AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Espoirs pour le cancer du colon.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15768
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Espoirs pour le cancer du colon.   Sam 9 Jan 2016 - 15:18



Le docteur Daniel De Carvalho au centre de cancer Princess Margaret de Toronto a trouvé quelque chose de surprenant et de prometteur à propos d'un médicament anti-cancer qui cible les cellules souches cancéreuses, Le médicament trompent les cellules cancéreuses souches qui y répondent comme si elles avaient été infectées par un virus ce qui limite les cellules cancéreuses dans leur capacité à se multiplier, il s'agit d'une approche qui pourrait complémenter de nouvelles immunothérapies.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15768
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Espoirs pour le cancer du colon.   Mar 8 Juil 2014 - 13:50

A group of scientists from Spain, the UK and the United States has revealed the structure of a protein complex involved in liver and colon cancers. Both of these types of cancer are of significant social and clinical relevance as in 2012 alone, liver cancer was responsible for the second highest mortality rate worldwide, with colon cancer appearing third in the list.

The international team from CIC bioGUNE, the University of Liverpool and the US research centre USC-UCLA has successfully unravelled the mechanism by which two proteins, MATα2 and MATβ, bind to each other, thereby promoting the reproduction of tumour cells in liver and colon cancers. The study was announced in the latest issue of the open access journal IUCrJ published by the IUCr.

This structural data discovery opens up additional research opportunities into drugs that can act on the binding of these proteins, thereby possibly inhibiting cancer cell growth.

As a result of this discovery, it is now known which part of their respective structures can be blocked to prevent these proteins from joining together. This is very important as when these proteins bind to each other, the production of a molecule known as SAMe, which plays a role in uncontrolled tumour cell growth, increases considerably. Though the relationship between SAMe and tumour growth has been known for some time, this molecule also has other important functions inside the cell that cannot be altered and there is currently no way of acting against it without affecting these other life-sustaining functions.

The good news is that MATα2 and MATβ are only overexpressed in adults with tumours therefore representing an excellent therapeutic target which could open the door to the creation of highly targeted drugs that act exclusively by blocking those regions that allow their mutual binding rather than attacking other regions of the body.

The CIC bioGUNE researcher Adriana Rojas, who led this study, mentioned during interview "Many years have passed since it was first understood which proteins produce SAMe and how the levels of this molecule affect cancer cell growth, and we have now shown that the complex between MATα2 and MATβ is a possible therapeutic target."


---


Un groupe de scientifiques a révélé la structure d'un comlexe de protéine impliqué dans le cancer du foie et celui du colon. Deux cancers très communs.

Ces chercheurs ont révélés le mécanisme par lequel 2 protéines MAtalpha2 et MAtß se lie une à l'autre encourageant la reproduction de cellules cancéreuses pour les cancers du et du

La découverte de la structure de ce complexe de protéine ouvre donc la possibilité de faire des médicaments pour agir sur cette structure ou pour l'éviter rendant possible l'inhibition de la croissance de ces cancers.

On connait maintenant quelle part de la structure des protéines peut être bloquer pour éviter qu'elles ne se lient. C'et très important parce que lorsque ces protéines se lient, la production d'une molécule connue comme SAMe, qui joue un rôle dans la croissance incontrôlée de la tumeur, s'accroit considérablement. Parce que la relation entre SAMe et la croissance de la tumeur est connue depuis un moment, on sait que cette molécule a aussi d'importantes autres fonctions dans la cellule qui ne peuvent être altérées et il n'y avait pas d'autres moyens d'agir contre elle sans affecter ces autres importantes fonctions vitales.

La bonne nouvelle c'est que MAtalpha2 et MAtß sont exprimées seulement chez les adultes avec des tumeurs et représentent des cibles excellentes qui pourraient ouvrir la porte à des médicaments ciblés en bloquant exclusivement ces régions sans altérer d'autres parties des protéines.

Plusieurs années sont passées depuis la première démonstration de la production de SAMe et de comment ses niveaux affectaient la croissance du cancer mais nous avons démontrer maintenant que MAtalpha2 et MAtß sont des cibles potentiels thérapeutiques.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15768
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Espoirs pour le cancer du colon.   Sam 8 Juin 2013 - 18:44

Le cancer colorectal touche principalement des sujets âgés de plus de 50 ans. Les facteurs de risque sont multiples : polypes, antécédents familiaux, habitudes alimentaires, manque d’exercice physique et obésité.

La Docteure Julie Carrier, chercheuse à l'université de Sherbrooke, Québec, vient de découvrir le rôle particulier des œstrogènes dans ce type de cancer.

"Nous savions déjà que les œstrogènes protégeaient les femmes contre le développement du cancer colorectal mais nous ne savions pas précisément par quel mécanisme d'action", précise la docteure Carrier qui ajoute "Les œstrogènes agissent via la liaison à des récepteurs qui modifient le degré d’expression des gènes de certaines cellules. Nous savons maintenant que certains types de récepteurs d'œstrogène bloquent l’expression de certains gènes menant au cancer".

Ces recherches ont permis d'identifier ces récepteurs de l'œstrogène, ce qui devrait permettre à terme de proposer aux femmes ménopausées des nouveaux médicaments contre le cancer colorectal (mais également contre le cancer du sein et les maladies cardiovasculaires), qui ne présenteront pas les inconvénients des œstrogènes de synthèse actuels.

Article rédigé par Georges Simmonds pour RT Flash

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
diane2



Nombre de messages : 2424
Age : 71
Localisation : L'île Val D'Or à Champlain QC.
Date d'inscription : 27/09/2009

MessageSujet: Re: Espoirs pour le cancer du colon.   Dim 28 Oct 2012 - 14:21

Je viens voir ici parce que ça me touche particulièrement... le crabe qui m'attaquait était ici.

MERCI Denis pour tes recherches.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15768
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Espoirs pour le cancer du colon.   Mer 24 Oct 2012 - 23:01



Des chercheurs américains ont identifié une mutation génétique qui prolongerait nettement la vie de patients atteints d'un cancer colorectal prenant de l'aspirine, selon leurs travaux parus mercredi.

Chez ceux dont la tumeur n'a pas cette mutation du gène appelé PIK3CA, l'aspirine n'a fait aucune différence, indiquent les auteurs de l'étude qui a porté sur plus de 900 malades et paraît dans le New England Journal of Medicine (NEJM) daté du 25 octobre.

Dans le groupe de ces patients porteurs de cette mutation génétique et qui ont pris régulièrement de l'aspirine, 97% étaient encore en vie cinq ans après le diagnostic comparativement à 74% dans le groupe témoin.

Ceci représente pour les porteurs de cette mutation et prenant de l'aspirine, une réduction de 82% du risque de décéder de leur cancer durant les 13 ans de l'étude.

Pour les malades atteints d'un cancer colorectal sans la mutation du gène PIK3CA, l'aspirine n'a fait aucune différence dans la survie à cinq ans.

Ces chercheurs estiment à 20% au total les malades atteints d'un cancer colorectal qui sont porteurs de cette mutation dans le gène PIK3CA.

«Ces résultats laissent penser que l'aspirine peut être particulièrement efficace pour prolonger la vie des patients dont le cancer du colon teste positif pour une mutation dans le gène PIK3CA», souligne le Dr Shuji Ogino, du Dana-Farber, Brigham and Women's Hospital à Boston (Massachusetts, nord-est), un des principaux auteurs.

«Pour la première fois nous avons un marqueur génétique qui peut aider les médecins à déterminer comment les cancers du colon vont répondre à une thérapie particulière», ajoute-t-il dans un communiqué.

Il prévient toutefois que les résultats de cette étude doivent encore être reproduits par d'autres chercheurs avant de pouvoir être considérés comme définitifs.

Alors que l'aspirine est souvent prescrit pour les patients atteints d'un cancer colorectal, les médecins ne pouvaient pas prédire lesquels en bénéficieraient.

La plupart des participants à l'étude avaient été opérés de leur cancer colorectal et un grand nombre avaient eu de la chimiothérapie.

Le cancer colorectal est l'un des plus meurtriers dans le monde. Quelque 143 000 nouveaux cas sont diagnostiqués tous les ans aux Etats-Unis et 51 690 Américains devraient en décéder cette année, selon l'Institut national du cancer (NCI)

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15768
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Espoirs pour le cancer du colon.   Jeu 1 Mar 2012 - 23:12

BBI will become a 100% owned subsidiary of DSP and continue its operation in Massachusetts, US.

DSP aims to commercialise BBI608 and BBI503 in 2015 or later. The two new oral drug candidates are potentially the first anticancer drugs to target cancer stem cells, with the potential to treat refractory, recurrent and metastatic cancers.

BBI608 is currently entering a phase III clinical trial for colorectal cancer and is in phase Ib and II clinical trials for solid tumours. BBI503 is in a phase I clinical trial for advanced solid tumours.


Ça parle de deux médicaments qui sont les premiers à cibler les cellules souches cancéreuses, le BBI608 et le BBI503. Le BBI608 aborde la phase III des traitements cliniques pour le cancer du ce qui n'et plus très loin de la mise en marché et l'autre pour les différentes tumeurs solides comme celles du par exemple est dans des essais Ib et II.

Ça doit être bon comme médicaments parce que la compagnie japonaise a payer une couple de milliards pour les acheter de la compagnie américaine.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15768
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Re: Espoirs pour le cancer du colon.   Jeu 12 Jan 2012 - 14:24

Des chercheurs de l'Université suisse de Fribourg ont identifié un nouveau gène suppresseur de cancer, capable d'empêcher la croissance de tumeurs du côlon et de prévenir la formation de métastases. Ce gène est induit par les médicaments anti-inflammatoires mais comme ceux-ci ont des effets secondaires importants, il faut maintenant rechercher un moyen d'activer ce nouveau gène autrement que par la prise d'anti-inflammatoires.

Le groupe de recherche de l'Université de Fribourg dirigé par le professeur Curzio Ruëgg, et en particulier Jelena Zaric, maître-assistante, a cherché comment obtenir les effets anti-tumoraux des anti-inflammatoires tout en évitant les effets secondaires. Elle a collaboré avec l'Université de Lausanne afin d'identifier les gènes modifiés par ces médicaments et capables de freiner l'expansion du cancer du .

En utilisant des techniques moléculaires de profilage génétique, elle a constaté que les anti-inflammatoires induisent un gène nommé MAGI1 dans les cellules du cancer du côlon. Ce gène agit comme suppresseur de tumeur en forçant les cellules malignes à devenir plus bénignes. Ce gène détruit également la capacité d'invasion des cellules cancéreuses et leur capacité à former des métastases. Les chercheurs étudient maintenant la capacité de MAGI1 à prévenir la formation de polypes, les tumeurs bénignes qui précèdent l'apparition d'un cancer colorectal.

Un cancer peut se développer à la suite d'une inflammation chronique stimulée par des facteurs environnementaux, comportementaux ou alimentaires, comme le tabagisme, les fibres d'amiantes pour le poumon, les infections chroniques pour l'estomac ou le foie, ou une alimentation riche en graisses pour l'intestin, le pancréas, le sein ou la prostate. La prise régulière sur plusieurs années de médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens comme l'aspirine réduit le risque de développer certaines tumeurs, dont les quatre cancers les plus fréquents: sein, côlon, poumon et prostate.

Mais l'utilisation généralisée des anti-inflammatoires pour la prévention à large échelle n'est pas possible en raison des effets secondaires indésirables, comme des complications gastriques, (ulcères) et rénales ou des problèmes cardio-vasculaires thromboemboliques aigus conduisant à des crises cardiaques et des accidents vasculaires cérébraux (AVC). Les anti-inflammatoires sont autorisés comme thérapie d'appoint uniquement pour les patients prédisposés à une forme particulière de cancer colorectal (polypose recto-colique familiale).

La recherche doit donc se concentrer maintenant sur la découverte d'approches alternatives afin d'obtenir les mêmes effets protecteurs, sans les effets secondaires indésirables. AP


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Denis
Rang: Administrateur


Nombre de messages : 15768
Date d'inscription : 23/02/2005

MessageSujet: Espoirs pour le cancer du colon.   Dim 2 Déc 2007 - 19:03



(Dec. 2, 2007) — Damaged or defective genes have long been known to be the cause of some cancers. Over the past decade, however, scientists have discovered that even healthy genes can be switched on or off and can cause cancer without any changes in the underlying DNA sequence--although how this happens has remained poorly understood.

Les gènes défectueux ou endommagés ont longtemps été reconnu pour être la cause de quelques cancers. Depuis la dernière décennie toutefois, les scientifiques ont découvert que même des gènes sains peuvent être soit "éteints" soit "allumés" et causer le cancer sans avoir subi de changements dans la séquence ADN même si comment cela arrive reste relativement imcompris.

Researchers in the laboratory of Whitehead Member Rudolf Jaenisch now have established a direct causal connection between hypermethylation (the accumulation of too many methyl molecules on regions of DNA) and the development of colon tumors in mice.

Les chercheurs dans le laboratoire de Whitehead ont établi une connection direct entre l'hypermethylisation (l'accumulation de trop de méthyl sur les régiosn de l'ADN et le développement des tumeurs du chez la souris.  

The research directly demonstrated that hypermethylation switches off tumor suppressor genes--the "housekeeping" genes that keep cancer cells in check. The study, published December 1 in Genes and Development, found that hypermethylation boosted the number of intestinal tumors by 60-100 percent and significantly increased the average size of microscopic early-stage tumors.

La recherche a démontré que l'hypermétylisation tourne la "switch" des gènes des suppresseurs de tumeurs "on" et "off". Or ces gènes tiennent le cancer en échec. L'étude montre que l'hypermethylisation fait augmenter le nombre de tumeurs de 60 à 100% et augmente la grosseur des tumeurs microscopique à un stage précoce.

While DNA methylation has been correlated with tumor development in numerous studies of human cancers, this is the first in vivo work demonstrating a causal connection in mammals. Better understanding of the process is a promising pathway to the prevention, diagnosis and treatment of certain cancers with minimal side effects.


LA méthylation (ou métylisation) a été corrélé avec le développement des tumeurs dans beaucoup d'études de cancers humains, c'est la premi;re démonstration in vivo de cette corrélation chez les mamifères. Mais comprendre le processus est un chemin prometteur pour la prévention, le diagnostic et le traitements de certains cancers avec un minimum d'effets secondaires.

"Our research found a family of tumor-suppressor genes in mice that was silenced when methylated," says lead author Heinz Linhart. "This is important because the same genes are known to be silenced by methylation in human colon cancer cells. If we can switch on the gene that creates this abnormal methylation pattern, the next step is to find out if we can reverse the abnormal pattern by simply switching it off, reactivating the genes that suppress tumors. This is the therapeutic hope."

"Notre recherche a trouvé une famille de gènes de suppresseur de tumeurs chez la souris qui est inhibée lorsque méthylée" dit Heinz Linhart " C'est important parce que les mêmes gènes sont connus pour être inbihé par la méthylation chez le cancer du Si nou spouvons réallumer le gène qui créé cette méthylation anormale, la prochaine étape sera de trouver si nous pouvons renverser le pattern anormal en le controlant en réactivant le gène éteint. C'est un espoir thérapeuthique.

DNA methylation and packaging of DNA by proteins and other molecules (often referred to epigenetic mechanisms) regulate the activity of certain genes and genetic regions, depending on what each cell needs to do. Since almost every cell of an organism has the identical DNA sequence the "packaging" of this DNA by these epigenetic mechanisms is a key element in determining cell identity and helps generate the wide variety of cell types that are found in the human body.

"If we tried to read a book that had the letters arranged in rows, we could not understand it," says Linhart. "We not only need the letters arranged in sequence, we need spaces and formatting to separate the letters into words, sentences and paragraphs. In the same way, we can imagine the human genome as a list of letters printed one after the other, without spaces or formatting. Methylation and protein "packaging" of DNA help the cell 'read' and make sense of the DNA sequence, determining which genes need to be active to perform a particular function, and which ones need to be switched off."

As cells renew and divide, their characteristic methylation and packaging pattern is usually maintained and transmitted to the new cells, ensuring that recently formed heart cells, for example, carry the same correct instructions for how to behave in order to contract and pump blood.

Trouble arises, however, when there is either too little methylation throughout the DNA (hypomethylation) or too much on specific regions of the strand (hypermethylation)--both of which are frequently observed in cancer. In the last decade, scientists at Whitehead Institute and elsewhere demonstrated that the first phenomenon--too little methylation throughout the genome--is causally associated with the development of cancer.

The most recent Whitehead study established a direct causal connection between the second form of methylation imbalance--regional increases in methylation--and the development of colon tumors. The scientists did this by giving mice prone to developing intestinal tumors four variations of an enzyme that causes methylation. "We wanted to determine the impact of inducing methylation on tumor development," says Linhart. "Does it inhibit it, do nothing or promote it""

Surprisingly and importantly, methylation appears to target specific regions of the DNA and the genes within them rather than being distributed randomly. "We found that key tumor-suppressor genes in certain DNA regions were silenced months before tumors appear," says Linhart. This specific targeting extends to organs as well: A given gene that is methylated in the colon, for example, does not become methylated in the spleen. The specificity of the process could prove a major advantage for diagnostic and therapeutic approaches based on DNA methylation.

"The enzymes that silence tumor-suppressing genes would be terrific targets for treatment," says senior author Rudolf Jaenisch. "If we can inactivate them and rescue the cancer-prevention functions of these genes, there would be predictably no side effects. And if we can examine circulating blood for signs of early methylation, we might be able to prevent tumors from developing."

Although this study focused on mice, Jaenisch notes that "current clinical trials using a drug to inhibit methylation in people with leukemia appear to delay the disease."


Dernière édition par Denis le Lun 21 Mar 2016 - 7:20, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Espoirs pour le cancer du colon.   Aujourd'hui à 18:06

Revenir en haut Aller en bas
 
Espoirs pour le cancer du colon.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La thérapie ciblée
» Truc pour faire des tournedos de poulet
» Bientôt un nouveau médicament pour arrêter de fumer
» Pour mon Papa

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ESPOIRS :: Cancer :: recherche-
Sauter vers: