'attention des cliniciens. Ils ont mis lAccent sur le besoin de plus d'essais de phase III.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15773
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Le Cetuximab (erbitux)   Mer 8 Fév 2006 - 15:26

Je pensais t'avoir parler du erbitux et je pensais avoir mis un article là-dessus mais comme je ne le trouvais plus, j'ai été en recherché un autre.

Denis
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Optimiste
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 4835
Date d'inscription : 27/02/2005

MessageSujet: Re: Le Cetuximab (erbitux)   Mer 8 Fév 2006 - 13:36

Sourires doux , le laches pas Fred , le laches pas cet espoir !!!!!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
frederic



Nombre de messages : 1088
Localisation : Canada/Mascouche
Date d'inscription : 08/04/2005

MessageSujet: Re: Le Cetuximab (erbitux)   Mer 8 Fév 2006 - 13:34

Merde.....ça parle exactement des deux médicament de chimio que j'ai eu.
Je pense que ma odc d'hier pensait sûrement à cette combinaison. Elle m'avait dit qu'il y avait des combinaisons de médoc à faire avec mon type de chimio. Espoir quand tu me tiens......
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.tousensemble.qc.ca
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15773
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Le Cetuximab (erbitux)   Mer 8 Fév 2006 - 12:48

Les résultats d'essais cliniques montrent que les taux élevés de réponse obtenus grâce à Erbitux(R) (cetuximab) peuvent augmenter la possibilité d'une intervention chirurgicale curative chez des patients atteints d'un cancer colorectal métastasé

ORLANDO, Floride - Société américaine d'oncologie clinique (ASCO) 2005, May 14 /PRNewswire/Les nouvelles données fournies par trois essais cliniques prouvent qu'Erbitux(R) (cetuximab) appliqué en première ligne manifeste un taux de réponse invariablement élevé, ce qui laisse envisager une plus grande possibilité d'intervention chirurgicale chez les patients dont on estimait jusqu'alors les métastases inopérables. Ces données préliminaires, publiées aujourd'hui à la 41e réunion annuelle de la Société américaine d'oncologie clinique (ASCO), renforcent les possibilités offertes par Erbitux afin de non seulement retarder la progression de la maladie, mais aussi de rétrécir les métastases et de permettre une résection chirurgicale à des fins curatives.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15773
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Erbitux (cancer du côlon)   Mer 8 Fév 2006 - 12:04

Je remets cet article même s'il me semble l'avoir déja mis car on parle ces jours-ci sur les forums de nouveaux médicaments pour le cancer du côlon.



Un traitement innovant offre un nouvel espoir aux patients atteints du cancer colorectal


NOUVELLE-ORLEANS, Louisiane, June 6 /PRNewswire/ -- Merck KGaA, Darmstadt, Allemagne, est encouragée par les résultats de deux essais cliniques avec Erbitux(R) (cetuximab) portant sur le cancer colorectal métastasé.

Les données présentées aujourd'hui démontrent qu'Erbitux peut être sûr et efficace lorsque associé à deux chimiothérapies de première ligne courantes pour les patients atteints d'un cancer colorectal avancé.(1), (2) Les nouvelles données concordent avec les résultats d'études précédentes et ont été présentées à la 40ème conférence annuelle de l'American Society of Clinical Oncology, qui se déroule à la Nouvelle-Orléans du 5 au 8 juin. Ces résultats confirment le bien fondé d'une utilisation plus précoce d'Erbitux et sont porteurs de nouveaux espoirs pour les personnes souffrant d'un cancer colorectal.

Dans le courant du mois du juin, Erbitux devrait recevoir l'approbation de l'Union Européenne pour son utilisation en combinaison avec l'irinotecan chez les patients avec le récepteur du facteur de croissance épidermique responsable du cancer colorectal métastasé, n'ayant pas répondu à un traitement cytotoxique comprenant l'irinotecan.

Erbitux est un nouveau traitement hautement ciblé pour le cancer colorectal. Son action bloque un récepteur de cellule - le récepteur du facteur de croissance épidermique - réduisant à la fois l'invasion des tissus sains par les cellules tumorales et l'extension des tumeurs dans de nouveaux sites (métastase). Jusqu'à 82 % des cancers colorectaux possèdent ces récepteurs.(3), (4)

Erbitux, lorsque combiné avec des traitements à base d'irinotecan (chimiothérapie standard), a montré sa capacité de réduction des tumeurs d'au moins 50 % chez presque 23 % des patients n'ayant pas répondu à une chimiothérapie classique et de ralentissement de la progression de la maladie de plus de quatre mois pour 50 % des patients.(3) Erbitux est le seul inhibiteur du récepteur du facteur de croissance épidermique qui améliore l'effet de la chimiothérapie courante même lorsque cette chimiothérapie toute seule a échoué.(3)

Les données d'une des études, une étude de phase II concernant 43 patients et dirigée par le Dr Josep Tabernero, de l'hôpital universitaire de Vall d'Hebron Barcelone, Espagne, indiquent qu'Erbitux peut être efficace et sûr lorsque combiné avec un traitement de première ligne courant comme le FOLFOX4 qui consiste en une combinaison d'oxaliplatine, d'acide folinique et de 5-fluoroucacil.(1)

L'étude fut conçue pour évaluer l'efficacité et la sûreté d'Erbitux avec le régime FOLFOX4 en tant que traitement de première ligne. Les 43 patients de l'étude ont reçu Erbitux chaque semaine avec FOLFOX4 toutes les deux semaines. Les données préliminaires ont montré qu'Erbitux semble être sûr et efficace en combinaison avec le régime FOLFOX4 dans le traitement de première ligne des patients atteints de cancer colorectal métastasé.

<< Les données tirées de cette étude sont significatives et indiquent le potentiel d'une utilisation plus précoce d'Erbitux en combinaison avec les traitements de première ligne courants >>, a déclaré le Dr Tabernero. << Le taux de survie de cinq ans est seulement de 3 % et il y a encore une marge d'amélioration dans le traitement du cancer colorectal. De nouveaux traitements sont nécessaires et Erbitux peut potentiellement fournir de meilleurs résultats. >>

Non seulement Erbitux semble être efficace avec le régime FOLFOX4, une étude séparée dirigée par le professeur Philippe Rougier, de l'hôpital Ambroise Paré, à Boulogne, France, a aussi examiné Erbitux en combinaison avec l'autre traitement courant de première ligne - le régime FOLFIRI qui consiste en une combinaison d'irinotecan, d'acide folinique et de 5-fluorouracil.(2)

Cette étude de phase II a été conçue pour évaluer la sûreté et l'efficacité d'Erbitux en combinaison avec le traitement de première ligne FOLFIRI chez les patients avec le récepteur du facteur de croissance épidermique responsable du cancer colorectal métastasé. Les patients ont reçu Erbitux de façon hebdomadaire avec une administration du régime FOLFIRI toutes les deux semaines. Les données tirées de plus de 50 patients ont montré que les niveaux de sûreté de la combinaison d'Erbitux avec le régime FOLFIRI sont acceptables.

L'effet secondaire le plus courant avec Erbitux est une irritation cutanée ressemblant à de l'acné chez plus de 50 % des patients. Cette irritation n'oblige que rarement à des réductions de dose ou à un arrêt du traitement. Cette irritation est réversible après le traitement et peut aussi signifier une réaction positive au traitement.(5) Chez approximativement 5% des patients, des réactions d'hypersensitivité peuvent apparaître pendant le traitement avec Erbitux et environ 50 % de ces réactions sont sévères. Ces résultats vont être utilisés dans les essais en cours de phase III.

Les nouvelles données soutiennent les résultats précédents de l'étude pivot randomisée BOND sur le traitement du cancer intestinal avec l'anticorps cetuximab, dans laquelle 329 patients furent traités, soit avec seulement Erbitux, soit en combinaison avec irinotecan.(3) L'étude a montré que même chez les patients qui ne répondent plus au traitement courant à base d'irinotecan, Erbitux, lorsque combiné avec l'irinotecan a été bénéfique pour plus de la moitié des patients.(3)

Les récepteurs de cellule qu'Erbitux bloque sont trouvés en nombre élevé à la surface de beaucoup d'autres cellules cancéreuses, en plus de celles du cancer colorectal, tels que le cancer de la tête et du cou et le cancer du poumon non à petites cellules avancé. Ainsi que les données sur le cancer colorectal présentées pendant la conférence de l'ASCO, d'autres études sur le cancer de la tête et du cou et le cancer du poumon non à petites cellules avancé, vont être présentées.(6), (7), (8)

Dans ces autres études précédentes, Erbitux a montré une activité prometteuse et un profil de sécurité apparemment acceptable pour une variété de tumeurs et offre un nouvel espoir aux patients dont les options de traitement sont limitées.

Remarques à l'intention des rédacteurs

Le cancer colorectal est la quatrième forme de cancer la plus courante à l'échelle mondiale et la deuxième cause de décès masculins pour cause de cancer dans l'Union Européenne.(9)

Merck KGaA, Darmstadt, Allemagne a obtenu en 1998 d'ImClone Systems Incorporated une licence pour le droit de commercialisation d'Erbitux en dehors des Etats-Unis et du Canada. Au Japon, Merck partage des droits co-exclusifs de commercialisation avec ImClone Systems.

Merck KGaA, Darmstadt, Allemagne, a obtenu en décembre 2003 l'accord de la Suisse pour l'utilisation d'Erbitux en combinaison avec l'irinotecan chez les patients avec le récepteur du facteur de croissance épidermique responsable du cancer colorectal métastasé, n'ayant pas répondu à un traitement avec l'irinotecan.

En mai 2004, Erbitux a aussi reçu l'approbation de l'Argentine et du Mexique pour son utilisation avec l'irinotecan ou en tant qu'agent unique chez les patients avec le récepteur du facteur de croissance épidermique responsable du cancer colorectal métastasé, n'ayant pas répondu à un traitement cytotoxique comprenant l'irinotecan.

En février 2004, la FDA a approuvé l'utilisation d'Erbitux en combinaison avec l'irinotecan pour le traitement des patients avec le récepteur du facteur de croissance épidermique responsable du cancer colorectal métastasé qui sont réfractaires à une chimiothérapie à base d'irinotecan et pour son utilisation en tant qu'agent unique dans le traitement des patients avec le récepteur du facteur de croissance épidermique responsable du cancer colorectal métastasé qui sont intolérants à une chimiothérapie à base d'irinotecan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
frederic



Nombre de messages : 1088
Localisation : Canada/Mascouche
Date d'inscription : 08/04/2005

MessageSujet: Re: Le Cetuximab (erbitux)   Mar 15 Nov 2005 - 18:33

J'en parle à mon doc dès demain. Merci Denis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.tousensemble.qc.ca
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15773
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Le Cetuximab (erbitux)   Mar 15 Nov 2005 - 15:19



2005-05-14

Les résultats d'essais cliniques montrent que les taux élevés de réponse obtenus grâce à Erbitux(R) (cetuximab) peuvent augmenter la possibilité d'une intervention chirurgicale curative chez des patients atteints d'un cancer colorectal métastasé

ORLANDO, Floride - Société américaine d'oncologie clinique (ASCO) 2005, May 14 /PRNewswire/Les nouvelles données fournies par trois essais cliniques prouvent qu'Erbitux(R) (cetuximab) appliqué en première ligne manifeste un taux de réponse invariablement élevé, ce qui laisse envisager une plus grande possibilité d'intervention chirurgicale chez les patients dont on estimait jusqu'alors les métastases inopérables. Ces données préliminaires, publiées aujourd'hui à la 41e réunion annuelle de la Société américaine d'oncologie clinique (ASCO), renforcent les possibilités offertes par Erbitux afin de non seulement retarder la progression de la maladie, mais aussi de rétrécir les métastases et de permettre une résection chirurgicale à des fins curatives.


Dernière édition par Denis le Mer 9 Nov 2016 - 16:04, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le Cetuximab (erbitux)   Aujourd'hui à 12:35

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Cetuximab (erbitux)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le Cetuximab (erbitux)
» Erbitux, légère amélioration de la survie
» Prix et pénurie de médicaments
» Le prix des médicaments (l'exemple de la Belgique)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ESPOIRS :: Cancer :: recherche-
Sauter vers: